Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les communistes à Marseille à l’apogée de la guerre froide 1949-1954

 | 
Jean-Claude Lahaxe

Des structures et des hommes

Texte intégral

  • 1 Michel Pigenet, Au cœur de l’activisme communiste des années de guerre froide. « La manifestation R (...)
  • 2 Jean-Pierre A. Bernard, Paris rouge. 1944-1964. Les communistes français dans la capitale, Champ Va (...)

1Michel Pigenet déclare que l’organisation du PCF en fédérations départementales est « calquée sur l’armature administrative d’un État dont elle partage les principes centralisateurs »1. Étudiant le Paris « rouge » des années 1944-1964, Jean-Pierre Bernard évoque « un riche communisme parisien de chair et de sang fait d’individus qui ont partagé une expérience commune exceptionnelle à travers l’Histoire et son décor »2. Des appareils et des militants. Le premier volet de cette partie a en conséquence été consacré à la recherche des caractéristiques majeures de la fédération des Bouches-du-Rhône et des mouvements de masse qui gravitaient autour d’elle. Le nombre d’adhérents et les sommes disponibles conditionnant la capacité d’action de tout mouvement politique, la question des effectifs et de l’état des finances a tout d’abord été abordée. Les disfonctionnements et les crises qui vinrent perturber cette nébuleuse ont été ensuite examinés. Les relations entre le Parti et les organisations de masse placées dans sa mouvance étaient-elles aussi harmonieuses dans la pratique que dans la théorie ? Quels furent les remous engendrés par la lutte contre les « agents titistes », l’affaire Marty/Tillon ou l’éviction d’Auguste Lecœur ? La fédération affronta ces graves problèmes alors même que ses militants, surchargés de travail et conscients de l’existence d’une tendance à la promotion des « petits copains », manifestaient, sous le regard attentif de nombreux informateurs des services de police, une ardeur moindre. Ces disfonctionnements furent à l’origine des relations souvent chaotiques avec le centre parisien.

2Le deuxième volet s’est attaché à mettre en évidence les caractéristiques majeures des directions de cette fédération et des mouvements de masse gravitant autour d’elle. Les questions de la stabilité des équipes, du nombre de postes octroyés aux femmes et aux jeunes, de la place respective occupée par les cadres ayant rejoint le PCF à telle ou telle phase de son histoire ont été successivement analysées et comparées à ce qui se passait au sein des fédérations de la Seine, du Nord et du Pas-de-Calais. L’origine sociale de ces cadres, les différences de niveaux scolaires, l’apparition de familles et même de générations, la diversité de leurs origines ont été aussi abordées.

  • 3 Claude Pennetier, Écrire des vies, biographie et mouvement ouvrier (19eet 20esiècles), op. cit., p. (...)

3Le dernier volet de cette première partie a été réservé à l’étude des cadres fédéraux pour lesquels une biographie assez étoffée avait pu être établie. Pour être retenue en tant qu’objet de recherche, cette dernière devait comporter les dates de naissance et d’adhésion au Parti, une chronologie permettant la mise en relation des types d’écoles fréquentées et des diverses promotions et, si possible, le contexte propre à chacun des événements. Les parcours de ces hommes et de ces femmes ont été confrontés, car « un itinéraire n’a pas de valeur isolément », afin de mettre en évidence « le jeu complexe des périodes d’action et de retrait, d’action et de réflexion, de déplacement du militantisme du politique au syndical »3. Une étude diachronique a été conduite à partir d’une répartition de ces cadres en fonction de cinq périodes d’adhésion préalablement déterminées : avant 1934, entre 1934 et 1939, durant la Seconde Guerre mondiale, entre 1945 et avant mai 1947 (le manque de précisions supplémentaires a conduit à intégrer dans ce groupe les cadres dont les biographies mentionnent seulement 1947 comme date d’adhésion) et après cette date. La coupure de 1934 a été choisie car elle correspond à un passage du PCF vers une stratégie de Front populaire. Celle de mai 1947 parce qu’elle marque la fin de la présence au gouvernement du PCF et son entrée dans une opposition durable. À cette étude diachronique a succédé une approche synchronique des parcours suivis après 1945. L’accession à des responsabilités nationales ou au secrétariat fédéral, l’arrêt au niveau du bureau ou du comité, ont été utilisés pour parvenir à une première discrimination. D’autres critères de différenciation, l’accession à un niveau donné ne résultant pas obligatoirement des mêmes cheminements antérieurs, sont apparus à l’issue d’une seconde lecture. Grâce à ces approches multiples, il s’est avéré plus facile de faire émerger les ressorts de ces différents destins.

La nébuleuse communiste et ses problèmes

  • 4 Léon Mauvais, « Les enseignements de Lénine et le travail dans les organisations de masse », Cahier (...)

4En janvier 1950, Léon Mauvais s’appuie sur ce qu’il appelle « l’expérience de la lutte des dockers contre la guerre du Vietnam » pour inciter les communistes à « travailler nécessairement où est la masse », y compris dans des organisations « dirigées par les réactionnaires »4. Cette volonté de placer des militants confirmés à la tête du plus grand nombre possible de mouvements est perceptible dans le tableau de la page suivante.

  • 5 Aucune des sources le concernant n’a permis d’établir si Serge Kriwkoski était plus qu’un simple co (...)

5Les directions de l’union départementale CGT, de l’UFF, de l’UJRF, de l’UJFF et des Vaillants et Vaillantes sont, ainsi que celle de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), ouvertement contrôlées durant toute la période par des cadres du PCF. Cette mainmise s’exerce parfois d’une manière indirecte afin de préserver l’image de l’indépendance du mouvement. La présidence du Secours populaire français (SPF) est confiée entre 1949 et 1953 à Serge Kriwkoski, un compagnon de route de longue date solidement encadré par trois secrétaires généraux communistes : Jean Olivi, Valentin Zapata puis enfin Victor Porte5. Si l’appartenance au PCF d’Adrien Fourneau et de Roger Lantermino n’a pu être établie avec certitude, les deux hommes, respectivement président et secrétaire départemental de France-URSS, sont flanqués de deux cadres communistes, Léon Sultan et Charles Chapuis, qui se succèdent au poste de secrétaire à l’organisation.

Responsables communistes placés à la direction d’un mouvement de masse

Responsables communistes placés à la direction d’un mouvement de masse

Sources : Arch. cent, listes établies à la demande de la SMC, autobiographies remplies pour la SMC ou lors d’une demande de carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép. des Bouches-du-Rhône) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé. Les dates sont mentionnées lorsque la promotion de l’intéressé se déroula avant ou après la période étudiée.

  • 6 Arch. dép., dossier 148W 306, rapport du mois de février 1951.

6L’influence exercée sur la Fédération nationale des déportés, internés, résistants et patriotes (FNDIRP), déjà perceptible en avril 1949 lorsque le mouvement adhère au congrès mondial de la paix, se renforce encore à la suite de l’assemblée du 28 janvier 1951 marquée par la démission du colonel Pétré de son poste de président. De sérieuses divergences sur la nature des relations à établir avec la préfecture pour organiser la manifestation du retour des cendres de déportés de Buchenwald opposent ce jour-là ce secrétaire général du Parti socialiste unitaire (PSU), ancien chef régional de l’Armée Secrète qui fut interné dans ce camp, et le bureau du mouvement à prédominance communiste6. À la suite des assemblées des 17 et 24 février 1952, les Fédérations des officiers et des sous-officiers de réserve républicains (FORR et FSORR) placent des communistes aux postes-clefs de leurs directions départementales. Alphonse Dumay est nommé président tandis que Jean Olivi assisté par Alfred Bizot occupe le poste de secrétaire. Trois militants du Parti, Jean Senatore, Jean Olivi, Robert Bourrel sont respectivement secrétaires départementaux de l’ARAC (Association des anciens combattants républicains), des FFI et de la FNDIRP.

7L’Union nationale des intellectuels (UNI) et le Mouvement de la paix représentent deux autres cas de prise de contrôle progressif. Mise sur pied peu après la Libération par des professeurs et des anciens élèves des grandes écoles, l’UNI est dirigée depuis la Libération par Gaétan Jayle, un professeur de la Faculté de médecine qui entretenait de bons rapports avec le Front national et le PCF. Lors du congrès du 21 mars 1949, ce dernier est remplacé par l’écrivain communiste Jean Tortel. Le 26 mars 1948 lors de sa création officielle, le Mouvement de la paix est placé sous la présidence de l’amiral Muselier. Avec les présences de Marcel Guizard et du docteur Paul Paret, le Parti occupe déjà une place importante au sein du bureau provisoire. Le poids des militants communistes ne tarde pas à s’accroître. Huit des dix-huit membres du bureau initial ne possédant aucun lien particulier avec le PCF ont quitté le mouvement dès 1949. Durant les années soixante encore, la place de secrétaire départemental sera détenue par un cadre communiste.

  • 7 Arch. dép. dossier 148 W 160, note du 3 février 1950.

8Est-il obligatoire de se trouver en possession de la carte du Parti pour travailler à La Marseillaise ou à Midi-Soir ? Plusieurs des journalistes employés en 1949 ont débuté leur vie professionnelle dans des titres non communistes. Marius Boyer, Jean Robert, Dumoulin, Cassini et G. Kamert ont été employés au Petit Marseillais. Étienne Ronserail et André Remacle ont travaillé à Marseille Matin. Pierre Maggi était pigiste au Radical. Jean Tourette, de son vrai nom Jean Cornelier, débuta lui aussi au Radical avant de passer au Petit Provençal. Fernand Clerissy travailla avant-guerre au Radical puis au Petit Marseillais. Même si tous ne sont pas devenus communistes en 1949, les articles de fond et les éditoriaux qu’ils signent reflètent de plus en plus un parfait alignement sur les thèses défendues par le Parti. Quelques-uns d’entre eux n’acceptent pas toutefois le durcissement idéologique décidé par la direction du quotidien à la fin de l’année 1949 et refusent en particulier de signer une adresse à l’occasion de l’anniversaire de Staline. Cette poussée de l’orthodoxie découlerait de la présence d’André Carrel devenu le 20 novembre 1949 rédacteur en chef de La Marseillaise7. Quatre de ces récalcitrants sont licenciés pour avoir refusé de s’associer à cet hommage. En se coupant de plus en plus de son image originelle d’organe du Front national, La Marseillaise ne court-elle pas le risque de perdre une partie de ses lecteurs au moment même où se produit une inversion de la tendance qui, depuis la Libération, conduisait tant d’hommes et de femmes à adhérer au Parti communiste ?

Effectifs de quelques-uns des éléments de la nébuleuse communiste

Effectifs de quelques-uns des éléments de la nébuleuse communiste

(1) : Philippe Buton, « Les effectifs du Parti communiste français (1920-1984) », Communisme, revue d’études pluridisciplinaires, n° 7, 1985, p. 8. Le 30 avril 1953, selon Philippe Robrieux, les effectifs du PCF se situeraient entre cent soixante et cent quatre-vingt mille membres. In Histoire intérieure du Parti communiste, t. 2, p. 374.
(2) : Synthèse établie en décembre 1948 et rapport des RG de mars 1952. Arch. dép., respectivement dossiers 148 W 290 et W 294.
(3) : Déclaration effectuée le 5 janvier 1952 par Pierre Doize (Arch. dép., dossier 148 W 294, note des RG du 8 janvier 1952.). Un article publié le 24 novembre 1951 dans La Marseillaise fait état de 30 000 adhérents.
(4) : Déclarations de Pascal Posado. La Marseillaise, 13 mai 1953.
(5) : 1949 : Selon un rapport daté de la fin de l’année 1949 (Arch. dép., dossier 148 W 365.). 1950 : Le premier chiffre provient du compte rendu mensuel envoyé au ministre de l’Intérieur par le préfet en octobre 1951 (Arch. dép., dossier 148 W 306.). Le second de la déclaration du 5 janvier 1952 (voir en 3). 1951 : Compte rendu mensuel déjà cité. 1953 : Rapport préfectoral de mai 1954 (Arch. dép., dossier 148 W 308.). 1954 : Déclaration d’Ange Colombani, La Marseillaise, 10 décembre 1953.
(6) : Objectif de recrutement annoncé dans La Marseillaise du 13 janvier.
(7) : Circulaire interne de l’UJRF du mois d’avril 1952 (Arch. dép., dossier 148 W 294.).
(8) : Bilan établi le 15 mai 1952 pour préparer la conférence départementale du 18 suivant (Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 21 mai 1952.).
(9) : Déclarations d’André Langlois (Provence-Nouvelle du 5 au 12 mars 1954).

Recul des effectifs du PCF et de la fédération des Bouches-du-Rhône ( %)

Recul des effectifs du PCF et de la fédération des Bouches-du-Rhône ( %)

Sources : Voir le tableau précédent.

Des effectifs en recul

9Le problème de la détermination des effectifs réels de la fédération des Bouches-du-Rhône n’est pas simple à résoudre. Ce sujet n’est abordé qu’en de rares occasions par les dirigeants locaux du Parti qui se contentent le plus souvent de fournir des données fragmentaires sur les adhésions au sein d’une entreprise ou dans un quartier. Les informations contenues dans les synthèses établies par les Renseignements généraux se révèlent, elles aussi, d’une utilisation délicate. « Par mesure de sécurité », aucun de ces documents ne porte la mention des bases à partir desquelles il a été établi, restant en particulier silencieux sur la place occupée dans la hiérarchie par l’informateur. La qualité des renseignements fournis ne peut de ce fait être évaluée avec précision. Ces divers obstacles n’empêchent pas toutefois de parvenir à une vision assez nette de l’évolution des effectifs de la fédération mais aussi de ceux des mouvements situés dans sa mouvance.

  • 8 Arch. dép., dossier 148 W 294.
  • 9 Chiffres avancés par Michel Pigenet, op. cit., p. 38).
  • 10 Arch. dép., dossier 148 W 308. Rapport préfectoral d’avril 1954.

10La fédération des Bouches-du-Rhône connaît tout d’abord une période faste, passant de 14 000 membres au 31 décembre 1944 à 32 141 trois ans plus tard. Ainsi que le montrent les deux tableaux qui précèdent, la baisse enregistrée au 31 décembre 1948 est compensée par une légère progression de 937 membres en 1949 alors qu’une importante hémorragie se produit au niveau national. L’importance du recul enregistré durant les douze mois suivants situe la fédération dans la moyenne nationale bien que le manque de données ne permette pas de savoir à quelle période précise se situe la perte de 34,7 % des effectifs enregistrée durant les années 1952 et 1953. Provient-elle d’un affaiblissement régulier ou résulte-t-elle de pics successifs correspondant aux échecs de la manifestation du 28 mai et de la grève du 4 juin 1952, aux turbulences liées à l’« affaire » Marty/Tillon ou aux soubresauts qui accompagnent la disparition de Staline ? Deux éléments peuvent être pris en compte pour répondre à cette interrogation. En mars 1952, les RG signalent que, afin d’éviter de possibles réprimandes de Paris, les membres qui n’ont pas repris leur carte sont comptabilisés8. Au sein de la fédération de la Seine, unechute de 20,72 % du nombre des militants est enregistrée entre 1951 et 19529. En mai 1953, les effectifs de la fédération des Bouches-du-Rhône sont retombés à leur niveau de 1944. Le recul se poursuit en 1954, certaines sections perdant jusqu’à 50 % de leurs effectifs10.

  • 11 Arch. dép., dossier 148 W 290.
  • 12 Arch. dép., dossier 148 W 308. Rapport déjà cité.

11Les rapports successifs des RG laissent percevoir le rôle joué dans ce recul du nombre des adhérents par la modification des flux d’adhésion et de départs. La synthèse rédigée le 22 décembre 1948 mentionne que les 5 742 nouveaux membres des douze derniers mois, soit 20,67 % du total des adhérents, équilibreront les défections11. L’importance respective des flux se modifie par la suite. Le nombre des départs s’accentue à partir de 1950, les adhésions parvenant d’autant moins à compenser ces pertes qu’elles restent stationnaires. Dans son rapport d’avril 1954, le préfet signale que le recrutement du PCF traverse toujours une phase de stagnation durable12.

  • 13 La Vie ouvrière, semaine du 18 au 24 août 1949.
  • 14 Robert Mencherini, « Une « classe ouvrière en or ? », Industries en Provence. Dynamiques d’hier et (...)
  • 15 Arch. dép., dossier 148 W 365.
  • 16 La Marseillaise, 10 décembre 1953.

12Une baisse similaire se produit au sein des mouvements de masses. Même si la transmission des mots d’ordre ne s’effectue pas d’une manière quasi automatique, le PCF peut dans l’ensemble compter sur la force de manœuvre représentée par la CGT et y puiser de nouveaux adhérents. Dans ce contexte, le recul des effectifs de la confédération devient une source d’inquiétude majeure pour le Parti et des campagnes de recrutement sont très tôt lancées à l’échelle nationale. En août 1949, René Arrachard, secrétaire général de la Fédération des travailleurs du bâtiment et du bois, lance déjà un appel en faveur du renforcement de la centrale en expliquant que « le nombre des syndiqués doit aller de pair avec l’influence de la CGT »13. Des difficultés similaires sont perceptibles au niveau de l’union départementale des Bouches-du-Rhône. Lucien Molino revendique 165 000 adhérents à l’occasion du congrès confédéral d’avril 1946. Le nombre des syndiqués de l’année suivante est estimé à 150 000 par Pierre Doize et à 178 604 par Robert Mencherini, chiffre qui équivaut selon lui à 54,6 % de la population active non agricole, patrons et cadres supérieurs exceptés14. Ainsi que le montre le tableau de la page 17, la perte en 1949 équivaut à un tiers des effectifs d’avant la scission. Ce mouvement de repli se poursuit entre 1950 et 1954. La synthèse établie le 26 septembre 1951 à la demande du préfet signale que neuf sections syndicales (bâtiment et travaux publics, cheminots, éclairage, économie générale, finances, métallurgie, police, services publics et santé, tabacs et allumettes) ont, entre 1949 et 1951, perdu 14 514 adhérents, soit 29,38 % de leurs effectifs15. Membre du bureau de cette union et responsable de la métallurgie à La Ciotat, Ange Colombani regrette en décembre 1953 que seules 39 461 cartes syndicales aient été commandées à ce jour et demande plus d’efforts afin d’« atteindre le chiffre de nos adhérents, soit 75 000 au 31 décembre »16. En mai 1954, le préfet signale des pertes d’effectifs de 70 % dans la section bâtiment, 60 % dans la métallurgie, 58 % pour les ports et docks et 45 % pour les produits chimiques.

  • 17 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 30 avril 1952.

13Les autres mouvements de masse voient aussi fondre le nombre de leurs adhérents respectifs. Un vent d’optimisme semble pourtant soulever l’UJRF à la suite du rôle joué par les jeunes lors de la manifestation du 10 janvier 1950. Faisant état trois jours plus tard de nombreux cas d’adhésions collectives, La Marseillaise annonce que l’objectif des 8 000 membres sur l’ensemble du département sera bientôt atteint. Formules de propagande ou effet réel, mais éphémère, produit par la manifestation sur la Canebière ? Dans l’article qu’il consacre dans les Cahiers du communisme de novembre 1950 à la préparation du troisième congrès national de l’UJRF, Léo Figuères reconnaît une stagnation des effectifs depuis trois ans et admet même des cas de régression. L’embellie espérée ne s’est toujours pas produite en avril 1952 puisqu’une circulaire interne du mouvement signale un nombre d’adhérents qui ne correspond plus qu’au quart des objectifs fixés au début de 195017.

  • 18 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 21 mai 1952.
  • 19 Arch. dép., dossier 148 W 294.

14L’association France-URSS se retrouve confrontée à des difficultés similaires. Le bilan établi le 15 mai 1952 fait état d’un recul de 43,5 % des effectifs entre 1951 et 195218. Cette régression touche tous les comités. Ceux de l’électricité et du Vieux Marseille perdent respectivement 76 et 70 adhérents. Avec respectivement 250 et 230 membres, ces deux comités restent toutefois les deux plus importants dans Marseille. L’hémorragie se poursuit durant les années suivantes puisque les chiffres fournis par André Langlois en mars 1954 révèlent un nouveau recul de plus de 400 membres. La situation de l’UFF est aussi préoccupante. Selon une note de police du 16 octobre 195219, les comités de ce mouvement ont placé 12 700 cartes sur l’ensemble du département. Sur ce total, 8 286 ont été réellement prises et réglées par les intéressées dont 5 106 à Marseille. Le rapport estime en outre que seules 2 000 adhérentes sont actives et acquises au PCF.

  • 20 Lettre de Léon Mauvais du 12 février 1949. Arch. fédérales.

15Le SPF est déjà en déclin au début de l’année 1949. Les 30 sections marseillaises ne regroupent plus que 1 738 membres au 31 décembre 1948 au lieu des 2 763 enregistrés l’année précédente à la même date ce qui représente une érosion des effectifs de 23 % en un an20. À la mi-février, seules 600 cartes ont été placées tandis que la pétition nationale pour l’amnistie des mineurs n’a récolté que 37 signatures. Regroupant en 1950 environ 1 500 membres, surtout répartis au sein des sections d’entreprises les plus importantes de la région, l’association des Amis de la Nature est la seule à connaître un net essor.

Des journaux qui se vendent plus difficilement

  • 21 Annie Kriegel.-Les communistes français. Essai d’ethnographie politique. Paris, Le Seuil, 1968 (réé (...)
  • 22 Arch. dép., dossier 148 W 162, note du 15 novembre 1952.
  • 23 Compte rendu de la réunion du 16 septembre 1953. Archives de Gaston Lenfant.
  • 24 Arch. dép., dossier 148 W 294, rapport du 14 février 1952.
  • 25 Arch. dép., dossier 148 W 292, note du 14 mai 1954.

16Sensible dans le département, le recul des ventes des journaux communistes n’est que le reflet d’une situation plus générale, le nombre de titres provinciaux contrôlés par le Parti passant de 34 à 12 entre 1945 et 195421. Synthétisés dans le tableau de la page 22, les renseignements obtenus laissent tout d’abord percevoir une tendance générale à la baisse des ventes. Le faible nombre de lecteurs de Midi-Soir entraîne la disparition de ce titre le 11 juillet 1950, perte qui n’est même pas compensée par une amélioration de la diffusion de La Marseillaise. Dans ce contexte difficile, les quelques progressions de vente enregistrées durant la période correspondent à des événements exceptionnels. Le 12 novembre 1951, La Marseillaise, étant le seul titre à offrir des éditions régionales normales en dépit de la grève des typographes, sort à 134 520 exemplaires. Deux jours plus tard, le tirage retombe à 110 000 unités22. Les grèves d’août 1953 auraient entraîné une progression des ventes de 10 000 exemplaires23. Un plafond de 17 600 Provence-Nouvelle est atteint le 21 décembre 1951 grâce à une page spéciale consacrée à Henri Martin24. Au début de l’année 1954, le tirage de La Marseillaise étant tombé à un niveau légèrement inférieur à celui de novembre 1953, la direction nationale du Parti envoie des responsables de la presse de se rendre compte sur place de la situation25. Les fréquents appels à la solidarité lancés en direction des lecteurs laissent deviner que la situation de Provence-Nouvelle ne s’améliore pas elle aussi.

Évolution des ventes des titres de la presse communiste locale

Évolution des ventes des titres de la presse communiste locale

(1) : Tirage moyen de La Marseillaise sur l’ensemble des quatorze éditions du département. Arch. dép., dossier 148 W 160, notes des RG du 4 mars 1948, du 21 janvier1949 et synthèse établie pour l’année 1949 par le secrétariat d’État à la présidence du conseil.
(2) : Arch. dép., dossier 148 W 162, note du 15 novembre 1952.
(3) : Arch. dép., dossier 148 W 162, note des RG du 17 avril 1952 (Le 19 février, le tirage pour la seule ville de Marseille s’élève à 91 539 exemplaires).
(4) : Lors de la réunion du 16 septembre 1953, les 10 000 exemplaires supplémentaires vendus pendant les grèves d’août sont annoncés comme représentant une progression de 10 % de la diffusion sur le département (Compte rendu non daté de la réunion, archives de Gaston Lenfant).
(5) : Chiffre relatif à l’ensemble de la zone de diffusion de La Marseillaise. Déclaration effectuée le 29 décembre 1953 par Pierre Emmanuelli (Compte rendu non daté de la réunion. Archives de Gaston Lenfant).
(6) : Arch. dép., dossier 148 W 160, note du 4 mars 1948.
(7) Arch. dép., dossier 148 W 294, rapport du 14 février 1952.
(8) : Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 16 septembre 1952 retranscrivant les déclarations de Gaston Viens lors de la réunion du comité fédéral du 13 septembre

De multiples efforts de redressement

17Confrontés au recul du nombre de ses adhérents et à la baisse des ventes des titres de sa presse, le Parti se montre-t-il capable d’analyser les causes de ces difficultés et de leur apporter des solutions appropriées ?

  • 26 Maurice Thorez, Cahiers du communisme de mai 1950, p. 32.
  • 27 Arch. dép., dossier 148 W 294, rapport du 1er mars 1952.
  • 28 La Marseillaise, 10 janvier 1949.
  • 29 La Marseillaise, 18 janvier 1949.
  • 30 Provence-Nouvelle, 30 mars au 6 avril 1951.

18Lorsqu’ils abordent la question du recul des effectifs ou de la moindre diffusion de la presse, les dirigeants communistes articulent leur discours autour de trois axes majeurs. Ils présentent tout d’abord des bilans suffisamment généraux pour permettre de rendre crédible leur tonalité résolument optimiste. L’article publié le 24 novembre 1951 dans La Marseillaise se félicite des 30 000 adhérents dans les Bouches-du-Rhône alors que Pierre Doize, le 5 janvier 1952 au cours d’une réunion interne, ne fait état que de 23 000 membres. Lorsque Pascal Posado déclare le 13 mai 1953 dans La Marseillaise que François Billoux a fait grimper la fédération de « deux cents adhérents à quinze mille en moins de vingt-cinq ans », il omet soigneusement de préciser que ce chiffre correspond aux effectifs de la Libération. Le deuxième argument utilisé consiste à mettre en avant l’idée que les départs renforcent le Parti en qualité. Dans le discours qu’il prononce en avril 1950 pour clore le XIIe congrès, Maurice Thorez impute à la dureté des luttes la perte de quelques membres « petits bourgeois, inconsistants et timorés par nature » venus à la Libération, membres que le Parti a remplacé par des « hommes nouveaux »26. Le rapport d’une cellule marseillaise déclare en janvier 1952 qu’il convient de recruter de nouveaux adhérents « de qualité »27. La tendance consistant à attribuer les difficultés à des facteurs extérieurs représente une troisième constante du discours communiste. Ouverts à « tous les honnêtes gens de cette région »28, le rôle des comités regroupant les Amis de La Marseillaise est de contribuer à expliquer la vérité à ceux que trompe encore « la propagande sournoise des fauteurs de misère et des ennemis de la Paix »29. Analysant en 1951 le recul des ventes de la presse communiste, Pascal Posado affirme que tous les membres du Parti ne sont pas encore devenus des lecteurs assidus de « leurs » journaux parce qu’ils demeurent sous l’influence pernicieuse de « la presse qui ment, la presse qui tue »30.

  • 31 Rapport destiné au ministère de l’Intérieur du 1er mars 1952. Déjà cité.

19Dans l’article qu’il consacre dans les Cahiers du communisme de septembre 1951 aux problèmes de la presse, Marius Patinaud déclare qu’il est anormal que 20 % seulement de ceux qui votent communiste lisent La Marseillaise. Les auteurs du rapport présenté par une cellule marseillaise en mars 1952 imputent l’arrêt de la progression des effectifs du PCF et la perte d’un nombre important des adhérents de la CGT à la répression qui s’est trouvée facilitée par le « départ » des ministres communistes du gouvernement Ramadier en 1947, événement qu’ils qualifient de « faute commise et reconnue en son temps »31. Le discours officiel tenu par le Parti ne va toutefois pas jusqu’à relier cette répression à la nature et au déroulement des actions engagées, l’ardeur manifestée lors de certaines grèves ou manifestations permettant aux pouvoirs publics de riposter avec une énergie qui finit par user la détermination des cadres et des militants. Près de 120 agents de maîtrise perdent leur carte d’accès au port à la suite des mouvements sociaux du printemps de l’année 1950. Soixante-trois traminots ayant participé à la grève du 4 juin 1952 malgré les ordres de réquisition qui leur avaient été adressés sont frappés par des mesures de suspension. La peur des sanctions, les menaces pesant sur le déroulement de leur carrière du fait des relations de plus en plus tendues entre grévistes et forces de l’ordre conduisent 450 des 600 membres que compte le syndicat de police CGT en 1949 à ne plus adhérer l’année suivante.

  • 32 Provence-Nouvelle, 1er janvier 1950.
  • 33 La Marseillaise, 3 janvier 1952.
  • 34 La Marseillaise, 2 décembre 1953. Provence-Nouvelle, 4 au 11 décembre 1953.
  • 35 Arch. dép., dossier 148 W 365.

20Afin de compenser l’effet de ces défections, les appels en faveur d’un recrutement de masse se poursuivent durant toute la période. « En avant pour une bonne reprise des cartes 1950 » lance Marius Colombini alors secrétaire fédéral32. « Les communistes seront plus nombreux en 1952 » prédit Pierre Doize33. Louis Calisti rédige quatre articles dans Provence-Nouvelle afin de stimuler la campagne de 1954. En décembre 1953, afin de stopper l’hémorragie qui frappe l’union départementale CGT, Marius Colombini demande que soit atteint l’objectif de 100 000 adhérents à l’occasion du 33e congrès fixé aux 27 et 28 février 195434. Ces efforts ne parviennent pas à inverser la tendance puisque, à la suite du 35e congrès des 28 et 29 avril 1956, les effectifs de l’ud-CGT ne dépassent que de peu les 42 000 membres35.

  • 36 Arch. dép., dossier 148 W 294, circulaire du 3 mars 1952.
  • 37 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 30 avril 1952.
  • 38 Provence-Nouvelle, 5 au 12 mars 1954.

21La nécessité de recruter de nouveaux membres conduit le PCF à balancer entre deux pôles antagonistes. Serge Agostinelli, le secrétaire de la section de Mazargues, ayant évoqué la possibilité de recruter toute personne se trouvant en accord sur un seul point avec les communistes, Paul Argiolas rétorque, le 7 janvier 1951 dans Provence-Nouvelle, que prendre sa carte, c’est adhérer à tous les principes défendus, toute position de compromis conduisant à « renoncer à avoir un parti monolithe combatif » et présentant « l’unité idéologique, l’unité de pensée absolument nécessaires à un parti révolutionnaire, à un parti d’avant-garde ». Datée du 3 mars 1952, une circulaire stipule au contraire que les jeunes signataires de la lettre écrite à Maurice Thorez « doivent être considérés comme membres de l’UJRF »36. Un mois plus tard, les 40 000 adhésions annoncées ne s’étant pas produites, un nouveau texte fixe un objectif de 1 500 nouveaux membres, tâche déclarée réalisable au vu des 6 000 signatures recueillies en faveur de la libération d’Henri Martin37. Au mois de mars 1954, bien qu’il reconnaisse que seules 600 cotisations aient été payées à France-URSS, André Langlois fixe deux objectifs : atteindre 1 200 cartes d’ici la fin du mois, puis 5 000 pour la fin de l’année38.

22Trouver de nouveaux lecteurs devient une nécessité impérieuse pour la presse communiste. Des comités baptisés « Les Amis de La Marseillaise » apparaissent dans divers quartiers de la ville tout au long du premier trimestre de l’année 1949. Le 20 février 1949, Provence-Nouvelle organise un concours d’abonnements. Le 3 mars 1950, à la suite du passage à dix francs du prix du journal, Marcel Guizard lance le mot d’ordre « Gagnez de nouveaux lecteurs à La Marseillaise ». Les militants sont encouragés à créer des comités de soutien, à organiser des ventes collectives et des soirées. Des cadeaux sont prévus pour ceux qui auront ramené le plus grand nombre de fiches d’abonnement remplies. Des thèmes de mobilisation similaires sont utilisés durant le printemps de l’année 1951. Évoquant ceux qui achètent La Marseillaise, André Remacle explique dans son éditorial du 9 mars de quelle manière « chaque lecteur gagné vient renforcer le camp de la paix » et « devient, à son tour, un porteur de flambeau ». Destiné à accroître les ventes de 3 000 exemplaires, « un grand concours d’émulation » est annoncé par Pascal Posado dans l’édition du 30 mars au 6 avril 1951 de Provence-Nouvelle.

23De nouveaux efforts pour stimuler les ventes sont sollicités en janvier 1952 : formule d’abonnement avec paiement mensuel sur des périodes allant de trois à douze mois, achat par chaque lecteur de deux exemplaires du journal, le second étant destiné à une personne de son entourage. En février 1952, le plan visant à trouver mille lecteurs supplémentaires de Provence-Nouvelle s’appuie sur un concours d’abonnement et sur la multiplication des reportages de terrain. Dans l’édition du 5 novembre 1953 de La Marseillaise, Pierre Doize demande d’attirer les lecteurs du Provençal et du Méridional qui, déjà, ne se laissent plus berner par les mensonges proférés par ces deux journaux.

Des difficultés financières croissantes

  • 39 Arch. dép., dossier 148 W 290, synthèse du 22 décembre 1948.
  • 40 Arch. dép., dossier 148 W 365, rapport non daté.
  • 41 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 30 avril 1952.
  • 42 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 10 mai 1952.

24Une seule synthèse effectuée en 1948 par les services de police comporte un bilan des finances de la fédération39. Un unique rapport40 permet de se pencher sur l’état des ressources dont dispose l’ud-CGT à la fin de l’année 1949. Pour l’UJRF, les bases se réduisent à la circulaire d’avril 195241. Le SPF n’a pu être abordé qu’au travers du bilan établi lors de la conférence fédérale du 11 mars 195242. Cette pénurie de sources ne se retrouve pas au niveau des journaux communistes qui publient de fréquents états détaillés de leurs finances respectives pour justifier les appels à l’aide lancés en direction de leurs lecteurs.

Étude des situations initiales

25Ainsi que l’indique le tableau ci-dessous, la collecte effectuée en vue des cantonales qui devaient se dérouler en 1948 est la principale source de revenus pour la fédération avec 74,77 % du total des recettes. L’aide aux mineurs en grève représente 56 %, des dépenses, les indemnités et salaires versés à l’ensemble des 79 permanents 20,35 % des sorties totales. Une trompeuse impression d’équilibre se dégage de la lecture de ce tableau. Seule la collecte effectuée dans le cadre des cantonales permet aux recettes d’être largement excédentaires par rapport aux dépenses, les sources régulières de revenus, cotisations versées par les militants par exemple, ne permettant pas à elles seules d’équilibrer le budget.

Finances de la fédération des Bouches-du-Rhône (31 octobre 1948)

Finances de la fédération des Bouches-du-Rhône (31 octobre 1948)

Sources : Synthèse des services de police, fin de l’année 1948 (Arch. dép., dossier 148 W 290.). Le tableau ci-dessus a été réalisé en classant par ordre dégressif les différents postes mentionnés dans ce document.

1 Le report à mars 1949 de la date de ces élections a permis l’utilisation de cette somme à d’autres usages.
2 Le quart de ces cotisations est versé à Paris.
3 Soit trente-neuf bars gérés par un permanent du PCF.
4 Les quarante permanents fédéraux sont rémunérés 25 000, 18 000 ou 15 000 francs. Chacun des trente-neuf responsables de bars reçoit 20 000 francs.
5 L’école fédérale de Roquevaire a accueilli vingt élèves en 1948.
6 La fédération loue soixante et un locaux à usage commercial.

26L’ud-CGT se retrouve confrontée à une situation similaire à la fin de l’année 1949. Selon l’auteur du rapport sur l’état des finances, un déficit supérieur à 2 200 000 francs est prévisible. Alors que les frais de justice et l’aide aux prisonniers, les dépenses de propagande ou de fonctionnement représentent des sorties importantes, les 1 179 507 francs de timbres payés ne correspondent plus qu’aux deux tiers des recettes de 1947. Les sommes réellement présentes en caisse ne s’élèvent qu’à 686 180 francs au 31 décembre 1948 au moment même où les dettes des sections et des unions locales, en augmentation constante, immobilisent 993 047 francs. Seul point positif dans ce bilan, les immeubles possédés par l’ud-CGT à la date du 31 décembre 1948 représentent un total de 6 773 415 francs auxquels s’ajoutent 836 868 francs de matériel et de mobilier. Ces difficultés, ainsi que la scission avec FO, expliquent que la direction de l’ud-CGT passe de dix-sept membres en 1947 à neuf à la suite du congrès des 11 et 12 juin 1949. La venue de Benoît Frachon du 7 au 9 octobre de la même année aboutit à une nouvelle coupe drastique avec une réduction à cinq du nombre des permanents.

27Des problèmes de trésorerie similaires sont perceptibles au niveau de la presse. Rouge-Midi disparaît le 25 avril 1948. Lancée le 2 mai 1948 au prix de dix francs, Provence-Nouvelle, l’hebdomadaire censé remplacer le titre disparu, est contraint dès le 14 novembre de la même année de passer à douze francs puis à quinze en janvier 1949. Le 31 janvier 1949, le prix de La Marseillaise grimpe de sept à huit francs. Ces différentes hausses n’empêchent pas la disparition de Midi-Soir le 11 juillet 1950.

Une aggravation préoccupante de la situation

  • 43 Provence-Nouvelle du 14 au 21 septembre 1951.
  • 44 Arch. dép., dossier 148 W 294, lettre de rappel envoyée aux sections.

28Une mauvaise circulation de l’argent contribue à aggraver des situations financières déjà inquiétantes. En septembre 1951, Pascal Posado critique publiquement la négligence de la section de l’Estaque qui doit 150 000 francs à Provence-Nouvelle43. Au début du mois de février 1952, celle de Saint-Lazare est toujours redevable de 35 341 francs à la fédération44. L’endettement envers la presse devient si préoccupant que, durant tout l’été 1953, une grande campagne est lancée dans Provence-Nouvelle pour encourager les sections à régulariser leur situation. Ce disfonctionnement perdure encore en 1954 puisque, dans l’édition du 5 au 12 février de Provence-Nouvelle, trois sections particulièrement endettées sont pointées du doigt. Mauvais payeur elle aussi, la fédération doit, au mois de mai 1954, 1 200 000 francs à cet hebdomadaire.

  • 45 Provence-Nouvelle, 12 au 19 juin 1953.

29La rentrée des cotisations individuelles atteint elle aussi un tel retard qu’une campagne de mise à jour doit être lancée durant le mois de juin 1953. « Tous les communistes à jour pour le 10 juillet » lance André Laurent45. Les dirigeants fédéraux espèrent que le choix de cette date symbolique, la commémoration de l’appel du 10 juillet 1940, poussera les militants à régler au plus vite leurs dettes. Malgré cette campagne, André Laurent doit de nouveau insister, dans Provence-Nouvelle du 13 au 20 novembre 1953, sur l’importance de procéder à la mise à jour des cartes de l’année qui s’achève à l’occasion de la distribution des cartes de 1954. Quelques mois plus tard, le problème ne semble toujours pas résolu puisque René Barlesi, dans Provence-Nouvelle du 21 au 28 mai 1954, souligne qu’« il ne peut être de bonne politique sans de bonnes finances ».

  • 46 Arch. dép., dossier 148 W 294. Circulaire du 21 janvier 1952.
  • 47 Note de police du 30 avril 1952, déjà citée.

30Une telle situation résulte-t-elle d’un laisser-aller généralisé ou de l’impossibilité de résoudre les problèmes financiers ? En janvier 1952, la section du Centre signale qu’il lui faut rembourser la fédération, acheter une ronéotype et une machine à écrire, faire face à des frais de fonctionnement accrus et payer le loyer de son local46. La circulaire interne de l’UJRF du mois d’avril 195247 débute avec le cri « SOS, SOS, SOS. Il nous faut de l’argent » avant de s’en prendre à la désinvolture des responsables, seuls trois cercles ayant été représentés le 4 avril lors de la réunion destinée à régler ce problème de trésorerie. L’UJRF ne peut pas payer à ses fournisseurs le matériel édité à l’occasion du quinzième anniversaire de sa fondation et se montre incapable d’envoyer une délégation à Paris à l’occasion du comité national des 4 et 5 avril.

31Des revenus en baisse aggravent encore plus les difficultés financières au sein de la nébuleuse communiste. La fédération perd les indemnités que lui versaient les conseillers généraux battus en mars 1949 et en octobre 1951. L’ud-CGT subit les conséquences de la restriction du marché du travail. La disparition de plusieurs entreprises s’accompagne de licenciements et disloque des sections syndicales bien établies dans leurs bastions respectifs. Les ADN cessent leur activité le 11 août 1950. La fermeture de fleurons traditionnels de l’activité industrielle locale, huileries et savonneries entre autre, contribue à dégrader le marché du travail surtout à partir de la fin de l’année 1951. Le nombre de chômeurs recensés dans le département passe de 6 728 au 30 octobre 1951 à 13 570 en mai 1954.

32La perte de leur emploi contribue sûrement à expliquer les difficultés éprouvées par certains adhérents au moment de la reprise de leur carte syndicale. Par le biais d’un article publié dans La Marseillaise du 21 novembre 1950, l’union départementale recommande donc à ses militants d’aborder avec « la plus grande souplesse » ceux de leurs camarades « qui, par suite de difficultés, auraient un retard important » dans le versement de la cotisation de l’année en cours. La peur de se retrouver au chômage à l’issue d’une grève dissuade aussi certains, moins engagés politiquement, de continuer à adhérer à un syndicat aux positions et aux méthodes parfois radicales. Les fins de mois difficiles se répercutent aussi sur les ventes de la presse communiste. Dans l’édition du 7 février 1951, Marcel Guizard lance un cri d’alarme pour signaler que La Marseillaise enregistrera un déficit de trois millions de francs à la fin du mois. Les 100 000 exemplaires de La Marseillaise vendus douze francs à partir du 12 mars 1951 ne rapportent pas plus que les 120 000 écoulés à dix francs un an plus tôt. Le poids de la répression, le prix de la polémique contribuent aussi à alourdir les difficultés financières. Le PCF ou la CGT sont assez souvent dans obligés de venir en aide à ceux de leurs cadres ou de leurs militants qui se retrouvent frappés par de lourdes amendes. En juillet 1950, Marcel Andréani et Victor Gagnaire sont astreints à verser la somme de 40 000 francs à la suite de leur condamnation pour complicité de rébellion et outrage à agents. Plusieurs traminots sont frappés par des amendes de 10 000 francs à la suite de leur participation à la grève du 4 juin 1952. Ceux qui affichent ou apposent des slogans sur les murs de la ville encourent le risque d’être inculpés en vertu de l’arrêté municipal du 16 mars 1948 interdisant la distribution sur la voie publique de prospectus, annonces ou programmes et de l’article deux de l’arrêté préfectoral du 31 octobre 1950 qui stipule que les contrevenants à ces interdictions peuvent être sanctionnés par des peines d’emprisonnement.

33La virulence des propos employés pour dénoncer les pouvoirs publics ou des adversaires politiques explique le nombre important de procès intentés à la presse communiste pour diffusion de fausses nouvelles, atteinte au moral de la nation et de l’armée ou diffamation. Le 23 novembre, La Marseillaise est condamnée pour avoir accusé la police de s’être livrée à des actes de violence à Saint-Marcel et à la SPCN. Pierre Emmanuelli, le directeur de Provence-Nouvelle, est condamné le 9 décembre pour le contenu de ses articles des 15 et 22 mai dénonçant la guerre en Indochine. En novembre 1949, Gaston Defferre et Francis Leenhardt intentent un procès à La Marseillaise qui, dans un article du 29 septembre, a fait état de transactions douteuses lors du transfert des locaux du Provençal. En avril 1950, mis en cause dans l’affaire dite des « chéquards », Gaston Defferre réclame un million de francs de dommage et intérêt pour la publication de la photographie d’une page du carnet de Van Co sur laquelle figurait son nom. Les plus gros ennuis judiciaires que doivent affronter les deux titres de la presse communiste sont toutefois les procès en diffamation qui leur sont intentés par le préfet Baylot.

  • 48 L’écho donné à cette affaire est d’autant plus grand que la personne mise en cause est présentée pa (...)
  • 49 Arch. dép., dossier 148 W 160. Tract distribué le 26 avril 1950.

34Vers la fin de l’année 1948, le représentant de l’État a été accusé de couvrir les malversations d’Antoine Macone, un ancien adjoint des services techniques de la mairie de Marseille, et d’être resté silencieux dans le cadre de l’affaire des adjudications jugées frauduleuses passées par la municipalité dirigée par Michel Carlini. Une nouvelle affaire éclate le 6 janvier 1949 lorsque Fernand Clerissy affirme que le préfet aurait exercé des pressions sur le docteur Marrot, alors directeur de l’Assistance publique, afin qu’il retire la plainte pour absence illégale et usage de faux document portée à l’encontre de Denis Padovani, un de ses subordonnés48. Dans La Vie ouvrière du 1er septembre 1949, Lucien Molino n’hésite pas à écrire que, le 24 août 1949, en lâchant les chiens contre les manifestants, « les kapos du patronat se sont comportés comme à Buchenwald ».Jean Baylot dépose aussitôt cinq plaintes pour diffamation. À la fin de l’année1949, un procès supplémentaire oppose le représentant de l’État à La Marseillaise et à Midi-Soir à la suite de la polémique sur l’existence de camps de travail en URSS. Le 15 décembre 1949, André Carrel fait état d’une cinquantaine d’actions en justice intentées par le préfet. Un tract socialiste affirme que les deux quotidiens communistes ont dû débourser 785 000 francs à l’issue des vingt-quatre condamnations prononcées entre le 25 février 1949 et le 8 mars 195049. À la fin de l’année 1949, afin d’éviter que les directeurs des journaux ne soient poursuivis en justice, Jean Cristofol et Adrien Mouton remplacent Jean Savy et Pierre Emmanuelli. Pour ne pas compromettre encore plus son équilibre budgétaire, La Marseillaise s’efforce à partir de 1950 d’adopter un ton plus mesuré pour dénoncer ses adversaires.

  • 50 La Marseillaise, 15 décembre 1949. Pour André Carrel, le préfet a intenté 54 procès depuis janvier (...)

35Préjudiciables pour les finances des deux quotidiens, ces condamnations sont utilisées pour fustiger une justice de classe. Selon André Carrel, un tel acharnement prouve que les deux journaux communistes mènent « le bon combat contre la guerre et la misère » puisque le préfet Baylot, s’appuyant sur une justice aux ordres parce que « de classe », cherche à les bâillonner en frappant « au tiroir-caisse »50.

  • 51 La Marseillaise, 7 février 1951.
  • 52 Compte rendu non daté de la réunion du 16 septembre 1953. Déjà cité.
  • 53 Note du 14 mai 1954, déjà citée.

36Ces dépenses supplémentaires sont d’autant plus lourdes à supporter que les frais de fabrication croissent sans cesse. Dans son éditorial du 13 septembre 1950, Marcel Guizard avertit ses lecteurs que les diverses hausses des prix découlant « de la préparation générale à la guerre » obligent La Marseillaise à disposer chaque mois de vingt-sept millions de francs pour la confection et la distribution des cent trente mille exemplaires du journal. Sur ce total, sept millions sont nécessaires pour l’achat du papier, onze couvrent les coûts d’impression, le reste étant affecté aux dépenses relatives aux transports, à l’administration du quotidien et aux frais généraux. En février 1951, Marcel Guizard lance un nouveau cri d’alarme pour signaler que le quotidien enregistrera un déficit de trois millions de francs à la fin du mois51. Les dépenses totales, explique-t-il, dépassent trente et un millions de francs soit un peu plus de huit pour le papier, quatre pour les frais de personnel et de rédaction et trois et demi pour le coût de la distribution. Les ventes ne rapportent que vingt-deux millions auxquels s’ajoutent six millions supplémentaires tirés des recettes publicitaires. Les comptes publiés le 9 mars suivant précisent que le prix de revient d’un exemplaire est de 10 francs 42 alors qu’il n’est vendu en moyenne qu’à 7 francs 27, la publicité apportant 1 franc 74 supplémentaires. Ces comptes d’exploitation de mars 1951 sont les derniers publiés dans La Marseillaise. L’insuffisance de trésorerie de dix-neuf millions déclarée par Georges Lazzarino lors de l’assemblée générale du 16 septembre 1953 n’est pas communiquée aux lecteurs52. La situation ne s’étant pas vraiment améliorée en mai 1954, le déficit s’élève alors à 12 600 000 francs, une délégation vient spécialement de Paris pour superviser la réunion du comité de direction du quotidien. Ce dernier explique qu’il compte redresser la situation en obtenant le paiement des quatorze millions d’arriérés dont la Société nationale des entreprises de presse (SNEP) lui serait redevable53.

Des solutions adaptées ?

37Le redressement de la situation financière de la presse communiste suppose la mise à contribution des lecteurs et une réduction des coûts de production. La crainte de perdre une partie du lectorat conduit les quotidiens communistes à justifier avec grand soin chacune des hausses de la période. Le 31 janvier 1949, le passage de sept à huit francs de La Marseillaise est relié à l’augmentation des prix du papier, des métaux et du téléphone. La nécessité de vendre le quotidien à douze francs est qualifiée le 12 mars 1951 de « prix de la liberté et de la Paix ». Est-il possible de réduire les coûts de production ? Le 3 août 1950, André Carrel explique que l’augmentation du prix du papier rend indispensable d’accentuer « la politique d’économie amorcée depuis plusieurs mois déjà ». S’appuyant sur des arguments similaires, Marcel Guizard annonce le 13 septembre 1950 que, confrontée à d’incessantes hausses de prix imposées « dans le cadre de la préparation générale à la guerre », la direction de La Marseillaise a été contrainte de procéder à « des économies draconiennes » et de licencier une partie de ses rédacteurs et employés. Selon les services de police, la direction du journal profiterait de cette crise pour remplacer les journalistes n’offrant pas les garanties politiques suffisantes par des militants acceptant de travailler pour un salaire réduit de 40 %. Le 17 juillet 1951, Paul Argiolas mentionne « les sacrifices » consentis par ceux qui confectionnent le journal. Lors de la réunion du 16 septembre 1953, Georges Lazzarino parle une fois de plus de diminution des effectifs.

38La Marseillaise ne peut exiger de tels sacrifices des travailleurs qui contribuent à sa réalisation. Affiliés au syndicat du Livre CGT, ils sont dirigés par le socialiste Laurent Paganacci. Plusieurs conflits résultent de cette situation particulière. En septembre 1950, les ouvriers typographes réclament une augmentation de salaire de 5 % identique à celle obtenue par leurs camarades parisiens. La direction de La Marseillaise répond favorablement à cette revendication. Le conflit continue toutefois, la SNEP et le syndicat du Livre CGT s’opposant sur le problème de la constitution des équipes de composition. Le 20 septembre, le quotidien annonce que le million supplémentaire qu’il devra verser à la SNEP « annulera les nouveaux sacrifices récemment consentis par la rédaction et les employés ». En juillet 1951, un second conflit triangulaire oblige le quotidien à verser le treizième mois de salaire réclamé par les ouvriers du Livre CGT. La grève générale lancée à partir du 1er novembre pour obtenir les 10 % d’augmentation attribués à leurs camarades parisiens empêche la parution pendant dix jours de La Marseillaise, bien que celle-ci ait très rapidement accepté cette revendication. Pour avoir donné satisfaction aux travailleurs du Livre, le quotidien se retrouve de plus exclu du pool des transports de journaux organisé avec les autres titres de la presse locale ce qui accroît considérablement ses frais d’acheminement. Le 15 novembre, l’occupation des locaux de la SNEP et le lock-out des ouvriers occasionnent une source de tracas supplémentaire. Durant une quinzaine de jours jusqu’à la fin du conflit, La Marseillaise doit être imprimée à Nice ce qui accroît considérablement le coût de son acheminement et de sa logistique.

39Lorsqu’il sollicite une aide de ses lecteurs, un titre de la presse communiste n’oublie jamais de rappeler son rôle de défenseur de la vérité que les pouvoirs publics s’efforceraient d’étouffer. Le 13 septembre 1950, Marcel Guizard explique que, à moins qu’une souscription massive ne lui vienne en aide, La Marseillaise risque d’être obligée de vendre son appareil bélino « afin de payer les frais de justice dus à l’action malfaisante des préfets du gouvernement », solution qui le placerait en situation d’infériorité par rapport au Provençal qui possède une telle machine. Dans l’édition du 14 au 21 septembre 1951 de Provence-Nouvelle figure un appel à la générosité des lecteurs qui doivent comprendre que « la vérité a besoin d’argent ». Le 17 août 1954, La Marseillaise explique que l’effort consenti en sa faveur lui permettra de consacrer deux pages supplémentaires à la lutte contre la CED.

40La collecte de vieux papiers représente une autre forme d’aide fréquemment sollicitée. Un premier appel pour un objectif de cinquante tonnes est lancé en avril 1951. À partir de cet instant, jour après jour, les éditions de La Marseillaise mentionnent les points de dépôts possibles, décrivent les méthodes de collectage employées dans tel ou tel quartier, utilisent les exemples de résultats significatifs obtenus pour lancer des défis aux autres équipes de ramassage ou inviter les lecteurs à accroître leurs efforts. Un voyage à Paris pour se rendre au rassemblement du 15 juillet est offert aux meilleurs collecteurs. Les campagnes de ramassage ultérieures se déroulent en faisant appel à des stimulations similaires alliant militantisme désintéressé et perspectives de récompenses matérielles.

41Le 19 juillet 1950, La Marseillaise demande la collaboration de correspondants bénévoles pour déjouer la manœuvre du préfet qui, à la suite de la manifestation du 10 janvier 1950, n’autorise plus les représentants de la presse communiste à assister aux communiqués effectués quotidiennement à l’Hôtel de Ville. Des appels identiques sont formulés les 3 et 13 septembre suivants, puis le 22 novembre 1950. Dans un article intitulé « le coup de téléphone », Fernand Clerissy raconte le 31 mars 1951 de quelle manière une petite fille a rendu service à La Marseillaise en lui fournissant les détails de l’accident auquel elle avait assisté. Ce type de contribution, à savoir servir de correspondant bénévole, n’est plus demandé aux lecteurs par la suite.

42Pour stimuler ses ventes et accroître ses recettes, La Marseillaise, comme les autres titres régionaux, n’hésite pas à organiser des concours. Le principe de celui qui s’achève au début du mois de février 1950 repose sur une série de cinquante-deux rébus publiés jour après jour dans les pages du journal. Trois autres initiatives similaires sont lancées par la suite en 1950. Les prix proposés en décembre 1951 sont conséquents. Une automobile est offerte au vainqueur, une moto au deuxième. En avril 1952, le premier reçoit un appartement meublé et équipé d’une valeur de quatre millions de francs. Après avoir vendu des calendriers et des cahiers de vacances, La Marseillaise commence à proposer à ses lecteurs, à partir de novembre 1952, des cadeaux de Noël à des prix intéressants. La formule des « bonnes affaires » de La Marseillaise est relancée au mois de juin 1953, durant l’automne puis de nouveau à l’occasion des fêtes de fin d’année. La dernière source de financement provient des bénéfices retirés de la fête organisée par La Marseillaise. La présence d’un important public est l’occasion pour le quotidien de renflouer ses caisses grâce aux bénéfices retirés de son stand ou des jeux et tombolas proposés.

Une arme à double tranchant ?

43Idéologiquement plus problématique, la diffusion de « réclames » constitue cependant la source de revenus la plus sûre. Dans son édition du 8 mai 1949, Provence-Nouvelle regrette que les revenus de la publicité ne représentent que 5 à 7 % de ses recettes totales. La Marseillaise compte aussi sur ce type de rentrées pour équilibrer son budget. Lié pour ces questions à l’agence Havas, le quotidien annonce le 3 septembre 1949 que son conseil d’administration a décidé de rompre ses relations avec ce prestataire de services. « Annonceurs » et « clients en publicité » sont conviés à remettre leurs ordres directement au siège du 15 cours d’Estienne d’Orves ou à celui d’Inter Presse Publicité à Paris. L’insuffisance de ce type de recettes handicapant le quotidien, Marcel Guizard explique, dans son éditorial du 10 juin 1950, que, « nous n’avons pas la publicité correspondant à notre fort tirage » parce que les chéquards tentent d’étouffer la presse de la vérité en la privant de ce type de ressources. La Marseillaise ne peut donc compter que sur le dévouement de ses lecteurs pour démarcher ses annonceurs. Cette situation est préoccupante pour un quotidien qui, ainsi que le déclare Marcel Guizard dans l’édition du 7 février 1951, réalise six millions de recettes publicitaires soit 21,4 % de ses recettes totales. Pour remédier à cette faiblesse, une agence marseillaise d’IPP est inaugurée le 25 septembre 1951. Les honoraires demandés varient entre 20 000 francs pour une manchette située dans la deuxième colonne d’une première page et 300 francs pour une page locale ou régionale des deuxième et troisième éditions de Marseille. La publicité contribue aussi de plus en plus à l’équilibre financier de Provence-Nouvelle. Elle rapporte quotidiennement à l’hebdomadaire un peu plus de 21 000 francs en moyenne entre le 16 novembre 1951 et le 25 janvier 1952.

44La nature des publicités acceptées et l’accroissement de leur volume sont-elles compatibles avec la ligne du journal et du Parti ? Le 13 novembre 1950, André Carrel doit procéder à une autocritique publique et reconnaître que la rédaction aurait dû refuser de publier dans son édition de l’avant-veille l’encart publicitaire du film Manolette. « Notre vigilance d’hommes soucieux de la défense de la paix, de la liberté et de la démocratie a été mise en échec » reconnaît-il puisque nous n’avons pas vu que ce film était destiné « à créer idéologiquement un climat favorable à Franco et à son régime de sang et de boue » au moment précis où les États-Unis cherchent à intégrer l’Espagne dans la guerre contre l’URSS. Cette affirmation du renforcement nécessaire de la vigilance idéologique n’empêche pourtant pas La Marseillaise de publier dans son édition du 6 décembre 1950 une publicité pour le film Iwo Jima dont la vedette principale John Wayne, connu pour son anticommunisme viscéral, est annoncée comme « un “dur” auquel les femmes ne résisteront pas ». Les tentatives pour ouvrir encore plus la presse vers le marché publicitaire rendent bientôt nécessaires des justifications mieux argumentées. Un article de La Marseillaise du 31 décembre 1951 explique aux lecteurs que, par leurs achats auprès des annonceurs, ils contribuent à soutenir leur journal. Le 8 mai 1952, le quotidien établit un parallèle entre les deux types de presse et les « deux catégories d’annonceurs ». Ceux qui soutiennent la presse de la guerre ne s’adressent jamais à La Marseillaise pour faire connaître leurs produits. Les autres n’hésitent pas à confier leurs annonces à la presse de la paix. Les lecteurs sont en conséquence conviés à acheter les produits de ceux qui ne méprisent pas leur quotidien. L’article du 10 mai commence par regretter que La Marseillaise ne puisse vivre de ses seules ventes et soit obligée de toujours plus recourir aux réclames pour subsister. À la suite de cette mise au point, la publicité est présentée comme « la partie commerciale du journal » qui n’aurait aucun effet « sur la ligne politique que s’est tracée celui-ci », La Marseillaise conservant toute liberté de défendre les revendications des travailleurs d’une entreprise même si cette dernière lui a confié le soin de promouvoir ses produits. Elle se réserve de plus le droit de refuser « toutes annonces qui n’auraient pas un caractère honnête et purement commercial ». Les efforts attendus doivent permettre à la presse démocratique, volontairement boycottée par l’État, de recevoir une part plus conséquente des dix milliards que les entreprises privées consacrent annuellement à la publicité. Des arguments similaires sont repris lors des campagnes ultérieures. Un encart paraît le 8 novembre 1953 dans La Marseillaise pour demander à chacun de faire lire la page réservée aux petites annonces aux voisins, amis et commerçants du quartier. Des arguments similaires sont repris deux jours plus tard, puis le 19 décembre 1953 et le 30 janvier 1954. Ils figurent encore le 2 février et le 30 mars dans les colonnes du quotidien.

Les autres disfonctionnements de la nébuleuse communiste

45La présence de communistes à la tête de la plupart des mouvements de masse pourrait conduire à penser que ces derniers gravitent harmonieusement autour de la fédération et qu’ils mettent scrupuleusement en application les mots d’ordre émis par celle-ci. La réalité se révèle beaucoup plus complexe ainsi que le montre le discours théorique relatif aux rapports entre le PCF et la CGT.

46Dans les Cahiers du communisme de juin 1951, Théo Vial développe l’idée que, au sein des syndicats, « le Parti doit mener la lutte sous son propre drapeau, avec ses mots d’ordre propres ». André Souquière reprend cette question dans l’édition de février 1952 de ce mensuel en déclarant que, tout en étant « les plus respectueux de la démocratie syndicale », les communistes doivent « élever l’activité politique des organisations du Parti tout en contribuant à donner au mouvement syndical son véritable caractère d’organisation élémentaire de lutte pour les revendications ouvrières ». Dans l’édition du 8 au 15 janvier 1954 de Provence-Nouvelle, Pascal Posado pose la question « Parti ou syndicat ? » pour souligner aussitôt qu’il est erroné de penser que tous les problèmes peuvent être réglés par le biais de l’action syndicale. Négliger le rôle du PCF, c’est, même s’il convient de se montrer « fraternel » envers les non communistes, laisser pénétrer l’idéologie de l’ennemi au sein de la classe ouvrière. Ces arguments sont repris par Georges Lazzarino, Pascal Posado et Pierre Doize jusqu’au mois d’avril 1954. « Normalement membres du syndicat », écrit Marcel Dufriche dans le numéro de mai 1954 des Cahiers du communisme, les membres du PCF, tout en accordant « une attention toute particulière » au respect de la démocratie syndicale, doivent œuvrer pour que s’affirme toujours plus le rôle d’« avant-garde de la classe ouvrière » de leur parti. D’une manière similaire, les statuts adoptés le 9 mai 1948 à l’occasion du deuxième congrès national de l’UJRF précisent que cette organisation est ouverte « à tous les jeunes gens et à toutes les jeunes filles » mais aussi, qu’à partir des « traditions progressives et révolutionnaires de notre peuple », le mouvement puisera l’inspiration de ses actions auprès « des Maîtres du socialisme scientifique ». Cette vision contradictoire perdure en 1954 lorsque François Billoux, dans le rapport qu’il prononce lors du XIIIe congrès, affirme que, si « les organisations de la jeunesse doivent être indépendantes », il n’est pas question de voir apparaître un « petit parti de la jeunesse » ou « des espèces de fractions dans les autres organisations ».

  • 54 Arch. dép., dossier 148 W 294. Rapport du 5 mars 1952. « Le Parti communiste n’a jamais suivi avec (...)

47Dans les faits, la priorité accordée aux intérêts du Parti s’affirme en permanence. Le 28 octobre 1951, la nomination de Marius Colombini au poste de secrétaire général de l’ud-CGT illustre bien la volonté de la direction nationale du PCF de remplacer Lucien Molino promu à Paris par quelqu’un jugé « idéologiquement satisfaisant » et donc capable de remédier à l’insuffisante capacité à assimiler les mots d’ordre politiques qu’elle croit déceler au sein de la classe ouvrière marseillaise. L’avis de la plupart des cadres syndicaux, peu enclins à voir accéder à un tel poste un homme n’ayant jamais exercé auparavant d’importantes fonctions syndicales, n’est pas pris en compte. La même logique selon laquelle les actions menées par le Parti priment toujours sur celles engagées par l’un ou l’autre des mouvements de masse pèse sur la préparation de la journée des femmes en 1952. Selon une source « sûre » provenant d’un informateur « bien placé », le déroulement de la crise ouverte le 29 février par la démission du gouvernement Edgar Faure est étudié tous les soirs dans les sections. Le but de ces réunions quotidiennes est de préparer les actions destinées à créer un climat d’hostilité à un possible retour au pouvoir du général de Gaulle54. La Marseillaise et surtout Provence-Nouvelle consacrent l’exclusivité de leurs gros titres à la crise ministérielle. Cette mobilisation s’effectue au détriment du rassemblement régional de l’UFF. Alors qu’une fois de plus La Marseillaise annonce le 6 mars que les femmes de Provence se réuniront dans trois jours aux arènes du Prado à Marseille afin d’exiger la constitution d’un gouvernement leur garantissant « la paix et le bonheur », le comité fédéral ne connaît toujours pas quels seront les responsables nationaux qui animeront cette manifestation. Conséquence d’une préparation insuffisante ou prise en compte tardive de l’épidémie de variole qui touche la cité phocéenne ? Le quotidien annonce le lendemain que le rassemblement des femmes des Bouches-du-Rhône se tiendra en Arles « sauf pour les déléguées de Marseille ».

48Une volonté similaire de contrôle se retrouve au niveau du Mouvement de la paix. Alors que la campagne contre le réarmement de l’Allemagne est lancée depuis plusieurs semaines, les communistes se rallient sans difficulté aucune à la proposition de Staline de conclure avec ce pays un traité de paix incluant la reconstitution d’une force armée. Dès le 11 mars, le Comité d’action contre le réarmement allemand tient un meeting au cinéma National sur le thème d’un désarmement général, simultané et contrôlé de la RFA et de la RDA. La proposition soviétique choque tellement les non communistes que la direction fédérale du Mouvement se sent obligée d’improviser une série de réunions d’explication.

  • 55 Lettre de Pierre Doize du 17 février 1949. Arch. féd.
  • 56 Arch. dép., dossier 148 W 294, notes des 8 et 9 janvier 1952.

49Capables d’infléchir les actions entreprises par le Mouvement de la paix, les dirigeants du PCF ne parviennent pourtant pas à convaincre leurs militants d’y adhérer en masse. En février 1949 déjà, Pierre Doize regrette que les communistes siégeant dans le bureau fédéral de cette formation jugent « inutile de s’esquinter » pour une organisation « jugée superflue » par le Parti55. Une réticence similaire est perceptible dans les interventions qui marquent la réunion du 5 janvier 1952 du comité fédéral56. Un cadre d’Arles et un responsable de l’UD dénoncent le risque de glisser vers la collaboration de classe en rejoignant des éléments bourgeois au sein d’un mouvement commun. Selon eux, les comités de la paix sont des parasites susceptibles de paralyser le travail du PCF. Le responsable syndical déclare tolérer cette coopération contre nature dans la mesure où il voit dans les petits commerçants et les industriels « des pendus » dont le Parti tient la corde et qu’il liquidera une fois les objectifs atteints. Les responsables de la section Saint-Lazare-Vilette déclarent le 24 février 1952 que la faible implication au sein du Mouvement de la paix provient de la lassitude des militants qui finissent par s’habituer aux risques de guerre. Venu à Marseille à la fin du mois de janvier 1953 pour superviser les travaux du congrès de l’UD, Lucien Molino insiste sur l’importance de développer la lutte pour la paix qu’il convient de lier à celles menées pour dénoncer le complot et obtenir la satisfaction des revendications en cours. Le 6 janvier 1954, le bureau fédéral insiste sur l’urgence pour les communistes de se mobiliser beaucoup plus pour la défense de la paix.

Les conséquences locales des affaires nationales

50La rupture entre Belgrade et Moscou, les éliminations successives d’André Marty et de Charles Tillon puis d’Auguste Lecœur, trois moments forts pour le Parti communiste, eurent des répercussions sur les militants marseillais.

La lutte contre le titisme

  • 57 Isaac Israël est né le 4 septembre 1903 à Marseille. Fils de commerçants, il obtient une licence en (...)
  • 58 Léon Mauvais, « Vigilance révolutionnaire et lutte pour la paix », Cahiers du communisme de mai 195 (...)

51Dans l’édition du 30 novembre 1949 de La Marseillaise est reproduite la résolution du Kominform qui stipule de dénoncer « le rôle important réservé à Tito par les impérialistes anglo-américains ». Quelques jours auparavant, le quotidien s’en est pris avec virulence à maître Gaston Israël. Exclu par la section de Vauban le 28 décembre 1948, cet avocat défend les intérêts du préfet Baylot dans le procès qui oppose celui-ci à La Marseillaise57. Le 27 novembre, Provence-Nouvelle dénonce un homme qui viendrait, avec le soutien du RPF, « défendre l’agent des impérialistes Tito et calomnier l’Union Soviétique ». Le lendemain dans La Marseillaise, André Carrel traite l’avocat de « renégat à la classe ouvrière et à son parti » de « démarcheur numéro un de la compagnie Tito et Baylot réunis ». Dans l’édition du 1er janvier 1950 de Provence-Nouvelle, André Dollo revient à la charge en expliquant que maître Israël a été exclu de la cellule Crémieux « pour son attitude provocatrice et son appétit de gain ». L’affaire disparaît ensuite des colonnes de la presse communiste avant d’être une dernière fois évoquée en juillet 1950 à l’occasion du jugement en appel de la condamnation prononcée à l’encontre de La Marseillaise. La dénonciation du titisme reprend après que Léon Mauvais, à la suite du XIIe congrès, ait regretté que le manque de vigilance révolutionnaire conduise à la « sous-estimation des dangers de guerre » et à l’incompréhension de la nature « fasciste » du régime de Belgrade58. S’agit-il de répondre à ces attentes ? Le 1er juin 1950, La Marseillaise annonce que « les jeunes de Provence n’iront pas en Yougoslavie titiste » mais se rendront à la rencontre franco-italienne de la paix de Nice. Francis Vovau, ancien brigadier du travail en 1946 devenu secrétaire fédéral de l’UJRF, affirme que les jeunes ne peuvent plus se rendre dans un pays qui est sous la botte d’un « régime policier de caractère fasciste » et met en garde contre les « recruteurs de la jeunesse ».

  • 59 Arch. dép., dossier 148 W 382, rapports des 17 mars et 26 juin 1950. Le rapport orthographie Servie (...)
  • 60 Arch. dép., dossier 148 W 306, rapport du 6 mars 1951.
  • 61 « La jeunesse française n’est pas avec Tito ». La Marseillaise, 5 septembre 1950. Émile Clapier est (...)
  • 62 Arch. dép., dossier 148 W 423, note du 14 octobre 1950.

52Cette lutte contre les brigades de travail se focalise peu après sur la personne de Marcel Servient. Actif lors des grèves du printemps 1950, ce docker n’en est pas moins pris à parti à la fin du mois de juin dans un tract émis par le syndicat CGT des ports et docks qui dénonce « le traître SERVIEN au service du bourreau du peuple yougoslave » qui tente de recruter « des jaunes en vue de former des brigades »59. Un article de La Marseillaise du 10 juillet dénonce les agissements suspects des « agents racoleurs de Tito » chargés de « corrompre et diviser la jeunesse française ». Une note de police postérieure à ces événements relativise l’importance de cette affaire60. François Billoux ayant fait état de l’accusation de « déviationnisme » contenue dans un rapport établi après une enquête confidentielle menée à Marseille par « la police de Maurice Thorez », les responsables fédéraux auraient valorisé ce cas afin de prouver à Paris la « vigilance révolutionnaire » des communistes marseillais. L’affaire retombe d’ailleurs aussitôt que la lutte contre le titisme cède la place dans la priorité des actions à entreprendre au combat contre les plans Marshall et Schuman, le réarmement allemand et la guerre de Corée. Si Émile Clapier appelle encore, en septembre 1950, au renforcement de la vigilance pour « découvrir les racoleurs, les dénoncer, toucher les jeunes qui ont pu être trompés, discuter avec eux »61, la création le mois suivant à Paris d’une Association des anciens des brigades n’a aucune incidence à Marseille62. Focalisée surtout sur les attaques proférées à l’encontre de ces deux militants, la dénonciation du titisme n’a jamais atteint l’ampleur que prendra l’affaire Marty-Tillon.

L’affaire Marty-Tillon

53Le 26 mai 1952, pendant la réunion du Secrétariat du Parti, Léon Mauvais lance ses premières accusations en utilisant les « preuves » accumulées depuis plusieurs mois par une commission spéciale. Il reproche à André Marty d’avoir dissimulé depuis longtemps ses désaccords avec la ligne suivie et lui fait grief d’avoir rencontré Charles Tillon dans des circonstances suspectes. Bien que la répression consécutive à la manifestation Ridgway impose un gel provisoire de ces attaques, c’est Auguste Lecœur qui, le 30 mai, prend la présidence du Bureau politique à la place d’André Marty pourtant troisième secrétaire.

  • 63 Claude Pennetier, Bernard PUDAL, La politique d’encadrement : l’exemple français, Le siècle des com (...)
  • 64 Michel Dreyfus, PCF. Crises et dissidences de 1920 à nos jours, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, (...)

54Claude Pennetier et Bernard Pudal déclarent voir dans cette volonté d’éliminer les deux dirigeants incriminés un moyen « de résoudre les contradictions nées des évolutions contrastées du corps militant et de l’organisation partidaire »63. Michel Dreyfus avance pour sa part qu’en éliminant Marty et Tillon les dirigeants du PCF, marqués par un stalinisme exacerbé par la Guerre froide et désorientés par l’absence de leur secrétaire général, font « coup triple » en supprimant deux rivaux potentiels, en renforçant leur autorité sur les membres et l’appareil du Parti, en réduisant enfin au silence les témoins cruciaux de certaines périodes sensibles de l’histoire du PCF, guerre d’Espagne et Seconde Guerre mondiale qu’ils ne veulent pas « voir revenir dans la discussion »64. La vision officielle proposée aux militants communistes marseillais brillera de fait par sa simplicité manichéenne.

55Lors de la réunion des 3 et 4 septembre du Comité central, Léon Mauvais présente le rapport du Bureau politique mettant en cause le travail fractionnel d’André Marty et de Charles Tillon. À l’occasion des fêtes de l’Hermitage qui se déroulent le 7 septembre à Marseille, Georges Lazzarino, s’exprimant au nom du secrétariat fédéral, explique que le prochain retour de Maurice Thorez et les progrès réalisés en URSS dans le cadre du plan quinquennal représentent les signes avant-coureurs de nouvelles victoires et en particulier celle de la mise en échec du complot. Il multiplie les appels à l’ouverture mais demande aussi, sans fournir plus de précisions, de procéder à la dénonciation des agents de division. Avec les révélations de France-Soir le 16 septembre, la direction nationale du Parti se trouve obligée d’aborder l’affaire publiquement. Dès le lendemain, les lecteurs de La Marseillaise sont informés par un communiqué du Comité central des sanctions prises à l’encontre d’André Marty et de Charles Tillon. Le premier est exclu du Secrétariat pour avoir jeté un « discrédit systématique » sur les autres dirigeants du Parti et avoir procédé à un « travail fractionnel » en compagnie de Charles Tillon. Ce dernier perd sa place au sein du Bureau politique pour avoir refusé de rectifier sa « conception erronée » du Mouvement de la paix. Charles Tillon est surtout accusé d’être « depuis longtemps » tombé sous l’influence de « la campagne de l’ennemi » en opposant « l’action du Parti et des FTPF » pendant la guerre. Malgré ces graves fautes, le Comité central s’affirme résolu à « tout faire pour aider des camarades dans l’erreur à se corriger ».

  • 65 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 17 septembre 1952. Pierre Doize, en tant que secrétaire fédé (...)
  • 66 L’informateur qui se trouve à l’origine de ce rapport précise que les attaques portées à l’encontre (...)

56Ce communiqué du 17 septembre représente une surprise et un choc immenses pour les militants communistes. Les dirigeants et cadres de la fédération sont par contre déjà prêts à appliquer le plan élaboré par la direction nationale. Le 9 septembre, le secrétariat départemental a établi les dispositions nécessaires pour préparer la réunion destinée à informer les membres du comité fédéral, les secrétaires de sections et les responsables des organisations démocratiques. Le 13 septembre, François Billoux pèse de toute son autorité sur cette réunion dont dépend le succès de la campagne d’explication prévue65. Laissant à Gaston Viens le soin de planter les premières banderilles en expliquant de quelle manière fut découverte l’activité « clandestine » des « fractionnaires », il justifie le bien-fondé des sanctions. Charles Tillon est la cible de ses principales accusations. Après la Libération, ce dernier aurait cherché à passer outre aux ordres du Parti en refusant de rendre les armes détenues par les résistants. Il aurait par la suite détourné de l’argent pour financer la publication d’un bulletin interne de division. Dans ces deux affaires, il aurait été approuvé par André Marty. Les deux dirigeants auraient en outre avoué avoir entretenu des relations douteuses avec un membre non réélu au Comité central66. Après avoir précisé que « Tillon et Marty ont de la veine que le parti ne soit pas au pouvoir car ils auraient été fusillés immédiatement », François Billoux explique aux cadres présents pour quelles raisons ils devront agir avec la plus grande prudence. La popularité d’André Marty et de Charles Tillon ne doit pas déboucher sur une scission, le ralliement progressif de leurs partisans pouvant être obtenu par l’intermédiaire d’un référendum.

57Cette idée du vote interne est rapidement abandonnée par le Bureau politique au profit de celle de réunions minutieusement préparées des comités de sections parfois élargis aux secrétaires de cellules. Toutes se déroulent d’une manière similaire à partir du 17 septembre. Ceux qui prennent la parole en ces occasions approuvent les décisions prises à l’encontre des deux dirigeants incriminés et se lancent même dans une surenchère pour réclamer des sanctions plus fortes. Les autres restent silencieux, préférant ne pas livrer en public le fond de leurs pensées.

  • 67 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 20 septembre 1952. Pierre Doize explique que la dénonciation (...)

58La réunion qui regroupe, le 17 septembre, douze membres du comité de la section de Saint-Lazare autour de Pierre Doize est une bonne illustration de ce type de déroulement67. Après avoir développé les points de politique générale, le secrétaire fédéral aborde « l’affaire ». Il énumère de nouveau les griefs formulés à l’encontre de Charles Tillon et d’André Marty. Le premier aurait conservé des fonds provenant de la Résistance pour financer et diffuser, avec l’accord du second, un bulletin d’opposition à l’intérieur du Parti. Charles Tillon se voit aussi reprocher d’avoir demandé que l’ordre d’insurrection émane du COMAC et non du PCF. Il est accusé d’avoir agressé Jeannette Vermeersch en 1949 en lui lançant en pleine réunion du Bureau politique qu’il n’avait pas à recevoir d’ordre « de ceux qui n’étaient pas en France durant l’occupation ». Pierre Doize rappelle ensuite qu’André Marty avait déjà été l’objet d’importantes critiques en 1931 lors de l’affaire Barbé-Celor, qu’il s’était opposé lors des législatives de 1946 à la candidature de Jeannette Vermeersch. Jaloux depuis toujours de Maurice Thorez, il aurait omis de mentionner le nom du secrétaire général dans le discours prononcé à Lyon à l’occasion du trentième anniversaire du PCF. La gravité des fautes commises par ces deux dirigeants justifie les sanctions dont ils sont frappés déclare Pierre Doize qui propose aux membres du comité de section d’approuver une résolution dont il a au préalable déterminé le contenu en compagnie de leur secrétaire politique. Adressé au Bureau politique, ce texte est signé par l’ensemble des personnes présentes. Le rapport de police signale toutefois qu’un tiers environ de l’assistance s’exécute sous la contrainte.

  • 68 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 25 septembre 1952.
  • 69 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 18 septembre 1952.

59D’autres responsables fédéraux et des élus, en particulier Lucien Lambert, Jean Cristofol, Georges Lazzarino et Gaston Viens, obtiennent que les organisations de base votent des résolutions qui approuvent les sanctions prises, saluent le Bureau politique, et le Comité central, seuls capables de « sauvegarder l’unité du parti »68, et expriment le souhait de voir André Marty et Charles Tillon procéder à une autocritique sincère et complète. Quelques cellules se montrent plus intransigeantes encore puisqu’elles réclament une exclusion pure et simple. Élaborées à l’avance, toutes les motions sont adoptées à l’unanimité. Le système du vote à mains levées empêche l’intervention des sceptiques et des opposants bien qu’il soulève une vive effervescence parmi les anciens résistants69.

  • 70 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 27 septembre.

60Dans les jours qui suivent cette première série de réunions, André Marty et Charles Tillon sont conduits dans une impasse. De multiples appels leur demandent de procéder le plus vite possible à une autocritique « sincère et honnête ». Refuser de s’exécuter les fera passer pour des diviseurs du Parti. Accepter permettra de justifier les accusations lancées à leur égard. Le 24 septembre, La Marseillaise publie une confession d’André Marty et le communiqué du Comité central déclarant ne voir dans ces propos qu’une simple « promesse d’autocritique ». Le quotidien insère dès le lendemain une résolution émanant des cheminots d’une cellule parisienne qui demandent des sanctions plus prononcées à l’encontre de ceux qui, par leur refus de véritables autocritiques et leur silence, alimentent la presse ennemie. La présentation de charges de plus en plus graves permet de mieux faire passer la condamnation des deux dirigeants auprès des militants de la base. Supervisées par François Billoux revenu à l’improviste à Marseille très tôt dans la matinée du 27 septembre, le jour même où La Marseillaise publie des extraits de la lettre écrite le 4 septembre par Charles Tillon, de nouvelles réunions se déroulent entre les derniers jours du mois de septembre et le début d’octobre70. Les responsables de sections ou de cellules reçoivent la consigne d’obtenir l’approbation de tous les participants. Ils doivent laisser la possibilité aux réfractaires de s’exprimer sans les accuser aussitôt de trahison. Ceux d’entre eux qui refuseront les nouvelles explications proposées seront traduits devant le comité de section et éventuellement devant la commission politique fédérale qui les sommera de signer sous peine d’exclusion immédiate.

  • 71 Ibidem.

61Si de nouveau tous les intervenants déclarent approuver les mesures prises à l’encontre des deux dirigeants, plusieurs déclarations effectuées lors de conversations privées laissent apparaître une assez nette différence dans les réactions. Une note de police du 27 septembre 1952 relate en particulier que de vives critiques ont été émises à l’encontre de la direction nationale du PCF lors d’une conversation privée entre plusieurs dirigeants qui avaient pris les armes durant l’Occupation71. MG, une des personnes présentes, n’hésite pas à dénoncer l’opportunisme des « magnats » de la direction qui visent à éliminer les anciens résistants des leviers de commande pour les remplacer par des « politiciens » prêts à se soumettre à leur étroite orthodoxie. Il accuse ces dirigeants d’être responsables de l’échec du défilé prévu pour l’anniversaire de la libération de Marseille.

  • 72 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 1er octobre 1952.
  • 73 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 13 octobre 1952.

62Au cours d’une autre réunion, certains regrettent qu’une telle condamnation se produise au moment précis où Jacques Duclos parle de Front national uni72. Ils estiment que la direction aurait dû temporiser et concilier les tendances de dirigeants qui ne sauraient toujours être du même avis. Si « l’affaire » n’est plus à l’ordre du jour des réunions du mois d’octobre, elle demeure présente dans les discussions et nombreux sont ceux qui ont du mal à croire en la version officielle de la trahison d’André Marty et de Charles Tillon73. Les responsables de la fédération sont pourtant rassurés par ce résultat d’ensemble globalement satisfaisant. Les militants se sont pour la plupart associés à cette première condamnation. Ils ne peuvent plus rebrousser chemin et suivront sans réaction majeure les étapes suivantes qui vont conduire à l’exclusion d’André Marty et de Charles Tillon.

L’éviction d’Auguste Lecœur

63« La condamnation de la pratique des instructeurs politiques de cellule par le Comité central de Drancy soulève dans le Parti de nombreuses discussions » souligne Provence-Nouvelle du 6 au 13 novembre 1953. Réponse au désarroi réel que suscitent les premières attaques portées à l’encontre d’Auguste Lecœur, l’article est destiné à clarifier la situation face à la multiplication des interprétations différentes et à l’incompréhension qui entourent cette mesure. Le système des instructeurs, déclare l’hebdomadaire, constitue une mise en cause de l’article deux des statuts du PCF en supprimant l’obligation que tout membre a de militer. Le système est de plus contradictoire avec l’article douze qui définit l’importance clef de la cellule au sein du Parti. Se faisant le porte-parole du Comité central, Gaston Plissonnier accentue les critiques portées à l’encontre du système des instructeurs politiques dans les Cahiers du communisme de décembre. Il insiste sur l’importance pour chaque communiste de militer dans sa cellule, « seule méthode de travail conforme aux principes léninistes d’organisation de notre Parti » et dénonce l’« assouplissement » des statuts et « une politique de facilité » entraînée par le système instauré par Auguste Lecœur qui légaliserait l’existence d’inactifs au sein du Parti.

  • 74 Provence-Nouvelle, 4 au 11 décembre 1953.
  • 75 Provence-Nouvelle, 18 au 25 décembre 1953.

64Des arguments similaires sont repris en décembre 1953, dans les colonnes de Provence-Nouvelle, par Pascal Posado. Le secrétaire fédéral insiste sur l’importance de parvenir à « une meilleure fréquentation des réunions de cellule »74 et se déclare favorable à « des organisations de base, véritable visage d’un parti ouvrier de type nouveau »75.

  • 76 La Marseillaise, 7 mars 1954.
  • 77 La Marseillaise, 9 mars 1954.
  • 78 En avril 1953 déjà, Auguste Lecœur aurait refusé de participer à l’autocritique collective qui avai (...)

65Le 6 mars 1954, au cours du XIIIe congrès, Jacques Duclos accuse Auguste Lecœur d’avoir causé « de graves déviations » dans l’organisation du Parti en s’étant écarté délibérément de la ligne définie par Maurice Thorez lors du congrès de 195076. Il aurait cédé « à la pression de l’ennemi de classe », développé la vision « purement imaginaire » d’un PCF isolé et inefficace qu’il fallait réduire au rôle de force d’appoint de certains partis politiques bourgeois, recouru à une politique « aventuriste » conduisant au recul du travail de masse au profit d’actions menées par de petits groupes « forcément incontrôlés et incontrôlables ». Le lendemain, le Comité central décide de nommer Marcel Servin au poste de secrétaire à l’organisation. Jacques Duclos accentue son travail de sape en accusant Auguste Lecœur de s’être livré à une « violation caractérisée des principes léninistes d’organisation » en mettant en place par sa directive de janvier 1952 le système des instructeurs politiques77. Contrairement à ce qui s’était passé lors de l’affaire Marty-Tillon, la mise en cause d’Auguste Lecœur ne pousse pas le Parti communiste à recourir à une campagne de dénonciation ni à pousser à la publication de motions de condamnation destinées à prouver la justesse des décisions prises. En refusant de procéder à toute autocritique, même partielle, l’ancien secrétaire à l’organisation complique en effet la tâche de ceux qui veulent l’éliminer78. La Marseillaise se contente cette fois de publier les accusations lancées par Jacques Duclos.

66Comme lors de l’affaire Marty/Tillon, le choc représenté par la mise en cause du secrétaire à l’organisation est atténué par un système d’assemblées pyramidales. Gaston Viens informe le 15 mars les responsables fédéraux et les secrétaires de section. D’autres réunions se déroulent ensuite au niveau des bureaux ou comités de sections. Ceux-ci sont chargés de l’élaboration d’un rapport politique destiné à être présenté lors de conférences éducatives qui étudient le Parti et les principes du Front unique durant toute la deuxième quinzaine du mois de mars. Auguste Lecœur y est accusé d’avoir, par opportunisme, tenté de substituer la section d’organisation au Secrétariat et au Bureau politique.

La difficulté de trouver de nouveaux cadres

  • 79 Exposé publié dans les Cahiers du communisme de janvier 1949.
  • 80 Cahiers du communisme, mai 1950, p. 31.
  • 81 Pierre Emmanuelli, « Quelques aspects du travail idéologique dans la Fédération des Bouches-du-Rhôn (...)
  • 82 Arch. dép., dossier 148 W 293, note du 26 novembre 1951.
  • 83 François Billoux, « Sur quelques aspects de la bataille idéologique et du travail d’éducation », Ca (...)

67« Étudier pour agir, agir en étudiant ! » lance en décembre 1948 François Billoux devant les militants de la Seine79. Dans le rapport qu’il prononce à l’occasion du XIIe congrès, Maurice Thorez souligne l’importance de produire les efforts nécessaires « pour éduquer les nouveaux adhérents et pour rééduquer les anciens »80. En juillet 1951, lorsqu’il dresse le bilan du travail idéologique effectué au sein de la fédération, Pierre Emmanuelli insiste lui aussi sur l’importance et l’urgence d’élever cette lutte « à un niveau supérieur » alors que « Marseille et le département des Bouches-du-Rhône avec l’Étang de Berre, notamment, sont des points stratégiques de la plus haute importance dans la préparation à la guerre »81. Le 20 novembre 1951, lors d’un meeting tenu au cinéma Saint-Lazare, Auguste Lecœur accorde un long développement à la priorité accordée à la formation puisqu’il « faut qu’un responsable de notre parti soit capable de tout faire »82. En mai 1954, François Billoux explique qu’« il n’y a pas de véritable bataille idéologique sans une liaison permanente et vivante de l’étude et de l’assimilation de la théorie avec l’action pratique quotidienne »83. La volonté d’élever un niveau idéologique jugé toujours trop faible traduit-elle un échec du système éducatif mis en place à Marseille ? Les difficultés rencontrées pour former de nouveaux cadres ne résultent-elles pas plutôt de la multiplication des tâches exigées des militants ou du découragement engendré par le système du « copinage » ?

  • 84 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 1er mars 1952.
  • 85 Arch. dép., fonds Peyrot, dossier 28 J/166.
  • 86 Autobiographie remplie par la militante (non datée).

68Dans le rapport qu’elle présente au début de l’année 1952, une cellule marseillaise souligne l’écœurement des nouveaux adhérents submergés par la multiplicité des tâches qui leur sont confiées sans qu’il soit tenu compte de leurs capacités politiques réelles84. Elle critique aussi le manque de portée de certaines réunions, le souci de réunir le plus souvent possible les militants aboutissant à des séances trop nombreuses et mal préparées. La difficulté de trouver des cadres actifs et « sûrs » et l’imbrication des divers fronts de lutte conduisent effectivement la fédération des Bouches-du-Rhône à solliciter de plus en plus ses militants expérimentés. La multiplicité des engagements qui résulta de cette très forte concentration est visible à travers l’exemple d’Henri Peyrot. Chargé des responsabilités juridiques au sein de l’ud-CGT, ce responsable communiste est aussi administrateur de la caisse primaire de Sécurité sociale des Bouches-du-Rhône et de la caisse régionale du Sud-Est85. Membre du conseil de surveillance de l’Assistance publique, il siège dans les sous-commissions des finances et dans la commission tripartite de la caisse régionale chargée d’assurer la liaison entre la caisse primaire de la Sécurité sociale et l’Assistance publique. Il figure dans le conseil d’administration de l’école d’assistance sociale de la Blancarde et de la caisse d’allocations familiales des Bouches-du-Rhône. Il est en outre administrateur de la fédération nationale des organismes de Sécurité sociale. Henri Peyrot eut beau écrire à Ludovic Trouin et à Lucien Molino qu’un si grand nombre de tâches militantes nuisait à ses activités professionnelles et contribuait à donner une image négative des communistes et de leur Parti, il fut de nouveau présenté par la CGT lors des élections aux caisses de Sécurité sociale et d’Allocations familiales. Beaucoup d’autres cadres communistes se retrouvent aussi impliqués dans plusieurs mouvements de masse. Membre de la CGT depuis 1944 et du PCF depuis juin 1946, responsable nationale du Mouvement de la paix, Perrine Soos, en plus de son travail d’institutrice, milite aussi en 1950 à France-URSS, au SPF et au SNI tout en siégeant au sein du bureau départemental de l’UFF86. En 1953, Raymond Alpe est simultanément responsable des associations de prisonniers, vice-président des AIL et membre du conseil du CIQ du Canet-Gare. Écrivant le 11 mars 1996 à Alfred Pacini dont le livre Docker à Marseille vient d’être publié, Georges Righetti déclarera « que, pendant trop longtemps, le Parti et la CGT, ont demandé aux militants de Marseille plus qu’il n’aurait fallu même si les causes pour lesquelles ils combattaient étaient justes ».

  • 87 Arch. dép., dossier 148 W 293, note du 23 août 1951.

69Est-ce un effet de la forte pression qui pèse sur les cadres ? Les multiples efforts accomplis pour faire fonctionner un grand nombre d’écoles ne donnent pas les résultats escomptés. En 1948, seules cinq sections de Marseille peuvent offrir une formation à quatre-vingt-six militants, la défection de plus d’un quart des stagiaires restreignant encore ce faible effectif initial. Après un bilan plus positif en 1950, cinquante écoles de section regroupant douze élèves en moyenne sont organisées sur l’ensemble du département87, les cours du soir prévus en novembre 1951 par les sections du Centre, de Saint-Lazare et de la Belle-de-Mai doivent être annulées à cause du manque de volontaires. Plusieurs sections se montrent incapables d’envoyer plus d’un de leurs militants suivre les cours à Roquevaire. La situation se détériore encore plus en 1952. Organisée du 4 au 17 février, la formation prévue à l’intention de volontaires issus de l’ensemble des fédérations de la région ne regroupe que vingt personnes. L’école fédérale du mois de septembre 1952 ne fonctionne qu’avec huit élèves, soit l’effectif le plus faible enregistré depuis la Libération. Le 30 décembre 1953, alors que l’ouverture de l’école fédérale du soir est fixée au 5 janvier suivant, les responsables à l’éducation de cinq sections marseillaises n’ont toujours pas transmis de listes de candidatures.

  • 88 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 12 mars 1952.

70Un autre facteur explique ces fréquents échecs : l’intérêt manifesté par la base pour les études demeure faible. Les rapports remis en mars 1952 à l’issue de plusieurs réunions de cellules ou de sections marseillaises signalent le nombre élevé de militants qui, par leur refus de suivre des cours coïncidant avec leurs congés payés, ont conduit à l’échec total des écoles dans les Bouches-du-Rhône88. L’envoi en formation de militants représentant une charge financière non négligeable, les cellules et les sections hésitent souvent par ailleurs à fournir une liste étoffée de candidatures. Cette réticence amène la fédération à demander à plusieurs reprises aux sections d’accomplir les efforts nécessaires pour couvrir les frais relatifs à l’envoi d’un ou de plusieurs élèves. Au mois d’août 1951, la section Littoral Sud qui s’est engagée à verser cinq cents francs par mois d’ici le début des cours est citée comme l’exemple à suivre. La fédération rappelle aussi à cette occasion qu’une multiplication des fêtes et des bals représente un moyen très efficace pour récolter les fonds nécessaires. Malgré de nouveaux efforts de persuasion, la plupart des sections se montrent incapables en septembre 1952 de réunir les quatre mille francs nécessaires à l’envoi d’un élève à l’école fédérale qui doit être annulée.

71Le peu de succès rencontré par les écoles traditionnelles amène la direction nationale du Parti à lancer l’idée du système des études individuelles. Pour répondre à l’attente de Paris, la fédération des Bouches-du-Rhône envoie en janvier 1952 des directives détaillées à l’attention des sections. Des groupes d’études des Œuvres de Maurice Thorez doivent être créés dans tout Marseille, de préférence sous la direction du secrétaire lui-même qui utilisera le résultat de ces séances de travail pour juger de l’aptitude de tel ou tel élève à suivre ultérieurement les cours de formation d’une école. En application de cette circulaire, la section du premier arrondissement décide d’ouvrir sa bibliothèque deux soirs par semaine. Une autre section élabore un questionnaire préparatoire destiné à déterminer le nombre de ses membres qui ont acheté et lu un des ouvrages de Maurice Thorez.

  • 89 Amilcare Rossi, Crise française, crise mondiale : physiologie du PCF, p. 307.
  • 90 Provence-Nouvelle, 20 au 27 juillet 1951.
  • 91 Rapport déjà cité.
  • 92 Arch. dép., dossier 148 W 293, note du 10 août 1951.
  • 93 Arch. dép., dossier 148 W 293, note du 7 septembre 1951.
  • 94 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 15 février 1952

72Le faible nombre de responsables découle aussi des réticences à appliquer « le critère suprême » qui consiste à « sélectionner les cadres « en marchant »89. Membre du comité fédéral, Émile Clapier regrette en juillet 1951 la persistance d’une certaine appréhension à promouvoir des jeunes et encore plus des femmes « avec qui on est trop souvent plus exigeant que pour les hommes »90. L’autocritique rédigée par une cellule en mars 1952 signale que, malgré les avertissements lancés par le Bureau politique, « la politique des petits copains » se poursuit sous le couvert du mythe de « la montée rationnelle des cadres »91. Cette pratique constituerait « une des raisons majeures » de la stagnation du Parti. Elle conduirait au découragement de nombreux militants pleins de bonne volonté. Associée aux « éliminations récentes de certains responsables », elle susciterait un malaise général, nombreux étant ceux qui souhaitent « que l’on fasse la lumière » sur ces affaires. Les auteurs de l’autocritique se réfèrent-ils aux crises qui ont secoué plusieurs sections ? Le 19 juillet 1951, Georges Pasquini a été limogé de son poste de secrétaire de celle du Centre92. Henri Rey a été remplacé à la tête de la section de Baille par le frère de Léon Mérino, décision qui cause une vive émotion parmi les militants de la base qui voyaient en leur secrétaire un « pilier » du Parti93. Une réaction semblable est suscitée en février 1952 par le limogeage de Mari Crucien, le secrétaire de la section du Vieux-Marseille94.

  • 95 Rapport du 31 octobre 1950. Déjà cité.
  • 96 Arch. dép., dossier 148 W 294, rapport de mars 1952.
  • 97 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 17 juillet 1952.
  • 98 Arch. dép., dossier 148 W 307, rapport du préfet de février 1953.

73Les difficultés rencontrées pour former de nouveaux cadres de valeur se répercutent sur le niveau d’activité au sein du Parti. L’incapacité de beaucoup de cadres à s’exprimer clairement et à rendre les réunions utiles et attractives aboutit à réduire considérablement le degré de militantisme. Deux responsables politiques de l’huilerie Rocca-Tassy-De Roux déplorent ainsi en octobre 1950 que pas une seule réunion de cellule n’ait pu se tenir depuis six mois au sein de l’entreprise95. Ils regrettent en outre que, travaillés par la SFIO, les 1 200 salariés de l’usine se refusent à toute action. Lors de la conférence d’étude fédérale du 29 octobre 1951, seuls 71 des 187 responsables convoqués sont présents. Plus grave encore, la conférence prévue pour le mois de décembre 1951 doit être reportée aux 29 et 30 mars 195296. Selon un rapport de police, l’activité de la fédération ne reposerait plus que sur les épaules d’une douzaine de responsables « à l’idéal bien ancré ». Derrière eux graviteraient environ deux cent cinquante militants intégrés, parfois simultanément, dans les divers satellites contrôlés par le PCF. Le reste des adhérents, estimé à 35 000 personnes pour le département en tenant compte des mouvements de masse, se caractériserait à la fois par son inertie et son insuffisance de formation. Amenés à effectuer le point à la suite de la manifestation du 28 mai 1952, les dirigeants fédéraux déclarent inadmissible de voir des réunions de cellules se dérouler en présence de quatre à cinq personnes seulement, les travaux des comités de section reposer sur sept ou huit responsables97. La situation ne s’améliore pas puisque, à la fin du mois de février 1953, l’état fédéral des remises de cartes n’a toujours pas pu être élaboré98.

Des organisations infiltrées

  • 99 Cahiers du communisme de mai 1950, déjà cité, p. 29.
  • 100 La Marseillaise, 28 février 1953.

74La crainte de l’infiltration policière représente une constante dans le discours communiste de l’époque. Dans son discours de clôture du XIIe congrès, Maurice Thorez souligne que le Parti doit se montrer capable « d’aiguiser » la « ferme » vigilance révolutionnaire de ses membres afin de combattre les « brebis galeuses » infiltrées par l’ennemi99. Auguste Lecœur déclare en février 1953 que « les seuls moyens efficaces pour déceler les agents au service de l’ennemi de classe » sont « la vigilance révolutionnaire, la pratique de la critique et de l’autocritique, le contrôle rigoureux de l’exécution des décisions »100.

75La peur d’être infiltré relève-t-elle d’une réaction irraisonnée ou est-elle justifiée ? L’examen des rapports de police disponibles aux archives départementales des Bouches-du-Rhône permet de répondre en partie à la question de la présence d’indicateurs au sein du comité fédéral.

  • 101 Arch. dép., dossier 148 W 382.
  • 102 Elles seules ont pu être contactées pour participer à cette réunion imprévue.
  • 103 Arch. dép., dossier 148 W 294.

76Le 16 janvier 1950, les Renseignements généraux envoient à leur ministère de tutelle le texte de la note de suggestions adressée par Pierre Doize au Comité central101. Ce document est accompagné des mentions « Source : Informateur. Directe » et « Renseignements habituellement sûrs ». Il a été élaboré à la suite de la réunion du comité fédéral chargée de tirer les enseignements de la manifestation du 10 janvier. La fuite provient-elle d’un des responsables présents lors de la réunion ou est-elle située au niveau de la transmission du courrier ? La discrétion entourant la rédaction des rapports de police ne permet d’apporter aucun élément de réponse à cette question. Trois rapports de l’année 1952 semblent toutefois accréditer la thèse de la présence d’au moins un informateur au sein même du comité fédéral puisque la Sûreté possède, au lendemain même de la réunion du 14 mars des vingt membres de cette instance, le compte rendu détaillé des débats102. Le fonctionnaire qui a établi le rapport mentionne de plus que sa source est un informateur « bien placé » et que la valeur du document transmis est « très bonne ». Preuve supplémentaire de l’importance de la pénétration policière, la teneur exacte des déclarations des principaux responsables présents lors de la réunion du comité fédéral du 16 mai 1952 est reproduite le lendemain dans un autre rapport103. Une note de police datée du 17 septembre 1952 précise même qu’un de ses informateurs a été empêché d’assister à la réunion du comité fédéral élargi du 13 septembre tandis qu’un second ne les a suivis qu’à moitié.

Des relations chaotiques avec le centre

  • 104 Léon Mauvais, Cahiers du communisme, mars 1947, p. 241.

77Bien qu’en mars 1947 Léon Mauvais ait regretté que, « trop souvent encore », la formule « centralisme démocratique » soit mal interprétée par ceux qui « ne retiennent que la première partie de ce principe fondamental et oublient la seconde »104, c’est bien une conception très hiérarchisée des rapports qui prévaut au sein du PCF. Deux importantes fédérations, celles de la Seine et des Bouches-du-Rhône, subirent elles aussi les conséquences de cet état de fait.

78Les espoirs placés dans la fédération de la Seine, dont le contrôle se trouvait facilité de par sa situation géographique, aboutirent à de multiples interventions du centre. Celle qui se déroula en 1950 montre toute l’étendue des interventions que la direction nationale put y exercer. La remise en question de l’équipe dirigeante de la fédération débute avec la publication dans les Cahiers du communisme de mars 1950 d’un article de Pierre Estradère. Ce texte pointe du doigt toutes les faiblesses qui n’ont toujours pas été éradiquées malgré la mise au point effectuée par Maurice Thorez en février 1949. À cette attaque préliminaire succèdent, les 16 et 22 mars 1950 dans l’Humanité, deux lettres d’Auguste Lecœur critiquant « l’affaiblissement de l’efficacité de la lutte pour la paix » et l’immobilisme d’une fédération qui tombe dans l’économisme. Directement mis en cause, André Souquière et Raymond Guyot procèdent à leur autocritique dès le lendemain dans l’Humanité. La réunion exceptionnelle des responsables de la fédération qui découle de ces deux déclarations est supervisée par le secrétariat du PCF au grand complet. Elle aboutit à l’adoption de nouvelles résolutions conformes cette fois aux souhaits de la direction nationale. À la suite de cette remise dans le rang, la fédération de la Seine retrouve son rôle d’avant-garde au sein du Parti. Dès le mois d’août 1950, dans les Cahiers du communisme, André Souquière est chargé de rédiger un article destiné à expliquer le rôle des journaux d’usine et des cellules d’entreprise. Plus éloignée géographiquement de Paris, la fédération des Bouches-du-Rhône ne s’en trouve pas moins sous un contrôle attentif de la direction nationale. Ses responsables doivent, à l’image d’André Souquière, subir les critiques d’un cadre « descendu » de Paris pour la circonstance. François Billoux ne se prive pas non plus, s’il le juge nécessaire, de tancer sévèrement les dirigeants fédéraux lors de certaines réunions internes.

  • 105 Déclaration de Georges Righetti effectuée le 17 avril 1999.
  • 106 Provence-Nouvelle, 13 novembre 1949. Le secrétaire fédéral précise qu’« il faut agir vite » car lai (...)

79Les échecs subis lors des élections cantonales du mois de mars et à l’occasion de la journée du 24 août, les difficultés rencontrées par l’union départementale CGT pour lancer le combat de masse en faveur de la paix conduisent la direction nationale du Parti à dépêcher Benoît Frachon à Marseille au début du mois d’octobre 1949. Ainsi que l’annonce La Marseillaise du 5 octobre, le responsable national vient pour vérifier, « de la base au sommet », les méthodes de travail et perfectionner les directions des organisations syndicales. Dès son intervention du 8 octobre, le secrétaire confédéral reproche aux responsables marseillais de n’avoir pas su s’adapter aux nouvelles conditions de lutte, incapacité qui conduit selon lui à la stagnation des effectifs de l’union départementale. La prise en compte des critiques exprimées caractérise la totalité des discours prononcés dès le lendemain par l’ensemble des cadres syndicaux. « Dans toutes les interventions éclate le souci de rechercher les moyens de renforcer l’organisation syndicale » commente le 10 octobre La Marseillaise. Ultime autocritique ou explication apportée à des militants désorientés par les bouleversements consécutifs à la venue de Benoît Frachon ? Lucien Molino intitule « Corriger nos défauts, développer notre esprit de responsabilité telles sont les décisions de notre comité général » l’article qu’il livre à l’édition du 6 novembre de Provence-Nouvelle. Le secrétaire général de l’union départementale reconnaît la tendance des dirigeants à rejeter leurs forces et leurs faiblesses sur les travailleurs. Il confesse l’emploi de méthodes de travail inadaptées avec en particulier un secrétariat « trop lourd, voulant tout faire par lui-même », étouffant de ce fait les initiatives et faussant le travail collectif. Exerçant à cette époque des responsabilités au sein de l’ud-CGT et du comité fédéral, Georges Righetti affirme que Benoît Frachon vint pour réorienter une fédération accusée par Maurice Thorez de « crever » de sectarisme105. Une semaine après Lucien Molino, Pierre Doize se livre à son tour à une autocritique publique, promettant en particulier de mieux s’inspirer à l’avenir des enseignements du camarade Staline106.

  • 107 Arch. dép., 148 W 423 et 305, rapports des 14 octobre et 20 novembre 1950.
  • 108 Arch. dép., dossier 148 W 294, rapport des RG de mars 1952.
  • 109 Arch. dép., dossier 148 W 294, autre rapport des RG de mars 1952.

80Orchestrées sur place par François Billoux, de nouvelles critiques s’abattent sur les dirigeants fédéraux à l’automne 1950. Ils se voient reprocher d’avoir poursuivi la grève des dockers malgré la signature d’un accord national, d’être partis en vacances alors qu’ils savaient que les ADN allaient fermer, de ne pas conduire avec assez de vigilance la lutte contre les agents de Tito et de « n’avoir pas été à la pointe du combat et de s’être abstenus de descendre eux-mêmes dans la rue » au moment du départ du bataillon de Corée ou du procès des « dix de la Bocca »107. Jacques Duclos laisse même planer la menace d’une destitution de Pierre Doize. Cette perspective semble de nouveau d’actualité lorsque, le 20 décembre 1951, les secrétaires fédéraux de la région subissent les véhéments reproches qui leur sont adressés par Étienne Fajon108. Pierre Doize est critiqué pour la diminution des effectifs de sa fédération, l’absence de contacts directs entre les dirigeants et les masses et le sectarisme qui empêche l’implantation dans les classes bourgeoises. L’appui apporté par François Billoux et le soutien des militants auprès desquels il demeure populaire lui permettent de surmonter cette nouvelle crise109.

  • 110 Arch. féd. Lettre du 2 mars 1949.
  • 111 Arch. cent.

81Les rapports avec le Centre ne se limitent pas à une stricte application des directives émanant de Paris. Bien que, en mars 1949, Léon Mauvais ait expliqué à Pierre Doize que la nomination de Valentin Zapata à la direction du SPF, « mesure prise de manière arbitraire », désorganisera le mouvement110, le nouveau promu conserve son poste jusqu’au mois de mai 1950. De même, malgré l’opposition à la candidature de Lucia Tichadou formulée le 4 avril 1953 par le Secrétariat, François Billoux ne parvient pas à éviter que cette dernière figure sur la liste présentée lors des municipales111.

Le groupe dirigeant

82L’étude des différentes facettes des appareils de direction mis en place par le PCF est rendue possible par la multiplicité des sources disponibles mais contrariée du fait de l’aspect parfois fragmentaire de ces dernières. Les archives de la place du colonel Fabien ne possèdent pas par exemple les listes des responsables élus dans les Bouches-du-Rhône avant l’année 1952. La mise en relation de la situation qui prévalut durant les années froides avec celle des années antérieures s’avère d’autant plus difficile que l’édition des 15 et 16 juin 1947 de Rouge-Midi n’indique que la composition du secrétariat fédéral sortant tandis que celle du lendemain se contente de mentionner les noms des nouveaux membres du secrétariat et du bureau mais ne dit rien sur la composition du comité. Celle-ci peut toutefois être partiellement reconstituée en s’appuyant sur l’édition du 2 mars 1948 de Rouge-Midi. Le quotidien indique en effet ce jour-là quels sont les membres renouvelés ou promus au comité fédéral et fournit en outre les compositions du bureau et du secrétariat. La Marseillaise publie le 14 mars 1950 une liste unique regroupant ceux qui ont été élus la veille au sein de ces deux instances. Moyen précieux pour reconstituer les éléments manquants de la période, la presse communiste ne fournit toutefois jamais les dates de naissance et de l’adhésion au Parti des cadres cités. Les fiches biographiques des responsables qui ne figurent plus au sein des équipes dirigeantes entre 1952 et 1954 ne peuvent en conséquence dépasser le stade de l’ébauche. De la confrontation de ces différentes sources ont émergé les noms d’une centaine de responsables communistes membres de l’une des trois instances fédérales, responsables d’une section, élus, détachés dans un mouvement de masse ou exerçant le métier de journaliste.

La fluctuation des effectifs de la direction fédérale

83Afin de mieux mettre en évidence les éventuelles caractéristiques propres à la direction fédérale durant la période étudiée, l’analyse des différentes instances qui la composent a été effectuée, lorsque cela s’est avéré possible, pour les années comprises entre 1947 et 1956. La comparaison avec les équipes élues en 1947 et en 1948 a permis de vérifier si la rupture politique à laquelle procéda le Parti à la suite de la naissance du Kominform se répercuta au niveau du département et s’il est donc possible de parler de l’existence d’un modèle d’organisation correspondant aux années froides, une telle hypothèse supposant que les éléments mis en évidence dans les équipes constituées entre 1952 et 1954 diffèrent profondément de ceux observés en 1948 ou en 1956. L’extension du champ de recherche aux fédérations de la Seine en 1952 et 1953 et du Nord et du Pas-de-Calais en 1953 et 1954 a permis de vérifier si les tendances relevées dans les Bouches-du-Rhône correspondent à un phénomène local ou si elles s’intègrent dans la norme communiste de cette époque.

84Prise dans son ensemble, la direction fédérale compte 52 membres en 1947, 60 en 1948, 59 en 1952, 54 et 55 pour les deux années suivantes. Elle perd 16,6 % de ses effectifs entre 1952 et 1954. Une tendance à la hausse se manifeste par la suite avec 58 membres en 1956. Une évolution similaire se produit au sein des autres grandes fédérations. L’équipe dirigeante de la Seine se compose de 60 personnes en 1952, de 56 l’année suivante. Pour le Nord et le Pas-de-Calais, les effectifs passent de 66 et 57 en 1953 à 55 et 53 en 1954. Comme dans les Bouches-du-Rhône, une tendance à la hausse se produit en 1956 dans ces deux départements avec respectivement 57 et 58 membres. Les résultats enregistrés à l’issue de cette première approche se retrouvent-ils au niveau de chacune des trois instances constitutives de toute direction fédérale ?

85Dans les Bouches-du-Rhône, entre 1952 et 1954, le secrétariat reste limité à quatre membres et il faut attendre 1956 pour constater la présence d’un cinquième titulaire. Le bureau fédéral connaît par contre une nette tendance à l’accroissement de ses effectifs. De sept titulaires en 1947, il passe à neuf en 1948, dix en 1952, douze entre 1953 et 1956. De 41 membres en 1947, le comité passe à 46 l’année suivante. Une baisse des effectifs se dessine à partir de 1952. Le comité qui se compose encore cette année-là de 46 personnes tombe à 40 titulaires en 1953 puis 34 au cours des années 1954 et 1956. Des situations variables sont enregistrées dans les autres fédérations étudiées. Celle de la Seine en 1952 et 1953 fonctionne avec cinq secrétaires à sa tête. Le Pas-de-Calais étoffe son secrétariat qui passe de quatre à cinq titulaires au cours de ces deux mêmes années. Le Nord le réduit au contraire de cinq à quatre membres. En revanche, la tendance à l’accroissement constatée dans les Bouches-du-Rhône ne se retrouve pas au niveau des bureaux et des comités des autres fédérations. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, avec respectivement onze et huit membres en 1953 et 1954, la première de ces instances se caractérise par sa stabilité. Pour ces deux années, le nombre des titulaires siégeant au sein du comité fédéral tombe de 45 à 41 dans le Nord. Il ne varie que de 41 à 40 titulaires dans le Pas-de-Calais. Au niveau du département de la Seine, le bureau passe de treize personnes en 1952 à neuf en 1953. De 48 membres, le comité de cette fédération se restreint à 38.

  • 112 Maurice Garenq s’est syndiqué à la CGT et a adhéré aux JC en 1936. Il a rejoint les rangs du PCF en (...)
  • 113 Né le 27 février 1922, Louis Perrimond a rejoint le PCF à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce (...)
  • 114 Membre du bureau de l’UJRF de La Ciotat en 1946, Joseph Pintus est élu au comité fédéral le 30 mars (...)

86Quelle place les cadres marseillais occupent-ils au sein des trois instances fédérales ? Ils représentent tout d’abord la totalité des secrétaires fédéraux en fonction en 1947 et 1948. Georges Lazzarino et Gaston Viens qui occupent cette fonction entre 1952 à 1954 ont par contre débuté leur vie militante respectivement à Port-de-Bouc et à Saint-Rémy, localités dans lesquelles ils conservent de solides attaches. Tous les membres du bureau en 1952, à l’exception de Maurice Garenq chargé de superviser le secteur d’Arles112, exercent des responsabilités à Marseille même. En 1953, ce dernier se retrouve aux côtés de Louis Perrimond113 et de Joseph Pintus114, deux anciens cadres de la section de La Ciotat mutés respectivement à la tête de la région d’Aix-en-Provence et du bassin minier. Neuf des quarante-six membres du comité élus en 1952, dix sur quarante-trois l’année suivante puis dix sur trente-quatre en 1954 sont par contre issus d’autres localités du département. De 1952 à 1954, leur poids passe ainsi de 19,5 % à 29,4 % du total des effectifs avant de retomber à 20,5 % en 1956.

Stabilité ou évolution de la direction fédérale ?

  • 115 Claude Pennetier, Bernard Pudal, La politique d’encadrement : l’exemple français, Le siècle des com (...)

87La présence immuable à la tête du Parti communiste, depuis les années trente jusqu’aux années soixante, d’un groupe restreint de dirigeants regroupés autour de Maurice Thorez signifie-t-elle que la période de la Guerre froide s’inscrit sans spécificité particulière dans une phase particulièrement longue de l’histoire de cette formation politique ? Le rôle central exercé entre autre pardes hommes comme Jacques Duclos, Benoît Frachon, Étienne Fajon ou François Billoux doit-il conduire à penser que le PCF fut durant les années cinquante placé sous la houlette de cadres formés à l’époque du Komintern ? Le nouveau Comité central élu à la suite du XIIe congrès est marqué par le remplacement de vingt-six responsables, pour la plupart « marqués par l’esprit FTP et par le militantisme héroïque de la Résistance », par « des cadres ouvriers » qui, moins influencés par cette période ou ayant adhéré après la Libération, s’adaptent d’autant plus facilement aux nouvelles luttes qu’entend conduire la direction nationale du PCF qu’ils ne disposent « d’autres ressources que celles que le Parti leur donne »115. Selon Claude Pennetier et Bernard Pudal, les instances dirigeantes des fédérations seraient essentiellement composées par ce type de cadres. Une telle analyse est-elle valable au niveau des Bouches-du-Rhône ?

  • 116 Rouge-Midi, 15/16 juin et 17 juin 1947.
  • 117 Rouge-Midi, 2 mars 1948.

88De 1944 à 1947, Denis Bizot, Pierre Emmanuelli, Jean-Maurice Claverie et Ludovic Trouin siègent au secrétariat fédéral116. À l’issue de la conférence fédérale qui se déroule du 28 février au 1er mars 1948, Denis Bizot est le seul membre de l’ancienne équipe qui conserve son poste117. Trois nouveaux venus, Pierre Doize, Marius Colombini et Josette Reibaut, se trouvent maintenant à ses côtés. Le premier intègre pour la première fois la direction fédérale, les deux autres sont issus du bureau de l’année précédente. Le renouvellement du secrétariat en 1948 annonce-t-il une période de stabilité pour l’état-major communiste dans les Bouches-du-Rhône ? Rendant compte dans son édition du 19 juin 1949 de la fête de la paix de la veille au parc Chanot, La Marseillaise accole la mention « secrétaire fédéral » aux noms de Pierre Doize, Lucien Molino, Josette Reibaut et Denis Bizot.

  • 118 Le compte rendu de séance précise qu’il convient de voir François Billoux pour régler cette questio (...)
  • 119 Né le 22 mars 1921 en Italie, Charles Barontini, ancien résistant qui a été déporté à Dachau, est s (...)
  • 120 La Marseillaise, 27 mai, 2 octobre 1951. Provence-Nouvelle, 29 juin/6 juillet 1951.

89La réélection du premier d’entre eux est indiquée dans La Marseillaise du 13 mars 1950. La présence de Denis Bizot est confirmée par la décision de le maintenir à ce poste adoptée le 7 mars 1950 par le Secrétariat du PCF qui estime par contre qu’il convient de mettre Josette Reibaut « seulement » au bureau fédéral118.La Marseillaise du 13 mars mentionne pourtant Josette Reibaut parmi les secrétaires aux côtés de Marius Colombini et de Paul Courtieu. Le quotidien indique par ailleurs, sans préciser s’il s’agit du bureau ou du secrétariat, les élections de Lucien Molino, Pierre Emmanuelli, Jean Cristofol, Pascal Posado, Yvonne Estachy, Charles Barontini119 et Gaston Viens. Pierre Emmanuelli et Paul Courtieu siègent dans le secrétariat mis en place en 1951120. Le titre de secrétaire de Georges Lazzarino et de Josette Reibaut est respectivement mentionné dans les éditions du 29 juin au 6 juillet et du 24 au 31 août 1951 de Provence-Nouvelle. Établie avec certitude grâce aux listes envoyées à Paris à la suite de chacune des conférences fédérales, la composition du secrétariat entre 1952 et 1954 démontre une nette tendance à la stabilité avec les maintiens de Pierre Doize, Georges Lazzarino et Gaston Viens, Pascal Posado remplaçant quant à lui Josette Reibaut décédée. Une situation similaire est perceptible au sein de la fédération du Pas-de-Calais avec la réélection en 1954 de quatre descinq titulaires désignés l’année précédente et l’arrivée de Gaston Coquel. À l’opposé, seuls Gustave Ansart et Léon Legrand conservent en 1954 leur place de secrétaire de la fédération du Nord acquise l’année précédente. Louis Lambin, Roland Lahaxe et Pierre Cucheval, les autres titulaires, étant éliminés au profit de deux nouveaux venus, Jean Coupin et Hector Viron. La fédération de la Seine connaît aussi un renouvellement majeur entre 1952 et 1953. Seuls Raymond Guyot et André Souquière sont réélus secrétaires. Ils sont maintenant épaulés par trois promus, André Voguet, Yves Cholières et Jean Pedenon. En 1952, les deux premiers siégeaient respectivement au bureau et au comité. Bien que membre du Parti seulement depuis 1945 et simple secrétaire de section, le troisième intègre pour la première fois l’équipe dirigeante de la fédération en accédant directement au secrétariat.

90Des bouleversements assez importants se produisent aussi au sein du bureau fédéral ainsi que le montre le tableau ci-dessous.

Bureau fédéral en 1947, 1948, 1952, 1953 et 1954

Bureau fédéral en 1947, 1948, 1952, 1953 et 1954

Sources : Arch. cent., listes établies pour la SMC en 1952, 1953 et 1954. Rouge-Midi, 15 et 16 juin 1947, 2 mars 1948.

  • 121 Né le 30 octobre 1902, Ludovic Trouin est un technicien de la métallurgie qui a rejoint la CGT en 1 (...)
  • 122 Dans l’édition du 3 octobre 1949 de La Marseillaise, René Lallemand est cité en tant que secrétaire (...)

91Seuls quatre des sept membres élus en 1947 se retrouvent au même poste l’année suivante, Josette Reibaut et Marius Colombini ayant été promus au secrétariat tandis que François Billoux ne figure plus qu’au comité. Paul Courtieu, Yvonne Estachy, Ludovic Trouin121 et René Lallemand122 effectuent par contre leur entrée au bureau. Le début des années froides est lui aussi marqué par d’importants bouleversements au sein de cette instance puisque quatre seulement de ceux qui y siégeaient en 1948 se trouvent toujours en place en 1952. Le bureau connaît par la suite une période de stabilité puisque huit des membres élus cette année-là sont toujours présents en 1954, deux autres, Pascal Posado et Jean Garcia, ayant bénéficié d’une promotion.

Composition du comité fédéral entre 1952 et 1954

Composition du comité fédéral entre 1952 et 1954

Sources : Arch. cent., listes établies par la fédération des Bouches-du-Rhône, autobiographies remplies pour la SMC ou lors d’une demande de carte de vétéran. Arch. dép., notices établies par les services de police. Biographies établies lors du décès de certains de ces cadres.

92Un séisme semble avoir au contraire balayé le bureau de la fédération de la Seine dont onze des membres élus en 1952 ne sont pas reconduits l’année suivante. Le chngement est d’autant plus net que disparaissent des cadres en vue tels que Léon Mauvais, Eugène Henaff, Roger Lunet, Paul Laurent ou Annie Besse. Ces deux derniers rétrogradent au comité fédéral. Les autres ne figurent plus dans aucune des instances dirigeantes. La fédération du Pas-de-Calais ne connaît pas un choc similaire puisque quatre des huit élus de 1953 sont toujours membres du bureau fédéral l’année suivante. Deux autres ne figurent plus qu’au comité. La stabilité est encore plus nette dans le Nord où les huit mêmes cadres sont réélus en 1953 et 1954.

93Dans les Bouches-du-Rhône, le choc des événements de l’année 1947 se répercute aussi au niveau du comité. Dix-sept des quarante et un membres élus en 1947, soit 41,4 % des effectifs, ne sont pas retenus l’année suivante tandis que sont promus vingt-deux nouveaux qui représentent 47,8 % du total des effectifs. D’autres bouleversements se produisent par la suite. En 1952, douze des vingt-deux entrants de l’année 1948 ont disparu des instances fédérales, cinq ont été promus, cinq siègent encore au sein du comité fédéral. Ainsi que le montre le tableau de la page précédente, entre 1952 et 1954, un noyau de quinze cadres assure par la suite une certaine permanence au sein de cette instance. Cette tendance est de nouveau confirmée en 1956 lorsque vingt-six des trente-quatre membres désignés deux ans plus tôt retrouvent leur poste. Une impression similaire de stabilité se dégage lorsque l’on examine la situation dans le Nord et le Pas-de-Calais. Trente-deux des quarante-cinq titulaires de 1953 sont réélus l’année suivante dans le premier de ces départements, vingt-neuf sur quarante et un dans le second. Là encore, l’évolution de la fédération de la Seine renvoie une image inversée avec seulement dix des quarante-huit membres du comité en 1952 qui sont reconduits l’année suivante. Un onzième, Henri Krasucki est nommé au bureau. Tous les autres cèdent la place à de nouveaux venus, les promotions les plus remarquables étant celles de Jeannette Vermeersch et de Georges Marchais.

Une stabilité similaire au sein des mouvements de masse

94À quel type de cadre le Parti confie-t-il la direction d’un mouvement de masse ? Répertoriés dans le tableau de la page 15, vingt-sept de ces responsables en poste entre 1949 et 1954 ont siégé, siègent ou seront appelés à siéger au sein de la direction de la fédération communiste des Bouches-du-Rhône.

  • 123 Né le 9 mars 1912, Joseph Giribone adhère au PCF en 1936 peu avant de rejoindre les Brigades Intern (...)
  • 124 Né le 19 janvier 1908, Maurice Milhau participe à la Résistance avant de rejoindre les rangs du PCF (...)
  • 125 Edmond Toucas est né le 8 juin 1925. Il adhère au PCF en 1944, suit les cours de l’école nationale (...)

95Conséquence logique de la rupture avec FO, le mandat de sept des dix-sept responsables de l’ud-CGT élus l’année précédente n’est pas renouvelé à lors du congrès des 11 et 12 juin 1949. Les nouvelles instances dirigeantes sont à leur tour remises en question dès le mois d’octobre suivant à l’issue de la venue à Marseille de Benoît Frachon. La composition du nouveau bureau, réduit à quinze membres parmi lesquels cinq seulement sont des permanents, demeure pratiquement inchangée pendant toutes les années froides qui suivront. Elle s’organise autour de Line Ceccaldi, Pierre Gabrielli, Joseph Giribone123, Maurice Milhau124 Maurice Alby, Alix André et Georges Serano. Deux secrétaires généraux seulement, Lucien Molino et Marius Colombini, se succèdent à la tête de l’ud-CGT entre 1944 et 1954, le second ne passant à son tour le relais à Henri Sarrian qu’en 1970. L’équipe de direction de l’ud-CGT se renforce toutefois avec l’arrivée d’Edmond Toucas, André Stolla, Henri Marx, Roger Moretti et Charles Salducci125.

  • 126 Autobiographie rédigée en 1953.
  • 127 Autobiographie écrite en 1950. Arch. dép., dossier 128 W 302, télégramme du 27 avril 1951 et rappor (...)
  • 128 Déclarations effectuées lors de l’entretien du 29 novembre 1996. Notice d’Antoine Olivesi, Dictionn (...)

96Une grande stabilité est aussi perceptible dans les directions de la plupart des sections syndicales. Sept responsables seulement assurent la direction du syndicat CGT des dockers entre 1949 et 1954. Né le 1er septembre 1905 à Trieste, Fortuné Sirca travaille sur le port de Marseille quand il adhère au PCF en 1934126. En 1937 et 1938, il est blessé en Espagne alors qu’il est responsable politique d’une compagnie des Brigades internationales. Durant l’Occupation, il contribue à organiser le Parti communiste clandestin. Arrêté en avril 1942puis le 18 mai 1944, Fortuné Sirca est déporté à Dachau. À la Libération, il devient l’un des dirigeants du syndicat CGT des ports et docks et de la section communiste Port et Marine. Modeste Minana est né le 18 décembre 1909 à Martigues. Membre des Jeunesses communistes et de la CGTU depuis 1925, il adhère au PCF en 1935127. L’année suivante, il participe à la guerre d’Espagne. Agent de liaison en Lozère durant l’Occupation, Modeste Minana devient par la suite un des responsables du syndicat CGT des ports et docks. Le 22 mars 1950, il est élu secrétaire général du nouveau comité central de grève constitué à la suite des arrestations de Victor Gagnaire et de Marcel Andréani. Né à Manosque le 21 septembre 1910, Albert Brachet travaille comme pointeur sur le port de Marseille avant 1939 lorsqu’il rejoint les rangs de la CGT et du PCF128. Après avoir participé activement à la libération des Basses-Alpes, il devient secrétaire administratif du syndicat CGT des dockers de Marseille. Ses origines qualifiées de « bourgeoises » et sa réputation « d’intellectuel » le font écarter du poste de responsable du nouveau comité central de grève qui est élu le 22 mars 1950.

  • 129 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 21 février 1952.

97Autour d’Alexandre Crottier-Combes, secrétaire général du syndicat des métaux, gravite un noyau de cadres particulièrement stable composé d’Henri Marx, Félix Polge et Joseph Oms. Né le 4 septembre 1912, Alexandre Crottier-Combes est un métallurgiste qui a rejoint les rangs du PCF en 1936129. Après la guerre, il devient secrétaire du syndicat des métaux et membre du bureau de l’ud-CGT. Secrétaire du syndicat du bâtiment durant toutes les années froides, Laerte Bianchi anime les grèves de mars 1950, est incarcéré à la prison des Baumettes le 4 juin 1952, participe aux mouvements d’août 1953. Pierre Isoard demeure jusqu’en 1961 le secrétaire général du syndicat des traminots.

  • 130 Né le 10 juin 1910 à Paris, Fernand Bertrand adhère à la CGTU en 1933 puis au PCF trois ans plus ta (...)
  • 131 Né le 27 avril 1920 à Marseille, René Dray adhère aux JC en 1935. Considéré comme trotskiste, il es (...)
  • 132 Né le 21 septembre 1925 à Marseille, Victor Regniaud rejoint les JC et la CGT en 1944, adhère au PC (...)
  • 133 Arch. dép., dossier 148 W 290, note du 23 février 1950.

98Une situation similaire se rencontre au sein de la plupart des autres mouvements de masse. La direction de l’UFF est confiée à une équipe restreinte composée de Mireille Dumont, Simone Eynard et Yvonne Estachy qui épaulent les nouvelles responsables : Jacqueline Faïta, Jeannette Agostinelli puis Georgette Bonnet. À la suite du départ pour Paris de Louis Tremellat et de Léo Lorenzi, quatre responsables seulement, Jean Garcia, Blaise Blasquez puis Francis Vovau et Marcel Tassy, jouent un rôle important au sein de l’UJRF tout en progressant au sein de la hiérarchie du Parti. L’équipe réduite qui dirige l’UJFF présente elle aussi une grande stabilité. Mireille Vovau, Antoinette et Éliane Prève, Rosette Meyer et Renée Susini la composent. Le poste de secrétaire à l’organisation de France-URSS n’est occupé successivement que par Léon Sultan et Charles Chapuis. Charles Leca est le seul responsable des Vaillants et Vaillantes. Directeur de la colonie sanitaire du syndicat CGT des transports marseillais à La Condamine, il siège en 1953 au bureau national des Vaillants et des Vaillantes. Entre 1949 et 1954, la stabilité de la direction du comité de Provence de la FSGT est remarquable. René Napoléoni en demeure le président, Fernand Bertrand le secrétaire général130, René Dray131 et Victor Regniaud132 les secrétaires. La FNDIRP est dirigée par Robert Bourrel entre 1952 et 1962. Maurice Vailhen et Robert Montrognon, tous deux instituteurs, occupent respectivement les postes de secrétaire général et de trésorier de l’UNI depuis 1944133.

99La présence d’une équipe dirigeante stable est aussi perceptible au niveau du Mouvement de la paix. Autour du secrétaire départemental se retrouvent durant toutes ces années froides des responsables communistes tels l’avocat Christian Grisoli, Perrine Soos, les docteurs René Gauthier et Samuel Clerc, Jean Olivi qui exerce aussi des responsabilités au sein des mouvements d’anciens combattants. Ancien prisonnier de guerre, Gaston Dijon est un communiste de longue date puisque ses vingt-cinq ans de parti sont fêtés le 13 janvier 1952 par la cellule Danielle Casanova au Charly bar situé dans la rue de Suez. Membre du comité directeur du Front national en 1944, militante communiste, Renée Rougeot rejoint les combattants de la liberté et de la paix en avril 1949 et accède l’année suivante au comité départemental de ce mouvement. Militant chrétien à l’origine, Charles Salducci exerce deux ans durant des responsabilités au sein de la direction départementale du Mouvement de la paix avant d’adhérer au PCF en 1954 (voir note 125, page 57). Trois secrétaires généraux se succèdent par contre à la tête du SPF entre 1949 et 1954. Le premier, Jean Olivi exerce cette fonction du mois d’août 1946 jusqu’au 9 janvier 1949. Valentin Zapata, un cheminot qui a rejoint le PCF en 1947, lui succède jusqu’au congrès de mai 1950. La direction du mouvement connaît une période de stabilité à la suite de la nomination de Victor Porte.

Les traits majeurs du groupe des cadres

100Les analyses des répartitions en fonction du sexe, de l’âge, de la date d’adhésion, des métiers exercés antérieurement au statut de permanent, celles de la présence de familles de militants ou de la diversité de leurs origines géographiques permettent de dégager les caractéristiques propres à la direction de la fédération des Bouches-du-Rhône.

La prédominance des hommes adultes

  • 134 Philippe Robrieux, op. cit., p. 211.
  • 135 Jean-Pierre Bernard, Paris rouge. 1944-1964. Les communistes français dans la capitale, Champ Vallo (...)

101Bien que le PCF soit une des rares formations politiques de l’époque à intégrer les femmes à la vie politique, ces dernières ne représentent que 20,2 % de ses effectifs en 1954. Derrière cette donnée nationale se dissimulent des réalités locales bien différentes. La part des femmes s’élève cette année-là à 11,3 % des effectifs de la fédération du Nord, de 13,1 % de celle des Bouches-du-Rhône et, « signe d’une plus grande maturité politique de la Région parisienne et de ses communistes »134, 19 % dans la Seine. Ces militantes accèdent-elles à des postes de responsabilité ou restent-elles « cantonnées dans la lourde gestion du quotidien et du matériel »135 ?

102Dans les Bouches-du-Rhône, l’examen des trois instances fédérales met en évidence la place limitée qui leur est octroyée. Le secrétariat reste presque exclusivement masculin, Josette Reibaut étant la seule à y accéder entre 1944 et 1960. Une seule femme siège au sein des bureaux fédéraux élus en 1947 et 1948, deux en 1949, une seule de nouveau en 1952. La promotion l’année suivante de Paulette Garcia s’inscrit dans le cadre du passage des effectifs à douze membres. En 1960 au contraire, Jacqueline Faïta se retrouve seule au milieu de treize camarades masculins. La place des femmes tend aussi à se restreindre au sein du comité fédéral. Elles représentent 25,5 % du total des effectifs en 1948, 24 % en 1952, 17,7 % seulement en 1954 puis 22,8 % en 1960. Le rôle qu’elles jouent à la tête des directions des différents mouvements de masse, UFF, UJFF et UJRF exceptées, demeure faible lui aussi. Aucune d’entre elle ne siège au sein de la direction de l’ud-CGT en 1945. En 1946 et 1947, Paulette Carrèse, secrétaire du syndicat des textiles, se voit attribuer une des huit places du bureau. Aux côtés de Suzanne Nabaudet, cette dernière siège au milieu de quinze hommes en 1948. Du congrès des 11 et 12 juin 1949 à celui des 31 janvier et 1er février 1953, Line Ceccaldi reste l’unique femme au sein du secrétariat de l’ud-CGT. Ne pouvant continuer à exercer cette responsabilité du fait de ses obligations familiales, elle est remplacée par Alix André à l’issue du congrès des 27 et 28 février 1954.

103Les promotions sont rares dans les autres fédérations. Seules Madeleine Vincent dans le département de la Seine en 1952 et Jeannette Prin dans le Pas-de-Calais en 1953 et 1954 accèdent au secrétariat. Dans la Seine, les femmes ne représentent que trois des treize membres du bureau en 1952. L’année suivante, Lucienne Mazelin se retrouve seule au sein de cette instance au milieu de huit hommes. Dans le Nord, seule Malvina Moura siège au sein des bureaux constitués en 1953 et 1954. Durant ces deux années, ceux de la fédération du Pas-de-Calais sont entièrement masculins. Comme dans les Bouches-du-Rhône, les femmes se retrouvent un peu plus nombreuses au sein des comités fédéraux. Dans la Seine, leur part passe de 29,1 %, en 1952 à 31,5 % en 1953. Dans le Nord, elles représentent 22,2 % du comité en 1953, 20,5 % l’année suivante, 7,6 % seulement en 1956. Pour ces trois années, leur place au sein du comité du Pas-de-Calais passe de 22,2 % à 27,5 % puis à 18,6 % des effectifs.

104Le discours théorique tenu par le Parti communiste sur l’importance de promouvoir les jeunes issus des luttes se concrétisa-t-il ? Reporté sur le tableau ci-après, l’âge moyen des dirigeants fédéraux ou de l’ud-CGT permet d’apporter des éléments de réponse à cette interrogation.

Moyennes d’âge des responsables communistes

Moyennes d’âge des responsables communistes

1 René Lallemand n’a pas été pris en compte pour ce calcul, sa date de naissance n’ayant pu être déterminée.
2 Les données existantes sont trop partielles pour conduire à des résultats significatifs.
3 Bureau désigné lors du congrès des 11 et 12 juin 1949. L’âge moyen à la suite de la réorganisation consécutive à la venue de Benoît Frachon passe à 31 ans et 9 mois.

Sources : Listes internes établies à la demande de la SMC (Arch. cent.), autobiographies remplies à la demande de la SMC ou lors d’une demande de carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép.) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé. Les années indiquées correspondent aux dates des conférences fédérales.

105Perceptible durant toutes les années froides, la tendance au vieillissement de la direction fédérale s’inscrit de fait dans une durée plus longue puisque l’âge moyen de l’ensemble secrétariat et bureau s’élève de trente-cinq ans et dix mois en 1947 à quarante ans et six mois en 1956. L’union départementale CGT connaît une évolution semblable atténuée par la promotion de quelques cadres plus jeunes. Il aurait été intéressant de confronter ces résultats avec les moyennes d’âge des responsables de sections ou des autres mouvements de masse. L’insuffisance des précisions disponibles n’a permis d’établir, à titre indicatif, que deux moyennes d’âge pour 1949. Cette année-là, les quarante et un militants qui exercent ou ne tarderont pas à se trouver à la tête d’une section présentent un âge moyen de vingt-six ans et sept mois. Sur l’ensemble des quarante-deux cadres placés à la tête d’un mouvement de masse, la moyenne s’établit à trente-trois ans et trois mois. Elle grimpe à trente-cinq ans et neuf mois si l’on exclut de ce calcul ceux qui sont affectés à l’UJRF ou à l’UJFF. Ces huit derniers sont en moyenne âgés de vingt-deux ans et sept mois. Les tendances dégagées grâce à cette première approche sont-elles propres à la fédération des Bouches-du-Rhône ? Les deux tableaux de la page suivante permettent une mise en relation de la situation observée au niveau du secrétariat et du bureau des fédérations des quatre départements étudiés.

Moyennes d’âge des membres des secrétariats et des bureaux

Moyennes d’âge des membres des secrétariats et des bureaux

Moyennes d’âge des membres des comités

Moyennes d’âge des membres des comités

1 : Ce calcul n’a pu être effectué pour les années précédentes, la composition exacte des comités élus n’ayant pu être déterminée.

Sources : Listes établies à la demande de la SMC par les fédérations étudiées (Arch. cent.), autobiographies remplies à la demande de la SMC ou écrites lors d’une demande de carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép.) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé. Les années indiquées correspondent aux dates des conférences fédérales.

106Bien que les renseignements disponibles n’aient pas permis une approche sur une durée plus longue, la confrontation des moyennes d’âge enregistrées permet de constater tout d’abord que la tendance au vieillissement est régulière au sein de l’ensemble secrétariat/bureau à l’exception de la pause marquée en 1954 par la fédération du Pas-de-Calais. Le deuxième point important est l’existence d’un vieillissement de l’état-major plus prononcé dans les Bouches-du-Rhône, situation qui perdure alors que se produisent les bouleversements de 1956. La lecture du second tableau révèle l’existence d’une tendance similaire au sein des comités fédéraux. L’élévation de l’âge moyen dans les Bouches-du-Rhône est toutefois moins prononcée que dans le Nord et le Pas-de-Calais. Dans le cas de la Seine, les deux moyennes disponibles reflètent le bouleversement profond des équipes dirigeantes qui s’est déroulé entre 1952 et 1953.

Répartition en fonction des différentes époques d’adhésion (Bouches-du-Rhône)

Répartition en fonction des différentes époques d’adhésion (Bouches-du-Rhône)

Sources : Listes établies à la demande de la SMC (Arch. cent.), autobiographies remplies à la demande de la SMC ou écrites lors d’une demande de carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép.) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé. Rouge-Midi, 2 mars 1948. La Marseillaise, 13 mars 1950. Seuls les cadres dont la date d’adhésion était mentionnée ont été pris en compte.

Répartition en fonction des dates d’adhésion dans les autres fédérations

Répartition en fonction des dates d’adhésion dans les autres fédérations

Sources : Listes établies à la demande de la SMC par les fédérations du Nord, du Pasde-Calais et de la Seine (Arch. cent.). Seuls les cadres dont la date d’adhésion était mentionnée ont été pris en compte.

La place inégale des différentes phases de l’histoire du Parti

107Les cadres dont l’adhésion est antérieure à 1934, ceux qui sont venus vers le PCF à l’époque du Front populaire, de l’Occupation et de la Résistance, de la Libération et des batailles de production côtoient, au sein des équipes dirigeantes, les récents promus issus des années froides. L’étude de la place des différents groupes ainsi définis a été menée en tenant compte de l’ensemble des équipes de direction mais aussi en séparant secrétariat et bureau réunis d’une part et comité de l’autre. La promotion à l’un des deux premiers niveaux résulte le plus souvent d’un itinéraire assez long au sein du PCF alors qu’un délai beaucoup plus réduit peut exister entre la date de l’adhésion et celle de la première élection au comité fédéral.

108La lecture des deux tableaux de la page précédente permet la mise en évidence de tendances qui perdurent durant toute la période étudiée. La direction de la fédération des Bouches-du-Rhône est celle qui conserve le plus fort pourcentage d’« anciens » puisque la place de ceux qui ont pris leur première carte antérieurement à la Seconde Guerre mondiale y représente 43,3 % des effectifs en 1952, 32 % en 1954 et encore 31 % en 1956. Cette présence se fait encore plus nette au sein de l’ensemble secrétariat et bureau avec 75 % de l’état-major fédéral en 1950 et toujours 41,1 % en 1956. Le poids des « anciens » est moins sensible au sein des directions fédérales du Nord (33,3 % et 29,6 % pour les années 1953 et 1954), de la Seine (26,6 % et 27,2 % en 1952 et 1953) et surtout du Pas-de-Calais (19,6 % et 16 % pour 1953 et 1954). Leur place au sein des secrétariats et des bureaux se restreint encore plus. De 1953 à 1954, elle passe respectivement dans le Nord et le Pas-de-Calais de 31,2 % à 14,2 % et de 33,2 % à 23 %. Les « anciens » ne représentent déjà plus que 38 % de la direction de la fédération de la Seine en 1952. Cette année-là et l’année suivante, ils occupent toutefois trois des cinq postes de secrétaires. Cette situation ne se retrouve pas dans les autres départements. En 1953 Pierre Doize, Louis Lambin demeurent les seuls représentants de cette génération siégeant au secrétariat des fédérations des Bouches-du-Rhône et du Nord tandis que dans le Pas-de-Calais aucun des quatre secrétaires n’est devenu communiste avant 1939.

109Bien que Gaston Viens et Pascal Posado accèdent au secrétariat fédéral, les adhérents de la période de l’Occupation ne s’imposent pas vraiment dans les Bouches-du-Rhône. Alors qu’ils représentent 28,5 % de l’ensemble des cadres élus en 1948, ils ne sont plus que 16,6 % en 1952. Durant les deux années suivantes, leur place remonte à 18,5 % et 24 % des effectifs avant de retomber à 17 % en 1956. La défiance manifestée par la direction nationale du PCF envers ceux qui furent des résistants armés apparaît d’autant plus que la plupart des membres de ce groupe se sont distingués, à l’image de Pascal Posado, sur le plan politique ou syndical en se montrant de bons organisateurs clandestins. La déportation, dans le cas de Gaston Viens, ou les souffrances infligées par les nazis à la famille de Georges Lazzarino ont aussi joué, le vécu de ces deux cadres apparaissant particulièrement emblématique aux yeux de la direction nationale du PCF.

110L’arrivée progressive des adhérents venus au Parti après la Seconde Guerre mondiale est le second point qui émerge de l’étude de la fédération des Bouches-du-Rhône. Sur l’ensemble des cadres pour lesquels la date d’adhésion a pu être établie, ce groupe représente 9,5 % des membres de la direction de l’année 1948.

111Ce pourcentage grimpe à 35 % en 1952, à 44 % en 1954. Un tassement semble se dessiner en 1956 avec 43,1 % des effectifs. Cette progression relativement lente constitue le pendant de la permanence des « anciens » constatée plus haut. En 1952 et 1953, Georges Righetti est l’unique membre du bureau à avoir rejoint le Parti après la Libération et il faut attendre 1954 pour assister aux nominations de Jacqueline Faïta, Léon Mérino et Louis Perrimond. Cette tendance perdure encore au début des années soixante puisque Georges Righetti n’accède au secrétariat fédéral qu’en 1962. La lenteur de la promotion de nouveaux cadres est encore plus perceptible si l’on ne prend en compte que le groupe des responsables ayant décidé de rejoindre un parti d’opposition après le mois de mai 1947. En 1960 seulement, l’arrivée de Marcel Tassy au bureau fédéral marque la promotion d’un représentant de ces militants de la Guerre froide. Ces derniers ne forment que 8,69 % du comité fédéral en 1952, 14,7 % en 1954, 34 % seulement en 1960. Sur les quarante et un responsables de sections répertoriés, 83,3 % des cas correspondent par contre à des militants qui ont rejoint le PCF après la guerre.

Des responsables d’origine ouvrière ?

112Les militants qui accèdent entre 1952 et 1954 à l’un ou l’autre des postes de responsabilité au sein de la fédération des Bouches-du-Rhône correspondent-ils à l’image de parti « prolétarien » régulièrement mise en avant dans le discours communiste de l’époque ? L’étude de la liste des responsables fédéraux déjà mentionnée, à l’exception du cas de Paul Courtieu pour lequel il a été impossible de déterminer l’activité professionnelle antérieure à son statut de permanent, permet d’apporter des éléments de réponse à cette interrogation.

113Le croisement de diverses sources a permis de déterminer le niveau d’instruction de soixante responsables ayant accédé à l’une ou l’autre des trois instances fédérales. L’étude de ce corpus révèle la présence d’au moins quinze titulaires du brevet élémentaire ce qui représente 25 % de l’ensemble de ce groupe. Si l’on tient compte des onze responsables fédéraux qui ont poursuivi leurs études après l’obtention de leur certificat d’études, ce sont en tout 43,3 %de ces cadres qui ont dépassé le niveau de l’école primaire. À l’opposé, trente-quatre d’entre eux se sont arrêtés au certificat d’études. L’analyse des données extraites des listes envoyées en 1953 à la SMC par les fédérations étudiées permet aussi de dégager une composition socioprofessionnelle différente de celle mise en avant par la propagande du Parti.

Répartition des cadres en fonction de leurs professions (en %)

Répartition des cadres en fonction de leurs professions (en %)

Sources : Listes envoyées à la SMC par ces quatre fédérations.

(1) : 38,9 % sans les marins et les dockers.

114Deux constatations majeures peuvent être tirées de ce document. À l’exception de la fédération du Nord, le cap des 50 % de métiers dits « prolétariens », métallurgiste, mineur, maçon, marin ou docker, n’est dépassé nulle part. Sauf dans les Bouches-du-Rhône, l’ensemble constitué par les fonctionnaires et les employés fournit environ le tiers des cadres fédéraux. Quelques précisions s’imposent à la suite de ces premières constatations. Les métallurgistes forment la catégorie professionnelle la mieux représentée dans trois cas sur quatre. Dans le Pas-de-Calais, ce sont les mineurs. La fédération de la Seine présente le plus fort pourcentage de fonctionnaires. Les 32,3 % « d’autres » recensés dans les Bouches-du-Rhône regroupent des ménagères (en réalité deux épouses de militants chargées d’importantes responsabilités au sein de l’UFF), des agriculteurs (cinq personnes représentant les principales zones rurales du département) et des artisans (six personnes). Ces quatre fédérations représentent-elles des cas particuliers ? Selon Philip Williams, seuls 44 % des secrétaires fédéraux et 37 % des membres des comités fédéraux en poste en 1950 étaient issus de la classe ouvrière.

Une affaire de famille ?

115Trois couples seulement siègent, avec des responsabilités diverses, au sein des instances fédérales : Serge et Jeannette Agostinelli, Louis et Berthe Perrimond, Jean et Paulette Garcia. Cependant, beaucoup de dirigeants possèdent un conjoint membre du Parti. Peut-on parler d’endogamie favorisant l’apparition de « dynasties » de militants communistes ?

  • 136 Ce dernier fut fusillé en septembre 1943.
  • 137 Lettre envoyée par la militante le 3 septembre 1998.
  • 138 Née le 27 juin 1930 dans la Sarthe, Monique Blasquez, née Huberdeau, est tout d’abord simple milita (...)
  • 139 Née le 6 janvier 1929 à Marseille, elle adhère au JC en 1944. Sources : Autobiographies rédigées pa (...)

116Dans certains cas, l’adhésion de l’épouse peut être considérée comme une conséquence de l’engagement politique du mari. Serge Agostinelli adhère en 1943, l’année de son mariage. Son épouse Jeannette fait de même deux ans plus tard. Au sein du couple Ahon, Émilien a pris sa première carte en octobre 1944. Sa femme Simone l’imite en 1947. Paul Argiolas est membre du Parti cinq ans avant que son épouse ne l’y rejoigne en 1948. Jacqueline Depambourg est déjà mariée avec Bernard Faïta lorsqu’elle adhère au PCF en 1945. Jacqueline Cristofol prend sa carte peu après son mariage en août 1945. L’étude d’autres couples de militants prouve que la réalité ne se réduit pas à ce seul cas de figure. L’engagement politique de Renée Hauet est antérieur à son mariage en janvier1947 avec Marius Colombini. Marcel Tassy et Éliane Prève se marient en juin 1953 alors que tous deux ont déjà adhéré au Parti. Le contexte familial joue aussi. Comme son frère Edgar Tarquin136, Paulette Garcia participe à des actions de résistance ce qui la conduit à adhérer en mars 1943 soit deux ans avant son époux137. Monique Huberdeau, la sœur de Raymonde Dien, est déjà communiste depuis juin 1947 lorsqu’elle rencontre son futur époux qui suit comme elle les cours de l’école centrale de Viroflay138. Renée Susini n’est pas encore devenue madame Perfumo lorsqu’elle adhère en 1946139. Fille de Simone Soubeyrand et Léon Eynard qui avaient rejoint ensemble le PCF en 1936, Suzanne Eynard épouse en juillet 1942 Yvon Guichard, normalien et fils de communiste comme elle. Le couple rejoint le PCF dès la fin de la guerre.

117L’exemple précédent montre que la constitution de familles de militants aboutit à ce que l’appartenance au Parti se perpétue sur plusieurs générations. Louis Pagès suit la voie tracée par ses parents Henri et Jeanne en prenant sa première carte le à l’occasion du 1er mai 1949 à Saint-Mauront. Fils de Valentin et neveu d’Henri, Francis Pagès adhère en 1946. Francis et Mireille Vovau, à l’image de leur père Marcel et de leur mère Jeanne, ont accompli cette démarche un an plus tôt. La mère de Marcel Tassy milite au PCF. Sa fille Sylvie sera secrétaire départementale de l’Union nationale des comités d’action lycéens en mai 1973. Fils d’un mineur communiste, Jean Labro prend sa première carte en juin 1928. Son propre fils Lucien milite à l’UJRF en décembre 1951. En février 1952, sa fille est élue au comité de la nouvelle section du cinquième canton. Les enfants de Lucia Tichadou, André, Lucien et Mireille, sont devenus communistes comme leur mère.

Une multiplicité d’origines

118Les différents paramètres pris en compte jusqu’ici ont fait apparaître plusieurs traits communs propres au groupe des dirigeants fédéraux. Derrière ces similitudes se dissimulent pourtant des origines géographiques et culturelles souvent différentes. Ville cosmopolite parce que portuaire, considérée comme la porte de l’Orient, Marseille est marquée par des phénomènes migratoires multiples bien avant le début du vingtième siècle. La cité phocéenne voit arriver jusqu’en 1914 des populations chassées de leur pays par la misère. Avec la Première Guerre mondiale débutent les flux plus ou moins importants de migrations à caractère politique. Une main-d’œuvre en provenance des terres africaines de l’empire colonial français s’installe aussi. S’intégrant dans le contexte marseillais souvent dès la première génération, ces diverses vagues de population s’impliquent dans les luttes sociales et le débat politique. Une partie de ces migrants intègre le Parti communiste. Cette adhésion et les formations suivies contribuent à parachever leur assimilation.

119Beaucoup parmi les cadres fédéraux issus des vagues d’immigration antérieures à 1914 sont nés à Marseille dans des milieux modestes. Tel est le cas d’Alfred Pacini ou de Lucien Molino dont les pères étaient respectivement docker et artisan taxi. Les responsables issus de l’immigration italienne postérieure à 1921 sont souvent arrivés très jeunes à Marseille, leurs parents ayant été obligés de quitter précipitamment leur pays pour échapper à la répression fasciste. Serge Agostinelli n’a que deux ans lorsque sa famille se fixe à Mazargues. Jeannette Furlanini, sa future épouse, n’est pas plus âgée. Fils de réfugiés lui aussi, Georges Righetti est par contre né à Marseille. Plusieurs responsables fédéraux sont issus de l’immigration espagnole. Lorsque Diego Navarro voit le jour le 16 mai 1925, ses parents sont, à l’image des parents de Pascal Posado, installés depuis quelques années dans le quartier de l’Estaque.

120La plupart de ces futurs cadres deviennent français par naturalisation au cours des années trente. Leur intégration est en grande partie facilitée par leur engagement syndical et politique précoce. Lucien Molino n’a que seize ans lorsqu’il adhère en 1923 à la CGTU, Alfred Pacini quinze lorsqu’il rejoint les Jeunesses communistes en 1936. Ces militants issus de l’immigration vont pouvoir améliorer leur pratique de la langue française et compléter leurs connaissances grâce aux écoles de formation organisées par le Parti. Ils s’inspireront aussi de leurs aînés. L’adhésion au PCF d’Alfred Pacini est guidée par Henri Pagès. Il côtoie Jean Cristofol au sein de la section Saint-Mauront-Bellevue. Au maquis, Serge Agostinelli suit Elio Barontini, un ancien dirigeant du PCI et des Brigades internationales. Revenu à Marseille, il est rattaché au premier secteur militaire de la ville placé sous la responsabilité de Denis Bizot.

121Certains de ces militants possèdent des origines plus lointaines. La Jeunesse arménienne de France compte de nombreux communistes dans ses rangs. Elle demeure le seul mouvement influencé par le PCF depuis la dissolution par arrêté ministériel de novembre 1948 du Front national arménien. La JAF anime des soirées au cours desquelles se mêlent traditions et allocutions politiques. Elle se mobilise chaque année au mois de novembre pour commémorer la naissance de la République socialiste soviétique d’Arménie. Deux catégories de militants communistes se côtoient au sein de la JAF. Les plus âgés sont nés dans l’empire ottoman. Rescapés du génocide, ils ont souvent participé à des actions de résistance au sein des FTP-MOI. Tel est le cas de Paul Papazian dit Achille, qui est né en 1894. Arrêté le 1er mars 1940 à Marseille en compagnie d’autres dirigeants de l’union départementale clandestine de la CGT, cet ingénieur de formation participe aux combats qui aboutissent en août 1944 à la libération de la préfecture de Marseille. Paul Papazian devient en juin 1945 secrétaire administratif de l’ud-CGT. Il occupe parallèlement la présidence du CIQ du 12e arrondissement de Marseille et la vice-présidence de la confédération de ces comités en février 1949. Il décède à la fin du mois de mai 1950 peu de temps après avoir été licencié par la SPCN. Agop Keusseyan présente un profil militant similaire. Venu de Turquie, il a adhéré au PCF en 1935 puis a participé à la résistance au sein des FTP-MOI. Il milite toujours au Parti au moment de sa mort en décembre 1952. D’autres communistes arméniens sont, à l’image de Jeannette Garabedian, nés à Marseille. Fille d’un ouvrier d’entretien devenu communiste en 1934, elle est élue membre de la commission administrative de l’ud-CGT à la suite du congrès de février 1954.

122Les relations que le PCF entretient avec ses militants d’origine juive sont beaucoup plus complexes du fait du bouleversement de la position adoptée par l’Union soviétique à l’égard d’Israël. Si Moscou reconnaît le nouvel État le 16 mai 1948, La Pravda publie, dès le 21 septembre de la même année, un texte d’Ilia Ehrenbourg critiquant le sionisme. La tension devient telle qu’elle conduit en février 1953 à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. C’est dans ce contexte qu’éclatent deux procès concernant la communauté juive de Marseille : ceux de Rudolf Slansky et des « blouses blanches ». Les accusés étant dans les deux cas majoritairement israélites, le PCF est obligé d’utiliser la thèse de la provocation pour justifier les nouvelles en provenance de l’Est. Ces relations tendues n’empêchent pas pour autant des militants juifs d’occuper des postes importants au sein du dispositif communiste marseillais.

123Samuel Carasso, son épouse et ses enfants, à l’exception de Roger, sont originaires de Constantinople. Membre du PCF avant-guerre, il est en 1935 rédacteur en chef à La Défense, le journal du Secours rouge international. Arrêté à Paris dès le début de l’année 1940, il est condamné par le régime de Vichy à dix mois de prison pour « menées communistes ». Sa peine purgée, Samuel Carasso réussit à gagner Marseille où il vit sous une fausse identité. Il est le père de huit garçons qui sont tous membres du PCF. Trois d’entre eux décèdent au cours de la guerre. René meurt à Auschwitz à l’âge de vingt ans. Jean est fusillé au mont Valérien le 2 octobre 1943. Roger est tué à l’âge de dix-sept ans lors des combats pour la libération de Marseille. Alfred et Marcel exerceront des fonctions importantes au sein de la presse du Parti communiste.

124Henri Cohen est né le 10 mai 1901 à Marseille. Cet ancien camarade de Gabriel Péri en compagnie duquel il rejoignit les JC dès avant le congrès de Tours, milite au Mouvement antiraciste pour la paix en mai 1949 et se retrouve membre du comité directeur de France-URSS l’année suivante. Durant toutes les années froides, il est surtout responsable de l’Union des juifs pour la résistance et pour l’entraide (UJRE). Autre israélite communiste, Léon Goldzhall est né le 17 mai 1918 à Paris. Licencié de son poste à la SNCASE le 7 mai 1951, cet ingénieur devient secrétaire fédéral adjoint du Mouvement de la paix. Il prend par la suite la direction de l’antenne marseillaise de l’IPP. 

  • 140 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du ministère de l’Intérieur, 21 février 1952. Baptisée « Algéri (...)

125Durant toute la période étudiée, le PCF analyse le problème algérien à partir d’une grille de lecture reposant sur la lutte des classes et la défense de la paix. Reconnaissant à l’Union soviétique le leadership de ce combat, il s’arroge le rôle de « grand frère » par rapport au Parti communiste algérien. Cette position amène Jacques Duclos et Léon Feix à venir assister du 26 au 29 mai 1949 au cinquième congrès de ce parti. À l’issue de sa réunion du 31 mai 1950, le Secrétariat du PCF décide de lancer sur une échelle nationale La voix de l’Algérien, jusque-là éditée par la fédération de la Seine. Le secrétariat recommande de ne pas opposer le nouveau journal à L’Algérie libre, l’organe du MTLD, de peur d’attirer à son encontre « la méfiance de l’immense majorité des Algériens en France ». Reconstituée en octobre 1948, la commission fédérale chargée de s’occuper des Maghrébins a été confiée à Denis Bizot. En 1951, ce dernier est muté à Paris pour prendre la direction de l’Algérien de France. Le 28 juillet de cette même année, La Marseillaise réserve une partie de sa Une à l’annonce de la création d’un « Front Algérien pour la Défense et le Respect de la Liberté ». Chargés par la fédération de s’occuper des travailleurs maghrébins employés autour de l’étang de Berre, deux responsables syndicaux effectuent en 1952 un séjour en Algérie afin de mieux accomplir cette mission140.

126Quelques contacts se nouent effectivement au niveau de la CGT. L’UD organise des meetings spécifiques pour défendre les intérêts des travailleurs maghrébins. Ces derniers participent aux défilés du 1er mai mais avec leurs propres mots d’ordre. Les appels à l’union n’empêchent pas les travailleurs nord-africains de venir remplacer en 1950 les dockers grévistes, attitude qui occasionne quelques accrochages assez violents avec des militants de la CGT. Les efforts d’intégration ne débouchent que sur l’émergence d’un nombre assez limité de cadres syndicaux. Le docker Kassem Karoubi est arrêté en même temps que Victor Gagnaire le 22 mars 1950. Ben Djeloul ou Bendjeloul et Bel Kacem ou Belkacem siègent respectivement aux bureaux de l’UD et du syndicat du bâtiment en 1951 et en janvier 1953.

Essai de typologie des cadres fédéraux

Groupe des cadres fédéraux ayant adhéré avant 1939

Groupe des cadres fédéraux ayant adhéré avant 1939

Sources : Listes établies à la demande de la SMC par la fédération des Bouches-du-Rhône (Arch. cent.), autobiographies remplies à la demande de la SMC ou lors de l’établissement d’une carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép.) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé.

127Les critères précédemment utilisés, à savoir première adhésion avant 1934, entre 1934 et 1939, durant la Seconde Guerre mondiale, entre la Libération et mai 1947 ou postérieurement à cette date, ont été retenus pour mener à bien ce premier travail de différenciation des cadres.

Les premiers pas dans le Parti des « anciens »

128Les recherches conduites sur le groupe ayant rejoint le PCF avant 1939 ont abouti à la constitution d’un corpus composé de quatre femmes et vingt hommes pour lesquels les éléments biographiques disponibles étaient suffisamment étoffés pour permettre de reconstituer le vécu de leur enfance, les raisons de leurs engagements politiques et syndicaux ainsi que leur progression au sein de la hiérarchie du Parti avant 1939. Tous sont répertoriés dans le tableau de la page précédente. Une jeunesse souvent difficile et des études tôt interrompues ont joué un rôle majeur dans la démarche d’adhésion de ces cadres qui accèdent rarement à un poste de responsabilité avant 1939.

Études suivies par les cadres fédéraux ayant adhéré avant 1939

Études suivies par les cadres fédéraux ayant adhéré avant 1939

Sources : Listes établies à la demande de la SMC (Arch. cent.), autobiographies remplies pour la SMC ou lors d’une demande de carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép.) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé. Déclarations d’André Fressinet, Lucien Molino, Alfred Pacini, Georges Serano, Paulette Isaïa, Jacqueline Cristofol. Jean Marrot, Vivre. Éditions Notre Temps, 1994, 295 pages. Lucien Molino, Ma vie et mes combats, juin 2000, 187 pages. Alfred Pacini et Dominique Pons, op. cit.

129La lecture de ce tableau permet tout d’abord de constater que, si la majorité de ces cadres n’a pas dépassé le niveau du certificat d’études primaires, onze d’entre eux ont continué leur scolarité en passant par un cours supérieur (Marius Colombini), en suivant une formation professionnelle (Yvonne Estachy ou François Billoux qui, de 1915 à 1917, fréquente l’école pratique de commerce et d’industrie de Roanne), en atteignant ou en dépassant le niveau du baccalauréat. Jean Marrot reprend des études de médecine après avoir navigué, Mireille Dumont obtient une licence de sciences, Denis Bizot et Louis Gazagnaire sont instituteurs. Enseignant lui aussi, Charles Chapuis a été élève dans une classe de mathématiques spéciales au lycée Thiers.

  • 141 Déclarations effectuées par l’intéressé lors de l’entretien du 18 novembre 1996.
  • 142 Jean Marrot, Vivre. op. cit.
  • 143 Antoine Olivesi, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.
  • 144 Ibidem.

130Le contexte familial a parfois favorisé l’engagement politique de ces futurs cadres. Agnès, la mère d’Alphonse Dumay, est une communiste qui trouve la mort à Madrid lors d’un bombardement. Le père d’André Fressinet participe au congrès de Tours en décembre 1920141. Le père de Jean Marrot est socialiste, sa mère pacifiste et militante syndicaliste142. Les luttes sociales et politiques, le contact avec certains responsables auréolés de prestige ont aussi joué un rôle important. Jean Cristofol et Lucien Molino affirment avoir été guidés dans leur engagement politique par Charles Nédélec. Paul Cermolacce déclare que c’est « un sentiment de révolte » qui le poussa « à aller plus loin que le cadre des idées socialistes »143. Par réaction au 6 février 1934, Mireille Dumont milite au mouvement Amsterdam-Pleyel, au Comité de vigilance des intellectuels antifascistes ainsi qu’au Comité mondial des femmes contre le fascisme, au SPF et au Rassemblement universel pour la paix. Cet engagement, l’influence d’Agnès Dumay et de François Billoux, contribuent à son adhésion le 14 juillet 1936144. Parmi tous ces cadres, ce dernier représente l’unique cas d’engagement politique antérieur à la naissance du Parti puisqu’il a rejoint les Jeunesses socialistes en septembre 1917. Devenu secrétaire de cette organisation, il la fait adhérer en novembre 1920 à l’Internationale communiste des jeunes et passe peu après au PCF.

131Quelques-uns seulement de ceux qui occuperont des postes d’encadrement au cours de la période étudiée ont déjà atteint ce niveau avant 1939. Encore plus rares sont ceux dont le poids politique dépasse le cadre des Bouches-du-Rhône, le cas de François Billoux se révélant exceptionnel. Déjà permanent du Parti en 1923, celui-ci assiste l’année suivante au congrès de l’Internationale communiste des jeunes à Moscou. Devenu membre du Comité central et secrétaire général de la JC, il accède, à l’issue du congrès de l’été 1928, au comité exécutif de l’IC des jeunes. Après s’être démarqué du « groupe » Barbé-Celor, François Billoux est chargé de la réorganisation du Parti en Alsace et en Lorraine avant d’être envoyé en janvier 1934 à Marseille pour y reprendre en main la fédération des Bouches-du-Rhône. Son action dans la cité phocéenne lui vaut, lors du congrès de Villeurbanne en janvier 1936, d’être distingué par un discours élogieux de Maurice Thorez et de bénéficier d’une promotion au Bureau politique en tant que suppléant. François Billoux est aussi, avec Jean Labro, un des rares parmi ces cadres à effectuer des missions d’inspection des Brigades internationales pour le compte du Komintern. Les autres responsables, à l’image de Lucien Molino ou de Jean Cristofol, s’occupent surtout des opérations de soutien aux forces républicaines.

132En retrait par rapport à François Billoux, trois autres cadres accèdent à des responsabilités au sein de l’appareil local de direction. Jean Cristofol participe en 1932 au congrès mondial pour la paix à Amsterdam, puis à la rencontre de la salle Pleyel. Révoqué en mai 1934 pour avoir poussé ses collègues à débrayer le 12 février précédent, il est chargé d’enquêter en Allemagne sur le sort réservé à Thaelmann. Sa vie militante s’oriente alors beaucoup plus vers un rôle d’élu de terrain à la suite de son succès le 7 octobre 1934 dans le cinquième canton de Marseille. Cette victoire est d’autant plus prestigieuse qu’elle est la première enregistrée par le Parti depuis 1922. Après avoir été promu au bureau régional en 1935, Jean Cristofol est élu dès le premier tour en avril 1936 député de la deuxième circonscription de Marseille. À cette occasion, il fait mieux que François Billoux qui doit attendre le second tour pour l’emporter sur Sabiani. Entre son adhésion le 15 octobre 1934 et le début de la Seconde Guerre mondiale, Denis Bizot est successivement devenu secrétaire de section, membre du comité régional, membre de la commission régionale d’éducation et responsable du travail parmi les coloniaux. Pierre Emmanuelli a un statut de permanent bien avant 1939. Après avoir animé la grève des mineurs en 1931, il est élu conseiller municipal à Gréasque, accède à la CA de l’ud-CGT des Bouches-du-Rhône, est nommé secrétaire du comité régional unitaire des mineurs, entre en 1933 au comité régional du PCF. Sur proposition de François Billoux, il suit les cours de l’école centrale du Parti puis, en 1935, ceux de l’école léniniste de Moscou. Revenu en France au début de l’année 1937, Pierre Emmanuelli est tout d’abord chargé d’organiser la fédération de Corse avant de retourner à Marseille où il collabore avec Fernand Pauriol à la direction de Rouge-Midi. Lucien Goux accède à la commission régionale d’éducation. Lucien Molino figure sur la liste présentée par le PCF dans le troisième secteur lors des élections municipales en 1935 et entre peu après au comité régional du Parti. Jugés prometteurs, d’autres futurs cadres connaissent un début d’ascension au sein de la hiérarchie communiste. Paul Cermolacce et Charles Chapuis assistent au IXe congrès national du PCF à Arles en décembre 1937. Josette Reibaut est promue secrétaire régionale de l’UJFF. Elle bénéficie des cours dispensés par l’école nationale de ce mouvement et de ceux de l’école régionale du PCF.

Des itinéraires différents durant la Seconde Guerre mondiale

133La période de l’Occupation constitue un des éléments déterminants dans le déroulement ultérieur du cursus politique de ces militants. Certains d’entre eux sont internés ou déportés. D’autres intègrent la Résistance armée ou contribuent à maintenir actives les organisations clandestines du PCF ou de la CGT. La période correspond aussi au début de l’engagement politique d’une nouvelle génération de futurs responsables dont les cas sont répertoriés dans le tableau de la page suivante.

Cadres ayant adhéré durant l’Occupation

Cadres ayant adhéré durant l’Occupation

Sources : Voir les tableaux précédents. Déclarations de Serge Agostinelli, Line Ceccaldi, Léo Lorenzi et Louis Tremellat.

134Vingt-trois cadres ont été déportés ou incarcérés en France. François Billoux et Jean Cristofol sont arrêtés à leur domicile le 8 octobre 1939 puis jugés au printemps 1940 au Palais de Justice de Paris en même temps qu’une quarantaine de députés communistes. Ils se retrouvent à la centrale de Maison Carrée près d’Alger. Devenu responsable clandestin du Parti, Paul Cermolacce est arrêté à son tour et enfermé sur le Sinaïa le 1er décembre 1940 lors de la visite à Marseille du maréchal Pétain. Il est ensuite interné dans plusieurs camps en métropole avant d’être transféré en Algérie. Dès leur libération, ces trois responsables retrouvent une activité politique. Le 4 avril 1944, François Billoux devient commissaire d’État au sein du CFLN. Il revient à Paris le 2 septembre 1944 en tant que commissaire du GPRF. Après avoir retrouvé en février 1943 la liberté de ses mouvements, Jean Cristofol participe alors à la reconstitution du Parti et du mouvement syndical en Algérie et joue aussi un rôle dans la création du journal Liberté. Revenu à Marseille le 27 août, il prend la direction de Rouge-Midi et contribue avec Louis Gazagnaire à la création de La Marseillaise. Nommé président du Comité régional de Libération, Jean Cristofol favorise enfin l’intégration dans les CRS d’un millier de résistants communistes. Paul Cermolacce revient à Marseille le 31 août 1944. Il y est chargé de réorganiser le syndicat CGT des marins.

135Neuf autres responsables se retrouvent en Allemagne. Lucien Molino, Louis Laborel, Fernand Bertrand et Jean Olivi sont prisonniers de guerre. Lucien Molino parvient à s’évader en 1943, Louis Laborel fait de même le 2 janvier 1944 lors de sa sixième tentative. Raymond Alpe réussit à s’enfuir de son stalag le 17 novembre 1943. Pierre Doize, après avoir été incarcéré à la centrale d’Eysses, Robert Bourrel, Simone Eynard et Josette Reibaut sont déportés pour raison politique. Ces deux dernières aboutissent à Ravensbrück où elles retrouvent Danielle Casanova, Mireille Lauze et Raymonde Nédélec. Josette Reibaut parvient à s’évader le 15 avril 1945 et à regagner la France.

136Coincé en Indochine depuis le mois de décembre 1941, Georges Serano est pris par Japonais en 1945. Deux futurs cadres sont aussi victimes de la déportation. Capturé le 5 avril 1940, Raymond Alpe reste prisonnier de guerre en Autriche jusqu’à son évasion le 17 novembre 1943. Il rejoint alors la Résistance. Gaston Viens est incarcéré au camp de Saint-Sulpice, puis déporté à Buchenwald.

137Sept responsables dont l’adhésion est antérieure à 1939 sont internés en France. Appréhendé le 2 avril 1941 puis condamné le 10 octobre 1941 à dix ans de travaux forcés, Marcel Benvenutti reste incarcéré à la centrale d’Eysses jusqu’au 30 avril 1945. Arrêté le 30 avril 1940, André Fressinet est interné à la prison centrale de Nîmes jusqu’au 30 octobre 1942. Pierre Gabrielli, Denis Bizot, Louis Gazagnaire, Jean Senatore sont passés par Saint-Sulpice-La-Pointe dans le Tarn. Présent dans ce camp lui aussi, Félix Pierangelli réussit à s’évader en mai 1943. Paulette Isaïa et Mireille Dumont sont placées en résidence surveillée dans les Bouches-du-Rhône.

138Au sein du groupe de ceux qui rejoignent un mouvement de Résistance figure Pierre Gabrielli. À la suite de son évasion en 1942, ce dernier participe à des actions dans la Drôme, l’Ardèche, la Lozère et le Vaucluse. Henri Pagès est membre du Comité militaire de la zone Sud. Alphonse Dumay devient un responsable FTPF. Marcel Guizard est chargé d’organiser le Front national sur la Côte d’Azur puis à Lyon. Membre des Milices patriotiques dans le quartier de Mazargues à Marseille, Serge Agostinelli rejoint le PCF en novembre 1943. Il se retrouve en mai 1944 dans une compagnie de FTPF de l’Ardèche. Deux mois plus tard, il est nommé sergent-chef. Henri Bertini adhère au Parti en mars 1943 alors qu’il est FTPF. Mobilisé en septembre 1939, prisonnier en juin 1940, évadé en août 1940, Camille Commenge adhère au PCF en 1942. Il représente le Front national au CDL clandestin et participe aux combats pour la libération de Marseille. En 1942, Louis Calisti est incorporé dans un camp disciplinaire des Chantiers de Jeunesse à la suite de l’engagement de son père dans les FFL. Menacé d’être déporté en Allemagne, il s’évade en 1943. En mars 1944, il devient l’adjoint du commandant des FTPF de la région F2 (aujourd’hui région PACA). Lieutenant FFI lors de la Libération, Louis Calisti se porte volontaire, passe par une école d’officier et est promu aspirant.

Groupe des cadres ayant adhéré entre août 1944 et avril 1947

Groupe des cadres ayant adhéré entre août 1944 et avril 1947

1 J. : Jeannette
2 J.-J. : Jean-Joseph
3 Né le 21 mars 1925 à Verdun le Vieil dans le Pas-de-Calais, Louis Réami vit en Algérie de 1933 à 1938. La particularité du parcours militant de ce chauffeur de trams réside dans une adhésion au PCF antérieure d’un an à celle à l’UJRF.

Sources : Voir tableaux précédents. Entretiens avec Jeannette Agostinelli, Georgette Comin, Jacqueline Faïta, Lucette Montet, Dominique Vacca.

139Josette Reibaut appartient au groupe de ceux qui animent des actions politiques ou syndicales. En novembre 1939, elle est chargée d’assurer la sécurité de Gaston Monmousseau venu à Marseille pour superviser la reconstitution des organisations du Parti. À la suite de sa démobilisation en septembre 1940, Charles Chapuis reprend contact avec le PCF dans la Drôme et organise la diffusion clandestine de l’Humanité jusqu’à son arrestation en janvier 1941. Rendu à la vie civile en juillet 1940, Victor Porte devient à partir du mois de juin 1942 l’un des principaux responsables du PCF clandestin. Il anime les grèves de la construction navale en 1943. À la suite de son évasion, Lucien Molino reprend les directions clandestines de l’ud-CGT et de la région confédérale du PCF. Il supervise les mouvements sociaux du printemps 1944 avant de contribuer à la libération de Marseille. Parmi les futurs cadres qui adhèrent au Parti durant cette période, Line Ceccaldi distribue l’Humanité et La vie ouvrière clandestines et contribue à la parution du journal La voix des PTT. Pascal Posado participe aux mouvements de la métallurgie marseillaise en mars 1944. Louis Tremellat milite aux Jeunesses socialistes avant de devenir responsable des JC pour les départements de l’Hérault et de l’Aude.

Ceux qui rejoignirent un parti au pouvoir

140Les éléments biographiques nécessaires à l’étude de cette catégorie de communistes ont pu être rassemblés pour trente-deux cadres ayant exercé au minimum des responsabilités politiques au niveau d’un comité de section. Les renseignements collectés ont permis de réaliser le tableau de la page précédente.

141Trois raisons majeures ont poussé ces futurs cadres à rejoindre le PCF à la fin de la guerre. L’adhésion résulte pour six d’entre eux d’un engagement politique antérieur à 1939 et poursuivi durant la période de l’Occupation. Jacqueline Faïta, André Langlois et Dominique Vacca sont déjà membres des Jeunesses communistes avant 1939. Jacques Rees milite aux Jeunesses socialistes entre 1934 et 1935. René Napoléoni s’implique au sein de la FST. Perrine Soos, dans le cadre de l’Office français pour l’enfance, participe à l’organisation de l’aide aux enfants des républicains espagnols. Perçus au travers des critères définis précédemment, les événements de la Seconde guerre ont déterminé l’engagement militant d’un autre groupe de futurs cadres. Certains sont internés à l’image de Jacques Rees qui, malgré trois tentatives d’évasion, demeura prisonnier de guerre de 1940 à 1944. Membre de Combat, recherchée par la Gestapo, Lucette Montet quitte Marseille pour gagner Paris au début de l’année 1944. Arrêtée au mois de mai, elle reste incarcérée jusqu’à la libération de la capitale. Si André Langlois participe aux combats pour la libération de la ville de Malijai dans les Basses-Alpes avant d’effectuer son service militaire de septembre 1944 à octobre 1945, l’engagement de ces futurs cadres s’oriente plutôt vers des opérations d’aide à la Résistance et d’animation des organisations clandestines du Parti. Responsable régionale des Jeunesses communistes, Jacqueline Faïta mène, entre 1940 et 1942, des actions dans les départements du Gard et de la Lozère, puis, durant les deux années suivantes, dans le Rhône et l’Isère. Elle participe à la libération de Lyon en compagnie de Bernard Faïta qui allait devenir son époux. Dominique Vacca milite à partir de 1942 à la CGT clandestine. Introduit par Léo Lorenzi dans les Jeunesses communistes, René Faure contribue à partir de 1943 à assurer le soutien logistique des FTPF de Marseille. Déplacée par l’Inspection académique en septembre 1940 tandis que son époux de nationalité hongroise est interné au Vernet dans l’Ariège, Perrine Soos contribue au soutien des résistants emprisonnés et des FTPF. À partir de 1943, Jeannette Agostinelli aide les résistants ardéchois.

Les adhérents des années froides

142L’étude de ce groupe a été menée à partir d’un corpus de vingt et un cadres pour lesquels il a été possible de rassembler les éléments biographiques indispensables. Sélectionnés en fonction des critères déjà utilisés pour analyser la catégorie précédente, tous les cas retenus ont été reportés sur le tableau situé ci-dessous.

Groupe des cadres ayant adhéré après mai 1947

Groupe des cadres ayant adhéré après mai 1947

1 R. : Raymonde
2 Gabriel Chouraqui adhère à la CGT en 1946 puis, en réaction à l’éviction des ministres communistes, au PCF en mai 1947. Avant la fin de cette année, il est promu secrétaire de cellule et suit les cours dispensés dans le cadre de l’école de section. Gabriel Chouraqui entre au comité puis au bureau de la section du premier arrondissement de Marseille en 1948. Il suit les cours de l’école fédérale avant d’accéder au secrétariat de sa section un an plus tard.
3 Fille d’un conseiller municipal socialiste italien qui s’était réfugié en France en 1922, Liliane Chouraqui, entre dans la vie professionnelle en juillet 1948 au central téléphonique interurbain de Marseille. Elle devient bientôt membre du bureau départemental du syndicat CGT des postes et siège à la CA de l’UD des Bouches-du-Rhône. Elle se montre aussi active au sein du mouvement des Amies de la Paix.

Sources : Voir tableaux précédents. Entretiens avec Blaise Blasquez et Sauveur Gibilaro.

143Le rôle joué par les engagements de la Résistance est beaucoup plus faible au sein de ce groupe même si Victor Bogorad, Pierre Laugier et Jacques Stratta ont été FTPF. Letton de naissance mais naturalisé français, le premier d’entre eux est membre des FTPF en 1942. Arrêté le 17 janvier 1944, il se retrouve à la prison des Baumettes au mois de mars suivant avant d’être déporté à Auschwitz où il reste jusqu’à la fin de la guerre. Pierre Laugier participe à la Libération de Marseille au sein d’un groupe urbain de FTP. Membre des FTPF à Saint-Just en août 1944, Jacques Stratta intégrera, d’octobre à décembre 1944, les forces républicaines de sécurité avant d’effectuer son service militaire de janvier à novembre 1945. Après avoir appartenu à la Résistance, Michel Cacciotti participe lui aussi dans les rangs de l’armée française aux ultimes combats de la Seconde Guerre mondiale. La venue au Parti résulte maintenant pour l’essentiel, soit onze cas, d’un engagement syndical antérieur. Les Jeunesses communistes puis l’UJRF sont le préalable à l’adhésion de six autres responsables tandis que cinq ne se signalent par aucune action militante avant le mois de mai 1947. La prolétarisation de cet ensemble de vingt et un cadres est encore moindre puisque les titulaires du seul certificat d’études primaires ne sont que six : Blaise Blasquez, Mario Campini, Sauveur Gibilaro, Christian Hernandez, Louis Pagès et Pierre Pastini. À l’opposé, Michel Cacciotti, Francis Fernandez, Michel Soldner, Jacques Stratta et Marcel Tassy ont décroché un certificat d’aptitude professionnelle. Robert Allione, Simone Bielle, Raymonde Buchecker, Liliane Chouraqui, Roger Giana, Pierre Laugier et Rosette Meyer sont titulaires d’un brevet élémentaire ou supérieur. Gabriel Chouraqui a réussi la première partie du baccalauréat. Victor Bogorad est diplômé de droit public, Marcel Parrat possède une licence de droit. Les six cadres dont la scolarité s’est terminée au niveau du certificat d’études primaires ainsi que Michel Soldner et Jacques Stratta exercent des métiers manuels ne nécessitant pas une grande qualification. Employés ou techniciens, cadres et fonctionnaires sont au nombre de treize. Simone Bielle et les époux Chouraqui sont des employés des PTT, Robert Allione de la Sécurité sociale, Marcel Tassy de l’EDF, Michel Cacciotti de la Compagnie Générale Transatlantique. Raymonde Buchecker et Rosette Meyer sont sténodactylos. Roger Giana occupe un poste de technicien dans la métallurgie. Francis Hernandez et Pierre Laugier sont respectivement lithographe et typographe. Les deux derniers cadres exercent des activités en rapport avec leur niveau d’études plus poussé. Victor Bogorad est chef du service contentieux dans une entreprise, Marcel Parrat est avocat.

Typologie des carrières après la Seconde Guerre mondiale

144L’analyse des cadres communistes marseillais en fonction de la période qui les vit rejoindre le Parti a déjà permis de percevoir l’existence de différences très nettes de parcours, tous n’ont pas joué le même rôle pendant l’Occupation par exemple, mais aussi celle de points de convergence, la Résistance ayant réuni anciens et futurs adhérents pour lesquels l’engagement politique représenta le prolongement du combat libérateur qu’ils étaient en train d’entreprendre. En 1945, les cadres communistes se distinguent déjà par la grande variété de leurs vécus humains et politiques. Ce passé ainsi que le contexte des années froides aboutiront à faire évoluer leurs parcours dans des directions encore plus diverses sur lesquelles il convient de se pencher maintenant.

Ceux qui progressent

145L’examen des parcours de ceux qui progressent à l’intérieur de la hiérarchie du Parti permet de mettre en évidence trois types majeurs de situations. François Billoux occupait déjà des postes de responsabilité avant 1939. Paul Courtieu, Marius Colombini, Pierre Doize, Josette Reibaut et, avec un temps de décalage Paul Cermolacce, des militants ayant rejoint le Parti avant la guerre deviennent des cadres après la Libération. Ceux que leur adhésion postérieure à 1939 n’empêche pas d’accéder à des fonctions de direction forment le troisième et dernier type de situation.

146François Billoux est le seul cadre marseillais à posséder une stature nationale au sein du PCF dès avant la Seconde Guerre mondiale. Lors de la Libération, lui seul exerce à plusieurs reprises des responsabilités ministérielles : commissaire aux territoires occupés à la fin d’août 1944, ministre de la Santé publique àpartir du 10 septembre 1944, ministre de l’Économie nationale le 21 novembre 1945. De janvier 1946 à janvier 1947, il passe à la Reconstruction et à l’Urbanisme. Il occupe enfin jusqu’au mois de mai le poste de ministre de la Défense nationale. Localement, François Billoux siège au bureau puis, à partir de 1948, au comité de la fédération des Bouches-du-Rhône. Candidat lors des municipales d’avril 1945, de décembre 1946, il ne se présente pas en octobre 1947. A-t-il pressenti la défaite électorale du Parti face au raz-de-marée RPF ? Ce souci de ne pas endosser personnellement un échec risquant de peser sur la suite de sa carrière politique est en tout cas perceptible en 1953. Si François Billoux ne confie à personne d’autre le soin de conduite la liste communiste lors des municipales d’avril, il laisse Jean Cristofol briguer à sa place, sans aucun espoir de succès vu le résultat des urnes, le poste de maire de Marseille. Dans une circonscription qui lui est toute acquise par avance, François Billoux représente par contre avec succès le Parti lors de toutes les élections législatives qui se déroulent entre octobre 1945 et 1973.

  • 145 Décision du 6 février 1950. Secrétariat national du PCF. Arch. cent. du PCF. Cette responsabilité i (...)
  • 146 Cahiers du communisme, mai 1950, p. 31.
  • 147 Cahiers du communisme, mai 1952.

147Son emprise sur la fédération s’exerce au travers du prestige que lui confère son rôle politique national particulièrement important pendant ces années froides. François Billoux siège en effet au Bureau politique où il continue à s’occuper des questions d’éducation. En février 1950, il est nommé président du nouveau comité de critique du cinéma145. Lors du XIIe congrès, Maurice Thorez lui décerne une appréciation élogieuse en soulignant « tout ce travail que dirige notre camarade » dans le domaine de l’éducation146. L’importance des articles que François Billoux est chargé de rédiger dans les Cahiers du communisme témoigne de son poids politique en 1952. De ses rencontres avec le secrétaire général convalescent, il ramène en particulier, après en avoir discuté la teneur avec Maurice Thorez et contribué à sa mise en forme, « Les tâches du Parti deux ans après le XIIe Congrès : Organiser et diriger l’action unie des masses pour imposer une politique de paix et d’indépendance nationale »147. Toujours présent sur le « front idéologique », François Billoux est chargé en compagnie d’Étienne Fajon de mener les débats du 3 au 5 septembre 1953 à l’occasion des journées nationales d’étude des instituteurs communistes. La conférence qu’il prononce sur la question de l’étude individuelle est éditée en octobre 1953, reprise ensuite par France-Nouvelle. En avril 1954, le XIIIe congrès d’Ivry, durant lequel il est chargé du très important rapport intitulé « Sur quelques aspects de la bataille idéologique et du travail d’éducation », consacre sa promotion au Secrétariat.

148Si Paul Courtieu, Léon Mérino, Marius Colombini, Pierre Doize, Josette Reibaut et Paul Cermolacce ont en commun une adhésion antérieure à 1939 et une accession au rang de cadres après 1945, leurs points de convergence s’arrêtent là.

  • 148 Arch. dép., dossier 148 W 293, note du 15 décembre 1951.

149Membre de la Jeunesse communiste depuis 1935, ancien résistant et déporté à Dachau, Paul Courtieu figure parmi les dirigeants élus au comité en 1947, au bureau fédéral l’année suivante. Responsable des questions d’éducation, il dirige plusieurs écoles fédérales cette même année et rejoint le mouvement des combattants de la liberté créé en juillet. Devient-il secrétaire fédéral ? L’édition du 14 mars 1950 de La Marseillaise le cite parmi les membres du secrétariat et du bureau, celle du 29 juin au 6 juillet 1951 de Provence-Nouvelle indique qu’il est secrétaire. Paul Courtieu quitte Marseille à la suite de son affectation à la section idéologique du Comité central148. En 1952, il est employé au secrétariat de François Billoux. Il est élu membre suppléant du Comité central en 1956. Membre du Parti depuis 1937, ancien marin, Léon Mérino reste longtemps responsable de la section Port et Marine, siège au comité fédéral en 1951, accède au bureau l’année suivante. Il sera en 1954 directeur de l’hebdomadaire fédéral Provence-Nouvelle et intégrera par la suite le secrétariat de Jacques Duclos.

150La guerre terminée, Marius Colombini, chargé par Léon Mauvais de réorganiser le syndicat des agents de maîtrise CGT, devient un des secrétaires du syndicat des ports et docks lors de la fusion de son organisation avec celle des dockers. Élu conseiller municipal les 29 avril 1945 et 8 décembre 1946, Marius Colombini gravit les trois échelons de la hiérarchie fédérale entre 1946 et 1948. En 1950, il est promu suppléant du Comité central. Lors du congrès national de 1951, il est nommé membre de la commission administrative confédérale de la CGT. Le 28 octobre de la même année, il remplace Lucien Molino au poste de secrétaire général de l’ud-CGT. Le fait que, à l’image de son prédécesseur, il soit membre suppléant du Comité central a sans doute pesé en faveur de sa désignation. Il devient membre titulaire de ce Comité en juillet 1956. De 1952 à 1963, Marius Colombini demeurera membre du bureau de la fédération communiste des Bouches-du-Rhône, siégeant ensuite au comité jusqu’en 1968. En 1970, il laissera sa place de secrétaire général de l’union départementale CGT à Henri Sarrian,

  • 149 Rouge-Midi, 2 mars 1948.
  • 150 Batailles pour Marseille. Jean Cristofol, Gaston Defferre, Raymond Aubrac, p.333.
  • 151 La Marseillaise, 5 avril 1950.
  • 152 Cette place le condamne à une non-élection certaine.

151La progression au sein de la hiérarchie du Parti de Pierre Doize ne présente pas un tel caractère linéaire. Il ne figure par exemple qu’en vingt et unième position sur la liste communiste lors des municipales du 8 décembre 1946. Il se distingue en animant les « équipes de choc » à l’époque de la municipalité Cristofol. Significativement placé en huitième position sur la liste communiste, il redevient conseiller municipal à la suite du scrutin du 19 octobre 1947. La conférence fédérale de 1948 marque le grand tournant de sa carrière politique. Alors qu’il n’a encore jamais été membre de la direction, il est promu directement au poste de secrétaire fédéral149. Dans son ouvrage Batailles pour Marseille, Jacqueline Cristofol déclare que Jean-Maurice Claverie fut écarté au profit « du brave Pierre Doize dont Billoux pouvait être assuré qu’il ne prendrait jamais aucune décision sans lui en avoir d’abord référé »150. Sa carrière politique ultérieure continuera à se dérouler à ce niveau. Il représente la fédération lors du XIIe congrès du PCF151, se retrouve cinquième sur la liste présentée dans la première circonscription des Bouches-du-Rhône à l’occasion des législatives de 1951152. Lors des XIIIe et XIVe congrès d’avril 1954 et de juillet 1956, Pierre Doize est promu successivement membre suppléant puis titulaire du Comité central.

  • 153 Elle conservera son siège dès le premier tour en octobre 1951.

152La fidélité et le dévouement manifestés durant l’Occupation, l’auréole entourant son statut de déportée en Allemagne, valent à Josette Reibaut de pouvoir suivre les cours de l’école centrale en juillet 1945 puis d’être présentée trois mois plus tard dans un cinquième canton très majoritairement acquis au Parti153. Elle gravit ensuite rapidement les échelons de la hiérarchie fédérale, entrant au comité en 1946, au bureau fédéral en 1947. Entre ces deux promotions, elle a de nouveau fréquenté l’école centrale de décembre 1946 à avril 1947. Josette Reibaut devient secrétaire fédérale en 1948. Elle siège en outre au secrétariat départemental de l’UFF. Elle figure dans la délégation chargée de représenter la fédération au congrès d’avril 1950. La dernière apparition de Josette Reibaut a lieu le 20 avril 1952 à l’occasion des cérémonies commémoratives de la mutinerie de la Mer Noire. Usée par sa déportation en Allemagne, elle décède le 28 mai suivant.

153Promu au comité dès 1944, Paul Cermolacce n’accède pourtant au bureau puis au secrétariat fédéral respectivement qu’en 1952 et en 1956. Est-ce parce qu’il est devenu depuis le 21 octobre 1945 l’inamovible député de la première circonscription des Bouches-du-Rhône (il conservera ce mandat jusqu’en 1978) ? Un autre marin, André Fressinet voit sa longue carrière militante, il a adhéré à la CGT en 1917 et au Parti en 1925, réorientée vers des fonctions au sein de la FSM après avoir été élu en juillet 1949 secrétaire général du bureau de l’Union internationale des syndicats des marins fluviaux, pêcheurs et travailleurs des ports. La présence en France de cette organisation ayant été interdite, André Fressinet mène une action clandestine à Paris avant de séjourner à Anvers, Gdynia et Vienne. De retour à Marseille en 1956, il travaille aux Ateliers du Canet jusqu’à l’âge de sa retraite.

154Deux cas de figure existent au sein du groupe de ceux dont l’adhésion est postérieure à 1939. Certains « montent » à Paris et accèdent à des responsabilités nationales. D’autres voient leurs carrières se dérouler essentiellement sur le plan départemental.

155Les parcours de Louis Tremellat et de Léo Lorenzi présentent d’importantes similitudes après la Libération. Tous deux accèdent rapidement au poste de secrétaire fédéral des JC puis de l’UJRF. À la suite d’un premier séjour d’un mois à Paris en 1946, Léo Lorenzi est promu au bureau national de ce mouvement. Ses nouvelles fonctions l’amènent à effectuer plusieurs séjours en URSS et en Chine avant d’être nommé en 1956 directeur adjoint de l’école centrale de Viroflay pour la jeunesse. Louis Tremellat est chargé de conduire la délégation de cinquante et un jeunes Marseillais qui « montent » à Paris à la suite des grèves de novembre 1947. Cette action lui vaut une promotion au comité fédéral en mars 1948. Appelé à son tour à exercer des responsabilités nationales au sein de l’UJRF et nommé instructeur du Comité central, il s’installe à Paris l’année suivante en compagnie de son épouse. Responsable des relations avec la Hongrie, Louis Tremellat travaille en 1949 à l’organisation du festival de la jeunesse de Budapest. En 1951, à la suite de l’interdiction en France de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique, la direction du Parti le renvoie à Marseille pour le préserver d’une éventuelle arrestation. Devenu journaliste à La Marseillaise, Louis Tremellat et son épouse commencent à prendre leurs distances avec le PCF à partir de 1954.

156Cette dernière, qui s’appelle encore Georgette Comin, suit les cours de l’école fédérale en 1945. En 1946, elle passe de la JC à l’UJRF dont elle suit les cours de l’école de formation. Elle devient rapidement secrétaire fédérale et membre du bureau national de l’UJFF. Elle est élève de l’école centrale de la jeunesse à Viroflay en septembre et octobre 1947 puis conduit la délégation des « 51 » jeunes marseillais qui arrivent à Paris le lundi 17 novembre 1947. Georgette Comin suit son époux à Paris où elle se voit confier d’importantes responsabilités au sein de la direction nationale de l’UJFF. Elle entre au secrétariat de Jacques Duclos en décembre 1950. Lors de son retour à Marseille au printemps 1951, Georgette Comin succède à Solange Cristofol à la direction de la librairie de la Renaissance. En 1954, elle est en outre membre du comité de la section des Chartreux, milite à France-URSS et aux Amis de la Nature.

157Le parcours suivi par Jean Garcia se déroule, avec quelques années de décalage, d’une manière similaire à ceux de ses prédécesseurs. Ayant rejoint le Parti en mai 1945, il est nommé l’année suivante secrétaire fédéral de l’UJRF puis succède à Louis Tremellat lors du départ de ce dernier à Paris. Ne possédant pas encore le statut de permanent, Jean Garcia travaille à la Société française pour l’industrie de l’aluminium puis à partir de 1949 à la SPCN. Il assiste cette année-là au Festival mondial de Budapest. Membre du bureau fédéral entre 1951 et 1953, Jean Garcia est promu au comité national de l’UJRF en décembre 1951. À ce titre, il représente la France au sein de la FMJD et joue un rôle important dans la préparation des festivals de la jeunesse. Il quitte Marseille durant l’année 1953 après avoir été élu conseiller municipal le 26 avril. Jean Garcia sera secrétaire de la fédération de Seine Saint-Denis de 1969 à 1979. Il siégera au Comité central de 1970 à 1987.

158Gaston Viens représente le dernier cas de ceux qui « montent » à Paris. Venu au Parti en 1942, il est auréolé par son internement au camp de Saint-Sulpice suivi de sa déportation au camp de Buchenwald. Sa participation au groupe des « 51 » en novembre 1947 favorise aussi sa promotion. Il est élu pour la première fois au comité fédéral le 1er mars 1948. Le 14 mars 1950, La Marseillaise le mentionne parmi l’équipe qui forme le nouvel ensemble secrétariat/bureau. Entre 1952 et 1954, il siège au secrétariat fédéral et au Comité central en tant que suppléant. De nouvelles responsabilités l’amènent à s’installer à Paris. À l'issue du congrès de 1956, il devient membre du secrétariat du Comité central.

  • 154 Déclarations effectuées les 21 avril et 29 juillet 1998, revues en juin 2001.

159Bien que présentant des similitudes avec les cas étudiés jusqu’ici, les parcours suivis par Serge Agostinelli et Diego Navarro s’en différencient car ils ne s’installeront jamais définitivement à Paris. Ces deux cadres sont des enfants d’immigrés, italiens et espagnols respectivement. Tous deux ont participé aux combats de la Résistance. Promu à la tête de la section de Mazargues, Serge Agostinelli suit les cours de l’école fédérale à Roquevaire en 1948, accède au comité fédéral en 1949, devient permanent en 1950. Étant parvenu à augmenter les effectifs de sa section de Mazargues en janvier 1951, Serge Agostinelli ne tarde pas à être promu au secrétariat à l’organisation et nommé membre de la commission centrale d’organisation154. Le 28 mai 1952, il est nommé instructeur régional d’organisation, responsable de toutes les fédérations du Sud-Est. Il entre cette année-là au comité fédéral, accède l’année suivante au bureau. Serge Agostinelli revient à Marseille à la suite de l’éviction d’Auguste Lecœur. La formation de quatre mois qu’il reçoit à l’école centrale du Parti et l’arrivée de Marcel Servin au poste de secrétaire à l’organisation lui permettent de reprendre ses fonctions au sein de la commission centrale.

  • 155 Autobiographies établies par le militant en 1952 et 1960. Listes établies pour la SMC de 1952 à 195 (...)

160En juin 1944, alors qu’il se trouve encore au maquis, Diego Navarro adhère au PCF155. Responsable de la cellule de Château-Bovis en 1947 et du cercle UJRF de l’Estaque en 1947, il accède ensuite au bureau de la section Port et Marine, devient secrétaire de la section de l’Estaque. Il suit en 1949 les cours dispensés par l’école fédérale. Durant cette période, Diego Navarro est victime à plusieurs reprises de licenciements à la suite des mouvements de grève auxquels il participe. Élu au comité fédéral entre 1952 et 1956, il suit en 1954 les cours du stage de formation des cadres de mouvement de jeunesse. Diego Navarro acquiert le statut de permanent en 1956 lorsqu’il est nommé collaborateur du Comité central et rattaché deux ans durant à la section propagande pour les départements du Sud-ouest.

161Georges Lazzarino et Pascal Posado d’une part, Louis Calisti et Marcel Tassy de l’autre, accèdent au secrétariat fédéral. Alors que les deux premiers connaissent une rapide progression de leurs carrières politiques, les deux autres gravissent plus lentement les échelons de la hiérarchie.

162Plusieurs éléments importants favorisent l’ascension de Georges Lazzarino. Son père Henri, secrétaire de la section SFIO de Port-de-Bouc a été fusillé le 13 juin 1944 en compagnie du père de Paul Lombard, le maire communiste actuel de Martigues. Georges Lazzarino a épousé la fille du sénateur Léon David. Secrétaire du syndicat CGT de la métallurgie de Port-de-Bouc, il anime la grève de l’été 1949, participe à la « marche de la faim » et à la manifestation du 24 août. Du fait de son licenciement, ses activités politiques se partagent entre Marseille, où il gravit les échelons de la hiérarchie fédérale, et Port-de-Bouc, où il conserve de solides attaches. Secrétaire de la section communiste locale en 1950, il est présenté dans la deuxième circonscription des Bouches-du-Rhône lors des législatives de juin 1951, est élu conseiller municipal en avril 1953. Lors du XIVe congrès, Georges Lazzarino devient suppléant au Comité central.

  • 156 Listes établies de 1952 à 1968 à la demande de la SMC. Déclarations du 6 novembre 1996.

163Dès la Libération, Pascal Posado est promu représentant des jeunes au sein de l’ud-CGT. Trois ans à peine après son adhésion au Parti, il est déjà membre du bureau fédéral. De novembre 1947 à mars 1948, il suit les cours de l’école centrale du Parti. La même année, il est reconduit au bureau fédéral en mars et entre au bureau de l’ud-CGT lors du congrès de juin. Bien que réélu lors du congrès de juin 1949, Pascal Posado perd son statut de permanent syndical en octobre de la même année à la suite de la venue de Benoît Frachon. Il doit durant quelques mois retourner travailler en usine. Devenu permanent du Parti, il est réélu au bureau fédéral en mars 1950. En juillet 1952, il remplace au secrétariat Josette Reibaut décédée. Il siégera dans cette instance jusqu’à la réorganisation de l’ensemble de l’équipe dirigeante qui se déroule en septembre 1961156. Durant plusieurs années encore membre du bureau fédéral, il sera chargé de l’instruction des militants par le Comité central puis deviendra responsable des conseillers municipaux communistes.

  • 157 Déclarations effectuées par l’intéressé lors de sa demande de carte de vétéran.

164Bien qu’il ait rejoint le Parti en 1943, Louis Calisti n’est élu au secrétariat fédéral qu’entre 1961 et 1965 à la suite d’un parcours classique : comité fédéral entre 1952 et 1954, bureau en 1956. Ses multiples activités en tant que directeur puis président de l’UDMT, président de la Fédération nationale des mutuelles de travailleurs et membre fondateur des Mutuelles de France, ont sans aucun doute retardé sa progression. Marcel Tassy rejoint les rangs du Parti alors qu’il est encore étudiant électricien. Actif dans la lutte contre la guerre d’Indochine, il est arrêté pour affichage interdit, il est promu au bureau de l’UJRF en 1950. Marcel Tassy est interpellé lors de la manifestation organisée en octobre 1950 pour soutenir les « Dix de La Bocca ». Toujours secrétaire fédéral de l’UJRF, il entre au comité fédéral à la suite du congrès de mars 1952. En décembre 1956, Marcel Tassy devient secrétaire départemental adjoint de la JC reconstituée. Il siège parallèlement au comité fédéral jusqu’en 1959, accède au bureau l’année suivante, au secrétariat entre 1964 et 1976157. Au sein de cette instance, il s’occupe plus particulièrement des questions financières. À partir de janvier 1976, Marcel Tassy sera pour quelques années le responsable politique du journal La Marseillaise.

Ceux qui ne dépassent pas un palier intermédiaire

  • 158 Charles Chapuis est présenté pour la dernière fois lors des élections municipales du 19 octobre 194 (...)

165L’accession au bureau ou au comité fédéral représente le palier le plus élevé atteint par élus communistes. Chargé de s’occuper des cadres depuis 1945, Charles Chapuis siège encore en 1948 au sein du comité fédéral. Sa candidature n’est pas proposée l’année suivante bien qu’il demeure jusqu’en 1953 responsable du service d’ordre de la fédération158. Les promotions au comité de Maurice Alby, Alix André, Ange Colombi, Georges Serano, Georges Croëse, Line Ceccaldi, et Victor Porte découlent d’une importante activité déployée à la tête des mouvements de masse. Avec un temps de décalage, les itinéraires suivis par Gabriel Chouraqui et Joseph Oms, Jeannette Agostinelli et Rosette Meyer s’inscrivent dans une logique similaire. Marcel Guizard et Paul Argiolas sont, avec Pierre Emmanuelli dont le cas sera abordé dans le chapitre suivant, les uniques responsables de la presse qui accèdent à la direction fédérale.

166Seulement sept des soixante-trois conseillers municipaux élus en 1953 siègent au sein de la direction fédérale : Jean Cristofol et Jean Labro qui ne dépassent pas le niveau de responsabilités qui avait été le leur avant 1939, Yvonne Estachy, Mireille Dumont, Louis Gazagnaire et Henri Pagès y accèdent sans y jouer un rôle de premier plan.

167Après la Libération, la vie politique de Jean Cristofol se confond pour l’essentiel avec celle de la mairie de Marseille. Il se retrouve vice-président du conseil municipal dirigé par Gaston Defferre d’avril à octobre 1945. À la suite de la démission de ce dernier, il en assume la direction du 28 janvier au 23 octobre 1946. Bénéficiant de la loi du 20 février 1946 qui restitue ses libertés communales à la ville, Jean Cristofol devient, de l’élection du 8 décembre 1946 à celle du 27 octobre 1947, maire à part entière. Le maintien au troisième tour de la candidature de Gaston Defferre lui fait perdre cette place au profit du RPF Michel Carlini. En 1953, bien que troisième de liste derrière François Billoux et Lucien Molino, Jean Cristofol est chargé de représenter le Parti lors du vote organisé entre les conseillers municipaux élus le 26 avril. Il est battu au troisième tour de scrutin par Gaston Defferre qui est parvenu à constituer une majorité autour de sa candidature. Jean Cristofol est par contre, à partir du 21 octobre 1945, systématiquement réélu député de la première circonscription des Bouches-du-Rhône.

  • 159 Jacqueline Cristofol, op. cit., p. 383-384.
  • 160 Ibidem, p. 390-391.

168Sa stature d’élu bien implanté localement ne lui ouvrira jamais la voie du Comité central. Jacqueline Cristofol relie la carrière bloquée de son époux à une volonté délibérée de François Billoux qui aurait pris ombrage de la popularité de l’ancien maire de Marseille159. À cette déception politique vint s’ajouter en 1951 l’interdiction de ne plus revoir sa fille unique Solange, exclue du Parti pour ne pas avoir rompu avec son fiancé accusé d’être un indicateur de la police160. Cette épreuve personnelle qui lui fut imposée pendant deux ans contribua à détériorer la santé de Jean Cristofol qui dut subir une première intervention chirurgicale en août 1952 et fut victime d’un infarctus du myocarde en 1954.

169Jean Labro est encore nommé membre de la direction fédérale en 1948 mais l’essentiel de sa carrière politique appartient déjà au passé. Après avoir rejoint le PCF en juin 1928, il devient secrétaire de la section du Bassin de Séon en 1931 avant d’être successivement promu au comité en 1931, au bureau en 1936, au secrétariat régional en 1937 et 1938. Il est en outre envoyé en Espagne en tant que commissaire politique. De la Libération à son retour à Marseille en octobre 1944, il occupe le poste de secrétaire régional pour la Drôme et l’Ardèche. Il devient alors secrétaire administratif de la fédération des Bouches-du-Rhône avant d’être nommé au comité fédéral en 1945. Il n’apparaît déjà plus parmi les soixante dirigeants mentionnés par Rouge-Midi le 2 mars 1948. Comme Jean Cristofol, il a été réorienté vers le rôle d’élu local. Il triomphe dès le premier tour dans le septième canton en septembre 1945. Le nombre de sièges détenus par le PCF lui permet de devenir président d’une des commissions du conseil général. Le 7 octobre 1951, Jean Labro retrouve son siège dès le premier tour. Il devient conseiller municipal à la suite du scrutin du 26 avril 1953. Décédé le 7 novembre 1955, il ne pourra achever son mandat.

170Parmi les promus de l’après-guerre, Yvonne Estachy est la seule à atteindre le niveau du bureau fédéral, Mireille Dumont, Henri Pagès et Louis Gazagnaire ne dépassant pas celui du comité. Leur âge, ils sont respectivement nés en 1907, 1901, 1911 et 1903, a sans doute joué dans la décision de les orienter vers un rôle d’élu. Yvonne Estachy figure systématiquement, à partir du 21 octobre 1945, sur toutes les listes présentées par le Parti à l’occasion des législatives. Ce n’est toutefois qu’en juin 1951 qu’elle parvient à devenir député de la première circonscription des Bouches-du-Rhône.

171Élu le 8 décembre 1946, Henri Pagès retrouve son siège de conseiller à l’issue des municipales du 19 octobre 1947 et du 26 avril 1953. En juillet 1952, à la suite du décès de Josette Reibaut, il est chargé de conserver le cinquième canton. Adjointe de Jean Cristofol, Mireille Dumont garde de son côté, de 1946 à 1955, son mandat de conseillère de la République. Elle est par contre battue à l’issue des cantonales de mars 1949 et des législatives de juin 1951. Louis Gazagnaire devient conseiller général en septembre 1945 mais perd son siège en octobre 1951. Le Parti le présente en position éligible lors des municipales d’avril 1953.

172L’étude des biographies des militants répertoriés dans le tableau de la page 15 apporte quelques éléments susceptibles de comprendre le profil des parcours des responsables de mouvements de masse. La stabilité qui conduit six d’entre eux à exercer les mêmes fonctions syndicales durant de longues années constitue un de ces points forts, Line Ceccaldi représentant un cas particulier par rapport à ses cinq camarades masculins.

  • 161 La Marseillaise, 1er mars 1954. En 1961, Alix André est toujours membre du secrétariat de l’union d (...)
  • 162 Provence-Nouvelle, 14 au 21 décembre 1951.

173Déjà secrétaire général du syndicat des produits chimiques en 1944, Maurice Alby est toujours chargé de cette responsabilité dix ans plus tard. Alix André est secrétaire du syndicat des textiles. Ange Colombi est l’un des responsables du syndicat de la métallurgie. Georges Serano demeure secrétaire général du syndicat des marins de Marseille de 1949 jusqu’en 1975. Georges Croëse et Line Ceccaldi militent respectivement parmi les métallurgistes et les postiers. Tous accèdent au bureau de l’UD. Maurice Alby fait partie de cette instance en 1948. Alix André y siège entre 1951 et 1953 avant d’être promue au secrétariat le 28 février 1954161. Ange Colombi devient à partir du 28 octobre 1951 secrétaire adjoint162. Georges Serano accède aussi au bureau de 1950 à 1952. Avant même que ne commencent les années froides, Georges Croëse est devenu permanent de la direction de l’ud-CGT. Line Ceccaldi siège au sein du secrétariat de l’ud-CGT de juillet 1947 à janvier 1953. Sommée par son administration de tutelle de choisir entre la réintégration dans son service d’origine et un nouveau détachement syndical de six ans, elle reprend le travail le 16 juillet 1953.

  • 163 Autobiographie remplie par l’intéressé.
  • 164 Listes établies à la demande de la SMC. Arch. cent.

174La permanence de leur présence sur une longue durée au sein du comité fédéral représente un autre point commun du parcours de ces cadres, Line Ceccaldi constituant là aussi un cas particulier. Maurice Alby suit les cours de l’école fédérale en avril 1945 et ceux de l’école interfédérale en 1954. Il siège au comité de la fédération au moins à partir de 1951 et y est réélu une dernière fois en 1959163. Du 20 janvier au 15 février 1947, Alix André suit les cours dispensés par l’école centrale des cadres fédéraux. L’édition du 2 mars 1948 de Rouge-Midi signale sa réélection à la direction de la fédération. Elle est toujours membre du comité en 1959. Ange Colombi siège au sein de cette instance au moins entre 1952 et 1968. Georges Serano est élu dans un comité de section en 1946 et 1947, dans un bureau en 1948 et 1949. Sa présence au sein du comité fédéral a pu être établie de 1952 jusqu’en 1961. Il n’est plus représenté l’année suivante du fait de son entrée au bureau national de la Fédération CGT des inscrits maritimes164.

  • 165 Listes établies de 1952 à 1954 à la demande de la SMC. Arch. cent.
  • 166 Décision du Secrétariat du 29 septembre 1954. Arch. cent.
  • 167 Rouge-Midi, 2 mars 1948.

175Georges Croëse, le seul avec Line Ceccaldi à avoir rejoint le Parti durant la guerre, accède pour la première fois au comité fédéral en 1948. Sa présence éventuelle dans cette instance entre 1949 et 1951 n’a pu être déterminée. Il n’y est pas élu en 1952 mais siège de nouveau en 1953 et 1954165. Contrairement aux autres responsables syndicaux, sa progression ne s’arrête pas à ce niveau. Il est sélectionné en septembre 1954 pour suivre les cours de l’école centrale de quatre mois166. À l’issue de la conférence fédérale des 7-8 juillet 1956, il accède au bureau de la fédération où il demeurera jusqu’en 1959. La carrière politique de Line Ceccaldi se trouve de nouveau handicapée par rapport à celle de ses camarades masculins. En 1948, elle entre pour la première fois au comité fédéral167. Au cours des années suivantes, Line Ceccaldi contribue à organiser la journée internationale des femmes, participe aux défilés du 1er mai et du 14 juillet, reçoit en 1949 la responsabilité du comité d’aide à la Grèce démocratique, contribue en 1950 aux actions de solidarité menées au bénéfice des dockers en grève puis, durant l’automne de la même année, à la « campagne d’action contre la misère, les bas salaires, le chômage et la guerre ». Ayant la charge d’élever son fils, Line Ceccaldi demande en 1951 à ne plus exercer de responsabilités au sein de la direction fédérale.

176Trois de ces cadres au moins, les élément nécessaires n’ayant pu être trouvés pour le cas d’Ange Colombi, ont détenu un mandat électoral. Le Parti place Maurice Alby sur ses listes lors des élections municipales du 8 décembre 1946 et du 19 octobre 1947 et à l’occasion des législatives du 17 juin 1951. Il faut toutefois attendre le scrutin du 26 avril 1953 pour qu’il devienne conseiller municipal. Alix André est élue conseillère municipale sur la liste présentée par la CGT lors des élections du 29 avril 1945. Elle figure encore sur la liste communiste lors des municipales du 8 décembre 1946. Georges Serano est présenté lors des élections municipales du 8 décembre 1946 et du 19 octobre 1947.

  • 168 Autobiographie remplie par l’intéressé. Liste établie en 1954 pour de la SMC.
  • 169 Joseph Oms est né le 15 août 1926 dans les Pyrénées Orientales. Sources : Listes établies de 1956 à (...)
  • 170 Joseph Oms restera secrétaire de l’ud-CGT de 1962 à 1985. Nommé par ailleurs président pour les Bou (...)

177Dans le cas de deux autres responsables syndicaux, la progression au sein de la hiérarchie du Parti ne commence que plus tardivement. Gabriel Chouraqui milite déjà à la CGT depuis un an lorsqu’il adhère au PCF en mai 1947. Secrétaire de cellule en 1947, il suit cette année-là les cours de l’école de section, devient membre du comité puis du bureau de sa section de rattachement en 1948. Ayant bénéficié la même année de la formation dispensée par l’école fédérale, il accède au secrétariat de section en 1949. Son comportement durant les grèves d’août 1953 ayant été jugé positif, Gabriel Chouraqui devient secrétaire départemental du syndicat des postiers CGT à l’issue du congrès des 4 et 5 octobre 1953. Le 23 mai 1954, il est promu au comité fédéral168. En 1956, Joseph Oms y entre pour la première fois. Cette élection récompense une carrière syndicale déjà bien remplie, malgré son jeune âge, depuis son adhésion au PCF et à la CGT en mars 1944169. Il est en particulier présent lors des événements du 12 novembre 1947 et participe à la délégation des « 51 » jeunes qui se rendent à Paris. Licencié à la suite des grèves de mars 1950, Joseph Oms devient le 2 mai suivant secrétaire départemental du syndicat CGT de la métallurgie. Le 28 février 1954, il est nommé membre de la commission administrative de l’ud-CGT et accède l’année suivante au secrétariat national du syndicat de la métallurgie170. Sur le plan politique, Joseph Oms siégera ensuite au sein du comité puis du bureau de la fédération communiste des Bouches-du-Rhône, respectivement de 1956 à 1963 et de 1963 jusqu’en 1971.

178Trois profils de carrière peuvent être repérés lorsque l’on se penche sur les biographies des dirigeants de mouvements de masse qui accèdent au comité fédéral. Le cas de Victor Porte, membre du Parti depuis 1934 et déjà âgé de près de quarante ans en 1945, est différent de celui de Jeannette Agostinelli qui est venue au PCF après la Libération. Il s’oppose avec encore plus de netteté au parcours de Rosette Meyer.

  • 171 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 12 mars 1952.
  • 172 Déclarations de Jeannette Agostinelli. 21 avril et 29 juillet 1998.
  • 173 Listes établies de 1952 à 1968 pour la SMC. Arch. cent.
  • 174 Déclarations de la militante lors de sa demande de carte de vétéran. Listes établies de 1956 à 1965 (...)

179Victor Porte intègre la direction fédérale à la Libération. Il devient le deuxième adjoint de Jean Cristofol à l’issue du scrutin du 8 décembre 1946, est présenté en troisième position lors des municipales du 19 octobre 1947. En avril 1953, son nom ne figure plus qu’en deuxième moitié de liste. Les responsabilités de Victor Porte à la tête du SPF, en 1952 il est en particulier chargé de superviser quatre départements, ne lui permettent plus sans doute de cumuler autant d’activités171. Il est cependant encore réélu au comité fédéral en 1957. Membre du Parti depuis 1945, Jeannette Agostinelli est chargée par François Billoux de développer l’action auprès des femmes. Ayant adhéré à l’UFF en 1947, elle en devient la secrétaire départementale en 1950 et entre deux ans plus tard au comité national de ce mouvement172. Toujours en 1952, elle suit les cours de l’école centrale des femmes et accède pour la première fois au comité fédéral173. Elle est élue conseillère municipale de Marseille le 26 avril 1953. Afin de pouvoir s’occuper de ses trois enfants, elle demandera à ne pas figurer sur la liste présentée par le Parti communiste en 1959. Bien que ses adhésions au PCF et à l’UJFF ne remontent qu’au début de l’année 1951, Rosette Meyer intègre la direction départementale de l’UJFF dès l’année suivante. Elle accédera au comité fédéral en 1956, suivra les cours de l’école centrale générale d’un mois en mars 1957 et ceux de l’école d’un an du Komsomol en 1958174.

180Deux responsables de La Marseillaise aux parcours respectifs présentant de nombreuses similitudes figurent dans le groupe des cadres qui ne dépassent pas un niveau intermédiaire. Marcel Guizard a rejoint le Parti en 1935. Paul Argiolas a adhéré pendant l’Occupation. Tous deux ont exercé d’autres métiers avant de devenir journalistes. Marcel Guizard a été postier, Paul Argiolas métallurgiste. Tous deux connaîtront des mutations en fonction des décisions prises par la direction nationale du PCF.

  • 175 Rouge-Midi, 2 mars 1948.
  • 176 Déclarations de Gaston Lenfant.

181Marcel Guizard séjourne à Paris d’octobre 1944 à mars 1945. Il y est affecté au siège du Front national en tant que représentant de la zone Sud. Il revient à Marseille en mai 1945 pour prendre la direction de La Marseillaise. À l’exception de sa mutation à la tête des Allobroges de 1951 à 1953, il conservera la responsabilité de ce quotidien jusqu’en 1970. Sa carrière au sein du Parti passe tout d’abord par les cours de l’école centrale de trois mois qu’il suit à partir de février 1946. Membre de l’équipe dirigeante de la fédération en 1947 et 1948175, Marcel Guizard est élu au bureau fédéral de 1954 à 1962. Parallèlement, il milite à France-URSS ce qui le conduit à effectuer un séjour en Union Soviétique en octobre 1949. Artiste amateur, il présente quelques-unes de ses créations lors de l’exposition organisée par le groupe Perspectives en mai 1951. Responsable de l’UJRF à Port-de-Bouc jusqu’en 1950 et conseiller municipal de cette ville, Paul Argiolas est muté à Marseille à la suite de la liquidation des CAP. Il y est affecté au poste de rédacteur en chef de La Marseillaise. Il est élu au comité fédéral en 1950, 1953 et 1954. Il devient par la suite directeur du Petit Varois jusqu’à l’absorption de ce titre par La Marseillaise176. Paul Argiolas s’étant fixé dans le Var, c’est dans ce département que se poursuivra sa carrière politique.

  • 177 À cette époque, l’Union soviétique est favorable à la création d’un État juif.
  • 178 Arch. dép., dossier 148 W 291, note du 31 mai 1952.

182Le cas particulier d’Alphonse Dumay doit être évoqué en conclusion de cette analyse des militants de l’avant-guerre qui devinrent des cadres fédéraux après 1945. Son parcours se démarque en effet de celui de tous les militants étudiés jusqu’à présent. Né le 25 août 1919 à Philippeville en Algérie, il est le fils d’Agnès Dumay et le beau-frère de Charles Nédélec. En juillet 1937, il se retrouve à Paris où réside son père. Grâce à ce dernier, capitaine d’armement à France Navigation, il devient officier mécanicien sur les navires de cette compagnie. En 1947, il est capturé par les Anglais et interné à Chypre alors qu’il transporte clandestinement des Juifs voulant gagner la Palestine177. Revenu en France, il participe aux événements de novembre 1947. Promu au comité fédéral en 1948, Alphonse Dumay est aussi cette année-là président départemental des anciens FFI. Son nom n’est plus cité dans la presse communiste entre mars 1950 et mai 1951. Secrétaire départemental des FTPF et membre du comité fédéral, il joue par contre un rôle important lors de la manifestation du 28 mai 1952178. Ses activités sur Marseille s’interrompent de nouveau lorsqu’il reprend la mer en janvier 1953.

Ceux qui sont écartés

  • 179 Rapport prononcé lors du XIIe congrès. Cahiers du communisme, mai 1950, p. 28.

183Lorsqu’en avril 1950, Maurice Thorez insiste sur la nécessité de rejeter du parti « les éléments instables (qui) s’agitent et perdent pied », il vise ceux qu’il qualifie de « petits bourgeois, inconsistants et timorés par nature » qui auraient rejoint le Parti « dans les années de facilité relative, au lendemain de la Libération »179. Les rétrogradations de l’année 1954 ne découlent pas d’une telle analyse. Les mesures prises à l’encontre de Lucien Molino doivent-elles être rapprochées de celles qui frappent Alfred Pacini, Jean Marrot et André Langlois ou de la non-réélection au comité fédéral de Renée Susini et d’Antoinette Prève ? À ces décisions spectaculaires correspondent le recul progressif d’Henri Bertini et les mises à l’écart dissimulées de Denis Bizot, Jean-Maurice Claverie et Pierre Emmanuelli.

  • 180 La Marseillaise, 14 mars 1950.
  • 181 Rouge-Midi, 17 juin 1947.
  • 182 Rouge-Midi, 2 mars 1948.
  • 183 La Marseillaise, 5 avril 1950.

184Responsable des cadres du Parti clandestin à Aix-en-Provence, dans le Var, puis de nouveau dans les Bouches-du-Rhône, Jean-Maurice Claverie accède au secrétariat fédéral peu après la Libération. La promotion de Pierre Doize en 1948 coïncide avec sa brusque rétrogradation au niveau du comité. Le nom de Jean-Maurice Claverie n’apparaît plus parmi les membres du secrétariat et du bureau élus en mars 1950180. En 1952 et durant les années suivantes, son nom ne figure pas plus sur les listes de responsables fédéraux établies à la demande de la SMC. Pierre Emmanuelli, qui a été en septembre 1945 élu conseiller général, est toujours mentionné en tant que membre du secrétariat fédéral en 1947181. L’année suivante, il rétrograde au niveau du bureau182. Le 14 mars 1950, La Marseillaise le fait figurer parmi les noms de ceux qui siègent au sein de l’ensemble secrétariat/bureau élu la veille. Pierre Emmanuelli fait partie de la délégation chargée de représenter les Bouches-du-Rhône au XIIe congrès183. Si l’édition du 27 mai 1951 de La Marseillaise le cite encore en tant que secrétaire fédéral, celle de Provence-Nouvelle de la semaine du 31 août au 7 septembre 1951 indique qu’il est seulement membre du bureau. Sa présence au sein de cette instance est par contre clairement établie pour les années 1952 et 1953 grâce aux listes établies par la fédération des Bouches-du-Rhône à la demande de la SMC.

  • 184 Direction du Secrétariat du 6 octobre 1953. Arch. cent.

185Les capacités de Pierre Emmanuelli semblent être plutôt utilisées pour assurer la bonne marche de la presse communiste. Après avoir été chargé d’assurer la survie de Rouge-Midi, il devient directeur de Provence-Nouvelle avant d’être affecté à La Marseillaise où il remplace Marcel Guizard muté aux Allobroges, l’organe du Front national à Grenoble184. Pierre Emmanuelli s’occupe de ce quotidien entre mai 1951 et octobre 1953. Une nouvelle permutation est alors décidée par le Secrétariat du PCF. Pierre Emmanuelli prend la direction des Allobroges, Marcel Guizard revient à la tête de La Marseillaise. La défaite de Pierre Emmanuelli dans le 4e canton lors du deuxième tour des élections du 14 octobre 1951 et le décès de sa compagne (Josette Reibaut) ont sans doute contribué à fragiliser ses assises politiques personnelles.

  • 185 Rapport des RG du 28 janvier 1952, déjà cité.
  • 186 Le rapport des RG du 28 janvier 1952 conclut en faveur de la seconde de ces hypothèses.

186Après avoir été secrétaire fédéral à l’organisation dans le département du Rhône, Denis Bizot accède lui aussi au secrétariat de la fédération des Bouches-du-Rhône. Élu conseiller général en septembre 1945, il suit, de novembre 1945 à février 1946, les cours de l’école centrale de trois mois. Le Parti le présente dans la première circonscription des Bouches-du-Rhône lors des législatives du 2 juin 1946. Denis Bizot est toujours secrétaire en octobre 1948, lorsqu’il est nommé responsable pour le département de la section nord-africaine, et en mars 1949, lorsqu’il est battu aux cantonales. En 1950, il rétrograde au niveau du bureau fédéral. En mars 1951, Denis Bizot, accepte la proposition du Secrétariat qui lui demande de s’installer à Paris pour prendre la direction de la revue L’Algérien de France185. S’agit-il d’une nouvelle impulsion donnée à sa carrière politique ou d’une manière déguisée de l’écarter définitivement de Marseille186 ? Denis Bizot se retrouve en Hongrie en 1952 et son nom ne réapparaît plus avant 1954 sur les listes établies à l’attention de la SMC. Il n’y figure plus que comme membre du comité fédéral.

187À l'opposé du cas précédent, la trajectoire politique de Lucien Molino connaît un brutal coup d’arrêt. L’envergure nationale de ce responsable se situe plus au niveau de la CGT que du PCF ce qui ne doit pas conduire pour autant à minorer son importance politique. Membre du bureau fédéral dès septembre 1944, il est promu la même année au poste de suppléant du Comité central. Jusqu’en 1950, il est désigné pour faire partie de la délégation chargée de représenter les Bouches-du-Rhône lors de chacun des congrès nationaux du Parti.

188Responsable de l’union départementale CGT dès la Libération, nommé en mars 1945 membre de la commission administrative confédérale, Lucien Molino est promu à la direction nationale de la CGT en octobre 1951. Le déroulement de sa carrière s’en trouve bouleversé. Il s’installe à Paris où ses nouvelles responsabilités l’amènent à côtoyer les dirigeants nationaux du Parti. La notoriété qu’il en retire lui vaut d’être arrêté le 24 mars 1953 en compagnie d’André Stil et d’André Tollet. En réaction, le Secrétariat décide le 3 avril d’imposer sa candidature à Marseille. Placé en seconde position sur la liste communiste avec la mention « prisonnier d’État », Lucien Molino est élu conseiller municipal le 26 avril 1953. Il ne retrouve pas pour autant sa liberté et doit attendre le 25 août pour sortir de la prison de Fresnes. Accusé d’avoir menti en indiquant une fausse date d’évasion dans une autobiographie remplie à la demande de la SMC, Lucien Molino se retrouve brutalement démis de toutes ses fonctions nationales en 1954. Malgré l’opposition de certains responsables du Parti, il parvient à obtenir l’autorisation de revenir à Marseille. Il y conserve son mandat de conseiller municipal mais éprouve de fortes difficultés pour trouver du travail.

189Sans qu’il soit possible d’établir une quelconque relation avec la rétrogradation de Lucien Molino ou avec la chute d’Auguste Lecœur, l’année 1954 est marquée par les sanctions qui frappent plusieurs cadres communistes des Bouches-du-Rhône. L’avenir politique de Jean Marrot, Alfred Pacini et André Langlois s’obscurcit plus ou moins durablement à la suite de l’intervention de Jeannette Vermeersch lors des travaux préparatoires de la conférence fédérale de 1954. Henri Marx, Alphonse Pérez, Renée Susini et Antoinette Prève disparaissent eux aussi.

190Directeur de l’Assistance publique de Marseille de 1945 jusqu’à sa révocation deux ans plus tard par madame Poinso-Chapuis, le docteur Jean Marrot est, de 1951 à 1953, membre du comité fédéral. Il y est plus spécialement chargé de s’occuper des intellectuels. Il est aussi élu conseiller municipal en avril 1953. Sa carrière est brutalement interrompue en 1954 lorsque Jeannette Vermeersch lui reproche ses contacts avec des mouvements de résistance non communistes de la région pyrénéenne. Écarté du comité fédéral, Jean Marrot se retrouve durant une assez longue période mis en quarantaine au sein même du Parti.

191Dès la libération de Marseille, Alfred Pacini anime le cercle UJRF ainsi que le club de foot de son quartier. Lors des grèves de novembre 1947, il dirige la section regroupant les militants de Saint-Mauront et de Bellevue. Étant devenu docker occasionnel l’année suivante, il est, à la demande de Victor Gagnaire, muté à la section Port et Marine. Son comportement durant les actions engagées contre l’embarquement des armes à destination de l’Indochine et lors des journées de grève du printemps 1950 lui vaut d’être choisi pour représenter la fédération lors du XIIe congrès. De retour à Marseille, Alfred Pacini, bien que toujours titulaire de sa carte professionnelle, est interdit de quai et ne trouve que très épisodiquement une embauche. À cette situation professionnelle difficile viennent s’ajouter, à l’automne 1952, les graves problèmes de santé de son épouse qui doit partir dans un sanatorium de l’Ain. Ces multiples difficultés n’empêchent pas Alfred Pacini de poursuivre ses activités militantes. Secrétaire de la section Port et Marine, il entre au bureau du syndicat général des dockers CGT en 1951, au secrétariat en 1952. Il est promu cette année-là au comité fédéral. En décembre, il se rend au congrès des peuples de Vienne. Le 22 février 1953, il est réélu au comité fédéral. Le Parti l’ayant placé en bonne position, il est élu conseiller municipal le 26 avril 1953. Pour des raisons similaires à celles avancées dans le cas de Jean Marrot, Jeannette Vermeersch écarte en 1954 son nom de la liste de ceux qui doivent composer le futur comité fédéral.

  • 187 Autobiographie de 1952. Lettre envoyée le 6 décembre 1954 par la fédération au Secrétariat en répon (...)

192L’adhésion, le 1er septembre 1938, d’André Langlois aux JC préfigurait sans aucun doute un engagement politique plus poussé qui sera retardé, du fait de la guerre, jusqu’au retour de l’intéressé à Marseille en décembre 1945. Sa vie militante se déroule alors d’une manière classique pour l’époque. Membre du syndicat CGT des ports et docks, il est aussi rattaché à la cellule Port et Marine. Après avoir suivi en janvier 1946 les cours de l’école de section, André Langlois est nommé secrétaire de sa cellule, accède au comité puis au bureau de section respectivement en janvier 1947 et au début de l’année 1948. En 1952 et 1953, André Langlois est membre du comité fédéral, secrétaire de la section Port et Marine, membre de la direction de France-URSS et du comité départemental du Mouvement de la paix. Bien que son nom ait figuré sur la liste des cadres à réélire lors de la conférence fédérale de mai 1954, il est écarté à la suite de l’intervention de Jeannette Vermeersch qui lui reproche d’avoir rejoint un maquis de l’Armée secrète durant l’Occupation, attitude inadmissible à ses yeux de la part d’un adhérent des JC. Un complément d’enquête lui ayant permis d’apporter des justificatifs jugés satisfaisants ainsi que sa conduite durant la grève des dockers de 1950 et son action à la tête de France-URSS lui valent une réhabilitation assez rapide. Élu au bureau national de cette association en décembre 1954, André Langlois s’installe alors à Paris187.

  • 188 L’année 1953 a déjà été marquée par la disparition d’Henri Bertini. Ayant rejoint le PCF en 1943, c (...)
  • 189 Arch. dép. dossier 148 W 293, note du 23 août 1951.
  • 190 Fiche autobiographique remplie par l’intéressé.
  • 191 Déclarations effectuées par l’intéressé lors de sa demande de carte de vétéran (fin des années quat (...)

193Quatre autres cadres disparaissent de la liste des responsables fédéraux en 1954188. Après avoir rejoint la CGT en 1944 et le PCF un an plus tard, Henri Marx est promu membre de la commission exécutive du syndicat des métaux en 1946. Il accède au bureau puis au secrétariat de ce même syndicat l’année suivante. Sa candidature à l’école fédérale des métaux est retenue en 1948. Deux ans plus tard, Henri Marx est devenu membre permanent appointé de l’ud-CGT189. Actif durant le mouvement des dockers du printemps 1950, il passe en jugement le 26 avril pour « entreprise de démoralisation de l’armée et atteinte à la sûreté extérieure de l’État », son activité syndicale durant les grèves du mois d’août 1953 est par contre jugée insuffisante. Le parcours politique d’Henri Marx se déroule parallèlement à celui de son engagement syndical. Il suit les cours de l’école fédérale en 1946, accède au comité de la section Port et Marine en 1949. Membre du comité fédéral en mars 1952 et février 1953, il demande à ne plus être représenté en 1954190. Comme Henri Marx, Alphonse Pérez mène de front ses engagements syndicaux et politiques depuis son adhésion au Parti en 1946. En 1949, il est responsable syndical CGT au sein de la SPCN et membre du secrétariat de la section de la Cabucelle. Après avoir suivi en 1950 la formation dispensée par l’école élémentaire syndicale, Alphonse Pérez est promu en 1951 à la commission exécutive du syndicat CGT des métaux avant de suivre durant le mois d’août les cours de l’école fédérale. Il accède au comité fédéral en 1953, participe aux grèves du mois d’août à l’issue desquelles il est licencié. Après deux ans d’éclipse, il réintègre le comité fédéral en 1956 mais n’est plus réélu dès l’année suivante191.

  • 192 Listes établies pour la SMC en 1952 et 1953. Arch. cent. En 1954, Renée Susini est encore membre du (...)
  • 193 Autobiographie remplie par l’intéressée en 1951.

194Les deux dernières biographies utilisables pour étudier les cadres qui disparaissent en 1954 sont celles de Renée Susini et d’Antoinette Prève. Comme pour les garçons de l’UJRF, leur carrière à l’UJFF s’est jusqu’alors déroulée en parallèle avec leur engagement au sein du PCF auquel elles ont respectivement adhéré en 1946 et 1947. La première est alors depuis deux ans membre des Jeunesses communistes. La seconde a rejoint les rangs de la CGT en décembre 1946. Membre du comité de la section de Saint-Antoine entre 1948 et 1950, Renée Susini participe au festival de Budapest en août 1949 et accède au bureau fédéral de l’UJFF en 1950. Désignée pour représenter la fédération lors du XIIe Congrès, elle siège au secrétariat de l’UJFF à partir de la fin de cette année-là. En février 1951, Renée Susini bénéficie de la formation dispensée par l’école fédérale. Elle est alors rattachée à la cellule Fernand Pauriol qui dépend de la section du quartier Baille. En 1952 et 1953, elle est élue au comité fédéral192. Militant elle aussi dans la section du quartier Baille, secrétaire départementale de l’UJFF à partir de l’année 1951193, Antoinette Prève siège au comité fédéral à la suite des conférences de 1952 et 1953 mais n’est pas réélue l’année suivante. L’insuffisance des sources disponibles les concernant ne permet pas de déterminer avec certitude les raisons qui conduisent aux non-reconductions de Renée Susini et d’Antoinette Prève ainsi qu’à la disparition de leurs noms des communiqués adressés à la presse par l’UJFF. Une tentative d’explication peut toutefois être avancée. Le 25 octobre 1952, Antoinette Prève a épousé Michel Soldner, secrétaire des fédérations des Vaillants et de l’UJRF. Le mariage de Renée Susini avec Jean Perfumo, alors membre du comité de la section Port et Marine et secrétaire du syndicat CGT des sédentaires des compagnies de navigation, se situe lui aussi sans doute en 1952 puisque la liste établie cette année-là et à l’intention de la SMC comporte une rature au niveau du nom « Susini » et l’ajout de la mention « Perfumo », le même document rempli en 1953 indiquant « Perfumo Renée née Susini ». Comme dans le cas de Line Ceccaldi, les contraintes d’une vie d’épouse et de mère ont pu contribuer à limiter l’activité militante de ces deux cadres féminins.

Conclusion

195Est-il possible d’affirmer que la fédération des Bouches-du-Rhône fut, durant ces années froides, un élément essentiel au sein du Parti ? Une comparaison du nombre de cartes placées sur le plan national permet de constater qu’après avoir fourni 4,2 % des effectifs généraux du PCF en 1948, la fédération voit son importance grimper jusqu’à 5,6 % de ce total en 1951 avant de retomber à 4,2 % en 1953. En recul constant, le nombre de nouvelles adhésions ne parvient plus à compenser les défections malgré le lancement de campagnes annuelles de recrutement. La fédération, à l’image de ce qui se passe au niveau national, persiste pour l’essentiel à attribuer le recul du nombre de ses membres à des facteurs extérieurs tels que le poids de la répression ou la puissance de la propagande de l’ennemi de classe. Elle masque ses difficultés en mettant habilement en scène les cas de progression enregistrés. Cette tendance à dissimuler un tout inquiétant derrière quelques points de détail plus positifs perdure d’ailleurs bien après les années froides puisque, le 5 mars 1956, La Marseillaise consacre encore un important article à la fête organisée autour de Marcel Servin et du deux millième adhérent de la nouvelle promotion. Le manque de documents n’a malheureusement pas permis de préciser si le recul enregistré dans les Bouches-du-Rhône pouvait être relié avec les grandes crises nationales qui secouèrent le PCF entre 1949 et 1954. Quel fut en particulier l’impact de l’éviction de Charles Tillon qui possédait de solides attaches dans la région ? Les rapports des RG signalent l’existence chez les anciens FTPF d’une tendance à ne pas croire aux accusations lancées à son encontre. Quittèrent-ils tous le parti pour autant ? Les 34,7 % de pertes enregistrés entre 1951 et 1953 correspondent-ils au contrecoup du choc éprouvé durant le dernier trimestre de l’année 1952 ? Le recul des effectifs est d’autant plus grave qu’il amplifie des difficultés financières chroniques aggravées par de multiples retards de paiement. La situation est devenue si critique en 1954 qu’elle donne lieu à plusieurs reprises à la publication dans les colonnes de Provence-Nouvelle de la liste des mauvais payeurs.

  • 194 Arch. dép., note des RG du 29 juillet 1945.

196À l’image du Parti pris dans son ensemble, la fédération ne parvient pas non plus durant ces années froides à surmonter ses problèmes cruciaux de fonctionnement bien que la base ose parfois pointer du doigt certaines pratiques peu compatibles avec un idéal révolutionnaire. Se contentant de suivre les directives successives émanant de Paris, elle mettra par exemple en œuvre le système des instructeurs politiques de cellule d’Auguste Lecœur avant de le condamner lors de la chute du secrétaire à l’organisation. La fédération n’arrive pas plus à organiser harmonieusement l’ensemble des mouvements de masse qui gravitent dans sa mouvance. Suivant là aussi une inclinaison générale, elle subordonne leurs actions aux intérêts de la ligne politique du moment. Ce type de comportement ne représente pas une caractéristique propre aux années froides. Alors que le Parti au pouvoir parle de la nécessité de gagner la bataille de la production, Raoul Exbrayat, accompagné par Pierre Gabrielli, pénètre le 2 août 1946 dans le central Colbert occupé par des postiers grévistes pour les obliger à reprendre le travail194. Mais, en cette période immédiatement postérieure à la Libération, le PCF bénéficie d’une conjoncture porteuse et des disfonctionnements de ce genre ne peuvent affecter durablement la bonne marche de l’ensemble du système comme cela se produit durant les années froides. La préparation de la journée internationale des femmes en mars 1952 est ainsi négligée au profit de la lutte contre le gouvernement Pinay et les risques d’accession au pouvoir du général de Gaulle. Les jeunes cadres prometteurs, Léo Lorenzi, Louis Tremellat, Serge Agostinelli, Jean Garcia sont récupérés pour étoffer le centre parisien.

197Ces promotions contribuent à figer encore plus les équipes placées à la tête de la fédération. Après la période de réajustement du début des années froides, la stabilité des cadres devient une caractéristique majeure. Si l’on exclut le cas particulier représenté par le remplacement en 1952 de Josette Reibaut par Pascal Posado, il faut attendre l’année 1956 pour voir accéder au secrétariat deux nouveaux titulaires, Paul Cermolacce et Joseph Pintus. Un noyau de responsables solidement installés se retrouve aussi au niveau du bureau fédéral. Sept des dix membres élus en 1952 sont toujours en place deux ans plus tard, cinq y siègent encore à l’issue de la conférence fédérale de juillet 1956. De plus, sur les douze membres du bureau de 1954, neuf, auxquels il convient d’ajouter Paul Cermolacce et Joseph Pintus promus au secrétariat, sont reconduits à cette occasion. Le bouleversement représenté par le vingtième congrès du PCUS n’a en rien inversé cette tendance lourde. Renouvelant assez peu ses cadres, la direction fédérale connaît de ce fait un vieillissement de l’âge moyen de ses membres. Elle demeure aussi essentiellement masculine. Derrière l’impression de simplicité monolithique qui se dégage de ces tendances fortes se dissimule pourtant une grande diversité de parcours. Neuf cas de figure ont en effet pu être définis en fonction du croisement entre la date d’adhésion au Parti et l’évolution de la carrière durant les années froides de quarante-huit d’entre eux.

198L’impression initiale de diversité qui se dégage à la lecture du tableau de la page suivante se modifie lorsque l’on se livre à une analyse plus poussée. Quelques points forts émergent alors. À l’exception de François Billoux, les responsables des années antérieures à 1939 ne se trouvent plus dans la phase ascendante de leurs carrières. La place réservée à ceux qui participèrent à la Résistance reste plus que modeste. Des affaires relatives à cette période contribuèrent à entraver les carrières d’Alfred Pacini, Jean Marrot et André Langlois. Ceux qui poursuivirent leur progression le durent à leurs qualités d’organisateurs et à leur aptitude à suivre toutes les directives du Parti. Les nouveaux dont l’adhésion fut postérieure à la guerre furent promus à la suite de leur participation à des actions jugées majeures. La délégation des « 51 » montés à Paris en novembre 1947 se révèle être une pépinière de futurs responsables puisque Louis Tremellat, Georgette Comin, Gaston Viens, Blaise Blasquez et Joseph Oms connurent par la suite une accélération de leur carrière. Leur participation ne représente pas pour autant l’unique facteur déclenchant puisque d’autres membres de la délégation, Laure Bonucci, René Faure ou Gaby Roux ne s’élevèrent jamais autant dans la hiérarchie du Parti.

199La fédération des Bouches-du-Rhône conserve, durant les années froides, une capacité d’action importante à Marseille. Un noyau de cadres expérimentés lui permet de maintenir dans sa mouvance plusieurs mouvements de masse, La Marseillaise demeure encore un titre régional important. Ces éléments positifs ne peuvent toutefois dissimuler l’existence de faiblesses inquiétantes. Midi-Soir disparaît en juillet 1950, La Marseillaise et Provence-Nouvelle connaissent de grosses difficultés de trésorerie. Le recul du nombre des adhérents restreint ses ressources financières. L’arrivée de nouveaux membres ne parvenant plus à compenser les défections, les rangs de la fédération s’éclaircissent de plus en plus entre 1949 et 1954. Les mouvements de masse voient leurs effectifs fondre inexorablement. Aux difficultés de recrutement viennent s’adjoindre les problèmes rencontrés pour former de nouveaux cadres. Le renouvellement n’étant pas assuré dans des conditions satisfaisantes, l’activité de la fédération tend de plus en plus à reposer sur les épaules d’un noyau restreint de responsables qui doivent très souvent militer simultanément dans plusieurs mouvements de masse. Ne pouvant remplir les multiples tâches « prioritaires » qui leur sont confiées, atteints par la lassitude ou sujets au conformisme qui guette tous ceux qui exercent trop longtemps un pouvoir, ces hommes et ces femmes furent-ils à même d’entraîner la masse des adhérents, plus passive et peu formée, dans les multiples actions entreprises par le Parti durant ces années froides ?

Typologie des cadres fédéraux des années froides

Typologie des cadres fédéraux des années froides

Sources : Identiques à celles des tableaux précédents Déclarations de Jeannette et Serge Agostinelli, Line Ceccaldi, Renée Colombini, Jacqueline Cristofol, Jean Garcia (lettre), Diego Navarro, Jean Marrot (Vivre, op. cit..), Lucien Molino, Joseph Oms, Alfred Pacini, Pascal Posado, Georges Serano, Louis Tremellat.

Notes

1 Michel Pigenet, Au cœur de l’activisme communiste des années de guerre froide. « La manifestation Ridgway », L’Harmattan, 1993, p. 29.

2 Jean-Pierre A. Bernard, Paris rouge. 1944-1964. Les communistes français dans la capitale, Champ Vallon, collection Époque, 1991, p. 10.

3 Claude Pennetier, Écrire des vies, biographie et mouvement ouvrier (19e et 20e siècles), op. cit., p. 42.

4 Léon Mauvais, « Les enseignements de Lénine et le travail dans les organisations de masse », Cahiers du communisme, janvier 1950.

5 Aucune des sources le concernant n’a permis d’établir si Serge Kriwkoski était plus qu’un simple compagnon de route. Né le 16 avril 1916 à Paris, ce négociant, ancien résistant dans le Vercors, est président des radicaux de gauche de Marseille et membre du comité national de ce parti, secrétaire national de l’Union progressiste, président du MRAP, membre du comité permanent des combattants de la paix. Il a appartenu à l’équipe municipale dirigée par Jean Cristofol et participe à la plupart des actions engagées par le PCF.

6 Arch. dép., dossier 148W 306, rapport du mois de février 1951.

7 Arch. dép. dossier 148 W 160, note du 3 février 1950.

8 Arch. dép., dossier 148 W 294.

9 Chiffres avancés par Michel Pigenet, op. cit., p. 38).

10 Arch. dép., dossier 148 W 308. Rapport préfectoral d’avril 1954.

11 Arch. dép., dossier 148 W 290.

12 Arch. dép., dossier 148 W 308. Rapport déjà cité.

13 La Vie ouvrière, semaine du 18 au 24 août 1949.

14 Robert Mencherini, « Une « classe ouvrière en or ? », Industries en Provence. Dynamiques d’hier et d’aujourd’hui, MIP/Provence, n° 8, p. 19.

15 Arch. dép., dossier 148 W 365.

16 La Marseillaise, 10 décembre 1953.

17 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 30 avril 1952.

18 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 21 mai 1952.

19 Arch. dép., dossier 148 W 294.

20 Lettre de Léon Mauvais du 12 février 1949. Arch. fédérales.

21 Annie Kriegel.-Les communistes français. Essai d’ethnographie politique. Paris, Le Seuil, 1968 (réédité en 1970, 1974, 1985), p. 21

22 Arch. dép., dossier 148 W 162, note du 15 novembre 1952.

23 Compte rendu de la réunion du 16 septembre 1953. Archives de Gaston Lenfant.

24 Arch. dép., dossier 148 W 294, rapport du 14 février 1952.

25 Arch. dép., dossier 148 W 292, note du 14 mai 1954.

26 Maurice Thorez, Cahiers du communisme de mai 1950, p. 32.

27 Arch. dép., dossier 148 W 294, rapport du 1er mars 1952.

28 La Marseillaise, 10 janvier 1949.

29 La Marseillaise, 18 janvier 1949.

30 Provence-Nouvelle, 30 mars au 6 avril 1951.

31 Rapport destiné au ministère de l’Intérieur du 1er mars 1952. Déjà cité.

32 Provence-Nouvelle, 1er janvier 1950.

33 La Marseillaise, 3 janvier 1952.

34 La Marseillaise, 2 décembre 1953. Provence-Nouvelle, 4 au 11 décembre 1953.

35 Arch. dép., dossier 148 W 365.

36 Arch. dép., dossier 148 W 294, circulaire du 3 mars 1952.

37 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 30 avril 1952.

38 Provence-Nouvelle, 5 au 12 mars 1954.

39 Arch. dép., dossier 148 W 290, synthèse du 22 décembre 1948.

40 Arch. dép., dossier 148 W 365, rapport non daté.

41 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 30 avril 1952.

42 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 10 mai 1952.

43 Provence-Nouvelle du 14 au 21 septembre 1951.

44 Arch. dép., dossier 148 W 294, lettre de rappel envoyée aux sections.

45 Provence-Nouvelle, 12 au 19 juin 1953.

46 Arch. dép., dossier 148 W 294. Circulaire du 21 janvier 1952.

47 Note de police du 30 avril 1952, déjà citée.

48 L’écho donné à cette affaire est d’autant plus grand que la personne mise en cause est présentée par le Parti socialiste lors des cantonales de 1949. À la suite de la condamnation de La Marseillaise et de Midi-Soir, Le Provençal ne manque pas de souligner le 18 mars 1949 que la justice a prouvé que les accusations portées à l’encontre de Denis Padovani avaient été montées pour servir de « tremplin électoral » aux candidats communistes. Le quotidien socialiste ironise sur la tentative de camoufler la nature du verdict à laquelle se serait livré la veille Midi-Soir qualifié pour l’occasion d’« organe vespéral marseillais du Kominform ».

49 Arch. dép., dossier 148 W 160. Tract distribué le 26 avril 1950.

50 La Marseillaise, 15 décembre 1949. Pour André Carrel, le préfet a intenté 54 procès depuis janvier parce qu’il se prend pour « le roitelet des Bouches-du-Rhône ».

51 La Marseillaise, 7 février 1951.

52 Compte rendu non daté de la réunion du 16 septembre 1953. Déjà cité.

53 Note du 14 mai 1954, déjà citée.

54 Arch. dép., dossier 148 W 294. Rapport du 5 mars 1952. « Le Parti communiste n’a jamais suivi avec tant d’anxiété l’évolution d’une crise ministérielle » précise sur ce point le rapport.

55 Lettre de Pierre Doize du 17 février 1949. Arch. féd.

56 Arch. dép., dossier 148 W 294, notes des 8 et 9 janvier 1952.

57 Isaac Israël est né le 4 septembre 1903 à Marseille. Fils de commerçants, il obtient une licence en droit à l’université d’Aix-en-Provence. Avocat, il exerce à Nice puis à Marseille. Il adhère au PCF bien avant 1939. Antoine Olivesi, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, vol. 80, p. 32.

58 Léon Mauvais, « Vigilance révolutionnaire et lutte pour la paix », Cahiers du communisme de mai 1950, p. 57-69.

59 Arch. dép., dossier 148 W 382, rapports des 17 mars et 26 juin 1950. Le rapport orthographie Servient, le tract Servien.

60 Arch. dép., dossier 148 W 306, rapport du 6 mars 1951.

61 « La jeunesse française n’est pas avec Tito ». La Marseillaise, 5 septembre 1950. Émile Clapier est alors membre du comité fédéral de l’UJRF.

62 Arch. dép., dossier 148 W 423, note du 14 octobre 1950.

63 Claude Pennetier, Bernard PUDAL, La politique d’encadrement : l’exemple français, Le siècle des communismes, op. cit., p. 366.

64 Michel Dreyfus, PCF. Crises et dissidences de 1920 à nos jours, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 107.

65 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 17 septembre 1952. Pierre Doize, en tant que secrétaire fédéral, assure la présidence de la réunion.

66 L’informateur qui se trouve à l’origine de ce rapport précise que les attaques portées à l’encontre d’André Marty se résumeraient en fait à un règlement de compte, le leader incriminé s’étant opposé en mai 1951 à la promotion de Jeannette Vermeersch au Secrétariat, proposant à la place celle de Charles Tillon.

67 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 20 septembre 1952. Pierre Doize explique que la dénonciation des deux dirigeants incriminés favorisera la concrétisation du « puissant front national uni » que Jacques Duclos appelle de ses vœux.

68 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 25 septembre 1952.

69 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 18 septembre 1952.

70 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 27 septembre.

71 Ibidem.

72 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 1er octobre 1952.

73 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 13 octobre 1952.

74 Provence-Nouvelle, 4 au 11 décembre 1953.

75 Provence-Nouvelle, 18 au 25 décembre 1953.

76 La Marseillaise, 7 mars 1954.

77 La Marseillaise, 9 mars 1954.

78 En avril 1953 déjà, Auguste Lecœur aurait refusé de participer à l’autocritique collective qui avait été décidée à l’occasion du retour en France de Maurice Thorez. Déclarations d’Auguste Lecœur lors de l’émission Suicide au comité central. 16 août 1999 sur la chaîne Odyssée.

79 Exposé publié dans les Cahiers du communisme de janvier 1949.

80 Cahiers du communisme, mai 1950, p. 31.

81 Pierre Emmanuelli, « Quelques aspects du travail idéologique dans la Fédération des Bouches-du-Rhône », Cahiers du communisme de juillet 1951, p. 853.

82 Arch. dép., dossier 148 W 293, note du 26 novembre 1951.

83 François Billoux, « Sur quelques aspects de la bataille idéologique et du travail d’éducation », Cahiers du communisme, mai 1954, p. 502.

84 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 1er mars 1952.

85 Arch. dép., fonds Peyrot, dossier 28 J/166.

86 Autobiographie remplie par la militante (non datée).

87 Arch. dép., dossier 148 W 293, note du 23 août 1951.

88 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 12 mars 1952.

89 Amilcare Rossi, Crise française, crise mondiale : physiologie du PCF, p. 307.

90 Provence-Nouvelle, 20 au 27 juillet 1951.

91 Rapport déjà cité.

92 Arch. dép., dossier 148 W 293, note du 10 août 1951.

93 Arch. dép., dossier 148 W 293, note du 7 septembre 1951.

94 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 15 février 1952

95 Rapport du 31 octobre 1950. Déjà cité.

96 Arch. dép., dossier 148 W 294, rapport de mars 1952.

97 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 17 juillet 1952.

98 Arch. dép., dossier 148 W 307, rapport du préfet de février 1953.

99 Cahiers du communisme de mai 1950, déjà cité, p. 29.

100 La Marseillaise, 28 février 1953.

101 Arch. dép., dossier 148 W 382.

102 Elles seules ont pu être contactées pour participer à cette réunion imprévue.

103 Arch. dép., dossier 148 W 294.

104 Léon Mauvais, Cahiers du communisme, mars 1947, p. 241.

105 Déclaration de Georges Righetti effectuée le 17 avril 1999.

106 Provence-Nouvelle, 13 novembre 1949. Le secrétaire fédéral précise qu’« il faut agir vite » car laisser persister ces erreurs « c’est laisser la porte ouverte à la pénétration de l’idéologie ennemie dans les rangs de nos organisations ».

107 Arch. dép., 148 W 423 et 305, rapports des 14 octobre et 20 novembre 1950.

108 Arch. dép., dossier 148 W 294, rapport des RG de mars 1952.

109 Arch. dép., dossier 148 W 294, autre rapport des RG de mars 1952.

110 Arch. féd. Lettre du 2 mars 1949.

111 Arch. cent.

112 Maurice Garenq s’est syndiqué à la CGT et a adhéré aux JC en 1936. Il a rejoint les rangs du PCF en 1943 pendant l’Occupation. L’édition du 2 mars 1948 de Rouge-Midi annonce sa réélection au comité fédéral. Sources : Entretien du 7 avril 1998.

113 Né le 27 février 1922, Louis Perrimond a rejoint le PCF à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce métallurgiste s’est distingué au sein de l’UJRF avant de devenir secrétaire de la section de La Ciotat. Il est membre du comité fédéral en 1952 et accède au bureau l’année suivante. Sources : Listes établies à la demande de la SMC.

114 Membre du bureau de l’UJRF de La Ciotat en 1946, Joseph Pintus est élu au comité fédéral le 30 mars 1952. Après avoir suivi à la fin de l’année 1953 les cours de l’école centrale réservés aux dirigeants fédéraux, il est promu au bureau le 23 mai 1954. La même année, il effectue le stage de formation destiné aux directeurs d’écoles fédérales. Il exerce ensuite les fonctions de délégué du Comité central à la propagande jusqu’à sa nomination au poste de secrétaire de la fédération des Bouches-du-Rhône le 8 juillet 1956. Sources : Décisions du secrétariat national des 19 mai 1953 et 7 septembre 1954. Listes établies à la demande de la SMC. Arch. cent. du PCF.

115 Claude Pennetier, Bernard Pudal, La politique d’encadrement : l’exemple français, Le siècle des communismes, op. cit., p. 366.

116 Rouge-Midi, 15/16 juin et 17 juin 1947.

117 Rouge-Midi, 2 mars 1948.

118 Le compte rendu de séance précise qu’il convient de voir François Billoux pour régler cette question. Arch. cent.

119 Né le 22 mars 1921 en Italie, Charles Barontini, ancien résistant qui a été déporté à Dachau, est secrétaire de la section d’Arles. Communiste elle aussi, son épouse deviendra une des dirigeantes nationales de l’UFF. Sources : Pascal Posado et Léo Lorenzi, 1938-1945 : Les communistes face à la tourmente dans les Bouches-du-Rhône, édité par la fédération des Bouches-du-Rhône et l’amicale des vétérans, 1995, p. 9.

120 La Marseillaise, 27 mai, 2 octobre 1951. Provence-Nouvelle, 29 juin/6 juillet 1951.

121 Né le 30 octobre 1902, Ludovic Trouin est un technicien de la métallurgie qui a rejoint la CGT en 1935 et le PCF un an plus tard. Chargé de l’organisation clandestine du PCF durant l’Occupation, il devient secrétaire fédéral à l’organisation à la Libération. En septembre 1945, il est élu conseiller général dans le dixième canton, siège qu’il perdra en mars 1949. En 1947, il est nommé instructeur du Comité central à la section d’organisation. Sources : La Marseillaise, 20 juin 1949. Pascal Posado et Léo Lorenzi, op. cit., p. 22, 80, 147. Autobiographie établie en 1945.

122 Dans l’édition du 3 octobre 1949 de La Marseillaise, René Lallemand est cité en tant que secrétaire fédéral. Le 25 mai 1951, le même quotidien le situe au comité puis le mentionne le 22 avril 1953 parmi les candidats présentés par le PCF à Plan-de-Cuques.

123 Né le 9 mars 1912, Joseph Giribone adhère au PCF en 1936 peu avant de rejoindre les Brigades Internationales. Il participe à libération de Marseille en août 1944. Il est à l’origine de la création de l’ANACRF dans le département, contribue à la remise en activité de l’UDMT et siège à la direction départementale de la Caisse d’allocations familiales. Sources : Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, vol. 30, p. 68.

124 Né le 19 janvier 1908, Maurice Milhau participe à la Résistance avant de rejoindre les rangs du PCF en 1943. Après la guerre, il devient secrétaire général du syndicat CGT des hospitaliers et siège au sein du bureau de l’UD. Sources : Autobiographie rédigée en 1947. Arch. dép., dossier 148 W 302. Note du 2 mai 1951.

125 Edmond Toucas est né le 8 juin 1925. Il adhère au PCF en 1944, suit les cours de l’école nationale de la Fédération CGT des métaux et, en septembre 1949, ceux de l’école centrale de la jeunesse. Il sera élu au comité fédéral de 1956 à 1961. Sources : Autobiographie rédigée en 1949, listes établies pour la SMC de 1956 à 1961.
André Stolla est né le 28 août 1917. Agent de maîtrise sur le port, il milite avant guerre aux Jeunesses socialistes. Il rejoint le PCF en septembre 1944. En 1949, il est promu au comité national du syndicat CGT des ports et docks. Le 8 juillet 1956, André Stolla sera promu au comité fédéral. Sources : Autobiographies de 1948 et 1949. Liste établie en 1956 pour la SMC. Né le 24 novembre 1924, Roger Moretti est secrétaire général du syndicat CGT des finances et membre du bureau de l’ud-CGT. Il rejoint le PCF en 1950. Sources : Déclarations effectuées par l’intéressé lors de sa demande de carte de vétéran.
Né le 23 mars 1928, Charles Salducci est dessinateur dans un cabinet d’architectes. Il milite à la CGT en 1946, est membre de la JOC entre 1947 et 1950 puis de l’Action catholique ouvrière de 1950 à 1951. Charles Salducci devient aussi en 1952 membre du bureau départemental du Mouvement de la paix, entre en janvier 1953 au secrétariat de l’ud-CGT. Après avoir effectué un voyage en URSS, il adhère au PCF en 1954. Sources : Entretien du 6 novembre 2001.

126 Autobiographie rédigée en 1953.

127 Autobiographie écrite en 1950. Arch. dép., dossier 128 W 302, télégramme du 27 avril 1951 et rapport du 29 avril 1952.

128 Déclarations effectuées lors de l’entretien du 29 novembre 1996. Notice d’Antoine Olivesi, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, t. 20, p. 205.

129 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 21 février 1952.

130 Né le 10 juin 1910 à Paris, Fernand Bertrand adhère à la CGTU en 1933 puis au PCF trois ans plus tard. En 1955, il devient un cadre permanent de la FSGT. Sources : Autobiographie rédigée en 1955. Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, dossier 148 W 302, note du 1er mai 1948.

131 Né le 27 avril 1920 à Marseille, René Dray adhère aux JC en 1935. Considéré comme trotskiste, il est exclu de ce mouvement en 1939. Il adhère pourtant au PCF en 1943. Revenu à Marseille après la guerre, il milite à la CGT, devient président de la section employés au tribunal des prud’hommes, s’occupe aussi des Amis de la nature et de la FSGT. En novembre 1954, il est vice-président du bureau « pêches sous-marines » des Sports nautiques populaires. Sources : Déclarations effectuées par l’intéressé lors de sa demande de carte de vétéran. La Marseillaise, 17 avril 1996.

132 Né le 21 septembre 1925 à Marseille, Victor Regniaud rejoint les JC et la CGT en 1944, adhère au PCF l’année suivante. Membre du bureau fédéral de l’UJRF en 1946, il suit en 1947 les cours de l’école nationale de ce mouvement. En 1954, Victor Regniaud participe au stage de dirigeant de la FSGT. Sources : Autobiographie rédigée en 1955.

133 Arch. dép., dossier 148 W 290, note du 23 février 1950.

134 Philippe Robrieux, op. cit., p. 211.

135 Jean-Pierre Bernard, Paris rouge. 1944-1964. Les communistes français dans la capitale, Champ Vallon, collection Époque, 1991, p. 124.

136 Ce dernier fut fusillé en septembre 1943.

137 Lettre envoyée par la militante le 3 septembre 1998.

138 Née le 27 juin 1930 dans la Sarthe, Monique Blasquez, née Huberdeau, est tout d’abord simple militante dans sa cellule de Tours avant de se voir attribuer des responsabilités au sein des Vaillants et de l’UJFF. En 1950, elle se rend au troisième congrès mondial de la paix à Varsovie à la place de sa sœur, Raymonde Dien, alors emprisonnée. Monique Blasquez accède ensuite au conseil national de l’UJFF et suit les cours de l’école centrale du Parti à Viroflay (Yvelines). Elle y rencontre son futur époux, responsable UJRF dans les Bouches-du-Rhône. En 1952, le couple vient s’installer à Marseille. Sources : Déclarations effectuées le 2 décembre 1996. La Marseillaise, 20 février 1965, 6 septembre 1967, 3 février, 15 mars 1971.

139 Née le 6 janvier 1929 à Marseille, elle adhère au JC en 1944. Sources : Autobiographies rédigées par la militante en 1952 et 1954.

140 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du ministère de l’Intérieur, 21 février 1952. Baptisée « Algérie 52 », une exposition est organisée cette année-là à Paris par le PCF.

141 Déclarations effectuées par l’intéressé lors de l’entretien du 18 novembre 1996.

142 Jean Marrot, Vivre. op. cit.

143 Antoine Olivesi, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

144 Ibidem.

145 Décision du 6 février 1950. Secrétariat national du PCF. Arch. cent. du PCF. Cette responsabilité importante explique le rôle joué par François Billoux, tant à Marseille qu’à Paris, lors du tournage du Rendez-vous des quais de Paul Carpita. Voir sur ce point les éclaircissements apportés par Gaston Viens (p. 314).

146 Cahiers du communisme, mai 1950, p. 31.

147 Cahiers du communisme, mai 1952.

148 Arch. dép., dossier 148 W 293, note du 15 décembre 1951.

149 Rouge-Midi, 2 mars 1948.

150 Batailles pour Marseille. Jean Cristofol, Gaston Defferre, Raymond Aubrac, p.333.

151 La Marseillaise, 5 avril 1950.

152 Cette place le condamne à une non-élection certaine.

153 Elle conservera son siège dès le premier tour en octobre 1951.

154 Déclarations effectuées les 21 avril et 29 juillet 1998, revues en juin 2001.

155 Autobiographies établies par le militant en 1952 et 1960. Listes établies pour la SMC de 1952 à 1956. Entretien du 6 novembre 1999.

156 Listes établies de 1952 à 1968 à la demande de la SMC. Déclarations du 6 novembre 1996.

157 Déclarations effectuées par l’intéressé lors de sa demande de carte de vétéran.

158 Charles Chapuis est présenté pour la dernière fois lors des élections municipales du 19 octobre 1947, ses activités professionnelles (il dirige alors un établissement scolaire de Marseille) et son engagement dans le syndicalisme enseignant étant difficilement compatibles avec un statut d’élu. Sources : Cahier de souvenirs écrit par l’intéressé.

159 Jacqueline Cristofol, op. cit., p. 383-384.

160 Ibidem, p. 390-391.

161 La Marseillaise, 1er mars 1954. En 1961, Alix André est toujours membre du secrétariat de l’union départementale CGT.

162 Provence-Nouvelle, 14 au 21 décembre 1951.

163 Autobiographie remplie par l’intéressé.

164 Listes établies à la demande de la SMC. Arch. cent.

165 Listes établies de 1952 à 1954 à la demande de la SMC. Arch. cent.

166 Décision du Secrétariat du 29 septembre 1954. Arch. cent.

167 Rouge-Midi, 2 mars 1948.

168 Autobiographie remplie par l’intéressé. Liste établie en 1954 pour de la SMC.

169 Joseph Oms est né le 15 août 1926 dans les Pyrénées Orientales. Sources : Listes établies de 1956 à 1968 à la demande de la SMC. Notes de l’entretien du 27 février 1996 corrigées par son épouse le 2 juin 2001.

170 Joseph Oms restera secrétaire de l’ud-CGT de 1962 à 1985. Nommé par ailleurs président pour les Bouches-du-Rhône de l’association France-RDA, il effectua à ce titre au moins un séjour par an dans ce pays jusqu’en avril 1995. Sources : Ibidem.

171 Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 12 mars 1952.

172 Déclarations de Jeannette Agostinelli. 21 avril et 29 juillet 1998.

173 Listes établies de 1952 à 1968 pour la SMC. Arch. cent.

174 Déclarations de la militante lors de sa demande de carte de vétéran. Listes établies de 1956 à 1965 à la demande de la SMC.

175 Rouge-Midi, 2 mars 1948.

176 Déclarations de Gaston Lenfant.

177 À cette époque, l’Union soviétique est favorable à la création d’un État juif.

178 Arch. dép., dossier 148 W 291, note du 31 mai 1952.

179 Rapport prononcé lors du XIIe congrès. Cahiers du communisme, mai 1950, p. 28.

180 La Marseillaise, 14 mars 1950.

181 Rouge-Midi, 17 juin 1947.

182 Rouge-Midi, 2 mars 1948.

183 La Marseillaise, 5 avril 1950.

184 Direction du Secrétariat du 6 octobre 1953. Arch. cent.

185 Rapport des RG du 28 janvier 1952, déjà cité.

186 Le rapport des RG du 28 janvier 1952 conclut en faveur de la seconde de ces hypothèses.

187 Autobiographie de 1952. Lettre envoyée le 6 décembre 1954 par la fédération au Secrétariat en réponse à un courrier expédié le 1er par Gaston Plissonnier et à une note de Jeannette Vermeersch du 2 septembre 1954. Archives de la fédération des Bouches-du-Rhône.

188 L’année 1953 a déjà été marquée par la disparition d’Henri Bertini. Ayant rejoint le PCF en 1943, ce cadre a suivi les cours de l’école de section en février et mars 1945, puis ceux de l’école fédérale du 1er au 15 avril 1945. Il est promu au comité de section en décembre de la même année. Membre du bureau fédéral, il est chargé au mois de juin 1947 de s’occuper des problèmes de l’éducation des membres du Parti et de superviser le bon fonctionnement de deux sections. Henri Bertini milite aussi à France-URSS, au Front national, au SPF et à l’Association des anciens FTPF. En 1948, il est encore membre du bureau fédéral. Réélu au comité fédéral en 1952 alors qu’il est secrétaire de la section des Crottes, sa candidature n’est plus retenue l’année suivante. Fiche autobiographique remplie par l’intéressé en 1947. Liste établie en 1952 à l’intention de la SMC par la fédération des Bouches-du-Rhône.

189 Arch. dép. dossier 148 W 293, note du 23 août 1951.

190 Fiche autobiographique remplie par l’intéressé.

191 Déclarations effectuées par l’intéressé lors de sa demande de carte de vétéran (fin des années quatre-vingts).

192 Listes établies pour la SMC en 1952 et 1953. Arch. cent. En 1954, Renée Susini est encore membre du comité de la section Baille/Saint-Pierre.

193 Autobiographie remplie par l’intéressée en 1951.

194 Arch. dép., note des RG du 29 juillet 1945.

Table des illustrations

Titre Responsables communistes placés à la direction d’un mouvement de masse
Crédits Sources : Arch. cent, listes établies à la demande de la SMC, autobiographies remplies pour la SMC ou lors d’une demande de carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép. des Bouches-du-Rhône) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé. Les dates sont mentionnées lorsque la promotion de l’intéressé se déroula avant ou après la période étudiée.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Effectifs de quelques-uns des éléments de la nébuleuse communiste
Légende (1) : Philippe Buton, « Les effectifs du Parti communiste français (1920-1984) », Communisme, revue d’études pluridisciplinaires, n° 7, 1985, p. 8. Le 30 avril 1953, selon Philippe Robrieux, les effectifs du PCF se situeraient entre cent soixante et cent quatre-vingt mille membres. In Histoire intérieure du Parti communiste, t. 2, p. 374.(2) : Synthèse établie en décembre 1948 et rapport des RG de mars 1952. Arch. dép., respectivement dossiers 148 W 290 et W 294.(3) : Déclaration effectuée le 5 janvier 1952 par Pierre Doize (Arch. dép., dossier 148 W 294, note des RG du 8 janvier 1952.). Un article publié le 24 novembre 1951 dans La Marseillaise fait état de 30 000 adhérents.(4) : Déclarations de Pascal Posado. La Marseillaise, 13 mai 1953.(5) : 1949 : Selon un rapport daté de la fin de l’année 1949 (Arch. dép., dossier 148 W 365.). 1950 : Le premier chiffre provient du compte rendu mensuel envoyé au ministre de l’Intérieur par le préfet en octobre 1951 (Arch. dép., dossier 148 W 306.). Le second de la déclaration du 5 janvier 1952 (voir en 3). 1951 : Compte rendu mensuel déjà cité. 1953 : Rapport préfectoral de mai 1954 (Arch. dép., dossier 148 W 308.). 1954 : Déclaration d’Ange Colombani, La Marseillaise, 10 décembre 1953.(6) : Objectif de recrutement annoncé dans La Marseillaise du 13 janvier.(7) : Circulaire interne de l’UJRF du mois d’avril 1952 (Arch. dép., dossier 148 W 294.).(8) : Bilan établi le 15 mai 1952 pour préparer la conférence départementale du 18 suivant (Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 21 mai 1952.).(9) : Déclarations d’André Langlois (Provence-Nouvelle du 5 au 12 mars 1954).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Recul des effectifs du PCF et de la fédération des Bouches-du-Rhône ( %)
Crédits Sources : Voir le tableau précédent.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Évolution des ventes des titres de la presse communiste locale
Légende (1) : Tirage moyen de La Marseillaise sur l’ensemble des quatorze éditions du département. Arch. dép., dossier 148 W 160, notes des RG du 4 mars 1948, du 21 janvier1949 et synthèse établie pour l’année 1949 par le secrétariat d’État à la présidence du conseil.(2) : Arch. dép., dossier 148 W 162, note du 15 novembre 1952.(3) : Arch. dép., dossier 148 W 162, note des RG du 17 avril 1952 (Le 19 février, le tirage pour la seule ville de Marseille s’élève à 91 539 exemplaires).(4) : Lors de la réunion du 16 septembre 1953, les 10 000 exemplaires supplémentaires vendus pendant les grèves d’août sont annoncés comme représentant une progression de 10 % de la diffusion sur le département (Compte rendu non daté de la réunion, archives de Gaston Lenfant).(5) : Chiffre relatif à l’ensemble de la zone de diffusion de La Marseillaise. Déclaration effectuée le 29 décembre 1953 par Pierre Emmanuelli (Compte rendu non daté de la réunion. Archives de Gaston Lenfant).(6) : Arch. dép., dossier 148 W 160, note du 4 mars 1948.(7) Arch. dép., dossier 148 W 294, rapport du 14 février 1952.(8) : Arch. dép., dossier 148 W 294, note du 16 septembre 1952 retranscrivant les déclarations de Gaston Viens lors de la réunion du comité fédéral du 13 septembre
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Finances de la fédération des Bouches-du-Rhône (31 octobre 1948)
Crédits Sources : Synthèse des services de police, fin de l’année 1948 (Arch. dép., dossier 148 W 290.). Le tableau ci-dessus a été réalisé en classant par ordre dégressif les différents postes mentionnés dans ce document.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Bureau fédéral en 1947, 1948, 1952, 1953 et 1954
Crédits Sources : Arch. cent., listes établies pour la SMC en 1952, 1953 et 1954. Rouge-Midi, 15 et 16 juin 1947, 2 mars 1948.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Composition du comité fédéral entre 1952 et 1954
Crédits Sources : Arch. cent., listes établies par la fédération des Bouches-du-Rhône, autobiographies remplies pour la SMC ou lors d’une demande de carte de vétéran. Arch. dép., notices établies par les services de police. Biographies établies lors du décès de certains de ces cadres.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Moyennes d’âge des responsables communistes
Légende 1 René Lallemand n’a pas été pris en compte pour ce calcul, sa date de naissance n’ayant pu être déterminée.2 Les données existantes sont trop partielles pour conduire à des résultats significatifs.3 Bureau désigné lors du congrès des 11 et 12 juin 1949. L’âge moyen à la suite de la réorganisation consécutive à la venue de Benoît Frachon passe à 31 ans et 9 mois.
Crédits Sources : Listes internes établies à la demande de la SMC (Arch. cent.), autobiographies remplies à la demande de la SMC ou lors d’une demande de carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép.) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé. Les années indiquées correspondent aux dates des conférences fédérales.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Moyennes d’âge des membres des secrétariats et des bureaux
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Moyennes d’âge des membres des comités
Légende 1 : Ce calcul n’a pu être effectué pour les années précédentes, la composition exacte des comités élus n’ayant pu être déterminée.
Crédits Sources : Listes établies à la demande de la SMC par les fédérations étudiées (Arch. cent.), autobiographies remplies à la demande de la SMC ou écrites lors d’une demande de carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép.) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé. Les années indiquées correspondent aux dates des conférences fédérales.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Répartition en fonction des différentes époques d’adhésion (Bouches-du-Rhône)
Crédits Sources : Listes établies à la demande de la SMC (Arch. cent.), autobiographies remplies à la demande de la SMC ou écrites lors d’une demande de carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép.) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé. Rouge-Midi, 2 mars 1948. La Marseillaise, 13 mars 1950. Seuls les cadres dont la date d’adhésion était mentionnée ont été pris en compte.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Répartition en fonction des dates d’adhésion dans les autres fédérations
Crédits Sources : Listes établies à la demande de la SMC par les fédérations du Nord, du Pasde-Calais et de la Seine (Arch. cent.). Seuls les cadres dont la date d’adhésion était mentionnée ont été pris en compte.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Répartition des cadres en fonction de leurs professions (en %)
Crédits Sources : Listes envoyées à la SMC par ces quatre fédérations.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Groupe des cadres fédéraux ayant adhéré avant 1939
Crédits Sources : Listes établies à la demande de la SMC par la fédération des Bouches-du-Rhône (Arch. cent.), autobiographies remplies à la demande de la SMC ou lors de l’établissement d’une carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép.) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Études suivies par les cadres fédéraux ayant adhéré avant 1939
Crédits Sources : Listes établies à la demande de la SMC (Arch. cent.), autobiographies remplies pour la SMC ou lors d’une demande de carte de vétéran. Notices établies par les services de police (Arch. dép.) ou publiées par La Marseillaise lors du décès de l’intéressé. Déclarations d’André Fressinet, Lucien Molino, Alfred Pacini, Georges Serano, Paulette Isaïa, Jacqueline Cristofol. Jean Marrot, Vivre. Éditions Notre Temps, 1994, 295 pages. Lucien Molino, Ma vie et mes combats, juin 2000, 187 pages. Alfred Pacini et Dominique Pons, op. cit.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Cadres ayant adhéré durant l’Occupation
Crédits Sources : Voir les tableaux précédents. Déclarations de Serge Agostinelli, Line Ceccaldi, Léo Lorenzi et Louis Tremellat.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Groupe des cadres ayant adhéré entre août 1944 et avril 1947
Légende 1 J. : Jeannette2 J.-J. : Jean-Joseph3 Né le 21 mars 1925 à Verdun le Vieil dans le Pas-de-Calais, Louis Réami vit en Algérie de 1933 à 1938. La particularité du parcours militant de ce chauffeur de trams réside dans une adhésion au PCF antérieure d’un an à celle à l’UJRF.
Crédits Sources : Voir tableaux précédents. Entretiens avec Jeannette Agostinelli, Georgette Comin, Jacqueline Faïta, Lucette Montet, Dominique Vacca.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Groupe des cadres ayant adhéré après mai 1947
Légende 1 R. : Raymonde2 Gabriel Chouraqui adhère à la CGT en 1946 puis, en réaction à l’éviction des ministres communistes, au PCF en mai 1947. Avant la fin de cette année, il est promu secrétaire de cellule et suit les cours dispensés dans le cadre de l’école de section. Gabriel Chouraqui entre au comité puis au bureau de la section du premier arrondissement de Marseille en 1948. Il suit les cours de l’école fédérale avant d’accéder au secrétariat de sa section un an plus tard.3 Fille d’un conseiller municipal socialiste italien qui s’était réfugié en France en 1922, Liliane Chouraqui, entre dans la vie professionnelle en juillet 1948 au central téléphonique interurbain de Marseille. Elle devient bientôt membre du bureau départemental du syndicat CGT des postes et siège à la CA de l’UD des Bouches-du-Rhône. Elle se montre aussi active au sein du mouvement des Amies de la Paix.
Crédits Sources : Voir tableaux précédents. Entretiens avec Blaise Blasquez et Sauveur Gibilaro.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Typologie des cadres fédéraux des années froides
Crédits Sources : Identiques à celles des tableaux précédents Déclarations de Jeannette et Serge Agostinelli, Line Ceccaldi, Renée Colombini, Jacqueline Cristofol, Jean Garcia (lettre), Diego Navarro, Jean Marrot (Vivre, op. cit..), Lucien Molino, Joseph Oms, Alfred Pacini, Pascal Posado, Georges Serano, Louis Tremellat.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/900/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 904k

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable