Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Troisième partie. Le romantisme subjectif (romantisme II)

Chapitre 1. Le cœur d’Angelo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le comique et le sublime

Dans Naissance de la tragédie, Nietzsche fait du mythe un “lieu d’origine fixe et sacré1 auquel il oppose l’ironie destructrice de Socrate. En ce sens, l’œuvre gionienne, du Cycle de Pan à Noé, accomplit un parcours qui est peut-être au cœur de toute civilisation, et du moi lui-même : l’espace galiléen de l’ironie correspond à un stade tardif de la conscience créatrice. Et il est vrai que de Regain à Noé, l’on passe insensiblement d’une relative simplicité, à un récit infiniment complexe, potentialisé, qui se joue de lui-même et de ses propres miroirs. Avant Noé, roman de la perte — heureuse — de tous les “ici”, l’œuvre gionienne a cherché son “lieu d’origine fixe” dans une Antiquité mythique. Toutefois, le Mythe, chez Giono, a toujours été combattu par une polarité adverse, décrite par des images de perte et de dépossession. À la fin de Fragments d’un Paradis, qui précède d’une année seulement Angelo2, le capitaine hésite entre l’affirmation de la souverain...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540