Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Deuxième partie. Le désir de l'œuvre

Conclusion de romantisme I

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Anne Henry, dans l’avant-propos de son livre Marcel Proust : Théories pour une esthétique, affirme que toute l’esthétique du xxe siècle est une “exténuation des croyances romantiques1. Des romans comme ceux de Giono prouvent en effet qu’en littérature aussi il y a une “longue durée” des formes esthétiques, un temps long de la culture, qui seul permet de rendre compte de configurations symboliques aussi complexes que celles des grandes œuvres. Toutefois, le terme d“’exténuation” mérite d’être nuancé, en ce qu’il laisse supposer que le romantisme moderne ne serait qu’une décadence, ou un pâle reflet, de l’ancien. Giono, et en d’autres domaines, René Char et Yves Bonnefoy, nous prouvent le contraire. Il y a bien un romantisme du xxe siècle, non moins puissant que son aîné, dans la construction de son univers symbolique. Un premier thème qui établit fermement la liaison entre l’œuvre de Giono et l’esthétique post-classique est celui de la poïésis. Dès Naissance de l’Odyssée, l’espace d...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540