Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Quatrième partie. Les livres de Braise ou le romantisme ironique

Chapitre 3. Les paroxysmes destructeurs ou le romantisme de la perte

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

LES ÂMES FORTES. Chronique du romantisme clandestin

Les univers de la violence décrivent indéniablement l’un des “climats” essentiels des Chroniques. Ils sont tous liés à une menace de dépersonnalisation, d’indifférenciation. La violence déchaîne le corps-littéral, le corps-machine, et engloutit la dimension du métaphorique. Les enchantements du poïein (le jeu esthétique) commencent quand la violence se tait, ou est brisée. Dans Un de Baumugnes, déjà, le couple Albin-Louis figurait le conflit du littéral et du métaphorique. Or, Albin parle parce qu’il ne se bat pas, il détient les clefs de l’univers ambigu de la parole, et du mensonge esthétique. L’œuvre de Giono, par bien des côtés, est l’immense métaphore de cette opposition première. Il serait trop facile de dire qu’après Noé, l’œuvre gionienne prend deux routes divergentes : celle du Cycle et celle des Chroniques. En effet, les grands thèmes antagonistes de la violence et de la qualité, de la machine et du visage, se retrouvent é...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540