Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Quatrième partie. Les livres de Braise ou le romantisme ironique

Chapitre 3. Les paroxysmes destructeurs ou le romantisme de la perte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

LES ÂMES FORTES. Chronique du romantisme clandestin

Les univers de la violence décrivent indéniablement l’un des “climats” essentiels des Chroniques. Ils sont tous liés à une menace de dépersonnalisation, d’indifférenciation. La violence déchaîne le corps-littéral, le corps-machine, et engloutit la dimension du métaphorique. Les enchantements du poïein (le jeu esthétique) commencent quand la violence se tait, ou est brisée. Dans Un de Baumugnes, déjà, le couple Albin-Louis figurait le conflit du littéral et du métaphorique. Or, Albin parle parce qu’il ne se bat pas, il détient les clefs de l’univers ambigu de la parole, et du mensonge esthétique. L’œuvre de Giono, par bien des côtés, est l’immense métaphore de cette opposition première. Il serait trop facile de dire qu’après Noé, l’œuvre gionienne prend deux routes divergentes : celle du Cycle et celle des Chroniques. En effet, les grands thèmes antagonistes de la violence et de la qualité, de la machine et du visage, se retrouvent é...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540