Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Deuxième partie. Le désir de l'œuvre

Chapitre 5. Noé : les paysages de l’ironie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’on ne saurait sous-estimer l’importance de Fragments d’un Paradis dans le mouvement d’ensemble de l’œuvre gionienne. Dans ce texte charnière, l’on peut lire le retour au regard d’Ulysse, après les romans “terriens” du romantisme du Mythe. Le capitaine de Fragments d’un Paradis, comme Ulysse, comme le narrateur (ô combien galiléen ! ) de Noé, n’habite d’autre espace que celui du récit, et bien sûr cet espace est perçu comme mouvant, insaisissable : toujours emporté dans le flux inchoatif des métamorphoses. L’espace de la représentation, clairement compris comme tel, se distingue de l’espace “substantiel” du romantisme du Mythe.

Le Mythe, fût-il un mythe dégradé dans la forme romanesque1, exprime la tentation, ou la nostalgie, du sens et de l’ordre. Il s’efforce de combattre l’angoisse du chaos et de la dissolution des formes. Il est recherche d’un centre, d’un “orient”, à partir duquel le monde, et le Moi, redeviendraient lisibles. C’est cette exigence de lisibilité qu’a en vue Mirc...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540