Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'exécution capitale

 | 
Régis Bertrand
, 
Anne Carol

L’exécution, entre spectacle et édification

L’exécution de Lacenaire, entre scandale et édification

Anne-Emmanuelle Demartini

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Moraliser et effacer : tels sont les deux axes de la politique de la monarchie de Juillet à l’égard des exécutions capitales, politique inscrite dans le temps long d’un mouvement des sensibilités, réclamant douceur des peines et décence dans leur application, que la suppression des supplices sous la Révolution a en partie traduit dans la loi. Souscrivant au nouveau système de valeurs qui entoure l’exécution capitale, le régime orléaniste pousse davantage que ses prédécesseurs à la rapidité et à la discrétion dans la mise à mort des condamnés. La répugnance croissante envers ce type d’événements, jugés certes nécessaires mais à hauts risques sociaux, va jusqu’à se traduire dans les traces discursives qui les relatent, comptes rendus de presse et archives se faisant moins bavards, voire laconiques1. Tenue secrète, matinale, à l’écart du cœur de la ville, l’exécution de Pierre-François Lacenaire, le 9 janvier 1836, à Paris, est à bien des égards conforme à ces exigences et c’est d’aill...

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540