Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures du désert

 | 
Catherine Delmas

Chapitre III. Le désert dans Le quatuor d’Alexandrie et Le quintette d’Avignon de Lawrence Durrell : Fresque ou mirage ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le désert de Durrell n’est pas dénué de pathos et n’échappe pas aux clichés, mais la limite se déplace, dans Le quatuor d’Alexandrie, à l’opposition entre la ville cosmopolite, multiculturelle et un désert abstrait, qui échappe à la représentation. Cette vision antithétique mène avec Durrell à une réflexion sur le réel et la fiction à travers la notion de simulacre et les métaphores optiques que sont le mirage, le prisme et le kaléidoscope.

Dans Le quatuor d’Alexandrie, la ville est à la limite du désert, de même que la propriété des Hosnani à Karm Abu Girg, entre le désert et les terres cultivées, « the desert and the sown ». Durrell déplace les bipolarités étudiées ci-dessus entre Occident et Orient, soi et l’autre, propres à la culture européenne à l’époque coloniale, pour opposer la ville au désert et instaurer d’autres oppositions binaires entre le matériel et le spirituel, le plein et le vide, le chaos et l’abstraction, le mouvement et la stase. La représentation de la ville n’...

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540