Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'exécution capitale

 | 
Régis Bertrand
, 
Anne Carol

Statut et traitement du condamné

La réanimation d’un condamné à Montpellier en 1745

Claudio Milanesi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 8 avril 1745, à cinq heures et demi du soir, Montpellier fut le théâtre d’une exécution publique par pendaison. Le condamné, après la pendaison, resta près d’un quart d’heure sur la potence. Passé ce temps, quelques spectateurs aperçurent des signes de vie sur le pendu. On rappela le bourreau, qui réitéra « plusieurs fois tous ses efforts »1 pour achever le condamné.

C’est à ce moment là qu’un groupe de Pénitents arrivent en procession, descendent le corps de la potence et l’amènent jusqu’à leur chapelle. Ici, dans la plus grande confusion - la chapelle fourmille de gens, la foule s’amasse à l’extérieur - on essaye de rappeler le condamné à la vie. Le malade est secoué, ses membres sont frottés, tandis qu’un chirurgien lui fait une saignée. Il donne alors des signes de vie on ne peut plus évidents. Il ouvre les yeux, remue la tête, pousse des soupirs. Deux autres médecins interviennent alors : il font sortir le patient dans le jardin, continuent les frottements à l’eau de la reine...

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540