Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les communistes à Marseille à l’apogée de la guerre froide 1949-1954

 | 
Jean-Claude Lahaxe

Préface

Jean-Marie Guillon

Texte intégral

1Il fallait un certain courage pour prendre comme sujet de recherche les communistes à Marseille à l’apogée de la « Guerre Froide », moment riche en épisodes qui soulèvent encore certaines passions et qui participent de la saga du communisme français. Tout en en enseignant dans le secondaire, animé de sa curiosité et de son désir de comprendre, Jean-Claude Lahaxe a pris à bras-le-corps la question, dépouillant la presse et les documents disponibles dans les dépôts d’archives, s’imprégnant de la bibliographie considérable qui traite du communisme français au sortir de la Libération, allant recueillir les témoignages des acteurs survivants, tout en gardant, par-delà l’empathie que l’on peut éprouver pour ces hommes et ces femmes, la distance critique sans laquelle il n’y a pas de travail d’Histoire. Après un DEA qui portait sur l’épisode de lutte que, d’emblée, les communistes ont présenté comme exemplaire du militantisme marseillais, la grève des dockers de 1950, il est parvenu à offrir une analyse plus large du communisme dans cette ville dans le cadre d’une thèse soutenue avec un succès mérité à l’Université de Provence le 14 décembre 2002. Cet ouvrage est issu de ce travail.

2Il intéresse l’histoire régionale comme l’histoire nationale, l’histoire politique comme l’histoire sociale, et, sans doute, plus encore l’histoire culturelle d’un milieu singulier. Autrement dit, sans négliger ce qui relève de l’analyse classique, organisation partisane et mouvement de masse, campagnes électorales, grèves et manifestations, presse et propagande, il entend s’inscrire dans les perspectives de la recherche actuelle en histoire du politique. Il est attentif à la géographie, non seulement à celle de l’implantation, mais aussi, à celle, toute symbolique, de l’action ostensible, qui vise, pour un parti rejeté sur les marges et dans l’opposition à « conquérir » le centre. Fort du travail effectué dans le cadre du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le « MaÎtron », qui est en train de couvrir la période postérieure à 1940, il éclaire la sociologie des acteurs, s’intéresse à leurs itinéraires et à leur cursus dans le parti, ainsi qu’à leur insertion dans la société. Sans négliger les leaders marseillais, Jean Cristofol, Lucien Molino, et plus encore François Billoux – entouré ici d’un culte calqué sur le modèle thorézien – qui ont joué un rôle de tout premier plan, il apporte des informations de première main sur les autres, ces cadres intermédiaires, activistes, toujours sur la brèche, souvent culpabilisés, parfois sanctionnés, rarement loués, qui construisent la « société » communiste locale. Il tente d’étudier de celle-ci toutes les dimensions, à commencer par celle, importante, qui caractérise une sociabilité si forte qu’elle rend les ruptures ou les éloignements souvent difficiles et déchirants. Il s’attache à décrire la culture qui doit caractériser « l’homme nouveau » que le parti essaye de forger, haute culture jamais absente dans le souci d’« élever » les masses, mais aussi culture populaire dans ses aspects les plus divers, y compris régionaux. Les questions qui sous-tendent ce travail portent sur la place des militants de Marseille dans le PCF d’alors et aussi sur la façon « marseillaise » d’être communiste. L’étude de la mémoire communiste à laquelle se livre Jean-Claude Lahaxe montre bien les limites du localisme. Pourtant, Marseille semble bien occuper alors une position originale dans et pour le mouvement communiste. Elle ne tient pas au poids de ses effectifs ou à son influence, somme toute modestes sur le plan national. Elle ne relève pas non plus de ce que l’on peut considérer aujourd’hui comme ses traits distinctifs, originaux, qu’il s’agisse de la construction d’un mouvement mutualiste puissant ou de cette expérience de gestion ouvrière dans les entreprises réquisitionnées, qui vient de se terminer mais dont on pourrait croire qu’elle alimente la réflexion, y compris théorique. Ce qui donne à Marseille une place si particulière à ce moment-là, c’est la mission que le parti assigne à ses militants, dans un contexte de tension internationale, alors que Staline accuse l’impérialisme américain de préparer une 3e guerre mondiale. Ils doivent être à l’avant-garde puisque c’est par son port que la métropole est reliée à l’Indochine en guerre. D’où la place très significative qu’occupent d’emblée les dockers et les grèves de 1950 dans le récit héroïque du parti, de préférence à d’autres temps forts qui, de part et d’autre, de 1947 à 1952, auraient pu être choisis. Mais le « rendez-vous des quais », et pas seulement celui de Paul Carpita, redécouvert il y a quelques années, est aussi un rendez-vous manqué. Jean-Claude Lahaxe montre bien, à travers le cas marseillais, l’amorce du décalage qui concerne l’organisation tout entière. Tandis que le discours se fige, que les pratiques deviennent rituel et que les cadres se muent en « permanents », la société sort des temps de pénurie pour entrer dans ceux de la consommation de masse. Le parti communiste reste, pour longtemps, la première force électorale à gauche, mais c’est Gaston Defferre qui règne sur la ville.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540