Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Deuxième partie. Le désir de l'œuvre

Chapitre 2. De vie de mademoiselle Amandine a pour saluer Melville

L’œuvre inquiète

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin de Qua ma joie demeure, avant de trouver la mort dans l’embrasement d’un éclair, Bobi doit subir l’épreuve d’une douloureuse révélation intérieure. Bobi se dédouble, entre en conflit avec lui-même : le Moi romantique est menacé de scission, il découvre la stérilité du monde en même temps que le caractère illusoire du métaphorique. Giono retrouve l’image ascétique du désert, pour exprimer le lent désenchantement du Moi, chassé de l’opéra fabuleux de l’enfance. Le monde, naguère poétisé, dans la profondeur tout en reflet du Märchen, devient une surface opaque et atone. Les violentes couleurs expressives de l’univers réenchanté s’effacent lentement. Les teintes du deuil commencent à dominer : le noir, le gris, le blanc. Elles finiront pas étouffer le monde dans Batailles dans la montagne et Un roi sans divertissement. Mais déjà, le finale de Que ma joie demeure laisse pressentir la venue d’un univers en noir et blanc, mais sans les éblouissements lumineux de la féerie. Le deui...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540