Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Quatrième partie. Les livres de Braise ou le romantisme ironique

Chapitre 4. Le savoir ironique de l’œuvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

ENNEMONDE. “Ce qui détruit le cœur des hommes”

Dans Les âmes fortes, le principe de vérité plurielle, l’enchevêtrement d’un double récit contradictoire contribuent à relativiser le contenu du récit. Les choix narratifs sont en eux-mêmes créateurs de distance. Même regard éloigné dans Le Moulin de Pologne, où le narrateur donne souvent l’impression de sonder les reins et les cœurs, de percer à jour les ressorts les plus secrets des caractères. Ainsi se confirme l’un des mouvements essentiels de l’œuvre gionienne, dans sa diachronie créatrice : le monde est de plus en plus déréalisé, au point d’être perçu à travers la distance galiléenne d’un créateur démiurge1. L’œuvre achève sa Nekuia dans l’univers des apparences, et s’affirme toujours davantage maîtresse du savoir qui en résulte. Mais c’est d’un savoir ironique qu’il s’agit, pleinement conscient de lui-même, et maître du jeu du récit. Dans son livre sur L’ironie romantique2, René Bourgeois a parlé du jeu créateur de l’ironiste, à l...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540