Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Troisième partie. Le romantisme subjectif (romantisme II)

Conclusion de romantisme II

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Entre l’exubérance stylistique de Naissance de l’Odyssée et l’ironie elliptique des Récits de la demi-brigade, la distance paraît immense. Toutefois, la lecture de l’œuvre, prise dans sa diachronie créatrice, laisse apparaître une logique profonde. Dans le Cycle, l’esthétique du poïein s’est intériorisée, dépouillée jusqu’à la concision abrupte du romantisme ironique. Mais l’ironie, comme le sublime, modulent une même dissidence : celle de l’écrivain, qui, derrière les visages divers de narrateurs multiples, affirme la ruine du sens et de la Cité, arrache sa langue à la rhétorique commune, et poursuit, par l’écriture, la quête de sa propre singularité — de sa qualité contre toute topique. Le projet est d’essence romantique, et n’aurait aucun sens s’il n’était porté par l’un des mouvements les plus profonds de l’Esthétique post-kantienne : celui qui consiste à dresse l’espace littéraire contre un espace public désenchanté, où le Moi créateur ne se reconnaît pas, et qu’il déserte. Au ...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540