Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les communistes à Marseille à l’apogée de la guerre froide 1949-1954

 | 
Jean-Claude Lahaxe

Engagements et pratiques

Texte intégral

1Les engagements des communistes marseillais peuvent-ils se résumer à une simple mise en œuvre de décisions venues de Paris ou de Moscou ou bien la position géographique privilégiée de leur ville favorisa-t-elle des initiatives locales ? La réponse à cette interrogation conduira à déterminer quel fut le degré exact d’autonomie dont disposa la fédération des Bouches-du-Rhône en ces années froides. Une étude du contexte de la période et des stratégies adoptées par le PCF s’impose donc en préalable à cette réflexion.

  • 1 Danielle Tartakowsky, op. cit., p. 571.
  • 2 René Rémond, Notre siècle. De 1918 à 1991, Collection Histoire de France, Le Livre de Poche, Référe (...)

2Les premiers mois de l’année 1949 correspondent à un accroissement de la tension entre les deux blocs. Face à la FSM existe, depuis le 7 décembre de l’année précédente, une Confédération internationale des syndicats libres. Les États-Unis continuent la poursuite des pourparlers qui aboutissent le 4 avril à la mise en œuvre du Pacte atlantique. De plus en plus intégrée dans le bloc occidental, la France éprouve de grandes difficultés pour renforcer son potentiel militaire face à un conflit indochinois en pleine mutation. Coloniale au départ, la guerre s’oriente progressivement vers un affrontement à l’aspect beaucoup plus international. C’est dans ce contexte que, dans l’édition de janvier 1949 des Cahiers du communisme, Maurice Thorez met en avant le concept de « grève politique de masses ». Le Bureau politique lance le 20 janvier le mot d’ordre de lutte contre la guerre d’Indochine. En février, lors de la clôture de la conférence de la fédération de la Seine, Maurice Thorez prône la lutte politique de masse contre la fabrication et la manipulation des armes. S’agit-il, ainsi que l’avance Danielle Tartakowsky, de réussir des « démonstrations » qui « ne visent à rien d’autre (ou rien de moins) qu’à la construction d’un mouvement d’opinion susceptible de peser à l’échelle mondiale »1 ? Associé à la lutte anticolonialiste, ce combat servirait les intérêts de l’URSS qui bénéficierait d’« une éclatante supériorité stratégique » en cas d’interdiction de l’arme atomique et améliorerait ses positions en Asie2. La résolution finale adoptée par le Kominform en novembre 1949 insiste elle aussi sur l’importance d’amener les masses à défendre la paix. Des directives similaires sont votées le 10 décembre à l’issue des travaux du Comité central dont les travaux s’ouvrent sur un rapport d’Étienne Fajon intitulé « La lutte pour la paix ».

  • 3 Maurice Thorez, « Le parti communiste, parti de la paix, parti de l’avenir », Cahiers du communisme(...)
  • 4 « Les Américains utilisent des gaz asphyxiants en Corée. Ils ont exterminé 72 390 personnes pendant (...)

3Le printemps 1950 est marqué par un changement de tactique du PCF. Aux actions de masse se substituent les collectes de signatures et les campagnes de soutien aux militants emprisonnés. Le 6 avril, dans le rapport qu’il prononce pour clôturer le XIIe congrès, Maurice Thorez déclare que, puisque « la paix ne tient qu’à un fil », les communistes doivent assurer sa défense en contribuant au succès de l’appel de Stockholm3. Les 10 et 24 juillet 1950, le Secrétariat demande de lier dans la même réprobation « l’agression » américaine contre la Corée, la guerre d’Indochine et les projets de réarmement de l’Allemagne de l’Ouest4. Le Parti communiste se montre tout aussi hostile au projet d’armée européenne avancé par René Pleven. À la suite du désastre de Cao Bang, il appuie ses campagnes en faveur d’Henri Martin sur l’idée que la France ne peut plus gagner la guerre en Indochine.

  • 5 « Les Américains utilisent des gaz asphyxiants en Corée. Ils ont exterminé 72 390 personnes pendant (...)

4Événement aussi imprévisible que lourd de conséquences, l’état de santé de Maurice Thorez se détériore le 10 octobre 1950. Son départ pour l’Union soviétique conduit le Secrétariat puis le Bureau politique à confier à Jacques Duclos le soin d’assurer l’intérim. Une responsabilité lourde à assumer si l’on tient compte de l’influence au sein des instances dirigeantes de Jeannette Vermeersch épaulée par François Billoux, Étienne Fajon et Raymond Guyot et de la présence de personnalités aussi fortes que celles d’André Marty ou d’Auguste Lecœur. Confronté à ces problèmes internes, le PCF doit aussi faire face à une importante montée de l’anticommunisme. Le 12 septembre 1950, Jean-Paul David présente le mouvement Paix et Liberté. Le gouvernement français décide en janvier 1951 d’interdire la présence sur le territoire national des bureaux des grandes organisations internationales, FSM, FMJD et FDIF, accusées d’être des officines de Moscou. Cette tension accrue découle d’une détérioration de la situation internationale. La traque des « rouges » continue aux États-Unis tandis que les purges se poursuivent dans les pays de l’Est. L’ensemble de ces événements conduit le PCF à adopter une attitude beaucoup plus agressive au début de l’année 1951. Il lance ses militants parisiens dans une manifestation de rue pour protester contre l’installation en France du général Eisenhower. Le 6 mars, La Marseillaise dénonce pour la première fois l’utilisation de gaz mortels à laquelle se livreraient les Américains en Corée5.

  • 6 La Marseillaise, 27 juillet 1951.
  • 7 La Marseillaise, 8 septembre 1951.

5Même s’il demeure encore la première formation politique de France, le PCF perd, du fait de la loi sur les apparentements, de très nombreux sièges de députés lors des législatives du 17 juin 1951. Reçu le 26 juillet dans le cadre des consultations auxquelles se livre le président Auriol à la suite de la démission d’Henri Queuille, François Billoux présente pourtant un parti prêt à soutenir voire à participer à « un gouvernement qui suivrait une voie française »6 en faveur de la paix. Le 8 septembre, Jacques Duclos reprend ce type de proposition lorsqu’il affirme que les communistes s’opposeront aux côtés de tous les partisans de l’indépendance de la France, « sans distinction de condition sociale, d’opinion ou de croyance »7 à la ratification du plan Schuman et au réarmement de la RFA. Cette lutte se trouve brusquement prise à contre-pied le 10 mars 1952 lorsque Staline propose de conclure un traité de paix avec l’Allemagne dont l’unité serait rétablie.

  • 8 « Les tâches du Parti deux ans après le XIIe Congrès : Organiser et diriger l’action unie des masse (...)

6Lors de la neuvième session du Conseil atlantique qui se tient à Lisbonne du 20 au 23 février 1952, Edgar Faure finit par obtenir l’aide américaine dont le corps expéditionnaire français a un urgent besoin en Indochine. Persuadé qu’il est nécessaire d’agir contre le fascisme, le PCF lance ses militants dans la grève du 12 février. Lorsque le 6 mars suivant Antoine Pinay devient président du Conseil des ministres grâce à l’appui de certains députés RPF, le Parti déclare aussitôt voir dans cette élection un plan destiné, entre autre, à préparer la fascisation du pays au profit du général de Gaulle et à livrer l’Indochine aux Américains. De son séjour auprès de Maurice Thorez, François Billoux rapporte un texte qui est communiqué au Secrétariat et au Bureau politique le 11 avril. Face à la bourgeoisie française qui n’hésiterait pas à avoir « de plus en plus recours à des mesures de fascisation », les communistes doivent élever leurs actions « considérablement tant en quantité qu’en qualité »8. La tactique adoptée conduit un PCF de plus en plus isolé à se lancer dans la manifestation du 28 mai 1952. Officiellement destinée à protester contre l’arrivée à la tête des forces atlantiques du général Ridgway accusé d’être le responsable de la guerre bactériologique en Corée, la journée a surtout pour but de perturber la signature, les 26 et 27 mai, des accords de Bonn et de Paris.

  • 9 La Marseillaise, 20 juin 1952. Jacques Duclos en appelle à la création d’un « large front de lutte (...)

7Les conséquences des manifestations entreprises ce jour-là pèseront très lourdement pendant de longs mois sur le PCF. Jacques Duclos est malencontreusement arrêté. Persuadés de se trouver confrontés à un complot et aiguillonnés par leurs tendances anticommunistes, Léon Martinaud-Déplat et Charles Brune, respectivement garde des Sceaux et ministre de l’Intérieur, envisagent d’inculper pour atteinte à la sûreté de l’État tous les autres membres du Bureau politique. La survie du PCF suppose d’autant plus un changement radical de la ligne politique suivie jusqu’alors que la journée de grève nationale du 4 juin se solde par un échec. Les 6 et 8 juin, le bureau confédéral de la CGT met en avant l’association entre la défense des libertés syndicales et l’augmentation des salaires. Quelques jours plus tard, le Comité central souligne l’importance d’un « front de lutte commun de toutes les forces attachées au maintien de la paix » et invite les militants à assurer le succès d’actions légales en bannissant tout sectarisme et tout réflexe de repli sur soi9. Plusieurs éléments permettent au PCF de sortir de cette impasse. L’anticommunisme viscéral de ses adversaires rend crédible la menace du « complot » et l’aide à surmonter les perturbations liées à l’affaire Marty-Tillon. Le « miracle » Pinay, qui mettait à mal la thèse sur la misère croissante des travailleurs, enregistre de sérieux disfonctionnements. La lutte contre la CED permet de se rapprocher des gaullistes ou de responsables radicaux tels Édouard Herriot et Édouard Daladier. Le PCF profite de l’intérêt suscité par les ouvertures soviétiques : décisions prises lors du XIXe congrès, déclarations en octobre de Georges Malenkov sur la possibilité de coexistence pacifique entre systèmes différents, proposition de rencontre au sommet émise fin décembre 1952.

8Si le décès de Staline ne met pas un terme aux tentatives de détente avancées par Moscou, il entraîne par contre d’importantes répercussions au sein du PCF. Maurice Thorez revient en France, la ligne politique du Parti ne se limite plus à une opposition pure et dure. Reflet tardif de la manifestation Ridgway, le Secrétariat souligne encore le 5 mai 1953 l’importance de « considérer la lutte politique contre la guerre d’Indochine comme un élément essentiel de la lutte contre le complot ». Le 4 juin, les députés communistes refusent, comme ils l’ont fait lors des crises ministérielles précédentes, d’accorder leur confiance à Pierre Mendès-France. En approuvant les déclarations de ce dernier sur le conflit indochinois, le PCF accomplit par contre un premier pas vers sa réintégration dans le jeu politique national.

  • 10 La Marseillaise, 8 août 1953.
  • 11 Au début du mois de juillet 1953, la direction confédérale de la CGT a lancé le mot d’ordre d’obten (...)

9Le climat général de malaise qui se diffuse dans toutes les couches de la société française, l’opposition aux projets de décrets de René Mayer que Joseph Laniel, investi le 26 juin, a repris à son compte jouent un rôle décisif dans l’extension au niveau national du mouvement de grève qui débute le 4 août chez les postiers de Bordeaux. Pris au dépourvu par « la rapidité, l’impétuosité, l’unité du mouvement »10, les dirigeants communistes poussent la CGT à politiser les conflits en cours tout en laissant la porte ouverte à des négociations. Le 25 août, dernier jour de clémence fixé par le gouvernement, les emprisonnés de Fresnes sont libérés11. Les fédérations syndicales concernées se prononcent en faveur de la reprise du travail.

  • 12 Cahiers du communisme de juin/juillet 1954, p. 623. Maurice Thorez n’oublie pas de rappeler aussi l (...)

10En liaison avec la CGT qui lance le 3 octobre un mot d’ordre d’action pour imposer, entre autre, le rejet des accords de Bonn et de Paris et la négociation en Indochine, le Comité central précise le 23 octobre qu’il n’existe « rien de plus important, de plus urgent » que d’unir « tous les bons Français » autour de la lutte contre la sale guerre. L’évolution sensible du contexte international qui se produit alors modifie-t-elle les objectifs du combat pour la paix mené par le PCF ? Dans le message qu’il adresse au peuple américain dans les premiers jours de l’année 1954, Georges Malenkov affirme qu’il n’existe aucun obstacle « réel » empêchant une amélioration des relations entre son pays et les États-Unis. Le PCF n’en continue pas moins à accuser Eisenhower de vouloir imposer la CED à la France et fait de la lutte contre ce projet son objectif prioritaire. La question indochinoise revient pourtant au premier plan du fait de la dégradation de la situation des défenseurs de Dien Bien Phu. Estimant que « la situation politique est dans le moment présent dominée par la conférence de Genève », le Secrétariat décide le 6 mai d’orienter « les coups principaux » contre Georges Bidault et le MRP tout en mettant en garde les militants contre « le péril d’un quelconque désintéressement dans la lutte contre la CED ». Le 7 juin 1954, pour clôturer un congrès qui confirme la mise à l’écart d’Auguste Lecœur, Maurice Thorez réaffirme que le PCF soutiendra « toute politique »12 hostile aux accords de Bonn et de Paris, favorable à la paix en Indochine et à un pacte entre les cinq grands.

  • 13 La Marseillaise, 18 juin 1954.

11La chute de Joseph Laniel le 12 juin rendant d’actualité cette question du soutien communiste à un gouvernement « bourgeois », François Billoux annonce le 17 juin que son groupe accordera la confiance à Pierre Mendès-France pour permettre la signature d’un cessez-le-feu en Indochine même s’il émet « les plus extrêmes réserves »13 sur la politique sociale et européenne du futurprésident du Conseil. À la suite de la signature le 20 juillet à Genève de l’accord sur le cessez-le-feu en Indochine, la direction nationale du PCF appelle à une vigilance et à des actions accrues pour imposer la paix définitive, repousser la CED et éviter le début d’une nouvelle guerre coloniale en Afrique du Nord. Elle exige aussi que les revendications les plus urgentes soient satisfaites au plus vite grâce aux économies qui ne manqueront pas de résulter de la diminution des charges militaires. La résolution du 3 août précise toutefois qu’il convient, sans rien céder sur la CED « qui reste la question décisive », de ne pas perturber l’action du gouvernement pour ne pas courir le risque de favoriser le retour à la politique antérieure. Le 10 août, les députés communistes approuvent l’initiative tunisienne du 31 juillet et se contentent de s’abstenir sur la question des pouvoirs spéciaux. Dès l’adoption le 30 août par l’Assemblée nationale de la question préalable, le PCF lance un appel à tous les Français pour qu’ils imposent le plan de paix proposé depuis le 24 juillet par l’Union soviétique.

  • 14 Danielle Tartakowsky, op. cit., p. 572.

12Ce rappel préalable du contexte général permet de constater qu’à partir de 1949, avec l’implication de plus en plus marquée de la France dans les différents dossiers de la Guerre froide et de la décolonisation, le Parti communiste privilégie le combat pour la défense de la paix. Cette priorité le pousse à infléchir la nature des grèves initiées par ses cadres militants au sein de la CGT. Elle contribue à lancer ses membres actifs dans des confrontations tendues avec les forces de l’ordre. Le PCF demande aussi à ses adhérents de s’impliquer toujours plus pour assurer le succès auprès de la population de Marseille et du département des consultations successives qu’il supervise. Il attend enfin de ses militants qu’ils assurent le succès des candidats qu’il présente lors de chaque échéance électorale. Faut-il, ainsi que l’affirme Danielle Tartakowsky, discerner, derrière cette multiplicité d’objectifs, la réaction d’un Parti qui, confronté à des contradictions politiques devenues « inextricables », est conduit à utiliser « des pratiques hétérogènes choisies en fonction de la conjoncture », « à chaque tâche (correspondant) son type de démonstration, en vertu d’une logique assurant le primat de la conjoncture »14.

Les grèves

  • 15 Bertrand Badie, Stratégie de la grève. Pour une approche fonctionnaliste du Parti communiste frança (...)

13Évoquant les conflits sociaux déclenchés par la CGT pendant la Guerre froide, Bertrand Badie conclut qu’à cette époque le PCF « cherchait à lancer des mouvements de grève destinés à répondre, en priorité, à des objectifs liés à la situation internationale » plutôt que « de s’adapter aux volontés revendicatives de la base » ce qui ne l’empêchait pas pour autant d’accorder « les plus grands soins à la sélection, à la formulation et à la transmission des revendications élaborées au sein de la classe ouvrière »15. Une telle dualité est-elle perceptible au niveau des conflits sociaux majeurs qui se déroulèrent à Marseille entre 1949 et 1954 ? Cinq cas de grèves ont été retenus pour tenter d’apporter une réponse à cette interrogation. Le conflit dans la réparation navale des deux premiers mois de l’année 1949 dans la mesure où il correspond à la période durant laquelle la défense de la paix devient une question prioritaire. Les actions menées par les dockers de la fin de l’année 1949 jusqu’au 18 avril 1950 qui tentent de se hisser au niveau des « actions de masse » attendues par la direction nationale du PCF. Les grèves des 12 février et 4 juin 1952 qui reflètent le durcissement de la ligne suivie par le Parti à l’époque. Les événements du mois d’août 1953 représentent, pour la période retenue, l’unique exemple d’un mouvement social de grande ampleur qui ne soit pas lancé par la CGT. La journée de grève nationale du 28 avril 1954, de par ses modalités de préparation particulières, représente quant à elle un autre cas de figure.

Le conflit de la réparation navale

  • 16 Robert Mencherini, op. cit., p. 25-47.

14Malgré la signature le 28 septembre 1948 d’un protocole d’accord, des travailleurs de la réparation navale se mettent en grève dès le 12 octobre pour protester contre les projets de licenciements auxquels songe un patronat confronté à une diminution des activités avec la fin des opérations de remise en état du port de Marseille. Le syndicat des métaux CGT décide de boycotter toute tâche entraînant une présence au delà de la quarantième heure en organisant des arrêts de travail limités et successifs. Ces grèves tournantes, qui débutent le 23 novembre dans l’entreprise Durbec et ne tardent pas à devenir quotidiennes, visent-elles à poursuivre l’« insurrection froide »16 dont parle Robert Mencherini pour définir les grèves de 1947 et 1948 ou bien ce conflit social est-il la première action lancée dans le cadre de la défense de la paix ?

  • 17 La Marseillaise, 4 janvier 1949.

15Larvée au départ, la grève prend de l’ampleur à la fin de l’année 1948. Le 31 décembre, le travail cesse dans plusieurs entreprises à la suite de la décision prise la veille par la direction de Terrin de renvoyer six délégués de chantier. Le 3 janvier 1949, les réunions organisées parmi les travailleurs de la SPCN, de Durbec, Groignard et Terrin débouchent sur la création d’un comité de coordination. La direction confédérale de la CGT espère bien utiliser le mouvement qui débute chez les métallos pour entraîner d’autres catégories de travailleurs dans une action qui s’orienterait vers une nouvelle offensive contre le plan Marshall accusé de déboucher sur « la suppression de notre indépendance, l’étouffement des libertés syndicales et le marasme de nos industries »17. La proposition de l’UGFF d’organiser une journée nationale de lutte pour la révision des indices ainsi que la venue à Marseille de Marcel Dufriche illustrent cette volonté. Assisté par Lucien Molino, le représentant de la direction confédérale réunit le 9 janvier les responsables syndicaux marseillais pour les convaincre de la nécessité de développer le combat syndical contre le plan Marshall et la préparation de la guerre.

  • 18 Arch. dép., dossier W 393, rapport du 21 janvier 1949. Le 19 novembre 1948, le syndicat CGT des por (...)

16La poursuite du conflit entraîne un durcissement de part et d’autre. La direction des CAP ayant licencié 45 personnes le 11 janvier, le syndicat des métaux lance un mot d’ordre de grève dans les Bouches-du-Rhône pour le lendemain. Cette directive ne rencontre pas le succès escompté. Environ 15 000 métallos débraient dans le département mais les travailleurs de La Ciotat et de Port de Bouc ne s’associent pas au mouvement. Les rapports se détériorent encore plus le 17 janvier avec le licenciement de 94 salariés aux CAP et la plainte déposée par la direction de la SPCN à l’encontre de deux délégués du personnel. Dès le lendemain, la grève illimitée avec occupation des ateliers est votée au sein de ces deux établissements tandis qu’un arrêt de travail d’une journée est décidé chez Durbec et Groignard. Le 20 janvier 1949, Raymond Semat explique, aux membres du bureau de la fédération communiste et aux dirigeants de l’ud-CGT tout d’abord, puis à l’ensemble des cadres syndicaux, que, dans le cadre de la stratégie des grèves tournantes illimitées et après les conflits des mineurs et des marins, « celui des dockers n’ayant pu être déclenché »18, le tour des métallos est maintenant arrivé. Selon la stratégie définie par la direction confédérale de la CGT, le mouvement doit déboucher sur une extension généralisée des grèves.

17Le 1er février, 6 100 métallos marseillais sont en grève, l’usine Coder est occupée depuis la veille. Les premiers signes d’essoufflement du mouvement sont cependant perceptibles. Déjà, 230 salariés reprennent le travail aux CAP à la suite de l’envoi de convocations individuelles tandis que cadres, agents de maîtrise et mensuels de Coder votent à une forte majorité contre tout principe de grève, même limitée. Le 2 février, la direction de cette entreprise fait apposer une affiche à l’entrée de l’usine pour annoncer la fermeture de l’établissement et l’envoi ultérieur de lettres individuelles de convocation. Le même jour, une majorité des salariés de chez Terrin se prononce en faveur de la reprise du travail lors du référendum organisé par la direction. Un vote similaire en faveur de la fin du mouvement décide la direction de Groignard à fixer au 7 février la réouverture de l’entreprise. Les assemblées organisées ce jour-là pour renforcer la détermination des 4 000 salariés encore en grève, soit 45 % des effectifs totaux de ce secteur d’activité, ne peuvent empêcher dès le lendemain la reprise progressive du travail à la SPCN, aux CAP et chez Groignard. Le 9 février, ce sont environ 400 salariés qui reprennent le chemin de l’entreprise Coder. L’assemblée générale du 12, la réunion du 14 au matin à l’entrée de la SPCN ne parviennent pas à empêcher un redémarrage partiel de l’activité, reprise qu’un tract impute aussitôt à la rapacité des patrons et à la trahison de FO. Parallèlement, les hospitaliers CGT et FO en grève depuis le 4 février retournent au travail le 12, un accord national ayant été signé deux jours plus tôt. L’espoir de voir les luttes s’étendre à d’autres secteurs économiques s’estompe.

18Bien que le mouvement touche à sa fin, un tract du comité de grève intitulé « Sur le chemin de la Victoire ! » demande le 21 février aux métallos de fournir un ultime effort « pour défendre leur pain, pour défendre la paix ». La politisation du conflit transparaît dans ce texte. Le patronat « aux abois », la presse « pourrie » ainsi que « toute la réaction », le préfet, « nostalgique de Vichy » et adepte des « méthodes hitlériennes » telles le STO, sont accusés de vouloir briser un combat mené pour « la liberté républicaine » et la paix. À l’opposé de la détermination affichée dans ce tract, les dirigeants de la fédération communiste ne voient plus aucune perspective de succès depuis qu’une majorité des grévistes des CAP et de Groignard s’est prononcée en faveur de la reprise. Maintenir dans ces conditions un mot d’ordre de grève n’empêcherait pas un retour progressif à la normale. Effectué sous la pression des convocations individuelles, celui-ci se traduirait par un échec nettement plus retentissant pour la CGT. Aussi dans un communiqué publié le 22 février dans Provence-Nouvelle, et alors qu’une assemblée doit décider de l’issue de la grève à la SPCN, la commission exécutive du syndicat CGT des métaux prépare la reprise en rendant hommage aux « trente-six jours de lutte pour le pain et la paix » des travailleurs des CAP, de la SPCN et de Groignard. « Les milliardaires internationaux et leurs valets en France » qui voulaient tester leur combativité ont été obligés de renoncer à la préparation « hâtive, fébrile et désespérée » du futur conflit mondial. La lutte, souligne le communiqué, « n’a pas été inutile » puisqu’« elle a démasqué le gouvernement de misère » et montré le vrai visage d’exploiteurs du peuple des patrons. S’appuyant sur cette analyse, les cadres syndicaux épaulés par un représentant de l’union départementale doivent toutefois batailler ferme pour vaincre les réticences des 450 métallos présents dans la salle Ferrer. Ils s’appuient en particulier sur l’idée que la poursuite de la lutte sous des formes différentes au sein de l’usine permettra de ne pas laisser le champ libre à FO lors des très prochaines élections des délégués du personnel. Ils convient ceux qui ont reçu leur lettre de convocation à pénétrer le lendemain dans l’usine groupés derrière leurs délégués en chantant l’hymne national.

19L’issue des grèves est loin d’être positive pour le syndicat des métaux CGT. La direction des CAP a procédé à près d’une centaine de licenciements. Six délégués du personnel figurent parmi les ouvriers sanctionnés dans l’entreprise Groignard. À la SPCN, la grève s’achève sur le renvoi de 170 personnes dont l’ensemble des délégués syndicaux. Bien que Le Midi-Syndicaliste déclare encore dans son édition du 24 février au 3 mars 1949 que, « décidés à vaincre les métallos de la réparation navale entrent dans leur sixième semaine de grève », le mouvement ne se poursuit plus que dans les entreprises Durbec, Paoli, SASE (Soudure autogène du Sud-est). Tout au long du mois de mars, les dirigeants syndicaux tentent surtout d’obtenir la réintégration des travailleurs n’ayant pas déféré aux convocations.

Les mouvements de dockers

  • 19 La Marseillaise, 16 juillet 1949.
  • 20 André Fressinet est secrétaire du syndicat CGT des marins de Marseille. Voir les détails de sa biog (...)
  • 21 La Marseillaise, 8 octobre 1949.
  • 22 La Marseillaise, 9 octobre 1949.

20La grève des dockers qui débute le 10 mars 1950 représente l’aboutissement d’une longue période d’agitation sur le port de Marseille. Le 12 juin 1949, à l’issue du congrès de l’ud-CGT, Lucien Molino demande déjà « qu’une action immédiate soit engagée après avoir fait appel à toute la population, à tous les travailleurs et que le chargement et le transport des armes et des munitions pour l’Indochine soit arrêté ». Le 19 juin, à l’occasion de la fête de la Paix qui se déroule au parc Chanot, est adoptée la résolution d’intensifier la lutte afin que « plus un seul bateau ne puisse mener des troupes combattre au Viêt-nam ». Deux jours plus tard, les Combattants de la paix et de la liberté en appellent à la constitution dans tout Marseille de comités d’action pour la paix au Vietnam. Signe supplémentaire de la volonté des dirigeants communistes de développer la lutte sur les quais, le 15 juillet débute la conférence internationale des marins et dockers en présence de Louis Saillant, secrétaire général de la FSM et d’Augustin Gruenais, secrétaire de la Fédération nationale des marins de France. Cette rencontre aboutit à la création de l’Union Internationale des Marins, Dockers, Fluviaux, Pêcheurs et Travailleurs des Ports (département professionnel de la FSM) destinée à organiser la lutte des gens de mer à travers le monde « pour une paix durable, pour la liberté et la démocratie, afin d’assurer aux travailleurs un avenir radieux »19. Le choix de Marseille comme siège d’une organisation dont André Fressinet20 devient le secrétaire général est révélateur de la place privilégiée réservée à la ville et à son port dans la stratégie globale du mouvement communiste. Cependant, si le 24 juin Pierre Doize et Victor Gagnaire font adopter par les dockers une résolution proclamant leur volonté de faire cesser la guerre, les débrayages qui affectent le port le 28 juillet ainsi que les 1er et 8 août sont avant tout liés à la question de la prime de départ en vacances. Les résultats obtenus sont-ils jugés insuffisants par la direction nationale du PCF ? Bien qu’il soit déjà venu au mois de juin pour superviser le congrès de l’union départementale CGT, Benoît Frachon, officiellement envoyé à Marseille pour réorganiser le travail des organisations politiques et syndicales locales, consacre une bonne partie de ses interventions du 7 octobre 1949 à expliquer aux membres du bureau de l’UD en quoi la démission du gouvernement Queuille bouleverse la donne politique. Selon lui, « une majorité de travailleurs est maintenant convaincue de la possibilité d’imposer un renversement de la politique actuelle » et réclame « un gouvernement d’union démocratique qui fera la politique du peuple en s’appuyant sur le peuple », première étape de la marche vers le socialisme21. Le lendemain, devant des représentants de chaque syndicat, unions locales et intersyndicales et de membres de la commission administrative, Benoît Frachon revient sur l’idée que la classe ouvrière, sur « le chemin de la reconstitution pratique de son unité », peut « faire reculer la guerre », « sauver notre industrie, notre économie nationale »22. Il est donc décisif d’éviter que les masses ne soient « dupées » comme en 1948. À l’opposé de « la partie la plus avancée de la classe ouvrière », éclairée depuis deux ans par le Parti, les travailleurs n’ont pas saisi à cette époque les méfaits à venir du plan Marshall. Cette faiblesse résulte, selon lui, des insuffisances des cadres syndicaux locaux incapables de comprendre la portée et donc de populariser au sein des masses l’analyse de la situation effectuée par Maurice Thorez.

  • 23 Arch. dép., dossier 148 W 382, compte rendu de l’assemblée..

21S’agit-il d’une réaction aux admonestations de Benoît Frachon ? Le 11 octobre, une réunion des conseils des syndicats des inscrits maritimes et des dockers CGT de Marseille décide la création d’une commission mixte destinée à l’étude des mesures communes de lutte contre la guerre d’Indochine. Le stade des déclarations d’intention n’est pourtant pas dépassé puisque la possibilité d’un refus systématique de charger des armes est seulement envisagée. À l’opposé, une des deux résolutions adoptées à l’issue de l’assemblée du 30 octobre demande aux dockers de passer à des actions concrètes à partir du 2 novembre23. Un appel est lancé à « toutes les organisations syndicales touchant de près ces expéditions » afin qu’elles soutiennent cette action.

Les premiers affrontements

  • 24 Voir Jean-Claude Lahaxe, Les mouvements de dockers (Novembre 1949 - Avril 1950). Reflet de la guerr (...)
  • 25 Les dockers travaillant sur les navires en partance pour cette destination doivent remettre leurs c (...)
  • 26 La Marseillaise, 7 novembre 1949.

22L’équipe de dockers en poste sur le Montbéliard refuse le 2 novembre d’embarquer des camions de l’armée. Ses membres se voient aussitôt privés du salaire correspondant aux heures déjà effectuées24. La fermeté des autorités portuaires explique le peu d’écho que rencontrent les jours suivants les tentatives de débrayage que s’efforcent de déclencher les responsables syndicaux. La perspective de renoncer à des journées de salaire, voire de mettre en péril leur statut professionnel pour une cause extérieure à leurs préoccupations immédiates n’enthousiasme guère des dockers aux conditions d’existence précaires25. La CGT ne désespère pas pour autant de lancer des actions sur une plus vaste envergure. C’est à Marseille que se déroule à partir du 3 novembre le 38e congrès national des marins et pêcheurs CGT. Augustin Gruenais y dénonce les préparatifs de guerre mondiale auxquels se livreraient les capitalistes soucieux d’échapper à la crise. Jules Racamond explique de son côté que « le Syndicat, organisation naturelle des travailleurs pour défendre leur pain, leurs droits est aussi l’organisation par laquelle ils doivent défendre leur peau »26.

23Le 7 novembre, jour de la grève nationale pour la prime de 3 000 francs et les conventions collectives, 2 780 dockers débraient et une résolution proclame la détermination des travailleurs du port de ne plus embarquer « une arme, une balle » pour l’Indochine ainsi que leur volonté de ne plus œuvrer en présence des forces de l’ordre. Tandis que le directeur du port, après avoir noté une progression du nombre des embauches volontaires et le refus de la grève manifesté par les cadres et des agents de maîtrise, décide de poursuivre sa politique de grande fermeté, le syndicat des dockers ne cesse de son côté de pousser à l’action. Jour après jour, Victor Gagnaire et Marcel Andréani tentent de convaincre les équipes de débrayer en venant les haranguer sur le lieu de leur travail chaque fois que l’absence des CRS rend l’accès possible aux navires sur lesquels des armes sont chargées. Si les dockers cessent toute activité pour les écouter, ils reprennent le travail dès leur départ. Cette implication permanente conduit à un accrochage le 24 novembre entre un chef d’équipe et Marcel Andréani à qui, le soir même, le BCMO inflige un retrait temporaire de sa carte d’accès au port.

24Lancée par Force ouvrière et récupérée par la CGT, la décision de faire du 25 novembre une journée de grève générale a pour origine le désaccord existant entre Georges Bidault et les centrales syndicales sur la question de la prime unique et exceptionnelle de 3 000 francs ainsi que sur les projets relatifs aux conventions collectives et à la procédure de conciliation et d’arbitrage. Utilisant le succès représenté ce jour-là par le débrayage de 3 200 travailleurs du port, le syndicat CGT des dockers lance le 7 décembre une nouvelle action de vingt-quatre heures pour protester contre l’interdiction d’accès aux quais qui vient de frapper Marcel Andréani. Si le mot d’ordre est suivi d’une manière quasi générale dans la matinée, le recours au système de l’embauche libre permet de faire travailler durant l’après-midi 162 dockers occasionnels. Cette présence, la plus importante depuis la Libération pour un jour de grève, dénote que l’emprise de la CGT sur le port commence à s’effriter. Le syndicat des dockers perd en outre une de ses positions importantes avec l’exclusion du BCMO de Marcel Andréani.

  • 27 Propos rapportés par Albert Brachet le 29 novembre 1996.
  • 28 Le 29 novembre, André Carrel rédige le premier d’une série d’éditoriaux hostiles au conflit. Le 16 (...)

25Si l’influence des directives émises par le PCF se fait sentir sur une fraction des travailleurs du port, elle se révèle peu sensible au sein des autres corporations. Le syndicat CGT des transports se contente par exemple d’adopter le 30 novembre une résolution de principe condamnant le conflit en Indochine. Selon Albert Brachet qui assistait ce jour-là à la réunion, son secrétaire aurait déclaré pour justifier sa tiédeur : « Moi, je veux pas y mettre le doigt dans une histoire comme ça. Parce que si j’y mets le doigt, je passe le bras et après j’y passe totalement… »27. Les multiples exhortations émanant de la presse communiste ou des responsables politiques et syndicaux ne suscitent que de nouvelles promesses d’engagement28. Le 30 décembre par exemple, les cadres cheminots se contentent d’engager leurs camarades à refuser tout transport de matériel de guerre mais ne donnent aucune consigne d’action.

  • 29 La Marseillaise, 4 février 1950.

26Profitant de la vive agitation sociale qui marque les premiers mois de l’année 1950, le PCF s’efforce de lier le mécontentement des travailleurs au combat pour la défense de la paix. La loi sur les conventions collectives est adoptée par les députés dans la nuit du 4 au 5 janvier. Le Parti communiste et la CGT intègrent rapidement dans leur plate-forme revendicative l’initiative du député socialiste Augustin Laurent qui propose le paiement d’une prime exceptionnelle de 3 000 francs analogue à celle versée en 1949. Lucien Molino demande le 24 janvier de passer aux actes pour exiger tout de suite son versement. Deux jours plus tard, il recommande travailleurs de constituer partout des comités d’unité d’action. Ces deux appels, repris les jours suivants dans les résolutions adoptées par les diverses branches syndicales, associent la satisfaction des revendications à un cessez-le-feu immédiat en Indochine et à l’arrêt des préparatifs d’un troisième conflit mondial. Robert Hernio le secrétaire de la Fédération CGT des cheminots, explique le 3 février aux travailleurs de sa corporation que lutter pour les 3 000 francs c’est aussi « empêcher le démembrement de la SNCF au profit du budget de guerre »29, multiplier les comités de paix et refuser tout transport de matériel militaire. Le 12 février, les députés, communistes compris, votent en faveur d’un projet permettant l’établissement des conventions collectives à l’échelle nationale, régionale ou même locale. Le texte adopté rend obligatoire la conciliation en cas de conflit du travail. La loi ne répondant pas aux attentes immédiates des travailleurs, la direction confédérale de la CGT voit dans ce mécontentement la possibilité de lancer de nouvelles actions susceptibles de déboucher sur une grève générale.

27Lancé le 7 février par les gaziers et les électriciens de la région parisienne, le mouvement débute à Marseille avec le débrayage deux jours plus tard de 70 % des salariés de la métallurgie. Le lendemain, les usines Terrin, Duclos, Durbec et les ADN demeurent paralysées tandis qu’une plate-forme revendicative commune est adoptée par les Fédérations CGT et CFTC de la métallurgie. Le refus patronal d’accorder la prime réclamée conduit le 22 février FO et la CGT à se prononcer en faveur d’une grève illimitée. Un comité de lutte de la métallurgie est constitué deux jours plus tard par la CGT, la CFTC et la CTI qui jugent insuffisants les 5 % d’augmentation proposés. Le référendum du 27 février marque une nette victoire des partisans de la grève. Les ADN sont occupées, des piquets de grève s’installent à l’entrée des établissements Duclos et des CAP. La SPCN est occupée à son tour le lendemain matin. Le travail est par contre normal chez Durbec, Groignard et Terrin, établissements dans lesquels aucun référendum n’a été organisé.

28D’autres secteurs passent à leur tour à l’action. Les réunions se multiplient pour pousser au débrayage les travailleurs des divers chantiers du bâtiment de la ville. La pression exercée par les responsables syndicaux débouche le 28 février sur un arrêt de travail de vingt-quatre heures des gaziers et électriciens. Par opposition à cette montée des revendications, la journée nationale de grève sur les ports du 27 février se solde par un échec assez sensible, 781 personnes se présentant à l’embauche lors du premier shift. Ce manque de succès résulte-t-il du déplacement, le 19 février, du mouvement local initialement prévu pour le lendemain ou traduit-il plutôt l’impossibilité de passer pour l’instant à une action de plus ample envergure ? Même si le 1er mars, l’ud-CGT annonce que la victoire est proche car la résistance patronale commence à faiblir, la détermination des métallos est loin d’être aussi forte. Les salariés de Coder ont repris leurs activités à la suite des propositions patronales. Toujours en ce 1er mars, alors que les CRS font évacuer les ADN, les Autonomes et FO se déclarent favorables à un arbitrage préfectoral du conflit chez Terrin. Lors du vote du lendemain, seule une courte majorité se dégage en faveur de la poursuite du mouvement. Le 3 mars, des reprises de travail partielles se produisent aux CAP et à la SPCN tandis que le vote en faveur de la poursuite de la grève illimitée chez Groignard ne l’emporte que de justesse. La dispersion du piquet de grève placé devant les établissements Duclos s’effectue le lendemain sans aucun incident.

  • 30 La Marseillaise, 4 mars 1950.
  • 31 Le 3 mars, le vote de la loi contre le sabotage a été marqué par de vifs incidents provoqués par le (...)
  • 32 Arch. cent.

29La direction confédérale cherche-t-elle à inverser cette tendance à l’essoufflement en envoyant sur place plusieurs de ses responsables nationaux ? Le 1er mars déjà, Secrestan, le secrétaire de la Fédération nationale du bois, s’est rendu à Marseille. Deux jours plus tard, s’adressant aux cadres syndicaux réunis à la nouvelle Bourse du Travail, Henri Raynaud revient sur les erreurs commises lors des mouvements sociaux des deux années précédentes. L’échec de 1947 découle, selon son analyse, de l’erreur d’avoir « trop précipitamment jeté dans la lutte » aux côtés de métallos « toute une série de corporations qui n’étaient pas prêtes »30. La position aventuriste de 1947, ajoute le secrétaire confédéral, a cédé la place l’année suivante à un attentisme catastrophique, « plusieurs grandes corporations » s’avérant incapables de profiter de la grève des mineurs « pour poser fermement leurs propres revendications ». Concluant son intervention, Henri Raynaud précise qu’il convient maintenant de « poser partout, sans distinction dans le secteur privé comme dans le secteur public, au même moment et partout, la lutte pour les trois mille francs ». Présent à Marseille le 8 mars, Chaintreuil, le secrétaire national de la Fédération du bâtiment, prédit à son tour la proche défaite des patrons malgré l’adoption des lois « super scélérates »31. Visiblement, la CGT tente de pousser le mouvement aussi loin que possible. Dans quel but ? Analysant le déroulement des grèves, le Secrétariat du PCF estime le 7 mars qu’une victoire du mouvement social renforcerait la défense de la paix et des libertés32. Ces efforts peuvent-ils déboucher sur un mouvement de longue durée ? Un nouvel arrêt de travail le 8 mars des salariés de Coder mobilisés par plusieurs réunions tenues la veille n’inverse pas la tendance à l’effritement de la volonté de lutte de la base. La grève illimitée votée le 4 mars s’essouffle aussi dans le secteur du bâtiment. Le 8 mars à minuit par contre, les trois-quarts des agents du gaz et de l’électricité cessent le travail malgré le décret de réquisition signé le jour même par leur ministre de tutelle. Confortés par le succès de la grève du 6, les responsables du syndicat CGT des tramways décident d’organiser un référendum le 10 mars. Une grève de vingt-quatre heures de tous les transports est fixée pour ce même jour par la CGT et la CFTC. Toutes ces actions visent-elles à paralyser la ville le jour où doit débuter la grève générale des dockers ?

Quarante jours de grève : contexte national ou spécificité locale ?

30La grève débute dans un climat déjà alourdi par les retraits temporaires ou définitifs de plusieurs centaines de cartes d’accès portuaire. Elle a été préparée par de multiples assemblées destinées à mobiliser toutes les catégories de travailleurs et en particulier les agents de maîtrise. Votes significatifs ? La majorité des participants à ces réunions se détermine en faveur de l’action préconisée. Votes représentatifs ? Une grande partie des travailleurs n’assiste pas à ces réunions. Indifférence, peur des sanctions, opposition à l’idée de grève, hostilité à la CGT peuvent expliquer cette participation limitée. Des tracts ont pourtant été distribués pour inviter les travailleurs du port à cesser toute activité pour obtenir la prime d’attente de 3 000 francs, la revalorisation des salaires, le dépassement des conventions collectives régissant le travail sur le port de Marseille. Sont aussi dénoncées les menaces de chômage liées à la modernisation des moyens techniques et au retour au système de deux vacations de quatre heures. Le gouvernement est accusé de remettre en cause le statut de 1947 et de menacer les libertés des travailleurs avec ses lois imaginées pour protéger « les chéquards et les gangsters ».

  • 33 Arch. dép., dossier 148 W 382. Dans un communiqué publié dans Le Méridional des 11 et 12 mars, FO r (...)

31Si 559 personnes se présentent au centre d’embauche de la Joliette le matin du 10 mars, il n’y a que 180 volontaires l’après-midi. Le nombre des agents de maîtrise, respectivement trente-cinq et six pour les deux shifts de la journée, est particulièrement faible. Au cap Janet, la main-d’œuvre se réduit à quatre personnes le matin et à cinquante durant l’après-midi. Deux mille dockers réunis au cinéma Saint-Lazare votent par contre en faveur de la grève illimitée et adoptent une résolution hostile aux lois scélérates et à la guerre en Indochine. Les autres organisations syndicales présentes sur le port se voient proposer une participation fraternelle au comité central de grève. Une menace implicite, seuls des « ennemis de la classe ouvrière » sont susceptibles de refuser de s’associer au mouvement, accompagne cette offre33. Ce sont pourtant, au mépris des déclarations de solidarité, surtout des travailleurs nord-africains au chômage et des grévistes de la métallurgie qui se sont présentés à l’embauche. Cette réserve de main-d’œuvre permet, dès les jours suivants, une reprise de l’activité portuaire malgré les fortes pressions exercées sur les non-grévistes par les militants de la CGT. Plus de 1 000 personnes travaillent le 16 mars, près de 2 000 le 20 mars. En application des mesures décidées par les autorités, cette main-d’œuvre civile est épaulée dès le 11 mars par 200 hommes de troupe et par des spécialistes du génie.

32L’activité sur le port reste cependant perturbée du fait de la présence de seulement 40 à 60 agents de maîtrise entre les 10 et 21 mars, effectif nettement insuffisant pour encadrer toutes les équipes susceptibles d’être formées. La grève de cette catégorie de personnel résulte de la forte pression exercée par le syndicat CGT des dockers pour contrebalancer l’effet des réquisitions envoyées par les pouvoirs publics et aboutir au rejet du protocole d’accord tout juste signé entre la CGC et les acconiers.

  • 34 Arch. cent. Ce jour-là, le Secrétariat indique aussi qu’il convient de « marquer également la tenda (...)

33La croyance à l’extension possible des grèves est alimentée par le Secrétariat du PCF qui, à l’issue de sa réunion du 13 mars, donne pour instruction de continuer à affirmer qu’il existe « une volonté de lutte grandissante des ouvriers »34. Or, contrairement à cette attente, le syndicat CGT de la métallurgie demande le 14 mars la reprise des pourparlers tandis qu’aux établissements Coder la grève perd progressivement de son ampleur depuis que les responsables de FO se sont prononcés en faveur de l’arrêt du mouvement. L’assemblée organisée le 18 mars au cinéma Saint-Lazare en présence de deux secrétaires généraux des syndicats CFTC et CGT de la métallurgie, Bobin et Ambroize Croizat ne parvient pas à inverser la tendance à l’effritement du conflit. Les grévistes CGT du gaz et de l’électricité ne peuvent de leur côté empêcher les pouvoirs publics de reprendre le contrôle de la situation grâce à la présence de cadres, de militaires et de marins pompiers. Dès le 15 mars, la production de gaz s’élève aux trois-quarts de la normale. Sur ordre du préfet, les CRS font évacuer ce jour-là la centrale du cap Pinède dans laquelle les employés requis venaient mais refusaient de travailler. En représailles, les grévistes qui occupaient les installations d’Arenc évacuent les lieux qu’ils laissent sans surveillance technique. La fin du mouvement est prévisible aussi dans les secteurs du bois et du bâtiment depuis que les patrons ont décidé d’organiser des référendums sur la reprise du travail. La grève générale qu’escomptait déclencher le syndicat CGT des tramways pour accroître les difficultés de déplacement des postulants à l’embauche et rendre ainsi plus aléatoire la reprise sur le port ne se déclenche pas. Le référendum organisé parmi les salariés dégage bien une majorité de 56 % en faveur de la grève illimitée mais aucune date n’est décidée quant au début de cette action. Les syndicats FO et Autonomes écartant le 15 mars le projet de grève, la CGT doit y renoncer à son tour.

34Le 21 mars, des accrochages se produisent entre des dockers grévistes mobilisés par Mireille Dumont à la sortie d’une réunion au cinéma Saint-Lazare et des non grévistes remontant la rue de Forbin ou attendant leur tramway au boulevard Maritime. Les forces de l’ordre interviennent et s’opposent à plusieurs centaines de personnes massées devant le siège du syndicat. Alors que le calme semble revenu, des bûches sont jetées par la fenêtre en direction des policiers. L’immeuble est investi. Victor Gagnaire et Marcel Andréani se retrouvent écroués aux Baumettes sous l’inculpation d’outrages à agents, violence et rébellion. Cette agression en apparence gratuite correspond-elle à une réaction émotionnelle liée au climat tendu du moment ? S’agit-il d’un acte mûrement réfléchi destiné à relancer la grève sur le port en jouant sur la solidarité qui ne peut manquer de se développer à la suite de ces incarcérations ? De fait, de très nombreux télégrammes de protestation sont expédiés aux pouvoirs publics dès le lendemain. Placé sous la direction de Modeste Minana, le nouveau comité de grève reconstitué dès le 22 mars appelle la population de Marseille à protester contre des mesures dignes du temps de Vichy et de la Gestapo. Le même jour, la CGT lance un ordre de grève sans préavis dans les tramways. Le 23, les secrétaires des différentes sections syndicales de la ville écoutent Gaston Monmousseau leur expliquer le sens de la lutte pour les 3 000 francs et l’importance décisive de développer la solidarité ouvrière au profit des dockers en lutte.

35Malgré ce déploiement d’efforts, la tendance générale s’oriente plutôt vers une fin des mouvements en cours. Le durcissement des prises de position des responsables de la CGT lors des assemblées communes, en particulier des déclarations hostiles à l’arrivée des armes américaines ou à la guerre en Indochine, conduit le syndicat CFTC de la métallurgie à se retirer le 23 mars du comité de grève. Deux jours plus tard, un membre du bureau syndical CGT de l’électricité, vient expliquer, en présence des responsables de FO et de la CFTC, que, prenant en compte les propositions du gouvernement, le comité national de grève a fixé au 27 la reprise du travail. Le 30 mars, le mouvement ne persiste plus que chez Duclos tandis que la production de gaz évolue vers la normale. Le syndicat CGT des ports et docks tente pourtant encore d’inverser cette tendance à la reprise. En réponse aux arrestations du 21 mars, un mot d’ordre de grève nationale de solidarité est lancé pour le 27 mars. Le succès qu’il rencontre à Marseille encourage les dirigeants syndicaux à poursuivre leurs efforts. Avec l’aide de Marcel Baudin, vingt-neuf assemblées générales et réunions de cadres syndicaux sont organisées entre les 29 et 31 mars pour justifier la lutte des dockers en faveur de la paix et contre la guerre d’Indochine. Signe d’une radicalisation du mouvement, ces deux questions qui étaient pratiquement passées sous silence au début de la grève sont maintenant mentionnées en permanence et associées au combat pour les revendications. Les perspectives de succès évoquées sont toutefois démenties par les faits. Alors que 3 000 travailleurs sont présents sur le port le 29 mars, 1 000 dockers seulement assistent aux assemblées des 30 et 31 mars. Une pression constante permet par contre à la CGT de contrecarrer l’effet des sanctions requises à l’encontre de vingt-huit agents de maîtrise ayant refusé de déférer à leur lettre de réquisition. Une quarantaine d’entre eux seulement reprend le travail.

  • 35 La Marseillaise, 5 avril 1950.
  • 36 Ibidem.

36Le 3 avril, lors de la rencontre à Paris entre l’Union nationale des industries de manutention dans les ports français d’une part et les Fédérations CGT et FO des ports et docks de l’autre, la délégation patronale propose d’augmenter les sommes versées aussi bien en cas d’embauche que de vacation pointée et chômée. Elle subordonne l’entrée en vigueur de ces mesures à la reprise du travail et à l’ouverture immédiate dans chaque port de pourparlers sur les conventions collectives. La délégation de la CGT dirigée par Marcel Baudin acceptant ces propositions, une réunion est fixée au 7 avril à Marseille afin de discuter des modalités locales de leur application. Lors de l’assemblée du 4 avril, Albert Brachet et Jean Comiti qualifient les propositions patronales de la veille de « premier pas vers un règlement du conflit » et de « gage d’une victoire plus large, celle de la Paix, du Pain et de la Liberté »35. Ce succès, précisent-ils, découlera de la confiance des dockers en leurs dirigeants et en eux-mêmes ainsi que de leur capacité à convaincre, d’ici le 7 avril, « les quelques égarés qui travaillent encore »36 que leur présence sur le port affaiblira les positions de la délégation chargée d’imposer aux patrons le maintien des horaires antérieurs ainsi que les libérations de Victor Gagnaire et de Marcel Andréani. Dès le lendemain, un des points litigieux semble réglé puisque les deux responsables syndicaux sortent de la prison des Baumettes. Malgré ces libérations et les avancées salariales consenties par les acconiers, les négociations du 7 n’aboutissent pas. Elles achoppent sur les questions du shift intermédiaire et des licenciements. Les deux parties décident pourtant de reprendre les négociations le mardi 11 avril.

37Trois mille personnes viennent le 8 avril au cinéma Saint-Lazare pour écouter Victor Gagnaire et Marcel Andréani effectuer le compte rendu des discussions de la veille. Lucien Molino, revenu du XIIe congrès, lit un message du bureau confédéral de la CGT avant de remettre la somme d’un million de francs offerte par ce dernier. Tous les orateurs insistent sur l’importance de l’aide à apporter aux grévistes. Ils rendent les acconiers et le préfet responsables du blocage de la situation et subordonnent de nouveau la reprise du travail à la levée préalable des sanctions. Ils demandent à l’assistance un ultime effort pour obliger des patrons aux abois à céder sur ce point le 11 avril.

38Cette analyse optimiste ne correspond plus en fait qu’à un simple artifice destiné à maintenir intacte la mobilisation. Depuis le 4 avril en effet, le cap des 3 000 embauches quotidiennes est dépassé. Les grévistes s’inquiètent de l’entrée en vigueur prévue pour le 18 des nouvelles cartes d’accès au port. Ils craignent de ne pas obtenir ces nouveaux titres dont l’attribution dépend d’un nombre plancher de jours de présence. Une nette tendance à la reprise se manifeste aussi parmi les agents de maîtrise. Dès le 5 avril, plus de cent d’entre eux sont présents sur le port. Le 9 avril, pour la première fois depuis le début de la grève, des agents indépendants, applaudis par une partie de l’assistance, osent au cours d’une réunion se prononcer en faveur de la reprise du travail. Les cadres syndicaux CGT ne parviennent que difficilement à reprendre le contrôle de la salle. Confrontés à cette tendance à la reprise, ces derniers se retrouvent d’autant plus dans une impasse que les espoirs placés dans les négociations du 11 avril ne se concrétisent pas, le désaccord sur la question des sanctions restant total. Accepter une reprise du travail en capitulant sur ce point ferait perdre à la CGT tout crédit auprès des salariés du port. Prolonger une grève qui paralyse de moins en moins le trafic risque d’aboutir à un résultat similaire, les dockers n’hésitant déjà plus à revenir sur les quais en dépit des consignes syndicales. Lors de l’assemblée qui se déroule dans l’après-midi même du 11 avril, le syndicat des dockers parvient toutefois à faire adopter une résolution jurant de « continuer la lutte jusqu’à complète satisfaction ». Une délégation conduite par Marc Gimbert part pour Paris dans la soirée. Accompagnée par Marcel Baudin et Désiré Brest, elle tente en vain de rencontrer des responsables aux ministères de l’Intérieur, du Travail et des Travaux publics. Estimant contrôler parfaitement la situation, le gouvernement redoute que le simple fait d’accorder une entrevue à la délégation ne soit utilisé par la CGT pour relancer la grève.

39Le 14 avril, Victor Gagnaire reconnaît implicitement l’essoufflement de cette dernière lors de l’allocution qu’il prononce au cinéma Saint-Lazare. Tout en appelant à la poursuite de la lutte contre le gouvernement des « chéquards », il demande aux dockers reprenant le travail de passer par le siège du syndicat avant de retirer leur nouvelle carte d’accès dans les bureaux du BCMO. Le 16 avril au cinéma National, il admet de nouveau l’existence de « quelques défaillances qui ne peuvent être que momentanées ». Les contradictions contenues dans ces deux allocutions posent la question des raisons de cette volonté de poursuivre la lutte. Est-ce parce que la détermination du noyau de militants les plus motivés demeure intacte ? S’agit-il de continuer le mouvement jusqu’à l’obtention d’une issue honorable ? Les responsables syndicaux se montrent plutôt enclins à la négociation alors que les cadres de la fédération communiste sont persuadés que la lutte des dockers débouchera sous peu sur une généralisation dans les autres ports de mouvements sociaux liés au refus de décharger des armes américaines. Les grèves qui débutent à Saint-Nazaire et à Brest confortent la direction du PCF dans l’idée qu’une telle action est possible même si la CGT a perdu le contrôle du bureau syndical des dockers de Cherbourg.

40Contre toute attente, La Marseillaise publie le lendemain, aux côtés du résumé du discours de Victor Gagnaire, un éditorial intitulé « Le semeur de désordre » dans lequel François Billoux évoque pour la première fois la possibilité d’une fin immédiate du conflit. Membre du Bureau politique, ce dernier représente à Marseille l’autorité la plus importante au sein de la hiérarchie du Parti. Le contenu de son intervention pèse d’un poids décisif sur l’avenir de la grève. Après avoir dénoncé le licenciement de dockers qui ont osé mener la lutte patriotique contre la guerre d’Indochine et les préparatifs de la prochaine guerre mondiale, François Billoux s’en prend au préfet « aux ordres des États-Unis ». Sans l’obstination de ce dernier, la grève devrait être terminée depuis une semaine depuis que les patrons ont accepté « pour l’essentiel » les revendications formulées, « les autres questions en litige pouvant être discutées après la reprise du travail ». Si les acconiers acceptent d’embaucher tout le monde, ajoute François Billoux, la reprise des activités du port sera immédiate. Dans le cas d’un refus de leur part, « c’est la population de Marseille qui aura le dernier mot » grâce à la constitution de comités de défense et de solidarité qui permettront la victoire complète des travailleurs du port, « sans sanctions, ni licenciements ». Modèle de subtilité politique, l’article de François Billoux s’inscrit dans la continuité des discours précédents en réaffirmant avec force la détermination des dockers de lutter pour obtenir la levée des sanctions. Il s’en démarque pourtant en évoquant à plusieurs reprises la possibilité d’une reprise immédiate du travail. Cette dualité se retrouve le même jour dans Midi-Soir. Tout en affirmant qu’il faut aider les dockers « à remporter la victoire et par là faire triompher la cause de la paix », André Remacle admet que ces derniers sont prêts à reprendre le travail car la grève pèse sur leurs familles.

  • 37 Arch. dép., dossier 148 W 382. Rapport établi le 5 mai par l’ingénieur chargé de l’exploitation du (...)

41L’assemblée générale du 18 avril ne se tient pas au cinéma Saint-Lazare comme les précédentes mais dans les salles de la nouvelle Bourse du Travail. Est-ce le signe d’une réunion décidée dans l’urgence ou bien le syndicat ne possède-t-il plus les moyens financiers nécessaires à la location d’une salle trop grande par rapport à l’assistance attendue ? Celle-ci se limite en effet à environ 1 000 personnes soit la plus faible fréquentation enregistrée depuis le 10 mars. En totale contradiction avec la décision de poursuivre la grève adoptée lors de l’assemblée du 16 avril, Marcel Andréani propose de reprendre le travail. Continuer le mouvement alors qu’un nombre croissant d’agents de maîtrise et de dockers sont retournés sur le port serait, selon lui, d’autant plus dénuée de sens que des avancées salariales ont été obtenues et que le débat sur les conventions collectives est entamé. Ces arguments ne débouchent que difficilement sur un vote en faveur de la fin de la grève. L’ingénieur chargé de l’exploitation du port attribue ce revirement à « un nouveau mot d’ordre venu de l’extérieur et certainement extra-professionnel »37. Le mouvement n’est-il plus d’actualité depuis que le Secrétariat a énoncé, à l’issue de sa réunion du 11 avril, que la campagne en faveur de l’appel de Stockholm représentait la « tâche principale essentielle » du Parti ?

42Bien que Marcel Andréani ait demandé une reprise du travail groupée derrière les responsables syndicaux, les dockers embauchés pénètrent individuellement le lendemain dans l’enceinte portuaire. Cinq à six cents de ceux qui n’ont pas trouvé de travail sont dispersés sans incident par les forces de l’ordre. Les dirigeants arrivés sur place après le début des opérations d’embauche se contentent de procéder à la distribution des vivres encore entreposés dans les locaux du syndicat. Cette reprise du 19 avril 1950 marque la fin de la période dite des actions mises à l’ordre du jour au début de l’année 1949. Les mouvements dits « de masse » qui ont affecté le port depuis le 2 novembre 1949 ont été en réalité le plus souvent le fait d’un nombre limité de militants déterminés. Malgré l’engagement des cadres syndicaux, les résultats obtenus sont loin de correspondre aux espérances initiales. Au tout début de l’année 1950, seul le syndicat CGT des marins est parvenu à retarder l’appareillage de cinq navires en partance pour l’Indochine. Mais ce résultat, en apparence positif, doit être minoré puisqu’il ne découle pas de mots d’ordre politiques mais du mécontentement des équipages touchés par une loi qui limite la quantité de piastres susceptible d’être échangée lors de chaque voyage.

  • 38 Arch. cent. du PCF.

43La grève générale n’a affecté réellement le port que pendant une brève période. Le syndicat des dockers est durablement affaibli par la répression. Ce n’est que le 22 avril 1952 qu’un bureau provisoire du syndicat CGT des agents de maîtrise est reconstitué. Est-ce tout cela qui est implicitement dénoncé lorsque, le 5 juin 1950, le Secrétariat national du PCF déclare qu’il convient d’« examiner les conditions dans lesquelles certaines fautes ont été commises »38 ? Le bilan de la grève est-il pour autant résolument négatif ? Les avantages arrachés sont supérieurs à ceux obtenus par les travailleurs des autres ports français. Des discussions sur l’application locale des conventions collectives sont prévues. Ces aspects positifs se trouvent contrebalancés par l’adoption de nouveaux horaires de travail qui vont permettre une réduction des effectifs, en particulier au niveau de l’encadrement. De très nombreux dockers sont frappés par des sanctions qui les écartent temporairement ou définitivement du port. L’ampleur exacte de ces sanctions est difficile à mesurer, beaucoup de mesures d’exclusion ayant été levées à la suite d’interventions diverses.

Les mouvements de l’année 1952

44Si les mouvements dans la réparation navale et l’engagement des dockers correspondent peu ou prou par leurs objectifs et leurs durées aux actions de masse préconisées en 1949 et 1950, les grèves nationales du 12 février et du 4 juin 1952 sont au contraire des actions dictées par l’urgence du moment. Le 12 février, le PCF réagit à l’échec enregistré deux jours auparavant lors de la commémoration des journées de février 1934. Le 4 juin, il s’agit d’obtenir la libération de Jacques Duclos emprisonné depuis les événements du 28 mai.

45La commémoration des manifestations antifascistes de 1934 a été fixée au 10 février. Une semaine plus tard doit se dérouler le rassemblement interrégional des combattants de la paix. Ces deux dates sont placées sous le signe de la fin des conflits en Indochine et en Corée, du refus du réarmement allemand et de la signature d’un pacte de paix entre les cinq grands. Le 22 janvier dans La Marseillaise, Jean Espana annonce que le « grand rassemblement provençal de la paix » est avancé d’une semaine, la date initialement retenue correspondant aux carnavals d’Aix et de Nice. Jean Espana redoute-t-il que, pour la population, ces festivités soient plus attractives que le combat pour la défense de la paix ? Le choix du 10 février résulte-t-il plutôt de la volonté de faire coïncider deux actions à la réussite desquelles le PCF accorde beaucoup d’importance ?

  • 39 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 14 février 1952. Dans son édition du 11 février, La Marseill (...)

46Un nouvel événement vient contrarier les préparatifs du 10 février. Les défilés qui doivent se dérouler ce jour-là sur l’ensemble du territoire français sont, pour la première fois depuis la Libération, frappés d’interdiction par les pouvoirs publics. Publié le 3 février dans La Marseillaise, un appel du bureau de la fédération des Bouches-du-Rhône demande que se réalise l’« union la plus large » pour faire rapporter cette scandaleuse interdiction. Rappelant que de telles mesures ne furent prises qu’au temps de Vichy et de l’Occupation, le bureau accuse le gouvernement de favoriser la montée du fascisme au bénéfice du général de Gaulle « considéré par les occupants américains comme le plus sûr moyen de réaliser les préparatifs de guerre et la colonisation de notre pays ». Le bureau départemental du conseil de la paix dénonce de son côté le plan ourdi par le préfet et par le maire qui vient de revenir sur sa décision de prêter le Grand Palais. Les deux hommes veulent obliger la manifestation à se tenir dans la rue afin de provoquer les incidents qui leur fourniront le prétexte dont ils ont besoin pour accroître la répression. Le 8 février, La Marseillaise annonce que la machination est déjouée puisque le rassemblement du dimanche suivant se déroulera au stade de Saint Louis. Est-ce la lassitude des militants, le froid glacial ou la position excentrée du stade ? Après dix jours d’une intense propagande, seules 4 500 personnes assistent à cette journée interrégionale39.

  • 40 Le 13 février dans La Marseillaise, Paul Argiolas parle pourtant d’un « test » réussi tandis que l’ (...)

47Dans son édition du 12 février, La Marseillaise consacre ses gros titres aux arrêts de travail qui se préparent à Marseille pour riposter aux mesures d’interdiction qui ont frappé les rassemblements du 10. Le quotidien publie en particulier un communiqué de l’union départementale CGT félicitant les travailleurs d’avoir « lancé démocratiquement pour la classe ouvrière elle-même » la décision de transformer la journée du 12 en « une étape victorieuse » de la lutte menée « contre le fascisme, pour la Paix et la Liberté ». Des arrêts de travail limités en fin d’après-midi sont annoncés dans la plupart des entreprises de la ville pour la revalorisation du minimum garanti, l’échelle mobile des salaires, la défense et le respect de la Sécurité sociale. Les traminots auraient même décidé un mouvement de vingt-quatre heures. Grèves et manifestations doivent déboucher sur un meeting au cinéma Saint-Lazare. Placée sous la présidence de Marius Colombini, cette assemblée représente de fait l’unique action notable de la journée40.

  • 41 Arch. dép., dossier 148 W 291, tract de la Fédération CGT des cheminots.
  • 42 La Marseillaise, 3 juin 1952.

48Dès le 29 mai, des militants communistes distribuent dans les quartiers de la ville plusieurs tracts pour protester contre l’arrestation de Jacques Duclos. Tous dénoncent la réaction « fasciste » d’un gouvernement terrorisé par l’ampleur des manifestations de la veille. Face à une mesure d’une telle gravité, il est urgent d’élever « une immense et irrésistible protestation » en organisant « un torrent de résolutions, de manifestations, de débrayages ». Le lendemain, La Marseillaise développe déjà les thèmes qui seront repris tout au long de la campagne de soutien. L’accusation portée à l’encontre du secrétaire général par intérim reposerait uniquement sur des pièces à conviction fabriquées pour l’occasion et sur les mensonges de « la presse qu’on ne saisit pas ». Le communiqué du Bureau politique qui est publié dans l’édition du 31 mai utilise des arguments similaires pour justifier un passage immédiat à l’action. Reprenant avec encore plus de violence le communiqué de la veille, l’éditorial anonyme du 1er juin appelle à « Réagir vite, très vite ! » pour déjouer les plans du gouvernement qui compte sur la passivité des masses à la veille des congés de Pentecôte. Le 2 juin, La Marseillaise publie l’appel du bureau confédéral de la CGT qui demande aux travailleurs d’assurer le succès de la grève nationale fixée deux jours plus tard ainsi que l’article dans lequel Auguste Lecœur souligne l’importance décisive pour le parti de « renforcer ses positions dans les masses » afin d’imposer la libération de Jacques Duclos. Selon le responsable national, tout communiste doit s’interroger chaque soir sur ce qu’il a accompli en ce sens durant la journée écoulée et s’engager le matin suivant à accroître ses efforts. Les tracts distribués le 3 juin demandent de venir assister à des assemblées générales dans les locaux de la nouvelle Bourse du Travail pour préparer la participation massive des travailleurs à la grève de vingt-quatre heures dont dépendra la victoire de « la guerre ou de la paix, du fascisme ou de la démocratie, de la misère ou du bien-être »41. Sur ces mots d’ordre nationaux essentiellement politiques, les responsables syndicaux ont plaqué des revendications catégorielles et une dénonciation des conditions de travail. Le 3 juin, l’union départementale CGT lance à son tour un appel à la grève « sur le lieu de travail » tandis que Pierre Doize, venu animer la fête de la Galline à l’Estaque, prédit que « les jours prochains vont être décisifs pour l’avenir de la paix, du pays »42. Le 4 juin, La Marseillaise annonce que, préparée depuis hier « par des débrayages et (des) actions multiples » à Paris, Lyon et Bordeaux, une grève sur le tas débutera « à partir d’aujourd’hui ».

  • 43 Arch. dép., dossier 148 W 291, rapport du 4 juin.
  • 44 Arch. dép., dossier 148 W 291, rapport du 5 juin.
  • 45 Seuls le Djebel Amour et le Campana sont retardés pour des raisons techniques.

49Improvisée dans l’urgence pour riposter à l’arrestation de Jacques Duclos, la journée nationale d’action du 4 juin 1952 se solde par un échec cuisant. Les différents rapports établis par les Renseignements généraux dépeignent une réalité bien différente de celle mise en avant dans la presse communiste. Malgré la présence de Victor Gagnaire à l’embauche du matin, 85 équipes regroupant 1 535 dockers, 298 agents de maîtrise et 191 autres travailleurs ont pu être constituées43. Un excédent de 419 postulants à l’embauche a même été recensé. L’assemblée générale qui s’est tenue à partir de neuf heures du matin à la nouvelle Bourse du Travail n’a réuni que 250 personnes. Aucune décision de grève n’y a été adoptée, les avis sur ce sujet étant partagés. La mobilisation des marins se révèle aussi faible. Après une réunion qui s’est tenue à partir de neuf heures au siège du syndicat, une délégation s’est rendue auprès de l’Inspection maritime sans qu’aucun responsable syndical n’en ait pris la tête44. Le travail est interrompu jusqu’à treize heures à bord des navires en partance dont les appareillages s’effectuent toutefois aux heures prévues45. En grève le matin, les équipages des remorqueurs rejoignent leurs postes à treize heures après avoir reçu des ordres de réquisition.

  • 46 Rapport du 4 juin, déjà cité.
  • 47 À l'exception des équipes employées à bord de navires.

50À la différence de ce qui s’est passé sur le port, la grève des traminots est totale le 4 juin à six heures du matin. L’intervention des forces de l’ordre, qui occupent les dépôts, procèdent à l’arrestation des piquets de grève et à leur mise sous réquisition, fait qu’une heure plus tard seize voitures sont déjà en circulation. On en compte soixante à onze heures du matin46. Elles sont au nombre de cent cinquante à seize heures. La situation dans la métallurgie se révèle beaucoup plus contrastée. Le travail s’effectue normalement chez Duclos, Terrin47, aux Forges et Chantiers. Il est très peu perturbé à Coder où 10 % seulement des effectifs ont débrayé. L’activité est partielle aux Fonderies de la Méditerranée et à la Mamou et aux CAP. Le débrayage est total à Pennaroya, Durbec, Groignard et Gallay. Dans le secteur de la chimie, seule l’entreprise Gerland est paralysée. La grève est un peu mieux suivie parmi les cheminots même si à Saint-Charles, à La Blancarde et à Arenc, le total des grévistes ne représente pas la moitié des effectifs globaux tandis qu’une activité normale est enregistrée aux ateliers du Prado.

  • 48 Arch. dép., dossier 148 W 291, rapport du 4 juin (déjà cité).
  • 49 Arch. dép., dossier 148 W 368, rapports des 4 et 5 juin.
  • 50 Ibidem, rapport du 6 juin.

51La mobilisation est encore plus faible chez les électriciens avec à peine 25 à 30 % de grévistes dans les services techniques et 100 % de présents parmi les employés48. Dans les autres secteurs de la fonction publique, les menaces de sanctions ont porté leurs fruits. Les rapports envoyés au préfet ne répertorient aucun gréviste, que ce soit aux PTT, aux Domaines, aux services de la protection des végétaux, du Génie rural, au ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, aux directions des Contributions directes, des Douanes, de l’Administration de l’Assistance publique à Marseille49. L’inspecteur d’Académie signale au préfet que les cours se sont déroulés tout à fait normalement dans les établissements publics50. Quatre cents enseignants se sont contentés de participer, après leur journée de travail, au meeting qui s’est tenu à partir de dix-huit heures trente au cinéma La Plaine place Jean Jaurès.

  • 51 Arch. dép., dossier 148 W 291, rapport du 6 juin.
  • 52 Arch. dép., dossier 148 W 291, note relative aux événements du 4 juin 1952.
  • 53 Arch. dép., dossier 148 W 291, liste des procès-verbaux, non datée.

52Le 5 juin, malgré de nouvelles tentatives pour pousser les travailleurs à débrayer, les ordres de grève ne sont suivis ni par les marins ni par les dockers. Seuls les engins portuaires sont paralysés du fait d’un fort pourcentage de communistes au sein des équipages51. Sur les petits navires, malgré là aussi la présence de nombreux membres du Parti, les débrayages prennent un aspect symbolique. Malgré les efforts des dirigeants syndicaux, les quelques réunions organisées par les délégués de bord se heurtent au refus des équipages d’arrêter le travail durant vingt-quatre heures. L’échec enregistré sur le terrain est accentué par l’ampleur de la répression qui s’abat sur ceux qui ont débrayé. Quarante ouvriers de l’entreprise Groignard se voient retirer leurs cartes à la suite de leur grève sur le tas à l’intérieur de l’enceinte du port52. Vingt procès-verbaux de flagrants délits sont dressés à la suite du 4 juin53. Jusqu’au 8 juin, La Marseillaise s’efforce malgré tout de rendre crédible l’image d’une grève qui continue. Dans son édition du 7, le quotidien mentionne que, face aux multiples actions qui se poursuivent « pour l’augmentation des salaires, la libération de Jacques Duclos et la Paix », les CRS sont obligés de prendre d’assaut les usines. Tout en dénonçant déjà « le véritable complot contre la France », il fait encore référence le lendemain aux grèves qui se déroulent « avec succès dans de nombreuses entreprises ».

  • 54 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 10 juin 1952.

53L’édition du 9 juin n’aborde par contre plus du tout ce sujet. Ce silence découle du brusque changement de discours auquel procèdent les directions nationales du Parti et de la CGT. Les 6 et 8 juin, le bureau national de cette dernière met en avant l’association entre la défense des libertés syndicales et l’augmentation des salaires. Le 9 juin, au cours d’une conférence d’information réservée aux responsables de sections, Paul Cermolacce déclare que « les communistes et particulièrement les responsables » ont commis une grave faute en imaginant qu’un mot d’ordre de grève générale avait pu être lancé54. Il ajoute qu’« il est même criminel de penser que nous pouvions, dans l’état actuel des choses, décréter une grève générale ». Il dénonce l’absence de toute revendication dans les mots d’ordre du 4 juin, imputant cette « grosse erreur » à une mauvaise étude des passages des Œuvres de Maurice Thorez relatifs aux grèves générales. Même si le Parti peut se féliciter du débrayage de plus de trente mille personnes dans le département sur un seul mot d’ordre politique et sans préparation, le flou des directives n’a pas permis aux travailleurs de comprendre l’importance du mot d’ordre de grève sur le tas « avec défense de se laisser déloger », faiblesse qui a rendu possible de nombreuses arrestations.

54Le 11 juin paraît dans La Marseillaise une mise au point d’Auguste Lecœur intitulée « L’entreprise et la rue ». Le nouveau membre du Bureau politique y démontre l’importance décisive d’une « protestation de masse » conduite sans sectarisme avec le souci de s’appuyer « selon l’endroit » sur le mot d’ordre et le moyen d’action qui correspondent le mieux aux attentes, aux possibilités de lutte et au degré de combativité des travailleurs. Le 16 juin, toujours dans La Marseillaise, Marius Colombini justifie les récentes actions menées en expliquant que, le 1er juin, un mot d’ordre de lutte a été lancé sur la base de la libération de Jacques Duclos et de l’augmentation des salaires. Souscrivant dès le lendemain à cet appel, l’union départementale décidait une journée d’action pour le 4 juin. Marius Colombini affirme qu’il n’a jamais été question de « grève générale » mais d’une « action générale ». Il demande à ses lecteurs de se reporter à l’article de Pierre Lebrun qui dans Le Peuple précisait la portée du texte confédéral. La lutte ne fut pas lancée sur des bases politiques puisque la libération de Jacques Duclos était associée ce jour-là à la satisfaction des revendications. Pour Marius Colombini, les mensonges diffusés par l’ensemble de la presse vendue au gouvernement rejoignent la fable d’un prétendu échec de la CGT.

Des grèves « d’un type nouveau » ?

  • 55 Arch. dép., dossier 148 W 292, note du 7 juillet 1953.
  • 56 Arch. dép., dossier 148 W 307, rapport du 28 juillet 1953.

55« Le 4 août jour de protestation des services publics et des fonctionnaires contre les décrets-lois » annonce La Marseillaise du 1er août 1953. Le quotidien poursuit ses attaques contre les projets de René Mayer que Joseph Laniel, investi le 26 juin, a repris à son compte. Ce sont respectivement à une heure et trente minutes de débrayage le 4 août que les Fédérations de postiers FO et CGT ont convié leurs adhérents respectifs tandis que l’UGFF a appelé à protester ce jour-là contre l’augmentation du coût de la vie et les projets de décrets-lois. Ces différentes consignes s’inscrivent dans une longue série de tentatives de mobilisation entreprises depuis le mois de mai. Le succès limité rencontré par ce déploiement de l’activité syndicale conduit la direction nationale du Parti communiste à estimer que la situation n’est pas encore mûre pour des actions de vaste envergure. Ainsi lorsque Léon Mauvais demande au début du mois de juillet à un responsable non communiste de la CGT de lui dresser un tableau de la force réelle et de la combativité des syndicats dans le Sud-est de la France, c’est dans l’optique du lancement en octobre de mouvements importants et de longue durée55. Reçu le 3 août par le préfet des Bouches-du-Rhône, le secrétaire général de l’union départementale Force ouvrière ne prévoit pas lui non plus de mouvements sociaux avant la fin de l’année. De leur côté, les services de police n’envisagent pas d’agitation pour les semaines à venir, le mécontentement des travailleurs face à l’augmentation des prix étant compensé par leur crainte du chômage en cas de licenciement56.

56Contrairement à ces analyses, l’agitation qui couvait depuis plusieurs semaines dans la fonction publique éclate le 4 août, lorsque, devant la détermination des postiers de Bordeaux, le responsable local de Force ouvrière lance le mot d’ordre de grève illimitée. La CGT et la CFTC étant obligées de suivre, le soir même un comité de grève commun regroupant les trois syndicats est constitué. À Marseille, les employés du central télégraphique de la poste Colbert cessent le travail dans la matinée du 5. Le mouvement fait tâche d’huile tout au long de la journée. Un comité de grève regroupant des représentants de FO, de la CFTC et de la CGT est constitué. La plate-forme revendicative retenue porte uniquement sur des questions matérielles, incluant en particulier le maintien des droits acquis et le refus des projets gouvernementaux accusés de vouloir remettre en cause la grille des salaires et l’âge de la retraite des fonctionnaires.

  • 57 La Marseillaise, 8 août 1953.57
  • 58 Bertrand Badie, op. cit., p. 132 et p. 90.
  • 59 La Marseillaise, 7 août 1953.
  • 60 La Marseillaise, 8 août 1953. Selon Paul Argiolas, « les Comités d’unité à la base élus démocratiqu (...)

57Pris au dépourvu par « la rapidité, l’impétuosité, l’unité du mouvement »57, les dirigeants communistes parviennent-ils à mettre en œuvre le « processus d’adaptation-canalisation » qui, d’après la définition donnée par Bertrand Badie, permet au PCF de s’appuyer sur « la qualité de son implantation et la puissance de son appareil » pour « réorienter, au moins partiellement, le mouvement entrepris et les dispositions revendicatives qui le soutiennent »58 ? La Marseillaise titre significativement dans son édition du 6 août que la grève générale a été décidée par les postiers « CGT, CFTC, FO ». Cette troisième position dans l’énumération rend plus crédible les attaques lancées à l’encontre de cette dernière centrale. La direction de FO aurait été au départ opposée à l’action préconisée par les autres fédérations et il aurait fallu que ses orateurs soient « plutôt malmenés » par les postiers pour qu’elle change d’attitude. Cette manière de présenter les faits accrédite l’idée que FO ne s’est ralliée que contrainte et forcée par ses propres adhérents à une action unitaire lancée depuis le 27 mai par la CGT. « Nul ne peut plus nier que le Front unique est en marche » affirme dès le lendemain l’ud-CGT59. « L’unité d’action de la classe ouvrière, de l’ensemble des travailleurs, est maintenant une réalité » et « rien ne saurait désormais résister à son développement impétueux » renchérit l’auteur du compte rendu des actions de la veille figurant dans La Marseillaise du 7 août. Paul Argiolas prédit que les comités d’action seront, à l’image de ceux qui furent créés en 1935 pour lutter contre les décrets-lois Laval, l’« atout décisif » du succès de ces grèves60.

58Le 7 août, les employés du gaz et de l’électricité et les cheminots décident de se mettre en grève, respectivement pour quarante-huit et vingt-quatre heures. Ils sont imités dans la journée par les fonctionnaires des services publics et des finances, les employés municipaux ainsi que ceux des services sédentaires des compagnies de navigation. Confronté à cette montée des mécontentements, Joseph Laniel choisit la voie de la fermeté. Il décide, toujours en ce 7 août la réquisition des employés des services publics, fait approuver le lendemain en Conseil des ministres les premiers décrets-lois. À Marseille même, l’armée est chargée de remplacer les postiers grévistes.

  • 61 Arch. cent. du PCF.
  • 62 L’argument de l’union qui prévalait en 1936 avait déjà été utilisé par les communistes de l’Estaque (...)

59La première réaction de la direction nationale du PCF se situe le 8 août lorsque le Bureau politique déclare qu’il convient de percevoir les grèves « comme un mouvement important d’opposition des masses populaires à la politique du gouvernement ». Cette opposition n’en étant qu’à son début, il convient de l’« éclairer politiquement » afin « de l’élever sans cesse » pour imposer le refus de l’Atlantisme et des mesures de fascisation prises par le gouvernement61. Dès le lendemain, La Marseillaise accorde une grande place à la proposition d’action unie pour exiger la convocation de l’Assemblée nationale que le secrétariat national du PCF adresse aux députés socialistes. Le 10 août, le quotidien publie plusieurs lettres expédiées par des cellules et des sections communistes de Marseille à leurs homologues de la SFIO. Composées d’une manière similaire, toutes proposent de réaliser l’unité d’action à la base contre les décrets-lois en s’inspirant de « l’exemple de juin 1936 »62. De toute évidence, le PCF tente d’exploiter au maximum un mouvement qui prend de l’ampleur.

60De fait, jour après jour, les grèves continuent à s’étendre. Agents de cadre des services d’exécution et chefs de section cessent le travail le 10 août pour protester contre l’emploi de la troupe et le recrutement de personnes extérieures au service de la poste. À l’appel de leurs Fédérations nationales respectives, les cheminots débraient de nouveau le 11 août tandis qu’une action illimitée est votée à la Manufacture des Tabacs. Le lendemain, le mouvement gagne les mineurs, les salariés du gaz et de l’électricité CGT et FO, les marins CGT, CFTC et FO, les métallos débraient pour vingt-quatre heures, les employés municipaux, les hospitaliers, les fonctionnaires des contributions indirectes décident la grève illimitée. L’allocution de Joseph Laniel annonçant à la nation qu’aucune négociation ne se déroulera avant le retour à la normale renforce la détermination des travailleurs. Le 13 août, l’UGFF lance à son tour un ordre de grève illimitée, la SPCN est occupée, l’activité s’arrête dans les banques, les assurances, chez les commis d’agents de change et dans la construction navale. La Marseillaise annonce le lendemain un total de quatre millions de grévistes. De nouvelles corporations rejoignent le mouvement : le 14 août, ce sont les ouvriers des produits chimiques, le 17 ceux du bâtiment tandis que, dans le Midi, les viticulteurs protestent contre les importations de vin d’Algérie.

  • 63 Le 12 août, le comité directeur du Parti socialiste réclame la réunion de la commission supérieure (...)
  • 64 La Marseillaise, 15 août 1953. Pour la première fois depuis de longues années, le ton employé est d (...)

61Redoutant que la SFIO ne profite du succès des grèves pour parvenir à constituer un front démocratique et social63, la CGT et le PCF continuent leurs efforts de politisation des conflits en cours. Plusieurs déclarations publiées dans La Marseillaise du 12 août reflètent cette préoccupation. Gaston Monmousseau prédit que la victoire des grévistes et le rétablissement de la paix en Indochine permettront la satisfaction des revendications des travailleurs. Le Bureau politique dénonce les décrets-lois « de misère et de fascisation » dont seuls profiteront « les grands patrons et les grandes sociétés capitalistes dont les bénéfices montent en flèche ». Ces mesures, « nécessaires pour payer la note de la guerre d’Indochine et du Pacte Atlantique », ne seraient que « la conséquence logique de la politique de misère, de chômage, d’abandon de l’indépendance nationale, d’atteinte aux libertés démocratiques et de préparation à la guerre poursuivie depuis 1947 », politique que seul le PCF aurait combattu depuis le début. Le Bureau « appelle les militants à se placer à la tête des luttes pour imposer la convocation de l’Assemblée nationale, prélude à une politique de paix réellement française » et, pour ce faire, de multiplier les contacts avec les travailleurs socialistes. L’ud-CGT propose une entrevue, sans date imposée, à ses homologues de FO et de la CFTC en vue de l’élaboration d’une plate-forme revendicative commune et de la formation d’une délégation qui se rendra auprès des parlementaires du département pour exiger la réunion de l’Assemblée nationale. Cette stratégie de politisation des grèves exposant le PCF à se voir accusé de manipuler les travailleurs, La Marseillaise publie le 14 août l’éditorial dans lequel Auguste Lecœur qualifie cette allégation de provocation montée par le gouvernement et les journaux de droite avec la complicité des dirigeants socialistes. Les communistes, réplique-t-il, ne sont en rien responsables des décrets-lois ou de la poursuite de la guerre en Indochine. Mettant habilement en avant la carte de la défense des libertés locales, les élus communistes exigent de leur côté que Gaston Defferre réunisse de toute urgence le conseil municipal pour qu’il débatte de ces questions64.

  • 65 La Marseillaise, 15 août 1953.

62De son côté, la CGT s’efforce d’ouvrir le dialogue avec les pouvoirs publics tout en continuant à pousser à l’action. Le 15 août, sa direction confédérale se déclare prête, sans renoncer à ses revendications, à entamer des négociations avec le gouvernement « dans l’intérêt des travailleurs, de la démocratie et de la nation »65. Elle espère que cette déclaration lui permettra d’être reçue par Joseph Laniel en même temps que ses homologues non communistes. Un instant tenté de mettre fin aux grèves en signant un tel accord, le chef du gouvernement renonce à profiter de cette opportunité. Le 15 août, il se contente de recevoir les secrétaires généraux de FO et de la CFTC. Appuyé par le Parti communiste, la CGT assimile aussitôt ces discussions auxquelles elle ne participe pas à une trahison des travailleurs et tente de relancer les mouvements en cours. La Marseillaise publie le 16 août une déclaration du syndicat métaux CGT appelant « à la grève illimitée à partir de lundi avecoccupation des usines ». Le quotidien reproduit aussi les propos d’Étienne Fajon réclamant une nouvelle fois la convocation de l’Assemblée nationale malgré son peu de confiance dans « l’illusion parlementaire ». Mais, précise-t-il, cette convocation associée à l’ampleur des grèves étant susceptible de changer les choses, il convient, dans les conditions présentes, d’accentuer la pression sur les élus et de mettre en échec les manœuvres de Guy Mollet. Reflet de la poursuite de la politique de rapprochement à la base, La Marseillaise publie le 17 août la lettre dans laquelle la cellule communiste de Mazargues propose à son homologue socialiste la tenue d’une réunion destinée à « étudier en commun la formation d’un Comité d’action et d’aide aux grévistes ».

63Les discussions du 17 août se soldent par un échec total et, dans la soirée, Joseph Laniel annonce à la radio son refus de continuer les pourparlers en cas de non reprise du travail. Ce discours entraîne une vive réaction instantanée parmi les grévistes. Ne découlant d’aucun mot d’ordre émanant de l’une ou l’autre des centrales syndicales, cortèges et rassemblements se multiplient dans toute la France. Des cas de sabotages sont relevés. Le bureau confédéral de la CFTC, le comité extraordinaire de FO appellent à la poursuite du mouvement sur des bases purement revendicatives et exigent la convocation au plus vite de l’Assemblée nationale. Le comité directeur de la SFIO et le groupe parlementaire socialiste réclament la reprise immédiate des négociations. Tout en condamnant le principe des discussions séparées, la CGT demande de son côté à être reçue par Joseph Laniel. Cette nouvelle tentative pour établir un dialogue au plus haut niveau s’accompagne sur le terrain d’une volonté manifeste de durcir le mouvement.

  • 66 Ce même 18 août, La Marseillaise publie une analyse de Benoît Frachon qui affirme que le gouverneme (...)
  • 67 L’abrogation des décrets, l’augmentation des salaires, la réunion de la commission supérieure des c (...)

64Le 18 août, Lucien Pucciarelli réagit avec vigueur au discours très ferme que vient de prononcer Joseph Laniel. Après s’être félicité de la « recrudescence des luttes dans le secteur privé » et de la formation « de nombreux comités d’unité d’action », il dénonce les « complices » du gouvernement, « le scissionniste Jouhaux » et les dirigeants de la CFTC, qui tentent de tromper les travailleurs « afin de briser l’unité et de torpiller le mouvement sans précédent qui porte les espoirs du peuple travailleur de notre pays »66. Le même jour, le syndicat CGT des transports proclame que « c’est le moment d’arracher les revendications que nous réclamons vainement depuis des années »67. Les responsables de toutes les sections communistes de Marseille sont convoqués le 19 août pour participer à une réunion extraordinaire au siège de la fédération. Lors des assemblées dans les secteurs de la métallurgie, du bois, des transports, du bâtiment, des pâtes alimentaires, les responsables CGT obtiennent des votes favorables à la poursuite de la grève en s’appuyant sur l’idée que la victoire des travailleurs sur « le patron de combat milliardaire » est proche malgré les tentatives de division auxquelles se livre Guy Mollet. Édouard Herriot, précisent-ils, ne vient-il pas de fixer à vendredi la convocation du bureau de l’Assemblée nationale ? De son côté, La Marseillaise consacre chaque jour sa Une au soutien des grèves en cours et à la dénonciation de la poursuite du « complot ». Le quotidien communiste exige que le 25 août tous les emprisonnés de Fresnes soient libérés.

65Rendu public le 20 août, l’accord signé entre les directions de FO et de la CFTC et le gouvernement pèse sur l’évolution des différents conflits sociaux. Seuls les électriciens et les gaziers communistes des cellules du boulevard National tiennent un meeting ce jour-là. À la suite de leurs assemblées respectives, le syndicat autonome des postiers et la maîtrise CGT se prononcent en faveur de l’arrêt du mouvement. Les débrayages sur le port restent partiels. Le 21 août, tandis que tous les cadres syndicaux de la CGT sont convoqués à la nouvelle Bourse du Travail, les responsables des deux confédérations signataires demandent à leurs adhérents respectifs de mettre fin à la grève. Bien que cette décision suscite des mécontentements parfois très vifs à la base, une tendance générale à la reprise se confirme.

66L’assemblée des postiers du 21 août, la dernière à réunir les trois syndicats dans la salle Ferrer, se déroule dans un climat houleux. Face aux intervenants de la CFTC et de FO favorables à la fin de la grève, les responsables CGT développent l’idée que les postiers n’ont rien obtenu de sérieux. Le deuxième train de décrets-lois serait toujours en préparation. Les accords sur les questions salariales resteraient trop vagues. La titularisation des auxiliaires se résumerait à de simples promesses. Les sanctions sont bien levées mais sans paiement des jours de grève. Selon les responsables CGT, les accords ne sont en rien ce que les postiers espéraient et qu’ils peuvent toujours obtenir en restant unis dans l’action. La rupture du comité de grève est consommée. Sur le plan national, la Fédération CGT des cheminots le 21 août, celles de l’éclairage et des hospitaliers le lendemain multiplient les appels en faveur de la poursuite des actions. Afin de contrer l’effet négatif de ces premières reprises, La Marseillaise développe dans son édition du 22 août l’image d’un mouvement en croissance continuelle en valorisant le début de la grève chez Renault, le débrayage d’avertissement des marins et dockers CGT de Marseille et la prolongation de vingt-quatre heures de l’action des traminots. Les postiers en lutte, explique le quotidien, ont accru leur motivation malgré les vagues promesses du gouvernement et la trahison préméditée des dirigeants scissionnistes « au moment même où la grève atteignait son point culminant » à quelques heures seulement de la réunion du bureau de l’Assemblée nationale. Le reportage consacré à la réunion de la veille met l’accent sur l’écrasante majorité qui s’est dégagée lors du vote à bulletins secrets en faveur de la poursuite du mouvement. La Marseillaise publie en outre une déclaration dans laquelle Marcel Servin demande aux travailleurs de poursuivre leurs actions afin que le 25 août « le Gouvernement soit obligé de lâcher ses derniers otages » qu’il s’obstine à maintenir embastillés.

67Ces différents mots d’ordre ne suffisent plus à inverser la tendance à la reprise. Le travail redevient progressivement normal dans les établissements postaux de Marseille. Les cheminots CGT de Toulouse mettent fin à leur mouvement. La date limite du 25 août fixée par le gouvernement pour une reprise sans sanctions pèse sans aucun doute sur ces décisions. Comprenant la difficulté de poursuivre le mouvement dans de telles conditions, Georges Frischmann, le secrétaire général de la Fédération postale CGT, tente de maintenir intacte la détermination des adhérents de son syndicat. Dans un communiqué diffusé par La Marseillaise du 24 août, il affirme que, en refusant la division à laquelle voulait les conduire la trahison de FO et de la CFTC, « les postiers ont écarté le pire des dangers ». L’ordre de reprise donné par ces deux centrales, bien qu’aucun accord n’ait été signé et que le paiement des jours de grève et la réintégration de certains militants n’aient pas été obtenus, n’a pas entamé leur détermination. Georges Frischmann déclare qu’il convient au contraire de se réjouir d’une telle trahison. Si les hommes de la bourgeoisie infiltrés au sein de FO et de la CFTC sont obligés de se démasquer, c’est bien le signe de l’extrême faiblesse du gouvernement et de la proximité de la grande victoire des travailleurs. La même fermeté se retrouve chez les traminots. Pierre Isoard obtient le 24 août la reconduction du mouvement pour vingt-quatre heures à la suite de l’arrestation de trente-sept grévistes du dépôt des Chartreux dans la matinée. Parallèlement aux luttes syndicales, se poursuit une double offensive, dénonciation des dirigeants et appel à l’unité à la base, en direction des socialistes. Gaston Defferre est accusé de multiplier illégalement les ordres de réquisitions permanentes pour briser la résistance des traminots. La Marseillaise publie le 24 août la lettre dans laquelle la section communiste du quatrième canton propose à son homologue de la SFIO d’organiser en commun l’aide aux grévistes et d’imposer la convocation du conseil municipal.

68Le 25 août, dernier jour de clémence fixé par le gouvernement aux grévistes, une exigence forte, « Alain Le Léap et ses compagnons doivent enfin être libres aujourd’hui », figure à la Une de La Marseillaise. Le quotidien se réjouit par ailleurs de constater que « malgré la trahison des dirigeants CFTC et FO, la répression, les mensonges et les provocations, les travailleurs ont infligé hier un nouvel échec aux capitalistes et à leur gouvernement ». Un article de Frédéric Roux-Zola dénonce les mensonges utilisés par le gouvernement pour pousser électriciens et gaziers à mettre un terme à leur mouvement. Contrairement aux allégations de Joseph Laniel, rien ne garantirait que les décrets-lois ne porteront pas atteinte à leurs statuts respectifs. Les augmentations de salaires demeureraient quant à elles hypothétiques. Alain Le Léap, Lucien Molino, Guy Ducolonné André Stil et Paul Laurent sont libérés le 25 août. Le lendemain, La Marseillaise qualifie l’événement de « magnifique victoire des forces de Paix et de démocratie », d’étape décisive pour la liquidation totale du complot. Alors que toutes les déclarations de ses responsables appelaient la veille à la poursuite du mouvement, la CGT donne l’ordre de reprendre le travail le jour même dans les postes et à la SNCF. Elle explique cette décision du fait des votes unanimes pris à la base à la suite des avancées obtenues grâce à la prolongation de la lutte. En vue des engagements ultérieurs, postiers et cheminots sont invités à transformer leurs comités de grève respectifs en comité d’unité d’action.

69La fin échelonnée des mouvements oblige La Marseillaise à valoriser les mouvements qui continuent localement tout en justifiant les diverses reprises du travail. Le 26 août, elle reproduit ainsi les arguments que Pierre Isoard a employés pour expliquer aux traminots l’importance de cesser leur action. Le quotidien accorde aussi un écho positif aux résolutions adoptées par les postiers et les cheminots CGT lors de leurs votes en faveur de la reprise du travail. Le compte rendu des deux assemblées souligne que les uns et les autres affirment leur volonté de poursuivre par d’autres moyens les luttes engagées et que tous déclarent se sentir fiers d’avoir contribué à la libération des emprisonnés de Fresnes. Des discours similaires sont tenus et publiés dans La Marseillaise durant les deux jours suivants par les responsables syndicaux des mineurs CGT, des gaziers et électriciens, hospitaliers, travailleurs du bâtiment et métallos. Survenant après les libérations du 25 août, la fin de ces différents mouvements découle-t-elle de contacts secrets entre le gouvernement et les responsables de la CGT ou du PCF ? Lors du meeting organisé le 29 août en l’honneur de son retour à Marseille, Lucien Molino éprouve en tout cas le besoin de démentir les accusations de trahison lancées par la Fédération FO des mineurs du Nord. La CGT, affirme-t-il, n’a pas monnayé l’arrêt des grèves contre la libération des emprisonnés de Fresnes.

La journée nationale de grève du 28 avril 1954

  • 68 Julien Livi, Le Querré, Robert Hernio et Jean Breteau occupent respectivement des responsabilités n (...)
  • 69 La Marseillaise, 2 avril 1954.

70La décision de procéder à une mobilisation de longue durée en vue d’assurer le succès de la grève du 28 avril 1954 résulte du bon bilan obtenu le 29 janvier précédent. Bien que lancée par FO, cette journée nationale de grève avait été préparée avec soin par la CGT qui en avait même revendiqué la paternité. Le 20 janvier, la direction confédérale avait justifié le mot d’ordre du salaire minimum garanti à 25 166 francs nécessaire pour compenser le renchérissement du coût de la vie. La satisfaction de cette revendication ne devrait pas, selon son analyse, dérégler le bon fonctionnement de l’économie française à condition que le gouvernement procède à des économies en favorisant la paix en Indochine et en mettant fin aux efforts d’armement imposés par la CED. Satisfaite des résultats obtenus le 29 janvier, la CGT adopte le 4 février le principe d’une nouvelle journée de grève. Elle déclare vouloir ainsi riposter à la décision du gouvernement de fixer à 20 000 francs seulement le minimum garanti alors que par ailleurs des libéralités sont accordées au patronat. Par leur journée de grève, les travailleurs exigeront le passage à 25 166 francs du salaire minimum et exprimeront leur refus du projet d’arbitrage des conflits sociaux. Bien que la plate-forme revendicative soit déjà définie, il faut attendre jusqu’au 5 avril pour apprendre que la date retenue pour l’action envisagée est le 28 avril. Ces deux mois de décalage débouchent sur une campagne de mobilisation exceptionnellement longue, longtemps handicapée par l’incertitude entourant la date devant être retenue. Ce laps de temps inhabituel reflète-t-il les difficultés rencontrées sur le terrain pour mobiliser des travailleurs peu enclins à participer à une journée dont les objectifs salariaux ne peuvent dissimuler les aspects politiques ? Les dirigeants nationaux de la CGT s’impliquent de fait beaucoup plus qu’à l’accoutumée. Treize articles de soutien, dont sept émanant de Benoît Frachon, sont publiés dans La Marseillaise. Plusieurs responsables politiques et syndicaux nationaux viennent à Marseille pour stimuler les efforts de mobilisation. Se succèdent ainsi Jeannette Vermeersch le 7 février, Léon Mauvais les 27 et 28 février, Julien Livi du 23 au 26 mars, Le Querré le 25 mars, Robert Hernio et Jean Breteau respectivement les 23 et 25 avril68. Plusieurs indices laissent pourtant deviner que les efforts accomplis pour assurer le succès de la journée du 28 avril risquent de ne pas déboucher sur la mobilisation escomptée. L’union départementale CGT est par exemple obligée de lancer le 2 avril un appel en faveur d’une préparation « en profondeur » de la grève69. L’ud-FO refuse de s’associer à l’action. Désireuse de contrebalancer l’effet négatif produit par ce refus, la presse communiste valorise l’accord conclu le 3 mars avec l’ud-CFTC. Les cadres syndicaux s’appuient sur les exemples d’août 1953 et du 29 janvier1954 pour démontrer que le succès de la journée est possible. À l'issue des deux heures de grève de janvier, le gouvernement n’a-t-il pas été contraint de relever à 115 francs le salaire horaire minimum ? Les actions entreprises en avril contre les licenciements à la MAMOU, à la SPCN, chez Duclos et Durbec sont interprétées comme autant de signes annonciateurs de victoire.

  • 70 La Marseillaise, 29 avril 1954.

71Les attentes fortes des dirigeants du PCF expliquent la présence de nombreux communiqués de victoire dans La Marseillaise du 29 avril. Le quotidien mentionne des taux de participation variant pour la plupart entre 80 et 100 % des salariés suivant les entreprises. Il souligne que, associés à leurs camarades algériens, les travailleurs du port ont renoué avec « la grande tradition de lutte » qui les caractérise. Un communiqué de l’ud-CGT affirme que la grève a permis de surmonter les clivages syndicaux et ce « malgré les énormes pressions effectuées par le gouvernement, le patronat et les dirigeants de FO »70. Le 28 avril peut ainsi devenir le point de départ pour de nouveaux succès si les militants de la CGT savent se montrer « encore plus fraternels » dans leurs explications sur « l’urgence et la nécessité de développer, de renforcer l’unité sur le lieu de travail ».

  • 71 Arch. dép., dossier 148 W 308, rapport préfectoral d’avril 1954.
  • 72 La Marseillaise, 27 mai 1954
  • 73 Le même jour, Benoît Frachon endosse la responsabilité de l’échec.
  • 74 La Marseillaise, 5 juin 1954.

72La réalité est beaucoup moins glorieuse. Selon les services de police, les grévistes représentent à peine 17 % des 340 000 salariés du département71. Les débrayages, concentrés essentiellement sur Marseille, ville en dehors de laquelle les responsables syndicaux ne se sont guère déplacés, se sont pour la plupart déroulés aux PTT, à la SNCF et dans les grandes usines des secteurs de la chimie et de la métallurgie. Une partie des traminots a par contre pris son service et le port n’a pas été paralysé. La Marseillaise elle-même est obligée d’admettre que dans de nombreuses entreprises les débrayages n’ont pas duré plus de deux heures. Le 30 avril, le Secrétariat du PCF reconnaît l’échec de la grève et souligne l’importance de procéder à l’avenir à une étude préalable de la situation avant de lancer toute nouvelle action d’ampleur nationale. Le 7 mai, le Bureau politique dénonce la « rigidité » d’un mot d’ordre portant sur une grève située à « une date lointaine et non fixée », le peu de réalisme d’une directive établie sans « examen préalable détaillé » de la situation sur le terrain et sans discussion préliminaire au sein des instances dirigeantes du Parti. Cette grève aurait surtout conduit, « pendant plus d’un mois », à détourner les communistes implantés au sein des entreprises de la lutte contre la CED et pour la paix en Indochine. Il convient donc de réactiver ces luttes au plus vite en les associant à une campagne pour le salaire minimum à 25 166 francs appuyée sur des mots d’ordre « appropriés pour des actions partielles ». Ces nouvelles orientations se retrouvent dans le communiqué rendu public le 27 mai par le bureau de l’ud-CGT. Déclarant voir dans la grève du 28 avril une « première rupture du front patronal et gouvernemental », le bureau souligne l’importance, lors des luttes futures, « de faire confiance aux travailleurs avant l’organisation de toute action qu’ils auront démocratiquement décidée »72. Le 4 juin, à l’occasion du XIIIe congrès, Pierre Doize est l’un de ceux qui doivent procéder à leur autocritique73. Il reconnaît que les grévistes étaient moins nombreux le 28 avril qu’en août 1953 et s’engage à améliorer l’implantation du parti dans les entreprises afin que se réalise le front unique de la classe ouvrière74. Cette référence aux grèves de 1953 est révélatrice de la tendance à croire qu’une action réussie peut se dérouler de nouveau à l’identique malgré l’existence d’un contexte totalement différent. En 1953, les grèves étaient parties de la base et le mécontentement général des salariés avait temporairement permis de réaliser l’unité. La journée du 28 avril, décidée de longues semaines à l’avance par la seule CGT, ne pouvait atteindre une ampleur similaire.

Les manifestations : brièveté et violence

  • 75 Michel Pigenet, op. cit., p. 8.
  • 76 Danielle Tartakowsky, op. cit., p. 569.
  • 77 Résolution adoptée le 10 décembre 1949 par le Comité central.

73Dans l’introduction de l’ouvrage qu’il consacre aux événements du 28 mai 1952, Michel Pigenet n’hésite pas à qualifier les manifestations de « temps fort et privilégié de l’intervention communiste »75. Ces journées « protestataires », selon la formule utilisée par Danielle Tartakowsky, traduiraient plutôt « l’absence de perspectives politiques à court et moyen terme »76. Aux yeux des dirigeants du PCF, les manifestations jouent aussi le rôle d’école de la rue, voire de rite d’initiation pour les jeunes adhérents. Elles sont un moyen de « faire accéder aux postes de direction les éléments les plus sûrs, les plus fidèles, les plus combatifs », ceux qui auront affirmé « dans les faits, dans les luttes, leur volonté d’appliquer la politique du Parti »77. L’influence de la situation locale particulière de la ville et de son port permet-elle d’appliquer l’une de ces visions à Marseille, que les manifestations soient demeurées au stade du projet ou qu’elles se soient effectivement déroulées ? Les dates retenues pour cette étude l’ont été parce qu’elles seules correspondent à des décisions clairement annoncées et définies par la presse locale communiste, par voie d’affiches ou de tracts. Les quelques accrochages « non programmés » avec les forces de l’ordre, très révélateurs du climat de tension de l’époque, ne s’intègrent pas dans cette recherche sur l’éventuel degré d’autonomie des communistes marseillais. La dernière manifestation organisée à Marseille fut celle du 28 mai 1952. Elle mit un terme aux actions de rues entreprises, au nom de la défense de la paix, le 24 août 1949, le 10 janvier et le 10 octobre 1950. Tous les appels à manifester lancés entre 1949 et 1952 ne se concrétisèrent pas. Les « journées » avortées des 25 octobre 1950, 17 janvier 1951 et du 10 janvier 1952 seront abordées afin de saisir les situations précises qui conduisirent à la non-application des consignes venues de Paris. Cette recherche sur la place occupée par ces manifestations dans l’engagement des communistes marseillais s’appuiera en premier lieu sur la mise en relation des contextes propres à chacune d’entre elles. L’étude abordera ensuite les méthodes de mobilisation utilisées. Après avoir examiné le déroulement des quatre manifestations réellement entreprises, la question des bilans, réels ou affichés, aboutira enfin à la détermination de la place précise occupée par ce type d’action politique au sein de l’engagement général des communistes marseillais.

Carte des manifestations

Carte des manifestations

Sources : articles de La Marseillaise, rapports de police.

« Marche de la faim » et « lâcher de chiens »

74Officiellement lancée à l’initiative de l’union départementale CGT, la journée d’action départementale du 24 août est organisée, en solidarité avec les métallurgistes en lutte de Port-de-Bouc, pour défendre le « droit à la vie » des travailleurs. Elle coïncide avec « la marche de la faim » vers Marseille primitivement prévue pour le 18 août par les grévistes de cette localité. Préparée par de multiples réunions malgré l’interdiction décidée par le préfet Baylot, la manifestation bénéficie du soutien de La Marseillaise et de Midi-Soir qui associent l’action prévue à l’évocation du rôle joué par la CGT et le PCF dans la Libération de Marseille.

75En début d’après-midi, la multiplicité des rassemblements que prévoyaient les autorités est effective. Environ cinq cents travailleurs du port participent à un meeting place de la Joliette, un cortège se forme à la suite de plusieurs arrêts de travail à Saint-Louis, les manifestants de la Belle-de-Mai se recueillent devant la maison de Charles Nédélec tandis qu’une délégation est reçue dans les bureaux du ministère du Travail au 46 boulevard Longchamp. Tous les cortèges, à la tête desquels sont symboliquement placés des métallos de Port-de-Bouc, finissent par se retrouver à la nouvelle Bourse du Travail à l’intérieur de laquelle Lucien Molino prend la parole. Le meeting s’achève vers dix-huit heures. Au lieu de se disperser, un groupe de manifestants prend alors la direction de la préfecture. Il va relancer dans cette partie de la ville une agitation qui a débuté deux heures plus tôt.

76Vers seize heures quinze en effet, une compagnie de gardiens cyclistes disposée place Castellane pour interdire l’accès à la rue de Rome voit déboucher par l’avenue de Toulon quelques centaines de manifestants venant des ADN. Les métallos tentent de contourner cet obstacle en empruntant le boulevard Baille puis la rue Marengo. Leur progression est stoppée par un nouveau barrage. Les manifestants bifurquent de nouveau. Par la rue Commandant Imhaus, ils arrivent sur le cours Lieutaud où ils se trouvent rapidement encerclés par deux groupes de cyclistes. Une brève mais violente échauffourée s’ensuit. Les manifestants réussissent à se disperser dans les rues voisines avant de se regrouper dans l’espoir de reprendre leur marche vers la préfecture. Devant l’étanchéité du quadrillage du quartier par la police, les métallos décident d’effectuer un large détour pour gagner la Canebière où ils espèrent joindre leurs forces à celles d’autres manifestants venant du meeting. Vers 17 heures 35, de nouveaux groupes se constituent à l’angle de la place de Rome et de la rue Lafon ainsi qu’à celui du boulevard Louis Salvator et de la rue de Rome. La présence de la brigade canine provoque un repli général vers le cours Lieutaud. Les derniers affrontements de l’après-midi se produisent lorsque de nouvelles concentrations se forment dans la partie de la rue de Rome comprise entre la place portant le même nom et la rue de l’Académie. Des cyclistes, épaulés par un groupe de CRS arrivant du cours Belsunce, forcent les manifestants à évacuer les rues de Rome, Lafon, la Palud, Estelle et Dieudé. Le bilan de la journée est loin d’être positif. Le meeting des travailleurs du port ne débouche pas sur la mobilisation massive escomptée. Sur un total de 7 000 adhérents pour l’ensemble des syndicats des dockers et des marins, seules 500 personnes environ assistent à un meeting qui débute avec quarante-cinq minutes de retard. Ces chiffres rendent, par extrapolation, peu crédibles les affirmations de la présence de 10 000 manifestants au total. De plus, le prix à payer pour cette mobilisation musclée est lourd. Les forces de l’ordre interpellent une trentaine de personnes dont dix environ sont déférées au Parquet. Mécontente du déroulement de la journée, la direction nationale du PCF adresse, après les remontrances liées aux mauvais résultats enregistrés lors des cantonales de mars, son second blâme de l’année à la fédération des Bouches-du-Rhône.

Un succès éphémère sur La Canebière

77Le 10 janvier 1950, l’objectif est de parvenir à bloquer le Pasteur durant quarante-huit heures soit le double des retards entraînés jusqu’alors par des actions similaires sur des navires en partance pour l’Indochine. En cas de réussite de l’opération, le transport de troupes se trouvera immobilisé à quai au moment où se déroulera une manifestation en ville.

78Les actions importantes initiées par le Parti sont d’ordinaire popularisées au moins une semaine à l’avance par les quotidiens communistes locaux. Dans le cas présent, si La Marseillaise et Midi-Soir signalent les 27 et 28 décembre 1949 que le Pasteur repartira bientôt « avec un nouveau contingent de jeunes soldats », il faut attendre le 9 janvier pour que ces deux organes de presse mentionnent qu’une manifestation est prévue le lendemain pour protester contre cet appareillage. Reflet supplémentaire de l’hésitation régnant alors au sein de la direction fédérale, aucun des deux journaux n’indique de qui émane cette décision. De fait, Pierre Doize se heurte à l’interdiction du rassemblement décidée par le préfet Baylot. Il souhaite par ailleurs ne plus avoir à subir les remontrances d’une direction nationale peu satisfaite du maigre bilan enregistré le 24 août 1949. C’est donc seulement après avoir reçu des instructions de Paris qu’il confie la responsabilité de l’organisation de la journée à Lucien Molino, le secrétaire général de l’ud-CGT. Le 10 janvier, La Marseillaise publie enfin la liste des « organisations démocratiques » qui appellent à manifester.

79Selon le plan mis au point par Paul Cermolacce, Félix Pierrangelli, un des secrétaires du syndicat CGT des marins de Marseille, mène depuis le 7 janvier à bord du paquebot une action continue en direction de l’équipage. Il appuie son action sur les différentes revendications en cours, en particulier celle concernant le maintien de la quantité convertible de piastres. Dans l’après-midi du 9 janvier, Georges Serano et Georges Brunero, respectivement secrétaires des syndicats CGT des marins et des transports, organisent une assemblée générale à bord du Pasteur. Cent trente à cent cinquante personnes environ votent à mains levées le principe d’une grève de quarante-huit heures. La présence parmi elles de trente métallurgistes de la SPCN chargés d’effectuer des réparations favorise l’adoption de cette mesure. Parallèlement aux efforts accomplis en direction de l’équipage, les jeunes de l’UJRF essaient le même jour de distribuer un tract pour inciter les troupes sur le départ à participer à la manifestation du lendemain. Censé émaner d’un groupe de militaires « désignés d’office pour le Vietnam », le document distribué débute sur les habituelles dénonciations d’une guerre perdue d’avance mais poursuivie, dans l’intérêt sordide des banques françaises et étrangères, par des SS qui massacrent aujourd’hui ceux qui résistèrent autrefois à l’invasion des Japonais. Affirmant que « toutes les conditions sont requises pour que nous ne partions pas », le tract exhorte les militaires à se rendre à terre pour exiger leur maintien en France. Avec « l’aide de la population, des travailleurs du département », cet objectif devient réalisable grâce à la force collective des trois mille soldats présents à bord. Cette tentative se solde par un échec complet, les jeunes de l’UJRF s’étant heurté à une réaction franchement hostile des militaires.

80Même si elle n’est prise que par un peu moins du quart de l’équipage, la décision adoptée peut conduire à une immobilisation durable du navire. Confrontés à cette perspective, les pouvoirs publics ont déjà mis au point leur riposte. Remplis depuis la veille, des ordres de réquisition sont transmis aux délégués de l’équipage le 10 janvier dès six heures quarante du matin. Protestant avec véhémence, ces derniers refusent de les prendre pour les distribuer. Vers huit heures trente, la situation à bord du Pasteur est très tendue. Si les officiers et la presque totalité du service hôtellerie acceptent les réquisitions, la majorité du personnel du restaurant et pratiquement tous les marins des machines et du pont refusent de s’y plier. Les efforts de Félix Pierrangelli qui a pu rester à bord durant la nuit du 9 au 10, la fermeté de certains délégués du bord, les motifs de mécontentement des marins jouent en faveur de l’immobilisation du navire. De longs pourparlers assez chaotiques s’engagent alors entre le commandant, l’administrateur en chef de l’Inscription maritime, l’agent comptable, le chef de l’armement de la compagnie des Chargeurs réunis à Marseille d’une part et les délégués de l’équipage de l’autre. Ces derniers insistent sur le caractère professionnel de leur mouvement en rappelant leurs revendications. Le porte-parole des armateurs répond en évoquant la possibilité de prendre celles-ci en compte lors de la réunion du CCAF le 11 à Paris. Ces avancées ne poussent pourtant pas la majorité des différentes catégories de personnels composant l’équipage à se déterminer en faveur de l’appareillage.

81Progressivement pourtant la détermination des délégués s’amoindrit. Certains parlent maintenant de limiter le mouvement de grève à trente-six heures. Ce flottement résulte de l’absence à bord de Georges Serano. Arrêté par les CRS de garde à l’échelle du navire, ce dernier n’est plus là pour les stimuler. Les délégués finissent par accepter vers treize heures quinze le principe d’un appareillage fixé le lendemain à six heures du matin pour des questions techniques. Les représentants des armateurs promettent de leur côté d’examiner les revendications exprimées par les marins et acceptent le retour à bord de Georges Serano. La vigueur de l’intervention de ce dernier auprès des délégués débouche à seize heures trente sur la dénonciation de l’accord par le personnel des machines qui se prononce pour une immobilisation supplémentaire d’un jour. Ce retournement de situation conduit les pouvoirs publics à organiser la prise de contrôle du Pasteur. Cent vingt gardes mobiles, gendarmes et gendarmes maritimes font évacuer les machines le 11 janvier à cinq heures du matin. Cette présence et la menace de se trouver déférés au Parquet poussent les délégués, accompagnés par Félix Pierrangelli, à négocier de nouveau. Le principe d’une reprise du travail est adopté un peu avant sept heures. Le Pasteur finit par quitter normalement Marseille à onze heures du matin. Succès pour la CGT, l’immobilisation du paquebot n’a pas pour autant débouché sur une participation de l’équipage ou des militaires embarqués à l’action qui s’est déroulée la veille sur la Canebière.

  • 78 Arch. dép., dossier 148 W 290, note du 9 janvier 1950. Une note des RG rédigée juste après la manif (...)

82Si la décision de manifester est annoncée peu de temps seulement avant le 10 janvier, la détermination des militants semble avoir des racines plus profondes liées aux affrontements des journées de novembre 1947 et aux heurts du 24 août 1949. Solidement encadrés depuis de longues semaines, les jeunes les plus motivés trouvent enfin l’occasion de prouver leur engagement concret contre la guerre d’Indochine. Afin d’amplifier l’impact de la manifestation, un mouvement de grève des cheminots CGT doit paralyser tout le réseau du Sud-est durant toute la journée tandis que de multiples débrayages sont prévus dans les entreprises marseillaises. Les pouvoirs publics s’attendent eux aussi à une journée de forte mobilisation durant laquelle les jeunes et les anciens résistants se trouveront placés en pointe78. S’appuyant sur des informations qu’ils qualifient de « sûres » et sur les déclarations contenues dans la presse communiste, ils ont organisé le gros des 1 440 hommes dont ils disposent en fonction d’une manifestation devant aboutir place de la Joliette. Des CRS et des agents cyclistes ont pris position devant le siège du syndicat des ports et docks. D’autres groupes barrent les rues de la République et Forbin, les boulevards de la Major et Maritime, le quai de la Joliette et la rue Mazenod. Des détachements moins étoffés de cyclistes stationnent sur le cours Belsunce, aux Mobiles et à la préfecture. Une masse de manœuvre a été constituée avec 150 cyclistes parmi lesquels deux patrouilles de 15 hommes sont destinées à sillonner la Canebière et à effectuer les liaisons nécessaires. Gares et dépôts ferroviaires de la ville sont occupés pour contrer la grève prévue chez les cheminots.

83L’ampleur des débrayages enregistrés en ce 10 janvier varie entre un tiers et cinquante pour cent des effectifs selon les entreprises. Le résultat obtenu est inférieur aux espoirs des responsables syndicaux. Signe supplémentaire d’une mobilisation décevante, la plupart des grévistes se dispersent et rentrent chez eux. Sur le port, la majeure partie des dockers professionnels cesse le travail mais la présence des forces de l’ordre sur la place de la Joliette empêche tout rassemblement lors de l’embauche pour la vacation de l’après-midi. De petits groupes se constituent toutefois à partir de seize heures sur les trottoirs de la rue de la République. Une demi-heure plus tard, les conducteurs de trams bloquent leurs véhicules sur le boulevard de la Major et le quai de la Joliette pour y paralyser le gros des forces de l’ordre et, du fait de l’accroissement du nombre de piétons sur la Canebière qui résultera de cet arrêt, permettre aux manifestants de se fondre plus facilement dans la foule. Le mot d’ordre de se rendre en ordre dispersé vers la principale artère de Marseille circule de bouche à oreille à partir de seize heures trente. Le lendemain, Le Provençal évoque une dispersion « par petits groupes » se donnant la Canebière comme objectif « pour s’y réunir et tenter de manifester », Le Méridional parle « d’une stratégie et d’une véritable tactique soigneusement mises au point » alors que La Marseillaise se félicite de la maturité politique des travailleurs qui ont flairé « le traquenard tendu par le préfet ».

  • 79 Déclaration effectuée le 21 octobre 1998.
  • 80 Dans Ma vie et mes combats, Lucien Molino passe totalement sous silence cette manifestation du 10 j (...)
  • 81 Déclaration effectuée le 15 avril 1997 par Blaise Blasquez.

84Plusieurs des acteurs de cet événement ont expliqué les raisons de la déroute momentanée des forces de l’ordre. Selon Line Ceccaldi, les responsables de l’ud-CGT, sachant leurs communications téléphoniques placées sur écoute, auraient mentionné que le port était le lieu d’aboutissement de la manifestation pour pousser les forces de l’ordre à adopter un dispositif inadapté à la situation79. Lucien Molino a parlé à plusieurs reprises d’une décision de dernière minute qu’il aurait prise pour contrer le déploiement des forces de police sur la place de la Joliette80. Blaise Blasquez, alors responsable départemental de l’UJRF fournit une troisième interprétation. Considérés « comme quantité négligeable par rapport à la masse syndicale »81, et laissés sans consigne d’action précise, les jeunes auraient décidé de converger de leurs cercles respectifs vers la Canebière. Cette décision leur aurait permis de créer la surprise sur l’artère principale de Marseille. Les autorités, pensant que la manifestation se déroulerait au niveau du port, semblent avoir été totalement prises au dépourvu par l’arrêt des trolleybus qui les empêche de déplacer rapidement le gros de leurs forces vers le lieu réel de l’action. Elles s’attendaient bien à une effervescence certaine sur la Canebière mais avaient renoncé à adopter des mesures préventives du fait de l’affluence accrue résultant de la séance de dédicace du livre de Pierre Clostermann à la librairie Flammarion.

  • 82 Arch. dép., dossier 148 W 378, rapports des 10 et 11 janvier, du 17 février.

85La brièveté caractérise les événements qui se déroulent en cette fin d’après-midi du 10 janvier. Vers dix-sept heures, un groupe de 600 personnes environ se constitue en quelques minutes sur la Canebière avant de tenter de descendre cette artère sous le couvert des nombreux passants présents à ce moment-là82. Une courte allocution est tout d’abord prononcée au niveau du monument des Mobiles. Des heurts se produisent avec une dizaine d’agents cyclistes au niveau de la pharmacie Dorier. Supérieurs en nombre, les manifestants conduits par les jeunes de l’UJRF obligent leurs adversaires à se replier en direction du carrefour situé entre le boulevard Dugommier, la Canebière et le boulevard Garibaldi en abandonnant leurs vélos sur place. Dix agents environ sont blessés. L’arrivée d’un deuxième groupe de cyclistes stationné en attente devant le cinéma Les Trois Salles, puis celle des CRS, permet aux forces de l’ordre de réinvestir la Canebière. Les manifestants se dispersent dans la foule. Six d’entre eux sont malgré tout arrêtés. Le calme revient vers dix-sept heures quinze, mais le dispositif policier est maintenu jusqu’à tard dans la soirée.

Défendre les combattants de la paix

86Le plan adopté le 9 octobre, à la veille de l’ouverture du procès des « 10 » de la Bocca, s’inspire du déroulement de la journée du 10 janvier 1950. Des mesures de diversion sont prévues pour assurer le succès de la manifestation principale sur la Canebière tandis qu’une présence permanente doit être maintenue aux abords du fort Saint-Nicolas. Avocats et témoins de la défense prolongeront les débats afin de permettre au mouvement de prendre le plus d’ampleur possible.

87Le jour de l’ouverture du procès, environ cinq cents militants se regroupent sur la Canebière. Jouant au chat et à la souris avec les forces de police, les manifestants se dispersent à plusieurs reprises, écoutent de brèves prises de parole avant de se disperser de nouveau. Simultanément, cent cinquante autres personnes se rassemblent aux abords du fort Saint-Nicolas. Des bousculades se produisent avec les forces de l’ordre. Plus étoffées, ces dernières dispersent des manifestants déçus de se retrouver en état d’infériorité numérique. Le 11 octobre, tandis que François Billoux utilise sa comparution devant le tribunal pour défendre l’idée que chaque Français possède le droit de défendre la paix, huit courts débrayages se produisent, des heurts ont lieu entre manifestants et CRS sur le quai de Rive-Neuve. Le 12 octobre, quatorze nouveaux arrêts de travail sont enregistrés mais les dockers ne s’associent toujours pas au mouvement. François Billoux demande aux 1 400 personnes réunies au cinéma Saint-Lazare de fournir un ultime effort à l’approche du verdict. Au total, 2 200 travailleurs marseillais arrêtent leurs activités le lendemain. Le 14 octobre, 600 personnes répondent à l’appel des tracts et affiches les invitant à venir au cinéma Saint-Lazare pour dénoncer « ce verdict de classe » qui aurait été plus lourd sans la pression populaire. Le meeting se termine avec l’adoption d’une résolution réclamant la libération des cinq condamnés ainsi que celle d’Henri Martin.

Chasser le « porteur de peste »

  • 83 Réunion du 12 mai 1952 du Secrétariat du PCF. Michel Pigenet, op. cit., p. 20.

88La manifestation du 28 mai 1952 contre le général Ridgway est la seule qui, à Marseille, se rattache à un mot d’ordre d’action nationale. Le 17 mai 1952, à l’issue des journées organisées dans la capitale « pour sauver la paix », une résolution évoque une première démonstration destinée à préparer « une grande manifestation puissante et invincible »83. Cette particularité impose, avant d’aborder ce chapitre, de rappeler le contexte parisien de cette journée.

  • 84 Déclaration de Joanny Berlioz devant le Comité central en juin 1952.
  • 85 Danielle Tartakowsky, op. cit., p. 571.

89Les 23 et 24 mai, des actions se déroulent dans la banlieue parisienne. Le bilan est déjà lourd. Les forces de l’ordre comptent 49 blessés dans leurs rangs et procèdent à 279 interpellations. Dès le 25, le bureau du conseil de la paix de la Seine appelle à venir manifester trois jours plus tard place de la République. Des consignes circulent, recommandant de ne pas venir les mains vides. Manifestation prévue pour « provoquer des chocs avec le service d’ordre »84, la journée du 28 mai répond aussi, selon Danielle Tartakowsky, à « des enjeux dans les crises de cadres »85 que connaît alors le PCF.

90Les affrontements dans Paris durent seulement deux heures mais sont d’une violence exceptionnelle. Ils opposent un dispositif policier particulièrement dense destiné à interdire toute infiltration vers le lieu annoncé du rassemblement à des colonnes de manifestants qui n’hésitent pas à venir au contact. Personne ne se fait de cadeau. Matraques, manches de pioche et pancartes s’affrontent tandis que des projectiles variés fusent. Avances et replis se succèdent. Quelques tentatives pour ériger des barricades se produisent. Le bilan de la soirée est lourd. Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky recensent 372 blessés parmi les forces de l’ordre, 17 chez les manifestants qui comptent aussi un mort dans leurs rangs. Le total des interpellations s’élève à 718 personnes. Tandis que ces événements se déroulent à Paris, trente manifestations se produisent dans vingt-quatre départements différents. La plupart présentent de fortes similitudes avec ce qui vient de se passer dans la capitale. Les manifestants sont peu nombreux mais déterminés. Ils ne sont pas venus les mains vides. Leur stratégie repose aussi sur la convergence vers le centre de plusieurs colonnes provenant de points de rassemblements périphériques.

91En ce 28 mai 1952, le plan élaboré par l’union départementale CGT des Bouches-du-Rhône prévoit un arrêt de travail à partir de dix-sept heures de manière à laisser le temps aux manifestants de rejoindre les points de regroupements prévus. Marseille a été divisée en deux secteurs. Ceux qui viennent du secteur Nord se rassembleront dans le quartier Saint-Lazare. De la place Marceau, ils marcheront vers le monument des Mobiles en empruntant le cours Belsunce. Les manifestants du secteur Sud passeront successivement par le quartier Baille, la place Castellane, le boulevard Baille, le cours Lieutaud avant d’accéder aux Mobiles. Chaque cortège se trouve placé sous la responsabilité d’un ancien résistant communiste. Un rassemblement de diversion est prévu aux Chartreux. Un dernier groupe doit intervenir sur la Canebière pour prendre à revers les forces de l’ordre accrochées par les groupes Nord et Sud.

  • 86 Le tract du syndicat CGT des ports et docks, après avoir habilement évoqué les récents accidents du (...)
  • 87 Arch. dép., dossier 148 W 291, tract de l’UJRF.
  • 88 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 17 mai 1952.

92Tout au long de la matinée du 28 mai 1952, l’effort de mobilisation se poursuit dans Marseille sous la forme de réunions destinées à rappeler aux cadres syndicaux qu’ils doivent expliquer aux travailleurs l’importance de ne pas reculer devant les forces de police en ne venant pas les mains vides à la manifestation. De nombreux tracts ont été préparés pour populariser les mots d’ordre de cette journée86. Les slogans « Ridgway à la porte » et « Pinay en prison » dénotent bien la volonté de frapper le gouvernement à travers la manifestation. Les tracts engagent les militants à se lancer dans une action musclée. Les formules, « Il faut frapper fort. Tout de suite et à coups redoublés » et « Pour un œil, les deux yeux, pour une dent, toute la gueule », traduisent une volonté de ne pas reculer devant les forces de police87. Cette fermeté affichée illustre-t-elle la réalité de l’état d’esprit des militants communistes ou correspond-elle à un souci de répondre aux attentes de la direction nationale du Parti ? S’agit-il de stimuler la détermination des manifestants ou d’entamer le moral des forces de l’ordre comme le pensent les Renseignements généraux qui possèdent depuis le 17 mai le compte rendu des discussions et des décisions adoptées la veille au soir lors de la première réunion du comité fédéral ?88 L’impossibilité d’obtenir des responsables communistes la moindre signature du procès-verbal de remise de l’arrêté préfectoral conforte les représentants des pouvoirs publics dans l’idée qu’ils se trouveront confrontés à une agitation importante le 28 mai. Aussi, afin de faciliter l’action des forces de l’ordre sur le lieu des probables affrontements et éviter un embouteillage semblable à celui du 10 janvier 1950, ces derniers ont décidé, en accord avec la RATVM, d’interrompre la circulation des tramways sur la Canebière à partir de dix-sept heures et de stopper celle des autres véhicules quarante-cinq minutes plus tard. Pour décourager le plus grand nombre possible de manifestants potentiels, la préfecture fait apposer très tôt dans la matinée du 28 un millier d’affiches reproduisant le texte de l’interdiction. Des journalistes et des organisateurs présumés du rassemblement sont interpellés. À l’image du préfet Baylot ordonnant à Paris la saisie de l’Humanité et de Libération, René Paira décide la saisie de La Marseillaise et engage des poursuites à son encontre.

  • 89 La carte de la p. 156 permet de suivre le déroulement de la manifestation.
  • 90 Arch. dép., dossier 148 W 291.
  • 91 Arch. dép., dossier 148 W 291, synthèse du 3 juillet 1952.

93À dix-huit heures, des groupes de cinquante à cinq cents personnes venant du boulevard Longchamp, du boulevard de la Libération, de la place d’Aix, du cours Belsunce, du Square de la Bourse, du boulevard Garibaldi, du cours Saint-Louis effectuent des tentatives d’infiltrations à travers le service d’ordre89. La plupart des 2 000 manifestants sont venus les mains vides même si des jets de boulons ou de pierres se traduisent par onze blessés légers parmi les forces de l’ordre. Cette détermination ne leur permet pas toutefois de parvenir jusqu’au monument des Mobiles. Le rétablissement de la circulation sur la Canebière est possible dès vingt et une heures. L’objectif déclaré de « tenir » les Mobiles n’a pas été atteint. Cet échec est aggravé par la répression qui s’abat aussitôt. Dès le 28, le ministre de la Justice demande au procureur général d’Aix-en-Provence d’ouvrir sans plus tarder l’ouverture immédiate d’une information pour infraction à la loi du 7 juin 1848 sur les attroupements, de requérir des mandats de dépôt à l’encontre des manifestants et des organisateurs et de refuser toute demande de mise en liberté provisoire90. En vertu de ces directives, 48 des 124 personnes appréhendées pour avoir appelé ou participé à la manifestation sont déférées au Parquet91. Cinq manifestants surpris en flagrant délit sont condamnés à huit jours de prison avec sursis. Le 29 mai, un arrêté préfectoral interdit « jusqu’à nouvel ordre » toute manifestation politique dans le département.

94Saisie ce même jour par la police, l’édition de La Marseillaise se félicite du déroulement des « grandioses manifestations contre Ridgway » qui se sont produites la veille dans toute la France. Des « dizaines de milliers » de « patriotes », « entourés de la sympathie de la population », auraient « tenu » les rues de Paris et du centre de Marseille. Hier, « notre peuple… cognait contre la guerre », mettant ainsi en échec le « plan de bataille soigneusement mis au point avec les services yankees » par le préfet Baylot. L’arrestation de Jacques Duclos serait une réaction de peur du gouvernement devant l’ampleur des manifestations. Face à cette mesure « fasciste » d’une extrême gravité, le quotidien communiste souligne l’urgence d’élever « une immense et irrésistible protestation » en organisant « un torrent de résolutions, de manifestations, de débrayages ». Ne pas réagir équivaudrait à « s’abandonner à la guerre, au fascisme, à la catastrophe ».

  • 92 Arch. dép., dossier 148 W 291, note du 31 mai 1952.
  • 93 La Marseillaise, 2 juin 1952. Le quotidien publie aussi une déclaration intitulée « À bas la guerre (...)

95Malgré les menaces contenues dans l’arrêté préfectoral, des militants communistes distribuent, dès le 29 mai, des tracts reproduisant un appel à la lutte émanant du Bureau politique. Le lendemain, les dirigeants fédéraux tentent de mobiliser à nouveau les militants mais la présence d’importantes forces de l’ordre sur la Canebière et dans les quartiers empêche tout rassemblement. L’unique manifestation de la journée se déroule à Saint-Louis où deux cents personnes environ munies de pancartes se heurtent à la police. Aux jets de projectiles des manifestants s’opposent les tirs des forces de l’ordre qui font deux blessés. Prévenues par des informateurs bien placés, les autorités ont disposé leurs forces en conséquence92. L’auteur du rapport de police du 31 mai insiste sur le désarroi des dirigeants fédéraux à la suite de l’échec de la tentative de la veille sur la Canebière. Bien que les mots d’ordre de cette manifestation n’aient été communiqués que le 29 mai aux responsables de sections et aux cadres de la CGT, les autorités étaient informées de ce qui se préparait et avaient pu établir leurs plans en conséquence. Les dirigeants fédéraux comprennent qu’ils ne peuvent plus bénéficier de l’élément de surprise puisque leurs directions respectives sont infiltrées. Ils constatent aussi le recul du niveau de la mobilisation militante. Bien que persuadés de l’impossibilité de mener de nouvelles actions de rues d’envergure, les dirigeants doivent tenir compte des consignes du Comité central et du bureau confédéral de la CGT qui, le 2 juin, demandent aux travailleurs d’agir « sans délai » pour « élargir, amplifier, unifier les grèves déjà commencées »93 et assurer le succès de la journée nationale de soutien à Jacques Duclos qui doit se dérouler le surlendemain. Pour les communistes marseillais, la période des grandes manifestations de rues est pourtant terminée. Lié à l’arrestation du secrétaire général par intérim et à la présence de pigeons dans le coffre de son véhicule, le procès dit « de Toulon » commence.

  • 94 Arch. dép., dossier 148 W 294. Note du 30 juillet 1952.

96Cette affaire débute lorsque, à la suite d’une perquisition consécutive à la manifestation du 28 mai, le juge Roth ouvre une information pour complot contre la sûreté de l’État. Le dossier transmis au Tribunal maritime de la troisième région comprend entre autres pièces le compte rendu des propos tenus par André Stil à Marseille lors du meeting du 28 avril au Saint-Lazare. Le juge Roth estime détenir grâce à ce document la preuve que le PCF visait à s’en prendre à l’armée et au gouvernement. Ayant assisté à cette assemblée, Marius Colombini, Pierre Doize et l’ensemble des autres responsables communistes de la région ne tardent pas à être convoqués par le juge qui veut entendre leur version des faits. Le 7 août, à la suite de son audition, le secrétaire général de l’ud-CGT est arrêté et incarcéré. Pierre Doize décide de ne plus apparaître en public et de ne plus regagner son domicile. Dans la presse du parti ou lors de réunions de soutien, les responsables communistes dénoncent aussitôt une provocation préméditée. Ils soutiennent que le dossier d’accusation est monté de toutes pièces à partir de témoignages douteux et de documents officiels dénués d’intérêt stratégique. Le gouvernement compterait sur cette affaire pour monter de nouvelles machinations contre Henri Martin. Cette volonté de relancer le complot expliquerait le séjour du préfet Baylot aux États-Unis et la présence d’Irving Brown en France. Le choix de Toulon s’inscrirait, ainsi que la perquisition effectuée au siège du Parti à Ajaccio, dans le droit fil des déclarations du président Truman sur la sécurité des arrières en cas de guerre. Le comité fédéral dénonce les méthodes employées à l’encontre d’un ancien résistant par un garde des Sceaux accusé de collaboration. Le juge Roth se voit aussi reprocher son anticommunisme et son hostilité à la cause de la paix. Dans ce contexte, les libérations successives d’André Stil et de Marius Colombini les 18 et 19 juillet ainsi que le succès remporté le 20 juillet par Henri Pagès lors de la cantonale partielle entraînée par le décès de Josette Reibaut sont placés sous le signe de la victoire de la paix et de l’échec de la campagne anticommuniste. L’arrestation le 23 juillet à Marseille de Louis Perrimond réactive la thèse du complot qui ne se limite pas aux yeux des dirigeants fédéraux à un simple élément de propagande puisque, à la fin du mois de juillet, ils demandent aux responsables de sections de brûler au fur et à mesure tous les documents reçus94. Les effets du procès de Toulon ne commenceront à s’estomper dans les esprits qu’à partir de l’automne.

Les traminots, l’arrière-plan de toutes ces manifestations ?

  • 95 Robert Mencherini, op. cit., p. 27.
  • 96 La Marseillaise, 8 janvier 1952.
  • 97 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 28 mai 1952.

97Évoquant les « quatre semaines qui bouleversent la France » en novembre et décembre 1947, Robert Mencherini déclare que « tout commence à Marseille le lundi 10 novembre par l’arrestation de quatre militants de la CGT, lors de protestations contre l’augmentation du prix des tramways »95. Présentant tout à la fois des bases communes et des spécificités propres, les manifestations des années froides sont elles aussi marquées par le rôle dévolu aux traminots CGT. La paralysie du trafic que ceux-ci peuvent provoquer est susceptible de favoriser le succès d’une action de rue en augmentant l’importance de la foule au sein de laquelle pourront se fondre les manifestants. Les traminots cessent ainsi le travail le 24 août 1949 entre 14 heures 30 et 17 heures. Le 10 janvier 1950, ils contribuent à isoler le gros des forces de l’ordre du centre névralgique de la manifestation. Le 12 octobre 1950, dans le cadre des manifestations devant ponctuer le procès des « dix » de La Bocca, ils débraient de quatre heures à dix heures du matin. Le refus de FO et des Autonomes de participer à un mouvement jugé politique ainsi que l’intervention de camions de l’armée protégés par des policiers limite la portée de leur arrêt de travail. Le 8 janvier 1952, alors que le comité fédéral vient d’adopter le principe d’une action pour commémorer le second anniversaire de la manifestation du 10 janvier sur la Canebière, Marius Colombini se déclare, au nom de l’ud-CGT, favorable à des actions « sous les formes que les travailleurs détermineront eux-mêmes » tandis que Pierre Isoard affirme que « les traminots sont décidés à obtenir satisfaction »96. À l’image de ce qui se passe parmi les autres corporations, cette tentative de mobilisation se solde par un échec. Le rôle des traminots se réduit encore plus le 28 mai 1952. Tenus au courant par leurs informateurs des dispositifs adoptés en vue de la manifestation contre le général Ridgway, les pouvoirs publics, en accord avec la RATVM, décident d’interrompre la circulation des tramways sur la Canebière à partir de dix-sept heures97. Associée à l’importance du dispositif policier mis en place à cette occasion, cette mesure contribue à empêcher les manifestants de s’infiltrer au travers du service d’ordre.

La défense de la paix

98Tout au long de ces années froides, la défense de la paix demeure un thème majeur de la propagande communiste, la direction nationale du PCF n’ayant de cesse de dénoncer les risques de guerre auxquels conduirait la politique impérialiste des États-Unis. Lancée au tout début de l’année 1949, la campagne contre l’adhésion de la France au Pacte atlantique, officiellement initiée par le conseil national des Combattants de la paix, est la première d’une série d’opérations de collectes de votes et de signatures qui se succéderont, et parfois interféreront sans interruption jusqu’au rejet de la CED en août 1954. Ces consultations complètent les actions spécifiques lancées, sous l’égide du Parti communiste, par les mouvements de femmes et de jeunes : UFF d’une part, UJFF et UJRF de l’autre. Les campagnes de soutien des « combattants de la paix » emprisonnés par la justice des « fauteurs de guerre » s’intègrent aussi dans ce dispositif.

Faire voter les populations

99Première action de ce type, la campagne contre l’adhésion de la France au Pacte atlantique prend la forme d’une lettre destinée au président Truman qui est publiée, dès le 28 février 1949, par la presse communiste. Ceux qui acceptent de la signer déclarent ne pas se sentier liés par un traité accepté par le gouvernement sans qu’eux-mêmes aient été consultés. Ils affirment refuser un pacte qui conduirait la France à participer « à une guerre d’agression contre l’URSS », aucun étranger, « fût-ce un ami », ne pouvant décider à la place du peuple français.

  • 98 Extraits du bulletin de vote publié dans La Marseillaise du 7 septembre 1949.
  • 99 Arch. dép., dossier 148 W 290, note du 31 août 1949.
  • 100 La Marseillaise, 25 octobre 1949.
  • 101 Fernand Vigne a lancé cette initiative le 30 octobre, lors du congrès international du Mouvement de (...)
  • 102 Cahiers du communisme, mai 1950, déjà cité.

100L’organisation d’un vote « en faveur de la Paix sous l’égide des Combattants de la Paix » et la tenue d’une « puissante manifestation populaire » le 2 octobre sont annoncées par La Marseillaise du 27 août. D’après le communiqué publié ce jour-là, celui qui choisit de s’exprimer par ce moyen manifeste son refus de l’arme atomique et de la course aux armements qui accable le peuple « sous le poids de charges accrues et d’une misère aggravée », déclare s’opposer à la reconstruction d’« une Allemagne occidentale militariste et revancharde » ainsi qu’à la poursuite de la guerre au Vietnam « qui soulève la réprobation de tous les hommes de cœur et qui tue nos enfants »98. À l’origine de cette démarche se trouve une décision adoptée dès le mois d’août par le Comité central du PCF99. Ce dernier demande aux fédérations d’utiliser les futures manifestations en faveur de la paix pour préparer l’agitation sociale qui doit contribuer à la chute du gouvernement Queuille. Alors que la campagne précédente n’est pas encore terminée, à Marseille elle se prolonge jusqu’au 23 octobre, le conseil national des Combattants de la paix déclare le 16 octobre que « le danger atomique exige la mise hors la loi de cette arme du crime »100. En décembre, le congrès mondial des Partisans de la Paix appelle aussi à une mobilisation pour imposer l’interdiction de la bombe et des pourparlers en vue de l’arrêt des guerres en Grèce, au Vietnam et en Indonésie. Une multiplication des efforts, en faveur de la signature d’un pacte de paix entre les grandes puissances et contre le réarmement allemand, est en outre attendue. La quinzaine de mobilisation mondiale contre la bombe atomique débute à Marseille le 6 janvier 1950101. L’appel lancé à Stockholm le 18 mars 1950 représente ainsi l’aboutissement d’une longue mobilisation préalable contre ce type d’arme. Le souci de le voir remporter un franc succès devient aussitôt une question primordiale aux yeux des dirigeants du Parti depuis que Maurice Thorez a clôturé le XIIe congrès en demandant aux communistes de se mettre immédiatement à l’œuvre « pour que s’exprime massivement la condamnation populaire contre l’arme atomique, arme d’agression et d’extermination des peuples »102.

101Déjà présente à la fin de l’année 1949, la question du réarmement allemand sert de fondement à la nouvelle opération entreprise le 23 décembre 1950 par le conseil national des Combattants de la paix. Selon l’éditorial des Cahiers du communisme de janvier 1951, « dans la bataille pour la paix et l’indépendance » qui doit être menée, « la lutte contre le réarmement de l’Allemagne constitue la tâche essentielle du peuple français », « le maillon à saisir pour tirer toute la chaîne ». Deux mois à peine après le début de cette campagne, l’évolution de la situation politique internationale conduit à une modification des objectifs initiaux. Le 25 février 1951, soit quelques jours seulement avant l’ouverture de la conférence des suppléants, le conseil mondial de la paix lance de Berlin une nouvelle campagne de collecte de signatures en faveur de la conclusion d’un pacte de paix entre les cinq grandes puissances. Ces opérations se déroulent encore dans certains quartiers de Marseille au début de 1952 alors que s’annoncent déjà d’autres opérations similaires.

  • 103 La Marseillaise, 10 avril 1952.

102Dès les premiers jours du mois de janvier, l’Union soviétique, par la voix d’André Vychinski, propose de confier à l’ONU le soin de rechercher les possibilités de mettre fin au conflit coréen, se déclare favorable à l’interdiction totale de l’arme atomique assortie d’un contrôle international permanent et fixe au mois de juillet la tenue d’une conférence mondiale sur le désarmement. Wilhelm Pieck propose parallèlement la tenue d’élections libres et générales dans toute l’Allemagne. Reprenant le contenu de ces diverses propositions, le Mouvement de la paix convie les populations à signer des motions pour réclamer l’arrêt des combats en Corée et exprimer leur refus du réarmement allemand. Le 10 avril 1952, à la suite de l’appel d’Oslo, le Mouvement demande que se développe sans plus tarder une action énergique « pour faire cesser la guerre bactériologique » en Corée103. Deux jours plus tard, le conseil départemental de la Paix lance une collecte de signatures destinée à mettre un terme à l’emploi de ce type d’armes.

  • 104 La Marseillaise, 26 avril 1953. Le quotidien publie ce jour-là, sans y ajouter le moindre commentai (...)

103Le 8 juillet 1952, dans le cadre de la préparation du troisième Congrès des peuples qui doit se tenir à Vienne à partir du 4 décembre, le Conseil mondial de la paix annonce le déroulement d’une nouvelle consultation pour imposer l’interdiction immédiate des armes dites d’épouvante, le désarmement général et contrôlé, la signature d’un pacte garantissant la paix entre les grandes puissances et l’indépendance nationale de tous les peuples. Le 18 mai 1953, le conseil national de la paix lance une nouvelle collecte de bulletins exigeant la fin des guerres d’Indochine et de Corée, la tenue d’une conférence à quatre sur l’Allemagne et l’adoption de solutions négociées pour tous les litiges en cours. Ces mots d’ordre sont formulés peu de temps après qu’un éditorial de la Pravda ait annoncé que l’URSS était « prête à entamer une discussion sérieuse, amicale sur tous les problèmes en suspens par la voie de pourparlers directs ou dans le cadre de l’ONU »104. Durant le mois de septembre 1953, la campagne en cours pour exiger l’arrêt de la guerre d’Indochine cède la place à de nouvelles opérations destinée à lutter contre les accords de Bonn et de Paris. D’une durée particulièrement importante, ces dernières sont régulièrement relancées par le conseil départemental du Mouvement de la paix qui s’appuie sur les événements importants du moment : conférence nationale du mouvement le 15 décembre 1953, ouverture de la conférence des Quatre à Berlin le 25 janvier 1954, commémoration de la fin de la guerre le 8 mai suivant.

104Plusieurs méthodes sont régulièrement utilisées afin de convaincre les militants de s’impliquer toujours plus pour assurer le succès des collectes de bulletins et de signatures : publications de déclarations de soutien ou de prises de position justifiant le vote, exploitation des faits marquants de l’actualité ou d’un passé douloureux (brutalités des occupants nazis et traumatisme du bombardement du 27 mai 1944 en particulier), création d’un courant d’émulation entre les diffuseurs. D’autres techniques sont employées afin d’accroître le succès de l’opération en cours : constitution de comités spécifiques, diversification des méthodes de collecte des suffrages, organisations de fêtes et préparation d’assises départementales de la paix, système pyramidal de désignation de délégués. La création de structures spécifiques avec des responsables chevronnés du Parti aux postes clefs permet de mieux encadrer l’action en cours. Cinq des neuf membres du comité départemental d’organisation de la manifestation du 2 octobre et du vote de la Paix qui est lancé officiellement le 13 septembre 1949, Alphonse Dumay, Lucien Molino, Jean Olivi, Jean Senatore et Josette Reibaut, sont des militants communistes aguerris. Les comités créés au début de l’année 1954 pour combattre la CED se distinguent des précédents par la présence dans leurs rangs de nombreux anciens combattants, déportés, mutilés. Des chrétiens, catholiques, protestants ou quakers, des intellectuels, enseignants, avocats, médecins ou ingénieurs, des militants socialistes sont en outre placés en avant.

  • 105 Le préfet applique les instructions ministérielles du 17 septembre. Arch. dép., dossier 148 W 290.
  • 106 Conduite par Jean Senatore, la délégation qui se rend le 24 septembre dans les locaux du commissari (...)

105Le 7 septembre 1949, dès que débutent les opérations de vote, les militants se chargent de disposer des urnes fixes à des endroits jugés stratégiques de la voie publique, devant l’entrée du local d’un des mouvements participant à la collecte ou à l’intérieur de bars « amis ». Cette pratique tombe dès le 22 septembre sous le coup d’une interdiction préfectorale105. Dès le lendemain, la saisie d’une première urne installée devant le siège du syndicat des dockers entraîne de virulentes mais vaines protestations que publient les quotidiens communistes106. Les militants utilisent alors des urnes ambulantes et recourent à la pratique du porte à porte pour déjouer l’interdiction préfectorale.

  • 107 La Marseillaise, 28 décembre 1951.
  • 108 La Marseillaise, 14 janvier 1952.

106À la fin de l’année 1951, lors de la campagne de signatures en faveur d’un pacte de paix, cette dernière technique, qualifiée d’« or pur du Mouvement de la Paix »107, est mise à l’honneur par Gaston Dijon. « Moyen simple, efficace » à ses yeux, seule cette pratique permettrait de contacter la totalité des habitants d’un quartier alors que les meetings ne regroupent que des convaincus par avance, que les journaux ne touchent que leurs seuls lecteurs et que la propagande à la radio est interdite aux partisans de la paix. Gaston Dijon revient peu après sur ce procédé de propagande. Dans un second article, il décrit la « richesse inestimable » du porte à porte, « une tâche que tout le monde peut accomplir »108. Le courage nécessaire pour la mener à bien vient naturellement lorsque l’on est porteur de la vérité. Une première visite peut se révéler infructueuse en apparence. Elle prépare les suivantes en réalité. Le porte à porte ne concerne pas les seuls « spécialistes » mais peut être pratiqué au contraire par « tous ceux qui veulent la paix ».

  • 109 Arch. dép., dossier 148 290, note du 5 octobre 1949.

107Est-il possible d’établir un bilan réel des multiples campagnes en faveur de la paix ? Le Provençal, l’organe de presse de Gaston Defferre, se gausse des chiffres publiés par La Marseillaise dans lesquels il ne voit que de simples mascarades destinées à influencer le jugement des lecteurs et à éviter les remontrances des dirigeants parisiens. Les résultats annoncés, aucun chiffre local n’est fourni lors de la signature de la lettre à Truman, ne peuvent être considérés comme fiables même s’ils permettent de dégager l’évolution de l’impact des consultations successives. Le 2 octobre 1949, jour du rassemblement départemental de la paix, La Marseillaise parle de 97 941 suffrages pour Marseille et de 135 631 sur l’ensemble du département. Le quotidien annonce le lendemain, que ce sont 171 000 votes qui ont été recensés et que seul le manque de formulaires disponibles a limité l’ampleur de ce succès. La réalité est moins brillante que ne le laisse supposer cette déclaration puisque 250 000 bulletins avaient été imprimés109. Malgré cet échec relatif, Fernand Vigne, le secrétaire général des Combattants de la paix annonce le 4 octobre la poursuite jusqu’au 23 du vote. Le nouvel objectif est fixé à 300 000 signatures pour l’ensemble du département. Les dirigeants de la fédération communiste sont-ils désireux de présenter un bilan plus substantiel à Maurice Thorez qui doit venir ce jour-là à Marseille dans le cadre de sa tournée nationale de dédicace de Fils du Peuple ? Le 30 octobre, Provence-Nouvelle se félicite des 227 000 votes collectés mais se garde bien de rappeler que le but escompté est loin d’avoir été atteint.

  • 110 La Marseillaise, 15 juin 1950.

108Durant toute la campagne de signatures de l’appel de Stockholm, La Marseillaise multiplie les communiqués destinés à prouver que les 700 000 signatures espérées au niveau du département finiront par être rassemblées. Ces affirmations se révèlent pourtant contradictoires. Alors qu’il titre le 26 avril « Nous approchons des 200 000 », le quotidien communiste annonce dans son édition du 15 mai la collecte de 153 000 bulletins dans le département. Le 2 juin, La Marseillaise comptabilise 266 095 signatures sur l’ensemble des Bouches-du-Rhône dont 183 823 à Marseille. Le 15 juin, le conseil communal de Marseille des combattants de la paix annonce qu’il réduit à 400 000 votes l’objectif à atteindre dans la ville à la date du 14 juillet110. Autre incohérence, après avoir mentionné dans son édition du 19 juillet un total approchant les 500 000 bulletins, La Marseillaise se félicite le 7 août du franchissement de la barre des 450 000 suffrages.

  • 111 Provence-Nouvelle, première quinzaine de janvier 1952.

109Par opposition aux nombreux communiqués publiés dans le cadre de l’appel de Stockholm, la campagne de signatures en faveur d’un pacte de paix entre les cinq grandes puissances et contre le réarmement allemand n’est plus signalée que par quelques bilans contradictoires à la fin de l’année 1951. Celui publié dans La Marseillaise du 27 novembre regrette que le résultat atteint en 1950, soit 57 % de votants dans le département, ne soit pas atteint. À ce jour, 51 % seulement des Marseillais, soit 329 603 personnes, se seraient exprimées en faveur du pacte. Au niveau du département, les résultats seraient de 425 200 votes soit 45,8 % du total de la population. Le 3 décembre, le quotidien communiste annonce la collecte de 331 210 signatures. Trois jours plus tard, il relate que la délégation qui est partie pour les assises de Paris était porteuse des bulletins signés par 337 210 Marseillais. Un total de 455 436 signatures représentant 47 % de la population aurait été collecté dans le département. Le 21 décembre, La Marseillaise publie un ultime bilan de 485 000 votes qui correspondraient à la moitié de la population des Bouches-du-Rhône. Le résultat s’avérerait encore meilleur sur Marseille avec 337 712 signatures soit 53,6 % de l’ensemble de la population de la ville. De tels communiqués peuvent-ils faire oublier que l’objectif initial des 700 000 participants au vote est loin d’être atteint. La population est-elle devenue sceptique devant ce type de démarche à répétition ? Devant le comité fédéral réuni dans les tous premiers jours de janvier 1952, Flore Sinibaldi, responsable UFF dans le Vieux-Marseille, admet que seules 9 500 signatures ont été collectées en faveur du Pacte à Cinq dans ce quartier alors que l’appel de Stockholm en avait recueilli 17 600. Modeste Minana, secrétaire du syndicat des dockers, parle de 5 200 votes en moins sur le port111.

110Un mutisme profond entourera en tout cas les collectes ultérieures. Seules de très rares indications concernant les objectifs généraux ou des résultats d’ensemble invérifiables seront publiées. La presse communiste se contentera le plus souvent de mentionner des résultats ponctuels présentés comme la preuve du succès général rencontré par le vote en cours. Le mardi 8 décembre 1953, La Marseillaise relate ainsi que, le dimanche précédent dans le quartier de Saint-Louis, 360 cartes postales éditées par le comité départemental du Mouvement de la paix ont été vendues par 30 distributeurs et que « seul le manque de cartes a arrêté cette consultation ».

Multiplier le nombre de réunions et de délégations

  • 112 La rencontre internationale de Paris s’étant déjà déroulée en avril, la journée de la paix du 2 oct (...)

111Au moins un grand rassemblement des partisans de la paix, qu’il soit national ou international, se déroule chaque année. En 1949, ce type de manifestation se tient à Paris du 20 au 24 avril. Prévu initialement à Sheffield, celui de novembre 1950 doit finalement être déplacé à Varsovie. Ne voulant pas tomber sous le coup de l’interdiction gouvernementale en maintenant son grand projet de rassemblement parisien, le conseil national de la paix étoffé par des délégations réduites venues de province organise un meeting dans la salle de la Mutualité le 15 juillet 1951. Vienne est retenue comme ville de réunion en décembre 1952. Une conférence nationale d’organisation du Mouvement de la paix se tient à Paris les 11 et 12 décembre 1953. Lors de chacune de ces manifestations, de nombreuses réunions locales préparatoires permettent de développer les positions du mouvement et de procéder à l’élection des délégués au rassemblement départemental. Celui-ci est à son tour l’occasion de désigner les hommes et les femmes chargés de représenter les Bouches-du-Rhône à un niveau national ou international112. Ces assises départementales clôturent la phase qui précède le grand rassemblement annuel. L’impact de celui-ci est prolongé grâce à de nombreuses soirées organisées autour des délégués. La presse amplifie encore la portée de l’événement en ouvrant largement ses colonnes aux impressions des représentants du département.

112Dès la fin du mois d’août 1950, des responsables communistes influents dans les mouvements de masse interviennent pour assurer le succès des assises départementales du 16 octobre à Aix-en-Provence. Le 4 septembre dans La Marseillaise, Lucien Molino appelle les travailleurs à réaliser leur unité d’action pour arracher la satisfaction de leurs revendications sans négliger pour autant de procéder à l’élection des délégués qui les représenteront lors de ces assises. Les fêtes de la Libération qui se déroulent du 1er au 3 septembre au Rouet permettent la désignation d’une trentaine de personnes. Des clubs sportifs affiliés à la FSGT ou des CIQ sont aussi fréquemment sollicités. L’importance que revêtent ces assises aux yeux du Parti communiste se traduit par la présence à Marseille de Charles Tillon le 16 septembre, de Jacques Duclos le 24 septembre et d’Auguste Lecœur le 4 octobre. Les 15 et 17 mai 1951, le conseil départemental des combattants de la paix demande que se multiplient les assises populaires destinées à assurer le succès des assises cantonales puis nationales le 15 juillet à Paris. D’autres réunions locales précèdent les rassemblements départementaux du 16 décembre 1951, du 16 novembre 1952 et du 25 octobre 1953 respectivement présidés par Yves Farge, Eugénie Cotton et Gilbert de Chambrun.

113Ces multiples assemblées permettent la constitution de nombreuses délégations porteuses de listes de pétitions. Celle qui quitte Marseille en avril 1949 pour assister au premier congrès mondial de la paix de Paris est significativement composée d’une vingtaine de personnes représentant la plupart des mouvements de masse contrôlés par le Parti communiste, UFF, UJRF et UJFF, SPF, FSGT et France-URSS. Un membre au moins de l’ensemble des organisations de résistants, déportés et victimes de la guerre, de l’UNI et de l’UAP pour les intellectuels, des militants de l’ud-CGT et des syndicats enseignants côtoie les compagnons de route habituels. La mobilisation contre la guerre d’Indochine se traduit par l’envoi à Genève, sous l’égide du Mouvement de la paix, d’une quarantaine de délégations entre le 8 mai et le 16 juin 1954. Le PCF espère grâce à elles donner l’impression qu’il influence le déroulement des négociations. Un compte rendu publié le 16 mai dans La Marseillaise ne décrit-il pas Georges Bidault sous les traits d’un homme harcelé par « les délégués de la paix » ? Le système des délégations sert aussi à honorer des cadres, des militants ou des corporations qui se sont illustrés dans le combat pour la paix. En 1954, ce sont symboliquement les dockers qui partent en premier. Outil de pression politique, ces délégations cessent à la suite de la démission du gouvernement Laniel et du soutien que le Parti communiste a décidé d’apporter à Pierre Mendès-France.

114Les rassemblements et les délégations en faveur de la paix fournissent, a posteriori, l’occasion d’organiser de multiples réunions destinées à populariser l’idée que, si l’action entreprise a été couronnée de succès, de nouveaux efforts restent à accomplir. Le comité départemental d’organisation du congrès de la paix de Paris exprime ainsi le souhait que le 24 avril 1949, à l’occasion du retour de la délégation, des rassemblements soient organisés autour des plaques et monuments commémorant les sacrifices de la Résistance. Durant de longues semaines, les réunions centrées autour d’un ou de plusieurs délégués se succèdent dans les quartiers ou dans les entreprises de Marseille à la suite des Assises nationales de la paix qui se sont tenues à Paris les 22 et 23 décembre 1951. C’est au son de L’hymne à la joie de Beethoven que débute le compte rendu effectué le 26 janvier 1952. Les propositions issues de la rencontre de Vienne en décembre 1952 donnent de nouveau lieu à une longue campagne de diffusion « de masse » des enseignements qu’il convient d’en retirer puisque, le 1er mars 1953, se déroule encore une journée départementale pour l’application des décisions prises dans la capitale autrichienne. En 1954, les délégués qui reviennent de Genève animent des réunions au cours desquelles, anecdotes et souvenirs de voyage à l’appui, ils opposent l’attitude des Occidentaux à celle des représentants du camp de la paix. Ces réunions sont coordonnées ainsi que le prouve la réunion organisée le 28 mai au siège du Mouvement de la paix à l’attention de l’ensemble des délégués. Le récit de ces séjours est de plus régulièrement valorisé dans La Marseillaise. « Nous revenons de Genève avec la certitude d’avoir fait œuvre utile pour la France et pour la Paix » écrit ainsi dans l’édition du 20 mai Perrine Soos. Deux jours plus tard, le quotidien publie une photographie montrant la réception de la délégation du quartier de La Plaine par les représentants de la Chine.

Le rôle attribué aux femmes et aux jeunes

  • 113 La Marseillaise, 5 mars 1948. À la Une de cette édition figure aussi l’appel lancé par Pierre Villo (...)

115« Il ne suffit pas de vouloir la paix, il faut la conquérir » écrit déjà dans La Marseillaise du 8 mars 1947 Perrine Soos pour inviter les Marseillaises à participer à la journée internationale des femmes. Un an plus tard, l’UFF propose à ces dernières de se réunir le 7 mars « pour la Paix, pour la Démocratie, pour l’Indépendance Nationale, pour leur droit au bonheur »113.

  • 114 La Marseillaise, 24 février 1949.
  • 115 Midi-Soir, 4-5 mars 1950.
  • 116 La Marseillaise, 9 mars 1952.
  • 117 La Marseillaise, 4 mars 1953.

116La défense de la paix et des revendications représente toujours le but de la journée de mars 1949 puisqu’il s’agit pour les Marseillaises de « balayer la hantise de la guerre, gagner la paix, faire de leurs fils la génération de la renaissance et de l’espoir »114. L’idée force utilisée en 1950 est que, en se plaçant aux côtés des dockers en lutte, les femmes imposeront « un régime qui leur assure la paix, la sécurité de leur foyer, la fin de cette exploitation capitaliste qu’elles subissent doublement »115. En 1952, la mobilisation se donne de nouveau pour but de « s’élever contre la politique de guerre » et de « réclamer une amélioration immédiate des conditions de vie »116. Prévu « pour sauver les enfants de la guerre et de la misère, pour obtenir un Pacte de Paix entre les cinq grandes puissances et un gouvernement de Paix »117, le rassemblement du 8 mars 1953 est aussi l’occasion de faire rédiger des cahiers de revendications. La journée des femmes de l’année 1954 est placée sous le signe des défenses de l’enfance et de la paix menacée par la situation en Indochine et le projet de la CED.

117Malgré les efforts déployés, ce type de manifestation perd progressivement de son ampleur initiale. Des accrochages entre manifestantes et forces de l’ordre s’étant produits l’année précédente, le préfet Baylot refuse en 1949 que soit utilisé l’itinéraire traditionnel allant de la Bourse du Travail au monument des Mobiles. L’UFF est obligée de remplacer le défilé par plusieurs réunions dans les quartiers et par un rassemblement central dans les locaux de la Bourse du Travail. Le 6 mars, passant outre à l’interdiction de défiler, des groupes de femmes empruntent la rue de Rome et la Canebière pour tenter de gagner les Mobiles. Les heurts avec les forces de l’ordre qui s’en suivent se renouvellent le 5 mars 1950 lorsque, bravant un nouveau refus préfectoral, un cortège formé après une réunion à Menpenti tente d’accéder au monument pour y déposer une gerbe. Les incidents des deux années précédentes conduisent l’UFF à limiter les actions prévues pour la journée du 8 mars 1951 à l’élaboration de cahiers de revendications et à la collecte de fonds. Le rassemblement régional prévu en 1952 dans les arènes du Prado doit être déplacé à Arles du fait de l’épidémie de variole qui frappe Marseille. Signe d’une désaffection croissante, les rassemblements de 1953 et 1954 se déroulent dans le cadre plus modeste du Château des Fleurs.

  • 118 La Marseillaise, 27 juin 1954. Les localités successivement visitées sont Cadolive, Saint-Savournin (...)
  • 119 Le 3 juillet, ils sont rejoints par le relais national.

118À l'instar des femmes, les jeunes se voient attribuer un rôle spécifique dans cette lutte. L’UJRF incite ses membres à participer durant chaque été à un relais de la paix. Cette opération consiste à faire parcourir à pied ou en vélo les rues de Marseille par des équipes de garçons et de filles, une flamme servant de témoin relais entre les différents groupes. L’arrivée sur la place principale d’un quartier ou devant une plaque commémorant un martyr de la Résistance donne lieu à une brève cérémonie en présence des militants et cadres locaux du Parti et des organisations de masse. L’opération durant plusieurs jours, des fêtes nocturnes sont organisées pour en renforcer l’impact. Marseille sert aussi de point de départ, d’arrivée ou de passage aux caravanes qui relient des localités dans ou à l’extérieur du département. Le 30 juillet 1949, à la suite d’un rassemblement sur le cours d’Estienne d’Orves, plusieurs cars quittent la cité phocéenne pour gagner La Chapelle en Vercors. L’UJRF place ce départ sous le signe de la lutte contre la guerre d’Indochine. Au début du mois d’août 1950, un des trois relais nationaux de la paix en route pour la rencontre à Nice des représentants des jeunesses française et italienne transite par Marseille. Le préfet des Alpes-Maritimes ayant interdit la tenue de la manifestation, celle-ci se limite, le 15 août, à une caravane de quelques cars baptisée relais Henri Martin qui effectue un aller-retour dans la journée entre Marseille et Nice. Désireux de ne pas fournir des arguments susceptibles d’alimenter le « complot », les dirigeants communistes ne programment aucune activité de ce genre durant l’été 1952. L’année suivante, c’est la FSGT qui endosse la responsabilité d’organiser le passage d’un relais de la paix parti de Grande-Bretagne pour se rendre au festival international de la jeunesse à Bucarest. Le 23 juin, après s’être arrêtée à Châteaurenard, Port-de-Bouc, Martigues et Berre, la caravane arrive à Marseille. Le lendemain, elle repart pour Marignane et Aix-en-Provence avant de revenir en début de soirée dans la cité phocéenne qu’elle quitte définitivement tôt dans la matinée du 25 juin. Afin d’« exalter les qualités de la nation française et exprimer l’aspiration de la jeunesse à un avenir de travail et de bonheur »118, des relais sillonnent le département du 27 juin au 4 juillet 1954119. Ce type de manifestation se limite maintenant à transporter en voiture deux ou trois participants d’un point à l’autre de la ville, seules de courtes distances étant parcourues à pied lors de l’arrivée ou du départ d’un quartier.

119Les festivals internationaux de la jeunesse qui se déroulent au cours du mois d’août au rythme d’un tous les deux ans à partir de 1949 représentent un moyen efficace de maintenir la mobilisation en faveur de la paix des adhérents de l’UJRF, de l’UJFF et des Vaillants et Vaillantes durant au moins les cinq mois de l’année séparant le premier appel lancé dans la presse et les dernières réunions destinées à rendre compte de l’événement.

Les trois festivals internationaux de la jeunesse

Les trois festivals internationaux de la jeunesse

1 Date du départ du premier contingent de jeunes.
2 Le début de ce festival fut avancé au 26 juillet.

Sources : Communiqués publiés dans La Marseillaise.

  • 120 La Marseillaise, 26 mai 1951.

120La mobilisation préalable prend la forme de réunions ou de soirées destinées à désigner quelques délégués et à récolter les fonds nécessaires pour couvrir leurs frais de transport et de séjour. Une réunion de ce type est organisée par l’UJFF le 24 juin 1949 dans le local de la maison de la jeunesse de Saint-Antoine. Des délégués sont élus le lundi 14 mai 1951 dans le cadre de la fête de la jeunesse de La Galline. Concerts, artistes proches du Parti tels Raymond Mamoudy et Lita Mirial, démonstrations sportives sont proposés du 3 au 7 juillet 1953 par l’UJRF de Castellane, les AIL de La Blancarde ou le personnel de la société des moteurs Baudoin. Des récompenses sont offertes afin de stimuler l’ardeur des collecteurs. En 1951, les Amies de la Paix offrent deux places pour le festival de la jeunesse de Berlin. La première à l’étudiant « qui aura le mieux travaillé pour la paix », la seconde à celui qui aura obtenu les meilleurs résultats dans la lutte pour obtenir la signature d’un pacte entre les cinq grandes puissances120. Afin de surmonter les appréhensions des parents, le bureau départemental de l’UJFF demande aux mères de famille d’accorder à leurs filles la permission de participer à ce rendez-vous de la jeunesse et de la paix. Les responsables des Vaillants et Vaillantes proposent d’encadrer les moins âgés des délégués au sein du camp international des pionniers.

  • 121 La Marseillaise du 1er octobre 1949, Arch. dép., dossier 148 W 291, note du 2 août 1951, La Marseil (...)
  • 122 Dix Algériens figurent dans la délégation.
  • 123 Né le 28 juillet 1934 à Marseille dans une famille de militants communistes, Maurice Maddaloni, tit (...)

121Les efforts accomplis rendent possible l’envoi de 43 personnes à Budapest, de 156 à Berlin, de 170 à Bucarest121. La liste établie par les Renseignements généraux en 1951 permet de cerner les caractéristiques de ceux qui quittent Marseille cet été-là. Le calcul de l’âge des 139 délégués dont la date de naissance est indiquée donne une moyenne de vingt-trois ans et huit mois122. Trois d’entre eux ont à peine dépassé douze ans, quinze ont quinze ans ou moins. Huit personnes membres de l’équipe d’accompagnement ont par contre plus de quarante ans, le doyen étant né en 1901. Des responsables confirmés fournissent en effet l’encadrement : Jean Garcia et Maurice Maddaloni pour l’UJRF123, Éliane Prève et Mireille Vovau pour l’UJFF, René Napoléoni représente la FSGT, Pierre Gabrielli est là au nom de l’ud-CGT.

Utiliser la cause des combattants de la paix emprisonnés

  • 124 Dans La Marseillaise du 2 septembre 1950, Léon David déclare que l’acquittement de Jeanne Pitaval r (...)

122En 1950, la priorité accordée au soutien de l’appel de Stockholm n’implique pas pour autant une mise en sommeil de la lutte contre la guerre d’Indochine. Le Parti communiste tente de relancer cette dernière en s’appuyant sur des campagnes de soutien aux militants emprisonnés à la suite de leur engagement contre ce conflit. Le 11 mai, La Marseillaise évoque le début du procès des militants de La Bocca. La cause de Raymonde Dien est popularisée dès la fin du mois de mai. La première mention d’Henri Martin apparaît dans La Marseillaise du 14 juin. En septembre 1950, le SPF oriente tout d’abord ses réunions vers la défense de Jeanne Pitaval et des militants de Roanne124 avant d’appeler à une mobilisation massive en faveur des « 10 » de La Bocca et d’Henri Martin.

123L’engagement en faveur de ce dernier se décompose en une succession de périodes d’activités soutenues et de moments de relâchement très prononcés. Les différents thèmes de campagne utilisés ne varient par contre pratiquement pas. Ils reposent en grande partie sur l’idée qu’Henri Martin a eu pour seul tort de déclarer le premier cette vérité : il faut négocier au plus vite avec Ho Chi Minh puisqu’une victoire du corps expéditionnaire français est devenue impossible. Le soutien au « marin de France » s’appuie aussi sur la diffusion de nouvelles alarmantes sur son état de santé que dégraderaient des conditions volontairement inhumaines de détention. Le souci de mettre en avant l’aspect émotionnel de la défense d’Henri Martin correspond à la volonté de rassembler le plus de monde possible autour d’une cause qui permet, par extension, de dénoncer la poursuite de la guerre en Indochine.

  • 125 Arch. cent. du PCF.
  • 126 La Marseillaise, 28 juillet 1951.

124Désireux de tirer profit du choc causé en métropole par le désastre de Cao Bang et soucieuse d’exploiter l’émotion suscitée par les cinq ans d’emprisonnement auxquels le tribunal militaire de Toulon vient de condamner le quartier-maître, le Secrétariat du PCF charge le 23 octobre André Marty de mettre au point une campagne reposant sur le mot d’ordre de « Libération immédiate d’Henri Martin »125. La sortie de prison de Raymonde Dien dans les derniers jours du mois de décembre 1950 est utilisée pour démontrer l’efficacité de la pression populaire et relancer les opérations de soutien. Lancée les 10 et 14 mars 1951 par la publication dans La Marseillaise des articles d’André Marty et de Léon David, la campagne en faveur d’Henri Martin est prise en charge par Victor Porte au nom du SPF et Louis Rovini, responsable du comité de défense marseillais. Elle est associée au refus de l’envoi de renforts en Indochine et à la libération immédiate de la classe 50-1. Malgré de multiples efforts, la journée départementale d’action initiée par l’UJRF se résume toutefois le 23 avril au débrayage d’une trentaine de travailleurs durant une demi-heure et à une tentative de manifestation regroupant une cinquantaine de jeunes. Le procès de Brest en juillet 1951 est l’occasion pour le PCF de tenter une nouvelle relance des actions. Le 20 juillet dans La Marseillaise, un article « leader » d’André Marty dénonce « l’ignominie de Brest » qualifiée de « verdict de guerre ». Quelques jours plus tard, Léon David demande à « tous les gens de cœur qui sont épris de justice, de solidarité, d’humanité » de se mobiliser pour obtenir la libération d’Henri Martin126.

125Ces différents appels rencontrent un assez faible écho, les deux mois d’été entraînant invariablement un ralentissement de l’activité politique déployée par les militants communistes. Les actions entreprises se limitent à placer les différentes fêtes et commémorations sous la présidence du « marin de France » et à programmer Drame à Toulon parmi les réjouissances proposées. Les responsables syndicaux de la CGT incluent la libération d’Henri Martin au milieu de leurs revendications. La Marseillaise utilise les mouvements de navires avec l’Indochine pour dénoncer l’inutilité de la guerre et réclamer une mise en liberté immédiate.

126La défense du quartier-maître revient une nouvelle fois à l’ordre du jour au début de l’automne 1951. Le 12 septembre dans La Marseillaise, le comité de défense Henri Martin de Marseille en appelle à une action « plus vigoureuse » pour libérer le bagnard de Melun « menacé de mort lente ». Les cantonales étant toutefois jugées prioritaires, les actions se limitent à l’organisation d’une exposition, à la réalisation d’une affiche par l’UFF, à la tenue de quelques réunions et à la création d’une chorale baptisée Henri Martin. Les échéances électorales passées, le Parti communiste essaie d’associer la campagne lancée au moment du premier anniversaire de l’arrestation du « marin de France » avec l’idée qu’il est urgent pour la France de retrouver une armée véritablement nationale. Louis Rovini les 16 et 17 octobre, Léon David le 20, Louis Rovini de nouveau le 25 demandent que des efforts plus soutenus soient produits pour mettre fin aux souffrances de l’ancien résistant emprisonné alors que tant de collaborateurs retrouvent la liberté. Couronnant l’ensemble de cette campagne, un congrès départemental des jeunes classes, prélude au rassemblement national de Paris, est prévu pour le 4 novembre à La Viste avec pour mots d’ordre douze mois de service dans une armée nationale et libération immédiate d’Henri Martin. Cinquante jeunes de l’UJRF seulement ayant répondu à l’appel, le congrès est annulé et aucun délégué pour le congrès national de Paris n’est élu. Au tout début de l’année 1952, dans le cadre de la préparation de la manifestation commémorative du 10 janvier 1950, les comités Henri Martin se voient chargés d’organiser le plus grand nombre possible de délégations auprès des élus municipaux. Là aussi, le projet ne se concrétise pas.

127Il faut attendre le mois de mars 1952 et la campagne menée par l’UJRF contre le projet d’extension à deux ans du service militaire et les rumeurs sur l’envoi du contingent en Tunisie pour que la défense d’Henri Martin revienne à l’ordre du jour. Un abondant matériel de propagande arrive de Paris pour assurer le succès des assises départementales du SPF du 11 mars et du meeting du 12 en présence de Simone Martin, l’épouse du quartier-maître emprisonné, de ses avocats, de Victor Porte et de Léon David. Les orateurs qui s’expriment le 12 au cinéma Saint-Lazare dénoncent une condamnation obtenue grâce à l’application rétroactive des lois scélérates contre un homme dont le seul tort est d’avoir dit deux ans trop tôt ce que déclarent aujourd’hui René Mayer et Pierre Mendès-France. Ils en appellent à la raison humaine pour que soit mis un terme à l’acharnement injustifié manifesté à son encontre. À la suite de cette réunion, les jeunes de l’UJRF utilisent spectaculairement des plaques ou des inscriptions à la peinture pour remplacer les anciennes dénominations par la mention « rue Henri Martin ».

  • 127 Arch. cent. du PCF. Condamnée à vingt ans de détention pour « participation volontaire à une entrep (...)
  • 128 Alors qu’une campagne nationale est encore lancée à la fin du mois de décembre 1953, le parcours po (...)

128À la suite du souhait émis le 18 août par le Secrétariat du PCF de voir la fédération des Bouches-du-Rhône organiser une campagne de soutien à « la camarade » Jeanne Bergé distincte de celle menée en faveur du quartier-maître127, deux articles rédigés par Gaston Lenfant, qui utilise pour l’occasion son pseudonyme de Louis Guylard, paraissent dans les éditions des 20 et 21 août de La Marseillaise. Le 27 août puis le 10 septembre, toujours dans ce même quotidien, paraissent des appels de Paulette Tarquin et de Victor Porte en faveur de la libération de l’« ardente patriote » dont la vie serait menacée pour avoir voulu, comme Henri Martin, la fin de la guerre en Indochine. Une réunion en faveur des deux emprisonnés se déroule à la fin du mois de septembre à Aix-en-Provence. En octobre 1952, le SPF s’appuie sur la libération par Ho Chi Minh de prisonniers de guerre français et sur les accusations de barbarie proférées à l’encontre des soldats du corps expéditionnaire pour réclamer les libérations d’Henri Martin et de Jeanne Bergé. Entre le 30 octobre et le 1er novembre, Gaston Lenfant rédige de nouveau trois articles en faveur de celle qu’il présente comme une ancienne résistante gaulliste. Une semaine plus tard, le transfert à Paris pour raison de santé de Jeanne Bergé met fin à cette campagne locale. Henri Martin reprend la première place dans les actions menées contre la guerre d’Indochine. Organisée autour du mot d’ordre d’une libération avant Noël, une nouvelle tentative pour obtenir sa libération est animée conjointement par le SPF et ses comités de défense à l’occasion de la venue de son père à Marseille le 4 décembre 1952128.

  • 129 La Marseillaise, 16 juin 1953.
  • 130 Arch. dép., dossier 148 W 307. Rapport préfectoral de juin 1953.
  • 131 La Marseillaise 3 août 1953.

129La cause d’Henri Martin est une fois de plus mise en avant lors des élections municipales de 1953. Sa candidature est annoncée dans La Marseillaise du 18 avril. Trois jours plus tard, le quotidien publie le texte de la lettre qui doit être adressée aux députés pour exiger la libération du « marin de France ». Une nouvelle campagne se déroule durant le mois de juin 1953 dans le cadre de la défense de tous les emprisonnés. Lors du meeting du 15 placé sous la présidence de Serge Kriwkoski, Jean Cristofol centre son intervention sur la comparaison du vide des dossiers d’accusation constitués de toute pièce à l’encontre des Rosenberg et d’Henri Martin. Après le rejet par la Cour suprême du recours déposé par le couple américain, la CGT invite les travailleurs à se joindre aux comités de défense pour organiser une riposte puissante à ce qu’elle appelle un « défi à l’humanité »129. Un meeting regroupant environ mille cinq cents personnes est organisé le 18 juin à la suite de cet appel. Malgré l’arrêté préfectoral interdisant toute manifestation sur la voie publique, deux cent cinquante personnes essaient de former un cortège sur la Canebière130. Leur tentative se révèle infructueuse. Les forces de police dispersent rapidement les manifestants et procèdent à trente-deux interpellations. Clôturant ce mois agité, les assises départementales pour la libération du « marin de France » organisées par le SPF se déroulent le 28 juin au Rouet en présence de Léon David et de Simone Martin. Le choix de cette date n’est pas le fait du hasard, le 28 juin coïncidant avec la réunion à Paris de la conférence nationale pour la négociation et pour la paix. Dans le prolongement de cette journée, Simone Martin s’adresse aux femmes marseillaises le 3 juillet au cinéma Saint-Lazare. Réunions et fêtes organisées durant cette campagne dénoncent le sacrifice inutile des soldats français dans le cadre du plan Navarre. Le 2 août 1953, la libération d’Henri Martin est assimilée à « une victoire capitale de l’union et de l’action pour la défense des libertés, pour la paix en Indochine »131. Suivant l’exemple donné par la fédération de la Seine, les comités de soutien se transforment aussitôt en comités de défense des libertés au cours des nombreuses fêtes organisées en l’honneur du « marin de France ». Celui-ci entame bientôt un tour de France et adhère à la fin du mois d’août au Parti communiste.

Les élections

130Les grèves, les manifestations et les campagnes de défense de la paix découlent le plus souvent du contexte politique international du moment. Les élections représentent le seul type d’engagement dont la date et les modalités ne dépendent pas du Parti communiste. Ce dernier ne se prive pas pour autant de relier le scrutin du moment au problème plus général de la défense de la paix. Ce choix politique ne risque-t-il pas de rendre plus délicate la tâche de conserver les positions acquises lors des votes de la période immédiatement postérieure à la Libération : quatre sièges de députés, deux de sénateurs, quatorze conseillers généraux qui lui permettent d’occuper les postes de second et de troisième vice-présidents du Conseil général ? Vingt-quatre conseillers municipaux à Marseille et dix-sept maires dans le département renforcent encore le poids du Parti. Chacune des cinq élections répertoriées dans le tableau suivant représente donc pour ce dernier un moment politique fort puisqu’il remet en jeu les positions stratégiques occupées par ses élus.

Le contexte de ces élections

  • 132 Pourcentages calculés à partir des tirés des recensements de 1946 et de 1954.

131Ces divers scrutins sollicitent tout d’abord un nombre croissant d’électeurs lié aux augmentations, entre 1946 et 1954, de 6,5 % et de 4 % des populations respectives de la ville et de la commune de Marseille132. L’importance et la composition sociale de l’électorat pèsent surtout d’un poids déterminant sur les résultats d’une cantonale. Le premier canton ne compte que 7 631 inscrits appartenant pour la plupart aux classes moyennes et à la bourgeoisie marseillaise. Le septième rassemble 44 143 électeurs dans une zone de forte concentration ouvrière. Plus influencées par les caractéristiques propres à chacune des circonscriptions, les élections cantonales sont aussi les seules consultations qui sont régies par le système du scrutin uninominal à deux tours. Ce cadre autorise des possibilités de désistements mutuels entre les partis en lice, PCF excepté.

132Lors des législatives du 17 juin 1951, les électeurs de la première circonscription des Bouches-du-Rhône doivent se déterminer en fonction d’une nouvelle loi qui fausse le système traditionnel du scrutin de liste à un tour. Adopté le 7 mai 1951, le nouveau dispositif permet aux formations qui se seront apparentées de se voir attribuer la totalité des sièges à pourvoir dans une circonscription. Il suffit pour cela que le total de leurs voix respectives dépasse la majorité absolue des suffrages exprimés. Les modalités de vote lors des élections municipales d’avril 1953 découlent de la loi électorale du 5 septembre 1947. Les suffrages exprimés permettront de répartir les 63 sièges de conseillers municipaux au prorata des voix obtenues par chacune des listes dépassant la barre des 5 %. Chaque électeur dispose de la faculté de modifier l’ordre de la liste de son choix en plaçant un maximum de cinq croix en face des noms de ceux qu’il souhaite favoriser. La désignation des élus dépend donc du total personnel correspondant à l’addition des voix et des signes préférentiels obtenus par chaque candidat.

133Le contexte politique dans lequel se déroulent les six cantonales de mars 1949 diffère totalement de celui qui avait vu quatre candidats communistes l’emporter en septembre 1945. Bien que beaucoup d’électeurs socialistes aient rechigné à voter en leur faveur lors du second tour, les désistements réciproques pratiqués avec la SFIO avaient rendu possibles les élections de Raymonde Nédélec, Ludovic Trouin et Jean Senatore. Ces victoires venaient compléter les succès remportés dès le 23 septembre dans les 5e et 9e cantons par Josette Reibaut et Denis Bizot. La situation en mars 1949 et en octobre 1951 s’annonce beaucoup moins favorable pour des candidats communistes qui, ne pouvant raisonnablement l’emporter nulle part dès le premier tour, risquent fort de ne bénéficier que d’un modeste report de voix en provenance des compagnons de route du Parti, radicaux de gauche ou socialistes unitaires. En vue des législatives du 17 juin 1951, afin de contrer le danger des apparentements, les dirigeants fédéraux fixent comme objectif de dépasser la barre des 50 % de suffrages exprimés ce qui, selon leurs calculs, permettrait de conserver l’ensemble des sièges acquis en 1946. Les municipales du 26 avril 1953 constituent un nouveau casse-tête pour le PCF. Récupérer la mairie de Marseille suppose impérativement que la liste communiste passe des 24 élus de 1947 à au moins 32 pour détenir à elle seule la majorité au sein d’un conseil municipal composé de 63 membres. Le 22 mars, lors d’une réunion à Sainte-Marguerite, Jean Cristofol déclare qu’il faut impérativement progresser de 7 à 8 % pour que le Parti atteigne la majorité absolue des suffrages exprimée qui lui assurera la victoire. Désireuse par ailleurs d’assurer le succès triomphal des responsables placés dans les premières positions, la fédération demande aux électeurs de réserver systématiquement leurs signes préférentiels aux cinq candidats figurant en tête de la liste communiste.

Le choix des candidats

134Pour assurer le succès de leur parti, les dirigeants fédéraux comptent tout d’abord sur la personnalité des candidats dont le choix initial a été confirmé à Paris par la SMC. Ce sont en tout 85 personnes qui représentent le PCF lors des cinq scrutins de la période. La mobilisation des militants découlant entre autre du choix judicieux de ces hommes et de ces femmes, il convient de s’interroger sur les raisons des choix qui conduisirent à leur sélection. Le PCF décida-t-il de privilégier un cadre particulièrement bien implanté dans un quartier de Marseille ou préféra-t-il choisir ceux qui incarnaient le mieux la ligne politique du moment ? Le tableau ci-dessous permettra une meilleure approche de ceux qui furent sélectionnés lors des scrutins de la période.

Les candidats présentés par le PCF entre 1949 et 1953

Les candidats présentés par le PCF entre 1949 et 1953

(1) : Le cas des militants pour lesquels les sources disponibles se contentent de mentionner « 1944 » comme date d’adhésion pose un problème. Ont-ils rejoint le PCF avant ou après la Libération ? Du fait que leur engagement se situe encore dans la logique d’un conflit qui n’est pas terminé, leur entrée dans le parti a été intégrée à la période de l’Occupation.

Sources : Listes des candidats publiées avant chaque scrutin. Autobiographies remplies par les intéressés. Listes établies pour la SMC à la suite des conférences fédérales.

135De la lecture de ce tableau se dégage déjà l’esquisse d’un portrait type du candidat communiste de ces années de Guerre froide. Il s’agit dans la grande majorité des cas d’un homme d’âge mûr dont l’adhésion au Parti s’est produite avant 1939. Des nuances sont toutefois perceptibles en fonction de la nature de l’élection. Alors que respectivement 84,5 % et 88,8 % des candidats choisis en vue des cantonales et des législatives ont pris leur première carte avant 1939, ils ne sont plus que 51 % dans ce cas lors des municipales, scrutin à l’occasion duquel émergent surtout les militants ayant adhéré après 1945. À l’opposé, les élections législatives sont surtout caractérisées par une forte présence de la génération antérieure à la période du Front populaire. Est-il possible de parler de stabilité, voire de conservatisme, à propos d’un tel choix ? Là aussi, la réponse à cette question varie en fonction du type d’élection considéré ainsi que le montrent les deux tableaux de la page suivante.

  • 133 Né le 28 mai 1901 à Marseille, Camille Commenge a tout d’abord été membre de la SFIO (tendance Zyro (...)
  • 134 En 1947, Paul Meyère a été membre de la commission fédérale d’éducation. En novembre 1955, il figur (...)
  • 135 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 2 juillet 1952.

136Lors des cantonales de mars 1949 et d’octobre 1951, les conseillers généraux sortants sont systématiquement représentés. Lucien Goux et Antoine Lobasso, respectivement battus en 1945 dans les 8e et 12e cantons sont remplacés en 1949 par Mireille Dumont et Camille Commenge133. En octobre 1951, Paul Cermolacce prend la place de Marcel Delaugère dans le 1er canton. Les cas de Paul Meyère134 et d’Henri Pagès sont différents. Le premier est chargé en 1949 de conserver le siège conquis par Raymonde Nédélec devenue entre-temps député. En juillet 1952, le Bureau politique choisit le second pour conserver le canton détenu par Josette Reibaut récemment décédée. Sans consultation de la base, la candidature d’Henri Pagès a été préférée à celle de Pierre Emmanuelli que les instances nationales comptent réserver de nouveau pour le 4e canton135.

137Une stabilité similaire se retrouve aussi dans la composition des listes présentées lors des législatives de 1951 dans la première circonscription des Bouches-du-Rhône. Les deux premières places sont attribuées d’une façon immuable à François Billoux et à Jean Cristofol, la troisième étant réservée à une femme, Yvonne Estachy remplaçant Raymonde Nédélec après que celle-ci se soit installée à Paris à la suite de son mariage avec Charles Tillon. Solidement installé à la quatrième place, Paul Cermolacce est le dernier à posséder une chance d’être élu.

Candidats communistes lors des cantonales de 1949 et 1951

Candidats communistes lors des cantonales de 1949 et 1951

Sources : Identiques à celles des tableaux précédents. Les noms en italique correspondent à ceux des conseillers sortants.

Listes présentées dans la première circonscription des Bouches-du-Rhône

Listes présentées dans la première circonscription des Bouches-du-Rhône

Sources : La Marseillaise, 6 octobre 1945, 2 juin 1946, 10 novembre 1946, 22 mai 1951.

138Privilégiant la stabilité de sa tête de liste, le Parti renouvelle par contre les candidats qu’il place en position non éligible lors de chacun des scrutins successifs. Il veille cependant, en présentant Émile Sellon, Jean Mailloulas puis Louis Perrimond, à ce qu’un représentant de La Ciotat figure toujours parmi les noms proposés. Deux autres observations peuvent être dégagées de ce tableau. Deux femmes, dont une en position d’éligibilité, sont toujours retenues. Les candidats présentés sont de moins en moins jeunes.

139La place atteinte au sein de la hiérarchie du PCF joue-t-elle un rôle dans la désignation des hommes et des femmes qui constituent la liste présentée en 1951 ? Un mandat de député ne peut que renforcer le rayonnement politique de François Billoux. Comme dans le cas de la plupart des autres membres du Bureau politique, le Parti trouve en outre dans l’élection de ce dernier un moyen de subvenir aux besoins matériels de ce cadre national. Parmi les huit autres personnes figurant sur la liste, cinq sont membres de la direction de la fédération des Bouches-du-Rhône. Ce nombre peut être porté à six puisque François Billoux siège aussi au sein du comité fédéral. La hiérarchie ne semble pas strictement respectée puisque Denis Bizot et Pierre Doize, pourtant secrétaires fédéraux, ne sont placés qu’en cinquième position. Cette entorse signifie-t-elle que leur élection n’était pas réellement désirée par la direction nationale de Paris ? Un respect plus évident de la hiérarchie réapparaît dans la composition de la fin de liste. Les quatre candidats proposés après Pierre Doize ne sont que membres du comité fédéral.

140La liste d’union ouvrière et démocratique pour le pain, les libertés démocratiques et l’indépendance nationale présentée par le PCF à l’occasion des municipales comporte seulement 22 des 62 candidats déjà présentés en 1947. Ce renouvellement massif, près des deux tiers des noms de 1953 ne figuraient pas sur la liste précédente, correspond en partie à la disparition de tous les compagnons de route. L’affectation à d’autres fonctions de certains militants communistes (Louis Tremellat), des cas de décès ou de maladie (André Coquil, Fernand Arnaud) interviennent aussi dans ce bouleversement. Des candidats de 1947 ont-ils été exclus du Parti ou l’ont-ils quitté d’eux-mêmes ? Les données biographiques disponibles n’ont pas permis pas à ce jour de répondre à cette interrogation. Trois autres remarques peuvent par contre être effectuées sur ces fortes différences entre les deux listes. Tous les candidats qui figuraient en 1947 à partir de la trente-cinquième place ont disparu en 1953. Le Parti conserve par contre sa confiance à quinze des vingt-quatre élus de 1947, neuf d’entre eux se situant même en position d’éligibilité.

  • 136 Le Provençal du 25 avril dépeint un Billoux « en quarantaine », « en pénitence » avant de conclure (...)
  • 137 La date d’adhésion de Christian Grisoli n’a pu être déterminée.
  • 138 Né le 24 mars 1920 à Marseille, Émilien Ahon rejoint les JC à la fin de l’année 1934. Il participe (...)

141La composition de cette tête de liste a cependant subi de sérieuses modifications. Ancien maire de Marseille et placé en première position en 1947, Jean Cristofol n’occupe plus maintenant que la troisième place. Est-il victime des manœuvres de François Billoux qui, élu lors du scrutin du 8 décembre 1946, ne s’était pas présenté lors de l’échéance électorale suivante ? La décision de charger ce dernier de conduire la liste communiste serait-elle une sanction décidée par le Comité central qui se désintéresserait de l’issue des élections à Marseille136 ? La candidature de Lucien Molino en deuxième position avec le qualificatif de « prisonnier d’État », exprime par contre clairement la volonté du PCF de placer la campagne électorale sous le signe de la lutte contre la troisième phase du « complot ». Devenu secrétaire de la fédération des Bouches-du-Rhône, Pierre Doize figure logiquement en quatrième position. Comme lors des législatives de 1951, cinq au moins des six candidats placés en tête de liste ont rejoint le PCF avant que ce dernier n’adopte une stratégie de Front populaire137. Parmi les autres personnes situées en position éligible figurent des cadres actifs dans les mouvements de masse (Jean Garcia, Jeannette Agostinelli, René Napoléoni et Jean Senatore) ou des responsables syndicaux connus (Alexandre Crottier-Combes, Alfred Pacini, Pierre Isoard). À partir de la vingt-cinquième place se trouvent des militants déjà âgés ou affectés par des problèmes de santé (Marcel Andréani, Félix Pierangelli, David Peyrot), des responsables de section ou des cadres syndicaux (Roger Cochand, Émilien Ahon138, Yvon Guichard, Albert Brachet, Charles Biancheri), des jeunes prometteurs (Francis Vovau, Juliette Giraudi).

Les méthodes électorales

142La recherche des caractéristiques propres à chacune des quatre campagnes de la période s’effectuera surtout au travers de l’étude des cantonales de mars 1949 et des municipales d’avril 1953, scrutins qui marquent le début et la fin du cycle électoral de la période retenue.

  • 139 La Marseillaise, 8 mars 1951.
  • 140 La Marseillaise, 2 avril 1951.

143L’effort entrepris lors des cantonales de 1949 est antérieur au lancement officiel de la campagne le 7 mars par François Billoux puisque dix-sept réunions électorales ont déjà été organisées depuis le 23 février. Confronté en 1951 à la menace de la loi sur les apparentements, le PCF commence à se mobiliser dès la chute du gouvernement Pleven. Le 8 mars, soit quatre jours après le meeting présidé par Charles Tillon au cinéma Saint-Lazare, se déroule à Saint-Antoine la première d’une série de réunions contre « la loi fasciste de truquage électoral »139. Au début du mois d’avril sont émis les premiers appels à la constitution de comités de défense du suffrage universel destinés à combattre « la loi d’escroquerie électorale »140. Lancée le 17 mai à Paris par Jacques Duclos, la campagne en faveur de la liste d’Union républicaine résistante et antifasciste débute à Marseille avec le meeting du 21 mai tenu au cinéma Saint-Lazare en présence de Pierre Doize et de François Billoux. Bien que le premier tour des cantonales soit fixé au 7 octobre 1951, les réunions de sections ou de cellules incluent dès la fin du mois d’août la préparation de ces élections à leur ordre du jour. Cette mobilisation précoce s’explique par l’enjeu important du scrutin pour une fédération communiste qui ne tient pas à voir se renouveler la défaite de mars 1949.

144Lors de sa session du 9 août 1952, le comité fédéral décide de faire éditer sous forme de brochure le projet de programme qu’il avait fait insérer dans La Marseillaise du 29 février précédent. Avec les premiers jours du mois d’octobre débutent les attaques portées contre les carences de la gestion RPF avec la complicité des socialistes. Tout au long du mois de janvier 1953, le quotidien dénonce « l’opération poubelle » organisée par Michel Carlini. La campagne électorale proprement dite débute le 1er mars, soit presque deux mois avant la date du scrutin, par la visite du quartier du Rouet par André Noguès et Jean Cristofol. Deux jours plus tard, ce dernier signe dans La Marseillaise le premier article de la série intitulée « Pour une municipalité au service de Marseille, de la classe ouvrière, de la démocratie et de la paix ». Le 5 mars se constitue le premier comité de soutien. Le 11 avril sur le Cours d’Estienne d’Orves se déroule la présentation des candidats de la liste d’union ouvrière et démocratique pour le pain, les libertés démocratiques et l’indépendance nationale.

145La lecture des communiqués publiés dans la presse communiste fait apparaître un total de 137 réunions entre les 7 et 19 mars 1949, concentrées surtout dans les jours précédents le scrutin du premier tour. Chacune d’entre elles, tenue dans un bar contrôlé par le Parti ou déclaré « ami », se caractérise par la présence d’un ou de plusieurs des 81 intervenants de la campagne. Si la moitié de ces orateurs ne se manifeste qu’une seule fois sur un seul canton, treize dont six femmes se prennent la parole cinq fois ou plus. Les plus actifs durant cette campagne pour le premier tour sont respectivement Louis Gazagnaire (douze réunions), Pierre Doize (treize), Yvonne Estachy (quatorze) et Jean Cristofol (quinze). Ce dernier est avec François Billoux le seul à s’impliquer dans la totalité des cantons en jeu. Intervenant moins souvent que l’ancien maire de Marseille, François Billoux (sept meetings en tout) se réserve par contre la présidence des grandes assemblées. À l’inverse de ce qui s’est passé avant le premier tour, la presse communiste ne mentionne que 23 réunions publiques entre le lundi 21 et le samedi 26 mars. Faut-il voir dans ce nombre de meetings moins élevé le peu d’illusions des dirigeants de la fédération quant à l’issue du scrutin du 27 mars ? Seul Camille Commenge dans le 12e canton bénéficie d’un effort particulier. Est-ce parce que son adversaire est le socialiste Jean Masse ? Cinq meetings et deux grands rassemblements sont tenus en sa faveur. Le premier se tient dès le 21 mars, premier jour de la campagne pour le second tour. Le 25 mars, c’est Raymond Guyot, député de Paris, secrétaire de la fédération de la Seine et surtout membre du Bureau politique qui préside l’ultime réunion.

146L’étude de la campagne d’avril 1953 laisse apparaître certaines évolutions dans la manière de procéder. Bien que placé en tête de liste, François Billoux s’implique très peu. Ses deux articles du 21 mars sur la politique du logement et du 21 avril sur le financement des diverses campagnes abordent les problèmes sous un angle national. François Billoux participe aussi très peu aux réunions électorales. Il se contente de concentrer ses quelques interventions dans les quartiers qu’il visite les 12, 15, 18 et 20 avril. S’il tient un meeting le 22 avril place Stalingrad, c’est pour riposter aux attaques du Provençal qui l’accuse d’avoir fui devant le débat contradictoire proposé deux jours plus tôt par Jules Moch. Il anime ensuite encore neuf réunions. Le vendredi 24 avril, l’interview qu’il donne à La Marseillaise met un terme à la campagne électorale communiste. La présence de Jean Cristofol pendant la campagne est par contre beaucoup plus importante et soutenue. Ce sont plus de cinquante réunions au total qu’assure le numéro trois de la liste communiste tout au long des trois dernières semaines de campagne. Il effectue en outre des visites dans les quartiers les 14, 15, 20 et 21 avril. Avec plus de trente réunions à son actif, Pierre Doize constitue un autre pilier du dispositif communiste. Aux côtés des autres têtes de liste confirmées comme Yvonne Estachy qui intervient à dix-neuf reprises émergent des cadres nouveaux telle Jeannette Agostinelli présente lors de dix-sept réunions.

147Employé à partir des cantonales de mars 1949 lors des différents scrutins de la période, le discours communiste s’appuie sur trois thèmes majeurs. La gravité exceptionnelle du moment implique un engagement accru et un renforcement de l’unité des Français autour du PCF. L’instauration d’une paix durable débouchera sur l’amélioration des conditions de vie. S’appuyant sur ces deux premiers thèmes, les propagandistes du Parti se livrent à une dénonciation sans concessions de leurs adversaires et valorisent les qualités de leurs propres candidats.

  • 141 La Marseillaise, 21 février 1949. Insistant sur l’importance de défendre la paix, André Marty souli (...)
  • 142 Afin de démontrer le caractère dramatique du scrutin, le quotidien explique que « l’Amérique » atte (...)

148Confrontés au projet de pacte que veulent imposer les États-Unis, les Français doivent ouvrir les yeux sur « la réalité de la menace de la guerre » et « agir pour défendre la paix » déclare André Marty venu à Marseille les 19 et 20 février 1949 pour superviser les travaux de la conférence fédérale141. Tout au long de la campagne des cantonales de mars 1949, les orateurs communistes associent la ruine du pays aux 900 milliards dépensés pour la guerre par le gouvernement Queuille. Ce dernier est en particulier accusé d’aggraver les difficultés d’existence des Marseillaises en constituant les stocks de vivres nécessaires dans le cadre de la préparation de l’agression contre l’URSS imposée par les Américains142. La tension extrême des relations internationales ferait que « pour la première fois dans l’Histoire, le sort du monde est entre les mains de l’électeur français » peut-on lire dans La Marseillaise du 28 mai 1951. En pleine campagne des municipales du printemps 1953, le choc consécutif au vote de l’Assemblée nationale amnistiant les anciens SS Alsaciens condamnés à Bordeaux permet de mettre en avant le danger allemand. La Marseillaise publie le 27 mars la lettre dans laquelle la section communiste du Vieux-Marseille souligne, à l’attention de son homologue socialiste, le risque de voir réarmer « les bourreaux d’Oradour et de nos quartiers du Vieux-Port ».

  • 143 La Marseillaise, 26 mai 1951.

149Menée d’une manière systématique, la critique des adversaires s’appuie sur quelques thèmes faciles à exposer. En mars 1949, les candidats du RPF sont accusés d’être des nostalgiques de Vichy et de la collaboration. Les heurts entre militants de cette formation et ceux du PCF dans le quartier de Saint-Louis sont exploités pour accréditer la thèse d’un parti gaulliste utilisant des méthodes fascistes avec l’appui de la police. Ce type d’argument est repris avec encore plus de netteté lors des législatives de 1951. L’annonce d’une possible venue à Marseille du général est accueillie par les mises en garde lancées par Pierre Emmanuelli à l’encontre du « Führer du RPF », de « l’émule de Hitler » accusé de vouloir liquider la République et dissoudre la CGT pour le compte des Américains qui occupent la France143. Du fait de l’hostilité manifestée par de Gaulle face aux accords de Bonn et de Paris, ce type d’accusation disparaît du discours communiste lors des municipales d’avril 1953. Cette restriction n’empêche pourtant pas une accentuation des accusations d’incompétence et de corruption proférées depuis 1949 à l’encontre de la gestion de la ville par le RPF Michel Carlini.

  • 144 La Marseillaise évoque à plusieurs reprises des fréquentations douteuses dans le milieu de la colla (...)
  • 145 La Marseillaise, 6 mars 1953.

150Dans le cadre des cantonales, Denis Bizot énumère tous les problèmes « urgents » qui n’ont pas été résolus dans le 9e canton. Baptisés « Les fruits amers de quarante et un mois de gestion RPF », les articles de Jean-Baptiste Nicolaï publiés entre le 28 mai et le 7 juin 1951 dans La Marseillaise dressent un bilan plus que négatif de l’état dans lequel se trouveraient les quartiers de Marseille. Des accusations similaires d’incompétence et d’immobilisme sont proférées en septembre 1951 puis durant la campagne des municipales. Durant le mois de janvier 1953, La Marseillaise fustige l’incurie de Michel Carlini incapable de reloger les évacués d’un immeuble miné par la mer à La Madrague de Montredon ou les expulsés du Racati. Incapables, les élus RPF seraient de plus corrompus. Michel Carlini est accusé de protéger Antoine Macone, son ancien directeur adjoint des services techniques qui serait mêlé à plusieurs affaires aussi louches les unes que les autres144. Une autre malversation concernerait les conditions jugées frauduleuses de l’adjudication de certains marchés publics qui auraient fait perdre plus de 200 millions de francs aux contribuables marseillais. La municipalité est aussi accusée vouloir satisfaire « certaines grosses sociétés liées à la fabrication et à la vente des poubelles agréées »145.

  • 146 Alors que La Marseillaise, dans son édition du 23 février 1948, saluait assez chaleureusement l’arr (...)
  • 147 La Marseillaise, 20 avril 1951.

151La propagande communiste n’impute pas ces pratiques aux seuls élus RPF. Les dirigeants socialistes marseillais sont accusés d’avoir contribué à la rupture de l’unité ouvrière en 1947 pour permettre, en s’alliant avec les pires représentants de la réaction, l’application d’une politique de guerre et de misère. Eux aussi brilleraient par leur manque d’honnêteté. Au mois de mars 1949, le préfet Jean Baylot et Francis Leenhardt sont dénoncés pour contribution aux préparatifs de guerre du gouvernement146. Les élus socialistes se voient reprocher en 1951 de participer à « la diabolique mystification »147 des apparentements visant à éliminer les candidats de la paix et de la classe ouvrière au profit du général de Gaulle. Par anticommunisme, ils renieraient le programme du Conseil National de la Résistance pour mieux se vautrer dans la corruption et se plier aux exigences des impérialistes américains. La propagande du Parti réserve une bonne partie de ses attaques à Gaston Defferre. Le 29 septembre 1951, lors d’un meeting à Vauban, François Billoux accuse ce dernier d’avoir trahi la classe ouvrière marseillaise en 1947 en permettant l’élection du RPF Michel Carlini. Un article dans La Marseillaise du 23 mars 1953 dénonce « l’écrasante responsabilité » de celui qui a « en toute connaissance de cause remis la gestion de la deuxième ville de France entre les mains d’hommes sans scrupules, qui n’ont cessé de témoigner du mépris pour la population de notre cité ». Depuis cette trahison de 1947, il aurait mené une opposition de façade au sein du conseil municipal pour dissimuler de louches opérations en parfait accord avec le maire gaulliste. Le 3 mars 1953, dans le premier d’une longue série d’articles destinés à couvrir dans La Marseillaise les différentes phases de la campagne des municipales, Jean Cristofol réserve une place particulière à la dénonciation systématique de Gaston Defferre. De connivence avec le RPF, celui-ci serait mêlé à un système opaque d’attribution des appartements HLM à Marseille. Daté du 14 avril, un article accuse le responsable socialiste d’avoir, par son abstention, permit l’adoption d’un budget comportant une forte augmentation des impôts baptisés aussitôt « impôts Defferre ».

152Les propagandistes communistes avancent deux raisons pour justifier le vote en faveur de leurs candidats. Le PCF ne présente que des hommes et des femmes compétents et intègres. Ses propositions sont les seules à répondre aux attentes des électeurs. Les propagandistes ne manquent jamais de rappeler que ces solutions ne pourront se réaliser que dans le cadre d’une politique de paix.

  • 148 La Marseillaise, 25 mai 1951.
  • 149 La Marseillaise, 26 mai 1951.
  • 150 La Marseillaise, 30 mai 1951.
  • 151 Nécessaire pour affirmer l’ouverture aux femmes, la décision de remplacer Raymonde Nédélec, partie (...)
  • 152 La Marseillaise, 29 septembre 1951.

153Par opposition aux représentants d’une classe politique corrompue, les candidats du Parti seraient les seuls qui, en cas de succès, respecteraient leurs engagements électoraux. Eux seuls mettraient en œuvre une politique de paix, de progrès et de justice sociale. En mars 1949, la presse communiste détaille, canton par canton, les réalisations obtenues grâce à l’intervention des conseillers généraux sortants. Cette capacité d’action, les candidats du Parti seraient les seuls à la posséder car, issus du peuple, ils auraient su demeurer à son contact. Relatant un meeting tenu la veille à la sortie de l’usine à gaz de la rue de Lyon, La Marseillaise décrit les travailleurs « venus en bleu de travail, leur musette à l’épaule » pour écouter « deux des candidats ouvriers 148 membres de ce « grand parti qui, seul, défend les travailleurs inlassablement » et représente « le grand espoir de ces braves et modestes gens »149. Le quotidien s’attarde sur la description de l’accueil « indescriptible » réservé à ces « hommes honnêtes et intègres »150. Toute attaque portée à cette image se traduit par une réaction immédiate. Le 25 septembre 1951 dans La Marseillaise, Jean Cristofol s’appuie sur la personne du docteur Gauthier pour réfuter l’article qui, la veille dans Le Provençal, « a osé prétendre que le Parti Communiste désignait ses candidats en fonction de leur hiérarchie et sans s’inquiéter de désigner celui qui, habitant le quartier, en connaissait les besoins »151. Les communistes sont des « constructeurs », des « administrateurs sérieux et intègres »152 affirme Jean Cristofol lors d’un meeting à Chutes-Lavie le 28 septembre 1951. Cette volonté d’afficher une image d’intégrité conduit souvent à rappeler la lutte « Pour Marseille propre » menée en 1936 contre Sabiani.

  • 153 La Marseillaise, 9 février 1953.

154Le sérieux des élus locaux du PCF devient un argument majeur lors de la campagne des municipales d’avril 1953. Étienne Fajon ayant donné dès le début du mois de février la consigne de valoriser les réalisations des mairies communistes153, André Remacle ne manque pas de souligner les chantiers avancés par la municipalité Cristofol avec l’aide de François Billoux et abandonnés par son successeur RPF. Le 14 mars, La Marseillaise oppose le travail accompli à Port-de-Bouc au bilan désastreux de l’équipe gaulliste de Marseille. Le 31 mars 1953, Pierre Maggi compare dans ce quotidien le triplement des subventions consacrées à l’équipement sportif de Marseille du temps de la municipalité Cristofol au recul des crédits décidé par l’équipe Carlini152.

  • 154 La Marseillaise, 8 juin 1951.

155Si les candidats communistes accordent une place importante dans leurs interventions aux questions de politique nationale et internationale, ils ne négligent pas pour autant d’aborder les préoccupations de leurs électeurs. Tous manifestent au contraire une nette volonté de tirer profit des réalités du terrain. En mars 1949, Mireille Dumont propose de construire des cabinets souterrains avec téléphone et douche sur la place Jean Jaurès et d’améliorer l’éclairage du marché. Denis Bizot, Paul Meyère et Jean Senatore promettent de réaliser de nouveaux équipements scolaires. Camille Commenge et Ludovic Trouin accordent la priorité à la résolution du problème de l’eau dans les banlieues. Des propositions similaires sont effectuées par les candidats communistes lors des cantonales d’octobre 1951. Bien qu’il s’agisse d’un scrutin au caractère national prédominant, la campagne menée lors des législatives de juin 1951 réserve une grande place aux mesures locales qui seraient adoptées en cas de victoire des « candidats de la paix ». La flotte de commerce française serait développée, les échanges avec les pays démocratiques relancés. Ces sages décisions redonneraient du travail aux marins et aux dockers de Marseille. Paul Cermolacce promet d’étudier des facilités pour ceux qui désirent se rendre en Corse. Il n’y aurait plus de hausse du prix du ticket de tramways. Les 25 000 logements nécessaires à Marseille et au département seront construits si les électeurs disent « Non à Truman »154 en votant communiste. Publié le 3 avril 1953 dans La Marseillaise, le programme du Parti pour les municipales comporte la promesse d’affecter la réduction de 800 milliards des crédits de guerre à la construction de quatre mille logements par an pour sortir les familles populaires des taudis où elles s’entassent encore ainsi qu’à la mise en chantier des écoles qui manquent cruellement aux enfants de Marseille.

Un bilan mitigé

156S’il réussit à conserver ses quatre sièges de députés dans la première circonscription des Bouches-du-Rhône ainsi que ses vingt-quatre conseillers municipaux, le PCF ne parvient à sauver que trois des neuf cantons marseillais qu’il détenait jusqu’alors. Il continue pourtant à obtenir de très bons scores dans ses bastions traditionnels.

157Première consultation de la période de la Guerre froide, le premier tour des cantonales de mars 1949 tournent à la catastrophe pour le Parti communiste ainsi que le montre le tableau de la page suivante.

158Par rapport à 1945, la perte moyenne enregistrée par les candidats communistes s’élève à 7,7 % des suffrages exprimés. Un raz-de-marée RPF a déjà fait perdre son siège à Jean Senatore. Opposés à deux autres candidats gaullistes, Paul Meyère et Mireille Dumont ne possèdent pratiquement plus aucune chance de redresser leur situation. Camille Commenge est devancé par le socialiste Jean Masse. Ludovic Trouin n’a qu’une avance réduite sur un candidat RPF qui risque de bénéficier du report d’une partie des 2 659 voix qui se sont portées sur le MRP. La seule issue pour lui serait de parvenir à convaincre les 3 883 électeurs socialistes et les 34,8 % d’abstentionnistes. Arrivé en tête, Denis Bizot ne possède 1 877 voix d’avance sur le RPF Chiappe. Là aussi, la clef du scrutin se trouve entre les mains des 2 242 électeurs qui ont voté socialiste et des 34,6 % d’abstentionnistes.

Résultats enregistrés par le PCF lors des premiers tours en 1945 et 1949

Résultats enregistrés par le PCF lors des premiers tours en 1945 et 1949

Sources : Procès-verbaux officiels établis le 23 septembre 1945 et le 20 mars 1949 (Archives communales de Marseille).

  • 155 La Marseillaise, 22 mars 1949.

159Le recul du PCF est indéniable. Il s’agit pour lui de commenter les résultats de manière à masquer cette baisse. Dès le 21 mars, au cours d’un rassemblement dans la salle du Châtelet, François Billoux explique que si le PCF demeure le premier parti de France c’est que lui seul a eu « le courage de poser nettement les problèmes au cours de la campagne »155. En mettant en avant la menace de guerre, il a témoigné de son « seul souci de la défense de l’indépendance de notre pays ». Ces bons résultats prennent d’autant plus de valeur qu’ils ont été obtenus malgré une campagne anticommuniste « poussée à l’extrême » destinée à créer un climat identique à celui de 1939. Un anticommunisme source des alliances illicites du second tour. Pour étayer cette affirmation, François Billoux s’appuie sur deux exemples. Aucun responsable socialiste sérieux ne s’est présenté dans le 2e canton afin de permettre l’élection dès le premier tour d’Henri Bergasse. Dans le 12e, le socialiste Jean Masse bénéficierait en contrepartie du désistement en sa faveur du candidat RPF. Ces accusations d’alliance contre nature reflètent-elles le dépit de ne pas avoir réussi à conclure des accords avec les socialistes ? Des tentatives de cet ordre se sont-elles produites ? Ce n’est effectivement que le jeudi 24 mars que la Une de La Marseillaise indique « Maintien des candidats communistes à Marseille ».

  • 156 Les progressions enregistrées varient de 645 voix supplémentaires (Ludovic Trouin) à 150 (Camille C (...)

160À l'issue du second tour, le bilan s’avère catastrophique pour un Parti communiste défait dans les cinq cantons encore en jeu et qui perd surtout quatre des neuf sièges qu’il détenait sur Marseille même depuis septembre 1945. Avec huit postes de conseillers au lieu de quatorze sur l’ensemble des Bouches-du-Rhône, le PCF ne retrouve plus la position de force qu’il occupait jusqu’alors au sein du Conseil général. Bien que battus, les candidats communistes encore en lice obtiennent pourtant globalement un nombre de voix supérieur à celui du tour précédent156. Si l’on pousse par contre l’analyse jusqu’au niveau des bureaux, une baisse est perceptible dans neuf des cent vingt cas de résultats connus.

161Les cantonales d’octobre 1951 ne se révèlent pas aussi catastrophiques pour le Parti communiste puisque Josette Reibaut et Jean Labro l’emportent facilement dans les deux bastions que sont les 5e et 7e cantons. La situation de ses quatre autres candidats s’avère par contre préoccupante. Pierre Emmanuelli et le docteur Gauthier ne possèdent qu’une faible avance sur leurs adversaires respectifs. Louis Gazagnaire est distancé par le socialiste Jean-François Guerini qui était arrivé en seconde position le 23 septembre 1945. Quant à Paul Cermolacce, il se retrouve relégué en troisième position. Ce bilan peu satisfaisant est aggravé par le recul général des pourcentages de voix recueillis par les candidats communistes, Jean Labro seul améliorant de près de 5 % son score de 1945.

  • 157 Deux autres conseillers généraux sortants sont battus : Edmond Garcin dans le canton d’Aubagne et C (...)

162Dès le lendemain, La Marseillaise publie la décision de la direction nationale du Parti de retirer les communistes « en faveur de candidats plus favorisés acceptant un programme de Paix et d’indépendance nationale ». Ces directives nationales sont suivies par l’insertion dans l’édition du 9 octobre des lettres que Paul Cermolacce et Louis Gazagnaire, déclarant agir au nom de la fédération, adressent à leurs adversaires socialistes respectifs pour les informer des conditions qu’ils mettent à leur désistement. Gaston Tourenc et Jean-François Guerini doivent se prononcer en faveur du pacte entre les cinq grandes puissances, dénoncer l’arme nucléaire et s’engager à favoriser la signature d’accords commerciaux avec les pays de l’Est. Les candidats socialistes se voient accorder jusqu’au mardi 9 octobre pour se rendre dans les locaux des sections communistes. Contrairement aux élections de 1949, les communistes proposent cette fois ouvertement de se désister. Espèrent-ils monnayer leur retrait en échange d’une réciprocité dont bénéficierait le docteur Gauthier ? L’offre est bien trop empoisonnée pour pouvoir être acceptée. L’absence de réponse des candidats socialistes est donc prévisible, souhaitée peut-être pour détacher de ce parti des militants déçus par ce refus de la main tendue. Effectivement, devant l’absence de réponse publique, La Marseillaise reprend, dès le 10 octobre, sa critique des dirigeants socialistes. Ces arguments ne modifient en rien la logique des résultats du premier tour. Louis Gazagnaire, Pierre Emmanuelli et Paul Cermolacce sont nettement battus157. Seul le docteur Gauthier, bénéficiant d’une triangulaire, retrouve de justesse son siège avec 43,6 % des suffrages exprimés.

  • 158 Procès-verbaux établis le 14 octobre 1951. Archives communales de Marseille.

163Paul Cermolacce et Louis Gazagnaire, respectivement dans les 1er et 3e cantons, reculent de 16,97 % et 7,12 % par rapport à leurs scores du dimanche précédent158. Leurs défaites prévisibles ont sans doute entraîné une mobilisation moindre puisqu’entre les 7 et 14 octobre, le taux de bulletins exprimés est tombé de 59,4 % à 52,6 %. Le comportement de l’électorat communiste n’est pourtant pas aussi facile à cerner puisque Pierre Emmanuelli, mal placé lui aussi, ne recule pas entre les deux tours alors que le docteur Gauthier, qui conservait toutes ses chances du fait d’une triangulaire, enregistre la plus forte perte en nombre de voix.

  • 159 Arch. dép., dossier 148 W 294, notes des 10 et 12 juillet 1952
  • 160 La Marseillaise, 3 juillet 1952.

164Une dernière élection cantonale, partielle cette fois-ci, se déroule en juillet 1952 consécutivement au décès de Josette Reibaut. À ce moment de l’année, le désir de partir en vacances manifesté par les responsables communistes se révèle si peu propice à la mobilisation en faveur de la candidature d’Henri Pagès dans le 5e canton que plusieurs notes fédérales sont nécessaires pour obtenir l’effort escompté de la part des cadres concernés159. L’objectif est de parvenir à un score équivalent à celui qu’avait réalisé Josette Reibaut afin de faire taire les rumeurs qui font état du désarroi du Parti à la suite de la manifestation du 28 mai. En fonction de ce but, la campagne communiste ne manque pas de s’appuyer sur l’idée que parce qu’il « ne cesse de lutter pour la paix et l’indépendance nationale »160, Henri Pagès se montrera un digne continuateur du combat mené par la disparue. Voter en sa faveur représentera aussi dénonciation forte des partisans du « complot ». Le 21 juillet, La Marseillaise affirme que les 67,7 % de suffrages qui se sont portés sur le candidat communiste comme un échec de « la campagne anticommuniste » représentent « un nouveau coup puissant au complot contre le peuple ». En apparence, le PCF progresse puisque Josette Reibaut avait recueilli 63,9 % des suffrages en octobre 1951. La réalité est sensiblement différente. Henri Pagès a en effet perdu 1 745 des 16 500 voix de Josette Reibaut ce qui correspond à un recul de 10,57 %. Son meilleur score apparent ne provient en fait que du nombre beaucoup plus faible de suffrages exprimés. De 25 792 en octobre 1951, ceux-ci tombent à 21 784 soit un tassement de 15,53 %.

165En perte de vitesse lors des cantonales, le Parti communiste s’en sort beaucoup mieux à l’issue des législatives de juin 1951. Bien qu’en recul, les scores enregistrés dans la première circonscription des Bouches-du-Rhône restent en permanence supérieurs à ceux obtenus sur le plan national : 37 % contre 26 % le 2 juin 1946, 40,3 % contre 28,3 % le 10 novembre 1946, 38,5 % contre 26,9 % le 17 juin 1951 et 36,1 % contre 25,9 % en 1956. En outre, alors même que la loi sur les apparentements de 1951 lui fait perdre de nombreux sièges sur le plan national, le Parti communiste conserve ses positions avec l’élection ou la réélection de François Billoux, Jean Cristofol, Yvonne Estachy et Paul Cermolacce.

  • 161 Le quotidien socialiste déclare : « C’est un petit fait. Mais pour qui se souvient des soirs d’élec (...)

166Le 27 avril 1953, à l’issue des municipales, La Marseillaise évoque le succès national du Parti qui progresse tant en nombre qu’en pourcentage de voix et souligne la première place obtenue à Marseille par la liste conduite par François Billoux. L’éditorial non signé parle de l’échec de la politique anticommuniste menée depuis 1947 puisque le PCF a progressé grâce à l’apport des suffrages des travailleurs socialistes. Sa victoire écarte les risques de trahison et de guerre mondiale, préserve l’héritage de la Résistance. Elle met à mal la thèse du « complot ». Quelle réalité se trouve-t-elle derrière ces communiqués alors que le même jour Le Provençal ironise sur le départ précipité pour Paris de François Billoux et l’absence de la fête donnée habituellement après chaque élection sur le cours d’Estienne d’Orves161 ? Les résultats d’avril 1953 sont-ils pour le PCF une occasion manquée de reprendre une mairie de Marseille perdue lors du précédent scrutin ?

167La stabilité enregistrée par le Parti, en suffrages exprimés il progresse de 0,3 % par rapport à 1947, lui permet de récupérer ses vingt-quatre sièges de conseillers municipaux mais non d’atteindre à lui tout seul la majorité souhaitée de trente-deux élus. L’appui des quinze représentants de la SFIO lui est indispensable pour reprendre la mairie. Dès le 28 avril, les appels lancés en direction de ce parti sont rendus publics. La Marseillaise reproduit deux jours plus tard la proposition de la section du Vieux-Marseille à son homologue socialiste. Les élus des deux formations désigneront un maire communiste, les postes d’adjoints étant répartis au prorata des voix obtenues par chacune d’entre elles. Afin de prouver la possibilité d’une telle solution, le quotidien accorde un large écho aux cas de communes où l’alliance entre le PCF et la SFIO a fonctionné.

  • 162 Arch. cent. du PCF.

168Les 2 et 4 mai, des délégations de la section communiste d’Endoume se rendent au siège de la 11ème section socialiste. La fédération lance le 4 mai un nouvel appel à l’union. Jean Cristofol agite la menace d’une municipalité au sein de laquelle les socialistes se retrouveraient prisonniers des pires réactionnaires. Il souligne qu’une administration honnête de la ville ne peut se concevoir sans les communistes. Les jours suivants, les responsables CGT font circuler des pétitions en faveur de l’union « comme en 1936 ». Des meetings sont organisés dans les quartiers. Le 9 mai, jour prévu pour la désignation du maire, le bureau fédéral propose aux socialistes six postes d’adjoints sur douze et le partage équitable des plus importantes délégations. Il n’impose aucune soumission politique de leur part. Le PCF recherche-t-il l’alliance jusqu’au bout ou se prépare-t-il, la fermeté de Gaston Defferre étant connue, à imputer son relatif échec électoral aux dirigeants socialistes ? Est-ce parce qu’il sait que la municipalité lui échappera que Jean Cristofol est présenté à la place de François Billoux ou bien cette candidature est-elle simplement destinée à tirer profit de la popularité personnelle de l’ancien maire ? Jean Cristofol avec vingt-quatre voix devance au premier tour Henri Bergasse et Gaston Defferre qui recueillent respectivement seize et quinze suffrages. Après avoir progressé de quatre voix au second tour, Gaston Defferre l’emporte au troisième tour par trente-neuf votes contre vingt-quatre à Jean Cristofol. Les communistes marseillais ne reprendront pas le contrôle de la mairie. Leurs propagandistes et leurs organes de presse évoqueront pourtant, ainsi que le leur demande dès le 7 mai une directive du Bureau politique, des élections qui marquent « une justification de la ligne politique » et « une consolidation des positions du Parti »162.

169Cet échec ne remet nullement en cause l’existence des différents bastions électoraux communistes ainsi que le montrent les résultats obtenus lors des législatives du 17 juin 1951 et des municipales du 26 avril 1953, les deux seuls scrutins de la période qui concernent la totalité des électeurs marseillais. L’examen de la carte de la page suivante laisse apparaître une première zone de forte influence communiste dans les 3e, 14e, 15e et surtout 16e arrondissements correspondant à la Belle-de-Mai et La Vilette d’une part et à l’Estaque de l’autre. Le PCF est aussi fortement implanté dans les quartiers ouvriers du sud-est du 10e arrondissement qui forment alors la seconde zone industrielle de Marseille. Les plus faibles résultats enregistrés par les listes communistes en 1951 et 1953 se situent dans les quartiers bourgeois des 1e et 6e arrondissements.

Carte des bastions électoraux

Carte des bastions électoraux

Source : carte réalisée par l’auteur.

Conclusion

170Une question se pose à l’issue de cette étude des engagements des années froides. Les communistes marseillais se contentèrent-ils d’appliquer scrupuleusement les décisions émanant de la direction nationale de leur parti ou bénéficièrent-ils d’un certain degré d’autonomie pour conduire leurs luttes ? L’analyse du discours tenu par les cadres locaux, le classement des actions entreprises en fonction de leur portée géographique, le recensement des différents moyens de surveillance dont disposa le centre parisien et enfin l’examen de la manière dont les mots d’ordre furent ou ne furent pas suivis d’actions concrètes sur le terrain apportent des éléments de réponse à cette interrogation.

171Dès le début de l’année 1949, les responsables syndicaux et politiques marseillais s’efforcent dans leurs déclarations de se conformer à la ligne de défense de la paix définie par leur direction nationale. Alors que le 12 octobre 1948, au tout début du mouvement de grève dans la réparation navale, le syndicat des métaux CGT citait encore parmi les causes du manque de travail sur le port les effets néfastes des commandes de navires passées aux États-Unis dans le cadre du plan Marshall, un tract rédigé aux alentours du 20 février 1949 accuse « toute la réaction » de s’être mobilisée « pour briser la grève des métallos qui luttent pour défendre leur PAIN, pour défendre la PAIX ». Dressant trois jours plus tard le bilan de six semaines de luttes, La Marseillaise insiste sur la détermination des travailleurs qui a permis de dénoncer « la préparation fébrile et désespérée d’une nouvelle guerre ». Les propagandistes communistes s’efforcent de récolter le plus grand nombre possible de signatures de la lettre adressée au président Truman en accusant les États-Unis, dont le statut « d’alliés » est pourtant encore évoqué, de préparer l’agression de l’Union soviétique sous couvert du Pacte Atlantique. Dans l’édition du 23 mars La Marseillaise, Lucien Molino explique pour quelles raisons le vote des travailleurs doit se porter lors du second tour des cantonales sur ceux des candidats « qui luttent pour le pain, la République et la Paix ». André Remacle écrit le 6 août que les femmes des métallos de Port-de-Bouc se battent « pour le bonheur de leurs enfants et pour la paix ». Le 24 août, La Marseillaise assimile la journée d’action départementale décidée par l’union départementale CGT à un engagement « pour les salaires et la paix ». En application de la stratégie élaborée par le Comité central et des directives émanant de la direction confédérale de la CGT, la résolution adoptée le 6 septembre par les marins CGT de Marseille et le bulletin de vote pour la paix distribué à partir du lendemain se rejoignent dans leur refus d’une guerre qui serait voulue par un gouvernement soumis à une poignée de capitalistes responsables de la misère des masses populaires.

172Une inflexion très perceptible se produit à partir de l’automne 1949. Toutes les actions qui se déroulent sur le port entre le 2 novembre 1949 et le 18 avril 1950 ainsi que la journée du 10 janvier 1950 reflètent une volonté beaucoup plus affirmée de ne plus se contenter de simples déclarations d’intention mais de déboucher sur des actions de masse concrètes. La résolution adoptée à l’issue de l’assemblée générale des travailleurs du port du 30 octobre, même si elle exige de nouveau le paiement d’une prime de retour de vacances, demande explicitement aux dockers de ne plus charger, à partir du 2 novembre, « des munitions, des armes et des camions à destination de l’Indochine ». Cadres syndicaux et responsables politiques tentent de pousser les autres corporations à l’action en expliquant que la misère des travailleurs découle de la politique de guerre menée par le gouvernement. Régionalisant les arguments avancés par la direction du PCF, ils accusent les États-Unis d’accroître les risques d’un bombardement nucléaire de Marseille en cherchant à transformer le port en base d’agression contre l’URSS et rendent le conflit en Indochine responsable du chômage endémique qui frappe la ville.

173Reflets de la ligne suivie à Paris et des tensions de la situation internationale, les arguments utilisés pour assurer le succès des actions entreprises dans la cité phocéenne à partir d’avril 1950 sont marqués par une tendance au durcissement qui culmine lors de la préparation de la manifestation du 28 mai 1952. La peur engendrée par la perspective de voir une bombe atomique tomber sur Marseille est utilisée pour collecter des signatures en faveur de l’appel de Stockholm. Les manifestations de soutien aux « dix de La Bocca » sont intégrées elles aussi dans le combat contre les préparatifs de guerre mondiale. Les propagandistes communistes répètent que, en empêchant le départ du bataillon français pour la Corée, les travailleurs contribueront efficacement à la lutte contre les agressions qui se préparent contre la Chine populaire et l’Union soviétique. Le vote communiste lors des législatives de juin 1951 ou des cantonales d’octobre 1951, la participation à la manifestation du 12 février 1952 sont assimilés à autant de moyens pour faire reculer ceux qui veulent instaurer le fascisme en France afin d’accélérer les préparatifs de guerre mondiale. Profitant de l’émotion suscitée par l’épidémie de variole qui touche alors Marseille, les responsables communistes soutiennent que la journée contre Ridgway écartera les risques d’épidémie de peste que ce général amène jusque dans la cité phocéenne après avoir infecté la Corée martyre.

174L’échec de cette manifestation et de la journée du 4 juin 1952, la répression qui suit ces deux actions hasardeuses ainsi que les propositions de dialogue émanant de Moscou favorisent un retour à des arguments et à des méthodes moins extrémistes. Les campagnes de vote contre la CED mettent en avant la défense de la patrie afin de rallier le plus grand nombre possible de non communistes. Lors des municipales d’avril 1953, si les attaques contre la politique menée localement par l’équipe RPF conservent toute leur virulence, il n’est plus question de s’en prendre à un général de Gaulle qui s’oppose au projet d’armée européenne. Autre évolution significative, Force ouvrière n’est plus systématiquement qualifiée d’organisation de division à la solde des patrons. Georges Croëse n’hésite pas, dans La Marseillaise du 12 mars 1954, à utiliser la formule « mes camarades de FO » pour tenter de convaincre les adhérents de cette centrale syndicale de s’associer à la grève prévue le 28 avril.

175Durant les années froides, les responsables communistes marseillais surent fidèlement refléter dans leurs déclarations les mots d’ordre successifs définis par leurs dirigeants nationaux. Est-ce dire qu’ils se contentèrent d’un simple rôle d’exécutants ou purent-ils disposer d’un certain degré d’autonomie lors des actions locales qu’ils entreprirent ? Toutes les opérations de vote en faveur de la paix, les élections législatives de 1951, la manifestation du 28 mai 1952 ainsi que les grèves du mois d’août 1953 s’inscrivent dans un cadre national, voire international. Les mouvements de dockers sur le port, la grève à bord du Pasteur et la journée du 10 janvier 1950, la défense des « dix de La Bocca » en octobre 1950 et les actions envisagées au mois de novembre pour protester contre le départ du bataillon français pour la Corée, les cantonales et les municipales, découlent tout à la fois d’impératifs politiques généraux et du contexte local. Mise en avant au plus haut niveau, la volonté de lutter contre la guerre d’Indochine prend une signification particulière à Marseille du fait du départ de navires chargés d’armes et de renforts. La présence du Pasteur joue un rôle déterminant dans la décision d’une action sur la Canebière le 10 janvier 1950. C’est parce que les « dix de la Bocca » étaient jugés dans la cité phocéenne et que des soldats français y transitaient avant de s’embarquer pour la Corée que furent tentées les manifestations d’octobre et de novembre 1950. L’implantation dans un quartier des candidats présentés par le Parti n’est pas sans influence lors des cantonales de 1949 et 1951 ou des municipales de 1953. Avec le conflit dans la réparation navale au début de l’année 1949 et la manifestation du 24 août suivant, les communistes furent amenés à s’engager dans des actions découlant essentiellement du cadre politique local. Le contrôle exercé par le centre lors des grandes opérations d’envergure nationale en fut-il allégé pour autant ?

176Au moins un dirigeant national se déplaça à l’occasion de chacun des conflits sociaux de longue durée. Les 9 et 20 janvier 1949, en pleine grève de la réparation navale, Marcel Dufriche et Raymond Semat s’adressent aux responsables marseillais. Augustin Gruenais préside le 38e congrès national des marins et pêcheurs CGT qui débute le 3 novembre 1949 alors que la veille des dockers ont pour la première fois refusé de charger des armes. Une présence similaire peut être relevée lors des grèves de mars et avril 1950. Secrestan, le secrétaire de la Fédération nationale du bois, est présent à Marseille le 1er mars. Deux jours plus tard, c’est Henri Raynaud qui s’adresse aux cadres syndicaux. Le 8 mars est marqué par l’intervention de Chaintreuil, le secrétaire national de la Fédération du bâtiment. L’assemblée du 18 mars au cinéma Saint-Lazare se déroule en présence d’Ambroise Croizat, le secrétaire général du syndicat CGT de la métallurgie. Marcel Baudin, secrétaire général du syndicat CGT des ports et docks, vient à plusieurs reprises à Marseille durant le conflit sur les quais. Le nombre des responsables nationaux qui participent à la préparation de la journée d’action du 28 avril 1954 est particulièrement important. Jeannette Vermeersch est présente le 7 février, Léon Mauvais les 27 et 28 février. Un des responsables nationaux de la Fédération CGT de l’alimentation, Julien Livi, y séjourne du 23 au 26 mars. Le Querré, responsable du bâtiment, vient le 25 mars. Robert Hernio et Jean Breteau réunissent les cheminots et les métallos respectivement les 23 et 25 avril. Cette présence d’un représentant des états-majors parisiens se vérifie aussi lors des campagnes électorales de la période. Fernand Grenier et Raymond Guyot viennent à l’occasion des cantonales de mars 1949. Charles Tillon et André Marty se déplacent lors des législatives de juin 1951. Jacques Duclos, alors secrétaire national par intérim, ouvre la campagne des cantonales en octobre 1951. Aucun dirigeant national ne se manifeste par contre lors des municipales d’avril 1953. Est-ce parce que François Billoux, secrétaire national du Parti, figure en tête de liste ?

  • 163 Rapport déjà cité. Arch. dép. des Bouches-du-Rhône.

177La présence de cadres nationaux ne représenta pas la seule forme de contrôle exercé par le centre parisien sur la fédération des Bouches-du-Rhône. Les demandes adressées par Pierre Doize au Comité central juste avant la journée du 10 janvier 1950 en témoignent. D’après les Renseignements généraux, ce dernier aurait reconnu lors de la réunion du bureau fédéral du 9 janvier que, refusant de « prendre une initiative devant l’interdiction du meeting faite par le préfet des Bouches du Rhône », il « en avait référé au Comité central pour recevoir des instructions »163.

178Obligés de construire leurs discours en fonction de la ligne politique du moment, soumis à un contrôle assez serré durant toutes les phases d’exécution des actions à entreprendre, soucieux de ne pas s’attirer de blâme a posteriori, les communistes marseillais disposèrent-ils d’une part d’initiative ? La réponse à cette question doit être recherchée dans la manière dont certains mots d’ordre nationaux furent ou ne furent pas appliqués sur le terrain.

179Bien que le discours de Maurice Thorez consacré à la lutte contre la fabrication et la manipulation des armes date du mois de février 1949, il faut attendre le 2 novembre suivant pour que se déroule la première action concrète contre la guerre d’Indochine sur le port de Marseille, les mouvements de l’été étant surtout engagés autour du problème de la prime de vacances. Ainsi, si Pierre Doize parvient le 7 août à faire adopter par les dockers réunis en assemblée générale une résolution exigeant la fin de la guerre au Vietnam, la dénonciation du Pacte Atlantique et le refus de la présence en France du général américain Bradley, c’est pour obtenir le paiement de 5 000 francs que les travailleurs du port débraient le lendemain. Même s’il évoque la cessation de la guerre en Indochine, c’est surtout le versement de cette somme que le conseil du syndicat CGT met en avant pour convaincre les dockers de débrayer le 24 août. Ce délai relativement long entre la formulation d’un mot d’ordre et son exécution provient en partie du piètre état dans lequel se trouvent les finances syndicales. La masse des dockers se sent d’autre part peu concernée par cette guerre lointaine qui lui semble si étrangère à ses préoccupations quotidiennes. De surcroît, les responsables communistes des sections des autres corporations se contentent de déclarations d’intention. Ils organisent bien une aide matérielle au profit des travailleurs du port en grève mais se gardent d’aller jusqu’à des engagements concrets de leurs troupes. Une retenue vis-à-vis de mots d’ordre émanant de Paris est également perceptible lors de la manifestation du 28 mai 1952. Plusieurs rapports de police soulignent en effet que, malgré la diffusion de mots d’ordre tels que « pour une dent, toute la gueule », la plupart des participants sont venus « les mains vides » et qu’aucune pancarte « renforcée », aucun manche de pioche n’ont été saisis. Faut-il y voir une preuve supplémentaire que les communistes marseillais pratiquaient, quand ils le jugeaient nécessaire, une forme de résistance passive face aux ordres reçus de Paris ?

180Leur détermination et leur courage physique ne peuvent nullement être mis en cause lors de ces actions avortées ou en demi-teinte puisqu’ils furent capables, avec des résultats plus ou moins heureux, de s’opposer aux forces de l’ordre le 24 août 1949, en octobre 1950 et surtout le 10 janvier 1950. À la suite de cette journée, les pouvoirs publics durent admettre le succès certain d’une action qui avait abouti à la désorganisation même limitée d’une partie du centre-ville. Contenue dans le dossier 148 W 378 conservé aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône une synthèse reconnaît en effet que les éléments de choc de la manifestation ont réussi, malgré le dispositif des forces de l’ordre, à se positionner « sans entrave notable » et à s’en prendre « victorieusement » à des groupes isolés du service d’ordre. Bien qu’hostiles au PCF, les analyses proposées le 11 janvier 1950 par La France et Le Provençal soulignent elles aussi l’intensité des engagements de la veille. Le premier de ces titres admet que les communistes ont obtenu une « brève satisfaction de quelques minutes ». Le Provençal parle « d’incidents sur la Canebière, provoqués par les dockers, auxquels s’étaient joints des éléments troubles » et des « durs » venant de la Joliette. Évoquant dans la Préface de l’Année politique 1950 l’engagement accru du Parti communiste contre la guerre d’Indochine, André Siegfried affirme que « le principal de ces incidents se produit à Marseille, lorsque les marins du Pasteur, affiliés à la CGT, refusent d’obéir à l’ordre de réquisition qui leur a été notifié. De véritables bagarres ont lieu sur la Canebière ». Le compte rendu publié le 11 janvier dans La Marseillaise fixe pour de longues décennies le contenu de la mémoire collective des militants communistes. Associée à la grève des marins du Pasteur, la journée de la veille y est déjà qualifiée de « grande date » appelée à s’intégrer en bonne place dans l’histoire des luttes de la classe ouvrière. Unique engagement de la période jugé digne d’une telle distinction, la manifestation sur la Canebière ne tarde pas à se retrouver en bonne place au sein des valeurs et des comportements qui constituent ce qu’Annie Kriegel appelle la contre-société communiste.

Réunion organisée le 1er avril 1951 pour fêter le doublement des effectifs de la section de Mazargues dirigée par Serge Agostinelli

Réunion organisée le 1er avril 1951 pour fêter le doublement des effectifs de la section de Mazargues dirigée par Serge Agostinelli

Document communiqué par Serge Agostinelli. Au premier rang en partant de la gauche : Denis Bizot, Josette Reibaut, Sauveur Esposito (un des responsables de la section), François Billoux, André Noguès (à la tribune). Serge Agostinelli se trouve en retrait.

Notes

1 Danielle Tartakowsky, op. cit., p. 571.

2 René Rémond, Notre siècle. De 1918 à 1991, Collection Histoire de France, Le Livre de Poche, Références, 1991, p. 394.

3 Maurice Thorez, « Le parti communiste, parti de la paix, parti de l’avenir », Cahiers du communisme, mai 1950, p. 35.

4 « Les Américains utilisent des gaz asphyxiants en Corée. Ils ont exterminé 72 390 personnes pendant l’occupation de Séoul » peut-on lire ce jour-là à la Une du quotidien.

5 « Les Américains utilisent des gaz asphyxiants en Corée. Ils ont exterminé 72 390 personnes pendant l’occupation de Séoul » peut-on lire ce jour-là à la Une du quotidien.

6 La Marseillaise, 27 juillet 1951.

7 La Marseillaise, 8 septembre 1951.

8 « Les tâches du Parti deux ans après le XIIe Congrès : Organiser et diriger l’action unie des masses pour imposer une politique de paix et d’indépendance nationale ». Cahiers du communisme, mai 1952.

9 La Marseillaise, 20 juin 1952. Jacques Duclos en appelle à la création d’un « large front de lutte avec tous les Français qui veulent épargner au pays les horreurs de la guerre ».

10 La Marseillaise, 8 août 1953.

11 Au début du mois de juillet 1953, la direction confédérale de la CGT a lancé le mot d’ordre d’obtenir avant le 16 de ce mois la libération des emprisonnés de Fresnes.

12 Cahiers du communisme de juin/juillet 1954, p. 623. Maurice Thorez n’oublie pas de rappeler aussi l’importance de réaliser le front unique de la classe ouvrière avec les travailleurs socialistes.

13 La Marseillaise, 18 juin 1954.

14 Danielle Tartakowsky, op. cit., p. 572.

15 Bertrand Badie, Stratégie de la grève. Pour une approche fonctionnaliste du Parti communiste français, Paris, Presses de la FNSP, 1976, respectivement p. 202, 1 et 2.

16 Robert Mencherini, op. cit., p. 25-47.

17 La Marseillaise, 4 janvier 1949.

18 Arch. dép., dossier W 393, rapport du 21 janvier 1949. Le 19 novembre 1948, le syndicat CGT des ports et docks de Marseille avait bien adopté le principe d’un débrayage illimité mais le mouvement attendu ne s’était pas concrétisé.

19 La Marseillaise, 16 juillet 1949.

20 André Fressinet est secrétaire du syndicat CGT des marins de Marseille. Voir les détails de sa biographie aux p. 75, 78 et 87.

21 La Marseillaise, 8 octobre 1949.

22 La Marseillaise, 9 octobre 1949.

23 Arch. dép., dossier 148 W 382, compte rendu de l’assemblée..

24 Voir Jean-Claude Lahaxe, Les mouvements de dockers (Novembre 1949 - Avril 1950). Reflet de la guerre froide et spécificité marseillaise. DEA sous la direction de Jean-Marie Guillon. Université de Provence. 1997. p. 38.

25 Les dockers travaillant sur les navires en partance pour cette destination doivent remettre leurs cartes aux chefs d’équipes la veille au moment de leur mise en poste et se rendre directement le lendemain sur leur chantier sans passer par le centre d’embauche. Tout refus de travailler les place en situation de non-respect de la loi de septembre 1947 et les expose à la perte de leur carte d’accès au port.

26 La Marseillaise, 7 novembre 1949.

27 Propos rapportés par Albert Brachet le 29 novembre 1996.

28 Le 29 novembre, André Carrel rédige le premier d’une série d’éditoriaux hostiles au conflit. Le 16 décembre dans La Marseillaise, le comité d’action pour la paix au Vietnam demande aux travailleurs de la SNCASE de ne plus fabriquer les avions qui sèment « la ruine et la mort » dans ce pays et de joindre leurs efforts à la lutte des dockers et des marins. Lors du meeting du 18 décembre, François Billoux déplore que les dockers restent isolés dans leur engagement concret contre la « sale » guerre.

29 La Marseillaise, 4 février 1950.

30 La Marseillaise, 4 mars 1950.

31 Le 3 mars, le vote de la loi contre le sabotage a été marqué par de vifs incidents provoqués par les députés communistes.

32 Arch. cent.

33 Arch. dép., dossier 148 W 382. Dans un communiqué publié dans Le Méridional des 11 et 12 mars, FO rétorque en accusant « les kominformistes » de lancer les dockers « dans un mouvement stérile ».

34 Arch. cent. Ce jour-là, le Secrétariat indique aussi qu’il convient de « marquer également la tendance dans la presse à reconnaître de plus en plus la légitimité du mouvement revendicatif ».

35 La Marseillaise, 5 avril 1950.

36 Ibidem.

37 Arch. dép., dossier 148 W 382. Rapport établi le 5 mai par l’ingénieur chargé de l’exploitation du port.

38 Arch. cent. du PCF.

39 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 14 février 1952. Dans son édition du 11 février, La Marseillaise fait de son côté état de la présence « dans l’enthousiasme » et malgré un mistral glacial de « plus de 10 000 Provençaux ».

40 Le 13 février dans La Marseillaise, Paul Argiolas parle pourtant d’un « test » réussi tandis que l’ud-CGT fait état de « nombreux et puissants arrêts de travail ».

41 Arch. dép., dossier 148 W 291, tract de la Fédération CGT des cheminots.

42 La Marseillaise, 3 juin 1952.

43 Arch. dép., dossier 148 W 291, rapport du 4 juin.

44 Arch. dép., dossier 148 W 291, rapport du 5 juin.

45 Seuls le Djebel Amour et le Campana sont retardés pour des raisons techniques.

46 Rapport du 4 juin, déjà cité.

47 À l'exception des équipes employées à bord de navires.

48 Arch. dép., dossier 148 W 291, rapport du 4 juin (déjà cité).

49 Arch. dép., dossier 148 W 368, rapports des 4 et 5 juin.

50 Ibidem, rapport du 6 juin.

51 Arch. dép., dossier 148 W 291, rapport du 6 juin.

52 Arch. dép., dossier 148 W 291, note relative aux événements du 4 juin 1952.

53 Arch. dép., dossier 148 W 291, liste des procès-verbaux, non datée.

54 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 10 juin 1952.

55 Arch. dép., dossier 148 W 292, note du 7 juillet 1953.

56 Arch. dép., dossier 148 W 307, rapport du 28 juillet 1953.

57 La Marseillaise, 8 août 1953.57

58 Bertrand Badie, op. cit., p. 132 et p. 90.

59 La Marseillaise, 7 août 1953.

60 La Marseillaise, 8 août 1953. Selon Paul Argiolas, « les Comités d’unité à la base élus démocratiquement par l’ensemble des travailleurs » vont permettre « de combattre vigoureusement les diviseurs et (de) déjouer leurs manœuvres hypocrites ».

61 Arch. cent. du PCF.

62 L’argument de l’union qui prévalait en 1936 avait déjà été utilisé par les communistes de l’Estaque dans la période qui avait précédé l’élection du maire de Marseille. Cette tentative s’était heurtée à une fin de non-recevoir, la section socialiste accusant même le PCF d’être à l’origine de l’échec de Léon Blum (lettres aimablement communiquées par Suzanne Guichard.).

63 Le 12 août, le comité directeur du Parti socialiste réclame la réunion de la commission supérieure des conventions collectives et accuse le gouvernement de remettre en question le statut des fonctionnaires.

64 La Marseillaise, 15 août 1953. Pour la première fois depuis de longues années, le ton employé est dénué de toute agressivité à l’égard du maire. Christian Grisoli et Charles Susini lui adressent même leurs salutations « distinguées ». Cette détente est cependant de courte durée. L’éditorial du 25 août accuse Gaston Defferre de s’être comporté en « briseur de grève » en approuvant les ordres de réquisition signés par le préfet et en refusant de réunir le conseil municipal. Dans l’édition du 4 septembre, Jean Cristofol revient sur cette question en soulignant que le maire a préféré effectuer une croisière sur son bateau plutôt que de défendre les intérêts des travailleurs marseillais.

65 La Marseillaise, 15 août 1953.

66 Ce même 18 août, La Marseillaise publie une analyse de Benoît Frachon qui affirme que le gouvernement ferait mieux, au lieu d’user de manœuvres « subalternes », de répondre positivement aux demandes de discussions « au grand jour » formulées depuis le 5 août par la CGT.

67 L’abrogation des décrets, l’augmentation des salaires, la réunion de la commission supérieure des conventions collectives, la semaine de quarante heures payées quarante-huit heures sont les principaux points de cette plate-forme revendicative.

68 Julien Livi, Le Querré, Robert Hernio et Jean Breteau occupent respectivement des responsabilités nationales au sein des Fédérations CGT de l’alimentation, du bâtiment, des cheminots, et de la métallurgie.

69 La Marseillaise, 2 avril 1954.

70 La Marseillaise, 29 avril 1954.

71 Arch. dép., dossier 148 W 308, rapport préfectoral d’avril 1954.

72 La Marseillaise, 27 mai 1954

73 Le même jour, Benoît Frachon endosse la responsabilité de l’échec.

74 La Marseillaise, 5 juin 1954.

75 Michel Pigenet, op. cit., p. 8.

76 Danielle Tartakowsky, op. cit., p. 569.

77 Résolution adoptée le 10 décembre 1949 par le Comité central.

78 Arch. dép., dossier 148 W 290, note du 9 janvier 1950. Une note des RG rédigée juste après la manifestation soulignera le rôle « prépondérant » joué par l’UJRF du fait l’absence de mobilisation d’une partie des sections de FTPF.

79 Déclaration effectuée le 21 octobre 1998.

80 Dans Ma vie et mes combats, Lucien Molino passe totalement sous silence cette manifestation du 10 janvier 1950.

81 Déclaration effectuée le 15 avril 1997 par Blaise Blasquez.

82 Arch. dép., dossier 148 W 378, rapports des 10 et 11 janvier, du 17 février.

83 Réunion du 12 mai 1952 du Secrétariat du PCF. Michel Pigenet, op. cit., p. 20.

84 Déclaration de Joanny Berlioz devant le Comité central en juin 1952.

85 Danielle Tartakowsky, op. cit., p. 571.

86 Le tract du syndicat CGT des ports et docks, après avoir habilement évoqué les récents accidents du travail liés aux cadences « infernales » imposées par des acconiers opposés à toute augmentation des salaires, appelle à venir manifester contre « Pinay, conseiller de Petain qui a préféré Hitler au Front Populaire, mène notre pays à la catastrophe en jetant dans le gouffre des centaines et des centaines de milliards pour continuer la sale guerre d’Indochine et le surarmement qui doit préparer la guerre contre les démocraties populaires et l’URSS ».

87 Arch. dép., dossier 148 W 291, tract de l’UJRF.

88 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 17 mai 1952.

89 La carte de la p. 156 permet de suivre le déroulement de la manifestation.

90 Arch. dép., dossier 148 W 291.

91 Arch. dép., dossier 148 W 291, synthèse du 3 juillet 1952.

92 Arch. dép., dossier 148 W 291, note du 31 mai 1952.

93 La Marseillaise, 2 juin 1952. Le quotidien publie aussi une déclaration intitulée « À bas la guerre, à bas le fascisme » dans laquelle Auguste Lecœur explique que, si « chaque soir », un communiste doit se demander ce qu’il a fait pour obtenir la libération de « Jacques », il doit surtout s’engager « chaque matin » à faire encore plus pour mettre fin à l’incarcération de ce « combattant indispensable pour la paix, le pain et la liberté ».

94 Arch. dép., dossier 148 W 294. Note du 30 juillet 1952.

95 Robert Mencherini, op. cit., p. 27.

96 La Marseillaise, 8 janvier 1952.

97 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 28 mai 1952.

98 Extraits du bulletin de vote publié dans La Marseillaise du 7 septembre 1949.

99 Arch. dép., dossier 148 W 290, note du 31 août 1949.

100 La Marseillaise, 25 octobre 1949.

101 Fernand Vigne a lancé cette initiative le 30 octobre, lors du congrès international du Mouvement de la paix réuni à Rome.

102 Cahiers du communisme, mai 1950, déjà cité.

103 La Marseillaise, 10 avril 1952.

104 La Marseillaise, 26 avril 1953. Le quotidien publie ce jour-là, sans y ajouter le moindre commentaire, l’éditorial paru dans la Pravda en réponse au discours prononcé par le président Eisenhower.

105 Le préfet applique les instructions ministérielles du 17 septembre. Arch. dép., dossier 148 W 290.

106 Conduite par Jean Senatore, la délégation qui se rend le 24 septembre dans les locaux du commissariat de Castellane pour exiger la restitution de l’urne qui avait été disposée au 4 de la rue Saint-Jacques se heurte à une fin de non-recevoir. Arch. dép., dossier 148 W 290, note du 24 septembre 1949.

107 La Marseillaise, 28 décembre 1951.

108 La Marseillaise, 14 janvier 1952.

109 Arch. dép., dossier 148 290, note du 5 octobre 1949.

110 La Marseillaise, 15 juin 1950.

111 Provence-Nouvelle, première quinzaine de janvier 1952.

112 La rencontre internationale de Paris s’étant déjà déroulée en avril, la journée de la paix du 2 octobre 1949 représente l’unique cas de manifestation de ce type à ne pas être précédée par l’élection préalable de délégués.

113 La Marseillaise, 5 mars 1948. À la Une de cette édition figure aussi l’appel lancé par Pierre Villon, député de l’Allier et président d’honneur du Front national, qui exhorte les femmes, éclairées par les combats de la Résistance, de ne pas se laisser tromper comme elles le furent en 1936-1939 par les complices d’Hitler qui leur disaient « Plutôt la servitude que la mort ».

114 La Marseillaise, 24 février 1949.

115 Midi-Soir, 4-5 mars 1950.

116 La Marseillaise, 9 mars 1952.

117 La Marseillaise, 4 mars 1953.

118 La Marseillaise, 27 juin 1954. Les localités successivement visitées sont Cadolive, Saint-Savournin, Peynier, Trets, Aix-en-Provence, Gardanne, Venelles, Le Puy Sainte-Réparade,Éguilles, Saint Cannat, Lambesc, Salon, Mallemort, Sénas, Orgon, Arles, Martigues, Port-de-Bouc, La Ciotat, Aubagne.

119 Le 3 juillet, ils sont rejoints par le relais national.

120 La Marseillaise, 26 mai 1951.

121 La Marseillaise du 1er octobre 1949, Arch. dép., dossier 148 W 291, note du 2 août 1951, La Marseillaise du 14 juillet 1953.

122 Dix Algériens figurent dans la délégation.

123 Né le 28 juillet 1934 à Marseille dans une famille de militants communistes, Maurice Maddaloni, titulaire d’un CAP, est embauché à la SPCN. Il rejoint les rangs de l’UJRF avant d’adhérer au PCF en février 1951. Membre du comité de la section des Chartreux, il connaît surtout une promotion rapide au sein de l’UJRF : il siège au sein du bureau fédéral en juillet 1952, devient secrétaire l’année suivante après avoir été élève de l’école centrale de la jeunesse. Il occupera ce poste plusieurs années durant. Sources : Arch. cent. du PCF, décision du Secrétariat (8 septembre 1952). Autobiographie rédigée en 1952.

124 Dans La Marseillaise du 2 septembre 1950, Léon David déclare que l’acquittement de Jeanne Pitaval représente « une grande victoire pour la paix » qui doit encourager le peuple à exiger les libérations d’Henri Martin et des « 10 » de La Bocca. « L’héroïne du procès des “27” de Roanne » participe au meeting de soutien à Henri Martin organisé au Saint-Lazare le 18 septembre.

125 Arch. cent. du PCF.

126 La Marseillaise, 28 juillet 1951.

127 Arch. cent. du PCF. Condamnée à vingt ans de détention pour « participation volontaire à une entreprise de démoralisation de l’armée et de la nation », Jeanne Bergé est rapatriée en métropole et incarcérée un temps à la prison des Baumettes à Marseille.

128 Alors qu’une campagne nationale est encore lancée à la fin du mois de décembre 1953, le parcours politique de Jeanne Bergé est bientôt jugé suspect. Le 15 janvier 1954, le Bureau politique demande au SPF d’informer le Secrétariat « sur ses relations avec Marty lorsqu’elle était emprisonnée ». Arch. cent du PCF.

129 La Marseillaise, 16 juin 1953.

130 Arch. dép., dossier 148 W 307. Rapport préfectoral de juin 1953.

131 La Marseillaise 3 août 1953.

132 Pourcentages calculés à partir des tirés des recensements de 1946 et de 1954.

133 Né le 28 mai 1901 à Marseille, Camille Commenge a tout d’abord été membre de la SFIO (tendance Zyromski) de 1928 à 1938. Après son évasion en août 1940, il rejoint la Résistance et adhère au PCF (en 1942 ou en 1943). Responsable du Front national, il est nommé en 1944 président du comité insurrectionnel de Marseille. (Sources : Autobiographie remplie en 1953). Réélu conseiller municipal le 26 avril de cette même année, Camille Commenge est remplacé peu après par Benjamine Esdra. La Marseillaise annonce le 30 septembre qu’il se trouve « dans l’obligation de cesser ses fonctions de conseiller municipal, d’une part en raison de son état de santé et d’autre part à la suite d’un changement imprévu de sa situation de famille ».

134 En 1947, Paul Meyère a été membre de la commission fédérale d’éducation. En novembre 1955, il figure sur la liste CGT/FEN lors des élections à la Sécurité sociale. Sources : Rouge-Midi, 29 mars 1947, La Marseillaise, 17 novembre 1955.

135 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 2 juillet 1952.

136 Le Provençal du 25 avril dépeint un Billoux « en quarantaine », « en pénitence » avant de conclure que « Marseille, c’est le Frioul du parti communiste ».

137 La date d’adhésion de Christian Grisoli n’a pu être déterminée.

138 Né le 24 mars 1920 à Marseille, Émilien Ahon rejoint les JC à la fin de l’année 1934. Il participe aux grèves de 1936 puis contribue au soutien des Républicains espagnols. Appelé sous les drapeaux du 6 juin au 17 juillet 1940, Émilien Ahon est affecté peu après aux Chantiers de jeunesse jusqu’au 31 janvier 1941. Réfractaire au STO, il doit dans une demi-clandestinité à partir de 1943. Après avoir contribué à la grève d’août 1944, Émilien Ahon adhère au PCF en octobre 1944, devient secrétaire de cellule aux Chartreux en 1946, membre du comité de la section de ce quartier en 1947, puis secrétaire politique en mars 1950. Cette ascension assez rapide est liée à son passage dans les différents centres de formation du parti : école de section en 1946, fédérale en novembre 1947, école centrale enfin du 13 novembre 1950 au 17 mars 1951. Tout en demeurant secrétaire politique de la section des Chartreux, Émilien Ahon siège ensuite au sein du comité de la fédération communiste des Bouches-du-Rhône de 1952 à 1955. À cette époque, Émilien Ahon milite aussi à France-URSS et aux AIL, occupe une fonction importante au sein du CIQ de son quartier. Il est en outre secrétaire du syndicat CGT des égoutiers (Biographie établie le 22 mars 2003 pour le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français).

139 La Marseillaise, 8 mars 1951.

140 La Marseillaise, 2 avril 1951.

141 La Marseillaise, 21 février 1949. Insistant sur l’importance de défendre la paix, André Marty souligne aussi que « le plus grand danger pour le peuple de notre pays serait de ne pas voir la réalité de la menace de la guerre ». S’exprimant devant le Comité central, Jacques Duclos précise peu après que « c’est sous le signe de la paix que se déroulera la campagne électorale ». La Marseillaise, 23 février 1949.

142 Afin de démontrer le caractère dramatique du scrutin, le quotidien explique que « l’Amérique » attend le vote des Français « avec angoisse ».

143 La Marseillaise, 26 mai 1951.

144 La Marseillaise évoque à plusieurs reprises des fréquentations douteuses dans le milieu de la collaboration, une condamnation pour extorsion de fonds, un trafic de cigarettes et un vol de montres suisses.

145 La Marseillaise, 6 mars 1953.

146 Alors que La Marseillaise, dans son édition du 23 février 1948, saluait assez chaleureusement l’arrivée à Marseille du préfet, les relations avec le représentant de l’État se détériorent dès la grève des mineurs. Le 2 novembre 1948, Midi-Soir affirme que « M. Baylot serait heureux si la misère et la faim, si la pâleur des joues de leurs enfants obligeait les mineurs à passer sous les fourches caudines de ses maîtres, Moch, Lacoste et Cie ». Six jours plus tard, le même quotidien l’accuse d’avoir une fois de plus fourni « les marques de son hostilité pour tout ce qui est démocratique et qui aspire à la paix dans le travail ». La formule « le socialiste Baylot » est utilisée pour la première fois par Fernand Clerissy dans La Marseillaise du 5 janvier 1949.

147 La Marseillaise, 20 avril 1951.

148 La Marseillaise, 25 mai 1951.

149 La Marseillaise, 26 mai 1951.

150 La Marseillaise, 30 mai 1951.

151 Nécessaire pour affirmer l’ouverture aux femmes, la décision de remplacer Raymonde Nédélec, partie vivre à Paris depuis son mariage avec Charles Tillon, par Yvonne Estachy a suscité de vives réactions au sein de la fédération des Bouches-du-Rhône. Arch. dép., dossier 148 W 306, rapport préfectoral de mai 1951.

152 La Marseillaise, 29 septembre 1951.

153 La Marseillaise, 9 février 1953.

154 La Marseillaise, 8 juin 1951.

155 La Marseillaise, 22 mars 1949.

156 Les progressions enregistrées varient de 645 voix supplémentaires (Ludovic Trouin) à 150 (Camille Commenge). Bien que battu, Denis Bizot parvient à limiter à 1 011 voix son retard par rapport au RPF Chiappe. Les autres candidats communistes sont par contre largement distancés. Respectivement Ludovic Trouin, Paul Meyère et Mireille Dumont recueillent les deux tiers, un peu moins de la moitié et le tiers des suffrages qui se sont portés sur leurs adversaires RPF. Camille Commenge est distancé de près de 5 000 voix par le candidat socialiste.

157 Deux autres conseillers généraux sortants sont battus : Edmond Garcin dans le canton d’Aubagne et Clément Mille dans celui de Martigues.

158 Procès-verbaux établis le 14 octobre 1951. Archives communales de Marseille.

159 Arch. dép., dossier 148 W 294, notes des 10 et 12 juillet 1952

160 La Marseillaise, 3 juillet 1952.

161 Le quotidien socialiste déclare : « C’est un petit fait. Mais pour qui se souvient des soirs d’élections des années précédentes, sur le cours d’Estienne d’Orves, et les discours tonitruants des chefs staliniens, entrecoupés de musique, il a sa signification ».

162 Arch. cent. du PCF.

163 Rapport déjà cité. Arch. dép. des Bouches-du-Rhône.

Table des illustrations

Titre Carte des manifestations
Crédits Sources : articles de La Marseillaise, rapports de police.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Les trois festivals internationaux de la jeunesse
Légende 1 Date du départ du premier contingent de jeunes.2 Le début de ce festival fut avancé au 26 juillet.
Crédits Sources : Communiqués publiés dans La Marseillaise.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/902/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Les candidats présentés par le PCF entre 1949 et 1953
Légende (1) : Le cas des militants pour lesquels les sources disponibles se contentent de mentionner « 1944 » comme date d’adhésion pose un problème. Ont-ils rejoint le PCF avant ou après la Libération ? Du fait que leur engagement se situe encore dans la logique d’un conflit qui n’est pas terminé, leur entrée dans le parti a été intégrée à la période de l’Occupation.
Crédits Sources : Listes des candidats publiées avant chaque scrutin. Autobiographies remplies par les intéressés. Listes établies pour la SMC à la suite des conférences fédérales.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/902/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Candidats communistes lors des cantonales de 1949 et 1951
Crédits Sources : Identiques à celles des tableaux précédents. Les noms en italique correspondent à ceux des conseillers sortants.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/902/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Listes présentées dans la première circonscription des Bouches-du-Rhône
Crédits Sources : La Marseillaise, 6 octobre 1945, 2 juin 1946, 10 novembre 1946, 22 mai 1951.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/902/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Résultats enregistrés par le PCF lors des premiers tours en 1945 et 1949
Crédits Sources : Procès-verbaux officiels établis le 23 septembre 1945 et le 20 mars 1949 (Archives communales de Marseille).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/902/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Carte des bastions électoraux
Crédits Source : carte réalisée par l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/902/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Réunion organisée le 1er avril 1951 pour fêter le doublement des effectifs de la section de Mazargues dirigée par Serge Agostinelli
Légende Document communiqué par Serge Agostinelli. Au premier rang en partant de la gauche : Denis Bizot, Josette Reibaut, Sauveur Esposito (un des responsables de la section), François Billoux, André Noguès (à la tribune). Serge Agostinelli se trouve en retrait.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/902/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540