Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire consternante

 | 
Hassan Givsan

XIV. Identité

Texte intégral

1Quelque diverses que puissent être les raisons et les motivations qui poussent les uns ou les autres à tenter d’exonérer la « pensée » de Heidegger, il y a une motivation fondamentale qui se cache derrière tout cela.

2Et c’est – l’identité occidentale européenne. Cette identité est en question, parce qu’elle est devenue problématique. Elle est devenue problématique parce que le poids de ce qui est arrivé au cours de ce siècle, un événement auquel conduit l’histoire occidentale européenne, est insupportable et écrasant. Le problème n’est pas ici la question de savoir si l’histoire occidentale européenne devait nécessairement y conduire, le problème est que cette histoire y a conduit dans les faits.

  • 1 Il se trouve que Heidegger est l’objet de bien des apothéoses, voir H. Givsan, Heidegger : das Den (...)

3Or, il se trouve que Heidegger est impliqué dans une séquence de cet événement écrasant. Heidegger, « le plus grand penseur européen de notre temps » (Rorty), le « penseur » dont le nom compte parmi les « rares noms » qui ont un « poids comparable » (Wisser), le « penseur » auquel ne peuvent être égalés1, dans le meilleur des cas que « Héraclite et Hegel », le « penseur » absolument.

4Étant donné que l’on ne peut pas évacuer, du moins pas si facilement, pas à moindres frais, l’histoire véritable, on choisit la voie la plus facile, dans l’intérêt de la conservation, plus exactement de l’usage de l’identité occidentale européenne – une identité qui doit être présentable –, et l’on sépare la « pensée » et le « penseur » de l’histoire réelle. Nous avons montré ci-dessus de quelle manière cette séparation est à chaque fois mise en œuvre. Un trait commun est particulièrement significatif, c’est la « neutralisation historique » de la « pensée ». La « pensée » ainsi étayée, « historiquement neutralisée », cette « pensée » simple et pure peut alors recevoir une identité – occidentale européenne – qui est présentable. Elle est présentable parce qu’elle est purifiée de sa marque historique-réelle, purifiée de cette charge insupportable et écrasante. Mais c’est là un mensonge à soi-même.

Notes

1 Il se trouve que Heidegger est l’objet de bien des apothéoses, voir H. Givsan, Heidegger : das Denken der Inhumanität : eine ontologische Auseinandersetzung mit Heideggers Denken (Pensée de l’inhumanité), Würzburg, 1998, note 1. Bien entendu, toutes ces apothéoses sont presque inoffensives comparées à l’auto-mythification de Heidegger lui-même. Sur ce point, seul Pöggeler peut rivaliser avec lui.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540