Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spinoza et les Commentateurs Juifs

 | 
Philippe Cassuto

Conclusion

Texte intégral

1Nous aimerions que cet ouvrage ne soit que le début de la publication du commentaire biblique du TTP, il reste en effet dix-neuf autres chapitres à traiter. Sur les près de quatre cents citations bibliques du TTP, nous en avons présenté ici environ une soixantaine. Le second chapitre du TTP nous apparaît comme l’étape suivante du fait du grand nombre de citations bibliques qui y sont insérées. Les derniers chapitres du TTP comportent moins de citations jusqu’à disparaître vers la fin de l’ouvrage, un peu comme s’il s’était avéré nécessaire d’entrer complètement dans le texte biblique avec la plus grande méticulosité dont Spinoza était capable afin de lui restituer la place qu’il avait perdu, en particulier chez les juifs, mais aussi chez les chrétiens. Tout fonctionne comme si Spinoza démontrait la fausseté des arguments de ceux qui justifient par la Bible des décisions iniques. Il le fait en démontrant que ces derniers sont ignorants et n’ont jamais cherché à comprendre le texte biblique. C’est cela que Spinoza nomme superstition.

2Il nous semble ainsi avoir fait un pas afin de replacer la pensée et l’œuvre de Spinoza dans son contexte biblique. Il apparaît que sans ce substrat, ses idées n’auraient pas atteints l’universalité qu’on leur connaît. Il ne s’agit pas pour nous de prétendre que l’originalité de Spinoza réside dans l’utilisation de ces sources bibliques, mais seulement de rappeler la place de ces dernières dans son parcours. Outre l’importance des sources bibliques du TTP, il ne faut pas oublier que Spinoza a également rédigé un abrégé de grammaire hébraïque dont l’originalité est de traiter l’hébreu comme une langue vivante, ce qui lui valut la haine de ses contemporains juifs. Cette haine s’est par ailleurs perpétuée jusqu’à nos jours, car si à l’instar de Nietzsche, Spinoza a taillé les verres à travers lesquels nous regardons le monde, d’autres auteurs n’ont pas hésité à voir en lui le (ou l’un des) créateur de l’antisémitisme moderne.

3Comme mot de la fin, il nous semble que l’étude de la Bible et autres textes religieux à laquelle nous convie Spinoza est absolument nécessaire, même et peut-être surtout aujourd’hui, à une époque où l’intégrisme fait feu de tout bois pour obscurcir notre monde et notre pensée. Quelle meilleure arme pourrions-nous diriger contre eux que notre connaissance approfondie et méticuleuse de ces textes afin de démontrer la grande ignorance de ceux qui les utilisent pour détruire notre humanité ? La Bible fait partie de notre pensée, il est préférable de l’étudier afin d’accéder à l’universel que Spinoza a proposé et non de la rejeter d’une manière tout aussi superstitieuse que son utilisation à des fins mauvaises.

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540