Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les communistes à Marseille à l’apogée de la guerre froide 1949-1954

 | 
Jean-Claude Lahaxe

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Le Siècle des communismes, op. cit., p. 11.

1Quelle définition convient-il de donner de ces hommes et de ces femmes qui furent membres du PCF à Marseille entre 1949 et 1954 ? Des éléments de réponse parfois contradictoires peuvent être apportés puisque « les raisons de l’engagement dans le parti communiste et les façons d’être communiste varient considérablement »1. La première adhésion des cadres ne s’étant pas produite dans le même contexte, des générations différentes se côtoient au sein de la fédération. Les plus anciens portent encore en eux le souvenir des luttes de l’époque du Front populaire. D’autres sont marqués par leur engagement dans la Résistance. Les plus jeunes s’efforcent de faire leurs preuves lors des accrochages avec les forces de l’ordre et acceptent sans aucun doute plus facilement les conceptions liées à la Guerre froide qui leur sont inculquées. Majoritairement issus des couches les plus humbles de la société, liés pour beaucoup d’entre eux aux différentes vagues de l’immigration qui concernèrent Marseille, ces communistes ont dû assez souvent interrompre leur scolarité après l’obtention du certificat d’études primaires. La fédération n’en compte pas moins dans ses rangs un pourcentage non négligeable de militants au degré d’instruction nettement plus élevé.

2Privilégier cette diversité bien réelle serait pourtant par trop réducteur. Le Parti possède en lui la force nécessaire pour atténuer, voire assimiler, ces multiples différences. Son dispositif hiérarchisé d’écoles, depuis celle de section jusqu’au centre national de Viroflay, lui permet de compléter les études souvent trop tôt interrompues de ses cadres. Les responsables ainsi pris en charge sont d’autant plus réceptifs au contenu des savoirs qui leur sont enseignés qu’ils éprouvent un sentiment de gratitude envers le Parti qui leur permet de s’épanouir autant sur le plan politique que personnel.

3Le PCF ne se contente pas de contrôler les idées acquises par ses membres. Il répand aussi parmi eux espoirs, certitudes et valeurs. Ceux qui militent à cette époque sont avant tout des hommes et des femmes qui portent au fond d’eux-mêmes la profonde espérance de voir advenir « le temps du pain et des roses » pour eux-mêmes ou du moins pour leurs enfants. Au-delà de la simple propagande, cette formule doit être perçue comme l’expression réelle de la sensation d’appartenir à une avant-garde, à une élite même.

4Sur cet ensemble de certitudes vient se greffer la pratique du culte de la personnalité dont furent gratifiés les dirigeants nationaux ou locaux. Celle-ci est perceptible lors de la séance de dédicace de Fils du Peuple organisée à Marseille le 23 octobre 1949. Les communistes de la cité phocéenne se mobilisent par la suite afin d’assurer l’éclat le plus brillant possible aux festivités organisées à l’occasion des soixante-dix ans de Staline, des cinquante ans de Maurice Thorez puis de François Billoux.

  • 2 Jean-Pierre Rioux, La France de la IVe République, t. I, p. 213.
  • 3 Provence-Nouvelle, 15 au 22 mai 1953.
  • 4 Poème d’André Remacle, déjà cité.

5Ces hommes et ces femmes deviennent-ils pour autant de purs produits de cette « ère glaciaire du stalinisme strict »2 dans laquelle entre leur direction nationale ? Le qualificatif de stalinien constitue à leurs yeux une distinction honorifique. Parmi les éloges adressés en 1953 à François Billoux figure le titre de « disciple de Staline »3. La profondeur de leur idéal et la force de leurs convictions conduisent les communistes marseillais à sacraliser le Parti qui balaiera un jour prochain le vieux monde grâce à la conjugaison d’un internationalisme prolétarien et d’un patriotisme glissant parfois vers le nationalisme. « Présence du passé construisant l’avenir »4, le PCF leur procure la sensation réconfortante de s’inscrire dans le sens de l’Histoire. Ces convictions bloquent leur capacité de réflexion lorsque le choc des événements vient heurter des certitudes vécues jusqu’alors sans aucun problème. L’affaire des blouses blanches, les émeutes populaires de Berlin ébranlent certains d’entre eux. Le choc lié à ces deux événements finit toutefois par s’estomper dans l’esprit d’un grand nombre de militants jusqu’à ce que les conséquences du XXe congrès du PC de l’URSS fassent ressurgir en eux les questions qu’ils s’étaient peut-être déjà posées en 1953.

6Vécues comme un profond déchirement personnel, les ruptures s’effectuent toujours sans éclat. La coupure du lien matériel, la non reprise de la carte, ne débouche pas le plus souvent sur un abandon des conceptions antérieures de l’adhérent. Beaucoup de militants sanctionnés vivront même dans l’espoir d’être de nouveau pleinement admis parmi leurs camarades. En dehors des grandes « affaires » nationales, les cas d’André Marty et Charles Tillon puis celui d’Auguste Lecœur, la fédération des Bouches-du-Rhône ne cherche pas à conférer un grand éclat aux sanctions prises à l’encontre d’un de ses membres sauf en novembre 1949 lorsque la presse communiste locale accuse maître Israël d’être devenu un agent travaillant pour le « traître » Tito et le préfet Baylot. Les débats autour des cas d’exclusion sont surtout utilisés pour conforter l’image de la pérennité inébranlable du PCF.

  • 5 Jean-Pierre Rioux, op. cit., p. 211.
  • 6 Michel Winock, « L’âge d’or du communisme français », art. cit., p. 58.
  • 7 Philip Williams, La vie politique sous la IVe République, op. cit., p. 124.
  • 8 Ibidem, p. 127.

7Entre 1949 et 1954, les cadres marseillais, poussés en permanence par la direction nationale de leur Parti à s’investir dans les multiples fronts du combat pour la défense de la paix, s’efforcent de convaincre les travailleurs que la satisfaction de leurs revendications dépend du rétablissement de la paix. Ce combat était-il « sans issue », l’application « fidèle » des lignes successives définies par Moscou empêchant le PCF d’élaborer « une stratégie originale et adaptée à la réalité nationale »5 ? Les communistes marseillais enregistrent de fait un seul succès éphémère le 10 janvier 1950 sur la Canebière. Mais, aux yeux de leurs dirigeants, l’essentiel ne réside-t-il pas dans la tenue de la manifestation elle-même ? Michel Winock évoque le « suprême » honneur qui consiste à « affronter la répression antiouvrière, la police casquée du capital, sous les yeux des camarades »6. Les communistes marseillais savent surtout attirer vers leurs candidats « une importante clientèle électorale qui ne pouvait trouver ailleurs ce qu’elle cherchait »7. Ainsi que le souligne Philip Williams, à Marseille comme dans le reste du pays, « par une ironie du sort, c’est dans le domaine qui aurait dû l’intéresser le moins que le parti réussit le mieux »8.

8Marqué par des réflexes développés tout au long de ces années froides, le PCF éprouve certaines difficultés à saisir le sens des événements politiques de la fin de l’année 1954. Le Secrétariat ayant demandé le 6 juillet que soit appréciée d’une manière positive l’action de l’UDCA, La Marseillaise rend compte, le 10 août 1954, avec une certaine sympathie du discours prononcé la veille à Montpellier par Pierre Poujade. Lorsqu’ils multiplient les réunions pour dénoncer les accords de Paris signés le 23 octobre 1954, les communistes marseillais reprennent des arguments formulés antérieurement, s’efforçant en particulier de démontrer que les dispositions adoptées priveront la France des garanties contenues dans le traité franco-soviétique de 1944. Les premières réactions du PCF à la suite des attentats du 1er novembre 1954 dénotent aussi une très nette tendance à analyser les événements en fonction de paramètres datant des années froides. Publié le 9 novembre dans l’Humanité, un communiqué de la direction nationale accuse la politique française en Algérie de « faciliter l’implantation de l’impérialisme germanique ». Les 16 et 17 novembre 1953 dans La Marseillaise, Marcel Egreteaud, conseiller communiste de l’Union française avait déjà déclaré que l’idée d’« Eurafrique » n’était qu’une « formule hitlérienne » servant de prélude à l’« intervention du Maître américain ».

9Cette tendance au conservatisme des idées se double d’une rigidité quant au choix des cadres chargés de conduire les luttes engagées. En vue des législatives de janvier 1956, le Parti décide ainsi de représenter dans la première circonscription des Bouches-du-Rhône sept des neuf responsables qu’il avait sélectionnés à l’occasion du scrutin du 17 juin 1951. De ce fait, l’âge moyen des membres de la liste, soit 44 ans et 3 mois, s’accroît par rapport à celui de la précédente. Ce conservatisme ne se traduit pas pour autant par une perte d’influence dans ses bastions traditionnels des 3e, 14e, 15e et 16e arrondissements. Un tiers des voix obtenues par le Parti sur l’ensemble de la ville, soit une progression de 3 % par rapport au score réalisé en 1951, provient au contraire de ces quatre arrondissements du nord de la ville.

10Peut-on parler de contre-société communiste des années froides ? Sans que l’on puisse trouver la trace d’une volonté coordinatrice, les multiples expériences conduites à Marseille concernent les diverses facettes de la culture et de la connaissance. Les communistes sont présents dans le domaine de l’Histoire, de l’économie, mais aussi de la littérature et de la philosophie par le biais des cycles de conférences proposés par l’Université nouvelle. Des incursions dans le domaine de la poésie, du cinéma, de la peinture et du music-hall se produisent. Un calendrier militant propre au Parti et à ses organisations de masse est proposé durant les années froides. Par la suite, une mobilisation moins intense et les fluctuations politiques décidées en haut lieu conduisent à faire disparaître certaines commémorations. Le 6 mars 1956, un court encart en page cinq de l’édition du 6 mars de La Marseillaise rappelle très sobrement qu’« il y a trois ans mourrait Staline ». Aucune annonce de rassemblement n’accompagne ce communiqué. L’appel du 10 juillet 1940 ne donne plus lieu à des commémorations spécifiques après 1954.

11La sociabilité communiste s’exprime à Marseille par le biais de multiples fêtes. Occasions privilégiées de rencontre entre les militants et leurs dirigeants, ces réjouissances permettent de réunir les populations des quartiers concernés dans une ambiance bon enfant. Tout est prévu pour que tous y trouvent leur compte. C’est parce que le Parti se montre capable d’animer des fêtes, des bals, des soirées artistiques, des rencontres sportives qu’il parvient à s’implanter massivement et durablement dans certains quartiers.

12Les tentatives pour assurer l’existence d’une contre-société possèdent-elles encore une chance d’aboutir en 1954 alors que de multiples évolutions commencent à se produire à travers le monde ? La société de consommation se profile déjà à l’horizon. Le cap des cinq cent mille 4 CV de Renault est dépassé. Lors du salon de l’automobile de l’automne 1954, les Trianon, Versailles et Régence de Ford concurrencent la Frégate du constructeur français. Peugeot prépare sa 403. Rasoirs électriques, meubles en formica, appareils électroménagers commencent à entrer dans les mœurs et dans les appartements. Le monde de la communication se transforme lui aussi. L’ORTF retransmet le 22 mars 1954 un match de catch puis, en mai, le tournoi de Roland Garros. La radio profite des progrès de la technique pour devenir un média de masse. Le 1er février, l’abbé Pierre l’utilise pour lancer son appel à l’insurrection de la bonté. La chute du camp retranché de Dien Bien Phu peut être suivie en direct sur les ondes. RTL propose un grand feuilleton populaire avec les tribulations quotidiennes de La famille Duraton.

13La diffusion de moyens d’information ayant de plus en plus d’impact contribue à la remise en cause de nombreuses valeurs traditionnelles. La publicité véhicule maintenant une image différente de la femme. Aux côtés des ménagères s’extasiant sur les vertus d’un corps gras aux propriétés culinaires exceptionnelles apparaissent des slogans parlant de jambes bien agréables à regarder dans leurs bas. D’autres bouleversements encore plus profonds se préparent aux États-Unis. La génération beatnik apparaît autour d’Allen Ginsberg et de Jack Kerouac qui écrit On the road en 1952. Hugh Hefner lance en 1953 son magazine Playboy. Le comportement sexuel de l’homme ou « rapport Kinsey » continue à se diffuser. Le comportement sexuel de la femme se vend à 250 000 exemplaires dès le premier tirage en 1953. L’idée d’un contrôle possible des naissances a été lancée trois ans plus tôt. Le 12 avril 1954, Bill Haley enregistre Rock around the clock. Elvis Presley fait de même pour deux de ses titres le 5 juillet 1954.

14Le PCF est-il préparé à affronter cette civilisation nouvelle qui s’annonce ? Les 11 et 12 mai 1955, lors de la réunion du Comité central à Aubervilliers, François Billoux reprend la thèse de l’appauvrissement absolu de la classe ouvrière en régime capitaliste développée quelques semaines auparavant par Maurice Thorez. Ce dernier précise sa vision en écrivant en juillet 1955 Nouvelles données sur la paupérisation, réponse à Mendès-France. Cette volonté de polémiquer avec celui qui est considéré comme un des plus brillants théoriciens économiques de la bourgeoisie se situe au moment où la France entame le début d’une croissance durable. La consommation retrouve puis dépasse son niveau de 1938. De 1954 à 1959, le nombre des ménages ouvriers possédant une automobile passe de 9 % à 21,5 %. Bien que moins favorisés que les membres des autres couches sociales, les ouvriers n’en commencent pas moins à profiter eux aussi des fruits de l’expansion.

15La fédération des Bouches-du-Rhône aborde cette mutation en état de fragilité. À l’image de l’ensemble du PCF, elle vient de perdre une partie importante de ses effectifs. Les responsabilités de sa direction sont confiées à des équipes dont la majeure partie des membres sont en place depuis le début des années froides. Son encadrement demeure éminemment masculin et manifeste une tendance continue au vieillissement. La promotion des cadres s’opère mal du fait de la difficulté de trouver des volontaires pour participer aux écoles de formation. La fédération éprouve en outre des difficultés à séduire massivement les garçons et les filles dont elle a besoin pour compenser la déperdition progressive de ses effectifs. Or, en déclarant lors du XIIIe congrès que la jeunesse française vit sans perspectives d’avenir dans un monde américanisé et qu’elle préfère se tourner vers « le parti des novateurs », François Billoux montre que le PCF ne parvient pas à concevoir que la nouvelle génération souhaite se démarquer du mode de vie des adultes. Le Parti se coupera aussi des femmes en conduisant, à l’instigation de Jeannette Vermeersch, une campagne hostile au contrôle des naissances.

16Par son incapacité à prendre en compte les mutations de la société, le PCF perd une grande partie de son attractivité et réduit d’autant ses capacités de recrutement qui avaient permis jusqu’alors de compenser en partie les départs. Ses effectifs ne tarderont pas à connaître des coupes sombres. La diminution du nombre des adhérents rendra plus difficile encore le renouvellement des responsables. Elle ne permettra plus de procéder à l’encadrement des populations au sein de cette contre-société qui constituait la force du Parti. La politique d’ouverture à l’Est conduite par le général de Gaulle à la suite de son retour au pouvoir en 1958 achèvera d’ébranler une formation politique victime peut-être de sa trop grande adaptation aux conditions particulières des années froides.

Notes

1 Le Siècle des communismes, op. cit., p. 11.

2 Jean-Pierre Rioux, La France de la IVe République, t. I, p. 213.

3 Provence-Nouvelle, 15 au 22 mai 1953.

4 Poème d’André Remacle, déjà cité.

5 Jean-Pierre Rioux, op. cit., p. 211.

6 Michel Winock, « L’âge d’or du communisme français », art. cit., p. 58.

7 Philip Williams, La vie politique sous la IVe République, op. cit., p. 124.

8 Ibidem, p. 127.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable