Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les communistes à Marseille à l’apogée de la guerre froide 1949-1954

 | 
Jean-Claude Lahaxe

Une contre société communiste ?

Texte intégral

L'implantation communiste dans le centre-ville (1949-1954)

L'implantation communiste dans le centre-ville (1949-1954)

1. SPF, UJRF, Traminots CGT
2. France-URSS (1949)
3. France-URSS (1950)
4. UJRE
5. France-URSS (1953)
6. CPL, FNDIRP
7. UNI
8. UFF, UJFF
9. Mouvement de la paix
10. Syndicat CGT des officiers de la marine marchande
11. Tourisme et Travail
12. FNDIRP (1948)
13. Fédération communiste des Bouches-du-Rhône (1953)
14. FORR, Comité de défense des immigrés
15. Fédération communiste des Bouches-du-Rhône (1951)
16. FORR (1950)
17. Comité pour la paix au Viêt-nam
18. MPF
19. La Marseillaise
20. Syndicat CGT des typographes (1951-1952)
21. Section communiste du Centre, UJRF (1952-1954)

  • 1 René Rémond, Notre siècle, de 1918 à 1991. Collection Histoire de France sous la direction de Jean (...)
  • 2 Philippe Robrieux, Maurice Thorez, vie secrète et vie publique, Fayard, Le monde sans frontières, P (...)
  • 3 Définies dans Sur la littérature, la philosophie et la musique, les conceptions sur la culture d’An (...)
  • 4 Claude Pennetier, Bernard Pudal, « L’invention de l’homme communiste », Le siècle des communismes, (...)

1Être communiste à Marseille implique-t-il en ce début des années cinquante de partager les valeurs d’« une société complète en marge de la société globale »1 ? Est-ce devenir un de ces hommes « intelligents, intègres et courageux » qui « en arrivent à ne plus percevoir la réalité qu’au travers d’un prisme qui la déforme »2 ? La réponse à cette problématique suppose au préalable un examen détaillé des vecteurs d’implantation qui furent utilisés par le PCF à Marseille. Ce dernier s’efforça de quadriller l’ensemble de la ville en y implantant les sièges de ses sections et des organisations de masse situées dans sa mouvance. Il s’appuya aussi sur l’implantation de ses élus dans les quartiers. Afin de renforcer cette emprise et de lui conférer un aspect quasi-permanent, il tendit à multiplier le nombre de ses activités tout au long de l’année. Le Parti confia enfin à La Marseillaise la mission de populariser ses engagements et ses convictions et de combattre sans relâche les voix de l’ennemi incarnées essentiellement par Le Provençal. Intégrés dans ces deux cadres, spatial et temporel, les communistes marseillais intériorisèrent, à l’instar de leurs camarades parisiens, des convictions fortes. Ils furent poussés à s’impliquer dans les différentes formes de sociabilité mises en œuvre par leur parti. Ce dernier favorisa, à leur intention mais aussi en direction d’autres couches sociales, le développement et la diffusion des éléments d’une culture véritablement populaire mais régie par les règles strictes imposées à toute création par la jdanovischna3. Ces multiples efforts furent-ils suffisamment prégnants et cohérents pour aboutir à « l’invention de l’homme communiste », formule derrière laquelle Claude Pennetier et Bernard Pudal discernent le souci permanent d’élever « une barrière symbolique entre le dehors et le dedans, entre les camarades et les autres »4 ?

Les vecteurs de l’implantation

2Est-ce pour se trouver au plus près des actions qu’il envisage de mener que le PCF a choisi de s’installer loin des quartiers à forte implantation ouvrière dans lesquels résident pourtant ses masses de manœuvre habituelles ? Ainsi que le montre la carte de la page 188, les sièges de la fédération des Bouches-du-Rhône, de l’ud-CGT ainsi que ceux des directions départementales des autres organisations de masse se regroupent dans un périmètre réduit de part et d’autre de la Canebière. Cette concentration dans le centre-ville se double de la stabilité de la localisation d’une grande partie des directions répertoriées même si l’emplacement du siège de la fédération communiste se déplace des allées Gambetta en 1949, au 13 rue Venture en 1952, avant de se fixer à partir d’octobre 1953 au 10 de la rue Haxo. De 1949 à 1954, le local de la direction départementale de l’UFF se trouve au 41 du cours Lieutaud. Plusieurs mouvements se côtoient souvent dans un même immeuble. La section du Vieux-Marseille partage ses locaux au 60 de la rue de Lorette avec le cercle France-URSS. En 1951, Vaillants et Vaillantes, AVER, FSGT cohabitent au 4 de la rue Saint-Saëns. Lorsque le besoin s’en fait sentir, cette adresse abrite des structures plus éphémères telles que les comités départementaux des festivals de Berlin en 1951 et de Bucarest en 1953. Dans les autres parties de la ville, qu’elles jouxtent ce centre névralgique ou qu’elles soient en position plus périphérique, le PCF a développé un type d’implantation similaire reposant sur la présence de cellules et de sections appuyées par un cercle UJRF, un foyer UJFF et un comité UFF. Dans le 15e arrondissement, en plus de ses propres organisations, le Parti est assuré du soutien des AIL des Crottes et de Saint-Louis et de leurs cliques respectives. Il influence le CIQ et le club de la Jeunesse sportive de Saint-Louis. Dans le 16e arrondissement, les communistes bénéficient du soutien actif des AIL de Saint-André, Saint-Henri et de l’Estaque et sont influents au sein de l’Étoile ouvrière de l’Estaque, du Saint-Henri Sports, des clubs boulistes et du Vélo-club de Saint-André. Dans le quartier de la Belle-de-Mai, leur présence est sensible au sein des AIL, du CIQ, du Sporting club et de l’unique section du Front national subsistant à Marseille.

3Une partie importante de ces locaux appartient au PCF. Des Maisons du peuple dont celles de Menpenti et de Saint-Louis, plusieurs dizaines de bars (trente-neuf en 1948) gérés par un permanent du parti figurent dans ce patrimoine foncier. Depuis qu’à la suite d’une donation a été créée le 13 février 1938 une association intitulée « La Maison du Peuple », la section de Vauban se réunit dans des locaux qui lui appartiennent. Selon les statuts fondateurs, l’association a pour objet « l’éducation, l’occupation des loisirs de ses membres ». Le cercle qu’elle abrite, doté de la personnalité civile en vertu de la loi du 1er juillet 1901, est « ouvert à toute personne se réclamant de la démocratie et du Progrès Social ». Les statuts stipulent qu’une assemblée générale réunit durant le mois de janvier tous les membres qui sont en règle. Installée par contre dans un local appartenant à la mairie de Marseille, la direction départementale de l’UFF se voit menacer d’expulsion par la municipalité RPF en 1952.

4Les lieux mis à la disposition des militants communistes sont-ils uniquement susceptibles de leur permettre de tenir des réunions internes et de stocker le matériel de propagande ou bien sont-ils suffisamment vastes et équipés pour proposer des soirées festives aux habitants du quartier ? Certaines directions disposent d’un espace limité par rapport aux tâches qui leur sont dévolues. Au 10 de la rue Haxo, la fédération communiste est installée au premier étage. Le siège de l’UFF correspond à une petite pièce et à une arrière-salle pour le matériel. En 1951, la section du Centre occupe par contre cinq pièces au premier étage du 28 de la rue Saint-Saëns. Elle y dispose de deux ronéos et d’une machine à écrire. Le lieu servant aussi de cercle, bouteilles, tables, chaises, jeu de baby-foot, livres complètent l’équipement. France-URSS dispose des troisième et quatrième étages au 36 rue Longue des Capucins. Le boulevard de la Jamaïque étant en réalité une impasse, la Maison du Peuple de Saint-Louis est à même d’organiser des festivités estivales au pied de son immeuble.

5Le quadrillage du terrain ainsi réalisé facilite le travail de proximité auquel se livrent élus et mouvements de masse. Les premiers mettent leur bonne implantation dans les quartiers populaires au service des animations proposées par leur Parti. Élu conseiller municipal depuis le 8 décembre 1946, Raymond Alpe s’implique dans la vie associative du Canet. Dans son autobiographie de 1953, il précise qu’il y est vice-président des AIL et membre du conseil du CIQ. Secrétaire de la section de Saint-Mauront et conseiller municipal, Henri Pagès est populaire dans cette partie de la ville tandis que Louis Gazagnaire, en tant que conseiller général du troisième canton, est solidement ancré dans le Vieux-Marseille. Tirant profit de son passé de premier magistrat de la ville, Jean Cristofol rayonne largement au-delà d’un seul quartier même s’il est plus particulièrement présent à l’Estaque où une fête commémore à la fin du mois d’août l’élargissement du pont de Riaux par les équipes de choc créées à l’époque de la municipalité qu’il dirigeait. François Billoux participe lui aussi à des cérémonies de remises de cartes, à des défilés ou à des commémorations dans l’ensemble des quartiers de Marseille. Joue-t-il pour autant le même rôle d’élu de terrain que Jean Cristofol ? Sa présence chaque année lors de la fête de la Galline ne permet pas de parler d’une véritable implantation à l’Estaque. Elle découle plutôt de ses fonctions au sein de la direction nationale du PCF et de son image de « meilleur ami de la jeunesse ».

6Les mouvements de masse, au-delà du registre politique à l’intérieur duquel chacun d’entre eux est censé s’exprimer, contribuent aussi à l’encadrement des populations. Afin de mieux faire passer son discours politique auprès des femmes, l’UFF multiplie les activités de proximité. Elle organise des goûters et des séances récréatives pour les enfants ou les personnes âgées du quartier, propose des bals au reste de la population. Ses comités s’occupent des mères à l’occasion de chaque rentrée des classes afin de les aider à remplir les formalités administratives, coudre des blouses ou régler des cas sociaux difficiles. L’UJRF et l’UJFF animent des concours de chant et des soirées dansantes en s’efforçant d’y associer les jeunes de la JOC dans l’espoir que cette première étape conduira par la suite vers d’autres actions communes à caractère plus politique. À l’approche de chacun des étés de la période, les Vaillants et Vaillantes lancent une campagne autour du slogan « plus de vacances dans les ruisseaux ». La localité de Roquefort la Bédoule accueille entre les 16 et 19 avril 1949 une centaine de pionniers et de pionnières marseillais ayant onze ans au moins. Dans le prolongement du rassemblement sportif international du 23 au 25 mai 1953, une trentaine de jeunes sont envoyés en Hongrie. Par le biais de la défense de la paix, le Parti parvient à établir des contacts avec une assez grande diversité de groupes professionnels ou de communautés religieuses. Parmi ceux qui appellent à venir assister à la conférence sur le problème allemand qui doit se dérouler le 16 janvier 1954 figurent onze enseignants, quatre avocats, trois médecins. Un représentant des quakers, un pasteur et trois ecclésiastiques ont aussi donné leur accord. Les contacts ainsi établis favorisent l’imprégnation culturelle de ces non-communistes. Le 4 février 1951, le comité de la paix du quartier de la Parette propose une réalisation soviétique, Le Chevalier de l’Humanité, pour mettre en valeur le compte rendu du congrès de Varsovie. Le 26 juillet 1953, le film hongrois Un lopin de terre est programmé en même temps qu’un exposé sur la récente conférence nationale pour la négociation et la paix.

7Grâce au soutien qu’ils apportent à l’école publique, les communistes entretiennent de bons contacts avec les Amis de l’instruction laïque. Ils ne manquent pas, lors de chaque rentrée des classes, de dénoncer, au travers de toutes les insuffisances relevées dans les quartiers, les politiques scolaires conduites par les gouvernements successifs ou les municipalités Carlini et Defferre. Malgré la présence de militants socialistes au sein des AIL, ces efforts finissent par se révéler payants. Le 25 juin 1950, Benoît Frachon peut s’exprimer devant les responsables de l’ud-CGT dans un local prêté pour la circonstance par le cercle du Canet. Le 2 novembre 1952, c’est au siège des AIL des Crottes que se déroule la châtaignée offerte par la cellule de ce quartier pour fêter le retour annoncé de Maurice Thorez. Le prêt de salle ne représente pas la seule forme de collaboration. Cliques et musiques des AIL s’intègrent dans les cortèges à l’occasion du 1er mai, du 14 juillet ou des fêtes marquant la libération du quartier. Elles se retrouvent associées à la fête annuelle de La Marseillaise à Gémenos. Celle de Menpenti figure en tête du cortège qui manifeste le 27 mai 1952 contre la venue du général Ridgway. Dirigées par madame Girardin, deux troupes des AIL de la Belle-de-Mai, les Églantines et les Petits Rats, sont fréquemment sollicitées pour assurer l’animation des réunions. Associant chant et danse dans leur répertoire, elles se produisent en particulier lors des cérémonies organisées le 18 mai 1953 en l’honneur des cinquante ans de François Billoux et le 3 mars 1954 à l’occasion du premier anniversaire de la mort de Staline. Certains cercles des AIL s’impliquent dans des actions au caractère politique ou syndical nettement plus affirmé. Le 25 septembre 1949, celui de Saint-Henri participe aux opérations de vote pour la paix. Un comité spécifique regroupant la section syndicale CGT, le Mouvement de la paix, l’UFF, des chrétiens et les AIL voit le jour à Saint-Louis le 20 décembre 1953 en vue d’offrir un arbre de Noël aux enfants des salariés de l’Aluminium en lutte.

8Afin de bénéficier du soutien des CIQ, de la Fédération des locataires ou des comités de défense des sinistrés et évacués, le PCF n’hésite pas à reprendre à son compte leurs principales revendications. Le mot d’ordre « Formez des comités de défense du logement » est déjà lancé dans Rouge-Midi du 25 avril 1948. Dès les premiers jours de l’année 1949, la CGT organise une campagne pour s’opposer à toute augmentation des loyers. Propagandistes et organes de presse du Parti ne manquent pas d’exploiter chaque événement marquant de la période : effondrement d’un immeuble dans la rue de Crimée en décembre 1949, expulsion des habitants des taudis de la rue Caravelle et de ceux des pavillons des ADN en novembre 1952, effondrement à la Madrague de Montredon en janvier 1953. Les malversations qui présideraient à l’attribution des logements HLM sont régulièrement évoquées dans La Marseillaise. En 1952, Jean Cristofol dénonce à plusieurs reprises la spéculation foncière qui sous-tendrait les projets de réorganisation des quartiers du Vieux-Marseille et de la porte d’Aix avancés par la municipalité Carlini. À ces insuffisances, les communistes opposent les propositions et les démarches accomplies en faveur des populations par les élus de leur parti.

9S’efforçant de marquer de sa présence l’ensemble des quartiers de la ville, soucieux d’autre part d’étendre son influence en direction d’autres couches sociales et d’établir des points de convergence avec des sensibilités de pensée différentes, le Parti communiste parvint-il pour autant à encadrer en permanence ses militants ? Pour répondre à cette interrogation, il était nécessaire de déterminer tout d’abord les éléments de cette recherche. Grèves, manifestations, élections et votes pour la paix ont été écartés puisque relevant essentiellement du domaine de l’engagement politique. Remises des cartes, goûters, arbres de Noël ont été retenus car procédant de la volonté de développer des liens solides au sein du peuple communiste. Les commémorations s’intègrent dans cette recherche car elles traduisent un souci permanent de rattachement aux racines idéologiques et historiques. Les expositions, les conférences et les projections cinématographiques découlent de la volonté de disposer d’une culture propre à la classe ouvrière. Les activités sélectionnées ont été recherchées dans l’ensemble des éditions de La Marseillaise de 1949 et de 1953, respectivement première et dernière des années complètes de la période étudiée. Leur repérage achevé, elles ont été reportées, à l’exception des projections cinématographiques qui se déroulent sans interruption de janvier à décembre, dans les tableaux des pages 194 et 195 de manière à faciliter la mise en évidence de lignes de force éventuelles.

L’occupation du terrain en 1949

L’occupation du terrain en 1949

(1) : UN : Université nouvelle.

Sources : Toutes les éditions de 1949 de La Marseillaise.

L’occupation du terrain en 1953

L’occupation du terrain en 1953

(1) : Jean-Pierre.

Sources : Toutes les éditions de 1953 de La Marseillaise.

10Une remarque préliminaire s’impose au vu des initiatives recensées. Bien qu’un nombre de pages inférieur limite le nombre de communiqués publiés en 1949 dans La Marseillaise, l’activité du Parti communiste et des mouvements de masse qui lui sont liés apparaît aussi intense que celle déployée en 1953. La lecture des tableaux met ensuite en évidence l’existence de phases de plus ou moins grande mobilisation. Les deux derniers mois de l’année, et, avec une activité moindre toutefois, celui de janvier se caractérisent par une succession quasi-incessante de réunions et de fêtes avec les commémorations de la révolution d’Octobre et du congrès de Tours auxquelles s’ajoutent les cérémonies de remises de cartes. Le deuxième moment de forte présence communiste correspond aux deux mois d’été. Les dirigeants ayant le plus souvent quitté Marseille, cette période est moins propice aux actions militantes même si l’appel du 10 juillet 1940 et la libération de Marseille sont commémorés. Le Parti compense ce vide politique relatif en proposant soit de grandes fêtes, activités patronnées par La Marseillaise sur le cours d’Estienne d’Orves ou rassemblement dans la vallée de Saint-Pons à Gémenos, soit des réjouissances dans les quartiers si la section locale dispose des ressources nécessaires pour supporter les frais d’organisation et bénéficie de l’implantation de plusieurs mouvements de masse susceptibles d’aider à l’encadrement de la manifestation. Les festivités sont moins nombreuses par contre au début de l’automne, période traditionnellement consacrée à la reprise des activités politiques et syndicales : vote pour la défense de la paix et journée départementale du 2 octobre en 1949, lutte contre le « complot » au travers de la campagne d’automne de la CGT et préparation des rassemblements contre la guerre d’Indochine et contre le réarmement allemand en 1953.

11La Marseillaise, organe de presse d’un parti fortement implanté dans les couches populaires, se doit de coller en permanence aux goûts de son lectorat. Même lors des périodes de forte tension politique, le quotidien réserve toujours plusieurs pages aux sports les plus populaires : football, cyclisme, boxe mais aussi boules. La volonté de promouvoir le sport amateur, un article du 31 octobre 1953 regrette ainsi de voir Jean Robic et Fausto Coppi devenir les « cibles des commerçants du sport », n’empêche pas pour autant le quotidien de souligner le 11 juillet 1954 que « l’importance géographique de Marseille commande d’avoir une grande équipe » de foot professionnelle pour la prochaine saison. Chaque édition comporte aussi son lot de faits divers, parfois particulièrement horribles. D’août 1952 à novembre 1953, l’affaire Dominici est couverte par une importante équipe de journalistes. Le sujet se voit même attribuer une connotation politique lorsque les investigations de la police se portent en direction d’anciens résistants communistes des Basses-Alpes. En réaction, les responsables du quotidien décident le 20 octobre de placer côte à côte l’article consacré au procès de Toulon et le reportage d’Henri Audibert qui qualifie « l’otage Dominici » de « suprême espoir des enquêteurs ». La Marseillaise joue pleinement son rôle de tribun populaire lorsque son lectorat manifeste des réactions de défiance vis-à-vis des changements qui affectent leur cadre de vie. Elle se montre en particulier très critique lors de l’apparition en octobre 1952 de la viande vendue sous cellophane. Prenant en compte l’amélioration du niveau de vie de certains de ses lecteurs et du déplacement de leurs centres d’intérêt, La Marseillaise consacre par contre en 1954 plusieurs articles à la mise en service du relais de télévision du massif de l’Étoile et publie le 27 septembre un long reportage sur le salon de l’automobile. Le quotidien couvre aussi la Foire de Marseille tout en déplorant, à partir de 1952, que cette manifestation populaire se transforme en un spectacle inaccessible aux foyers les plus modestes.

12Le souci de valoriser les succès de l’Union soviétique conduit pourtant parfois à heurter la sensibilité de militants ou de sympathisants dont les réactions correspondent à celles de la grande majorité des Français de l’époque En réaction à l’enquête effectuée du 8 au 11 juillet 1954 pour démontrer la supériorité de la technique de l’accouchement sans douleur pratiquée dans ce pays, une lectrice de Béziers adresse dès le 10 juillet une lettre de protestation à la direction de La Marseillaise. Elle se déclare très « étonnée » de constater que le reportage de Gaston Lenfant figure à la Une de « son » journal. Elle affirme écrire non par « parti pris » mais parce qu’elle redoute que ses enfants qui attendent chaque jour les aventures de Pif ne tombent sur cet article. « Il y a des choses que les enfants et les jeunes filles ont bien le temps d’apprendre », conclut cette lectrice.

Variations marseillaises sur un discours général

13Durant toute la période, le PCF s’est efforcé d’élargir toujours plus le courant de sympathie dont il bénéficiait en modelant et en proposant quelques images faciles à assimiler. Celles d’un parti « de type nouveau » et de ses dirigeants d’exception tout d’abord. Celle de la force irrésistible des luttes d’un peuple marseillais puisant sa force dans l’exemple d’un passé rebelle préalablement reconstruit. Celle d’une Provence menacée de destruction ou d’acculturation du fait des dangers multiples créés par l’impérialisme américain mais qui aurait tout à gagner d’une coopération avec une Union Soviétique pacifique et radieuse.

Des dirigeants d’exception, un parti « de type nouveau »

  • 5 La Marseillaise, 18 novembre 1949, 5 février 1950. Provence-Nouvelle, 21 au 28 décembre 1951.
  • 6 Annie Kriegel, Communismes au miroir français, Paris, Gallimard, 1974, p. 154.
  • 7 La Marseillaise, 7 août 1951, 24 juin 1953.

14Les communistes expriment leur fidélité à l’Union soviétique au travers des multiples facettes du portrait officiel de Staline. Compagnon de Lénine tout au long de la révolution d’Octobre et de la guerre civile, « homme de la victoire et de la paix » promu en 1950 au rang de « savant d’un type nouveau », le maître du Kremlin devient en 1951 le « bâtisseur de la société socialiste qui ouvre la marche au Communisme »5. Véritable « transposition à l’échelle française » du « grand culte consacré à Staline »6, le portrait officiel de « Maurice » dépeint « le meilleur Stalinien de France », « le meilleur disciple en France de Marx, Engels, Lénine et Staline »7. De nombreuses facettes de ces deux portraits sont reprises pour présenter François Billoux, le seul responsable fédéral à bénéficier d’autant d’égards. Les festivités organisées le 17 mai 1953 à l’occasion de son cinquantième anniversaire confortent l’image d’une envergure politique dépassant largement le cadre local. André Remacle réalise Marseille propre pour retracer en cinq tableaux la vie militante du dirigeant qui, à l’instar de Staline et de Maurice Thorez, reçoit une multitude de cadeaux dont La Marseillaise publie la liste soigneusement détaillée et commentée. Tous les responsables fédéraux rédigent un article pour illustrer positivement un des aspects de la personnalité de « François ». Alors que ses quarante-cinq ans n’avaient été salués dans Provence-Nouvelle du 23 mai 1948 que par un court article et par une seule photographie, l’hebdomadaire consacre à l’événement dix pages de son édition du 15 au 22 mai 1953.

  • 8 Claude Pennetier, Bernard Pudal, Le siècle des communismes, op. cit., p. 374.

15Reprenant la méthode qui permit en 1949 de dresser dans la seconde édition de Fils du peuple le portrait d’un héros « étrangement dépersonnalisé » qui « semble se contenter de prêter sa figure à une trajectoire exemplaire, celle du dirigeant ouvrier communiste »8, l’hebdomadaire évoque « toute une vie consacrée à la France et à son peuple » : naissance dans une famille de paysans modestes, études interrompues par une entrée précoce dans le monde du travail, engagement militant dès l’âge de quatorze ans. Provence-Nouvelle souligne que François Billoux rejoignit le Parti dès 1920 et que « son dévouement inlassable, sa valeur politique, ses méthodes d’organisation » lui valurent d’entrer au Comité central dès 1926 et de devenir secrétaire général des Jeunesses communistes deux ans plus tard. L’épisode sulfureux de l’affaire Barbé-Celor est opportunément passé sous silence.

  • 9 La Marseillaise, 9 et 16 mai 1953.
  • 10 Salut à François Billoux, poème d’André Remacle, La Marseillaise, 17 mai 1953.
  • 11 La Marseillaise, 17 mai 1953.
  • 12 Provence-Nouvelle, 15 au 22 mai 1953. Article déjà cité.

16La biographie reconstruite valorise par contre la venue de François Billoux à Marseille en 1934. Reprenant le récit d’André Remacle qui, dans La Marseillaise du 2 juillet 1952, racontait dans quelles circonstances, envoyé « sur l’initiative de Maurice Thorez », arriva « un homme de petite taille, aux yeux lumineux de vivacité et d’intelligence, à la volonté de fer, à l’énergie indomptable », Pierre Doize explique dans l’édition du 14 mai 1953 de ce même quotidien que celui dont on fête l’anniversaire « mit à la raison Sabiani et ses gangsters ». Inspiré lui aussi par le récit d’André Remacle de juillet 1952, l’article de Provence-Nouvelle du 15 au 22 mai 1953 rappelle qu’à l’occasion du congrès de Villeurbanne du 22 au 25 janvier 1936, Maurice Thorez n’hésita pas à consacrer une partie de son rapport à la progression enregistrée par le Parti à Marseille grâce au travail de « François ». Aucun d’entre eux ne parle par contre des missions effectuées par ce dernier en Espagne pour le compte du Komintern. Chargé de valoriser un autre moment fort de la vie de François Billoux, Georges Lazzarino évoque le « grand patriote » déporté en Algérie, « le premier des vingt-sept du Chemin de l’Honneur »9. Rejeté « aux oubliettes » en 1947 malgré son œuvre à la tête du ministère de la Reconstruction, François Billoux continue aujourd’hui encore à guider les travailleurs « sur la voie tracée par Maurice, la voie des roses et du pain »10. Gaston Lenfant l’élève au rang de « disciple et frère d’armes de Maurice Thorez » et de « fidèle élève de Staline »11. Plus mesuré, Pierre Doize se limite à la formule « un des meilleurs disciples de Maurice Thorez »12.

  • 13 La Marseillaise, 13 mars 1950.
  • 14 La Marseillaise, 22 mai 1951.

17La place spéciale attribuée à François Billoux se mesure aussi au soin mis pour relater chacune de ses apparitions, au souci de souligner l’admiration et la confiance exceptionnelles dont bénéficie le « dirigeant bien aimé de la classe ouvrière » dont la seule évocation du nom « suffit à déchaîner l’enthousiasme de tous »13. Lui seul à Marseille est accueilli par des applaudissements aussi longs et aussi intenses. Ce sont « d’innombrables acclamations » d’une foule debout, une « tempête d’acclamations », des « bravos crépitants », « un tonnerre d’acclamations », « un déluge d’applaudissements » qui le saluent le 21 mai 1951 lors de la présentation des candidats du Parti pour les législatives14.

  • 15 La Marseillaise, 23 juin 1954.
  • 16 La Marseillaise, 17 janvier 1951.
  • 17 La Marseillaise, 20 avril 1953.

18« La salle est de nouveau debout » et les applaudissements « n’en finissent plus » lorsque « le dirigeant aimé des travailleurs des Bouches-du-Rhône » effectue le 22 juin 1954 le compte rendu des travaux du récent Comité central15. Cette fusion avec un auditoire résulte de la grande popularité de François Billoux mais aussi de ses qualités d’orateur. Il subjugue les cheminots du Prado en 1951 en parlant « calmement, avec la profonde force de persuasion qu’il met au service de son analyse rigoureuse des faits » et « en s’appuyant constamment sur des exemples pris dans la vie de tous les jours »16. François Billoux possède la faculté de transmettre « son sourire de certitude » à l’assistance venue l’écouter lors des élections municipales de 195317.

  • 18 La Marseillaise, 24 novembre 1951 et 22 mars 1952.
  • 19 La Marseillaise, 20 juillet 1953.
  • 20 Jeannine Verdès-Leroux, Au Service du Parti. Le parti communiste, les intellectuels et la culture ( (...)

19Bénéficiant eux aussi d’une volonté de mise en valeur évidente, les autres dirigeants reçoivent des louanges d’une moindre intensité dénotant un strict respect de la hiérarchie. Aucun d’entre eux n’atteint par exemple le statut de disciple de Maurice Thorez qui leur conférerait une autonomie de pensée dans le domaine de la théorie. Tous restent confinés dans le rôle d’exécutants compétents et fidèles. Pierre Doize est un « militant exemplaire » qui « a vécu les luttes du Parti Communiste Français », Jean Cristofol est l’ami « de la population laborieuse de Marseille » pour le bonheur de laquelle il milite « sans répit depuis plus de trente ans »18. « Député d’un type nouveau », Paul Cermolacce a consacré vingt longues années de sa vie au sein du Parti « au service de la classe ouvrière et des populations laborieuses »19. Ce statut plus modeste explique en partie la moindre envergure des fêtes organisées en l’honneur de ces trois responsables. Les célébrations de ce type représentant, selon l’analyse proposée par Jeannine Verdès-Leroux, « une occasion de marquer publiquement les services d’un militant, la place que le parti lui octroie »20, aucun grand meeting central n’est prévu pour le vingt-cinquième anniversaire de l’adhésion de Pierre Doize, pour les cinquante ans de Jean Cristofol ou les vingt ans de militantisme de Paul Cermolacce. En outre, ni le lieu, ni le jour ne sont propices à une affluence massive. Signe du rôle joué par les positions respectives des intéressés au sein de la hiérarchie du Parti, ou peut-être reflet de la nature de relations personnelles, si François Billoux se déplace pour prononcer l’allocution d’usage en l’honneur de Pierre Doize, il se fait excuser lors des deux autres cérémonies.

20Quelles réalités recouvrent ces multiples expressions de ce culte local de la personnalité ? L’analyse du bilan personnel, nombre de voix plus signes préférentiels, obtenu par chacun des 63 candidats présentés par le PCF lors des municipales d’avril 1953 fournit quelques éléments de réponse à cette question. La consigne du Parti de réserver ces signes à la tête de liste n’étant pas respectée, un décalage apparaît entre l’ordre initial et le classement définitif. Lucien Molino est devancé par Jean Cristofol. Pierre Doize rétrograde de la quatrième à la quinzième position. Les suffrages qui se sont portés sur Jean Marrot lui permettent d’obtenir, alors qu’il n’occupait que la quinzième place sur la liste, le troisième meilleur score et même de talonner François Billoux. La popularité des cadres « aimés et respectés » ne correspond donc pas tout à fait à ce que laissent supposer les descriptions publiées dans la presse. Cette distorsion entre réalité et image se retrouve-t-elle au niveau de la vision idéalisée du Parti ?

  • 21 Claude Pennetier, Bernard Pudal, op. cit., p. 334. Durant ces années froides, cette vision est d’au (...)
  • 22 La Marseillaise, 6 juillet 1952.

21Évoquant la représentation dominante que le PCF voulut donner de ses adhérents, Claude Pennetier et Bernard Pudal parlent d’un portrait montrant des « militants dévoués jusqu’à la mort, disciplinés », au « service du parti », ayant « l’esprit de parti »21. Une volonté identique de mise en scène se retrouve au niveau des articles publiés entre le 23 juin et le 7 juillet dans La Marseillaise. Œuvre de circonstance imposée par la gravité des événements, cette série rédigée par André Remacle est destinée à atténuer le choc consécutif aux échecs de la manifestation du 28 mai et de la grève du 4 juin 1952. Par le truchement de Jean, son personnage central, le journaliste propose un voyage à l’intérieur du PCF. Il s’efforce de démontrer à ses lecteurs que, bien qu’« attaqué, calomnié, insulté », le Parti est « plus vivant, plus enthousiaste, plus beau que jamais »22. André Remacle s’attache dès son premier article à détailler la très grande diversité des personnes qui composent une cellule. Jean est entouré par un socialiste, un sans-parti, des camarades de travail, des hommes et des femmes. Cette vision d’une formation politique largement ouverte à tous ne constitue pas une nouveauté dans le discours communiste.

  • 23 La Marseillaise, 23 juin 1954.

22Rendant compte de la fête organisée la veille par la fédération des Bouches-du-Rhône, La Marseillaise signale dans son édition du 20 juin 1949 la présence au parc Chanot du « peuple divers avec ses jeunes filles débordantes de vie, ses vieillards émus et contents, ses ouvriers, ses employés, ses commerçants, ses intellectuels ». La formulation demeure identique en 1954 puisque ce sont aussi « des ouvriers, en majorité : dockers, métallos, gars du bâtiment, des produits chimiques, des cheminots, mais aussi des intellectuels, des médecins, des fonctionnaires, des gens appartenant aux catégories sociales les plus diverses » qui viennent le 22 juin prendre connaissance des décisions prises par le Comité central23.

  • 24 La Marseillaise, 23 juin 1952.
  • 25 La Marseillaise, 28 juin 1952.
  • 26 La Marseillaise, 28 juin 1952.
  • 27 La Marseillaise, 4 juillet 1952.
  • 28 La Marseillaise, 24 juin 1952.
  • 29 La Marseillaise, 23 juin 1952.

23Issus d’horizon divers, les communistes ne tardent pas à répandre autour d’eux une quiétude rayonnante et une fraternité limpide et indéfectible. Dès la première réunion de cellule à laquelle il assiste, Jean remarque « le rayonnement » et la « certitude » exprimés par les visages de ses voisins et se sent bientôt « entouré, baigné d’un flot de chaude affection »24. Durant l’assemblée d’information à laquelle il participe par la suite, Jean sent de nouveau « une bouffée de chaleur » lui monter au visage25. « Un brouhaha fait de rires, de discussions, de souvenirs communs » lui fait palper « la présence d’une extraordinaire amitié, d’une mutuelle confiance » se dégageant de « la jeunesse de tous ces visages »26. Jean est de nouveau plongé dans une atmosphère « douce et reposante » en assistant à la conférence fédérale27. La description de la fraternité ambiante régnant au sein du Parti représente un élément permanent dans le discours communiste de l’époque. Le 20 juin 1949, La Marseillaise mentionnait déjà cette « grande famille, dont tous les membres savent qu’ils peuvent compter les uns sur les autres », sur laquelle règne un « esprit d’émulation » pour réaliser les stands de la fête prévue au parc Chanot. Le 7 avril 1954, ce même quotidien affirme que les membres du Parti qui préparent le rassemblement de la jeunesse de la Galline rivalisent entre eux pour se montrer « les plus différents et les plus ingénieux ». Entouré par tant de sollicitude, le personnage imaginé par André Remacle se considère, dès la première réunion à laquelle il assiste, « membre d’une grande, d’une belle famille »28. Exemple de la transformation que le Parti offre à tout nouvel adhérent, il se sent très vite capable d’assumer de nouvelles responsabilités malgré son « écriture appliquée d’écolier maladroit »29.

  • 30 La Marseillaise, 27 juin 1952.

24Aiguillonné par le sens de sa nouvelle mission, il « ouvre grands les yeux pour tout saisir, tout répercuter dans son cerveau, tout agglomérer dans sa mémoire »30. Grâce aux exposés auxquels il assiste, le « brouillard intense » qui recouvrait « les choses les plus simples » ou la « brume » qui rendait opaques « les mots les plus courants » se dissipent. Jean rêve déjà d’être admis à l’école fédérale « pour devenir un homme véritable, un homme communiste ».

  • 31 La Marseillaise, 5 juillet 1952.
  • 32 La Marseillaise, 22 juin 1954.

25André Remacle s’efforce aussi de prouver que la démocratie existe à tous les échelons du Parti. Le 24 juin, il fait dire à son personnage qu’une cellule « n’est pas cette chose mystérieuse dont parlent certains journaux ». Tout le monde prend la parole à son tour pour exposer « ce qu’il a fait, ce qu’il aurait pu mieux faire, ce qu’il aurait dû mieux faire » et pour « dire aussi ce qu’il pense de l’activité de tel ou tel ». Tout se déroule d’une manière bon enfant car, si « parfois l’intéressé regimbe un peu, s’explique », l’affaire ne débouche jamais sur quelque chose « de bien méchant » puisque seul compte le bon fonctionnement de la cellule. André Remacle reprend cette idée de transparence en décrivant le 27 juin une école de section qui ne vise aucunement à préparer des « raids de brigands » puisque « tout est là ouvert, au vu et au su de chacun ». La conférence fédérale constitue quant à elle « la forme suprême de la démocratie » puisque « les décisions prises, chacun s’emploie à les appliquer »31. Suivant une logique similaire, François Billoux souligne le 21 juin 1954 que seul le PCF suscite « une telle unanimité autour de ses dirigeants après les avoir soumis, en public, à la critique des masses »32.

  • 33 La Marseillaise, 10 décembre 1949.
  • 34 La Marseillaise, 24 juin 1952.
  • 35 Le siècle des communismes, op. cit., p. 359.
  • 36 La Marseillaise, 16 décembre 1952.

26À l’instar de Georges Croëse qui, en 1949, déclarait aux cadres syndicaux qu’ils avaient « la chance de faire partie de la génération qui verra le triomphe de la classe ouvrière et qui fera le bonheur de la jeunesse »33, André Remacle insiste sur l’idée que le Parti tire son extraordinaire pouvoir d’attraction du fait qu’il permet à ses militants « d’écrire l’histoire »34. Sa description occulte la complexité qui prévaut au sein du PCF, en particulier l’adéquation entre les méthodes de la direction nationale et « une volonté militante populaire de discipline, d’ascétisme, de « pureté »35. En décembre 1952, Pierre Doize explique par contre que, parce qu’ils sont « éduqués, formés à l’école du grand Français, du grand patriote qu’est Maurice Thorez », les communistes n’hésiteront pas à dénoncer, comme le font actuellement leurs camarades tchécoslovaques, les traîtres infiltrés parmi eux36.

  • 37 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 14 octobre 1952.

27Restant dans le domaine des débats internes, les propos échangés au tout début de l’affaire Marty-Tillon par deux membres du bureau de la section du Centre illustrent bien cette tendance à reprendre, voire amplifier les décisions prises par la direction du Parti37 Selon le premier de ces cadres, la culpabilité des deux responsables nationaux ne fait aucun doute. Passant outre la ligne adoptée à l’issue du XIIe congrès, Charles Tillon, dont tous les camarades sont des « militaires », subordonnerait tout à la politique du « coup dur ». Il soutiendrait en outre André Marty qui n’aurait ni digéré que Maurice Thorez soit placé à la tête du PCF ni qu’il ne soit pas désigné pour remplacer le secrétaire général durant sa maladie. Approuvant les sanctions prises, ce responsable exprime sa totale confiance envers le Comité central. Son camarade lui ayant répondu que Marty devait être exclu puisqu’il savait qu’il violait les statuts, il lui concède que les sanctions ne sont peut-être pas assez fortes mais qu’il convient d’attendre les résultats de l’enquête en cours. Son interlocuteur admet la possibilité de se contenter pour l’instant de ces mesures provisoires à condition que les investigations soient rapides et débouchent sur des sanctions très sévères.

  • 38 Arch. dép., dossier 148 W 294, compte rendu de la réunion du 30 septembre.

28Des propos encore plus durs sont tenus le 30 septembre à l’occasion d’une nouvelle réunion du bureau de cette même section38. Jugeant l’affaire « très sérieuse », un des membres les plus virulents accuse Charles Tillon de s’être rendu coupable de divergences d’ordre nationaliste liées à son ambition, son sectarisme et son opportunisme. Il lui reproche aussi de ne manifester aucune confiance dans l’action des masses et de nier le rôle joué par le Parti durant la Résistance en ne valorisant que les FTPF armés. Un autre membre du bureau renchérit et précise que ceux qui distribuaient des tracts ou militaient dans les masses ont autant risqué leur vie que les autres. Certaines des personnes présentes estiment que les lettres de Marty et Tillon n’ont été rédigées que pour désarmer la colère des gars de la base. L’une d’entre elle pense qu’il faudra exclure les deux dirigeants si, le 15 octobre au plus tard, ils n’ont toujours pas procédé à leur autocritique. Un autre intervenant propose d’attendre la prochaine réunion du Comité central car Marty et Tillon, qui auraient dû déjà s’exécuter, se sont engagés à agir dans ce sens. Une des personnes restée silencieuse jusqu’alors réagit vivement en affirmant qu’il ne faut pas trop attendre et ne pas hésiter à les exclure si « ça ne vient pas ».

  • 39 Jean Marrot explique que cet acharnement résultait plutôt de son bon score lors des municipales de (...)
  • 40 Vivre, p. 189.
  • 41 Ibidem.
  • 42 Vivre, p. 191.

29Les expériences vécues par deux communistes marseillais, le docteur Jean Marrot et Lucien Molino, permettent de comprendre ce que purent ressentir des militants sanctionnés. Dans Vivre, récit autobiographique de sa vie, le premier rapporte que, lors de la réunion de la commission des cadres en 1954, Jeannette Vermeersch décide de ne pas maintenir son nom sur la liste qui sera présentée pour approbation lors de la conférence fédérale. Elle lui reproche officiellement son passé « très trouble » durant la Résistance et ses contacts personnels avec « un individu suspect »39. Jean Marrot décrit une discussion « dure », Jeannette ayant « sa tête des mauvais jours » et se braquant de plus en plus devant les arguments qu’il lui opposait. Une des personnes présentes ayant pris sa défense se serait attiré les foudres de la compagne de Maurice Thorez. Jeannette Vermeersch lui aurait signifié que, « quand le Parti dit qu’un camarade est douteux, tous les camarades doivent rompre avec lui ». À la suite de ce rappel à l’ordre, une des patientes, que le docteur avait pourtant réussi à guérir autrefois, lui aurait reproché son incapacité professionnelle. Jean Marrot décrit dans le détail quel fut son effondrement devant cette accusation de trahison survenant après « seize ans de sacrifices pour le Parti, sans défaillance », lui le « fils rejeté par sa famille, sachant en lui-même qu’il n’a pas fauté et pourtant se posant la question : n’est-ce pas le Parti qui a raison ? »40. Il n’hésite pas à comparer les souffrances morales qui furent les siennes aux tortures qu’il eut à endurer durant l’Occupation. À ses yeux, être broyé par l’ennemi était supportable alors que dans le drame qu’il traversait c’était « la famille, la famille en qui on a cru jusqu’à aujourd’hui » qui le rejetait. Malgré sa douleur et puisqu’il n’avait pas été exclu, Jean Marot tint à assister à la conférence fédérale puis, la semaine suivante, à la réunion de sa cellule. Le comportement « froid et distant » de ses camarades l’incita « à abandonner tout contact avec le Parti »41. Quelques mois plus tard, Pierre Doize lui proposa de relancer la pratique du judo dans une salle de la Belle-de-Mai. Bien que conscient de revenir « par la bande », Jean Marrot raconte quelle fut sa joie lorsqu’il lui fut donné la possibilité de militer de nouveau, « le front levé, heureux d’être admis de nouveau dans la famille » même si son rôle devait se résumer à « balayer le parterre » et à « laver la vaisselle »42.

  • 43 Ma Vie et mes combats. p. 166.
  • 44 Ibidem, p. 165.

30Dans Ma Vie et mes combats, Lucien Molino intitule un de ses chapitres « méthodes staliniennes pour une rétrogradation ». Il raconte qu’en 1954 Jeannette Vermeersch, après l’avoir félicité pour son travail, exigea qu’il soit relevé de ses fonctions nationales pour avoir fourni des renseignements mensongers. Comme à ses yeux « le Parti avait toujours raison », il s’était demandé de quel mensonge on pouvait bien l’accuser43. Lucien Molino précise que sa mise à l’écart de la direction confédérale de la CGT exigea de lui « beaucoup de courage pour continuer à militer comme élu ou comme militant de base »44. Il décrit lui aussi l’accueil souvent peu chaleureux qui lui fut réservé lors de son retour à Marseille ainsi que ses difficultés pour retrouver du travail. Il raconte en particulier de quelle manière François Billoux, qui avait pourtant proposé, en tant que conseiller municipal, de célébrer le mariage de sa fille, se décommanda au tout dernier moment sans fournir aucune explication. Cette disgrâce est en particulier visible dans le silence éloquent de l’article que La Marseillaise consacre le 3 août 1954 à l’historique de l’union départementale mutualiste du travail. Tout en conservant une trame historique exacte, le quotidien passe sous silence le nom même de Lucien Molino.

  • 45 Jean-Pierre A. Bernard, op. cit., p. 111.
  • 46 La Marseillaise, 1er juin 1952.
  • 47 La Marseillaise, 15 mars 1950.
  • 48 Provence-Nouvelle, 6 au 13 juillet 1951.

31La volonté de présenter l’image la plus positive possible du Parti conduisit à élaborer un portrait idéalisé de ses militantes. Décrivant « la femme de marbre communiste parisienne », Jean-Pierre Bernard affirme qu’elle est, vers 1950, « mère, épouse et militante », Jeannette Vermeersch constituant la figure de référence « la plus marmoréenne »45. Le 30 mai 1952, au cours de l’allocution qu’il prononce à l’occasion des funérailles de Josette Reibaut, François Billoux ne manque pas de souligner que la défunte était « la femme communiste, la militante de la classe ouvrière forgée par le Parti de Maurice Thorez qui regarde la mort en face parce qu’elle savait, comme tous les communistes, que la vie, que l’avenir, nous appartient »46. Brossant un portrait collectif, André Remacle déclare que les épouses des dockers sont des « femmes magnifiques de grévistes qui luttent pour la vie de leurs enfants », des mères « qui veulent préserver leurs fils de la guerre »47. Une des causes de l’acharnement contre Un homme marche dans la ville provient de la transgression de cette image idéale. Le syndicat CGT des dockers de Marseille dénonce en juillet 1951 ce qu’il appelle un mensonge éhonté car, loin d’être « des chiennes en rut », les femmes de dockers contribuent à la défense de la paix48.

32Cette conception de la femme se trouve battue en brèche lorsqu’en 1954 des difficultés financières persistantes conduisent La Marseillaise à accepter le 30 juillet de publier un encart annonçant la présence au cinéma Noailles des « reines du strip-tease américain, les danseuses du désir » avec en première partie L’appel du soleil, film naturiste interdit au moins de seize ans. Autre signe d’évolution, après avoir été jugé dégradant pour l’image de la femme, l’élection de « miss » est introduite dans les festivités organisées sous l’égide du Parti. Le quatrième éliminatoire de la « Coupe Mistral de la chanson » qui se déroule en novembre 1953 au cinéma Bompard à Endoume propose ainsi à l’assistance de procéder en deuxième partie de soirée à l’élection de miss Marseille 1953.

  • 49 Jean-Pierre A. Bernard, op. cit., p. 78.
  • 50 Respectivement dans La Marseillaise des 24, 25 et 28 mars 1949.
  • 51 Jean-Pierre A. Bernard, op. cit., p. 80.
  • 52 Ibidem, p. 77 et 89.

33Depuis la Libération, le PCF développe la vision de la dualité de la jeunesse. Son discours oppose en permanence « le Mal, la jeunesse corrompue et pourrie » et « le Bien, la jeunesse saine et radieuse, dont les idées coïncident sans un écart avec ceux de la classe ouvrière »49. Les journaux qu’il contrôle dépeignent avec force détails la vie dissolue de la première, entachée par des affaires plus que douteuses d’argent, de drogue ou de sexe. L’utilisation de l’adjectif « existentialiste » devient fréquente pour définir ceux qui se livrent à de tels agissements. À cette décadence, le Parti oppose les espoirs légitimes des jeunes travailleurs confrontés aux multiples difficultés de la vie et victimes des répressions patronale et policière. Parus dans La Marseillaise entre le 23 mars et le 4 avril 1949, les articles de Tony Decroix intitulés « Jeunesse 49 » visent à démontrer que « les enfants terribles ne sortent pas de l’atelier » et que les jeunes prolétaires « travaillent avec leurs rêves ». L’édition du 13 février 1954 de La Marseillaise insiste sur la présence la veille à l’intérieur du cinéma Saint Lazare de « ceux plus jeunes qui venaient s’inspirer des enseignements de leurs aînés dans la lutte pour la défense des libertés ». En déclarant que la jeunesse doit lutter au sein de la classe ouvrière « en fonction de modèles, de références fixées une fois pour toutes »50, le PCF ne tient pas compte des signes avant-coureurs des « tressaillements, des ébullitions » qui aboutiront à ce « fleuve d’images, de mots, de sons »51 dans lequel s’immergeront les adolescents au début des années soixante mais tend plutôt à défendre « les bases d’une morale sexuelle responsable, plutôt conjugale, socialement et politiquement endogamique, franchement hétérosexuelle »52 largement inspirée par le durcissement des mœurs imposé par Staline depuis les années trente.

34Les questions des relations amoureuses ne sont d’ailleurs abordées dans la presse locale que dans les deux reportages que Provence-Nouvelle consacre en 1949 à la jeunesse soviétique. La question « Deux jeunes gens désireux de se marier rencontrent-ils des difficultés ? » est posée dans l’édition du 2 janvier. La réponse apportée précise les conditions matérielles et juridiques qui permettent à deux êtres de s’unir. Provence-Nouvelle aborde la semaine suivante des sujets plus intimes en s’interrogeant sur l’attitude de la jeunesse soviétique devant l’amour. L’émancipation des filles est tout d’abord mise en avant. En URSS, le garçon n’est pas toujours celui qui accomplit le premier pas et les mariages d’argent ont disparu. L’importance accordée par le régime à l’éducation sexuelle permet de diminuer les chances de perversion, déviations dont Provence-Nouvelle évite pudiquement de dévoiler la nature. La jeunesse soviétique est donc « saine » et animée par le noble sentiment de contribuer à la création d’un monde nouveau. Le concubinage est un phénomène rare. Des idées similaires à celles développées dans ces articles, l’amour est magnifié lorsque le couple s’épanouit dans la réalisation d’une noble cause, sont développées en novembre 1952 lorsque Martine Monod lance dans L’Avant-Garde une grande enquête de huit semaines sur le thème de « l’amour » entre filles et garçons.

35Comme dans le cas de l’image de la femme étudiée précédemment, le puritanisme de principe dont fait preuve le Parti ne peut empêcher, le règlement des nécessités financières se faisant de plus en plus impératif, que La Marseillaise publie le 22 octobre 1952 une publicité, présentée sous la forme d’un commentaire élogieux et illustré par une photographie suggestive, d’Elle n’a dansé qu’un seul été, film suédois comportant, « sans fard et sans fausse pudeur », une scène qualifiée d’« osée » mais pas « choquante » montrant « un couple jeune et sympathique se baignant nu, puis s’étreignant au bord d’un lac ».

Les luttes du peuple s’inscrivent dans une longue tradition

36La volonté d’appuyer les combats politiques du moment sur l’héritage d’un passé révolutionnaire réel ou reconstruit représente une constante pour le Parti communiste. Elle débouche sur l’élaboration de l’image d’une histoire de Marseille rythmée avant tout par les luttes populaires. Cette volonté de ne pas faire table rase du passé se double d’un souci sélectif d’enrichir cette vision en y intégrant ceux des engagements qui, jugés sur l’instant positifs, continuent par la suite à correspondre à une ligne politique différente.

37Le 2 mai 1948, l’éditorial du premier numéro de Provence-Nouvelle affirme que le nouveau titre « continue les traditions révolutionnaires provençales » qui existèrent entre 1211 et 1257 à l’époque de la République marseillaise. Une vision identique est développée par Lucia Tichadou qui, dans l’édition du 28 mai au 4 juin 1954 de ce même hebdomadaire, écrit que, « de sa naissance à la Révolution », Marseille a toujours lutté contre l’oppression. Cette tradition est de nouveau mise en avant lorsque La Marseillaise du 23 novembre 1953 relate de quelle manière « les femmes du peuple et celles du rang le plus élevé » organisèrent en 1524 « la mise en défense de la cité » contre les troupes impériales dirigées par le connétable de Bourbon passé au service de Charles Quint. En exaltant la réussite de cette résistance collective face à une menace extérieure épaulée par la trahison de quelques puissants, Jean Tourette illustre le bien-fondé de l’appel à la lutte contre la renaissance de la Wehrmacht lancé, à « tous les Français quels qu’ils soient », par Jacques Duclos le 22 octobre précédent. Rebelle mais patriote, soucieuse en permanence de son indépendance vis-à-vis d’un pouvoir central cherchant à la priver de ses libertés, la ville aurait été l’une des rares en France à oser tenir tête au roi Louis XIV.

38Servant d’argument mobilisateur pour inciter la population à participer aux défilés du 14 juillet, l’époque de la Révolution représente une étape décisive dans la construction de cette image au prix parfois de quelques arrangements avec la chronologie. L’appel publié le 11 juillet 1949 dans Midi-Soir demande au peuple marseillais de se montrer « fidèle au glorieux exemple des bataillons de volontaires » de 1789. Ayant déjà, dans son édition du 14 juillet 1950, élevé la ville au rang de « berceau de notre chant national », La Marseillaise parle le 15 juillet 1953 de « l’hymne patriotique qui fut porté sur les lèvres des volontaires marseillais de la Provence à Paris en 1789 ». L’édition du 9 au 16 juillet 1954 de Provence-Nouvelle n’hésite pas à évoquer une « cité alors sans rivale en Méditerranée » au sein de laquelle existaient, avant même le 14 juillet, les idées de la liberté.

39Si dans la construction du passé rebelle de Marseille une place importante est accordée à l’époque de la Révolution, les événements de 1848 ne sont abordés qu’au travers d’un unique article de Maurice Agulhon paru dans Provence-Nouvelle du 25 juin au 2 juillet 1954. Selon cet historien, l’insurrection ouvrière consécutive à la manifestation qui se déroula le 22 juin de la gare à la préfecture constitua une « étape décisive de la formation de la conscience politique révolutionnaire du prolétariat marseillais ». Maurice Agulhon convie les communistes « d’aujourd’hui » à tirer tous les enseignements de ces journées de juin.

40À l'inverse des événements de 1848, le soulèvement du peuple marseillais en 1871 est évoqué chaque année. Dans La Marseillaise du 20 mars 1951, André Remacle déclare que l’ouvrage d’Antoine Olivesi consacré à ce sujet relate « un épisode glorieux de l’histoire locale » puisque, trois mois durant, la ville fut dirigée par un gouvernement émanant « du peuple souverain et libre ». La Commune continuait ainsi les actions engagées en décembre 1851 contre l’établissement de l’empire, en avril 1867 lors des grèves de Fuveau. Elle héritait des enseignements des premières tentatives d’août et de novembre 1870. Le 2 avril 1951, François Billoux demande à l’assistance présente au cinéma Saint-Lazare de s’inspirer de l’exemple des communards marseillais au moment précis où leur ville se retrouve placée à la pointe du combat contre la guerre du Vietnam. Il explique que, déjà aux avant-postes en 1789, Marseille retrouva son rôle de pôle d’opposition bien avant la chute de l’empire. Épisode révolutionnaire important à l’échelle locale, la Commune de Marseille contribua au développement du sentiment internationaliste des travailleurs aidés dans leur lutte par des Garibaldiens. L’article rédigé le 26 mars 1952 dans La Marseillaise met plutôt l’accent sur la brièveté de l’expérience révolutionnaire, la Commune désunie étant écrasée dès le 5 avril 1871 avant d’avoir pu mettre en œuvre la moindre mesure sociale. Dans Provence-Nouvelle du 20 au 27 mars 1953, Michel Dufour attribue l’échec de cette tentative à l’absence d’un « parti révolutionnaire solide et discipliné », capable de s’allier aux républicains et aux masses paysannes. Malgré les mensonges des « historiens bourgeois », la Commune de Marseille continuera selon lui de figurer dans la mémoire du peuple « comme une page héroïque de la lutte des masses populaires pour l’édification d’une société nouvelle ».

  • 53 La Marseillaise, 5 février 1953.

41Les travailleurs marseillais auraient aussi contribué à forger la tradition de lutte du 1er mai. Telle est la thèse que soutient Lucien Estève du PSU dans La Marseillaise du 27 avril 1949 en rappelant qu’en 1890, soit un an à peine après la réunion du Congrès ouvrier socialiste qui avait adopté le principe d’une journée internationale de lutte et un an avant le massacre de Fourmies, 50 000 personnes, bravant l’interdiction préfectorale et le déploiement des forces armées, se regroupèrent sur la Canebière et dans la rue Saint-Ferréol pour réclamer la réduction à huit heures de la journée de travail. L’évocation des événements de février 1934 permet d’accentuer encore plus ces traditions de luttes guidées maintenant par le PCF. L’article de Midi-Soir du 9 février 1950 appelle à commémorer la riposte antifasciste. En 1953, avec la perspective des municipales en toile de fond, la fédération des Bouches-du-Rhône rappelle que, le 12 février 1934, dans tout le département « des centaines de milliers de républicains, groupés autour des communistes et des socialistes fraternellement unis, se sont dressés contre le fascisme pour défendre la République »53.

  • 54 La Marseillaise, 12 juillet 1950.
  • 55 La Marseillaise, 8 juillet 1951.

42Les événements liés à la Seconde Guerre mondiale forment un autre volet important de cette tradition révolutionnaire que le Parti attribue à Marseille. La première mention du cortège interdit du 14 juillet 1942 se produit en 1950 à la suite de la décision prise par le préfet Baylot de s’opposer au défilé sur la Canebière54. L’année suivante, face à la volonté du gouvernement de réserver cette artère à « un grand défilé militaire et guerrier », le peuple de Marseille est appelé à réagir car il sait « qu’il a gagné dans la Résistance le droit de célébrer à sa façon, hors des pompes officielles, l’anniversaire du 14 juillet »55. Refusant d’accepter la version d’une erreur de navigation imputable à des équipages inexpérimentés, La Marseillaise du 27 mai 1949 explique que le bombardement du 27 mai 1944, « inutile et tragique », résulta d’une décision délibérée des Américains qui redoutaient « la colère populaire » des Marseillais. Cet acte prémédité s’accomplit grâce à la complicité des réseaux de résistance gaullistes qui ne prévinrent pas la population. Les évocations du bombardement atteignent un paroxysme de virulence en 1952 avec la proximité de l’arrivée en France du général Ridgway. L’éditorial non signé paru dans La Marseillaise du 25 mai laisse planer l’idée que la grève du pain qui débutait à Marseille aurait pu embraser la France entière et orienter autrement le destin de notre pays. L’évocation du 27 mai 1944 prend un éclairage différent avec l’appel lancé dans La Marseillaise du 26 mai 1953 par le Front national de la Belle-de-Mai. Ce mouvement insiste surtout sur l’image d’un bombardement qui, transcenda « les divergences politiques, philosophiques ou religieuses » de la population du quartier. Il demande que cette union continue « pour éviter le retour de pareils massacres » et imposer la fin des guerres en Corée et en Indochine « où les populations subissent chaque jour de nouveaux 27 mai ».

43Le rôle éminent joué lors de la libération de la ville par le peuple marseillais en armes est évoqué en permanence de 1949 à 1954. Le 14 août 1949, Provence-Nouvelle détaille le rôle de ces soldats sans uniforme qui refusent aujourd’hui de reprendre les armes pour agresser leur allié soviétique ou vietnamien. Quatre jours plus tard, La Marseillaise précise que Marseille fut sauvée par des résistants « à la tête desquels se trouvaient la classe ouvrière et le Parti Communiste Français ». Le quotidien souligne aussi le rôle joué par Lucien Molino. Dans l’édition du 18 août 1954 de ce même quotidien, Alexandre Crottier-Combes, occultant le nom de l’ancien responsable de l’ud-CGT tombé en disgrâce, invite les travailleurs à s’inspirer de l’exemple de la Libération pour réaliser « la liaison entre la lutte pour les revendications et la lutte patriotique pour la libération du territoire ».

  • 56 Au responsable de l’union départementale CGT qui expose les difficultés qu’il a rencontrées pour co (...)

44La volonté d’enrichir sélectivement l’image révolutionnaire de la ville conduit à ne pas y intégrer les grèves de 1947 malgré le rôle joué par Marseille dans leur déclenchement. L’importance des événements survenus dans la cité phocéenne est pourtant reconnue tout d’abord. Un meeting est organisé au Vélodrome d’Hiver en l’honneur des « 51 » Marseillais venus à Paris pour l’occasion. Le 18 novembre 1947, le Secrétariat national charge François Billoux de rédiger deux articles sur ce sujet. De cette décision découlent en décembre « Les leçons de Marseille » dans La vie du Parti et « La leçon des événements de Marseille » dans les Cahiers du communisme. Dans ce second article, François Billoux affirme que les actions entreprises « ont permis de mesurer le degré élevé de volonté de lutte des travailleurs de notre grand port ». C’est une analyse au contenu diamétralement opposé qui se dégage pourtant lors de la réunion du Comité central des 22 et 23 décembre 1947. Même s’il reconnaît que, débutant à Marseille, le mouvement a « tenu » par la suite dans cette ville, Maurice Thorez critique sévèrement la stratégie de Lucien Molino qualifiée de jusqu’au-boutiste56. L’analyse négative développée par leur direction nationale dissuade les responsables fédéraux marseillais d’inclure les événements de novembre 1947 dans la tradition révolutionnaire de la ville. L’UJRF se contente de commémorer l’assassinat de Vincent Voulant sans le relier au contexte de l’époque. Le 13 novembre 1954, La Marseillaise fait allusion « à une manifestation qui se déroulait en ville ». Les motifs, le lieu, les acteurs, le déroulement de cette manifestation sont totalement passés sous silence.

45Alors que l’Humanité occulte totalement l’événement, La Marseillaise du 25 août 1949 développe sans nuance la vision d’une totale réussite de l’action entreprise la veille. Sa durée exceptionnelle de quatre heures en aurait fait « un plein succès », une « magnifique démonstration ». Le quotidien évalue à plus de dix mille le nombre de personnes rassemblées sur la place d’Aix malgré « l’énorme déploiement de la police de M. Baylot » qui avait préféré placer le centre-ville « en état de siège » plutôt que d’envoyer des renforts combattre les incendies ravageant la forêt des Landes. Vain calcul selon La Marseillaise puisque, en dépit des charges des cyclistes et des chiens, les manifestants n’auraient pas cédé de terrain. Malgré la reprise de cette vision positive par Lucien Molino dans La Vie ouvrière du 1er septembre 1949, la manifestation du 24 août ne s’intégrera pas dans l’histoire des traditions révolutionnaires de Marseille. Là aussi, le jugement négatif émis par la direction nationale du PCF explique cette mise à l’écart.

  • 57 L’Humanité, 8 décembre 1952.
  • 58 Cette analyse est développée par Michel Pigenet dans La manifestation, Paris, Presses de la FNDP, 1 (...)

46La manifestation du 28 mai 1952 aurait pu par contre contribuer à cette reconstruction du passé ainsi que le laissent supposer les comptes rendus enthousiastes publiés le lendemain dans l’Humanité et La Marseillaise. Cette dernière va jusqu’à affirmer que le peuple a « tenu la rue à Paris et le centre de Marseille ». Au début du mois de décembre 1952, François Billoux évoque encore devant le Comité central « une grande journée de lutte du prolétariat et du peuple parisien »57, déclaration qui prouve que la manifestation est toujours « homologuée dans la terminologie officielle » du PCF comme un événement susceptible de servir d’exemple lors des actions à venir58. En 1953 par contre, l’Humanité ne la cite plus qu’en sixième page de son édition du 23 mai. L’adoption d’une nouvelle ligne politique moins aventuriste explique cette disparition de la mémoire officielle du Parti même si le Mouvement de la paix annonce dans La Marseillaise du 26 mai sa volonté d’organiser de nombreuses actions pour commémorer le bombardement du 27 mai 1944 et « la manifestation patriotique contre la venue du général Ridgway ». Toute référence au 28 mai 1952 disparaît par contre à partir de 1954.

47La vision immédiatement proposée à l’issue de la journée du 10 janvier 1950 dénote au contraire, tant sur le plan local que national, la volonté de conférer un large écho à la manifestation sur la Canebière. Dès le lendemain, il est en effet possible de lire dans La Marseillaise que la « page importante d’Histoire » qui vient d’être écrite « restera une grande date dans les traditions ouvrières de la républicaine cité phocéenne » qui représentait la veille « l’honneur de la France ». Qualifiant Marseille de « citadelle de la Paix », Midi-Soir évoque pour sa part la « profonde répercussion dans tout le pays du magnifique mouvement ». En ce 11 janvier toujours, l’Humanité affirme que « les Marseillais ont eu hier une grande journée de lutte contre la guerre au Vietnam », les jeunes et les femmes faisant en particulier preuve « d’un magnifique courage » face à « la sauvagerie des énormes forces de police ». Cette vision est reprise dans le numéro du 20 janvier 1950 de la revue Pour une paix durable, pour une démocratie populaire. L’organe du Kominform souligne que « les travailleurs marseillais ont prouvé de manière éclatante la volonté et la combativité des masses laborieuses de France qui luttent contre la guerre ».À la suite de cette approbation, l’événement devient une référence utilisée chaque fois que les circonstances s’y prêteront. L’Almanach ouvrier/paysan de 1951 décrit la déroute du préfet Baylot, « venu personnellement sur le pont du Pasteur » au moment même où « toutes usines arrêtées, la population bousculait, sur la Canebière, CRS et policiers ».

  • 59 Provence-Nouvelle, 8 au 15 janvier 1954.

48Le 7 janvier 1952, La Marseillaise publie l’appel du comité fédéral appelant à la commémoration du deuxième anniversaire de « la manifestation populaire contre la guerre du Vietnam ». Rédigeant dans l’édition du 1er novembre 1952 de ce quotidien un article de soutien à Jeanne Bergé alors incarcérée aux Baumettes, Gaston Lenfant rappelle que le Pasteur fut retardé tandis que « les travailleurs et le peuple de la grande cité » s’opposaient aux CRS pour « faire triompher la paix ». Georges Righetti prédit en janvier 1954 que la grève des marins de ce navire restera « gravée en lettres d’or dans les pages glorieuses de l’histoire des luttes du mouvement ouvrier français » et que le cortège « imposant et pacifique » qui descendit la Canebière en cette occasion représenta tout à la fois « l’honneur de la France » et une « manifestation concrète d’internationalisme prolétarien »59. L’éditorial de La Marseillaise consacré le 21 juillet 1954 au cessez-le-feu en Indochine affirme que le 10 janvier 1950 restera « une date pour l’histoire de Marseille ».

  • 60 Almanach ouvrier/paysan, p. 97.
  • 61 La Marseillaise, 19 décembre 1953.
  • 62 La Marseillaise, 6 janvier 1954.

49La grève des dockers de mars et avril 1950 s’intègre elle aussi en bonne place dans la mémoire collective proposée aux militants communistes. Le douzième numéro de Jeunesse du monde, revue éditée en 1950 par la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique mentionne que les travailleurs des quais ont élevé le niveau de la lutte pour la paix en refusant de charger des armes destinées à l’Indochine. L’Almanach ouvrier/paysan de l’année 1951 consacre cinq pages aux dockers de Marseille, « garde-côtes de la Paix engagés dans la bataille du Port »60. Dans les Cahiers du communisme de juillet 1951, Pierre Emmanuelli exalte « la grande bataille » sur les quais qui « a eu dans tout le pays et dans le monde entier de profonds échos ». Le 18 décembre 1953, au cours d’un meeting tenu au cinéma Saint-Lazare pour réclamer l’ouverture de négociations avec Ho Chi Minh, Lucien Molino salue les dockers et les marins qui, « les premiers », sont passés à des actions concrètes61. Le 6 janvier 1954, Antoinette Prève déclare voir dans la « magnifique grève » de 1950 « une grande leçon d’internationalisme prolétarien » de laquelle découlent les perspectives de paix actuelles62. À la suite de la signature de l’accord de cessez-le-feu, l’Humanité du 22 juillet 1954, puis La Marseillaise trois jours plus tard, consacrent une page entière au rôle joué par les militants marseillais dans la lutte contre la « sale » guerre. « La paix en Indochine est notre œuvre » affirme Paul Cermolacce dans le numéro d’août 1954 de La Tribune des Marins, l’organe du syndicat des marins CGT de Marseille.

50Les luttes actuelles ne peuvent être que positives du fait de la volonté de présenter le Parti sous les traits de l’avant-garde éclairée du mouvement ouvrier. Cette exigence incontournable conduit la presse communiste à user d’un véritable code préétabli lorsque les faits contredisent cette prétention. De telles formules sont en particulier utilisées pour camoufler l’échec d’une grève qui avait auparavant bénéficié d’une importante couverture parce qu’elle était jugée représentative de la combativité de la classe ouvrière marseillaise (les peintres de bord en juillet 1952) ou qu’elle s’intégrait dans un mouvement national (les fonctionnaires en août 1953).

51Les articles relatant de tels conflits sociaux avaient, pratiquement jour après jour, rapporté les faits et gestes des responsables syndicaux, opposé la légitimité des revendications des travailleurs au refus injustifié des patrons de les satisfaire. L’unanimité et la détermination des grévistes entourés de la solidarité « agissante » de leurs camarades étaient mises en avant pour annoncer la proximité de la victoire. Reconnaître dans ces conditions l’échec d’un mouvement risquait d’être préjudiciable au bon déroulement des actions ultérieures en ternissant l’image de la CGT auprès des travailleurs. L’utilisation de formules codifiées permet de sortir de cette situation délicate, la reprise du travail passant du statut de défaite à celui de victoire différée.

  • 63 La Marseillaise, 19 avril 1950.
  • 64 La Marseillaise, 26 août 1953.

52« Nous ne sommes pas battus. Nous poursuivons notre lutte sous d’autres formes et dans d’autres conditions » proclame un communiqué des travailleurs de Coder publié dans La Marseillaise du 14 février 1949. « La lutte continuera donc sur d’autres bases, puisque les circonstances matérielles actuelles vont exiger la reprise du travail » annonce le 18 avril 1950 Midi-Soir pour expliquer la fin du mouvement décidée le jour même par les dockers. Les postiers « poursuivent la lutte sous d’autres formes » analyse André Robert dans La Marseillaise du 26 août 1953. Justifié par la valorisation des concessions arrachées aux patrons, l’enthousiasme affiché est conforté par le silence plus ou moins complet qui entoure les aspects négatifs de l’issue du conflit. Les dockers ont ainsi « gagné la bataille des 3 000 francs et celle des conventions collectives »63. Ne pouvant toujours étayer leur argumentation avec ces seules avancées matérielles, les communiqués annonçant la fin d’une grève inscrivent aussi le succès du mouvement dans un contexte politique positif. Le 23 février 1949, La Marseillaise déclare que la grève des métallos a permis de dénoncer une « préparation fébrile et désespérée d’une nouvelle guerre ». En 1953, les postiers cessent leur mouvement « conscients de l’importance de la contribution qu’ils ont apporté à la lutte de tout le monde du travail »64.

  • 65 La Marseillaise, 23 février 1949, Midi-Soir, 18 avril 1950, La Marseillaise, 8 juillet 1952. « Quar (...)
  • 66 La Marseillaise, 19 avril 1950.
  • 67 La Marseillaise, 27 août 1953. Le quotidien souligne que, au moment précis où « la grève des chemin (...)

53Étape dans le processus qui mènera à la victoire définitive sur le capitalisme, la reprise de l’activité est aussi la preuve du renforcement décisif de l’unité des travailleurs. Les métallurgistes de la réparation navale sont « plus que jamais unis », les dockers sont « unis autour de leur syndicat, unis à l’ensemble de la population », « l’unité au sein de la CGT est totale » parmi les peintres de bord65. Ce maintien de la cohésion est souvent assimilé à une victoire essentielle obtenue dans des conditions difficiles. En février 1949, les travailleurs de Coder n’ont pas écouté le discours de division de FO. Les dockers sont parvenus à rester groupés derrière la CGT face « à la coalition des patrons et du gouvernement »66. Les peintres de bord ne se sont pas divisés malgré la répression du patronat soutenu par le gouvernement et « l’Internationale jaune ». La dénonciation du rôle néfaste des autres syndicats est particulièrement soulignée lors des grèves d’août 1953 : les hospitaliers retournent au travail avec la conscience « que la trahison les a momentanément empêchés de remporter la grande victoire qui était à portée de leurs mains »67.

  • 68 Midi-Soir, 4-5 février 1950.
  • 69 La Marseillaise, 5 février 1950.
  • 70 Ibidem. Cette déclaration reconnaît implicitement la présence sur les quais de travailleurs provena (...)

54Le refus d’une partie des salariés de s’associer aux actions de la CGT pose le problème de la représentativité de ce syndicat et met à mal le dogme de l’unité de la classe ouvrière. Les articles consacrés aux conflits sociaux contournent donc ces deux obstacles en proposant des images dévalorisées des non-grévistes. « Véritables vagabonds du port »68, ceux qui chargent des armes sur l’Athos II en février 1950 ne constituent qu’« une soixantaine de malheureux, des chômeurs sans aucune qualité professionnelle » qui se retrouvent « enrégimentés sous la protection de policiers en civil »69. Assumant pleinement son rôle de diviseur de la classe ouvrière, FO recruterait « dans cette armée de la misère que le gouvernement rend chaque jour plus nombreuse »70.

  • 71 La Marseillaise, 10 avril 1950.
  • 72 La Marseillaise, 13 avril 1950.
  • 73 La Marseillaise, 13 avril 1950.
  • 74 Midi-Soir, 14 avril 1950.
  • 75 La Marseillaise, 17 avril 1950.
  • 76 La Marseillaise, 19 avril 1950.

55Les difficultés rencontrées lors de la grève du printemps 1950 donnent naissance à une image beaucoup plus contrastée des non-grévistes. Si, le 11 mars, La Marseillaise évoque les « quelques malheureux qui auraient travaillé » la veille pendant le premier jour du conflit, elle dénonce deux jours plus tard l’emploi « d’hommes de main » utilisés par le patronat pour briser l’unité des dockers. Un mois plus tard, Lucien Molino mentionne plutôt les « repris de justice » qui s’activeraient sur le port71. Les non-grévistes deviennent des « briseurs de grève et pillards » aux regards « fuyants » et à la barbe « hirsute » recrutés par le préfet « dans la lie de la société, dans les bas-fonds du port et du RPF »72. De telles définitions sont pourtant de moins en moins adaptées alors que le nombre des dockers qui reprennent le chemin des quais ne cesse d’augmenter. Insulter de telle manière ceux qui décident de cesser la grève risque de créer des fractures irrémédiables parmi les travailleurs du port et de compromettre durablement les positions de la CGT. Aussi, parallèlement à la dénonciation, un ton beaucoup plus conciliant est-il utilisé pour évoquer la présence des quelques « égarés »73 présents sur les quais ainsi que les « quelques défaillances »74 qui se sont produites dans les rangs des grévistes. Le 16 avril, Victor Gagnaire lui-même doit reconnaître « qu’il serait vain » de continuer à dissimuler l’existence de « quelques défaillances momentanées »75. Chargé le 18 avril d’obtenir un vote favorable à la reprise du travail, Marcel Andréani, l’autre figure emblématique du mouvement, souligne « la nécessité d’être fraternel à l’égard de ceux qui ont faibli dans les derniers jours »76.

La vision d’un monde bipolaire

  • 77 Maurice Thorez, « Le parti communiste, parti de la paix, parti de l’avenir », Cahiers du communisme(...)

56Lors du XIIe congrès, Maurice Thorez souligne l’importance pour les communistes de populariser le « camp démocratique et anti-impérialiste qui lutte pour la paix et l’indépendance des peuples » tout en dénonçant « l’agressivité croissante du camp impérialiste et antidémocratique préparant une troisième guerre mondiale »77. Cette conception jdanoviennne est déterminante pour appréhender les différentes facettes de la bipolarisation du monde qui furent présentées aux communistes marseillais.

La patrie du socialisme et de la paix

  • 78 Sophie Cœure, La grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union Soviétique. 1917-1939. Seuil, 1999.

57L’URSS, comme les autres pays du camp de la paix, préfigure les progrès qui se réaliseront en France à la suite de la victoire du Parti. Cette reconstruction idéalisée, « aussi éloignée qu’elle ait été des réalités soviétiques, alimentait l’imaginaire de ce monde nouveau à bâtir »78. Les multiples activités de France-URSS sont destinées à mieux faire connaître les progrès réalisés grâce à la politique de paix suivie par la patrie du socialisme. Au début de chaque automne, l’association organise la vente de timbres soviétiques, reprend ses cours gratuits de langue russe et entame un nouveau cycle de conférences. Deux fois par semaine, une bibliothèque est ouverte rue de Beaumont. Des festivités sont organisées en novembre pour célébrer l’anniversaire de la révolution d’Octobre. Le Parti compte aussi sur les impressions de voyage que lui fournissent les militants récompensés par une visite dans un des pays du camp « démocratique ».

58L’exploitation de ces séjours est régie par un rituel bien établi. Le départ est tout d’abord annoncé par voie de presse plusieurs jours à l’avance pour donner l’occasion aux intéressés de s’exprimer sur leurs motivations et leurs attentes. Un rassemblement est organisé le jour du départ pour les accompagner jusqu’à la gare Saint-Charles. L’événement donne lieu à un reportage illustré par une photographie de groupe. Une cérémonie d’accueil similaire se déroule au retour. Les voyageurs « tournent » ensuite dans les quartiers pour animer des réunions publiques. De leurs séjours en Tchécoslovaquie, André Remacle et Jean-Louis Maret livrent des reportages que La Marseillaise publie respectivement du 8 au 16 juin 1949 et du 11 au 16 septembre 1951. Désigné pour représenter la CGT en URSS, Charles Salducci écrit entre le 19 mars et le 23 avril 1954 plusieurs articles pour La Marseillaise et pour Provence-Nouvelle.

  • 79 François Hourmant, Au pays de l’avenir radieux. Voyages des intellectuels français en URSS, à Cuba (...)
  • 80 Provence-Nouvelle, 19 au 26 mars 1954.
  • 81 La Marseillaise, 6 septembre 1949.

59Destiné à dépeindre un pays « porteur d’un espoir de régénération universelle »79, chaque compte rendu situe avec minutie le narrateur dans l’espace et dans le temps. Charles Salducci précise la date de son départ, mentionne que ce jour-là « une épaisse couche de givre » recouvrait l’aérodrome à Paris tandis que la température enregistrée à Moscou était de moins trente-quatre degrés80. Mireille Vovau rapporte avoir eu la chance de voir l’équipe du Dynamo de Moscou, « connue des Marseillais puisqu’elle a joué au Stade Vélodrome »81.

  • 82 La Marseillaise, 16 septembre 1951.
  • 83 François Hourmant, op. cit., p. 145.
  • 84 La Marseillaise, 6 septembre 1949.
  • 85 Provence-Nouvelle, 2 au 9 avril 1954.
  • 86 Provence-Nouvelle, 19 au 26 mars 1954.

60Jean-Louis Maret consacre une importante partie de son dernier article à la description du repas d’adieu qui lui est offert en Slovaquie. Il énumère dans le détail la liste de « cet amoncellement de mets »82 disposés sur de grandes tables en bois. Destinées à prouver la profusion de biens dont disposent les populations des « pays du socialisme », de telles scènes illustrent leur « univers ouaté de confort et de bien-être moral »83. Chaque réalisation du régime est justifiée par de multiples statistiques et des détails techniques ainsi que par les propos d’un spécialiste au témoignage irréfutable dont le narrateur ne manque pas de préciser les titres. Mireille Vovau mentionne une jeune femme employée au ministère de la Santé 84 qui lui a dit pour quelles raisons les maladies reculent en URSS. Charles Salducci énumère minutieusement le nombre précis de chevaux, de têtes de gros bétail et d’hectares labourables du kolkhoze Iskra85. La force des divers témoignages justifie les propos relatifs à l’internationalisme prolétarien. « Le seul nom de la CGT valait à leurs yeux tous les commentaires » précise Charles Salducci avant d’ajouter qu’il lui fut demandé des nouvelles d’Henri Martin86. Le récit du retour en France est utilisé pour procéder à la comparaison des deux mondes. La découverte d’« une terre où il fait bon vivre », le souvenir de ce qu’elle a lu « sur tous les visages » démentent, selon Mireille Vovau, toutes les calomnies déversées à l’encontre de l’URSS.

Les dangers de la présence américaine pour les Provençaux

61Selon la propagande communiste, les États-Unis font peser trois types de danger sur la Provence : des risques de bombardement atomique du fait de la militarisation de la région, la ruine de nombreuses entreprises, la perversion des esprits avec les produits de leur pseudo-culture.

62Déjà évoquées en 1949, les menaces de catastrophe nucléaire planant sur la Provence sont régulièrement utilisées en 1950 pour appuyer la campagne de signatures en faveur de l’appel de Stockholm. Des arguments identiques sont repris en 1951 lors des élections législatives et de l’arrivée des premières armes américaines à Marseille puis lors des cantonales. Au printemps de 1952, des exemples similaires servent à dénoncer les bombardements microbiens auxquels les Américains procéderaient en Corée. Chacune de ces campagnes développe l’idée que les États-Unis seront responsables de la catastrophe qui ravagera la Provence.

  • 87 La Marseillaise, 2 juillet 1951.
  • 88 La Marseillaise, 14 mai 1952.

63« Des avions porteurs de bombes atomiques décolleront-ils des bords de l’étang de Berre ? » demande Robert Dubrou dans les cinq articles qu’il rédige dans La Marseillaise à partir du 22 mai 1949. Le 27 mai, il conclut sur un scénario apocalyptique. Les bombardiers B 36 s’envoleront des aérodromes de la région pour frapper « le pays de Stalingrad ». Cette agression contre l’URSS aboutissant à un échec total, les Américains se replieront sur l’Afrique du Nord d’où ils déclencheront le feu nucléaire pour détruire leurs propres installations stratégiques. La Marseillaise publie le 8 janvier 1950 un photomontage représentant un dessin de bombe atomique entouré de vues aériennes du palais Longchamp et des ruines d’Hiroshima. Le quotidien utilise des documents similaires le 30 mai puis les 6 et 9 août 1950. Le 22 mai, le 2 juillet, le 11 septembre 1951 des articles s’inquiètent de la présence de bombardiers « semeurs de mort » à Istres87. Peu de temps avant la manifestation du 28 mai 1952, Francis Menghi prédit que la Provence risque, à l’image de ce qui se passe en Corée, de « devenir un champ de ruines », Marseille en particulier étant la cible d’un bombardement qui dépassera largement en horreur celui du 27 mai 194488.

64La catastrophe annoncée toucherait la totalité du territoire d’une région provençale transformée par les États-Unis en camp retranché. Pour assurer la logistique de leurs futures bases, les Américains favoriseraient en particulier l’installation de compagnies pétrolières étrangères sur les bords de l’étang de Berre. « Elles flambent pour la guerre » affirme Robert Dubrou le 24 mai 1949 dans La Marseillaise. Dans l’édition du 23 mai 1951 de ce même quotidien, ce journaliste affirme que la militarisation de l’aérodrome de Marignane est destinée à protéger les raffineries et le port de Lavéra ainsi que les nouveaux ateliers de la SNCASE. La Marseillaise avance le 11 janvier 1951 que l’espion yankee Irving Brown, qualifié de « bailleur de fonds de Force ouvrière », est en train de recruter à Marseille les hommes de main qui doivent, par la force et la terreur, permettre le débarquement des armes destinées au réarmement allemand. Deux jours plus tard, le quotidien affirme voir en cet homme « un des agents les plus zélés et les plus dangereux des impérialistes américains ». Il serait venu spécialement à Marseille pour « faciliter PAR TOUS LES MOYENS la préparation à la guerre antisoviétique et le réarmement des bourreaux d’Oradour-sur-Glane ». En pleine préparation de la manifestation du 28 mai 1952, La Marseillaise effectue le rapprochement entre la présence des navires de guerre américains dans le Vieux Port et le bombardement du 27 mai 1944.

65Après le printemps de l’année 1952, ce sont les menaces pesant sur l’emploi qui servent à dénoncer les méfaits supposés de l’impérialisme yankee. Cet argument n’est cependant pas une nouveauté dans le discours communiste. Le 11 juin 1949 déjà, Lucien Molino soutenait que l’interdiction édictée par Washington de commercer avec les pays de l’Est et le recul des échanges avec l’Extrême-Orient découlant de la guerre d’Indochine imposée par les milliardaires de Wall Street conduisaient au chômage chronique frappant les dockers. Le 22 juin 1953, La Marseillaise s’inquiète une fois de plus « devant la grave situation » engendrée par la diminution du trafic portuaire.

  • 89 La Marseillaise, 6 avril 1949.
  • 90 La Marseillaise, 1er octobre 1949. Ce type de déclaration apporte implicitement un soutien à Paul R (...)
  • 91 Provence-Nouvelle, 2 janvier 1949.
  • 92 Provence-Nouvelle, 13 au 20 mars 1953.

66Les produits américains sont accusés de remettre en cause l’existence des industries traditionnelles provençales les plus populaires. En avril 1949, les fermetures de plusieurs entreprises produisant « le réglisse de notre enfance » sont imputées à « l’invasion du chewing-gum » tandis que « le Coca-Cola l’emporte sur le coca à la menthe rafraîchissant »89. Les projets d’installation en octobre de la même année d’une usine de fabrication de ce soda s’intégreraient dans « la guerre au pastis et aux apéritifs français » déclenchée par « les magnats américains » qui rêvent d’en faire une « boisson nationale »90. Cette invasion bénéficierait même de la complicité du patronat. Les problèmes de l’industrie des corps gras sont eux aussi en permanence imputés au plan Marshall et à l’impérialisme des grands trusts anglo-saxons. Dès le mois de janvier 1949, Antoine Vabre, le secrétaire de la Fédération nationale CGT des industries chimiques, se demande si « les savonnettes américaines » ne finiront pas par détrôner un jour « le vieux savon de Marseille ? »91. Au mois de mars 1953, l’entreprise Unilever est qualifiée de « trust mondial des corps gras » qui étend « ses tentacules sur Marseille »92.

  • 93 La Marseillaise, 9 juillet 1951. Le journaliste Robert Dubrou ne manque pas de souligner que cette (...)
  • 94 La Marseillaise, 22 octobre 1951.

67À partir de 1951, les États-Unis sont aussi accusés d’inspirer la réorganisation du travail au sein des entreprises marseillaises. Une cadence à l’américaine serait ainsi imposée aux ouvriers de la Standard93. Le patron de l’entreprise Barthélémy se voit reprocher de mettre en pratique le slogan d’outre-Atlantique « productivité et bas salaires »94.

  • 95 La Marseillaise, 27 juin 1949.
  • 96 La Marseillaise, 11 mai 1952.
  • 97 La Marseillaise, 13 juillet 1952. S’appuyant sur les arguments de Georges Sadoul qui, en 1938 déjà, (...)
  • 98 La Marseillaise, 14 décembre 1953.

68La culture constituerait la forme la plus insidieuse utilisée par l’impérialisme américain pour conquérir la Provence. Les mises en garde contre l’invasion des kiosques et des écrans français par les productions d’outre-Atlantique se multiplient durant toutes ces années froides. C’est une véritable « invasion idéologique et rétrograde » qui est dénoncée dans La Marseillaise du 3 février 1949. En juin 1949, à l’occasion de la conférence fédérale de la jeunesse, Raymonde Nédélec engage l’assistance à lutter contre les « Sexual Digest » et autres « Amour Digest », revues conçues « pour pourrir l’esprit de la jeunesse »95. Le 19 mai 1951, La Marseillaise relate que deux garçons, en jouant aux cow-boys, ont tué un de leurs camarades « pour faire comme au cinéma et dans les illustrés américains ». Cette dénonciation se radicalise en 1952. « Tueur moderne des forêts vierges », le personnage de Tarzan est accusé d’avoir été créé, dans le cadre du « plan Marshall des idées », pour développer un « racisme pur » propice à l’agression des peuples jugés inférieurs96. Mickey, « souris de haine et de guerre », serait un instrument politique facilitant « l’invasion fasciste étrangère dans le domaine de la littérature pour les jeunes »97. Les attaques ultérieures se poursuivent avec autant de virulence même s’il ne s’agit plus maintenant d’alerter l’opinion sur les risques de guerre nucléaire. En décembre 1953, madame Gouin s’en prend aux journaux de « la mauvaise presse enfantine, généralement d’inspiration américaine » qui dressent l’enfant « contre des peuples dont il ignore tout » en valorisant « la guerre, l’orgueil, l’esprit raciste, la violence, le culte du héros désintéressé, du “superman” à qui rien ne résiste, à qui tout réussit »98.

  • 99 Patricia Hubert-Lacombe, Le cinéma français dans la guerre froide (1948-1956), Paris, L’Harmattan, (...)
  • 100 Allocution prononcée à l’occasion du meeting de la jeunesse et du peuple de Paris, publiée dans L’H (...)

69Dans un « assentiment absolu donné au cinéma français des petites gens, patriotique et moralisateur »99, Maurice Thorez déclare déjà le 18 avril 1948 que le cinéma américain « empoisonne littéralement l’âme de nos enfants, de nos jeunes gens et de nos jeunes filles, dont on veut faire les esclaves dociles des milliardaires américains et non des Français et des Françaises attachés aux valeurs morales et intellectuelles qui firent la grandeur et la gloire de notre patrie »100.

70Deux des axes de ce discours se trouvent réunis dans la lettre à un directeur de salle que publie Provence-Nouvelle le 16 janvier 1949. Jean Charlet, l’auteur de cet article, demande à son destinataire virtuel s’il n’est pas las d’offrir à ses spectateurs des histoires de gangsters ou les « éternels contes d’amour plus ou moins propres », des « navets dont les Américains eux-mêmes ne veulent plus ». Le 24 juillet 1950, A. Marraine s’indigne dans La Marseillaise de constater que le film Ninotchka montre des agents diplomatiques soviétiques en admiration devant « les cuisses largement exhibées des femmes de chambres des grands palaces français » tandis que l’héroïne « connaît pour la première fois l’amour dans une soûlographie avec un gigolo ». Le 2 mars 1951, bien que la direction du quotidien ait accepté le mois précédent de publier les encarts publicitaires d’Autant en emporte le vent, Jean-Louis Maret déclare qu’il discerne dans ce film une œuvre appartenant à « l’arsenal de guerre de M. Truman » destinée à justifier le massacre au napalm de « millions de Coréens ».

71La dénonciation des effets malfaisants des réalisations américaines se radicalise en 1952 du fait de l’arrivée sur les écrans français de productions dénonçant la barbarie des « rouges » dans le conflit coréen. Entre le 15 avril et le 21 août, sept longs articles sont consacrés dans La Marseillaise à la démonstration du rôle d’incitateurs à la guerre joués par les productions hollywoodiennes. Le 15 avril, Albert Cervoni accuse L’express pour Pékin de justifier l’emploi d’armes bactériologiques en Corée. « Ce film-fiction prépare à la guerre » écrit-il le 21 juillet à propos de La Chose d’Howard Hawks. Le réalisateur a selon lui utilisé « toutes les ficelles du film type Frankenstein » dans le but de « paralyser toute réaction intellectuelle du spectateur, réduire son intelligence, sa personnalité à un mécanisme inconscient et docile ». Hawks chercherait à faire passer sa « tentative de justification de la guerre préventive » en célébrant des aviateurs américains identiques à ceux qui répandent la peste en Corée. Le chroniqueur cinématographique de La Marseillaise discerne le 8 août « un appel au meurtre » pur et simple dans J’ai vécu l’enfer en Corée. Le 21 août, Albert Cervoni estime qu’avec Baïonnette au canon Samuel Fuller lance « le plus direct, le plus brutal appel à l’assassinat » en utilisant les mêmes dénonciations de la culture que celles proférées jadis par Joseph Goebbels. Le fait que ce film passe sur les écrans marseillais simultanément avec J’ai vécu l’enfer en Corée prouve l’existence d’une « offensive de grand style de la propagande du crime contre la santé des esprits ».

72Les chroniques cinématographiques deviennent moins systématiquement hostiles à partir de l’automne 1952. Application de la politique de détente prônée par l’Union soviétique ou obligation de tenir compte des goûts du public ? Le 23 octobre dans La Marseillaise, Albert Cervoni qualifie Marqué par la loi de Joseph Losey de « témoignage accablant, irréfutable contre le racisme yankee » et rattache ce film au « réalisme buriné qui caractérise le meilleur style américain, celui de John Ford dans Les raisins de la colère par exemple ». Il constate le lendemain qu’avec African Queen tourné « loin de l’atmosphère empuantie d’Hollywood », John Huston semble retrouver l’attitude positive qui fut la sienne lorsqu’il s’éleva « contre les procès fascistes ».

Le militarisme allemand prend le relais

73Si la dénonciation des risques de déculturation de notre jeunesse perdure tout au long de ces années froides, les mises en garde contre les destructions liées aux projets militaires américains en Provence cèdent la place dans le discours communiste aux dangers qui découleraient de l’adoption d’un projet de CED prélude inéluctable à la renaissance de la menace allemande.

  • 101 Un des membres fondateurs du CNR.
  • 102 La Marseillaise, 12 janvier 1953.
  • 103 La Marseillaise, 8 décembre 1953.
  • 104 La Marseillaise, 16 janvier 1952.

74L’édition du 4 février 1951 de La Marseillaise attribue à l’industriel Krupp un « Je vais recommencer » particulièrement inquiétant. Le 10 mars 1952, le quotidien accuse le général « nazi » Ramcke de revendiquer « les frontières de la “grande Allemagne” » telle qu’elle existait à l’époque d’Hitler. Venu à Marseille le 11 janvier 1953 pour animer un meeting lié au procès des anciens SS d’Oradour qui se déroule à Bordeaux, Pierre Villon101 assimile l’armée européenne à celle « des revanchards allemands » qui « revendiquent l’Alsace-Lorraine »102. En décembre 1953, le Parti communiste soutient que seul le respect du traité franco-soviétique offre de réelles garanties de sécurité à notre pays. Celui-ci se retrouverait au contraire confronté à un péril « mortel » s’il adhérait à une communauté contrôlée par « une Allemagne fortement armée et dominée par les revanchards ADENAUER-KRUPP et les généraux nazis »103, la France perdant sa supériorité militaire face à une Wehrmacht suréquipée par les Américains. Nos soldats risqueraient même de ne plus se trouver « au service de la France »104 puisque les Américains compteraient confier à des généraux allemands le commandement des forces européennes destinées au maintien de l’ordre. Le 21 janvier 1954 débute dans La Marseillaise une série de reportages intitulés « la CED contre l’économie française » qui traitent, entre autre, de la liquidation de la construction navale dans les ports français de la Méditerranée. L’arrivée massive de travailleurs étrangers aurait pour but de permettre la baisse des salaires et la remise en cause de la Sécurité sociale.

Une vision bipolarisée de Marseille ?

  • 105 Jean-Pierre Bernard, op. cit., p. 10.
  • 106 Ibidem.
  • 107 Ibidem, p. 11.
  • 108 Ibidem.
  • 109 Ibidem, p. 46.
  • 110 Ibidem.

75Dans L’Avant-Garde du 20 décembre 1950, Paul Laurent développe une vision bipolarisée de la capitale. D’un côté, « le Paris des banques, des conseils d’administrations, des sièges d’organisations réactionnaires », celui où siègent les « Pleven, Moch, Schuman », celui des GI et des flics, « cœur malade et tête branlante du régime qui se meurt » et « qui sent sa fin venir »105. À l’opposé se trouve ce qu’il appelle « notre Paris » que le peuple « a bâti au cours des siècles de sa sueur et de son sang ». Analysant cette vision, Jean-Pierre Bernard estime que le Parti communiste se forgea de la capitale « une image perpétuellement divisée et réunifiée dans la saisie mythique »106, opposant « le Paris du Bien et le Paris du Mal », « le Paris viril des révolutions et le Paris efféminé de toutes les décadences »107. Derrière la volonté de réoccuper la capitale lors des manifestations, Jean-Pierre Bernard perçoit « la pulsion régulière depuis le Second Empire, qui pousse le Peuple vers le centre dont il s’est senti expulsé »108. Ce désir de réappropriation conduit le PCF à accorder une valeur symbolique particulière au trajet « géographiquement codée »109 qu’il organise ou qu’il supervise lors d’une manifestation entre la Bastille et la Nation. Les dirigeants communistes marseillais s’inspirèrent-ils de ce modèle pour organiser eux aussi des cortèges « minutieusement territorialisés »110 ?

  • 111 Respectivement Midi-Soir, 8 février 1950 et La Marseillaise, 13 février 1950.

76Une première idée forte, celle de la valeur symbolique du centre-ville, se dégage de l’étude du rapport entretenu par le PCF avec le territoire de la cité phocéenne. Les défilés commémorant les journées de février 1934 ainsi que ceux du 1er mai ou du 14 Juillet ne peuvent, aux yeux des communistes, que partir de points de rassemblement tels que le quai des Belges ou la place Castellane pour emprunter la Canebière et remonter jusqu’au monument des Mobiles. Un article paru le 11 juillet 1949 dans La Marseillaise déclare voir dans ce trajet une fidélité du peuple « à ses traditions ». À nouveau jugé « traditionnel » en février 1950, ce parcours doit permettre le regroupement de tous les Marseillais, « communistes, socialistes, démocrates, républicains, chrétiens » et favoriser l’expression de « la voix innombrable de la Nation »111.

  • 112 La Marseillaise, 11 juillet 1952.
  • 113 La Marseillaise, 13 juillet 1950.
  • 114 La Marseillaise, 8 juillet 1951.
  • 115 La Marseillaise, 10 juillet 1954.

77Signifiée pour la première fois lors du défilé du 14 juillet 1950, l’interdiction d’emprunter une Canebière ainsi idéalisée devient une question majeure pour les dirigeants communistes marseillais. Ils réagissent tout d’abord en affichant leur ferme détermination de ne changer en rien l’itinéraire prévu. « Le défilé du 14 juillet doit avoir lieu sur la Canebière, vendredi matin » peut-on encore lire le 12 dans La Marseillaise. Tout en continuant à émettre les plus vigoureuses protestations, le quotidien publie pourtant dès le lendemain le tracé du trajet de remplacement choisi. Les interdictions des années suivantes déclenchent le même type de réactions. En 1952, afin de contrebalancer l’effet produit par un nouveau refus préfectoral, La Marseillaise assimile à une victoire le droit de défiler « à travers cette Belle-de-Mai si ardente de patriotisme »112. Les interdictions successives permettent en effet au Parti communiste de se poser en défenseur attitré de « tous les républicains, tous les patriotes, tous les honnêtes gens de Marseille »113, en continuateur de la Résistance qui a conféré au peuple « le droit de célébrer à sa façon, hors des pompes officielles »114. Le comité d’organisation du 14 juillet 1954 proteste d’autant plus devant l’interdiction d’utiliser « le trajet traditionnel jusqu’aux Mobiles » que cette mesure « discriminatoire » rejetant le peuple hors du centre-ville n’est, selon lui, appliquée nulle part ailleurs en France115.

  • 116 Adrien Bles, La Canebière dans le temps et dans l’espace, Jeanne Laffitte, 1994, p. 68-69.

78But des trois grands défilés de l’année, le monument des Mobiles constitue aussi un enjeu politique lors des grandes manifestations marquant la période. Quelques rapides allocutions s’y produisent le 10 janvier 1950. Malgré de multiples mises en garde émanant de la préfecture, il représente l’objectif à atteindre le 28 mai 1952 puisque le jour même La Marseillaise titre « Tous aux Mobiles ce soir à 18 heures 30 ». Que représente donc ce monument dans l’imaginaire des communistes marseillais pour justifier un tel acharnement ? Rappelant le sacrifice du quatrième bataillon de la garde mobile des Bouches-du-Rhône lors des combats de la Loire en janvier 1871116, les Mobiles deviennent le symbole de la résistance patriotique des Marseillais face à toutes les invasions : des nazis durant l’Occupation, des Américains aujourd’hui, de la RFA réarmée dans un futur proche en cas d’adoption du projet de la CED.

  • 117 La Marseillaise, 5 décembre 1949.
  • 118 La Marseillaise, 14 mars 1949.
  • 119 La Marseillaise, 17 mars 1949.
  • 120 La Marseillaise, 16 mars 1949.
  • 121 La Marseillaise, 15 mars 1949.
  • 122 La Marseillaise, 6 septembre 1950. Provence-Nouvelle, semaine du 31 août au 7 septembre 1951.

79Les interdictions qui frappent les défilés accréditent-elles pour autant l’apparition d’une séparation entre un Marseille du « Bien » et un autre qui incarnerait le « Mal » ? Réfutant l’existence de camps de déportation en Union Soviétique, François Billoux propose, le 4 décembre 1949, de mettre au travail « tous les gangsters de l’Opéra, les souteneurs ou les zazous existentialistes »117. Réminiscence des affrontements de l’époque de Sabiani et des tragiques événements de novembre 1947, cette déclaration demeure exceptionnelle. Toutes les descriptions de quartiers qui sont publiées dans La Marseillaise demeurent résolument silencieuses sur la présence des ennemis de classe même si des subtilités de formulation permettent de reconstituer la composition sociale d’une population. Les habitants du huitième canton ne vivent pas dans une zone « zone pauvre de notre ville » mais « aucun foyer n’est exempt de soucis »118. Le sixième canton possède, sans plus de précisions, une population « fort diverse »119. Le douzième est « essentiellement constitué de banlieues » qui se situent « à la frontière des grands quartiers industriels tels que les Chartreux et la Blancarde »120. Le neuvième possède par contre « une population essentiellement ouvrière »121. Le Rouet est qualifié de « quartier populeux de Marseille, aux vieilles traditions républicaines » tandis que Saint-Henri serait un « quartier “prolo” par excellence »122.

80Le souci de marquer le terrain de sa présence explique que la Canebière et le monument des Mobiles ne représentent pas les seules composantes de ce que Jean-Pierre Bernard appelle une « géographie communiste ». Le 22 janvier 1949, une plaque est apposée au 28 de la rue Caisserie en l’honneur des victimes de l’évacuation de la population des vieux quartiers de Marseille en janvier 1943. L’UJRF, utilisant durant tout le mois de mars 1952 des imitations de plaques officielles ou plus simplement de la peinture, s’efforce de rebaptiser certaines artères de la ville du nom d’Henri Martin. Un comité pour l’érection d’un monument destiné à rappeler la destruction du Vieux-Port le 1er février 1943 est constitué au début de l’année 1953.

81Ces lieux chargés de mémoire deviennent des points de fixation lors des multiples rassemblements organisés tout au long d’une année militante. L’UFF demande aux Marseillais de venir en nombre à la Capelette ou au Canet déposer des fleurs au pied des plaques dédiées à Joséphine Turin et à Mireille Lauze ou à Danielle Casanova. Une cérémonie similaire se déroule en novembre devant la maison où vécut Vincent Voulant, le jeune métallo des ADN assassiné le 12 novembre 1947. Afin de rappeler l’unité du peuple dans la Résistance, les communistes de Vauban se réunissent chaque année à la fin du mois d’août autour du char Jeanne d’Arc placé dans la rue Vauvenargues.

  • 123 Jean-Pierre Bernard., op. cit., p. 50.
  • 124 Ibidem, p. 48-49.

82Les cimetières représentent une catégorie importante de ces lieux de mémoire pour un Parti communiste qui est, selon Jean-Pierre Bernard, « héritier à la fois du culte catholique des saints et du culte républicain et laïque des héros »123. Se déroulant traditionnellement le dernier dimanche de mai ou le premier dimanche de juin, la montée au Mur des Fédérés à l’intérieur du cimetière du Père-Lachaise, tout à la fois « référence éternisée au combat des Fédérés » et « fidèle miroir de l’actualité politique », serait une journée au cours de laquelle « le paysage parisien et le peuple militant s’accordent »124. Les cimetières de Marseille ne possèdent pas une renommée similaire même si de nombreux rassemblements y sont organisés. Celui de Saint-Pierre voit par exemple les jeunes de l’UJRF se réunir chaque année pour marquer leur attachement à la mémoire de Vincent Voulant. En février 1950, à l’occasion du retour à Marseille des cendres de Joséphine Turin, c’est aussi dans ce cimetière que se regroupent derrière François Billoux les responsables fédéraux et les élus communistes, les leaders syndicaux de l’union départementale et les responsables des organisations proches du Parti. Le 12 mai 1953, à l’initiative de l’UJFF, le souvenir d’Agnès Dumay décédée à Madrid lors d’un bombardement y est célébré. La présence de plusieurs cimetières dans les quartiers de Marseille explique la dispersion de ce type de cérémonies. C’est dans celui de Saint-Jérôme que se déroulent les commémorations organisées en l’honneur de deux résistants, Jean Robert et Vincent Faïta, ou, dès son inhumation en 1952, de Josette Reibaut. À la suite du retour de ses cendres à Marseille, les rassemblements en l’honneur de la mémoire de Charles Nédélec ont lieu à l’intérieur du cimetière du Canet.

  • 125 Jean-Pierre Bernard., op. cit., p. 40.
  • 126 Jean-Pierre Bernard., op. cit., p. 41.
  • 127 Jean-Pierre Bernard., op. cit., p. 43.
  • 128 Le Premier Choc, t. III. Paris, Éditeurs français réunis, 1953, p. 306-307.

83Est-il possible d’évoquer la présence de lieux de rites à Marseille ? Évoquant les meetings organisés par le Parti communiste dans la capitale, Jean-Pierre Bernard affirme qu’il existe « une cathédrale, des églises et des chapelles »125. Citant Simone Tery qui, dans l’Humanité du 11 novembre 1949, déclarait « Jamais je n’oublierai mon premier Vel’ d’Hiv’. C’est un jour qui a compté dans ma vie », il n’hésite pas à assimiler le Vélodrome d’Hiver, « lieu initiatique où se scelle un destin militant »126, à Notre-Dame de Paris. Autre « lieu privilégié de la parole communiste », la Mutualité, en plein quartier latin, serait une « salle de jauge beaucoup plus modeste que le Vel’ d’Hiv’ », « une église de quartier plus familière » utilisée pour des réunions « moins massives et plus strictement parisiennes »127. Dans son roman Le Premier Choc, André Stil déclare qu’en ce lieu « le Parti apparaît vraiment vivant » avec des dirigeants dont « les moindres traits de leur visage, leur façon d’être » sont visibles de tous, ce qui procure « l’impression de passer la soirée ensemble »128. Cette manière de percevoir les lieux familiers de réunion se retrouve-t-elle dans l’imaginaire des communistes marseillais ?

84Les rassemblements organisés dans le parc Chanot sont trop épisodiques pour permettre de parler d’un équivalent marseillais du Vel’ d’Hiv. L’importance des nombreuses réunions qui se tiennent dans le cinéma Saint-Lazare rend par contre possible une comparaison avec la Mutualité. La presque totalité des assemblées générales s’y déroulent durant la grève des dockers de 1950. Le Saint-Lazare est utilisé, entre autres moments forts, lors du meeting du 12 février 1952, le 10 mars 1953 à l’occasion du rassemblement consécutif au décès de Staline et le 17 janvier 1954 dans le cadre de la lutte contre la CED. Pour les militants communistes de ces années cinquante, le mot d’ordre « au Saint-Lazare ce soir » porte aujourd’hui encore toute sa charge émotionnelle. Ce phénomène de mémoire collective résulte de la fréquence des réunions majeures qui se déroulèrent dans cette salle, assez souvent sous la direction de dirigeants nationaux, toujours en présence des responsables fédéraux. Les sentiments éprouvés en de telles circonstances exceptionnelles furent renforcés et fixés par la lecture des comptes rendus de Midi-Soir ou de La Marseillaise qui adoptaient les méthodes et le style alors utilisés dans les colonnes de l’Humanité.

  • 129 Jean-Pierre Bernard., op. cit., p. 41.

85« Genre convenu », la narration d’une réunion au Vel’ d’Hiv’ dépeint immanquablement un lieu « plein à craquer, les rues adjacentes, les bouches de métro bourdonnantes de monde bien avant l’heure d’ouverture, avec les retardataires déçus, piétinant devant l’entrée »129. Dans son édition du 15 mars 1950, La Marseillaise mentionne qu’à l’occasion de la venue à Marseille de Jeannette Vermeersch « tous les Marseillais et les Marseillaises n’ayant pu entrer dans la vaste salle, plusieurs milliers de personnes envahirent le hall et les rues avoisinantes », la foule donnant l’impression de « monter jusqu’au plafond ». Le 5 avril 1950, le quotidien souligne que, la veille, la masse des dockers en grève « emplissait la cour et le hall du vaste cinéma Saint-Lazare ». La Marseillaise indique, dans son édition du 13 mai 1953, que le huitième anniversaire de la victoire sur le nazisme s’est déroulé la veille dans les salles du Saint-Lazare et du Colisée « archi-combles » pour la circonstance. Aveu implicite d’une moindre affluence ? Le compte rendu de la réunion ne fait aucune référence à la présence d’une foule à l’extérieur.

La société communiste : une image du futur radieux ?

  • 130 Le siècle des communismes, op. déjà cité, p. 338.

86L’importance accordée aux cérémonies de remise des cartes, le souci de n’oublier aucun des adhérents et d’honorer les camarades disparus, le soin mis à rassembler en de multiples occasions les populations d’un quartier et de leur offrir des loisirs épanouissants constituèrent-ils les principaux éléments d’un modèle de sociabilité faisant du PCF à Marseille une institution « totale » qui sacralisa chacun des actes accomplis par ses militants, instaura « une fraternité de parti » mais exigea un comportement si strict « dans tous les domaines de la vie sociale » qu’il aboutit à une « clôture sur l’endogamie partisane »130 ?

Les cérémonies de remises de cartes

  • 131 Ibidem.
  • 132 Michel Winock, « Arcueil la rouge », L’Histoire, n° 195, janvier 1996.

87La sacralisation de « l’acte d’adhésion » et « la possession de la carte de membre du parti » se placent en tête des démarches qui conduisent à « l’invention de l’homme communiste »131. Soulignant de son côté la valeur « affective » de l’appartenance au PCF, Michel Winock souligne que le journal local La Voie nouvelle ne manque pas le 2 janvier 1954 de rapporter « la gaieté débordante », la « saine joie », « le bonheur d’être communiste » que dégagent les militants de la section d’Arcueil la « rouge » réunis dans une grande salle prêtée pour l’occasion par la municipalité132.

88La même convivialité mêlée de solennité caractérise-t-elle à Marseille les cérémonies de remises de cartes ? « Un des moments forts de l’année », « un acte par lequel on glorifiait le membre du parti en lui remettant solennellement une carte » selon Gaston Lenfant, « l’événement du début de l’année » aux yeux de Line Ceccaldi. Les déclarations de ces deux militants, alors respectivement journaliste à La Marseillaise et secrétaire de l’ud-CGT, démontrent bien que, à cette époque, la cérémonie de remise de cartes ne se limite pas à une simple formalité administrative. Le discours politique permet d’exalter des valeurs fortes telle la fierté d’appartenir et d’être fidèle au Parti de la classe ouvrière et du peuple de France. Il sert aussi à rappeler l’importance décisive revêtue par les luttes du moment. Des réunions préliminaires permettent de mettre au point le rapport moral et de fixer les objectifs concernant les futurs adhérents éventuels. La remise des cartes représentant une occasion privilégiée pour attirer les sympathisants vers le Parti, cellules et sections s’appliquent à rendre le plus attrayant possible les communiqués qu’elles font insérer dans La Marseillaise ou Midi-Soir. Une des expressions le plus souvent employées indique que « la population est cordialement invitée ». Le communiqué peut aussi préciser que la cérémonie est ouverte aux familles, « aux amis et invités » ou « aux amis et sympathisants ». « Les vrais républicains », « les démocrates », les « amis de la paix », les « lecteurs de notre presse » sont aussi régulièrement conviés à participer à la fête. En 1954, certaines cellules ou sections introduisent la pratique du carton d’invitation à venir rechercher à leur siège. Pour attirer un plus grand nombre de personnes, il est souvent mentionné à partir de 1951 que la salle de réunion est chauffée, que « le tout est absolument gratuit » ou que l’entrée est « libre et gratuite ».

89Une cérémonie de remise de cartes est souvent associée à une partie festive laissée à l’initiative de chaque cellule ou section qui l’organise en fonction de ses moyens. Elle se résume parfois à un apéritif offert par un bar « ami ». Cette simplicité cède la place à des formules plus élaborées si les finances et les capacités culinaires des femmes de militants le permettent. C’est ainsi que la « châtaignée fraternelle » de 1950 est remplacée, à partir de l’année suivante, par des gâteaux des rois, des navettes, des oreillettes, du vin blanc, des pompes, du café et des biscuits. Pizzas et pieds paquets sont même parfois proposés. Une autre évolution se dessine avec la multiplication des numéros de music-hall et des bals. Présentes dès 1950, les « parties artistiques » deviennent plus nombreuses à partir de l’année suivante. Les attractions proposées se composent de prestations de jeunes débutants profitant de l’occasion pour se faire connaître. Des amateurs militants ou sympathisants, des groupes d’entreprises ou d’associations peuvent aussi se produire. Tous ces artistes correspondent aux goûts d’un public populaire. Afin d’attirer la jeunesse, des bals sont parfois organisés après la partie strictement politique. Constituant une source de revenus appréciable pour les organisateurs, lotos et tombolas sont souvent proposés après la remise des cartes. Les sommes récoltées peuvent aussi être versées à des grévistes ou être affectées au soutien de La Marseillaise. Si parties artistiques et bals deviennent plus fréquents, la projection de films reste plutôt une exception sauf en 1953, année durant laquelle Je suis née à Berlin de Paul Carpita est présenté à plusieurs reprises. Les frais de location du matériel, la nécessité de pouvoir disposer d’une salle adaptée, la difficulté de se procurer les bobines de nouvelles œuvres expliquent cette rareté d’utilisation. En règle générale la remise des cartes précède les festivités. Des systèmes plus complexes d’organisation caractérisent toutefois les cérémonies les plus importantes. Le 17 février 1951 par exemple aux Martégaux-Fondacle, les personnes présentes à vingt et une heures dans le bar des Toujours Gais se voient offrir gâteaux des rois et vin blanc. Une demi-heure plus tard, PierreDoize prononce une allocution avant de remettre les cartes. À 22 heures 30, la soirée se poursuit avec un loto. Un repas est proposé une heure plus tard. Le bal qui débute vers minuit se poursuit jusqu’à l’aube.

90L’étude des cérémonies de remise de cartes met en évidence l’apparition de signes inquiétants pour le Parti. Le choix du jour de réunion traduit déjà un moindre degré de militantisme. 64 % des réunions recensées se tiennent durant le week-end en 1950. Ce pourcentage grimpe à 86,5 % en 1951 et à 93,3 % en 1952. Une inversion de tendance se produit pour les années suivantes avec respectivement 84,6 % et 75 %. Une seconde évolution est perceptible lorsque l’on analyse la répartition à l’intérieur du week-end. En 1950, 44 % des remises de cartes se déroulent un dimanche. Ce pourcentage grimpe à 56 % puis à 60,6 % au cours des deux années suivantes. La part de cette journée par rapport au total des réunions retombe à 50,7 % en 1953 avant de s’effondrer à 36,1 % l’année suivante. Cette désaffection profite au samedi après-midi qui passe de 20 % du total des cérémonies en 1950 à 33,8 % en 1953. Avec 38,8 % du total des réunions, le samedi devient prépondérant en 1954. Est-il possible d’analyser ces glissements dans le temps ? Jusqu’en 1952, les remises de cartes se déroulent durant tout le dimanche après-midi pour permettre d’associer les familles aux différentes festivités organisées. Le désir de profiter autrement de cette journée explique par la suite la préférence accordée au samedi après-midi.

91L’étude des lieux de réunion met en évidence d’autres difficultés d’organisation. Le pourcentage des remises se déroulant dans des bars baisse tout au long de la période. Il passe de 66,6 % en 1950 à 50 % en 1954. Cette année-là, les réunions se tiennent plutôt aux sièges des cellules, sections ou organisations de masse et parfois même au domicile d’un militant. Ce recul reflète les difficultés financières qui empêchent d’autant plus de louer une salle de bar que l’assistance est clairsemée. Ce faible nombre de participants oblige, à partir de 1953, des cellules à se regrouper pour organiser leurs remises de cartes. La multiplication à partir de 1952 des appels à venir nombreux, à se tenir libre ce jour-là ou soulignant que la présence de tous est « indispensable » reflète aussi cette désaffection. Signe d’un degré d’activité qui ne s’améliore pas et reflet de la campagne de dénonciation du système des instructeurs politiques instaurée par Auguste Lecœur, la cellule des Eaux précise en 1954 que chaque militant doit venir en personne retirer sa carte.

N’oublier personne

92D’autres formes de sociabilité familiale ouvertes aux sympathisants, des matinées récréatives au profit des enfants et des personnes âgées par exemple, sont organisées par les communistes responsables de mouvements de masse. Les mois de décembre et de janvier sont marqués chaque année par le déroulement de l’arbre de Noël organisé par le Front national de la Belle-de-Mai avec l’aide des Amis de l’enfance. Un comité spécifique regroupant la section syndicale CGT, les comités du Mouvement de la paix, de l’UFF, des chrétiens et les AIL du quartier voit le jour à Saint-Louis le 20 décembre 1953 en vue d’offrir un arbre de Noël aux enfants des salariés de l’Aluminium en lutte. La Marseillaise participe ponctuellement à ce type de festivités. Associée à Tourisme et Travail, elle organise une grande fête le 19 décembre 1950 au bénéfice des enfants les plus méritants des écoles publiques de Marseille. En décembre 1953, accompagnés par des élus locaux, journalistes et administrateurs de ce même quotidien passent dans tous les établissements hospitaliers pour offrir des jouets aux enfants malades.

93Si les comités de l’UFF se chargent le plus souvent des goûters et des distributions de vivres au bénéfice des personnes âgées d’un quartier, c’est une structure commune qui regroupe en janvier 1950 militants du Parti et des AIL, représentants des vieux travailleurs et femmes de l’UFF pour assurer le succès du goûter offert à Saint-Marcel. Dans le quartier de la Belle-de-Mai, c’est le Front national qui se charge de distribuer chaque année, le plus souvent au mois d’août et aussi parfois en septembre, des vivres collectés auprès des commerçants du quartier. Un arbre de Noël, un après-midi pour les personnes âgées regroupe un nombre variable de personnes en fonction des capacités matérielles des organisateurs et de l’aide dont ils ont pu bénéficier. Le Front national de la Belle-de-Mai réunit environ 300 enfants chaque année dans le local des Amis de l’enfance au 33 de la rue Guérin. En 1951, le cercle UJRF de la Timone ne peut en accueillir que 70. Dans certaines circonstances exceptionnelles comme lors de l’arbre de Noël organisé le 11 janvier 1951 au bénéfice des enfants de chômeurs, le nombre des invités s’élève à 1 900. Les festivités se déroulent le plus souvent dans les locaux d’une organisation de masse ou dans une salle de bar. Des salles plus vastes, le Palais des Sports le 19 décembre 1950 ou le théâtre de la rue d’Alger le 11 janvier 1951 par exemple, peuvent être louées pour l’occasion. S’ils ne disposent que de moyens restreints, les responsables des festivités se limitent à proposer un simple goûter suivi d’une distribution de jouets ou de vivres. Dans le cas contraire, une partie artistique est offerte pour rehausser la portée de la manifestation. Le groupe artistique des AIL et un spectacle de Guignol ouvrent l’après-midi récréatif organisé le 26 janvier 1950 par le comité Baille-Saint-Pierre de l’UFF. Latroupe des Églantines de la Belle-de-Mai est souvent sollicitée par le Front national. Des projections de films ou des bals sont parfois insérées dans le programme des réjouissances. L’arbre de Noël organisé le 19 décembre 1950 par La Marseillaise est la cérémonie la plus importante de toute la période. Alex et Josette Jany, des joueurs de l’Olympique de Marseille et des boxeurs dédicacent des livres au stand de la librairie de la Renaissance. Rassemblant des vedettes locales et des professionnels de la chanson, une partie artistique complète cette manifestation exceptionnelle.

94Toutes ces festivités permettent aussi de populariser le discours communiste du moment, la portée politique la plus nette étant accordée à partir de 1951 à l’arbre de Noël destiné aux enfants de dockers. Ce dernier est toujours précédé par une campagne de collecte de jouets confiée aux Vaillants et Vaillantes secondés par des membres de l’UJRF et de l’UJFF. Placé sous le signe de la lutte contre la guerre d’Indochine, l’arbre de janvier 1954 bénéficie d’une exceptionnelle campagne de mobilisation. Successivement paraissent dans La Marseillaise les appels lancés par Hélène Parmelin et Antoinette Prève, respectivement responsables nationale et départementale de l’UJFF, Pierre Doize et Henri Martin, les lettres de soutien envoyées par Frédéric Joliot-Curie et André Fougeron et une déclaration d’André Stil. Placée sous la présidence d’honneur de Raymonde Dien, la fête se déroule le 16 janvier en présence d’Huguette Dambel, membre de la direction nationale de l’UJFF. Signe de l’importance accordée à l’événement, François Billoux y assiste aussi.

Honorer les camarades disparus

  • 133 Jean-Pierre A. Bernard, « La liturgie funèbre des communistes, 1924-1983 », Vingtième siècle, n° 9, (...)
  • 134 Ibidem, p. 47.

95Les discours prononcés à l’occasion des obsèques d’un membre du Parti prouvent l’existence d’une véritable « mort communiste » qui « révèle ou précipite l’appartenance et l’adhésion à une idéologie, à des pratiques » et, par le biais d’une reconstruction du passé, « sert de référence, d’exemple et de trace pour l’avenir »133. Trois cérémonies funèbres importantes se déroulent à Marseille entre 1949 et 1954. Les cendres de Charles Nédélec et de Fifi Turin sont respectivement inhumées le 21 mai 1949 et le 4 février 1950. L’enterrement de Josette Reibaut se déroule le 31 mai 1952. La mise en terre, le 4 février 1950, des cendres de René Daniel Vernis passe par contre pratiquement inaperçue. Le Parti n’a pas jugé qu’il pourrait célébrer « son histoire et sa mémoire »134 au travers de la personnalité de ce sergent FTPF fusillé le 2 juin 1944 au mont Valérien. L’exemplarité attribuée à l’existence du disparu constitue en effet un des facteurs qui déterminent le déroulement de chacune de ces cérémonies, le contexte politique pesant quant à lui sur leur rôle dans la stratégie globale suivie par le PCF.

  • 135 La Marseillaise, 18 mai 1949.
  • 136 La Marseillaise, 5 février 1950. Deux jours plus tôt, le quotidien publiait un appel de l’UFF deman (...)

96Lucien Molino, responsable de l’union départementale CGT, voit en Charles Nédélec l’« artisan de l’unité ouvrière » tandis que François Billoux, en tant que responsable national du Parti, met plutôt en valeur « le combattant de la Résistance »135. La biographie officielle de Fifi Turin évoque une « fille du peuple », une « magnifique figure de la République française » et un « symbole du patriotisme de la classe ouvrière de notre cité »136. La Marseillaise annonce, le 30 mai 1952, que Josette Reibaut fut « une militante clairvoyante, exemplaire » qui combattit sans cesse « pour les revendications, les libertés, l’indépendance nationale, la Paix et le Socialisme ». Exemple à suivre par tous alors que s’ouvre une période de turbulence pour le Parti, elle demeura, « dans les périodes difficiles de 1939 », « inébranlablement fidèle à la cause de la France et à l’amitié franco-soviétique ».

  • 137 La Marseillaise, 18 mai 1949. En 1963 encore, à l’occasion des obsèques de Victor Gagnaire, Pierre (...)
  • 138 La Marseillaise, 4 février 1950.
  • 139 La Marseillaise, 30 mai 1952.

97Les funérailles de Charles Nédélec se situant au moment où la conférence nationale réunie à Montreuil vient de lancer le mot d’ordre « Unir les Français pour la défense de la Paix menacée par le Pacte atlantique », Lucien Molino en profite pour souligner l’importance de s’appuyer sur celui « dont la vie tout entière est un exemple de dévouement à la cause de l’organisation ouvrière et de la liberté, un modèle d’ardent patriote et de résistant, et l’artisan de l’unité ouvrière »137. Les obsèques de Fifi Turin coïncident avec l’inculpation de quatre militants communistes de la CGT accusés de s’être rendus sans autorisation à bord de l’Athos II en partance pour l’Indochine. L’ud-CGT en profite pour souligner l’importance décisive, alors que le gouvernement s’obstine à poursuivre sa « sale » guerre, de venir honorer « celle qui devait tomber pour notre liberté, pour que vive la France »138. Le 30 mai 1952, alors qu’il s’incline devant la dépouille de Josette Reibaut, le comité fédéral insiste sur la nécessité de s’inspirer de l’exemple « admirable » de la défunte pour mener à bien « les batailles pour la reconquête de l’indépendance nationale », « les luttes pour la Paix et la grande cause du Communisme »139. Habilement reliée au rappel de l’interdiction du Parti en 1939, cette recommandation tend à mobiliser les énergies à la suite de l’échec enregistré le 28 mai 1952 et de l’incarcération de Jacques Duclos.

98L’annonce de ces trois cérémonies et l’organisation des funérailles procèdent de données politiques incontournables. Le passé de militant syndical de Charles Nédélec explique que le soin de rédiger le premier article soit confié, trois jours avant les obsèques, à Lucien Molino. Mais, dès le lendemain, c’est François Billoux qui s’exprime au nom du Parti communiste. Dans son édition du 4 février 1950, La Marseillaise publie les communiqués des organisations qui appellent à venir saluer la dépouille de Joséphine Turin. Dans l’ordre sont mentionnés l’UFF, l’ud-CGT, l’ARAC, les Combattants de la paix et de la liberté, les anciens FFI et la FNDIRP. Le PCF, soucieux d’assurer le plus grand éclat possible à la cérémonie en lui conférant l’aspect d’un vaste rassemblement dépassant les clivages politiques, s’est abstenu de publier un communiqué. Au mois de mai 1952, c’est par contre le comité fédéral qui demande d’accompagner Josette Reibaut dans sa dernière demeure.

99Si la cérémonie marquant le retour des cendres de Fifi Turin se déroule à l’intérieur du cimetière du quartier Saint-Pierre, les disparitions de Charles Nédélec et de Josette Reibaut prennent la forme de cortèges organisés en fonction d’un strict protocole. Après avoir reçu à Paris les honneurs de la direction nationale, Maurice Thorez en tête, le cercueil de Charles Nédélec arrive à Marseille. Les organisateurs de la cérémonie prévoyaient de l’exposer à l’ancienne Bourse du Travail. L’accès à la salle Ferrer ayant été refusé par le préfet, les responsables de l’ud-CGT et du PCF accueillent la dépouille à son arrivée à la nouvelle Bourse. Des représentants des différents syndicats s’y succèdent en une garde ininterrompue, l’honneur d’assurer l’ultime veille revenant aux dirigeants de l’union départementale et à François Billoux et Charles Tillon. Le lendemain, le cortège funéraire s’ébranle à quinze heures trente, précédé par les drapeaux des syndicats, ceux des sections communistes et des organisations de masse. Des jeunes syndiqués en chemisettes blanches portent un immense portrait du défunt. Confié à quatre jeunes filles elles aussi en chemisettes blanches, un drapeau tricolore précède la musique des ouvriers de la SPCN. Afin de rappeler le passé de responsable syndical et de résistant de Charles Nédélec, son cercueil, recouvert d’un drapeau tricolore, est porté par des militants du bâtiment et par d’anciens FFI syndicalistes. La famille précède trois responsables de la direction confédérale de la CGT, François Billoux et Charles Tillon du Bureau politique et quatre membres du Comité central. Viennent ensuite les représentants des grandes centrales syndicales, les élus, les militants des organisations proches du Parti et des sections syndicales. Après avoir emprunté le boulevard National, la rue Félix Pyat, le cortège effectue une halte dans le quartier de la Belle-de-Mai avant de parvenir vers dix-huit heures au cimetière du Canet.

  • 140 Jean-Pierre A. Bernard., op. cit., p. 48.

100« Les morts de la classe ouvrière font peur aux tyrans » proteste le 31 mai 1952 La Marseillaise après que le préfet, qui estime que le calme n’est toujours pas revenu en ville depuis la manifestation du 28 mai, ait opposé un refus catégorique à l’ensemble des cérémonies envisagées dans le cadre de l’enterrement de Josette Reibaut. Les organisateurs prévoyaient que des tentures noires soient apposées sur toutes les façades des Maisons du peuple ainsi que sur celle de La Marseillaise. La dépouille devait être successivement exposée dans le hall de la librairie de la Renaissance, aux sièges de l’UFF et de la section du Vieux-Marseille. Les organisateurs finissent par obtenir le droit d’installer le cercueil dans les locaux de la nouvelle Bourse du Travail. Le 31 mai, le cortège se rassemble place Jules Guesde pour aboutir au cimetière de Saint-Jérôme. Se situant dans des contextes fort différents, les cérémonies organisées en l’honneur de Charles Nédélec et de Josette Reibaut n’en présentent pas moins d’importantes similitudes. Les deux cercueils devaient être exposés successivement « dans des endroits chargés de sens et de symboles » et honorés par des veillées funèbres « soumises à un rituel minutieux » prenant en compte les lieux où l’activité militante de ces responsables s’était déroulée140. Les interdictions qui ont limité ces prétentions initiales permettent de dénoncer les mesures « de classe » prises par les autorités.

Animer la période estivale

101Moins propices pour des actions ouvertement politiques, les deux mois de l’été permettent, entre 1949 et 1954, aux communistes marseillais de marquer leur présence sur le terrain et d’élargir le cercle habituel de leur influence au sein de la population en multipliant les fêtes de quartier ou, sur une plus grande échelle, en organisant le grand rassemblement de La Marseillaise à Gémenos.

102Les activités proposées, ainsi que l’indique le communiqué publié dans La Marseillaise du 12 août 1953 par la section du Vieux-Marseille à propos des fêtes qu’elle organise les 14, 15 et 16 août 1953 dans la rue Fernand Moisson, s’inscrivent dans un « souci constant d’éduquer et de distraire les masses populaires ». Ces animations sont souvent prises en charge, avec l’aide des petits commerçants et industriels du quartier, par un mouvement de masse ou par un comité d’intérêt de quartier pour paraître moins politisées. À Endoume, les fêtes des 20 et 21 août 1949 sont le fait des FFI, du CIQ et des organisations démocratiques. Du 19 au 27 août 1950, des réjouissances similaires sont organisées, sous le patronage de La Marseillaise, par la Jeunesse sportive de Saint-Louis épaulée par le cercle UJRF du quartier.

103Précédé le plus souvent par une clique des AIL ou de l’UJRF, le défilé des « flambeaux de la paix » que portent les enfants des familles participant au cortège marque habituellement le début des festivités le samedi soir. Grâce à cette marche sonore qui passe dans les différentes rues et effectue des haltes sur les places publiques, les communistes prennent symboliquement possession de l’espace. La retraite aux flambeaux est le plus souvent suivie par un bal, plaisir populaire prisé de tous et particulièrement de la jeunesse au sein de laquelle le Parti espère en permanence recruter de nouveaux membres. Si les organisateurs n’ont pu disposer des moyens nécessaires pour en proposer un, ils le remplacent par une partie artistique ou un concert.

104Les réjouissances du dimanche débutent souvent par une aubade offerte à la population. Les responsables des festivités profitent parfois de l’occasion pour proposer à la vente des pognes, tourtes ou autres pâtisseries réalisées par leurs épouses ou par un boulanger sympathisant. La matinée se poursuit selon un schéma assez immuable avec le début des épreuves sportives. Les courses cyclistes amateurs, animées par un club de quartier affilié à la FSGT, débutent vers huit heures. L’arrivée des coureurs et la remise des récompenses sont prévues aux alentours de onze heures trente afin de coïncider avec le moment de l’apéritif. Souvent offertes par l’un des titres de la presse communiste, les sommes reçues par les vainqueurs portent très fréquemment le nom de militants disparus. Le prix Fernand Pauriol proposé par Provence-Nouvelle lors des fêtes de la fédération en juin 1949 et 1950 honore le souvenir de celui qui, rédacteur en chef de Rouge-Midi avant 1939, fut fusillé le 14 août 1944. Assez nombreuses jusqu’en 1951, les courses cyclistes ne se maintiennent plus par la suite que dans le cadre particulier d’une épreuve lors de la fête de la Galline à l’Estaque. L’organisation de telles compétitions devient de plus en plus problématique dans une ville où la circulation s’intensifie, les pouvoirs publics rechignant en outre à bloquer tout un quartier pour rehausser le prestige d’une manifestation communiste.

105À partir de 1952, le cyclisme est remplacé par la course à pied ou par des démonstrations de gymnastique, basket, boxe ou judo. Des tournois de sixte opposent les différents clubs affiliés à la FSGT. Des concours de boules figurent durant toutes ces années parmi les activités proposées. Les mises versées par les participants, les dons offerts par des commerçants du quartier ou par un fabriquant de boissons anisées, le soutien d’un des titres de la presse communiste, permettent de remettre des prix assez substantiels. Le vainqueur de la coupe Charles Nédélec organisée le 18 juin 1950 par l’ensemble des mouvements de masse de Saint-Mauront reçoit ainsi une somme de 10 000 francs. Celui du concours de la fête de La Marseillaise en 1952 encaisse le double. La matinée ne se résume pas aux seules épreuves sportives essentiellement destinées à un public masculin. Vers dix heures, les premiers chanteurs amateurs tentent leur chance pour emporter les prix d’un concours dont la finale se déroule en début d’après-midi. Les enfants sont invités à participer à divers jeux d’adresse très simples à organiser : par exemple attraper avec la bouche une pièce de dix francs placée dans une bassine remplie de farine.

106Un apéritif offert à la population marque la fin des activités de la matinée. Honoré par la présence des responsables et élus communistes du quartier, rehaussé parfois par celle d’un cadre de la fédération, ce moment permet de récompenser publiquement des collecteurs ou des diffuseurs de la presse méritants et de prononcer une brève allocution politique. Les organisateurs en profitent pour placer les billets de leur tombola ou pour procéder à une quête au profit de la cause qui sous-tend la journée. Le repas suivi par un moment de repos constitue une coupure bienvenue en cette saison. Le signal de la reprise de la fête est donné par la visite des stands effectuée par les personnalités présentes. L’assistance peut alors suivre la finale du concours de chant, applaudir les artistes de music-hall figurant à l’affiche ou danser au son d’un orchestre ou d’un pick-up. Les enfants participent à un rallye ballons ou à des lâchers de « pigeons de la paix ». D’autres jeux et concours sont prévus pour eux. En cours d’après-midi, les festivités s’interrompent pendant une demi-heure environ pour permettre à un responsable politique de prononcer une allocution. Afin d’éviter une possible dispersion de l’assistance, le tirage de la tombola se déroule après la fin du discours. La journée s’achève en général entre vingt et vingt et une heures.

107Le Parti ne se contente pas d’organiser des fêtes dans les quartiers mais ambitionne de rassembler des foules plus importantes autour de grandes manifestations estivales. Dans ce but, se déroule le 19 juin 1949 la fête de la fédération au parc Chanot. Un effort particulier de mobilisation se produit en 1950 avec une nouvelle fête de la fédération le 4 juin suivie, les 2 juillet et 6 août, dans la vallée de Saint-Pons à Gémenos, par les journées de La Marseillaise et de France-URSS. La fête de la fédération disparaît en 1951 pour réapparaître dans le cadre d’un quartier en septembre 1952. Le site de Gémenos est utilisé le 4 juillet 1952 pour le rassemblement de l’union départementale CGT. Il sert de cadre à la fête de La Marseillaise le 4 août suivant, cette journée devenant à partir de 1953 l’unique grande manifestation estivale. L’organisation de ces différentes festivités démontre la volonté des dirigeants communistes d’occuper le devant de l’actualité pendant une période de l’année peu propice aux luttes ouvrières. Les ventes de livres ou les abonnements à l’un des titres de la presse du Parti, la consommation par les personnes présentes de boissons et de sandwichs proposés par des militants bénévoles, représentent en outre des sources de revenus non négligeables.

  • 141 Michel Winock, op. cit., p. 58.
  • 142 La Marseillaise, 2 août 1954.

108Une grande journée festive est l’occasion en premier lieu de renforcer les liens entre les membres de la « famille » communiste. Elle permet à des militants souvent limités à leur quartier ou à leur entreprise de se rencontrer dans un cadre détendu. Ces hommes et ces femmes s’intègrent alors à ce « Nous » dont parle Michel Winock pour définir le sentiment d’appartenance à une formation politique qui se déclare différente des autres141. La visite des multiples stands d’exposition leur procure la sensation chaude et réconfortante que leur Parti constitue un ensemble puissant et complexe. Tout au long de la journée, les militants peuvent côtoyer leurs dirigeants qui déjeunent avec eux avant de prononcer des allocutions. Le 4 juin 1950 au parc Chanot, le docteur Gauthier et André Remacle tiennent respectivement les stands des sections de Vauban et d’Endoume, Marcel Guizard et Pierre Emmanuelli rehaussant de leur présence celui de la presse. Henri Pagès, Marc Gimbert, Paulette Isaïa, Annie Valde sont quelques-uns des responsables présents le 1er août 1954. Cette proximité familière ne fait pas disparaître pour autant le strict respect du protocole. Signe de sa prééminence, François Billoux a l’honneur de dédicacer L’Histoire du Parti communiste bolchevik de l’URSS et Le Chemin de l’Honneur lors des fêtes de la fédération de 1949 et 1950. En août 1953, son portrait et celui de « Maurice » décorent le stand de la fédération. L’afflux de sympathisants mais aussi de personnes venues simplement passer une bonne journée procure une audience plus étendue aux réalisations, propositions et revendications développées à travers les différents stands. En 1950, des banderoles proclament « La bombe hors la loi » et « La Presse, c’est l’artillerie du temps de Paix ». France-URSS organise en 1954 une « exposition mitchourienne avec le blé branchu »142.

109Usant de procédés identiques à ceux qui servent à prouver la réussite d’un défilé, les journalistes de La Marseillaise qualifient les journées de Gémenos de « grandioses » en 1950 et 1951. Le 3 août 1953, les reporters se réjouissent que la journée de la veille ait rassemblé 75 000 personnes animées par « une pensée commune ». Si le compte rendu du 2 août 1954 évoque encore un « magnifique succès » et une véritable « mer humaine », il ne fournit, pour la première fois depuis 1950, aucune estimation chiffrée de la participation. Pour compenser cette lacune et tenir compte de la priorité accordée à la question de la jeunesse par la direction nationale du PCF, les journalistes multiplient les références à la présence d’un nombre important de garçons et de filles et n’hésitent pas à affirmer que la fête s’inscrit maintenant « dans la tradition » et devient « partie du folklore provençal ».

  • 143 La Marseillaise, 20 juin 1949, 6 août 1951, 5 août 1952.

110Les journalistes de La Marseillaise s’efforcent aussi de mettre en valeur la joie, la confiance en l’avenir et l’union de la foule. Les participants sont « joyeux et confiants », « du soleil plein les cœurs » tombe « en cascade de joie », les gens ont « leurs yeux plein de bonheur »143.

  • 144 La Marseillaise, 5 juin 1950.
  • 145 La Marseillaise, 6 août 1951.
  • 146 La Marseillaise, 2 août 1954.

111Ceux qui sont présents en juin 1950 savent que, « s’il n’est pas venu encore le temps où le communisme donnera à tous du pain et des roses, nous avançons sans cesse vers ce jour »144. En 1951, chacun comprend que l’avenir radieux espéré se trouve « plus que jamais à portée de main »145. La vallée de Saint-Pons est peuplée en 1954 par des hommes et des femmes « qui ont confiance dans l’avenir parce qu’ils ont confiance dans leurs propres forces »146.

Offrir des loisirs épanouissants

112La pratique en amateur d’une discipline sportive s’intègre parmi ces valeurs que cherche à promouvoir le discours communiste. Elle permet le développement des qualités physiques mais surtout morales chez tout individu qui s’y adonne. Le Parti s’efforce par ailleurs d’éviter que des publications commerciales ne viennent corrompre l’esprit de la jeunesse et celui des femmes.

113Se présentant dans un article de La Marseillaise du 5 mars 1950 comme « le syndicat des sportifs » et comme une association « républicaine, laïque, mais n’excluant personne », la FSGT prône la défense du sport amateur, « le plus pur, le plus sincère » face à la menace permanente des dirigeants de fédérations qui le laissent dépérir. Correspondant à des pratiques en vogue à Marseille, les clubs de football, de cyclisme ou de boxe regroupent dans cet ordre l’essentiel des licenciés à la FSGT. Fondée en 1933, l’Union Sportive ouvrière de Saint-Lazare s’oriente essentiellement vers la pratique de la boxe. Elle s’enorgueillit d’avoir vu passer avant-guerre dans ses locaux des personnalités telles que Pierre Doize ou Paul Cermolacce. L’entraînement se déroule sous la responsabilité d’Antoine Benigno, secrétaire de la section menuiserie du syndicat du bois CGT. Une deuxième salle permet de pratiquer l’haltérophilie et la gymnastique. Les amateurs de l’une ou l’autre des disciplines participent à des compétitions ou des exhibitions lors de soirées de gala organisées par le Parti ou l’une de ses organisations de masse. Soucieuse de ne pas se couper des masses, la FSGT essaie en 1953 de promouvoir le basket mais se heurte au manque d’équipements et de crédits. Au mois d’avril de la même année, le Sporting club de la Belle-de-Mai lance la pratique du judo. Un important effort est accompli au profit des sections ski de la FSGT. Créées en 1946, celles-ci revendiquent mille membres à la fin de l’année 1949. Elles organisent dès l’année suivante trois stages d’une durée de dix jours dans les stations des Alpes provençales et proposent aussi de participer à des compétitions.

114Permettre à ses militants de prendre des loisirs renforce le sentiment d’appartenir à une grande famille au sein de laquelle peines et joies se partagent. Dans cette optique, la section du premier arrondissement de Marseille, le syndicat CGT des produits chimiques, le Front national de la Belle-de-Mai proposent en 1949 des journées au bord de la mer à Sausset ou à Carry-le-Rouet. Des destinations un peu plus lointaines apparaissent en 1950. Une sortie du Front national de la Belle-de-Mai se déroule le 23 juillet sur la plage du Brusc, la section de Samatan-La Colline propose une journée aux Lecques le dimanche 4 septembre. Ce type d’excursions militantes tend à disparaître les années suivantes, Tourisme et Travail et les Amis de la nature prenant le relais. Seul le Front national de la Belle-de-Mai organise encore sa sortie annuelle le 22 août 1954 près d’Hyères.

115Les premiers signes d’un changement apparaissent avec l’insertion le 23 mai dans La Marseillaise du programme « Vacances 1951 » de Tourisme et Travail. Quelques jours plus tard, l’association des Amis de la nature propose à son tour un certain nombre d’activités. Signe de l’intérêt croissant accordé aux loisirs, La Marseillaise commence à publier une rubrique intitulée « Où aller en vacances ? » Les sorties proposées en Provence correspondent essentiellement à des loisirs de plein air. Journées de pêche et séjours de camping à Porquerolles ou à Port-Cros sont régulièrement programmées à partir du mois de mai 1951. Tourisme et Travail organise des cueillettes de champignons dans les Basses-Alpes, des excursions à la Fontaine de Vaucluse, au Mont Faron, aux Saintes-Maries-de-la-Mer ou la Sainte-Baume. À qui s’adressent ces activités ? À des populations ouvrières ou à un public plus vaste ? Le prix demandé pour une sortie d’une journée se situe presque toujours entre 650 et 700 francs. En décembre 1953, le déplacement à Sète pour soutenir l’Olympique de Marseille est facturé 750 francs par Tourisme et Travail. Or, d’après La Marseillaise du 4 septembre 1952, si le salaire brut d’un cheminot s’élève à 23 000 francs après sept ans d’ancienneté et celui d’un agent de ligne des PTT varie entre 22 346 francs en début de carrière et 32 385 francs au bout de vingt et un ans de service, une ouvrière du secteur des cuirs et peaux ne perçoit que 17 300 francs. L’accès à de telles sorties se révèle donc moins évident pour les salariés de l’industrie que pour les employés de l’État.

116Les tarifs proposés deviennent encore moins accessibles pour des revenus modestes à partir du moment où les organisations de loisirs contrôlées par le PCF commencent à inscrire de véritables séjours touristiques dans leurs programmes d’activités. Les Amis de la Nature proposent dès l’été 1951 la possibilité de pratiquer le camping près de Grenoble, en Auvergne, à Villeneuve-Loubet, dans les Vosges et en Alsace. La même année, Tourisme et Travail organise un séjour au Tyrol autrichien et une visite des châteaux de la Loire. La journée au camping de Golfe-Juan ou de Saint-Raphaël revient à 500 francs durant l’été 1951. Les premiers séjours dans une station de ski qui apparaissent durant l’hiver 1951/1952 ne sont pas non plus d’une accessibilité évidente pour les budgets des familles ouvrières. Un week-end coûte 850 francs par personne en janvier 1952. Les Amis de la Nature organisent durant l’hiver 1952/1953 des stages de ski de huit jours au Tyrol pour 10 000 francs par personne. Lors de la saison suivante, un séjour similaire à Allos est facturé 7 000 francs pour une semaine, 11 000 francs pour deux semaines.

117L’esprit des jeunes et celui des femmes sont-ils jugés particulièrement perméables à la culture bourgeoise ? Les communistes marseillais s’efforcent en tout cas de lutter contre ce qu’ils perçoivent comme une menace mortelle pour l’unité et la combativité de la classe ouvrière. Déjà en janvier 1947, L’Avant-Garde se félicitait de constater que le journal Vaillant, l’« ennemi numéro 1 des trusts étrangers », ne comportait ni « apologie du gangstérisme » ou « démoralisante pornographie » mais proposait, sans mièvrerie, une vision du monde « tel qu’il est » en mettant en avant des héros positifs, « sans faculté surnaturelle, mais pleins de santé et de courage, comme le sont les fils du peuple ». Un dessin publié dans La Marseillaise du 5 juin 1951 représente très significativement les personnages des éditions Vaillant en train de repousser les créatures hideuses venues d’Outre-Atlantique. Jean-René Laplayne demande aux parents qui lisent l’édition de La Marseillaise du dimanche 13 juillet 1952 d’acheter Vaillant qui chante « l’optimisme » et « la joie de vivre » pour que leurs enfants deviennent des hommes véritables. Le PCF ne se contente pas de la promotion des titres de sa presse enfantine. À l'issue des réunions préparatoires aux États Généraux de l’enfance de décembre 1953, Mireille Dumont réclame la création de foyers et de terrains de sport ainsi que l’attribution de crédits aux ciné-clubs et aux colonies de vacances.

  • 147 Jean-Pierre Bernard, op. cit., p. 120.

118Conscient de l’importance prise par des journaux comme Elle, Marie-France, Écho de la mode, Nous Deux, Confidences, Intimité…, le Parti entend éviter de leur abandonner « le façonnement des représentations et des imaginaires féminins »147. Il dénonce ces titres qui prônent une vision fallacieuse des rapports sociaux directement inspirée par l’idéologie américaine ainsi que leur antisoviétisme déclaré ou sous-jacent. Des préoccupations plus matérielles guident ces critiques, la presse féminine commerciale devenant de plus en plus une redoutable concurrente pour les publications contrôlées par le Parti.

  • 148 Arch. dép., dossier 148 W 297.
  • 149 La Marseillaise, 11 décembre 1953.

119Selon une note des Renseignements généraux du 20 janvier 1950, seuls 38 des 242 exemplaires reçus de Femmes Françaises auraient été achetés148. Ces mauvais résultats conduisent régulièrement le PCF à organiser des campagnes pour relancer les ventes. « Pour une presse féminine propre » titre Provence-Nouvelle de la semaine du 21 au 28 décembre 1951. L’offensive contre les magazines jugés frivoles reprend en janvier 1952 sous la forme de la création du Comité pour la dignité de la presse féminine française. Sous le titre, « l’évasion ou l’espérance », La Marseillaise publie le 5 novembre 1953, le premier d’une série d’articles appelant au succès du « Congrès de la Presse féminine pour la Défense de la Culture »149 qui doit se dérouler à Paris les 5 et6 décembre 1953. À Marseille comme dans le reste du pays, le PCF prône des valeurs morales traditionnelles telles que la probité, la fidélité, le sens des responsabilités et de la solidarité. Il utilise les nombreuses commémorations et manifestations d’une année militante pour rassembler les personnes présentes autour de ces valeurs.

Resserrer les liens par l’action

  • 150 Annie Kriegel, Communismes au miroir français, p. 100.
  • 151 Respectivement les 21 janvier et 1er février 1943.

120La contre-société communiste serait, selon Annie Kriegel, « une longue mémoire dotée d’un patrimoine de références ayant acquis leur vie propre »150. À Marseille, les événements sélectionnés pour servir de support à de telles manifestations correspondent soit à des moments jugés décisifs dans l’histoire du mouvement ouvrier, soit à des instants forts du passé national ou marseillais. Cette double série de références permet d’étayer la vision d’un PCF capable d’associer internationalisme prolétarien et patriotisme. Le mouvement ouvrier français est célébré par l’évocation de la Commune ou du congrès de Tours, des défilés de février ou du 1er mai. Les commémorations de la révolution d’Octobre ou de la mort de Lénine, les festivités saluant la naissance de Staline, les journées des femmes ou des jeunes contre le colonialisme correspondent à l’image d’un Parti attaché aux principes de l’internationalisme prolétarien. L’attachement indéfectible à la patrie est exprimé au travers de la prise de la Bastille, de l’appel du 10 juillet 1940, du retour des déportés et de la fin des deux conflits mondiaux. Les cérémonies en l’honneur de l’évacuation et de la destruction du Vieux Port151, du bombardement du 27 mai 1944, des morts de la Résistance et de la Libération constituent le volet marseillais de cet ensemble.

121Cette volonté affichée de s’ancrer dans le passé pour justifier le présent explique que les décès de Josette Reibaut et de Joseph Staline soient immédiatement intégrés dans la mémoire officielle du PCF. Certains événements disparaissent par contre à l’occasion d’une modification du contexte politique. Conséquence directe de l’affaire Marty-Tillon, les dernières commémorations des mutins de la mer Noire, de la proclamation de la République en Espagne et de la défense de Madrid se déroulent en 1952. Jugées erronées, les grèves de novembre 1947 ainsi que les manifestations du 24 août 1949 et du 28 mai 1952 ne figureront jamais dans le calendrier militant marseillais. Le cas de la journée du 10 janvier 1950 se révèle nettement plus complexe. Intégrés dès le lendemain dans le patrimoine du parti, toujours cités en 1954 parmi les actions positives accomplies contre la guerre d’Indochine, les affrontements sur la Canebière ne donnent lieu, à l’exception de la tentative effectuée en janvier 1952, à aucune exploitation sur le terrain.

122Les modalités d’organisation de ces commémorations se révèlent variables. Les évocations de la révolution d’Octobre et de la naissance du Parti communiste prennent la forme de multiples réunions tout au long des mois de novembre, décembre et janvier. Le moment fort de cette mobilisation réside dans la tenue d’un grand meeting animé par une personnalité parisienne ou par un responsable fédéral. Les festivités organisées en 1949 acquièrent un relief supplémentaire puisqu’elles coïncident avec l’anniversaire de Staline. Raymond Guyot, membre du Bureau politique et député de la Seine, anime un premier meeting au cinéma Saint-Lazare le 6 novembre. Le grand rassemblement de clôture du 18 décembre au parc Chanot est présidé par François Billoux chargé de remplacer Jacques Duclos souffrant. En 1952, intégrées dans la campagne de popularisation des grandes réalisations inscrites dans le nouveau plan quinquennal soviétique et associées aux festivités organisées en l’honneur du retour annoncé de Maurice Thorez, les commémorations de la révolution d’Octobre culminent dans l’après-midi du dimanche 9 novembre lors d’une manifestation au parc Chanot en présence de Théodore Vial, membre du Comité central. Les 10 novembre 1953 et 16 novembre 1954 par contre, ce type de rassemblement se déroule, sous la présidence de Pierre Doize, dans le cadre plus modeste des cinémas National et Royal à Menpenti.

123Sur la base des quartiers, plusieurs activités sont programmées entre le 8 et le 11 juillet 1949 afin de commémorer l’appel du 10 juillet 1940. Toutes ces manifestations sont destinées à préparer le rassemblement prévu en fin de matinée le dimanche 10 sur le cours Estienne d’Orves. En 1950, la commémoration est associée, sous la présidence de Paul Cermolacce, aux fêtes organisées les 7 et 8 juillet au chalet de Saint-Just par la section du treizième arrondissement. Le 10 juillet 1953, elle se limite à un simple rassemblement au cinéma Saint-Lazare en présence de Pierre Doize et de Georges Lazzarino.

124Les cérémonies organisées en l’honneur des victimes de la Seconde Guerre mondiale se déroulent le plus souvent un dimanche matin dans un cimetière ou devant une plaque commémorative. La pose et l’entretien de ces dernières prennent dans ce contexte une importance toute particulière. Celle du 28 de la rue Caisserie destinée à perpétuer le souvenir de l’évacuation du Vieux-Port est inaugurée le 22 janvier 1949 à l’initiative du comité de défense des sinistrés épaulé par les organisations de résistants et de déportés, le comité d’intérêt de quartier, les responsables des organisations de masse et les élus communistes du quartier. Pour mobiliser encore plus les habitants, un comité pour l’érection d’un monument destiné à rappeler la destruction du Vieux-Port est constitué en 1953 à l’occasion du dixième anniversaire de cet événement. Les cérémonies sont en règle générale assez brèves. À partir d’un point de rassemblement, un bar « ami » le plus souvent, les personnes présentes se rendent en cortège vers le lieu de la manifestation. Toujours précédée par des drapeaux tricolores, leur marche est souvent accompagnée par une clique des AIL. Quelques allocutions suivies par une minute de silence marquent la fin de la cérémonie aux alentours de midi. Les discours sont toujours prononcés par un responsable communiste détaché dans un mouvement d’anciens résistants comme la FNDIRP (le docteur Crouzet par exemple) ou l’ARAC (Jean Senatore en particulier).

  • 152 Arch. dép., dossier 148 W 302, note du 11 avril 1952.

125Certains principes président à la structuration d’un défilé. Chacun d’entre eux est toujours précédé par une avant-garde comportant invariablement la présence d’une clique destinée aussi bien à insuffler ardeur et joie aux participants qu’à accroître l’impact sonore de l’événement. En mai 1950 et 1951, les musiciens des douanes en tenue ouvrent le défilé. Leur présence s’explique par l’importance des cellules communistes dans cette administration. L’influence personnelle de Jean Cristofol, ancien douanier lui-même, n’est pas à négliger. Le défilé de cette musique cesse en 1952 à la suite de la décision préfectorale du 11 avril qui interdit à des fonctionnaires en tenue de se retrouver dans « une manifestation qui présente incontestablement un caractère politique »152.

126À partir de cette année-là, les douaniers sont remplacés en tête du cortège par une formation de quartier. En 1953, il s’agit de la musique des AIL des Crottes. En 1954, cet honneur revient à la clique des AIL de la Cité Saint-Louis qui vient de gagner la coupe Lucien Molino. Différents porte-drapeaux suivent ou précèdent les musiciens. Ils représentent les diverses organisations syndicales et les mouvements d’anciens combattants en février, les organisations syndicales le 1er mai. Suivi par des drapeaux français mêlés à des drapeaux rouges, un drapeau tricolore ouvre toujours le défilé du 14 Juillet. Le Parti communiste illustre de la sorte sa volonté de représenter tout à la fois la défense des intérêts de la patrie et celle de la classe ouvrière au travers de l’internationalisme prolétarien.

127Dans l’avant-garde qui précède le gros du cortège se retrouvent les responsables de la manifestation ainsi que les personnalités invitées. En février et en juillet, ce groupe se compose d’un délégué de chaque mouvement représenté au sein du comité d’organisation. À l’occasion d’un 1er mai, il comprend toujours les responsables de la commission administrative de l’ud-CGT entourant un représentant du bureau confédéral : Gaston Monmousseau en 1949 et 1953, André Tollet en 1950, Henri Raynaud en 1951. Lucien Molino vient à Marseille en 1952 à la suite de sa promotion de l’année précédente. Alain Le Léap est présent en 1954. Cadres de la fédération, élus, responsables des organisations de masse, compagnons de route figurent aussi parmi les personnalités. Placés dans cette avant-garde ou marchant plus modestement en tête des travailleurs figurent parfois de simples salariés qui se sont illustrés récemment lors d’un conflit social. Le 1er mai et le 14 juillet 1950, les dockers et les licenciés du port associés aux peintres de bord ouvrent le défilé. Cette place honorifique est successivement réservée dans les cortèges des années suivantes aux travailleurs du bâtiment, aux employés des tramways, aux métallurgistes puis aux hospitaliers. A partir du 1er mai 1951, les jeunes, qu’il s’agisse d’enfants de syndiqués ou de membres des Vaillants et Vaillantes, et les sportifs représentant les clubs d’entreprises viennent s’intégrer à cette avant-garde. En mai 1953 et 1954, la musique des AIL de Menpenti forme la transition avec le gros du défilé. Les formations musicales des Crottes, de Menpenti, de Vauban et du Canet occupent aussi très souvent cette place.

128Dans les cortèges de février, entre 1949 et 1951, les manifestants se retrouvent à l’emplacement prévu pour leur canton avant de se positionner en fonction du mouvement qu’ils sont venus représenter. Les responsables du défilé du 14 juillet 1949 déterminent onze groupes entre lesquels s’intercalentcliques et fanfares. À la suite des protestations émises par les habitants des quartiers éloignés, les organisateurs placent en tête l’année suivante la population du seizième arrondissement de Marseille, les représentants du premier arrondissement fermant le cortège. Un ou plusieurs responsables veillent à ce que chaque groupe présente une organisation interne similaire à celle du défilé pris dans son ensemble. Drapeaux des mouvements bien implantés dans l’arrondissement et groupes d’enfants précèdent les dirigeants, les élus communistes, les personnalités diverses. Le comité local de défense de la paix, les organisations laïques, féminines et sportives suivent dans cet ordre.

129Chaque groupe comprend en outre les anciens combattants et les prisonniers de guerre, les membres des comités d’intérêt de quartier, ceux des organisations politiques accompagnés par des sympathisants, les sections syndicales de la CGT ou les comités d’unité et d’action. Les simples travailleurs ferment la marche. En mai 1950 et 1951, le cortège est structuré sur la base des différentes unionslocales. À partir de 1952, les manifestants sont répartis en quatre groupes d’importance similaire entre lesquels s’intercalent des musiques. En 1952, ce sont les corporations caractérisées par une forte implantation de la CGT et par leur caractère « prolétarien » (métallurgie, tramways et bâtiment) qui figurent en tête en compagnie des Nord-africains et des Vietnamiens issus des camps Lyautey et Vietnam. Ces derniers ne seront plus mentionnés par la suite, leur nombre ayant considérablement diminué du fait des opérations de rapatriement. Les travailleurs nord-africains défilent encore en 1953 derrière la banderole du MTLD. Les tragiques incidents du 14 juillet à Paris et des divergences avec les responsables CGT font qu’ils ne participent plus au cortège en 1954. Le groupe de queue se compose de syndicats moins étoffés correspondant à des métiers de l’artisanat ou à des activités impliquant un niveau d’études plus élevé. Coiffeurs, chauffeurs de taxi peuvent ainsi, selon les années, côtoyer représentants des métiers du spectacle, dentistes et pharmaciens ou fonctionnaires affiliés à l’UGFF. En 1952 et 1953, journalistes et policiers CGT sont aussi présents.

  • 153 La Marseillaise, 10 décembre 1950.

130Toutes ces commémorations sont l’occasion de revenir sur les points forts de l’histoire du Parti qui doit guider les militants dans leurs actions en cours. Présent à Marseille le 10 décembre 1950 à l’occasion de l’anniversaire du congrès de Tours et de la clôture du mois de l’amitié franco-soviétique, Florimond Bonte (membre du Comité central, député de Paris et auteur du Chemin de l’Honneur) explique ainsi que, « sans défaillance », le PCF est mobilisé depuis sa naissance « pour la défense de la Paix, pour la défense du pain des travailleurs, pour la défense de la Liberté et de l’Indépendance Nationale »153.

  • 154 Serge Kriwkoski, La Marseillaise, 9 février 1949.
  • 155 Déclaration de Lucien Molino, La Marseillaise, 7 février 1950.

131Lié à l’« union des grands partis et de la classe ouvrière »154, le succès de la journée du 12 février 1934 préfigurerait, selon La Marseillaise des 12 et 13 février 1949, l’ampleur de la démonstration prévue le dimanche suivant « pour gagner la bataille de la paix, pour défendre les libertés démocratiques, contre les fauteurs de guerre et les néo-fascistes ». Attribuant au seul PCF l’initiative de la riposte unie des antifascistes, Lucien Molino développe l’idée que l’exemple de 1934 doit guider les actions entreprises par les militants de 1950 pour empêcher une nouvelle guerre mondiale155. « Union et action ont fait reculer le fascisme » en 1934, « Union et action feront reculer la misère et la guerre » avance de nouveau le secrétaire général de l’ud-CGT dans La Marseillaise du 8 février 1951. S’exprimant dans l’édition du 10 février 1954 de ce même quotidien, Marius Colombini annonce lui aussi qu’« aujourd’hui, comme il y vingt ans, la classe ouvrière renforce son union pour imposer de profonds changements ».

  • 156 Midi-Soir, 7 juillet 1949.
  • 157 La Marseillaise, 7 décembre 1953.
  • 158 Midi-Soir, 7 juillet 1949 ; La Marseillaise, 4 juillet 1952, 4 et 11 juillet 1953.
  • 159 La Marseillaise, 9 juillet 1949.

132À partir de l’année 1949, la date du 10 juillet 1940, devenue un repère essentiel dans la vision historique proposée par le PCF, est commémorée par les militants marseillais. Reprenant la version exposée dans Fils du Peuple, la paternité de cet appel adressé au peuple entier à la différence de la voix qui, « de l’étranger », demande aux seuls militaires de « gagner les rangs des alliés »156 est attribuée, jusqu’en 1953, à Maurice Thorez et à Jacques Duclos agissant « au nom du Comité Central du PCF »157 ou « au nom du PCF »158. La commémoration du 10 juillet représente ainsi un moyen privilégié d’affirmer que, hier comme aujourd’hui, le Parti regroupe autour de lui les Français dans le combat contre le militarisme allemand. La manifestation du 10 juillet 1949 vise à défendre la République menacée par la visite « factieuse » du général de Gaulle invité par le maire RPF « abusant de son titre et de l’argent des contribuables »159. Dans le discours qu’il prononce pour marquer la fin des festivités organisées en 1952 par la section de Saint-Just, François Billoux dresse un parallèle entre l’interdiction du Parti en 1939 et l’arrestation de Jacques Duclos dans laquelle il déclare voir le signe avant-coureur de la guerre voulue par les Américains qui occupent la France. La Marseillaise, dans son édition du 10 juillet 1954, effectue une comparaison entre la menace représentée par l’armée allemande en 1939 et celle qui serait contenue dans le projet de CED.

  • 160 Outre Danielle Casanova décédée en mai 1943 à Auschwitz, les cérémonies organisées intègrent aussi (...)

133Deux inflexions importantes apparaissent en 1954. Le 10 juillet, La Marseillaise annonce que « le Parti Communiste Français lançait, sur le sol de la France envahie par les hordes hitlériennes, le célèbre appel à l’action libératrice nationale signé Maurice Thorez et Jacques Duclos ». Le lieu de résidence des deux responsables n’est plus précisé : l’appel est bien lancé de France mais rien n’indique si Maurice Thorez et Jacques Duclos s’y trouvent en personne. L’événement lui-même n’est plus « historique » mais plus modestement « célèbre ». Le nouveau qualificatif utilisé correspond-il à une volonté de retrait par rapport à la mise en valeur des années précédentes ? Aucune allusion à la commémoration du 10 juillet 1940 ne figure en tout cas dans La Marseillaise en 1955 et 1956. Le Parti continue par contre à s’appuyer sur l’exemple de ses responsables morts durant l’Occupation pour mener à bien le combat en faveur de la paix. Le 12 août 1949, un parallèle est établi entre la campagne que mena Fernand Pauriol à la tête de Rouge-Midi pour « Marseille propre » et le combat actuel contre l’armateur Fraissinet propriétaire du Méridional. Le 13 mai 1953, dans le cadre des cérémonies du « Mois des héroïnes »160, La Marseillaise évoque celles « qui ont sacrifié leur vie pour la Paix ». Chacune de ces commémorations est utilisée pour valoriser l’image du peuple en marche.

  • 161 Jean-Pierre A. Bernard, op. cit., p. 47.
  • 162 La Marseillaise, 6 juillet 1954.

134Jean-Pierre Bernard remarque que, pour un communiste parisien, « parler du 1er mai, c’est renvoyer à celui de l’année précédente ou à un point de référence glorieux pour montrer la permanence d’un rite et s’assurer de l’avenir au miroir du passé, revivifié chaque année »161. La Marseillaise puise elle aussi dans ce registre sémantique officieux pour brosser le tableau le plus positif possible des défilés organisés durant l’année. L’adjectif « grandiose », le plus systématiquement utilisé pour définir l’ampleur que devront atteindre un 1er Mai ou un 14 Juillet, voisine avec d’autres formules-types. Le 12 juillet 1950, en guise de riposte à la décision préfectorale interdisant le défilé sur la Canebière, André Carrel demande que soit célébrée « encore mieux que toutes les autres années la prise de la Bastille ». Au début du mois de juillet 1954, Gaston Viens prédit une fois de plus « un grandiose 14 Juillet » qui permettra « d’exprimer la volonté pacifique du peuple et de la jeunesse de France et leur résolution d’agir pour accentuer la détente internationale »162.

  • 163 Arch. dép., dossier 148 W 302.
  • 164 La Marseillaise, 2 mai 1949.

135Les formules utilisées, la nature des sujets abordés, la tonalité employée et la longueur des divers comptes rendus permettent, a posteriori, de faire en partie abstraction du nombre réel des manifestants de la veille. Les cortèges des 1er mai 1950 et 1951 rassemblent environ 6 000 personnes, il y a 7 200 manifestants le 1er mai 1952 dont 750 travailleurs nord-africains qui défilent derrière leurs propres mots d’ordre163. La participation tombe à 3 500 en 1954. Malgré l’importance limitée du nombre réel des personnes présentes, La Marseillaise qualifie chacune des manifestations de « grandiose » et « d’exceptionnelle » et avance des chiffres de participation impressionnants. Regroupant « des dizaines de milliers de travailleurs », le défilé du 1er mai 1949 se classe « parmi les plus grandioses manifestations revendicatives de ces dernières années »164. De 1950 à 1952, le chiffre de cent mille personnes est systématiquement mis en avant. Le reportage du 2 mai 1953 se contente d’évoquer la présence de « dizaines de milliers de Marseillais ». L’expression « les milliers et les milliers de travailleurs marseillais » permet de camoufler un nouveau recul en 1954. Les indications relatives au nombre de participants à un cortège du 14 juillet, au moins plusieurs dizaines de milliers de personnes entre 1949 et 1951, deviennent plus floues par la suite. Le 15 juillet 1954, La Marseillaise se contente de mentionner un défilé « grandiose », « beau » et « imposant » qui a rassemblé la veille des « milliers de manifestants » formant un « fleuve humain ».

  • 165 La Marseillaise, 14 février 1950 et 12 février 1952.

136La mise en valeur repose aussi sur l’idée de l’unité profonde soudant entre eux les membres d’un cortège. Les participants au défilé du 13 février 1949 sont « unis comme en 1934 », ceux du 11 février 1952 reflètent la « détermination profonde de l’ensemble de la classe ouvrière »165. La volonté de présenter le peuple marseillais rassemblé à l’appel du PCF ou de la CGT conduit aussi les journalistes à énumérer toutes les catégories sociales représentées. Si le 14 février 1949 La Marseillaise se contente d’évoquer les « travailleurs, intellectuels, commerçants, gens de toutes tendances », les citations s’étoffent et se structurent par la suite en fonction des conceptions politiques du moment. Le quotidien détaille le 13 février 1950 le cortège de la veille en associant travailleurs des usines et des bureaux, gars du bâtiment et intellectuels, ménagères et institutrices. Le 2 mai 1952, il propose une image plus « prolétarienne » du défilé de la veille en citant les métallos, les marins, les dockers avant de parler de la présence des fonctionnaires, des cadres et des agents de maîtrise. Une vision plus diversifiée mentionnant les « ouvriers, employés, fonctionnaires, enseignants, médecins, travailleurs de toutes corporations » est proposée le 2 mai 1954.

  • 166 La Marseillaise, 14 février 1949.
  • 167 La Marseillaise, 13 février, 2 mai et 15 juillet 1954.

137Le souci de prouver la forte participation des garçons et des filles représente une autre constante de la vision diffusée par les journaux communistes. « Solide, saine » et « tournée vers l’avenir », la jeunesse participe en masse au défilé de février 1949166. Venus « s’inspirer des enseignements de leurs aînés » en février 1954, conférant « un visage exceptionnel » au 1er mai suivant en se montrant « les plus nombreux et les plus ardents », garçons et filles annoncent le 14 juillet « les lendemains paisibles et féconds »167.

  • 168 La Marseillaise, 2 mai 1950.
  • 169 La Marseillaise, 15 juillet 1950.
  • 170 La Marseillaise, 15 juillet 1954.
  • 171 La Marseillaise, 15 juillet 1949.
  • 172 La Marseillaise, 15 juillet 1950.
  • 173 Jean-Pierre Bernard, op. cit., p. 47.
  • 174 La Marseillaise, 15 juillet 1951.
  • 175 La Marseillaise, 15 juillet 1952.

138Un cortège ne rassemble qu’un nombre limité de personnes. Aussi, pour créer l’image de l’union de tout le peuple marseillais regroupé autour de la manifestation, les journalistes insistent-ils toujours sur la participation de la foule. En 1950, celle-ci « reprend en chœur et applaudit avec empressement »168 le cortège du 1er mai tandis que, le 14 juillet suivant, « de vieilles mémés ou des enfants qui n’ont pu se joindre au cortège » applaudissent « à tout rompre »169. Les passants se décoiffent le 14 juillet 1954, les mamans dressent leurs bébés avec des « larmes d’espérance dans les yeux »170. Même la locomotive croisée sur le pont de chemin de fer de la rue Belle-de-Mai se met de la partie avec son sifflet. Cet épisode est représentatif des méthodes utilisées pour parfaire les tableaux proposés. Les journalistes multiplient les petites touches, peaufinent les détails qui ajoutent une véracité indiscutable aux affirmations développées dans leurs articles. Les drapeaux sont systématiquement « frémissants » ou « palpitants ». Ils forment « une masse de couleurs rutilantes sous le soleil »171, ils étincellent « entre le vert feuillage des platanes »172. À l'instar des descriptions des 1er mai parisiens, l’intégration des conditions naturelles, l’utilisation de « métaphores maritimes, terrestres et aériennes, associant la ville et son peuple » caractérisent aussi, à Marseille, ce « lyrisme brûlant de ces années froides »173. Les manifestations du 14 juillet 1951 se trouvent à l’unisson avec un cadre « baigné, illuminé par une magnifique lumière, cette lumière unique de Marseille »174. Le « gris inhabituel » du ciel et l’absence d’« un soleil portant les premiers frémissements de l’été » qui règnent le 1er mai 1952 sont au contraire utilisés pour servir de contraste avec le « printemps des espoirs » qui habite les participants du défilé175.

La volonté de créer les éléments d’une contre-culture

  • 176 Rapport cité par André Stil. Cahiers du communisme d’août 1951, p. 988.
  • 177 Jean-Pierre Bernard, op. cit., p. 171.

139La volonté d’ancrer la culture dans les traditions locales ne peut s’effectuer que dans le strict respect des conceptions définies par le Parti communiste. Dans le discours qu’il prononce en juin 1947 lors du congrès de Strasbourg, Maurice Thorez propose aux intellectuels de « se détourner des faux problèmes de l’individualisme, du pessimisme, de l’esthétisme décadent » pour trouver au contact « vivifiant » des masses l’inspiration nécessaire à la création d’œuvres « durables »176. S’appuyant sur les conceptions plus tranchées d’André Jdanov, le secrétaire général leur demande, à l’issue du XIIe congrès, de parvenir à un art inspiré par le réalisme socialiste qui doit contribuer à la libération de la classe ouvrière. Dans cette mise en avant du contenu politique prôné par Maurice Thorez, « sorte de Médicis rouge et bourgeois à la fois », « l’aventure, la nouveauté intellectuelle ou esthétique » cèdent le pas à « la respectabilité des valeurs reconnues et légitimes »177. L’application de ces directives déboucha à Paris sur de multiples tentatives visant à éduquer les masses et à développer des formes militantes d’expression culturelle. Ces mots d’ordre guidèrent-ils à Marseille des expériences similaires ?

Éduquer les masses ?

  • 178 Cette croyance en l’existence d’une science « prolétarienne » devient jusqu’en 1953 un véritable do (...)
  • 179 La Marseillaise, 24 novembre 1953.

140Les conférences publiques développent tout d’abord une image positive de l’Union soviétique. Organisées les 3 et 10 février 1949 par l’Union nationale des intellectuels (UNI) et l’Union française universitaire (UFU), deux conférences tendent à prouver la supériorité des théories de Trofim Lyssenko178. Le programme proposé à partir d’avril 1954 comprend trois exposés dénonçant, à partir de la théorie stalinienne de la nation, les méfaits du colonialisme179. La dénonciation de la falsification de l’Histoire à laquelle procéderait la bourgeoisie représente une autre constante de la période. Les conférenciers se livrent aussi à d’incessants va-et-vient entre le passé et le présent pour démontrer que le PCF s’inscrit dans la continuité d’une longue tradition de luttes populaires. Georges Lazzarino intervient le premier le 20 mars 1952 sur l’Ancien Régime et les causes de la Révolution de 1789. Prenant la parole après Gaston Viens, Léon Mérino, Marcel Parrat et Pierre Doize, Georges Righetti clôture le cycle le 8 mai avec l’histoire du mouvement ouvrier depuis 1917.

La poésie comme moyen de propagande

141L’exemple d’une création poétique placée au service du Parti est donné pardes noms aussi prestigieux que Paul Éluard ou Louis Aragon. C’est cette voie que s’efforcent de suivre les auteurs marseillais lorsque la fédération leur demande de rehausser par leurs écrits la portée de l’action du moment. Les créations de cette période permettent donc de découvrir de quelle manière ces derniers s’efforcèrent de tenir compte des fluctuations de la ligne suivie par le Parti communiste.

142Dans Le dit des femmes de Port de Bouc, œuvre de soutien aux métallurgistes de cette localité, André Remacle demande que soient aidées celles qui luttent depuis quarante jours « pour le bonheur de leurs enfants et pour la paix ». Créé dans le cadre de la campagne de vote de l’automne 1949, Écrit sur la paix de Jean-René Laplayne souhaite que « les urnes fleurissent à tous les carrefours » et qu’advienne « une journée plus belle en octobre » d’où surgira la paix, semblable à « un pain blanc sur une table ». Aucune œuvre n’est publiée dans La Marseillaise entre le 18 septembre 1949 et le 8 août 1951. Sans qu’aucun indice ne puisse confirmer ou infirmer l’existence d’une relation quelconque de cause à effet, cette période correspond à peu près à la présence d’André Carrel au poste de rédacteur en chef (du 20 novembre 1949 au 23 février 1951). En juillet 1951, dans son poème à la gloire du festival de Berlin, Jean-René Laplayne décrit une « ville aux yeux de cendres et aux mains d’avenir » d’où surgit « un arbre vert » qui « annonce demain » alors que « les roses ont fleuri » et que « le pain sur la table chante et chante un amour plus merveilleux que tout » depuis qu’« un fleuve de jeunesse a pris sa source en août ». Jean-René Laplayne exprime de nouveau l’espoir à travers deux œuvres du début de l’année 1952. Avec Quinze ans de jeunesse inséré dans Provence-Nouvelle de janvier, il rend hommage aux quinze ans d’existence de l’UJFF. Le 10 février dans La Marseillaise, il souligne la portée du rassemblement de la paix qui doit se tenir le jour même. Dans un registre totalement différent, la violence verbale exprimée le 25 mai 1952 par André Remacle préfigure les durs affrontements qui se dérouleront trois jours plus tard. « Ridgway la peste, hors de France ! » précède une succession d’images violentes discréditant le général américain accompagné par « les râles des vieillards, les cadavres d’enfants », suivi par « la vierge écartelée au revers du chemin » ou par « la mère qui n’a plus qu’à bercer sa souffrance ». L’évocation du souvenir « des martyrs » et l’appel au peuple « qui chassa le traître et l’hitlérien » permettent d’assimiler nazis et Américains et de terminer sur l’idée qu’il reste « un bout de chanvre à la corde de Nuremberg ». Reflétant la nouvelle ligne politique suivie par le PCF, Le temps de l’homme célèbre les espoirs de paix soulevés par le récent congrès du Parti communiste de l’Union soviétique. Les deux poèmes concernant les Rosenberg encadrent la campagne de soutien organisée en faveur du couple. En décembre 1952, Ballade pour Henri Martin correspond aux efforts déployés pour obtenir la libération du quartier-maître avant Noël.

143Reposant sur des techniques d’écriture différentes, les trois textes lus au Saint-Lazare le 10 mars 1953 à la suite du décès de Staline aboutissent à la construction d’un portrait unique composé à partir de la mise en valeur systématique des points forts de la biographie officielle du disparu. Leurs auteurs s’efforcent tout d’abord de dépeindre l’universalité du chagrin entraîné par la disparition de celui qui était tout à la fois un être d’exception et un homme simple. Celui qu’André Remacle nomme « mon père », « mon ami et mon frère » est pleuré pour avoir sauvé la liberté à Stalingrad, pour avoir maintenu « la paix par-dessus les tempêtes » et tracé « le clair chemin du communisme » pour le bien de « l’homme, ce capital le plus précieux ». Jean Malrieu souligne l’exceptionnelle personnalité d’un être qui « tutoyait le siècle » mais restait « un homme comme les autres ». Jean-René Laplayne évoque un Staline « immense et vrai, fraternel et puissant » qui, tout en préservant de ses mains « la colombe de la Paix », avait lancé des « travaux de géants » et permis à la jeunesse de connaître déjà « ce que sera demain », un monde de « bonheur géant » dans lequel abonderont « les roses et le pain ». Staline pleuré, mais Staline immortel. Ce deuxième volet est illustré par Jean-René Laplayne avec le « Tout continue » final indiquant que la pensée de celui qui « nous a légué l’avenir de l’homme en partage » ne disparaîtra pas. André Remacle exhorte les communistes français à récolter « cet immortel trésor » légué par Lénine et Staline. Jean Malrieu dépeint l’omniprésence du défunt à chaque instant, même amoureux, de la vie de tous les travailleurs. Staline demeure le compagnon de la justice et de la paix, il guidera encore « la promotion de demain » du Parti.

144Salut à François Billoux est une œuvre marquée par un strict respect du protocole en vigueur au sein du PCF en cette année 1953. Dans les trois premières strophes destinées à prouver que tous sont unis pour saluer le dirigeant bien aimé, André Remacle, se conformant à la coutume de nommer les responsables par leur seul prénom, commence par citer « Jean ton compagnon de chaîne » avant de nommer l’ensemble des autres cadres fédéraux : « Pierre qui connut le stalag, Marius donnant l’accolade au nom de tous les prolos debout, Georges, Pascal qui ont grandi, Gaston qui est de Saint-Rémy ». André Remacle reprend ensuite les épisodes emblématiques de la biographie officielle de François Billoux pour souligner que ce dernier a consacré toute son existence à son parti et à son pays. Il n’oublie pas de glisser une référence à l’actualité immédiate en réfutant les accusations de complot lancées à l’encontre du responsable avant de conclure que celui dont on célèbre l’anniversaire guide les militants « sur la voie tracée par Maurice, la voie des roses et du pain ».

145Dans Meure la guerre du mois de juin 1953, Jean-René Laplayne s’appuie sur l’évocation des mouvements de navires dans le port de Marseille pour dénoncer les vies des jeunes soldats sacrifiées pour « défendre un mur d’argent » en Indochine. Le poème récité par Annie Valde à la fin de l’interprétation d’Ils ont tué Mozart, pièce de théâtre écrite par André Remacle à l’occasion du rassemblement régional de la paix du 25 octobre 1953, tend à prouver que la guerre tue, y compris les enfants, et que nul n’est à l’abri. Significativement publié dans l’édition du 4 au 11 juin 1954 de Provence-Nouvelle, Juin porte le printemps débute par l’hommage rendu par André Remacle aux dockers marseillais « déroulant le drapeau national » du 10 janvier 1950 sur la Canebière tenue « au soir » jusqu’à leurs délégations actuelles « qui courent vers Genève ». L’auteur se livre ensuite à un fougueux éloge d’un parti « qui fait la source de lumière au phare étincelant des yeux des clairvoyants ». Il termine son poème en soulignant le patriotisme sans failles du PCF, ce « vigile tôt levé pour garder la frontière », avant de faire au nom de tous les communistes « le serment de balayer, devant les portes de la France, la poussière des pas des revanchards allemands ».

Un réalisme socialiste provençal

  • 180 Gérard Durozoi (sous la dir. de), Dictionnaire de l’art moderne et contemporain, Paris, Hazan édite (...)
  • 181 Déjà en juin 1946, lors de l’apparition dans l’Humanité de la rubrique « Les lettres et les arts », (...)
  • 182 Né en 1913 à Belleville, André Fougeron est un peintre autodidacte. Il participe en 1930 à la fonda (...)

146La période comprise entre 1947 et 1953 représente le moment paroxystique où le réalisme socialiste, officiellement mis à l’honneur en URSS en 1934 lors du premier congrès de l’Union des écrivains, connaît sa phase « la plus durement normative »180. Hostile à toute forme d’abstraction181, le PCF propose un modèle de référence en la personne d’André Fougeron qui s’est distingué lors du Salon d’Automne de l’année 1947 avec ses Parisiennes au marché, œuvre au travers de laquelle l’artiste voulait dépeindre la misère frappant les classes populaires françaises182.

  • 183 La Marseillaise, 15 février 1949.
  • 184 La Marseillaise, 9 mai 1949.
  • 185 Provence-Nouvelle, 11 décembre 1949.
  • 186 Provence-Nouvelle, 18 décembre 1949.

147En février 1949, lors de la réception dans les locaux de La Marseillaise des membres du groupe Provence qui sont venus offrir une de leurs toiles, Marcel Guizard souligne l’intérêt manifesté par le PCF pour les artistes dont « la mission éducative auprès des travailleurs est toute tracée aujourd’hui »183. Le 8 mai suivant, à l’occasion du vernissage des œuvres d’Antoine Serra, Paul Baille, Louis Roc et François Diana, André Fougeron met en avant dans son allocution « la nécessité d’une peinture réaliste, non pas le réalisme de Chardin, mais celui qui tient compte du sujet avec un contenu social »184. L’artiste qui est devenu le symbole de l’engagement attendu par la direction nationale du PCF adresse aussi une critique mesurée à la peinture abstraite. Elle se perdrait dans des considérations graphiques et chromatiques futiles tout en réalisant toutefois des avancées « dans la construction géométrique de la forme ». Cette modération du discours officiel communiste cède rapidement la place à un durcissement des attaques adressées à toute forme artistique qui ne s’engage pas dans la défense de la paix. « Notre mission est d’exalter la vie et non la mort » explique le sculpteur Louis Roc dans La Marseillaise du 23 septembre 1949. La section du Cabot ayant organisé une exposition de peintres amateurs du 16 au 23 octobre 1949, Pierre Emmanuelli profite de l’inauguration pour souligner l’importance accordée par le Parti au développement de l’art qui doit refléter les luttes populaires. Une nouvelle étape vers une conception plus politisée est franchie en décembre 1949 au moment des festivités organisées à l’occasion des soixante-dix ans de Staline. Pierre Doize affirme qu’« il n’est pas possible de travailler au développement de la pensée, de la culture et de l’art sans insérer cet effort dans le combat que mène la classe ouvrière sur tous les plans »185 tandis que Louis Roc développe l’idée que « l’œuvre d’art doit coller à la réalité vivante du combat des masses »186. Évoquant le « réalisme français en marche vers le réalisme socialiste », le sculpteur affirme que les artistes progressistes ont « l’ambition de continuer l’Histoire et non de l’arrêter » car ils savent qu’« une théorie n’est valable que si elle se vérifie dans l’action ». Louis Roc remercie Fougeron pour la rupture qu’il a réalisée avec une forme d’art élitiste et réactionnaire lors du Salon d’Automne 1948.

  • 187 Les Cyclistes de Fernand Léger figurent aussi parmi les œuvres présentées.

148Significativement baptisée « L’art au service de la paix », l’exposition organisée durant la première quinzaine du mois de juin 1950 sous la responsabilité de l’Union des arts plastiques et des Combattants de la paix et de la liberté et avec le patronage de la presse communiste réserve une large place aux récentes luttes des dockers. La tonalité de l’exposition est donnée par Le colleur d’affiche de Saint-Mandé de Fougeron, La Paix du soviétique Pétrova, La caravane de la paix de Milhau, Mineur de Pignon et Mort de Danielle Casanova de Taszlitzky187. La chronique artistique de La Marseillaise du 14 juin 1950 souligne la portée politique des créations des peintres régionaux : le Refus des dockers de Louis Roc, La grève sur le port de Marseille, Premier mai 1950 de François Diana ou La Rose et le Réséda de Guy Montis. Toutes ces œuvres seraient une illustration valorisante du travail et des luttes de la classe ouvrière. Le côté remarquable de Pour la paix au Vietnam, piéta d’Antoine Serra dans laquelle le Christ est remplacé par un jeune soldat français tué au combat, résiderait dans une dénonciation de la « sale » guerre vue au travers du style des primitifs florentins. Jugée positive, l’exposition devient itinérante au début du mois de juillet pour permettre la diffusion dans les quartiers du message contenu dans les différentes œuvres.

  • 188 La Marseillaise, 22 octobre 1950.

149Le poids idéologique du Parti se fait plus pesant dans les deux articles de Jean Rollin publiés par La Marseillaise les 10 et 17 octobre 1950. Le premier est consacré à Jean Milhau, « peintre au service de la Paix et du Peuple » qui a su comprendre que « toutes les valeurs culturelles sont passées du côté du prolétariat ». Le second article consiste en une condamnation sans appel de l’art abstrait. Relatant l’expérience d’une exposition de peinture dans un hôpital psychiatrique, Jean Rollin insiste sur « l’indéniable ressemblance qui existe entre maint graphisme d’aliéné et les élucubrations des pontifes de ‘l’art abstrait’ ou du surréalisme sauce 1950 » à qui il conseille une visite à l’hôpital Sainte-Anne. Cette mise à l’honneur de l’art prolétarien débouche le 21 octobre 1950 sur une exposition des œuvres des peintres amateurs du quartier de Saint-Louis. La banderole tendue sur la façade du local de la section proclame fièrement que « le peuple qui lutte et qui souffre peut donner à l’art son véritable visage »188. Saluée par un commentaire assez peu enthousiaste de Jean Tourette, cette expérience reste sans lendemain.

150Au début de l’année 1951, André Fougeron devient encore plus le modèle de référence imposé par Auguste Lecœur. Le 14 janvier, La Marseillaise rapporte qu’à l’occasion de l’inauguration de l’exposition consacrée au pays minier qui s’est déroulée la veille à Paris, le secrétaire à l’organisation n’a pas hésité à qualifier Fougeron d’« Aragon de la peinture » et qu’André Stil vient de lancer son « Avance Fougeron ». Le 28 janvier, le quotidien rappelle le passé de métallurgiste d’un artiste qui n’a pas hésité à partager la vie des mineurs avant de chercher à exprimer le sens de leurs luttes. Cette montée en puissance coïncide avec l’exposition Art, travail et paix organisée par la section provençale de l’Union des arts plastiques afin, ainsi que le commente La Marseillaise du 28 janvier 1951, de « participer à la lutte actuelle auprès de Fougeron et des peintres progressistes pour apporter leur contribution non moins décisive aux côtés des combattants de la paix et de la liberté ». Le but de cette manifestation est de sélectionner parmi les œuvres exposées celles qui représenteront la Provence lors de l’attribution des prix nationaux (peinture, dessin et sculpture) de la paix. Afin d’amplifier la portée de l’exposition, les instituteurs sont encouragés à faire réaliser par leurs élèves des travaux sur ce sujet. Des conférences sont animées sur le thème du destin de l’art par Louis Roc ou François Diana. Les artistes du groupe des cinq (René Seyssaud, Chabaud, Pierre Ambrogiani, Antoine Serra et Antoine Ferrari) inaugurent l’exposition le 3 février 1951 dans le quartier de Saint-Barnabé.

151La volonté de mettre en valeur le nouveau réalisme se concrétise avec la présentation, du 18 au 25 février 1951 dans la galerie Moullot, des œuvres de Fougeron. Signe de l’importance accordée à l’événement, Provence-Nouvelle rappelle le 4 février 1951 le jugement porté par Auguste Lecœur sur l’artiste. Dans l’édition suivante de cet hebdomadaire, Lucien Molino se félicite que « la France, la nôtre, celle de la lutte pour la paix », après avoir « trouvé ses poètes et ses romanciers », dispose aujourd’hui de « ses peintres » qui « vont vers l’avenir » et qui iront « loin ». François Billoux figure dans le comité de patronage constitué pour la circonstance. Le 18 février, Jean Tourette écrit dans La Marseillaise que Fougeron est le « peintre des temps nouveaux », qu’il représente « le nouveau réalisme en marche » vers des formes plus positives d’expression tout en ramenant la peinture « aux grandes traditions françaises del’art », celles des « Le Nain et des Courbet ». À l’image du Parti, Fougeron s’inscrit dans les racines historiques de la nation française tout en ouvrant le chemin vers un avenir radieux. Quatre jours plus tard dans ce même quotidien, signant un éditorial pour expliquer « Pourquoi il est Fougeron », André Carrel déclare voir dans cet artiste « un homme, un militant – au sens le plus noble du terme – qui vient de se hisser au niveau des plus grands ». Son succès se renforcera lorsqu’il parviendra à s’identifier encore plus au Parti, lorsqu’il ne se contentera plus de dénoncer l’État patron mais parviendra à « exalter le socialisme vainqueur » et à « glorifier le triomphe d’un humanisme nouveau ». Vers la fin du mois de mai 1951, le groupe Perspectives rassemblant essentiellement les artistes engagés lors des manifestations précédentes inaugure, en présence de François Billoux, de Pierre Doize, Jean Cristofol et Pierre Emmanuelli, une exposition qui, selon l’article de Jean Tourette publié dans La Marseillaise du 27 mai, exprime en des tempéraments différents « le grand mouvement en marche du nouveau réalisme préfacé par André Fougeron ». Beaucoup de tableaux, tels les Premier Mai de Louis Audibert et François Diana, représentent la vie et les combats des travailleurs. Les luttes du Parti sont illustrées par La rencontre de Nice et La grève de François Diana, par Week-end à Menpenti de Paul Foureau montrant le dévouement des militants de ce quartier ou par Réunion avec les dockers avant l’aube. Dans cette dernière œuvre, Marcel Guizard représente un meeting tenu par Pierre Doize sur la place de la Joliette. Plusieurs créations dénoncent la guerre d’Indochine. Paul Baille expose Massacre de Dalat, Antoine Serra présente de nouveau sa pietà. S’inspirant des remarques adressées à Fougeron, Jacques Barbacanne exalte les progrès de la science soviétique avec Semailles de l’Avenir et Biologie de l’Avenir. Quelques-uns des artistes présents ont illustré des poèmes. François Diana a mis en image Le dit des femmes de Port-de-Bouc d’André Remacle. Nicole Cartier-Breson et Odile Savajols-Carle se sont associées autour de La mort de Mac Gee, ce noir américain exécuté en mai 1951 après que le président Truman ait rejeté sa grâce.

152L’alignement des artistes communistes sur les conceptions artistiques définies par la direction nationale du Parti culmine en 1952. Ces liens sont particulièrement visibles lors de l’exposition organisée le 10 mai par le SPF dans le cadre de la campagne pour la libération d’Henri Martin. La dénonciationdes États-Unis est sans nuances dans Corée martyre de Louis Gontard, L’orphelin de Corée de René Lamothe et Corée de Saussac-Gamond. La violence des luttes en France transparaît dans Docteur blessé et marche familiale pour un ouvrier assassiné de Louis Roc, La manifestation de Pierre Gontard, La mort du patriote de Llorens, Répression de Lombardi. Dans la chronique qu’il signe le 11 mai 1952 dans La Marseillaise, Jean Tourette se félicite de constater que les peintres progressistes parviennent, « dans l’union la plus parfaite », à exprimer « le douloureux témoignage d’une époque où les idées de liberté et d’indépendance s’exprimant dans l’action sont réprimées dans les démocraties bourgeoises ».

  • 189 Guy Montis (1918-1976) est le fils d’une famille d’immigrés polonais établis à Paris. Après avoir p (...)

153Au mois d’août 1952, leurs convictions politiques conduisent Guy Montis189 et François Diana à réaliser, en vue de leur publication dans La Marseillaise, plusieurs dessins représentant les principales étapes de l’insurrection populaire d’août 1944 : la paralysie du réseau ferroviaire, la prise de la Préfecture ou encore les combats de la place Castellane.

154Un engagement similaire transparaît dans les termes du contrat signé entre la fédération des Bouches-du-Rhône et Antoine Serra. Cette lettre manuscrite que j’ai pu compulser grâce à la gentillesse de madame Jacqueline Serra n’est malheureusement pas datée. Il est toutefois possible de situer sa rédaction avant la publication en février 1952 par La Marseillaise des dessins que l’artiste réalise pour illustrer la série d’articles consacrés aux métiers du port, ce dernier s’étant engagé à exécuter un ensemble de trente à quarante peintures et dessins.

155Deux ou trois œuvres de grand format sont prévues dont une pour illustrer la lutte des dockers en faveur de la paix. Antoine Serra fixe entre douze et dix-huit mois le délai nécessaire pour exécuter l’ensemble de la commande. Il demande 50 000 francs par mois pour fruit de son travail, cette somme étant portée à 60 000 francs lorsque d’importants achats de matériel seront nécessaires. Les œuvres réalisées deviendront propriété exclusive du comité fédéral. Antoine Serra souligne qu’il « garde toute liberté dans le choix de la forme d’expression ». Il accepte cependant de recevoir aide et conseil, « quant au choix du sujet et de son contenu », du comité et du « responsable du Parti ». Suivant l’exemple de Fougeron, le peintre indique son intention de discuter longuement « avec les dirigeants syndicaux et avec les dockers dans leurs lieux de travail » avant de commencer les esquisses. Antoine Serra précise déjà quels sont les thèmes « essentiels et qu’il faut exalter » : « le courage dans la lutte pour la paix et contre la guerre au Vietnam », la dénonciation des taudis, la mise en valeur de « leurs joies familiales et collectives afin de montrer la sensibilité du cœur de ces rudes travailleurs ». L’artiste s’engage « à travailler avec toute (sa) conscience de Communiste et d’Artiste et de livrer un travail qui fasse honneur à notre Parti, à la classe ouvrière et à tous ceux qui auront aidé à sa réalisation ».

  • 190 Ce second tableau, racheté plus tard par l’industriel Paul Ricard, fut l’unique cas d’auto-représen (...)

156De ce contrat résultent de nombreuses études et toiles à forte coloration politique sur l’univers et les luttes des dockers marseillais telles Centre d’embauche, Cap Pinède et La Grève des dockers. Représentant une charge de manifestants repoussant les CRS sur la place de la Joliette, la deuxième version de cette dernière œuvre fut acceptée par la fédération des Bouches-du-Rhône (voir page de couverture) qui jugea que le slogan sur la banderole et la silhouette d’un navire à l’arrière-plan constituaient une évocation satisfaisante de la grève sur le Pasteur et de la manifestation du 10 janvier 1950190. Cette œuvre démontre en tout cas le chemin parcouru par les artistes communistes sur la voie d’un engagement politique toujours plus poussé. La Grève de François Diana qui traitait le même sujet en 1950 montrait des dockers paisibles en train de discuter par petits groupes. Les mains dans les poches ou lisant le journal, leur attitude statique ne dénotait en rien la moindre trace d’action. En outre, contrairement à la banderole contre la guerre d’Indochine représentée par Antoine Serra, François Diana n’avait inclus aucune revendication politique sur son tableau.

La grève des dockers

La grève des dockers

Première version du tableau. La seconde figure en page de couverture. © Jacqueline Serra.

Un intérêt particulier pour le cinéma

  • 191 Maurice Thorez lors du XIIe congrès, Cahiers du communisme, mai 1950.

157Reprenant les déclarations de Lénine sur l’importance du cinéma, le PCF dénonce l’invasion de nos écrans par des « navets » en provenance d’Hollywood, soutient tout film français présentant « des qualités de goût, de mesure, d’élégance et de probité, tout ce qui fait la grandeur de notre pays »191, favorise enfin l’expérience du groupe Cinépax.

158« Les accords franco-américains condamnent à mort le cinéma français » peut-on déjà lire dans l’Humanité du 8 juin 1946. Cette déclaration détermine la politique de soutien aux réalisations nationales qu’appliquera désormais le PCF, soutien de principe qui n’exclut pas pour autant la critique des films jugés réactionnaires. Dans la catégorie des œuvres jugées positives entre Sans laisser d’adresse de Jean-Paul Le Chanois. Dans un article de Provence-Nouvelle du 4 mars 1951 qu’il consacre aux « honnêtes gens » et au « réalisme français », Albert Cervoni déclare que ce film reflète « la confiance en l’homme, en la vie, en la paix ». Le chroniqueur se réjouit de constater « qu’il se dessine dans le cinéma français une renaissance commandée par le désir de notre peuple d’assister à des spectacles conformes à ses espoirs de paix et de bonheur ». Un compte rendu relativement élogieux du Salaire de la peur approuve dans Provence-Nouvelle du 8 au 15 mai 1953 « un film qui dénonce (…) la cruauté de l’exploitation capitaliste », le cynisme des trusts américains.

159Prompte à louer un film jugé positif, la presse communiste peut aussi se déchaîner si une œuvre lui semble nocive. C’est ainsi que l’édition du 6 au 13 juillet 1951 de Provence-Nouvelle publie la lettre ouverte écrite par le syndicat CGT des dockers de Marseille à Marcel Pagliero, le réalisateur d’Un homme marche dans la ville. Tourné au Havre en 1949 avec l’appui de travailleurs du port de cette ville, ce film est sorti en mars 1950 au moment même où se déroulait la grève sur les quais de Marseille. L’œuvre a été aussitôt condamnée par Claude Jaeger. Dans l’Humanité du 13 mars, celui qui fait autorité en matière cinématographique au sein du Parti, a dénoncé cette « insulte à la classe ouvrière tout entière et tout spécialement aux dockers dont les sacrifices touchent pourtant au sublime » et demandé qu’Un homme marche dans la ville soit « impitoyablement chassé des écrans français ». Confrontés à cette opposition et à un classement en catégorie cinq (œuvres à proscrire), les distributeurs ont renoncé à l’exploitation de ce film.

160Quels reproches le syndicat CGT des dockers de Marseille formule-t-il à l’encontre de l’œuvre de Pagliero ? La lettre ouverte oppose sa valeur technique à un scénario qui se résume à « une abjection contraire à la réalité, rejoignant la propagande anti-ouvrière qui veut présenter les dockers comme des êtres sans personnalité, sans intelligence et bon sens, en un mot les désigner comme des clochards ». Le syndicat justifie ces accusations en s’appuyant sur la similitude des conditions d’existence des travailleurs des quais havrais et marseillais qui lui permet de s’exprimer en connaissance de cause. « Votre film est nocif » poursuit la lettre ouverte parce qu’« il essaie de détruire des qualités physiques et morales que les dockers ont affirmées dans de nombreuses luttes pour leurs revendications et pour la Paix ». En choisissant ce combat comme fil directeur de son scénario, Pagliero aurait pu tourner « un film qui aurait été le vrai visage d’un port et de ses dockers » puisque ces derniers sont « des hommes sains, d’une force lucide et sereine, différents des êtres avinés que vous avez rencontrés quelque part autour de Saint-Germain des Près ». Symboles actifs de l’internationalisme prolétarien, les dockers ne peuvent se laisser aller à des manifestations de racisme comme le laisse supposer la scène où des travailleurs du port tabassent un noir. La lettre ouverte se termine par un appel à la lutte contre ce film qui s’attaque à l’ensemble de la classe ouvrière. Tous les travailleurs doivent se mobiliser contre cette réalisation que seule une « poignée d’exploiteurs » soutiendra.

  • 192 Patricia Hubert-Lacombe, op. cit., p. 116.

161La violence des critiques adressées à Marcel Pagliero provient de la transgression d’une morale officielle qui définit « une zone interdite particulièrement étendue » englobant de « grands tabous dont la levée est rédhibitoire » tels « l’alcoolisme ouvrier, la paresse, la sexualité et même la sensualité »192.

162Un autre film français, Les Mains sales, fait l’objet d’une tentative de boycott à la fin de l’année 1951. Le 29 novembre dans La Marseillaise, Jean-René Laplayne accuse cette adaptation de l’œuvre de Jean-Paul Sartre d’utiliser « à longueur de pellicules tous les clichés de la propagande anticommuniste ». La projection d’un tel film « souille les écrans marseillais ». Des groupes de jeunes de l’UJRF, des femmes de Saint-Louis conduites par des responsables UFF tentent d’organiser des chahuts pour interrompre la projection. Le 29 novembre, plusieurs étudiants en médecine conduits par un membre de l’UJRF un peu plus âgé viennent à leur tour manifester devant le cinéma Pathé-Palace pour demander le retrait du film. Le manque d’ampleur des actions entreprises, l’absence de mobilisation de la part de l’ud-CGT ou de la fédération communiste entraînent l’échec de cette campagne de boycott. Aucune action n’est entreprise par contre un mois plus tard contre le Petit monde de don Camillo même si Jean-René Laplayne se livre dans La Marseillaise du 1er octobre 1952 à une dénonciation très dure de cette œuvre. Le journaliste n’hésite pas à rappeler tout d’abord que l’auteur du roman qui se trouve à l’origine du film est un « néo-fasciste », une espèce de « Jean-Paul David italien ». Giovanni Guaresci aurait cherché à dépeindre les communistes italiens sous les traits « de braves gens illettrés que des “meneurs” conduisent où ils veulent ». Cette œuvre de « division », dont l’anticommunisme reste la « raison d’être », « ne peut satisfaire ni les communistes, ni les catholiques » français qui « rétablissent les faits dans la réalité quotidienne » et s’unissent « contre leurs exploiteurs communs ». La dénonciation sans concession du Petit monde de don Camillo n’empêche pas pour autant La Marseillaise d’accepter les encarts publicitaires du cinéma Rex sur l’écran duquel le film est projeté à cette époque.

  • 193 Le 15 mai 1951, à l’occasion de la première projection de Maître après Dieu à Marseille, le quotidi (...)

163Reflet d’un changement de ligne politique, les chroniques cinématographiques du quotidien deviennent moins manichéennes à partir du deuxième semestre de l’année 1952. Dans l’édition du 24 septembre, André Remacle qualifie La P…respectueuse de film « courageux » inspiré par « une des rares choses valables » dans les créations de cet auteur « où le pire domine si souvent »193. La « vive critique du racisme » qui sévit aux États-Unis est toutefois gâchée par une « recherche de l’effet osé qui frôle, sans cesse, la pornographie », par une vision « assez pessimiste » de l’avenir et l’absence de référence à la lutte menée conjointement par les prolétaires noirs et blancs. Le 16 mai 1954, Lucien Pucciarelli invite ses lecteurs à aller voir Ne touchez pas au grisbi tout en regrettant que Jacques Becker consacre son talent « à des œuvres aussi détachées de la vie réelle ».

  • 194 Arch. dép., dossier 148 W 294. Ce film est interdit à la commercialisation.

164Le soutien apporté au cinéma français ne se limite pas à la seule publication de commentaires élogieux dans la presse. Les circuits animés par le PCF programment quelques productions nationales, films à caractère commercial ou réalisations militantes. Les œuvres appartenant à la première catégorie se caractérisent par leur caractère populaire, moral ou par leur côté bon enfant. Toutes reposent sur la présence d’un acteur dont la célébrité transcende les clivages sociaux. Louis Jouvet est l’interprète principal de Volpone qui est diffusé en 1951. L’année suivante sont programmés L’école buissonnière de Jean-Paul Le Chanois avec Bernard Blier et Le Roi du bla-bla avec Roger Nicolas. La Cavalcade des heures avec Gaby Morlaix et Fernandel est proposée en 1953. La plupart des films militants projetés sont l’œuvre de Louis Daquin. Tourné au début de l’année 1947 sur un scénario de Vladimir Pozner, Le Point du jour valorise la bataille de production menée par les mineurs du Nord. Des délais d’achèvement particulièrement longs font que le film ne peut être exploité avant 1949, au moment précis où le Parti défend des idées diamétralement opposées. Sans doute parce qu’il a été acheté en 1950 par l’Union soviétique et qu’il y a reçu une critique élogieuse, celui-ci est pourtant programmé à Marseille au moins à deux reprises, les 2 mai 1950 et 3 avril 1951. D’autres œuvres de Louis Daquin sont proposés aux sections de la cité phocéenne : Patrie, en mai 1949 et mai 1950, Maître après Dieu, en mai 1951 et mars 1954. En 1951, la liste des œuvres disponibles comprend aussi La Marseillaise de Jean Renoir ainsi que Le choix le plus simple ou Le choix de la paix, moyen métrage réalisé par Henri Aisner. Une lettre de la fédération des Bouches-du-Rhône datée du 4 février 1952 signale aux sections qu’elle dispose de Vivent les dockers194. Nous sommes pour la paix, œuvre réalisée à l’occasion du festival de la jeunesse de Berlin par Joris Ivens et Yvan Pyriew est aussi projeté en 1952.

  • 195 La Marseillaise, 4 mai 1951.

165Dans La Marseillaise du 4 mai 1951, Albert Cervoni estime que la naissance du cercle France-URSS du cinéma au mois de mai 1951 correspond à la volonté de montrer « la construction du monde nouveau » grâce à des films qui annoncent « l’âge d’or, la nature domptée, la joie de vivre »195. Ce cercle vient s’adjoindre au circuit fédéral du cinéma déjà animé par les permanents du Parti qui travaillent en liaison avec les responsables de ce secteur dans les sections de la ville. Le fonctionnement des deux organismes présente de grandes similitudes.

166Sections communistes et cercles France-URSS louent un des films disponibles lorsque le besoin s’en fait sentir et à condition que l’état de leurs finances le leur permette. La librairie de la Renaissance tient à leur disposition les bobines expédiées par Moscou via Paris selon un système complexe d’approvisionnement dont la source a tendance à se tarir au début des années cinquante. Deux conséquences découlent de cette raréfaction. Une très forte proportion des programmations correspond à des œuvres réalisées au cours des années trente ou dans l’immédiat après-guerre. La plupart des titres reviennent à plusieurs reprises sur les écrans.

167Les projections s’effectuent soit au siège d’une section ou d’un cercle, soit dans un bar contrôlé par le Parti ou proche de lui. Durant l’été, les séances se déroulent en plein air ce qui accroît la capacité d’accueil et évite l’inconvénient d’une trop grande chaleur. Ce type de soirée peut rassembler jusqu’à mille personnes au chalet de Bellevue à Saint-Just, plusieurs centaines sur les deux jeux de boules du quartier de Vauban. La gratuité de la projection ou un prix modique permettent d’attirer plus de monde lorsque le film sert de support à une campagne électorale. Dans le cas des législatives de 1951 par exemple, le circuit fédéral consent à des réductions sur ses prix de location, cellules et sections diminuant de leur côté leurs tarifs d’entrée. Ces derniers varient de 30 à 60 francs entre 1949 et 1951. Le système des cartes offrant jusqu’à cinquante pour cent de réduction permet de fidéliser une partie du public.

168Certains militants font preuve d’originalité en se lançant dans une expérience cinématographique locale. L’histoire de cette équipe débute en 1947 avec les premières « contre actualités » réalisées par Paul Carpita, un instituteur qui estime futiles ou réactionnaires les reportages proposés par la société Pathé. Les activités de ce « Cinéma pour la Paix » sont mentionnées pour la première fois dans La Marseillaise du 5 novembre 1950. Le quotidien relate la projection de Nous voulons vivre ! en l’honneur du passage à Marseille de la délégation bulgare qui se rend au congrès mondial de la paix. Il faut toutefois attendre le 1er avril 1951 pour que ce quotidien accorde les honneurs de sa Une au groupe Cinépax. Dans son article, Jean-Louis Maret annonce l’achèvement proche de Marseille sans soleil prépare le printemps, tourné « depuis trois mois » avec de « pauvres moyens » et malgré « des milliers d’obstacles ». Il précise que cette nouvelle œuvre correspond exactement à ce qui est attendu d’un cinéma progressiste engagé « au service de la vie, de ceux qui luttent pour un avenir meilleur », pour la paix, le pain et les libertés. La publication en première page de cet article illustré par deux photographies, dont une montrant Carpita filmant Pablo Picasso lors de la rencontre internationale de la jeunesse de Nice, prouve l’importance politique accordée au groupe de cinéastes marseillais.

169Cette place est confirmée le 29 juin suivant par le long article qu’Albert Cervoni consacre dans Provence-Nouvelle à Marseille sans soleil prépare le printemps. Le responsable des questions cinématographiques précise que ce film, réalisé par Paul Carpita grâce à l’appui de l’union départementale CGT et avec le patronage de La Marseillaise, a été projeté en avant-première le samedi précédent en présence de représentants des syndicats et des organisations démocratiques. Albert Cervoni précise que, grâce à cette œuvre, « d’ores et déjà un pas décisif a été fait pour faire descendre le cinéma dans la rue, au contact de la réalité envisagée avec la perspective d’une lutte triomphante ». Le groupe Cinépax, ajoute-t-il, a résisté à la facilité qui aurait consisté à se contenter de montrer le Marseille « luxueux et vulgaire des touristes » pour s’attacher au « Marseille du monde du travail », celui « de l’enfance condamnée aux ruelles sombres, aux ruisseaux gluants » et des « vieillards voués à l’hospice ». Détaillant les scènes tournées lors du défilé du 1er mai, Albert Cervoni insiste sur « la force des images » qui oppose en permanence « l’affreuse réalité » et les perspectives radieuses ouvertes par les luttes du prolétariat international symbolisées par les scènes consacrées aux travailleurs nord-africains. Le chroniqueur de La Marseillaise revient le 8 juillet suivant sur cette œuvre « qui contribuera à l’élaboration d’un nouveau réalisme cinématographique », l’équipe de Cinépax, « intégrant parfaitement les directives nationales » lors « des séances de critiques et d’autocritiques » effectuées à l’occasion de la présentation de son film. Si le contrôle de la hiérarchie communiste est suggéré, Albert Cervoni reste muet sur l’instance ou les cadres qui ont procédé à cet examen. Jugé représentatif des thèmes défendus par le Parti, Marseille sans soleil prépare le printemps est projeté en association avec Nous voulons vivre et Les Messagers du ciel, œuvre de fiction relatant l’histoire des « ballons de la paix » lâchés lors du 14 juillet 1950.

170« En voie d’achèvement » selon l’article d’Albert Cervoni du 17 décembre 1951, Je suis née à Berlin raconte l’histoire d’une jeune fille de la bourgeoisie marseillaise qui découvre à la fois le sens de sa vie et l’amour en se rendant au festival de la jeunesse organisé dans l’ancienne capitale allemande. L’arrivée à la gare frontière d’Innsbruck permet de dénoncer la brutalité des forces armées américaines, les ruines de Dresde rappellent les horreurs de la guerre. L’accueil de Berlin, la rencontre avec la jeunesse vietnamienne, puis celle dans les ruines avec un jeune Allemand opposent une logique de paix à la volonté belliqueuse des Américains que l’on montre, à la fin du film, occupant notre pays. Je suis née à Berlin est projeté pour la première fois le 5 juillet 1952 à l’occasion de la commémoration de l’appel du 10 juillet 1940 présidée par François Billoux. Signe d’une consécration officielle, l’événement a bénéficié au préalable d’une importante couverture dans La Marseillaise. Après l’éditorial d’André Remacle du 29 juin, un article a souligné le 3 juillet la valeur artistique d’un film admiré par les cinéastes Louis Daquin et Henri Aisner. Sa portée politique est attestée par les réactions positives de responsables aussi importants que François Billoux, Laurent Casanova ou Olga Tournade, la secrétaire confédérale de la CGT. Cette consécration dépasse largement le cadre de la presse communiste locale. Je suis née à Berlin figure au programme de la fête de l’Humanité au mois de septembre suivant. L’œuvre est récompensée par l’attribution de la médaille d’or du concours international du film amateur lors du festival de la jeunesse de Bucarest en1953. À Marseille même, le film est projeté durant tout le mois d’octobre et le début de novembre 1952 dans le cadre de la fête de la jeunesse, puis entre avril et juillet 1953 pour animer les soirées organisées en liaison avec le festival de Bucarest. Il est utilisé par des cercles UJRF lors de soirées destinées à financer la rencontre des jeunes qui doit se dérouler du 10 au 14 juin 1954 à Paris.

171Le 19 avril 1953, soit deux jours après avoir lancé un appel à tous ceux qui se sentent intéressés par le tournage d’un film intitulé Le printemps a besoin des hommes, La Marseillaise reproduit un article antérieur de Georges Sadoul déclarant que Paul Carpita, en appliquant la technique de la « caméra-stylo » définie par Alexandre Astruc, se place « dès maintenant au rang des meilleurs cinéastes français » et qu’il a « beaucoup apporté à l’avant-garde militante du cinéma ». Dans Provence-Nouvelle du 24 avril au 1er mai 1953, Albert Cervoni indique que le réalisateur marseillais « travaille actuellement à l’élaboration du scénario » de « son grand projet ». Ce « grand film » avec des dialogues développés, des acteurs, une mise en scène plus poussée racontera « l’unité de la classe ouvrière à travers la lutte des dockers de Marseille contre la manutention de matériel de guerre ». Une photographie montre l’équipe de Cinépax sur les lieux du tournage afin de prouver que « Paul Carpita va aux sources mêmes de la vie » en filmant « de vrais ouvriers, dans une véritable usine ». Dans l’édition du 14 au 21 août 1953 de ce même hebdomadaire, André Remacle indique que la réalisation vient de commencer « depuis quelques jours », certaines séquences ayant été enregistrées lors de la fête de La Marseillaise. Il se félicite de constater que Paul Carpita met l’ensemble de ses qualités « au service de son parti, au service de la classe ouvrière, au service de la nation toute entière ». Grâce à ce jeune réalisateur, conclut André Remacle, « notre Fédération des Bouches-du-Rhône est en train de faire l’éclatante démonstration des immenses possibilités qui s’ouvrent au cinéma, au cinéma militant, au cinéma des réalités concrètes, au cinéma de la vie, pour qu’il prenne la place la plus large dans la lutte du peuple de France ».

  • 196 Lettre de Paul Carpita écrite au nom du Groupe de réalisations cinématographiques « Cinéma Présent  (...)

172Ces articles concernant une œuvre qui deviendra Le rendez-vous des quais soulèvent toute une série d’interrogations. Le tournage en cours s’annonce plus complexe que les précédents avec le passage au format trente-cinq millimètres et une durée de soixante-dix minutes. La réalisation suppose une équipe renforcée, des moyens matériels et financiers plus importants. En 1983, Paul Carpita a reconnu que lui et son groupe « composé essentiellement de camarades militants » avaient reçu une aide « considérable » sous la forme « de décors aménagés, locaux, cantine, abondante figuration, comédiens improvisés, tracteurs, camions » de la part de la fédération « de notre parti », de « notre journal La Marseillaise », des syndicats de dockers de Marseille et de Port-de-Bouc et du Comité central « par l’intermédiaire de notre camarade François Billoux »196

  • 197 Lettre de Paul Carpita à Zoobabel film, 21 juin 1988
  • 198 Marc Vernet, « Si Orphée se retourne, Madame Dupont lui sourira. À propos du Rendez-vous des quais (...)
  • 199 La Vie ouvrière, 26 juin au 2 juillet 1989.

173Cinq ans plus tard, Paul Carpita a indiqué de nouveau que, sans les crédits « débloqués » par le Comité central, « notre film n’aurait pratiquement pu voir le jour »197. Ce soutien explique-t-il que le fond politique retenu corresponde, au travers de la grève du printemps 1950, à une « mise en avant » de l’image du docker, « ce personnage qui emporte avec lui son poids de réalisme socialiste, décrété représentatif des luttes ouvrières pacifistes »198 ? Sur ce point précis, Paul Carpita a déclaré en 1989 avoir voulu « apporter un témoignage » sur un mouvement dont il avait été l’un des acteurs en réalisant « un film de fiction » qui serait « étroitement mêlé aux événements de l’époque et à la vie marseillaise »199.

L’expérience du music-hall populaire

174L’attrait exercé par le music-hall sur les Marseillais conduit les responsables communistes à associer une « partie artistique » à leurs diverses manifestations pour les rendre plus attractives. Ils profitent de cet engouement pour organiser de nombreux concours de chant ouverts aux jeunes des quartiers ou aux groupes constitués dans les entreprises. Les cadres de la fédération apportent leur soutien à la formation de chorales puis, à la fin de l’année 1952, à l’expérience d’un music-hall populaire.

175Les parties artistiques associées aux réunions des cellules, des sections ou des organisations de masse comportent toujours plus de cinq prestations. Les organisateurs cherchent-ils à donner leur chance au plus grand nombre possible d’artistes amateurs ou ces derniers ne possèdent-ils qu’un ou deux titres à leur répertoire ? Cette multiplicité des numéros est-elle destinée à offrir au public un spectacle plus varié ? Les affiches proposées en 1952 comportent presque toujours un chanteur d’opéra ou lyrique en la personne d’un ténor, d’un soprano ou d’un baryton. Fantaisistes, comiques ou chansonniers se produisent aussi la plupart du temps. Ce genre semble toutefois connaître une évolution puisqu’un seul comique troupier est mentionné alors qu’apparaît un fantaisiste qualifié de « swing ». Un troisième groupe d’artistes est constitué par l’ensemble des diseurs et diseuses, par les réalistes et les chanteurs et chanteuses à voix. Un piano ou un accordéon fournit le support musical nécessaire. La popularité d’Yves Montand est telle que ses disques permettent de rehausser l’éclat d’une soirée lorsqu’il est impossible de mettre sur pied une « partie artistique ».

  • 200 Lita Mirial, de son vrai nom Lita Cuesta, commence sa carrière lors du concours « Ma première chans (...)

176À la différence des réunions de quartiers, l’animation des fêtes plus importantes repose assez souvent sur des artistes professionnels. France-URSS fait ainsi appel en août 1950 à Line Renaud et à son époux ainsi qu’à « André » Salvador. Les artistes présents à Gémenos le 29 juillet 1951 à l’occasion de la première fête de La Marseillaise sont annoncés par le chansonnier marseillais Jantel. Le 3 août de l’année suivante, le spectacle proposé repose par contre sur des artistes locaux, Lita Mirial et surtout Raymond Mamoudy, qui bénéficient ainsi d’un important coup de pouce pour leur carrière200. Le 29 juillet 1953, La Marseillaise souligne l’importance de la venue d’Aubrey Pankey, chanteur noir progressiste que le FBI voudrait faire expulser de notre pays. Le 1er août 1954, la vedette du spectacle est le chanteur Armand Mestral.

177Le goût des Marseillais pour les galas de variétés est utilisé lors des concours de quartiers. Baptisé « Ma première chanson », ce type de compétition est déjà annoncé dans Provence-Nouvelle du 30 mai 1948. Laissés le plus souvent à l’initiative de l’UJRF et placés sous le patronage d’un des titres de la presse communiste, ces concours se déroulent lors des soirées organisées dans les cinémas ou les bars des différents quartiers. Associées à des spectacles de variétés, à des bals ou à l’élection de « miss », ces compétitions permettent de faire connaître l’UJRF sous l’aspect d’une organisation jeune et dynamique. Le système de passages successifs allant des éliminatoires à la finale fournit dans chaque quartier une activité suivie tout au long de l’année ce qui permet d’approfondir la sensibilisation du public aux objectifs politiques du moment. Beaucoup de soirées sont ainsi placées dès 1949 sous le signe de défense de la paix. Le bar International accueille le 15 avril le concours « Les jeunes chantent » suivi par un bal. Liée au passage de représentants des mouvements de jeunesse bulgares à Marseille, la soirée permet de procéder à l’élection des délégués à la prochaine caravane de la paix. Les vainqueurs d’un concours sont par la suite sollicités pour se produire dans les soirées organisées par le PCF ou les mouvements de masse qui renouvellent de la sorte les « parties musicales » proposées tout en contrôlant la carrière débutante de ces artistes amateurs. Le succès de la formule conduit à l’organisation de projets plus ambitieux. Les éliminatoires d’un concours de chant doté d’un prix de cent mille francs se déroulent du 15 au 29 août 1954 pour fêter le dixième anniversaire de La Marseillaise. Parallèlement aux débutants issus de ces compétitions, des groupes constitués au sein d’une entreprise ou d’une corporation se produisent assez souvent pour épauler les soirées supervisées par le Parti ou par un mouvement de masse. Le 28 avril 1952, le groupe artistique des tramways vient à Saint-Julien à l’occasion d’un gala au profit de La Marseillaise.

  • 201 La Marseillaise, 27 juillet 1952.

178Que recherche exactement la fédération des Bouches-du-Rhône en 1952 en favorisant l’expérience du music-hall populaire ? Veut-elle regrouper, encadrer et soutenir de jeunes artistes pour développer une contre-culture capable de lutter contre des influences jugées malfaisantes ? Jean-René Laplayne prépare le terrain en rédigeant chaque dimanche, du 27 juillet au 28 septembre 1952, une série d’articles dénonçant les dangers qui planent sur la chanson française. « Source de poésie populaire », celle-ci se voit envahie par des « insanités », des « slogans bourgeois » et de « fausses conceptions de la vie et des choses »201.

  • 202 La Marseillaise, 17 août 1952.
  • 203 La Marseillaise, 14 septembre 1952.

179Le 17 août, citant Maurice Chevalier, le journaliste affirme qu’« il y a trop de chansons qui ne sont pas de chez nous » à cause de l’arrivée en provenance des États-Unis d’une « marchandise avariée » aux « accents noirs » qui imposent « un rythme de décadence ». L’effet produit par cet article est si désastreux que Jean-René Laplayne doit ajouter une note d’excuse dans son article suivant. Il y précise qu’il ne visait que « la musique commerciale défigurée à ses sources mêmes », « la musique nègre » n’étant en rien visée par ses propos, elle qui est « pleine de richesses que nous ne saurions ignorer »202. Jean-René Laplayne ne reviendra plus jamais sur ce terrain. Ses diatribes s’orientent maintenant vers la chanson « noire » française à laquelle il reproche le 14 septembre sa dérive « vers les insanités, la pornographie et tout le faux “réalisme avilissant” »203. Le 28 septembre, il se demande si l’on peut appeler réalistes des œuvres qui, malgré « l’immense » talent de Piaf, sont pleines de bas instincts et de désespoir.

  • 204 La jeunesse d’Yves Montand ressemble à celle de beaucoup d’enfants d’immigrés italiens. Il quitte l (...)
  • 205 La Marseillaise, 24 août 1952.

180Quelles solutions Jean-René Laplayne propose-t-il pour écarter les dangers qui risquent de faire disparaître la bonne chanson française ? Dans son premier article, il demande déjà aux paroliers de s’exprimer dans les colonnes du journal pour donner, en s’inspirant de l’exemple d’Yves Montand, une image vraie du Marseille des travailleurs204. Le 10, le 24 et le 30 août, il revient sur la nécessité de créer des chansons trouvant leur inspiration dans les vraies traditions musicales régionales et indique qu’« une équipe solide puisant ses forces dans la grande réalité de la vie pourra naître en Provence d’ici quelques mois »205. Le 21 septembre, Jean-René Laplayne exprime son souhait de voir apparaître des chansons composées pour « insuffler l’espoir, la vie » en offrant à la jeunesse « le véritable visage des choses quotidiennes ». Une semaine plus tard, le journaliste explique que le réalisme auquel il aspire « est fait de soleil, de la clarté, de notre joie, de la violence de nos luttes et de nos peines », qualités que l’on retrouve dans la chanson Actualités d’Yves Montand. Il introduit l’idée d’un music-hall populaire capable de « mettre la chanson au service de nos espoirs, de notre bonheur, de notre avenir » et de refuser « le commercial » qui « conduit toujours à la médiocrité » parce qu’il impose une multitude « de chansons affreuses comme l’idéologie décadente dont elles sont le reflet ».

181Le mouvement artistique populaire se produit pour la première fois à l’occasion de la fête organisée le 9 novembre 1952 en l’honneur du retour annoncé de Maurice Thorez. Les membres de la troupe sont sollicités par la suite, en groupe ou séparément, à l’occasion des manifestations organisées sous l’égide du PCF. Animé par Raymond Mamoudy, le groupe s’articule autour d’un petit noyau d’éléments stables. Lita Mirial se spécialise dans un répertoire franco-espagnol. Marcel Rossi anime un petit orchestre. L’amicale des accordéonistes de Marseille dirigée par Gilbert Gay, le présentateur Roger Clair complètent l’équipe initiale.

182Dans La Marseillaise du 7 juin 1953, Raymond Mamoudy effectue le premier bilan d’une expérience qui permet, selon lui, de s’opposer avec succès « au comique grossier et à la chanson noire ». Mis à l’honneur par la troupe, « le réalisme véritable » reflète « la vie : l’amour certes, les luttes, les souffrances aussi » mais refuse d’exprimer « le désespoir et le dégoût ». Des textes positifs à l’image de celui de la chanson Les enfants qui s’aiment doivent supplanter « la chanson noire, les Padam, les Jézabel et autres soi-disant Hymne à l’Amour ». Signé « C », l’article du dimanche suivant s’en prend de nouveau au « réalisme sinistre » que recèleraient les chansons « noires » contrairement à « la description réelle de la vie, des luttes et des espoirs de chacun » contenue dans les refrains d’Yves Montand. L’article nuance toutefois ce jugement négatif en expliquantque de telles critiques ne sont pas hostiles à Édith Piaf mais destinées à l’aider.

183Le premier anniversaire du music-hall populaire est salué le 29 novembre 1953 dans La Marseillaise par Jean-René Laplayne qui rappelle que la troupe a vu le jour pour défendre la chanson face à des créations « désespérées, noires, nocives comme des plantes vénéneuses ». Il décrit une expérience menée par « quelques jeunes aimant chanter, aimant la vie » qui refusaient de confondre « la joie avec l’indécence, la peine avec le désespoir, l’amour avec la pornographie, le populaire avec le vulgaire ». Comme Yves Montand, ils étaient convaincus que « la chanson doit réfléchir les peines du peuple, ses espoirs, son bonheur aussi ». En une année, se félicite Jean-René Laplayne, le groupe initial s’est modifié, des activités nouvelles ont été programmées, les départs ont été compensés par des arrivées comme celles de Georges Bertal et du présentateur Georges Darcey. Le compositeur Armand Gomez a fondé un trio rythmique. Le répertoire de ces différents artistes est-il tourné vers la tradition ou s’ouvre-t-il en direction des tendances musicales nouvelles ? Cette année-là, Raymond Mamoudy, le chanteur le plus célèbre du groupe, interprète Battling Joe d’Yves Montand, Le parapluie de Georges Brassens et Les enfants qui s’aiment de Prévert et Kosma. Lita Mirial reprend des airs en vogue de Mick Micheyl. Des créations locales complètent les répertoires. Henri Lyd met en musique les paroles de Printemps du monde et de Moi j’aime la vie de Fernand Clerissy ou de Que meure la guerre de Jean-René Laplayne. Sans doute en concession à l’évolution des goûts de la jeunesse, l’orchestre de Marcel Rossi est annoncé en 1953 comme « le célèbre jazz Marcel Rossi ».

Une création théâtrale au service de la paix

184Les premières mentions de l’existence de la troupe théâtrale du Créneau remontent au mois d’octobre 1952 lors des préparatifs de la fête organisée en l’honneur du retour annoncé de Maurice Thorez. Cette naissance qui se produit simultanément à celle du music-hall populaire illustre bien la volonté du Parti communiste d’être présent sur le front des luttes culturelles.

185L’interprétation le 9 novembre au parc Chanot de Pages de France marque ce désir de développer un théâtre militant. Créée pour la circonstance par André Remacle et André Abrias, la pièce survole, durant les trente minutes que durent son prologue et ses six tableaux, l’histoire des luttes menées pour le peuple de France par le PCF groupé derrière Maurice Thorez. L’œuvre devient aussitôt le modèle dont il convient de s’inspirer. La Marseillaise déclare le 5 novembre qu’elle représente « un pas en avant dans la réalisation d’un véritable théâtre populaire, d’un théâtre puisant son inspiration dans le peuple et dans la réalité historique ». Pages de France ne ressemble en rien aux traditionnelles « bonbonnières » du théâtre conformiste. « Œuvre réaliste », elle se situe dans l’esprit du théâtre de masse. Dirigée par Annie Valde et André Robert, la troupe du Créneau adopte son nom peu après. Elle anime les réunions du Parti en ajoutant à son répertoire une autre œuvre d’actualité, Sauvons-les, pièce en un acte d’André Remacle destinée à soutenir la campagne de pétitions organisée en faveur des Rosenberg. Conçue pour être interprétée dans la rue ou à la sortie des usines, l’œuvre ne nécessite aucun moyen technique. Quatre acteurs se produisent sans aucun accessoire en une dizaine de minutes, ce qui permet, ainsi que le souligne La Marseillaise du 7 décembre 1952, de « faire participer le théâtre à la lutte de tous les jours pour la paix et la liberté ». Parallèlement, une partie de la troupe répète une pièce soviétique.

  • 206 La Marseillaise, 16 mai 1953.
  • 207 Provence-Nouvelle, 3 au 10 juillet 1953.

186Les interprétations militantes se succèdent en 1953. Épaulés par d’autres artistes, les comédiens du Créneau participent le 14 mai à la création d’Au soleil de Danielle à l’occasion de la commémoration des « héroïnes » au théâtre de la rue d’Alger. La pièce a été conçue autour des lettres écrites par Danielle Casanova reliées entre elles par un texte de Madeleine Riffaud et des poèmes d’Aragon. Le décor a été construit à partir des indications données par Paris. Le 17 mai 1953, en l’honneur des cinquante ans de François Billoux, le Créneau interprète Marseille propre d’André Remacle. En cinq tableaux, cette pièce retrace, au travers de l’histoire d’une famille de dockers, les luttes menées par les ouvriers marseillais depuis 1935. Chaque moment évoqué, que ce soit le Front populaire, la drôle de guerre, la Résistance ou la campagne électorale des municipales, vise à démontrer « que seule la classe ouvrière et son parti, le Parti Communiste, avec ses dirigeants, parmi lesquels François Billoux est demeurée et demeure toujours constamment fidèle à la France »206. Marseille propre est suivi par Le Refus créé à Port-de-Bouc le 27 juin 1953 dans le cadre de la campagne menée en faveur de la libération d’Henri Martin. Œuvre d’André Remacle, mise en scène par René Abrias assisté par Noël Crozier du Centre dramatique de Paris, cette pièce raconte en trois actes comment un jeune saint-cyrien, grâce à ses amis résistants communistes, découvre la nature réelle de la « sale » guerre. Admettant son incapacité à « séparer le contenu de la présentation », Pierre Doize lance un appel « pour un théâtre au service de la classe ouvrière, de l’indépendance nationale et de la paix »207.

187La première représentation d’Ils ont tué Mozart d’André Remacle se déroule le 25 octobre 1953 lors du rassemblement pour la paix au Château des Fleurs. Le scénario repose sur l’idée que la guerre, parce qu’elle tue des enfants, empêche la naissance des savants, des ingénieurs, des artistes dont l’humanité a besoin. La pièce se termine sur un poème récité par Annie Valde. Le lendemain, le compte rendu de La Marseillaise parle d’une œuvre « courte, militante, faite pour être jouée avec des moyens de fortune au cours de réunions, d’assemblées », caractéristiques positives qui toutefois débouchent sur « un certain schématisme ». La pièce Les Honneurs de la guerre d’André Abrias est interprétée pour la première fois au bénéfice des grévistes de l’Aluminium le 18 novembre 1953 à Saint-André. En trente minutes et trois actes, l’histoire qui se déroule dans un poste de douanes sur un aérodrome en Indochine dénonce les méfaits de la « sale guerre ». Trois jours plus tard dans La Marseillaise, l’œuvre bénéficie d’un commentaire élogieux d’André Remacle qui regrette toutefois que la dénonciation du conflit indochinois ne soit pas « suffisamment nette, suffisamment accentuée ». Le 13 décembre 1953, la troupe fête le premier anniversaire de son existence en organisant un vin d’honneur au café Noailles en présence de Paul Carpita. S’exprimant le lendemain dans La Marseillaise, Annie Valde évoque « les perspectives du travail qui permettrait de créer un vaste mouvement d’art populaire englobant le théâtre, le music-hall, le chant et la danse ».

Un courant qui s’essouffle

188La « vaste » mouvement artistique populaire et multidisciplinaire auquel songe Annie Valde ne se concrétisera pas. Si la troupe du Créneau poursuit ses activités, elle ne fonctionne pratiquement plus qu’en effectuant des reprises. Les Honneurs de la guerre demeurent au programme des réunions du mois de décembre 1953 en parallèle avec Marseille propre. Ils ont tué Mozart est de nouveau joué tout au long du mois de juin 1954. Le 3 octobre, à l’occasion des dix ans de Femmes françaises, la troupe interprète la pièce du même nom écrite par André Remacle. De fait, la ligne politique prônée par le Parti contribue maintenant à préférer certaines formes d’expression « bourgeoises », jugées plus aptes à contribuer au combat pour l’indépendance de la France, que ce typed’expérience militante trop marquée idéologiquement. Évoquant dans La Marseillaise du 7 juillet 1954 la présence de la troupe du TNP venue interpréter Rodrigue et Ruy Blas, André Remacle n’hésite pas à saluer cette « incarnation de l’honneur et du sentiment national ». La création poétique semble elle aussi aboutir à une impasse ainsi que le laisse supposer le nombre important de reprises. Le 3 mars 1954, à l’occasion de la première commémoration de la mort de Staline, Annie Valde récite le poème écrit un an plus tôt par Jean Malrieu tandis que la troupe du Créneau interprète L’hommage à Staline, composition pour piano d’Yvan Teulon et Le chant des peuples, poème à plusieurs voix d’André Remacle. Ce sont d’autre part des éditeurs « bourgeois », respectivement Les Cahiers du Sud et Seghers, que choisissent Jean Malrieu et Nicole Cartier-Bresson pour publier leurs derniers ouvrages respectifs.

189Le music-hall populaire traverse lui aussi des moments difficiles en 1954 même si, dans son article du 2 mai 1954, Jean-René Laplayne affirme que l’expérience « a apporté le soleil de sa jeunesse et de ses espoirs ». Raymond Mamoudy, son animateur « venu de l’usine », souhaite « monter des spectacles sains, authentiques, sans vulgarité, ni notes désespérées ». Il déclare vouloir « donner un coup-de-poing à la rengaine » pour offrir au public « de la poésie populaire » et non « la masse de turpitudes qu’on lui débite ». Il n’est plus question dans cet article de mettre en chanson les luttes populaires, la défense de la paix ou quelque autre thème politique que ce soit. Résumant « une année de music-hall à Marseille », Jean-René Laplayne affirme dans La Marseillaise du 30 décembre 1954 que cette année « la chanson est devenue une chose sérieuse », « la médiocrité des couplets d’antan » ayant « en général » cédé la place « à une intelligence du texte ». Yves Montand, « un Marseillais », ne déclare-t-il pas être intéressé avant tout par les paroles d’une chanson ? Aucune référence politique n’est accolée à cette prise de position. Jean-René Laplayne qualifie Georges Brassens de « troubadour du vingtième siècle », mentionne le» jeune survolté » Gilbert Bécaud avant de préciser qu’il n’oublie pas Édith Piaf, « émouvante jusqu’aux larmes et à qui la chanson française doit tant ». Le responsable des chroniques artistiques cite encore Charles Trenet « qui le premier secoua la chanson », Jacques Brel et Eddie Constantine. Le music-hall populaire ne figure plus dans ce vaste tour d’honneur. Jean-René Laplayne évoque seulement Lita Mirial et Raymond Mamoudy « qui a le courage d’affronter le public en lui donnant à entendre des chansons inconnues qu’il doit défendre tout seul ».

  • 208 Marc Lazar, « Le réalisme socialiste aux couleurs de la France », L’Histoire, mars 1982, p. 70.
  • 209 Déclaration de Jacqueline Serra, 8 avril 1999. Le décès de la mère de l’artiste en 1951 a aussi jou (...)

190La crise que traversent ces trois expériences est déjà ressentie au niveau de la peinture depuis 1953. Leur art ayant été réduit à « une iconographie militante, exaltante, pédagogique », l’inspiration des peintres liés au Parti s’essouffle en cette période de « flottement idéologique et politique du communisme soviétique et français »208. Ébranlé par l’affaire des blouses blanches, Antoine Serra prend progressivement ses distances209. Les expositions collectives des peintres progressistes s’espacent, le thème de la paix perd sa position de quasi-exclusivité au niveau des sujets abordés. Une exposition d’art moderne se déroule bien à la fin du mois de janvier à Marseille et, comme à l’accoutumée, Gaston Viens, Pierre Doize, Georges Lazzarino, Jean Cristofol, Pierre Emmanuelli et Paul Argiolas, sous la conduite de Louis Roc, assistent à son inauguration. Jean Tourette prévient les lecteurs de l’édition de Provence-Nouvelle du 9 au 13 mars 1953 que l’exposition appelée « Algérie 52 » est ouverte « à tous les hommes et les femmes de progrès, aux milliers de braves gens pour qui l’amour de la liberté rejoint la défense de la paix ». L’adieu à Staline, une statue de Louis Roc, est présentée au mois de mai 1953 à la Maison des métallurgistes à Paris lors de l’exposition consacrée à Karl Marx. Des œuvres d’Odile Savajols-Carle et de François Diana sont aussi sélectionnées pour l’occasion.

191La remise en cause d’André Fougeron lors du XIIIe congrès en juin 1954 contribue d’autant plus à ébranler les convictions de ces artistes marseillais que Louis Aragon infléchit sensiblement le contenu des « principes de l’art de parti ». Tout en continuant à se placer sur les positions du PCF, l’artiste doit s’inspirer de « l’héritage culturel de notre peuple repris, critiqué, continué » pour refléter le « caractère national de l’art de parti » et, véritable « classicisme nouveau », « s’inscrire en faux de la prétendue décadence française ». Cette nouvelle forme d’expression doit reposer sur des bases scientifiques au lieu de se perdre, comme à l’époque d’Auguste Lecœur, dans de longues discussions pour opposer le fond et la forme.

192Tandis que peintres et artistes de music-hall se sentent de plus en plus attirés par des perspectives de créations plus personnelles, Paul Carpita et son équipe poursuivent le tournage du Printemps des Hommes. L’appui dont ils bénéficient au sein du Comité central ne leur permet toutefois plus de disposer d’une totale liberté d’action. Des traces d’un contrôle politique sur le tournage apparaissent à deux reprises dans La Marseillaise. L’édition du 9 juillet 1953 signale que toutes les personnes concernées par le film sont conviées à se rendre le jour même dans les locaux de Provence-Nouvelle en vue d’une « réunion très importante avec un camarade de Paris ». Un communiqué du groupe Cinépax annonce le 1er février 1954 que les membres du groupe sont convoqués pour apporter des modifications et procéder à une autocritique collective. S’agit-il de commencer une nouvelle version totalement différente ou d’apporter simplement de minimes retouches ? Un nouvel encart informe les lecteurs de La Marseillaise du 13 mars 1954 que « l’accord de Paris est parvenu ». Qui s’est rendu à Marseille et quelles furent les incidences de cette visite sur la suite du tournage ? Aucune réponse satisfaisante n’a pu être apportée à ce jour à ces interrogations. Dans le courriel qu’il m’a adressé le 5 mars 2003, Gaston Viens a eu la gentillesse de m’apporter quelques éclaircissements en me communiquant la lettre qu’il avait adressée à Paul Carpita le 14 février 1991 pour lui rappeler que tous deux avaient visionné Le Printemps a besoin des hommes dans la salle de projection du sous-sol de l’annexe du Comité central au 19 rue Saint Georges en compagnie de François Billoux, Victor Joannès, Paul Courtieu, Léon Mérino et de Jean Jérôme. Ce dernier décida d’imposer quelques modifications au scénario. Dans la version initiale, Roger Manunta et Annie Valde formaient le couple autour duquel tournait l’histoire. André Abrias occupait un rôle secondaire. Jean Jérôme ayant déclaré que ce dernier devait devenir l’interprète principal, d’autres modifications furent nécessaires telle la suppression de la scène au cours de laquelle Manunta affronte son frère briseur de grève. Jean Jérôme décida aussi d’appeler le film Le rendez-vous des quais dans la mesure où le jeune coupleamoureux se rencontrait en ce lieu. À quelle date cette réunion se déroula-t-elle ? Gaston Viens et Paul Carpita ont été incapables de me le préciser. La lecture des communiqués publiés en 1954 dans La Marseillaise suscite plus d’interrogations qu’elle n’apporte de réponses.

  • 210 La Marseillaise, 13 juin 1954.
  • 211 Aucune projection ultérieure de cette œuvre ne sera mentionnée par la suite dans le quotidien commu (...)

193La convocation du 13 mars fait part du prochain tournage du Bonheur de Sophie. Un encart du 20 mars suivant précise que ce futur film racontera l’histoire de Pierrot et de Sophie. La réunion du jeudi 1er avril est consacrée à la réalisation du Printemps des Hommes ainsi qu’à l’organisation du plan de travail pour Le bonheur de Sophie. Une séance de tournage de la première de ces deux œuvres a lieu le 11 avril. Les appels publiés les 18, 19 et 28 avril ainsi que celui du 19 mai s’adressent, sans fournir de précisions supplémentaires, à celles des « camarades et amies jeunes filles » attirées par des rôles de figurantes « dans le film en cours de réalisation ». Jean-René Laplayne relate le 13 juin les propos de Jean Wiener venu à Marseille pour réaliser la musique du Printemps des hommes. Le compositeur lui a déclaré avoir visionné une œuvre dont il juge la formule pleine d’« authenticité » car « faite d’amour, d’amitié, d’optimisme »210. Cet article laisse supposer que le film majeur de Paul Carpita serait en voie d’achèvement en ce mois de juin 1954. De plus, dans l’édition du 10 juillet de La Marseillaise, le groupe Cinépax informe ses membres qu’ils doivent venir retirer leurs cartes d’invitation pour assister à la projection du lendemain. Parallèlement Jean Gravone parle de la « grande première » du Bonheur de Sophie offert aux lecteurs et amis du quotidien211. Les communiqués des 4, 7, 10 et 20 d’août 1954 publiés par Cinépax convoquent les membres du groupe pour les opérations relatives au doublage « du film en cours ». Lequel ? Les appels demeurent muets sur ce point. Il faudra attendre l’article d’Albert Cervoni dans l’édition du 27 mars 1955 de Provence-Nouvelle pour retrouver une nouvelle mention du Printemps des hommes. Mais à cette date déjà, cette histoire de grève des dockers ne correspond plus aux objectifs politiques poursuivis par le Parti. La saisie des bobines du film, sans doute le 9 octobre 1955 lors de la projection organisée au cinéma Rex, ne donnera lieu, sur le moment, à aucune protestation dans la presse communiste. Il faudra attendre le 3 janvier 1956 pour qu’Albert Cervoni, dans sa chronique cinématographique de La Marseillaise, s’élève sans plus de précisions contre « les interdits de censure » qui frappent l’œuvre de Carpita.

194Aux difficultés rencontrées par l’équipe de Cinépax vient s’ajouter la crise sévère qui frappe les circuits cinématographiques animés par la fédération ou par France-URSS. De 19 en 1949, le nombre des projections passe à 38 l’année suivante, atteint 61 en 1951, retombe à 51 puis à 18 au cours des deux années suivantes. Il n’est plus que de 14 au cours des neuf premiers mois de l’année 1954. Plusieurs facteurs expliquent ce recul. Les deux circuits disposent de moins de films nouveaux à présenter. Le nombre de militants acceptant d’assurer les projections se restreint. Les difficultés financières des sections ou des cercles rendent plus problématiques la location d’une salle. Le public marseillais se sent plus attiré par les types de films diffusés par les grandes salles commerciales.

Notes

1 René Rémond, Notre siècle, de 1918 à 1991. Collection Histoire de France sous la direction de Jean Favier. Le Livre de Poche Références, Paris, nouvelle édition de 1991, p. 394.

2 Philippe Robrieux, Maurice Thorez, vie secrète et vie publique, Fayard, Le monde sans frontières, Paris, 1975, p. 290.

3 Définies dans Sur la littérature, la philosophie et la musique, les conceptions sur la culture d’André Jdanov servirent de référence au moins jusqu’en 1953.

4 Claude Pennetier, Bernard Pudal, « L’invention de l’homme communiste », Le siècle des communismes, p. 338.

5 La Marseillaise, 18 novembre 1949, 5 février 1950. Provence-Nouvelle, 21 au 28 décembre 1951.

6 Annie Kriegel, Communismes au miroir français, Paris, Gallimard, 1974, p. 154.

7 La Marseillaise, 7 août 1951, 24 juin 1953.

8 Claude Pennetier, Bernard Pudal, Le siècle des communismes, op. cit., p. 374.

9 La Marseillaise, 9 et 16 mai 1953.

10 Salut à François Billoux, poème d’André Remacle, La Marseillaise, 17 mai 1953.

11 La Marseillaise, 17 mai 1953.

12 Provence-Nouvelle, 15 au 22 mai 1953. Article déjà cité.

13 La Marseillaise, 13 mars 1950.

14 La Marseillaise, 22 mai 1951.

15 La Marseillaise, 23 juin 1954.

16 La Marseillaise, 17 janvier 1951.

17 La Marseillaise, 20 avril 1953.

18 La Marseillaise, 24 novembre 1951 et 22 mars 1952.

19 La Marseillaise, 20 juillet 1953.

20 Jeannine Verdès-Leroux, Au Service du Parti. Le parti communiste, les intellectuels et la culture (1944-1956), Paris, Fayard, Minuit, 1983, p. 117.

21 Claude Pennetier, Bernard Pudal, op. cit., p. 334. Durant ces années froides, cette vision est d’autant plus facilement acceptée que « pour les militants, l’appartenance au parti communiste est moins estimée en valeur politique qu’en valeur affective » (Michel Winock, « L’âge d’or du communisme français ». L’Histoire, n° 223, juillet-août 1998, p. 56-65).

22 La Marseillaise, 6 juillet 1952.

23 La Marseillaise, 23 juin 1954.

24 La Marseillaise, 23 juin 1952.

25 La Marseillaise, 28 juin 1952.

26 La Marseillaise, 28 juin 1952.

27 La Marseillaise, 4 juillet 1952.

28 La Marseillaise, 24 juin 1952.

29 La Marseillaise, 23 juin 1952.

30 La Marseillaise, 27 juin 1952.

31 La Marseillaise, 5 juillet 1952.

32 La Marseillaise, 22 juin 1954.

33 La Marseillaise, 10 décembre 1949.

34 La Marseillaise, 24 juin 1952.

35 Le siècle des communismes, op. cit., p. 359.

36 La Marseillaise, 16 décembre 1952.

37 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 14 octobre 1952.

38 Arch. dép., dossier 148 W 294, compte rendu de la réunion du 30 septembre.

39 Jean Marrot explique que cet acharnement résultait plutôt de son bon score lors des municipales de 1953. Grâce aux signes préférentiels qui s’étaient portés sur son nom, il était même parvenu à talonner François Billoux. Vivre. p. 187-188.

40 Vivre, p. 189.

41 Ibidem.

42 Vivre, p. 191.

43 Ma Vie et mes combats. p. 166.

44 Ibidem, p. 165.

45 Jean-Pierre A. Bernard, op. cit., p. 111.

46 La Marseillaise, 1er juin 1952.

47 La Marseillaise, 15 mars 1950.

48 Provence-Nouvelle, 6 au 13 juillet 1951.

49 Jean-Pierre A. Bernard, op. cit., p. 78.

50 Respectivement dans La Marseillaise des 24, 25 et 28 mars 1949.

51 Jean-Pierre A. Bernard, op. cit., p. 80.

52 Ibidem, p. 77 et 89.

53 La Marseillaise, 5 février 1953.

54 La Marseillaise, 12 juillet 1950.

55 La Marseillaise, 8 juillet 1951.

56 Au responsable de l’union départementale CGT qui expose les difficultés qu’il a rencontrées pour convaincre les travailleurs de cesser le mouvement, Maurice Thorez rétorque que « la rentrée a déjoué les plans des ennemis » du Parti. Voir Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op. cit., p. 235-244.

57 L’Humanité, 8 décembre 1952.

58 Cette analyse est développée par Michel Pigenet dans La manifestation, Paris, Presses de la FNDP, 1990, p. 265.

59 Provence-Nouvelle, 8 au 15 janvier 1954.

60 Almanach ouvrier/paysan, p. 97.

61 La Marseillaise, 19 décembre 1953.

62 La Marseillaise, 6 janvier 1954.

63 La Marseillaise, 19 avril 1950.

64 La Marseillaise, 26 août 1953.

65 La Marseillaise, 23 février 1949, Midi-Soir, 18 avril 1950, La Marseillaise, 8 juillet 1952. « Quarante jours de grève n’ont pas entamé l’unité des peintres de bord marseillais » précise ce jour-là le quotidien.

66 La Marseillaise, 19 avril 1950.

67 La Marseillaise, 27 août 1953. Le quotidien souligne que, au moment précis où « la grève des cheminots et des PTT acculait l’économie capitaliste à une paralysie croissante » et alors que « la bourgeoisie et ses ministres » étaient sur le point d’être battus, les dirigeants « scissionnistes » de la CFTC et de FO, « à la requête du gouvernement et sur les instances pressantes du MRP réactionnaire » auraient cassé le mouvement en donnant l’ordre de reprise du travail.

68 Midi-Soir, 4-5 février 1950.

69 La Marseillaise, 5 février 1950.

70 Ibidem. Cette déclaration reconnaît implicitement la présence sur les quais de travailleurs provenant d’autres secteurs industriels en grève.

71 La Marseillaise, 10 avril 1950.

72 La Marseillaise, 13 avril 1950.

73 La Marseillaise, 13 avril 1950.

74 Midi-Soir, 14 avril 1950.

75 La Marseillaise, 17 avril 1950.

76 La Marseillaise, 19 avril 1950.

77 Maurice Thorez, « Le parti communiste, parti de la paix, parti de l’avenir », Cahiers du communisme, mai 1950, p. 19.

78 Sophie Cœure, La grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union Soviétique. 1917-1939. Seuil, 1999.

79 François Hourmant, Au pays de l’avenir radieux. Voyages des intellectuels français en URSS, à Cuba et en Chine populaire, p. 11.

80 Provence-Nouvelle, 19 au 26 mars 1954.

81 La Marseillaise, 6 septembre 1949.

82 La Marseillaise, 16 septembre 1951.

83 François Hourmant, op. cit., p. 145.

84 La Marseillaise, 6 septembre 1949.

85 Provence-Nouvelle, 2 au 9 avril 1954.

86 Provence-Nouvelle, 19 au 26 mars 1954.

87 La Marseillaise, 2 juillet 1951.

88 La Marseillaise, 14 mai 1952.

89 La Marseillaise, 6 avril 1949.

90 La Marseillaise, 1er octobre 1949. Ce type de déclaration apporte implicitement un soutien à Paul Ricard avec lequel le PCF entretient de bonnes relations.

91 Provence-Nouvelle, 2 janvier 1949.

92 Provence-Nouvelle, 13 au 20 mars 1953.

93 La Marseillaise, 9 juillet 1951. Le journaliste Robert Dubrou ne manque pas de souligner que cette entreprise est dirigée par un parent du socialiste Francis Leenhardt.

94 La Marseillaise, 22 octobre 1951.

95 La Marseillaise, 27 juin 1949.

96 La Marseillaise, 11 mai 1952.

97 La Marseillaise, 13 juillet 1952. S’appuyant sur les arguments de Georges Sadoul qui, en 1938 déjà, déclarait que « les lecteurs de huit ans qui achètent Le Journal de Mickey ont bon poids de guerre et de sang pour leurs dix sous », Jean-René Laplayne explique que la dangerosité de ce personnage se dissimule « sous un air candide et bon enfant de petite souris familiale ».

98 La Marseillaise, 14 décembre 1953.

99 Patricia Hubert-Lacombe, Le cinéma français dans la guerre froide (1948-1956), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 114.

100 Allocution prononcée à l’occasion du meeting de la jeunesse et du peuple de Paris, publiée dans L’Humanité du 20 avril 1948.

101 Un des membres fondateurs du CNR.

102 La Marseillaise, 12 janvier 1953.

103 La Marseillaise, 8 décembre 1953.

104 La Marseillaise, 16 janvier 1952.

105 Jean-Pierre Bernard, op. cit., p. 10.

106 Ibidem.

107 Ibidem, p. 11.

108 Ibidem.

109 Ibidem, p. 46.

110 Ibidem.

111 Respectivement Midi-Soir, 8 février 1950 et La Marseillaise, 13 février 1950.

112 La Marseillaise, 11 juillet 1952.

113 La Marseillaise, 13 juillet 1950.

114 La Marseillaise, 8 juillet 1951.

115 La Marseillaise, 10 juillet 1954.

116 Adrien Bles, La Canebière dans le temps et dans l’espace, Jeanne Laffitte, 1994, p. 68-69.

117 La Marseillaise, 5 décembre 1949.

118 La Marseillaise, 14 mars 1949.

119 La Marseillaise, 17 mars 1949.

120 La Marseillaise, 16 mars 1949.

121 La Marseillaise, 15 mars 1949.

122 La Marseillaise, 6 septembre 1950. Provence-Nouvelle, semaine du 31 août au 7 septembre 1951.

123 Jean-Pierre Bernard., op. cit., p. 50.

124 Ibidem, p. 48-49.

125 Jean-Pierre Bernard., op. cit., p. 40.

126 Jean-Pierre Bernard., op. cit., p. 41.

127 Jean-Pierre Bernard., op. cit., p. 43.

128 Le Premier Choc, t. III. Paris, Éditeurs français réunis, 1953, p. 306-307.

129 Jean-Pierre Bernard., op. cit., p. 41.

130 Le siècle des communismes, op. déjà cité, p. 338.

131 Ibidem.

132 Michel Winock, « Arcueil la rouge », L’Histoire, n° 195, janvier 1996.

133 Jean-Pierre A. Bernard, « La liturgie funèbre des communistes, 1924-1983 », Vingtième siècle, n° 9, janvier-mars 1986, p. 40.

134 Ibidem, p. 47.

135 La Marseillaise, 18 mai 1949.

136 La Marseillaise, 5 février 1950. Deux jours plus tôt, le quotidien publiait un appel de l’UFF demandant à « toutes les femmes, à tous ceux qui ont lutté pour la libération de notre ville » de venir saluer « cette pure figure du patriotisme français ».

137 La Marseillaise, 18 mai 1949. En 1963 encore, à l’occasion des obsèques de Victor Gagnaire, Pierre Doize déclarera que celui qui vient de tomber « à son poste de combat » sur la place de la Joliette « restera à jamais le modèle du militant communiste, dont toute la vie courageuse et modeste a été placée au service de la cause de la classe ouvrière, au service de la Patrie. au service de la France qu’il voulait libre, forte et heureuse » (La Marseillaise, 3 mars 1963.).

138 La Marseillaise, 4 février 1950.

139 La Marseillaise, 30 mai 1952.

140 Jean-Pierre A. Bernard., op. cit., p. 48.

141 Michel Winock, op. cit., p. 58.

142 La Marseillaise, 2 août 1954.

143 La Marseillaise, 20 juin 1949, 6 août 1951, 5 août 1952.

144 La Marseillaise, 5 juin 1950.

145 La Marseillaise, 6 août 1951.

146 La Marseillaise, 2 août 1954.

147 Jean-Pierre Bernard, op. cit., p. 120.

148 Arch. dép., dossier 148 W 297.

149 La Marseillaise, 11 décembre 1953.

150 Annie Kriegel, Communismes au miroir français, p. 100.

151 Respectivement les 21 janvier et 1er février 1943.

152 Arch. dép., dossier 148 W 302, note du 11 avril 1952.

153 La Marseillaise, 10 décembre 1950.

154 Serge Kriwkoski, La Marseillaise, 9 février 1949.

155 Déclaration de Lucien Molino, La Marseillaise, 7 février 1950.

156 Midi-Soir, 7 juillet 1949.

157 La Marseillaise, 7 décembre 1953.

158 Midi-Soir, 7 juillet 1949 ; La Marseillaise, 4 juillet 1952, 4 et 11 juillet 1953.

159 La Marseillaise, 9 juillet 1949.

160 Outre Danielle Casanova décédée en mai 1943 à Auschwitz, les cérémonies organisées intègrent aussi le souvenir de Jeanne d’Arc dont la fin sur le bûcher, le 30 mai 1431, est assimilée au sacrifice des résistantes de la Seconde Guerre mondiale, en particulier ceux de Fifi Turin et Fifi Roussel mortes respectivement le 5 août 1944 et le 28 mai 1944, de Pierrette Doize victime en août 1945 des séquelles de sa déportation.

161 Jean-Pierre A. Bernard, op. cit., p. 47.

162 La Marseillaise, 6 juillet 1954.

163 Arch. dép., dossier 148 W 302.

164 La Marseillaise, 2 mai 1949.

165 La Marseillaise, 14 février 1950 et 12 février 1952.

166 La Marseillaise, 14 février 1949.

167 La Marseillaise, 13 février, 2 mai et 15 juillet 1954.

168 La Marseillaise, 2 mai 1950.

169 La Marseillaise, 15 juillet 1950.

170 La Marseillaise, 15 juillet 1954.

171 La Marseillaise, 15 juillet 1949.

172 La Marseillaise, 15 juillet 1950.

173 Jean-Pierre Bernard, op. cit., p. 47.

174 La Marseillaise, 15 juillet 1951.

175 La Marseillaise, 15 juillet 1952.

176 Rapport cité par André Stil. Cahiers du communisme d’août 1951, p. 988.

177 Jean-Pierre Bernard, op. cit., p. 171.

178 Cette croyance en l’existence d’une science « prolétarienne » devient jusqu’en 1953 un véritable dogme imposé aux intellectuels communistes.

179 La Marseillaise, 24 novembre 1953.

180 Gérard Durozoi (sous la dir. de), Dictionnaire de l’art moderne et contemporain, Paris, Hazan éditeurs, 1992, p. 524.

181 Déjà en juin 1946, lors de l’apparition dans l’Humanité de la rubrique « Les lettres et les arts », Hélène Parmelin, sous le pseudonyme de Léopold Durand, définit cette forme d’expression par l’équation « maladie infantile+choses+excréments ». Dans Les Lettres françaises du 18 octobre 1946, Claude Morgan n’hésite pas à proclamer qu’il « crache sur l’art abstrait qui prétend se passer de l’homme ».

182 Né en 1913 à Belleville, André Fougeron est un peintre autodidacte. Il participe en 1930 à la fondation du groupe des « Indélicats ». Il est un des jeunes intellectuels marxistes qui animent en 1936 la « Querelle du réalisme ». Il s’oriente vers un expressionnisme engagé avec son Hommage à Franco de 1937. Résistant, il devient après guerre secrétaire du Front national des arts. Fougeron reçoit en 1946 le prix national de la direction des Arts et des Lettres.

183 La Marseillaise, 15 février 1949.

184 La Marseillaise, 9 mai 1949.

185 Provence-Nouvelle, 11 décembre 1949.

186 Provence-Nouvelle, 18 décembre 1949.

187 Les Cyclistes de Fernand Léger figurent aussi parmi les œuvres présentées.

188 La Marseillaise, 22 octobre 1950.

189 Guy Montis (1918-1976) est le fils d’une famille d’immigrés polonais établis à Paris. Après avoir participé à la Résistance, il constitue le groupe « Provence » qui expose aux Baux en 1948. En 1950, il est chargé de la coordination des cercles des Amis des Lettres françaises pour le Sud-est de la France.

190 Ce second tableau, racheté plus tard par l’industriel Paul Ricard, fut l’unique cas d’auto-représentation de l’artiste. Déclarations de Jacqueline Serra, 4 juin 2001.

191 Maurice Thorez lors du XIIe congrès, Cahiers du communisme, mai 1950.

192 Patricia Hubert-Lacombe, op. cit., p. 116.

193 Le 15 mai 1951, à l’occasion de la première projection de Maître après Dieu à Marseille, le quotidien parle d’une « œuvre de vérité et de paix ».

194 Arch. dép., dossier 148 W 294. Ce film est interdit à la commercialisation.

195 La Marseillaise, 4 mai 1951.

196 Lettre de Paul Carpita écrite au nom du Groupe de réalisations cinématographiques « Cinéma Présent » à Pierre Juquin le 26 mars 1983. Tanguy Perron précise que Carpita reçut l’aide de Marcel Royne, ingénieur du son de Jean Vigo, du musicien Jean Wiener et de la monteuse Suzanne de Troie (« De quelques hommes qui marchent dans la ville », Le Néoréalisme italien, CinémAction, n° 70, 1994, p. 190-197).

197 Lettre de Paul Carpita à Zoobabel film, 21 juin 1988

198 Marc Vernet, « Si Orphée se retourne, Madame Dupont lui sourira. À propos du Rendez-vous des quais de Paul Carpita (1953-1955) ». Cinémathèque n° 1, printemps 1992, éditions La Cinémathèque française et Yellow now, p. 96.

199 La Vie ouvrière, 26 juin au 2 juillet 1989.

200 Lita Mirial, de son vrai nom Lita Cuesta, commence sa carrière lors du concours « Ma première chanson » en 1948. Le 3 août 1952, elle anime la fête de La Marseillaise. En juin 1954, elle accompagne la tournée de Luis Mariano. Présenté comme un chanteur « genre Montand » issu du monde ouvrier, Raymond Mamoudy est maintenant proclamé « révélation de l’année » Né le 30 janvier 1927 à Marseille, il a été successivement apprenti graveur, manœuvre, piqueur de sel, ouvrier des produits chimiques. Après avoir animé des soirées au profit du PCF au sein du music-hall populaire, il « monte » lui aussi tenter sa chance à Paris en janvier 1955.

201 La Marseillaise, 27 juillet 1952.

202 La Marseillaise, 17 août 1952.

203 La Marseillaise, 14 septembre 1952.

204 La jeunesse d’Yves Montand ressemble à celle de beaucoup d’enfants d’immigrés italiens. Il quitte l’école dès l’âge de onze ans pour aller travailler en usine. Embauché par la suite dans le salon de coiffure de sa sœur, il passe son CAP avant de débuter une carrière de chanteur en 1938.

205 La Marseillaise, 24 août 1952.

206 La Marseillaise, 16 mai 1953.

207 Provence-Nouvelle, 3 au 10 juillet 1953.

208 Marc Lazar, « Le réalisme socialiste aux couleurs de la France », L’Histoire, mars 1982, p. 70.

209 Déclaration de Jacqueline Serra, 8 avril 1999. Le décès de la mère de l’artiste en 1951 a aussi joué un rôle dans son évolution.

210 La Marseillaise, 13 juin 1954.

211 Aucune projection ultérieure de cette œuvre ne sera mentionnée par la suite dans le quotidien communiste.

Table des illustrations

Titre L'implantation communiste dans le centre-ville (1949-1954)
Légende 1. SPF, UJRF, Traminots CGT2. France-URSS (1949)3. France-URSS (1950)4. UJRE5. France-URSS (1953)6. CPL, FNDIRP7. UNI8. UFF, UJFF9. Mouvement de la paix10. Syndicat CGT des officiers de la marine marchande11. Tourisme et Travail12. FNDIRP (1948)13. Fédération communiste des Bouches-du-Rhône (1953)14. FORR, Comité de défense des immigrés15. Fédération communiste des Bouches-du-Rhône (1951)16. FORR (1950)17. Comité pour la paix au Viêt-nam18. MPF19. La Marseillaise20. Syndicat CGT des typographes (1951-1952)21. Section communiste du Centre, UJRF (1952-1954)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/904/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre L’occupation du terrain en 1949
Légende (1) : UN : Université nouvelle.
Crédits Sources : Toutes les éditions de 1949 de La Marseillaise.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/904/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre L’occupation du terrain en 1953
Légende (1) : Jean-Pierre.
Crédits Sources : Toutes les éditions de 1953 de La Marseillaise.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/904/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre La grève des dockers
Légende Première version du tableau. La seconde figure en page de couverture. © Jacqueline Serra.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/904/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 446k

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable