Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Quatrième partie. Les livres de Braise ou le romantisme ironique

Chapitre 2. Les violences fatales : d’un roi sans divertissement aux grands chemins

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

UN ROI SANS DIVERTISSEMENT. Le cérémonial et la violence

Un roi sans divertissement est contemporain de Noé et des premiers chapitres du Hussard (1946-1947). Les Chroniques prennent forme en même temps que le Cycle, comme une réponse elles aussi à l’effondrement du romantisme du Mythe. La lecture gionienne de Machiavel, à la même époque, insiste de manière significative sur le thème du désenchantement. Il est évident que le romantisme du poïein, et le crédit extrême qu’il accorde aux images, n’a pu surmonter, sans une transformation profonde, la crise de Que ma joie demeure. Si, dans le premier romantisme gionien, l’on croit à l’alchimie rimbaldienne de la “parade sauvage”, jusqu’à exalter la figure du poète, du maître des images, beaucoup de textes laissent percevoir le sourd travail du désenchantement. Bobi, échoue à réenchanter le monde par le métaphorique. Saint-Jean, dans Batailles dans la montagne, découvre les abîmes de l’héroïsme, recule devant une verticalité inhumaine qui n...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540