Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spinoza et les Commentateurs Juifs

 | 
Philippe Cassuto

Introduction

Texte intégral

  • 1 Nous citons cet ouvrage toujours d’après l’édition princeps de 1670. Dans la suite, il est noté TT (...)
  • 2 Noté CGLH dans la suite.

1Dans cet ouvrage, nous nous proposons de parcourir le Tractatus Theologico-Politicus1 de Spinoza afin de donner au lecteur philosophe tous les éléments susceptibles de l’aider à saisir la place des citations bibliques dans cette œuvre, ainsi que ses conséquences sur la pensée philosophique de l’auteur. D’autre part nous voulons montrer au lecteur hébraïsant l’utilisation que Spinoza a fait des sources bibliques au sens large, mais traditionnel. Nous utiliserons également la grammaire de l’hébreu que Spinoza a laissé inachevée : Compendium Grammatices Linguœ Hebrœce2, publiée dans les Opera Posthuma, 1677.

  • 3 Voir R. Misrahi, Le désir et la réflexion, Gordon and Bridge, 1972.

2Nous tenterons une approche de son œuvre en dehors des luttes et des passions que son seul nom inspire, lui qui sa vie durant s’écartera par tous les moyens des combats de son époque afin de pouvoir accéder à la connaissance vraie qui seule apporte le bonheur3.

  • 4 Baruch (de Spinoza), noté Baruch dans la suite, travail de DEA non publié) et La Place de l’hébreu (...)
  • 5 Paru sous les faux-titres de La clef du sanctuaire, Réflexions curieuses et Traitté des cérémonies (...)

3Dans des travaux antérieurs4, nous avons tenté de déterminer le plus précisément possible la place de l’hébreu, comme langue, chez Spinoza. En particulier, nous y avons montré le désordre qui régnait dans les traductions françaises du TTP et ce dès la première5 de 1678. Nous avons alors tenté de classer chronologiquement les citations bibliques du TTP et nous reprenons ces éléments ici.

  • 6 Spinoza, Œuvres, trad. Appuhn, rééd. Garnier Flammarion, tome 2, Paris, 1965.
  • 7 Spinoza, Œuvres complètes, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1954, pp. 597-908.

4Ainsi, 0108 6-36-623 : Is 6, se décompose ainsi : 0108 signifie chapitre premier du TTP, huitième citation biblique de ce chapitre du TTP, dans 6-36-623, 6 indique que cette citation se trouve à la page 6 de l’édition princeps de 1670, 36 indique la page 36 de l’édition de poche6, 623 indique la page 623 de l’édition de la Pléiade7. Enfin Is 6 indique que la citation biblique en question est le chapitre 6 du livre d’Isaïe.

Les sources

  • 8 Voir A.M. Habermann, Bomberg, in Encyplopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 4, p. 1195.

5Les sources proposées se trouvent essentiellement dans la seconde Bible rabbinique de Daniel Bomberg dont Spinoza disposait. Daniel Bomberg est mort entre 1549 et 1553. Il était jeune lorsqu’il quitta son Anvers natale pour s’installer à Venise. Riche et bien éduqué, il étudia l’hébreu et développa un grand intérêt pour les Hebraica. Il apprit l’imprimerie vraisemblablement de son père Cornélius. Il publia en tout près de deux cents livres hébreux, dont beaucoup pour la première fois. Il fut le premier à éditer la Biblia Rabbinica, avec Félix Pratensis comme éditeur en 1517-18, puis Adonyah pour la célèbre seconde édition de 1524-25. Il donna également la première édition complète des deux Talmud (de Babylone et de Jérusalem) de 1520-23 avec l’approbation du pape Léon X, ainsi que de la Tossefta. La foliotation des éditions du Talmud de Bomberg est devenu le standard jusqu’à nos jours. Ainsi, Spinoza cite le traité du Shabbat (TTP, p. 136) en indiquant : folio 30, page 2. Il s’agit du folio numéro trente, page deux, c’est-à-dire verso, dans l’édition de Bomberg. Les éditions d’aujourd’hui du Talmud reprennent cette même foliotation qui sert de système de références. On dit qu’il investit près de quatre millions de ducats dans ses éditions. Bomberg dut attendre plusieurs années pour obtenir l’autorisation du conseil de Venise d’établir une maison d’édition d’Hebraica. Il assura également une dispense du port du chapeau distinctif pour ses employés juifs. Son premier travail en hébreu sortit vraisemblablement en 1511. En 1516, il obtint le privilège de publier des livres hébreux pour les Juifs et en décembre de cette année il édita un Pentateuque. Ses correcteurs furent eux aussi célèbres. Outre Félix Pratensis et Adonyah, il faut citer Israël Adelkind et son frère, tous les quatre se convertirent plus ou moins tardivement au christianisme. On peut signaler David Pizzighettone, Abraham de Balmes, Qalonymos ben David et le plus célèbre, Élie Lévita. La fortune de Bomberg déclina du fait de la concurrence d’autres éditeurs. En 1539, il retourna à Anvers où sa maison continua d’opérer jusqu’en 1548. Ses caractères hébreux devinrent si populaire que ses successeurs non seulement le louèrent, mais mettaient un point d’honneur à mettre sur la page de titre de leurs ouvrages la mention avec les caractères Bomberg8.

  • 9 C’est le plus ancien manuscrit complet et daté de la Bible hébraïque. Il est daté de 1009 de notre (...)

6Cette Bible de Bomberg comprend le texte hébreu que nous donnerons d’après les éditions du vingtième siècle basées sur le manuscrit B19a de Léningrad9. Elle comprend de plus le Targum et les grands commentaires juifs traditionnels, décrits ci-après.

Le Targum10

  • 10 Nous avons largement puisé dans le livre de M. Taradach, Le Midrash, Genève, 1991.

7Le Targum désigne un ensemble d’ouvrages qui recueillent par écrit des traductions orales, plus ou moins paraphrastiques, de la Bible hébraïque en langue araméenne. Ce sont au départ des textes homéliques. Les Targumim vont donc varier suivant l’époque et le heu de leur rédaction, mais aussi suivant la partie de la Bible concernée.

1. Le Pentateuque

8Le Targum officiel du Pentateuque aujourd’hui est le Targum Onqelos. Dans Megila 3a, il est dit : « R. Jeremiya disait : la traduction du Pentateuque a été dite par le prosélyte Onqelos sous l’autorité de R. Eli’ezer et devant R. Josué. » On peut rapprocher le nom de Onqelos de celui de Aquila, auteur d’une version grecque du Pentateuque. Il fut vraisemblablement rédigé une première fois en Palestine au cours du second siècle de notre ère, puis il passa en Babylonie avant la première moitié du troisième siècle où il subit une rédaction finale. Il évinça lentement les autres Targumim de Palestine et son implantation totale n’a pu se faire avant le dixième siècle comme le montrent les fragments de la Gueniza du Caire. Son texte est assez littéral, il efface les anthropomorphismes liés à Dieu et il explicite parfois sa traduction.

9En Palestine, d’autres Targumim du Pentateuque continuèrent à circuler. Dans les sources, un de ces Targumim est appelé T”Y, que l’on a pris longtemps pour les initiales de “Targum de Yonatan”, en fait il s’agit des initiales de “Targum Yerushalmi”, targum de Jérusalem. On l’appelle donc parfois le Pseudo-Yonatan. Sa datation est difficile à préciser. On connaît un autre Targum palestinien du Pentateuque provenant de la bibliothèque des néophytes, collège fondé en 1577 par Grégoire XIII. Ce manuscrit fut copié à Rome en 1504 pour Gilles de Viterbe. Son texte n’était connu précédemment à sa découverte en 1956 par A. Diez Macho que par des fragments.

10Dans notre travail, nous donnerons pour les passages du Pentateuque les textes du Targum Onqelos et du Targum Yerushalmi qui figurent dans l’édition de la Bible rabbinique.

2. Les Prophètes

  • 11 Cf. A. Tal, The Language of the Targum of the Former Prophets and its Position within the Aramaic (...)

11De même que le Targum officiel du Pentateuque est le Targum Onqelos, le Targum officiel des Prophètes est celui attribué à Yonatan ben ‘Uzziel, disciple de Hillel (70 avant - 10 de notre ère). Cette traduction lui aurait été dictée par les prophètes Aggée, Zacharie et Malachie. On peut rapprocher le nom de Yonatan de celui de Théodotion, traducteur de la Bible en grec, les deux signifiant “Dieudonné”. Les caractéristiques de son texte sont très voisines de celles de Onqelos11, première rédaction palestinienne, puis rédaction finale en Babylonie. Le Targum Yonatan figure dans l’édition de la Bible rabbinique de Bomberg.

3. Les Ecrits

  • 12 Cantique des Cantiques, Ruth, Ecclésiaste, Lamentations et Esther.

12On sait qu’en Babylonie, seuls les Targumim du Pentateuque et des Prophètes étaient officiellement utilisés dans la liturgie synagogale. Il n’y a pas de traductions de ce type pour les Ecrits. Les Targumim des Ecrits sont, pour la plupart, porteurs de traditions palestiniennes anciennes. On peut les classer en quatre groupes : 1. Psaumes et Job, 2. Proverbes, 3. les cinq Rouleaux12, 4. les Chroniques.

  • 13 Il existe à Qumran un Targum de Job qui n’a que peu à voir avec le Targum actuel.

13Les Targumim de Psaumes et de Job13 ont des caractéristiques assez proches. Leur datation reste des plus imprécises et on la situe généralement au second siècle de notre ère.

14Le Targum des Proverbes a des affinités avec ceux des Psaumes et de Job, mais sa proximité avec la version syriaque en fait un cas à part. Il semble avoir conservé des leçons très anciennes, mais il faut se garder d’émettre une datation précise.

15Les Targumim des cinq rouleaux ont en commun un caractère incontestablement paraphrastique et leur usage liturgique lors des fêtes en a certainement déterminé le style.

16Tous ces Targumim précédents des Ecrits figurent dans l’édition de la Bible rabbinique de Bomberg.

17Le Targum des Chroniques a une datation encore plus imprécise, du quatrième au dixième siècle de notre ère. C’est une traduction qui fait une lecture actualisante du texte. Sa première édition imprimée date de 1680 à Ausburg, donc nous ne l’utilisons pas dans notre travail sur Spinoza qui est mort en 1677.

Les commentateurs

1. Rashi14

  • 14 Voir l’article Rashi, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 13, pp. 1558-1565.

18Spinoza le nomme R. Selomo, (Rabbi Salomon) dans le TTP, et R. Shelomo Jarhi dans le CGLH. On le connait mieux sous le nom de Rashi, qui sont en fait les initiales de Rabbi Shelomo ben Itshaq (1040 -1105). Spinoza, comme la plupart de ses contemporains, comprenait de manière erronée la dernière initiale I, comme étant celle de Yarhi, littéralement lunaire, c’est-à-dire habitant ou originaire de la ville du sud de la France, Lunel, et non comme l’initiale du prénom de son père, Itshaq. Il est né à Troyes, en France. Ses commentateurs de la Bible et du Talmud eurent une influence considérable sur tout le développement ultérieur de ces études. Rashi a centré ses commentateurs sur une analyse méticuleuse du langage du texte. Il fut à la fois philologue et linguiste, il tenait ses principes grammaticaux de la littérature rabbinique et des écrits des grammairiens espagnols de l’Hébreu. Pour certains mots difficiles, il donne même leur traduction en ancien français de l’époque. Modèle de probité intellectuelle, quand il n’arrivait pas à conclure, il déclarait qu’il ne savait rien à ce sujet. On compte plus de deux cents commentateurs à son commentaire du Pentateuque. Il est le commentateur par excellence du texte biblique, sa méthodologie reste très près du verset et il évite de s’en écarter, en particulier sur des questions philosophiques, la philosophie n’ayant pas encore à l’époque pénétré dans le pays rhénan.

  • 15 Voir A. Grossman, Samuel ben Meir, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 14, pp. 809-812.

192. Rashbam15

20Acrostiche de Rabbi Shemuel Ben Méïr (né vers 1080-85, mort vers 1174). Il est né à Ramerupt près de Troyes. Il est le fils de Méïr qui était marié à Yokheved, fille de Rashi. Il étudia chez son père et chez son célèbre grand-père. Il se consacra non seulement aux COMMENTATEURS bibliques et talmudiques, mais il s’intéressa également au Piyut, poésie liturgique, et composa un ouvrage grammatical : Sefer Dayqut, le livre de la précision. Il vivait d’élevage ovin et de viticulture. Il était versé en latin et participa à plusieurs controverses avec les chrétiens.

21Apparemment, il a écrit des commentateurs pour tous les livres bibliques. Seul son commentaire du Pentateuque nous est parvenu dans son intégralité. On retrouve des fragments de ses autres commentateurs cités par des auteurs postérieurs. Il se caractérise comme son grand-père, Rashi, par un souci scrupuleux du sens littéral. Comme lui, il utilise des gloses en vieux français et discute les opinions des grammairiens qu’il connaissait comme Menahem Ibn Saruq ou Dunash Ibn Labrat. Il est le premier commentateur à attaquer les interprétations christologiques de passages de l’Ancien Testament et par deux fois il fait référence à la Vulgate latine. Quand il n’arrive pas à expliquer un passage ou un terme, il indique : « Je ne sais pas. »

  • 16 Voir l’article Ibn Ezra, Abraham, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 8, pp. 1163-1169.

223. Abraham Ibn Ezra16

23Abraham Ibn Ezra (1089-1164) fut à la fois poète, grammairien, commentateur de la Bible, philosophe, astronome et physicien. Il est né à Tudèle en Espagne. Il voyagea beaucoup. Il débuta son activité de commentateur biblique à Rome en 1140. Il en écrivit probablement pour tous les livres de la Bible, mais nous ne les avons pas tous en entier. Sa méthode consistait à établir de façon indépendante des sources le sens littéral du texte, tout en suivant les savants du Talmud pour les passages législatifs. L’étymologie et la grammaire y tiennent une place très grande. Son commentaire est généralement présent à côté de celui de Rashi dans les éditions de la Bible Rabbinique. Il est considéré comme l’un des pères de la grammaire hébraïque pour plusieurs raisons. En premier lieu, il a collationné les conclusions des philologues antérieurs d’Orient et d’Espagne. De plus, au contraire de ces premiers grammairiens, il écrivit en hébreu, rendant ainsi accessibles ces connaissances aux Juifs de l’Europe chrétienne qui ignoraient l’arabe (comme Rashi). Il introduisit en Europe le principe de la trilittéralité des racines hébraïques qu’il tenait de Yehuda ben David Hayuj et que Spinoza continuera à défendre. Il écrivit en particulier le ספרמןונים [Sefer Moznaïm le Livre de la Balance] consacré aux fondements de la grammaire. Comme Spinoza, il avait plusieurs compétences, outre ses apports grammaticaux et exégétiques, il s’intéressa de près à la philosophie. Sans jamais établir un système qui lui fut propre, elle occupe une place centrale dans sa pensée. Il exprima sa philosophie essentiellement dans ses COMMENTATEURS bibliques. Spinoza lui voua une très grande admiration. Il apparaît qu’ils avaient de nombreux points communs ; de toutes les compétences d’Ibn Ezra, seule la poésie semble être ignorée par Spinoza.

  • 17 Voir F. Talmage, Kimhi, David, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 10, pp. 1001-1005.

244. Rabbi David Qimhi (Radaq)17

25Radaq est l’acrostiche de Rabbi David Qimhi (né vers 1160 - mort vers 1235). Il fut un grand grammairien et un immense exégète de Narbonne. Il est appelé aussi Maistre Petit, tout comme son père, Joseph Qimhi (vers 1105 - vers 1170) qui émigra de l’Espagne almohade vers la Provence. En tant que philologue, l’œuvre la plus connue de David Qimhi est le Mikhlol, composé d’une partie grammaticale et d’une partie lexicale, qui est régulièrement réédité jusqu’à nos jours. Il systématisera la grammaire afin d’en faire une science accessible au plus grand nombre. Pour ses connaissances linguistiques, on lui applique une citation des Maximes des Pères (3,17) : s’il n’y a pas de farine (Qémah, dont on peut dériver le nom de famille Qimhi), il n’y a pas de science.

26Il s’intéressa à la Massora et à la philosophie. Comme exégète, il commença par un commentaire du livre biblique des Chroniques en réponse à un élève de son père. Il fut suivi par un commentaire de la Genèse, des livres prophétiques et des Psaumes. Dans ses commentaires, il distingue nettement ce qui appartient au domaine de la compréhension littérale et ce qui est purement homilétique. Il tente d’éclaircir ce que ses prédécesseurs n’ont pu établir clairement et il développe ce qu’ils ont seulement annoté, son but étant de rendre accessible à tous l’exégèse biblique.

  • 18 Voir J. Kaplan, Nahmanides, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 12, pp. 774-782.

275. Ramban18

28Ramban est l’acrostiche de Rabbi Moshe Ben Nahman, connu également sous le nom de Nahmanide (1194-1270). Né à Gérone en Catalogne, son nom espagnol est Bonastrug da Porta, il fut talmudiste, philosophe, kabbaliste, poète, médecin et exégète de la Bible. Au moment de la controverse de Montpellier en 1232 sur les écrits de Maïmonide, il tente de réconcilier les deux camps. En 1263, il fut l’un des acteurs centraux de la controverse de Barcelone avec l’apostat Pablo Christiani, en présence des chefs dominicains et franciscains sous les auspices du roi Jacques 1er (1213-1276). Suite à cette affaire, il préfère émigrer en Terre Sainte et arrive à Saint Jean d’Acre en été 1267, dont il devient le chef de la communauté juive en 1268. Plusieurs légendes circulent sur le lieu de son inhumation : Saint Jean d’Acre, Haïfa, Jérusalem, Hébron. Nahmanide écrivit son commentaire du Pentateuque à un âge avancé. Son exégèse est développée et comprend aussi bien les parties narratives que législatives de la Bible. C’est plus qu’un simple commentaire, car il y exprime également son point de vue sur Dieu, la Loi, Israël, le monde, etc. Il cite souvent Rashi et Ibn Ezra, ainsi que Maïmonide. Il fut le premier commentateur à intégrer la Kabbale dans ses écrits. Dans son commentaire de Job, il analyse le personnage comme historique. On trouve d’autres livres bibliques commentés par Nahmanide dans ses différents autres écrits.

  • 19 Voir C. Touati, Levi ben Gershom, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 11, pp. 92-98.

296. Ralbag19

30Ralbag est l’acrostiche de Rabbi Lévi Ben Gershom (1288-1344). Il est né probablement à Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard. Il vécut à Orange et brièvement à Avignon. Il fut tout à la fois mathématicien, astronome, philosophe et commentateur biblique. Dans ses travaux scientifiques, il traite d’arithmétique, de géométrie, de trigonométrie et d’astronomie. Il fut consulté sur des questions de droit. Il rédigea plusieurs commentaires sur Aristote et Averroès. Sa grande œuvre est le Sefer Milhamot Adonay, “le Livre des Guerres du Seigneur” (1317-1329) qui traite de problèmes qui n’ont pas reçu de réponse satisfaisante de la part de ses prédécesseurs philosophes, y compris Maïmonide. Il est divisé en six parties : l’immortalité de l’âme, les rêves et prophétie, la connaissance de Dieu, la providence, les sphères célestes et leurs rapports avec Dieu, la création du monde et les miracles.

31Levi ben Gershom a écrit des commentaires sur les livres de Job (1325), de l’Ecclésiaste (1325-26), de Ruth (1329), d’Esther (1329), du Pentateuque (1329-38), des Premiers Prophètes (1338), des Proverbes, Daniel, Ezra, Néhémie et des Chroniques (1338). Il s’agit d’un travail d’exégète et de philosophe. Certaines de ses explications littérales demeurent intéressantes jusqu’à nos jours. Il y discute plusieurs questions philosophiques comme la providence, les miracles, le Messie. Il condamne les interprétations allégoriques et tente de reconstituer la loi orale à partir de neuf principes logiques en lieu et place des treize règles herméneutiques traditionnelles.

32Nous aurions pu ajouter d’autres sources, mais il nous a semblé plus opportun, vu le but de cet ouvrage, de se contenter des sources proches et connues des savants juifs de l’époque. Cela explique aussi que nous n’ayons pas utilisé les éditions critiques de ces commentaires afin de rester proche des outils dont Spinoza disposait.

33Pour finir cette introduction, il faut ajouter que nous avons seulement donner quelques indications de notre propre analyse sans chercher à infléchir le lecteur vers telle ou telle conclusion, bien que l’envie ne manque pas de procéder ainsi. Nous n’abordons dans ce livre que le premier chapitre du TTP afin de donner une idée de l’ampleur du travail accompli par Spinoza. La voie reste donc libre pour effectuer le même travail sur les dix-neuf autres chapitres de l’ouvrage, le nombre de citations bibliques va décroissant pour approcher la quasi-absence dans le chapitre 20. Le même travail restera à effectuer sur le CGLH où l’hébreu est omniprésent et pourrait être poursuivi sur l’ensemble des autres ouvrages de Spinoza.

La consultation des entrées

34A chaque citation biblique de Spinoza correspond une entrée. Chacune d’entre elles se présente de la manière suivante :

  • nous donnons le nom de l’entrée : 0101 1-31-617 : Exode 7,1 (voir plus haut pour la signification de ces éléments),
  • le texte hébreu du passage,
  • sa traduction assurée par nos soins afin de permettre une compréhension plus aisée du Targum et des commentaires.
  • le texte latin, dans l’édition princeps, du TTP afin de voir le contexte de la citation biblique, il est suivi de sa traduction en français,
  • le texte araméen du Targum, suivi de sa traduction,
  • le texte hébreu des commentateurs, suivi de sa traduction ; l’ordre des commentaires est chronologique. Les passages du verset cités dans les commentaires sont entourés par des double apostrophes.

Notes

1 Nous citons cet ouvrage toujours d’après l’édition princeps de 1670. Dans la suite, il est noté TTP.

2 Noté CGLH dans la suite.

3 Voir R. Misrahi, Le désir et la réflexion, Gordon and Bridge, 1972.

4 Baruch (de Spinoza), noté Baruch dans la suite, travail de DEA non publié) et La Place de l’hébreu dans le Tractatus Theologico-Politicus et le Compendium Grammatices Linguœ Hebrœce, noté Place de l’hébreu dans la suite, thèse de doctorat (à paraître).

5 Paru sous les faux-titres de La clef du sanctuaire, Réflexions curieuses et Traitté des cérémonies superstitieuses des Juifs, attribué au chevalier de Saint-Glain, pas de lieu réel d’édition, 1678.

6 Spinoza, Œuvres, trad. Appuhn, rééd. Garnier Flammarion, tome 2, Paris, 1965.

7 Spinoza, Œuvres complètes, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1954, pp. 597-908.

8 Voir A.M. Habermann, Bomberg, in Encyplopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 4, p. 1195.

9 C’est le plus ancien manuscrit complet et daté de la Bible hébraïque. Il est daté de 1009 de notre ère.

10 Nous avons largement puisé dans le livre de M. Taradach, Le Midrash, Genève, 1991.

11 Cf. A. Tal, The Language of the Targum of the Former Prophets and its Position within the Aramaic Dialects, Tel Aviv, 1975.

12 Cantique des Cantiques, Ruth, Ecclésiaste, Lamentations et Esther.

13 Il existe à Qumran un Targum de Job qui n’a que peu à voir avec le Targum actuel.

14 Voir l’article Rashi, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 13, pp. 1558-1565.

15 Voir A. Grossman, Samuel ben Meir, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 14, pp. 809-812.

16 Voir l’article Ibn Ezra, Abraham, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 8, pp. 1163-1169.

17 Voir F. Talmage, Kimhi, David, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 10, pp. 1001-1005.

18 Voir J. Kaplan, Nahmanides, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 12, pp. 774-782.

19 Voir C. Touati, Levi ben Gershom, in Encyclopœdia Judaica, Jérusalem, 1972, tome 11, pp. 92-98.

© Presses universitaires de Provence, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable