Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises et environnement : quels enjeux pour le développement durable ?

 | 
François Bost
, 
Sylvie Daviet

Environnement, risques et conflits

De conflits en coopérations : territoire et environnement industriel dans l’agglomération de Dunkerque

Christophe Beaurain et Jérôme Longuépée

Texte intégral

Introduction

1Si la conception du lien entreprise-environnement a connu un revirement radical depuis Porter et Van der Linde (1995), il faut s’interroger sur la portée réelle de l’émergence, providentielle, d’un tel équilibre win-win, entre logiques industrielles et préservation de l’environnement. Plus précisément, cette possible compatibilité nous semble être davantage redevable de processus d’équilibration, parfois hors marché, prenant la forme de conflits d’usage. Telle est l’hypothèse principale défendue dans cette communication : l’obtention d’un équilibre, sans cesse remis en cause, entre les intérêts des différentes parties prenantes, résulte d’un processus qui s’inscrit dans le temps long et qui obéit à une logique avant tout conflictuelle, avant de pouvoir aboutir, sous certaines conditions, à la construction d’une ressource spécifique. Dans ce cas, le conflit possède bien une portée heuristique dont il convient de cerner le processus de coconstruction.

2L’agglomération dunkerquoise, située en bordure du littoral de la Côte d’Opale, présente la particularité de cumuler la présence d’un site industriel historique, générateur de richesses et d’externalités environnementales négatives, et l’existence d’un site balnéaire et littoral dont les attraits environnementaux sont de plus en plus mis en valeur. Avec la crise économique, les pollutions atmosphériques dont pâtissaient les populations sont devenues injustifiables aux yeux de ces dernières. Les préoccupations environnementales et plus particulièrement les conflits d’usage concernant la qualité de l’air ont dès lors fait leur apparition, opposant durablement les industriels aux populations, relayées par les collectivités locales. Les réponses institutionnelles apportées à ces conflits ont dans une large mesure été efficaces d’un double point de vue. D’abord, elles ont permis la résolution, au moins partielle, des conflits autour de la qualité de l’air. Ensuite, elles ont eu pour effet de dépasser le « simple » enjeu de résolution des conflits autour de la qualité de l’air pour déboucher sur des innovations permettant de porter une réflexion d’avant-garde sur la compatibilité entre activités industrielle et qualité de vie.

3Nous discuterons dans un premier temps de l’évolution du lien entreprises-environnement et de la notion de conflit d’usage comme mécanisme permettant l’obtention d’un compromis institutionnalisé. Dans un second temps, nous défendrons cette thèse à travers la mise en avant de la notion d’ « environnement industriel », illustrant cette « mise en compatibilité » qui nous semble avoir émergé sur le territoire dunkerquois, théâtre d’innovations organisationnelles territoriales permettant aujourd’hui la coexistence d’activités industrielles, résidentielles et liées à l’haliotropisme.

Évolution du lien entreprise-environnement et notion de confit d’usage

L’émergence de l’environnement en tant qu’enjeu sociétal

4L’entreprise a t-elle une responsabilité vis-à-vis de la société dans laquelle elle prend corps, vis-à-vis du territoire sur lequel elle déploie ses activités industrielles ? Si l’on s’intéresse plus spécifiquement aux problématiques environnementales, la question du lien entreprise et environnement n’a véritablement pris son essor que dans les années 1970 et pour cause : avant cette période, la forte expansion économique, mythifiée au travers de la notion de Trente Glorieuses, a permis aux entreprises de justifier les pollutions et nuisances par les perspectives de gains de productivité que l’on pouvait tirer de la croissance économique, même génératrice de pollutions et d’inégalités, économiques, sociales et environnementales. Ainsi, l’augmentation du niveau de vie allait de pair avec une amélioration de la qualité de vie.

5À partir des années 1970, ce modèle fut remis en cause, lors des crises pétrolières qui mirent à mal les registres de justifications qui permirent une acceptabilité sociale des externalités négatives générées par la croissance économique : chômage, inflation, puis stagflation apparurent durablement au sein des économies développées. Dès lors, sans perspectives d’amélioration du pouvoir d’achat et des niveaux de vie, comment justifier des taux d’exposition aux matières polluantes aussi élevés que par le passé ? Le compromis environnemental, fondé sur des gains économiques (pouvoir d’achat, travail) supérieurs aux externalités négatives subies par les ménages, fit alors place à une dialectique davantage orientée vers un rapport de force : le conflit.

6Plus généralement, cette émergence de la question environnementale prend avant tout le visage de préoccupations environnementales, dans le sens où les années 1970 ne sont pas le théâtre inédit des pollutions industrielles, mais marquent plutôt l’avènement de grandes catastrophes, relativement nombreuses qui mèneront plus tard à la vulgarisation de la notion de risque.

Le passage d’une conception a-sociale des entreprises à la rse

7Ainsi, l’émergence des préoccupations environnementales au sein de la société et surtout leur généralisation reposent sur trois facteurs essentiels : premièrement, des niveaux absolus de pollutions et d’accidents industriels jugés dorénavant préoccupants par les populations, concernées ou non au premier chef par ces dommages ; deuxièmement, une sensibilité plus aiguë vis-à-vis des actifs environnementaux et plus généralement immatériels à mesure que le niveau de vie progresse ; troisièmement, une décélération des bénéfices perçus de la croissance économique, laissant un bilan désormais déséquilibré caractérisé par un passif environnemental plus lourd et un actif économique moins tangible que par le passé.

8Ces préoccupations environnementales marquent également un changement d’appréhension du rôle social de l’entreprise. En effet, en dépit des luttes sociales des années 1960-1970, la firme bénéficiait d’un statut sociétal plutôt positif jusque dans les années 1980. À travers son activité, elle assurait ainsi le plein emploi, innovait et fournissait de nouveaux biens, de nouveaux services, proposant également de nouvelles formes de distribution, synonymes d’amélioration de la qualité de vie. Avec la crise et la mise en évidence des externalités négatives produites par l’activité économique, les revendications en faveur d’une intégration des nouvelles contraintes environnementales par les firmes sont allées croissantes. Ainsi, en l’espace de quelques décennies, nous sommes passés d’une conception a-sociale de l’entreprise défendue notamment par Milton Friedman (1970) selon lequel « the social responsibility of business is to increase its profits » à une vision davantage éthique dont l’aspect plus novateur concerne la nature et le contenu de rapport qu’entretiennent désormais les entreprises vis-à-vis de leur environnement économique, social et environnemental, leurs stakeholders internes mais aussi externes. Ainsi, l’entreprise se doit aujourd’hui de négocier, d’être à l’écoute des parties prenantes ayant un intérêt dans la façon dont elle se comporte et impacte la société.

9De nos jours, dans le monde des entreprises, il semble que ce soit précisément la notion de responsabilité sociale et environnementale qui ait vocation à faire émerger un consensus parmi les divers objectifs que se doit de mener la firme. D’une manière générale, la rse suppose que « l’entreprise reconnaisse et engage sa responsabilité dans des domaines variés : accidents, pollutions… turbulences sociales occasionnées par des décisions managériales, impacts civiques et éthiques des choix stratégiques » (Ferone et al., 2001, p. 41). Cette conception novatrice représente, il faut s’en rendre compte, une petite révolution idéologique dans la mesure où elle s’éloigne d’un modèle strictement marchand (une conception selon laquelle l’entreprise n’entretient que des relations marchandes avec la société) pour intégrer une vision plus institutionnalisée de la firme : cette dernière se doit d’être attentive à l’impact hors marché de ses actions. Recentrons-nous davantage sur la problématique environnementale et voyons quelles formes peuvent revêtir ces conflits.

Les conflits : quelques modalités

10Nombre de modalités peuvent être invoquées : des actions de nature juridique (Carrefour condamné par le bureau de vérification de la publicité) à celles, à l’opposé, illégales (arrachage de cultures, plastiquage d’enseignes de fast food, saccage de laboratoires expérimentant sur les animaux). Cependant, parmi ces modalités, deux nous semblent devoir être explicitées plus en détail pour étayer notre propos.

11La première concerne la défiance de consommateurs vis-à-vis d’une entreprise à travers le comportement marchand : les rapports entre les deux parties étant de nature principalement marchande, le conflit se déploie alors par le biais du marché. Ainsi, un boycott à l’encontre d’une firme dont on juge le comportement répréhensible rend compte de cette première modalité : le conflit n’est pas territorialisé et le marché sert de vecteur révélateur des préférences des individus, ces derniers ayant décidé de montrer leur mécontentement par le biais d’une abstention à consommer les produits de l’entreprise en question. Le boycott de Total suite à la marée noire de l’Erika relève de cette logique.

12La seconde concerne les relations entre la firme et un type particulier de stakeholders : les riverains et les collectivités territoriales. Dans ce cas précis, une action par le biais des forces du marché est inutile dans la mesure où le conflit est local, et donc restreint par rapport à la taille du marché sur lequel opère l’entreprise. Les modalités d’action sortent ainsi largement du cadre marchand et relèvent davantage d’un cadre plus étendu, de nature à la fois politique, juridique, en tout cas local et qui mobilise les acteurs institutionnels pouvant faire office d’arbitre. C’est précisément à ce type de conflit que nous nous référerons pour le cas dunkerquois. Voyons maintenant en quoi ces conflits peuvent revêtir une portée heuristique dans la perspective d’une création de ressource commune.

Les conflits d’usage comme processus de confrontation des préférences : la portée heuristique du conflit

13La question de l’acceptabilité des nuisances et des pollutions générées par les activités économiques, principalement industrielles, ne nous permet cependant pas d’embrasser exhaustivement la nature conflictuelle que peut revêtir la tentative de rapprochement entre l’économie et l’écologie. En effet, la question des pollutions reste un arbre derrière lequel se cache une forêt d’une nature quelque peu différente : celle des conflits d’usage. L’idée ici revient à considérer que ce ne sont pas uniquement les questions de pollution, mais celles également du partage de la jouissance des actifs environnementaux, qui vont intégrer la définition des problèmes environnementaux : certes les problèmes de pollution vont être dénoncés dans la mesure où la proximité géographique des ménages vis-à-vis des activités polluantes va générer des externalités conduisant à leur tour à un risque de morbidité. Mais plus encore, la présence de ces activités va nuire, voire empêcher, temporairement ou plus durablement, le développement d’autres usages, domestiques, marchands, non marchands, récréatifs, productifs, à plus ou moins grande proximité.

14Cette réflexion est cependant récente. Comme l’indique Torre (2008), rares sont les travaux académiques traitant du conflit comme « des indicateurs et des révélateurs des nouveautés et des innovations, [voire parfois] des moments particuliers de la vie des systèmes locaux et de leurs systèmes de gouvernance ». La relative rareté de ce type de recherche se révèle assez paradoxale dans la mesure où d’une manière générale les conflits à la fois d’usage et de voisinage liés aux problématiques de développement durable suscitent des modifications assez profondes de la manière dont la gouvernance est mise en œuvre à l’échelle locale. L’exemple de l’agglomération dunkerquoise est à notre avis très révélateur de l’importance du conflit en tant que modalité d’apprentissage cognitif commun. Les conflits qui s’y sont développés, concernant à la fois des problématiques d’usage et de voisinage, ont considérablement modifié les figures de la gouvernance locale, tant du point de vue du fond (les objets de cette dernière) que de la forme (les acteurs de cette dernière). Les préférences et leur mode de révélation par les acteurs ont ici une importance capitale dans la manière dont les innovations sociales et organisationnelles refléteront un nouvel équilibre. Ce dernier va refléter à son tour l’apparition de nouveaux acteurs, la légitimation et la représentation concomitante de nouveaux usages, usagers, traduisant la nature dynamique et évolutive des préférences liées à l’usage des biens environnementaux et/ou l’acceptabilité sociale des externalités environnementales subies par les acteurs. De ce point de vue, le conflit tient lieu de jeu d’acteurs, les uns tentant de perpétuer un équilibre, parfois ancestral, entre différents usages et acteurs, les autres, en émergence, tentant au contraire de dénoncer un équilibre au sein duquel leur intérêt et leurs préférences semblent à leurs yeux minimisés. Illustrons notre propos par le biais de l’exemple du territoire dunkerquois.

L’exemple de l’agglomération de Dunkerque : la révélation d’un territoire à partir d’une exigence en faveur de la qualité de l’air

Les conflits d’usage autour de la qualité de l’air et leurs réponses institutionnelles

15Dans les années 1950, l’État impulse une vocation industrialo-portuaire au territoire dunkerquois : la reconstruction du port de Dunkerque et l’installation du complexe sidérurgique Usinor seront les deux premiers piliers d’un développement économique local orienté vers le secteur secondaire. La concentration d’activités industrielles sur le territoire s’accroît au rythme de l’extension de la zone industrialo-portuaire. Ainsi, les années 1970 voient l’installation d’entreprises telles que Total en 1974, Lafarge en 1975, Copenor en 1978 dont on pressent déjà à l’époque les effets négatifs sur l’environnement.

  • 1 L’effondrement des activités portuaires et la fermeture des chantiers navals ont marqué le context (...)

16Le déclin de l’emploi industriel sur le territoire dunkerquois a sans nul doute incité les décideurs locaux à s’interroger sur la pertinence d’une stratégie de développement local impulsée par l’État et principalement orientée vers l’activité industrielle. Ainsi, les politiques environnementales engagées dès la seconde moitié des années 1970 au sein de l’agglomération dunkerquoise doivent elles se comprendre comme une double réponse à une demande sociale d’amélioration de la qualité environnementale et à une volonté de poser les bases d’une nouvelle dynamique de création d’emplois industriels et tertiaires. Dans un contexte d’approfondissement de la crise économique et social1, les actions locales en faveur de la qualité environnementale et de l’écologie urbaine vont se multiplier, sous la pression notamment des associations de défense de l’environnement.

17Ainsi l’on constate sur le territoire une évolution progressive du sentiment des populations à l’égard de la dégradation de l’environnement. Si cette dégradation était perçue jusqu’alors comme une contrepartie à la création d’emplois, la qualité environnementale du territoire est peu à peu devenue une revendication forte des habitants de l’agglomération. Cette contestation grandissante est à l’origine de conflits d’usage de plus en plus marqués. L’élément décisif dans la résolution institutionnelle de ces conflits réside incontestablement dans la création d’un Secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles (spppi Côte d’Opale).

18Le spppi est une structure collégiale de concertation entre différentes parties prenantes concernées par les problématiques environnementales sur la Côte d’Opale, qui assure une triple mission : lancer et évaluer des études de réduction des pollutions et risques industriels ; définir et décider collégialement des objectifs à atteindre et des mesures à prendre afin de lutter contre les pollutions ; et enfin assurer une information la plus large possible du public.

19Du point de vue de la problématique de la pollution atmosphérique, l’une des cinq commissions (la commission « air, odeurs et bruits ») a précisément eu pour objectif de répondre à ces conflits d’usage, en jouant le rôle d’une instance d’échanges et de confrontation des points de vue de différents acteurs sur cette question de la qualité de l’air.

  • 2 Entre 1998 et 2005, cette commission du spppi a édité dix-huit comptes rendus de réunions, dévelop (...)

20L’analyse des débats au sein de cette structure entre 1998 et 20052 permet de dégager certains enseignements importants. Premièrement, on constate la participation assidue de certains acteurs aux horizons institutionnels et échelles spatiales d’intervention très hétérogènes. La récurrence de leur présence au sein des débats marquera la figure que prend encore aujourd’hui la gouvernance de la qualité de vie sur l’agglomération, associant les collectivités locales, les entreprises et les institutions concernées.

  • 3 Il faut rappeler qu’il existe depuis 1977 un réseau de mesure et de surveillance de la qualité de (...)

21Deuxièmement, des caractéristiques spécifiques émergent : des « points chauds » dans le catalogue des discussions, reflétant la tonalité des débats au sein de la commission dans laquelle des intérêts, discours et valeurs contradictoires se sont confrontés. Ces caractéristiques sont, entre autres, une quantification exhaustive et systématique du volume de toutes les substances polluantes rejetées dans l’atmosphère ; une recherche tout aussi systématique de leur impact sanitaire ; une confrontation et une présentation contradictoire des mesures effectuées par différents types d’acteurs (réseau de mesur3, entreprises, associations, centres de recherches…) ; des informations relatives à la mobilisation par les entreprises des technologies permettant de réduire les sources d’émissions au sein des processus de production. Pour le dire autrement, les conflits sur cette période ont principalement porté sur la quantification des aléas (la quantité des rejets de polluants dans l’atmosphère par les industries les plus polluantes du bassin d’emploi), et la caractérisation des risques (les impacts sanitaires de ces pollutions vis-à-vis des populations résidant sur le territoire).

22Troisièmement, les débats et les conflits ont été aussi l’occasion, pour les différents protagonistes, de révéler leurs préférences en matière de qualité d’environnement. Cette confrontation a été aussi celle des valeurs et des objectifs, de même que celle des vocabulaires et des indicateurs. Si les entreprises tendent davantage à souligner leurs efforts par le biais de l’évaluation monétaire des investissements consentis en matière de réduction des émissions polluantes, les acteurs locaux manifestent pour leur part très clairement une préférence vis-à-vis d’une évaluation la plus précise possible des flux physiques de polluants et de leurs impacts sur la santé et sur l’environnement. Les délibérations sociales autour de la valeur attachée à la dégradation de l’environnement tentent ainsi de définir un contenu autre que celui purement économique à l’évaluation des pollutions.

23Quatrièmement, du point de vue des acteurs locaux, les actions menées par les industriels en vue de la satisfaction des contraintes réglementaires imposées au niveau européen et national ne constituent pas un objectif suffisant. Elles doivent par ailleurs intégrer le point de vue des populations, leur perception des pollutions et des risques associés. Autrement dit, la simple mise en conformité vis-à-vis de la loi n’est pas un objectif suffisant aux yeux des riverains et des collectivités locales. Cette nécessité renvoie explicitement à une injonction d’assumer non seulement des responsabilités économiques et légales, pour reprendre les termes de Carroll (1991), mais également d’embrasser un comportement davantage proactif en assumant des responsabilités éthiques, voire discrétionnaires.

24Véritable forum au sein duquel les acteurs, enjeux, préférences et rapports de forces se dévoilent, la commission « air, odeurs et bruits » du spppi Côte d’Opale a, dès sa création, été le théâtre d’une confrontation entre les différentes parties prenantes à la problématique de la qualité de l’air sur l’agglomération dunkerquoise. Cette confrontation, dans le temps long, a permis des avancées, qui se sont concrétisées notamment sous la forme d’apprentissages collectifs, constitutifs d’un véritable projet territorial (Beaurain, 2008). En ce sens, sa portée heuristique est indéniable. C’est ce que nous présentons dans cet ultime paragraphe.

D’une logique de conflit à celle de conciliation : la création de ressources communes

  • 4 Avec 13 établissements classés Seveso « seuil haut » recensés au sein de l’agglomération, l’une de (...)

25Les années 1990 marquent un tournant dans la manière dont la problématique environnementale s’établit sur le territoire : nous assistons à un affaiblissement de la logique de conflit qui prévalait jusqu’alors et à l’émergence d’une phase plus constructive. Les acteurs de ce territoire s’organisent et agissent de manière à concilier deux préoccupations a priori antinomiques : d’une part, le développement industriel du territoire, générateur d’emplois, de richesses mais également d’externalités négatives et, d’autre part, la préservation de ressources environnementales synonyme d’une meilleure image du territoire et d’une amélioration du cadre de vie4.

26On assiste ainsi à une intégration des politiques locales en faveur de l’environnement dans une stratégie collective visant à associer la maîtrise du développement économique à la restauration de la qualité environnementale du territoire. Plus précisément, c’est autour de la notion d’ « environnement industriel » que cette stratégie collective va prendre corps. Cette démarche connaît une phase d’institutionnalisation durant la décennie 1990, par le biais de la production collective de documents : projets d’agglomération, contrat d’agglomération, schéma d’environnement industriel, etc. La notion sera pour la première fois déclinée dans la « Charte pour la qualité de l’environnement », rédigée dès 1990. Ce document définissait les thèmes de réflexion et d’actions couverts, à savoir « la lutte contre les pollutions et nuisances, la gestion et l’élimination des déchets, la protection et la mise en valeur des milieux naturels et paysages, l’amélioration du cadre de vie industriel, rural et urbain, la prise en compte du risque technologique ».

27Sa signification est définitivement stabilisée en 1993, avec la publication du Schéma d’environnement industriel, mis au point avec le concours des milieux institutionnels, économiques et associatifs, validé par les trois grands aménageurs économiques du territoire dunkerquois que sont la communauté urbaine, le port autonome et la Chambre de commerce et d’industrie. Ce document consacre les trois objectifs fixés au début du processus de mobilisation de la notion : s’attacher à la définition du contenu de l’articulation entre le développement économique et le respect de l’environnement, définir les conditions d’une institutionnalisation des rapports entre les acteurs (environnement industriel), et réfléchir à la mise en opération (aménagement industriel). Cette dernière prend notamment la forme d’un examen concerté des projets industriels en amont de la procédure (étant donné notamment la densité urbaine et celle des entreprises classées Seveso sur le territoire), la mise en œuvre de zones de vigilance qui visent à limiter les risques encourus par les populations riveraines mais aussi à guider les industries dans le choix de localisation, et enfin la création de coulées vertes destinées à la reconquête de l’espace naturel (Agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre-Dunkerque, 2006).

  • 5 Le premier programme quinquennal (1990-1995) prévoyait ainsi une réduction de 30 % de SO2 des prin (...)

28Très concrètement, le Schéma propose un cahier des charges censé guider le comportement des entreprises qui désireraient s’implanter au sein de l’agglomération et se déclinant dans les domaines de la qualité de l’air, de la qualité de l’eau et des risques technologiques. Du point de vue de la qualité de l’air, on peut remarquer qu’il retient plusieurs principes, directement en lien avec l’histoire de cette problématique sur le territoire : non-exposition des zones urbaines importantes aux rejets atmosphériques significatifs ; prise en considération des valeurs guides d’émissio5 ; application du concept de « propre » aux nouvelles installations ; application du concept de « meilleures techniques disponibles » pour le traitement des effluents et des déchets. Nous le voyons, la logique de conflit qui a prévalu durant les deux décennies précédentes tend à s’estomper pour laisser la place à celle de conciliation. Ce glissement progressif est permis par plusieurs facteurs.

  • 6 La qualité de l’air n’est d’ailleurs pas le seul domaine dans lequel ce processus s’est exprimé. S (...)
  • 7 Le rapport Brundtland date de 1987, la contribution de Schmidheiny, membre du Business Council for (...)

29Premièrement, il reste indubitable que la phase de conflit a joué, comme nous avons voulu le montrer ici, un rôle essentiel de processus d’apprentissage collectif et de définition commune des enjeux et des risques, et préalable à toute phase de résolution ultérieur6. Certes, les objectifs proposés dans le cadre du spppi ont toujours été jugés insuffisants par les associations de défense de l’environnement et les habitants. Ils n’en témoignent pas moins d’un effort collectif de réduction des pollutions industrielles. Deuxièmement, le passage du conflit à la conciliation, opéré au début des années 1990, survient grosso modo dans le contexte de développement de la notion de développement durabl7. Cette notion va progressivement servir de référence aux actions entreprises sur le territoire en faveur de l’environnement. Troisièmement, les années 1990 marquent par ailleurs un retour à la croissance de l’emploi après la décennie 1980 synonyme de reconversion industrielle, de chute de l’emploi sidérurgique et de fermeture des chantiers navals. Dans une logique de diversification de l’emploi vers les activités à plus forte valeur ajoutée, les nouvelles implantations vont ainsi se multiplier, contribuant au rétablissement d’une croissance du trafic portuaire en berne et à l’émergence de plusieurs pôles d’activités : énergie (raffineries, centrale nucléaire, cogénération et énergies renouvelables), maintenance industrielle, pétrochimie, industrie pharmaceutique et plasturgie, agroalimentaire, en plus de la sidérurgie toujours très présente en dépit des chutes d’effectifs. En marge de cette volonté d’asseoir une vocation industrielle au territoire, on assiste également à une progression des emplois tertiaires.

  • 8 Économie et écologie partenaires dans l’action locale.

30Dans ce contexte favorable, il faut surtout insister sur le fait que le territoire dunkerquois a su aller au-delà de la simple résolution du conflit, en impulsant la création d’une véritable culture commune, permettant aujourd’hui aux acteurs d’innover d’un point de vue organisationnel. À partir de ces documents, différents dispositifs collectifs ont été mis en œuvre, traduisant une volonté de capitaliser à partir des mécanismes de conciliation et les effets d’apprentissage apparus à l’occasion de ce long processus de résolution des conflits autour de la qualité de l’air. C’est le cas notamment de la création d’une démarche d’écologie industrielle, en 2000, par le biais de l’association Ecopal8 dont l’objectif est de favoriser la compétitivité des entreprises en créant un réseau visant à valoriser et mutualiser les flux de matière et d’énergie jusqu’ici considérés comme déchets. Le partage des connaissances entre grandes entreprises et pmi-pme notamment, relatives à la réglementation, aux bonnes pratiques et aux innovations technologiques, y est encouragé et fait écho aux pratiques, relativement anciennes, à l’œuvre au sein du spppi.

31Une seconde innovation organisationnelle concerne la mise en place d’un pôle de compétence relatif à la qualité et la sécurité des process industriels. Son objectif majeur concerne la recherche d’une maîtrise des risques associée à l’amélioration des processus de production. Il regroupe différents acteurs de divers horizons (entreprises, centres de recherches, collectivités locales, institutions publiques) avec l’objectif de développer localement des compétences dans des domaines tels que la mesure, le contrôle l’analyse et le traitement des pollutions d’origine industrielle (air, eau et sols), la mise en œuvre de technologies propres.

32Terminons enfin par la création d’un Institut de recherche en environnement industriel (ireni) qui regroupe les compétences des laboratoires de plusieurs universités de la région, sous la direction de l’Université du Littoral, sur la thématique principale de la qualité de l’air et de la pollution atmosphérique d’origine industrielle. Les origines de l’ireni remontent elles aussi à l’époque où les conflits d’usage concernant la qualité de l’air étaient les plus tangibles. En effet, ils avaient suscité un besoin d’information et de données contradictoires sur la pollution atmosphérique et ses impacts sanitaires, besoin qui a lui-même suscité des collaborations entre entreprises et centres de recherche locaux et extérieurs au territoire et a contribué à l’émergence d’une préoccupation collective pour une expertise dans le domaine de la mesure des polluants et des impacts sanitaires.

Conclusion

33Sur le bassin d’emploi dunkerquois, le prix à payer d’une stratégie de développement industriel à partir des années 1950 a été celui de l’acceptation des externalités négatives importantes générées par l’activité sidérurgique et en premier lieu la question de la pollution atmosphérique. À partir des années 1970 et dans la décennie suivante, les conflits vont naître autour de cette question de la qualité de l’air, d’autant que la crise économique que connaît alors le territoire balaie des milliers d’emplois.

34L’étude des modalités du conflit nous a permis de comprendre la façon dont la confrontation s’organisait. Le spppi, véritable lieu de délibération et d’expression des valeurs et préférences de l’ensemble des parties, a permis de faire du conflit un débat, sur le long terme. En définitive, le spppi a réussi à faire émerger une volonté d’exposer les conflits d’usage à propos de la qualité de l’air, et d’apporter des solutions susceptibles de répondre aux attentes des populations locales sans nuire au développement de l’industrie, en répondant ainsi à la demande sociale d’une prise en compte par les industriels des impacts sanitaires de la pollution atmosphérique. La clé de cette réussite réside dans la capacité de cette structure à faire émerger une valeur commune autour de la préservation de l’environnement, un sentiment de destin commun. La répétitivité des délibérations, des débats entre les opposants a permis l’instauration d’un dialogue puis d’une action collective permettant à la fois aux populations de faire reconnaître aux yeux des entreprises que la qualité de l’environnement devait être la préoccupation de tous, pour le bénéfice de tous. Au-delà des simples chiffres sur les efforts consentis par les industriels, la question de l’impact sanitaire des polluants a été centrale. Elle traduit à elle seule la difficulté de débattre sur des valeurs différentes, économiques d’un côté, sociales de l’autre et à faire accepter et faire reconnaître comme légitimes par autrui son point de vue, ses enjeux, ses impératifs.

35Ainsi, le domaine de la lutte contre la pollution atmosphérique sur le territoire dunkerquois constitue un exemple de régulation des conflits esquissant une convergence d’intérêts en vue d’une qualité environnementale. Il témoigne de la volonté d’engager une synergie entre les acteurs, sur la base des orientations fixées dans les documents de la production territoriale, qui traduit le souci de constituer une ressource locale fédérant les intérêts individuels à travers la promotion du développement durable dans un contexte industriel fortement marqué.

Bibliographie

Bibliographie

Agence d’urbanisme et de developpement de la region flandre-dunkerque, « Le schéma d’environnement industriel de Dunkerque », Colloque Développement durable des territoires et gouvernance des risques, Dunkerque, 5-6 octobre 2006.

Beaurain Christophe, « La construction d’un territoire à partir des ressources environnementales : l’exemple de l’agglomération dunkerquoise », in Géographie, Économie, Société, 2008, 10, p. 365-384.

Carroll Archie B., « The Pyramid of Corporate Social Responsibility : Toward the Moral Management of Organizational Stakeholders », in Business Horizons, juillet-août 1991.

Ferone Geneviève, D’Arcimoles Charles-Henri, Bello Pascal, Sassenou Najib, Le Développement durable, Éditions d’organisation, 2001.

Friedman Milton, « The Social Responsibility of Business is to Increase its Profits », in Time Magazine, 13 septembre 1970, p. 122-126.

Longuépée Jérôme, Petit Olivier, « Les conflits d’usage sur l’eau : révélateurs de risques ou générateurs de territoires en zone littorale ? L’exemple des wateringues du Nord-Pas-de-Calais », in Territoires en mouvement, 2007, n° 1.

Porter Michael E., Van der Linde Claas, « Toward a New Conception of the Environment-Competitiveness Relationship », in Journal of Economic Perspectives, 1995, vol. 9, n° 4, p. 97-118.

Schmidheiny Stephan, Changer de cap. Réconcilier le développement de l’entreprise et la protection de l’environnement, Paris, Dunod, 1992 [Changing Course, Cambridge, mit Press].

Smco, État des lieux du SAGE du Delta de l’Aa, décembre 2005, http://www.smcoteopale.com.

Torre André, « Conflits d’usage dans les espaces ruraux et périurbains », in Monteventi-Weber Lili, Deschenaux Chantal et Tranda-Pittion Michelle (eds), Campagne-ville. Le pas de deux, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 2008.

Notes

1 L’effondrement des activités portuaires et la fermeture des chantiers navals ont marqué le contexte économique local durant plus d’une décennie entre la fin des années 1970 et celle des années 1980.

2 Entre 1998 et 2005, cette commission du spppi a édité dix-huit comptes rendus de réunions, développés chacun sur près d’une quarantaine de pages.

3 Il faut rappeler qu’il existe depuis 1977 un réseau de mesure et de surveillance de la qualité de l’air sur le territoire dunkerquois.

4 Avec 13 établissements classés Seveso « seuil haut » recensés au sein de l’agglomération, l’une des questions en jeu est également celle de la prévention des risques industriels et de la sécurité des populations.

5 Le premier programme quinquennal (1990-1995) prévoyait ainsi une réduction de 30 % de SO2 des principales entreprises du littoral et de 50 % des émissions de poussières. Le deuxième programme (1996-2000) prévoyait lui le passage de 28 000 t à 23 000 t pour les émissions de SO2 et de 6 700 t à 5 000 t pour les émissions de poussières.

6 La qualité de l’air n’est d’ailleurs pas le seul domaine dans lequel ce processus s’est exprimé. Sur la question de l’eau, par exemple, voir l’article de J. Longuépée et O. Petit (2007).

7 Le rapport Brundtland date de 1987, la contribution de Schmidheiny, membre du Business Council for Sustainable Development de 1992, et, d’un point de vue plus académique, l’article de Porter et Van der Linde de 1995.

8 Économie et écologie partenaires dans l’action locale.

Auteurs

Économiste, Professeur des Universités en Aménagement, Géolab, UMR 6042, université de Limoges

Maître de conférences en Sciences économiques Centre EREIA, EA 4026, université d’Artois

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540