Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les métamorphoses de l'artiste

 | 
Jean-François Durand

Première partie. Le romantisme Lyrique (romantisme I)

Chapitre 6. Que ma joie demeure et les batailles du métaphorique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’Encyclopédie, Novalis a magnifiquement analysé la complexité du Märchen, qui décrit un temps “d’avant le monde” (avant l’État), mais adopte aussi un point de vue visionnaire, eschatologique, qui s’exprime dans le refus de l’histoire, et l’attente du règne de l’esprit :

“Ce temps d’avant le monde livre pour ainsi dire les traits dispersés du temps d’après le monde, comme l’état de nature est une image singulière du Royaume éternel. Le monde du Märchen est l’exact opposé du monde de la vérité (histoire) — et c’est pourquoi justement, il lui ressemble si parfaitement, comme le chaos à la création achevée. (...) Le Märchen authentique doit être en même temps représentation prophétique — représentation idéale — représentation nécessaire”1.

Le mouvement que dégage ici Novalis est caractéristique de tout le romantisme européen, Hegel inclus. La transparence édénique doit être reconquise dans un processus de spiritualisation. Chez Giono, entre l’Éden inaccessible et l’âge de fer — l’âg...

© Presses universitaires de Provence, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540