Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Quatrième partie. Les livres de Braise ou le romantisme ironique

Conclusion de la quatrième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’Un roi sans divertissement à L’Iris de Suse, l’ensemble des Chroniques constitue un immense opéra bouffe où se mêlent tous les grands thèmes gioniens. De cette création ramifiée, il est possible de dégager quelques lignes de force qui donnent à l’œuvre sa profonde cohérence.

Première ligne : celle de la violence et de la mécanique du monde. Partout présente, jusqu’à l’obsession, elle est toutefois plus évidente dans un groupe d’œuvres qui voit s’imposer avec force le motif sacrificiel. Or, la violence fait peser une menace terrible sur les univers de la qualité. Elle libère la puissance destructrice du littéral. Elle est l’envers de la métaphore, et du symbolique en général. Dans Deux cavaliers de l’orage, l’opposition entre la violence et la métaphore se lit clairement dans la tragédie des Jason. Marceau éventre Mon Cadet parce qu’il n’a pas su découvrir le point de vue de la “bonne distance”, parce qu’il n’a pas su sublimer le désir en images. De la même manière, Langlois devient...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540