Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Échec et écriture

 | 
Annick Duperray

Première section. La vision perdue ou l'illusion d'un Yankee romantique

I. Contrées paradisiaques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous sommes convenus de considérer le romantisme comme l'illusion maintenue d'un désir spontané, d'une subjectivité souveraine et autonome pouvant se développer au mépris de l'obstacle que constitue l'altérité :

"Le vaniteux romantique ne se veut le disciple de personne."1

Ce "délicieux tête-a-tête sujet-objet", qui ne reconnaît autrui que dans la mesure où il sert à l'objectivation d'un "désir selon soi",2 renvoie au leurre imaginaire défini par Lacan : "une relation duelle, un dédoublement en miroir, une opposition immédiate entre la conscience et son autre, où chaque terme passe l'un dans l'autre et se perd dans ces jeux de reflets."3

Nous allons opérer une première coupure dans le corpus des nouvelles : "The Story of a Year"4, "A Landscape Painter"5, "Poor Richard"6" A Most Extraordinary Case",7 se ressemblent dans la mesure où elles témoignent du même infantilisme du désir d'être, ressuscité de la catastrophe originelle de sa naissance tout comme l'Amérique de "The Story of a Year...

© Presses universitaires de Provence, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540