Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Troisième partie. Le romantisme subjectif (romantisme II)

Chapitre 3. La jouissance romantique le désir et la distance

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Hussard sur le toit, comme Angelo ou Mort d’un personnage, est le récit auto-réflexif de la conquête de l’autonomie esthétique du Moi. Les deux premiers romans du Cycle avaient montré chacun à leur manière que le Moi créateur, pour s’atteindre lui-même, en son foyer ineffable, doit s’arracher à l’univers pétrifié de la prose et affirmer sa souveraineté poïétique. C’est ainsi que le Moi à son tour devient œuvre, et dépasse la fausse opposition entre l’écriture et la vie sensible. Faire œuvre signifie imprimer un style au corps atone de la langue (le littéral), et styliser le Moi dans l’acte d’écrire. Le procès de métaphorisation est double. Il signe l’émergence de l’esthétique romantique à la pleine conscience d’elle-même. Mais cette esthétique se heurte toujours à l’obscure menace de l’absence d’œuvre dont nous verrons que Le Hussard sur le toit exprime la hantise. Il faut comprendre l’aspiration au sublime, comme style et comme éthique, dans le cadre d’une profonde stratégie de ...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540