Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Quatrième partie. Les livres de Braise ou le romantisme ironique

Chapitre 1. Machiavel et le narrateur ironique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De 1951 à 1955, comme en témoignent les textes actuellement recueillis dans De Homère à Machiavel1, l’auteur du Prince prend une place de plus en plus grande dans l’imaginaire gionien. Il s’inscrit, comme Pascal et don Quichotte, au cœur de l’espace désenchanté des temps modernes. Mais il incarne surtout la conscience galiléenne de ce désenchantement, jusqu’à se confondre parfois avec le narrateur ironique de Noé. Au point de rencontre entre le Cycle du Hussard et les Chroniques, Machiavel signale les reconfigurations profondes de l’œuvre gionienne. On peut voir en lui, par conséquent, une figure réflexive de la conscience esthétique, après la destruction, dans Noé surtout, du premier romantisme gionien.

L’univers du truquage et sa conscience galiléenne

Nous avons analysé comment Angelo à la fin du Bonheur fou, et les narrateurs des Récits de la demi-brigade, découvraient dans l’ironie un espace en retrait, une distance fière, où l’on peut déchiffrer les signes d’un romantisme inflexi...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540