Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Deuxième partie. Le désir de l'œuvre

Chapitre 3. Des vraies richesses à Virgile : sublime et nostalgie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Paul Ricœur a certainement raison d’écrire que la fonction de la critique ne consiste pas seulement à analyser les œuvres singulières : “Sa fonction propre est de discerner un style de développement, un ordre en mouvement, qui fait de cette suite d’événements un héritage significatif1. Analyser la logique en mouvement de l’œuvre, c’est bien sûr, restituer celle-ci dans son relief diachronique, c’est l’inscrire dans une durée créatrice qui la fonde et qui l’excède. De toutes les pages qui précèdent, en effet, il ressort que l’œuvre de Giono ne prend son vrai sens que saisie dans une logique d’ensemble, mais cette logique est brisée, contradictoire. Elle tend à construire des univers symboliques, elle essaie, à la manière de toutes les grandes créations romantiques, de piéger le sens dans les mots. Mais le sens se dérobe, le réel n’arrive pas à acquérir substance et lourdeur dans le récit. Dans Pour saluer Melville, le narrateur auto-réfléxif se dépeignait comme “terrassé par de terr...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540