Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Conclusion générale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dès Naissance de l’Odyssée, les liens de la création gionienne et de l’esthétique post-kantienne, de l’esthétique romantique de la subjectivité créatrice, sont apparus avec éclat. Jusqu’à Noé au moins, la mythologie créatrice de Giono est romantique. Elle attribue à l’écrivain une fonction majeure : celle de maître du poïein, de sourcier des images. A travers l’écrivain s’affirme le privilège du métaphorique, en sa visée de réenchantement du monde par la luxuriance des images.

Mais le romantisme du poïein (projet esthétique et projet de civilisation à la fois) est très vite mis en cause par le versant pascalien d’une œuvre qui soupçonne toujours le néant derrière les images. De Que ma joie demeure à Batailles dans la montagne, le thème du désenchantement, de l’échec du métaphorique s’impose de plus en plus. Or, pour Giono, le désenchantement est l’essence même des temps modernes, qui font planer, à l’horizon de l’œuvre, la menace de la fin du Récit et du “démembrement d’Orphée”, pour...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540