Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures dans les Amériques au féminin

 | 
Dante Barrientos-Tecun
, 
Anne Reynes-Delobel

Écriture(s) féminine(s) aujourd’hui : nouvelles tendances, nouveaux genres

Témoignages du xxie siècle

Tradition narrative et féminisme dans la blogosphère cubaine

Maya Anderson-González

Résumé

À partir de 2006, avec le relâchement des restrictions sur l’accès à Internet pour la population cubaine, la présence d’auteures a gagné le territoire virtuel de la toile. La littérature féminine n’est donc plus soumise au gré des maisons d’édition avec leurs publications papier, mais s’engage directement avec le monde via les réseaux sociaux et les blogs. Sachant que la majorité des blogs dans le monde présentent un projet autobiographique, quelles sont les particularités des contributions des femmes à cet immense réservoir de traces numériques de vies quotidiennes ? Cette incursion dans le monde de l’écriture numérique nous permettra de découvrir si l’émancipation, les polémiques, les questionnements, les revendications et les subversions si caractéristiques des écrits des femmes cubaines des années 1990-2000 se maintiennent dans le contexte virtuel contemporain. Finalement, nous ferons la comparaison entre l’écriture numérique féminine et la littérature féminine de témoignage qui fut pour la Révolution cubaine un outil politique et populaire de sensibilisation autour des problèmes sociaux, de promotion d’une histoire collective, et de remise en question du statu quo tant littéraire que social et politique.

A partir del 2006, con el aflojamiento de las restricciones en el acceso a internet para la población cubana, la presencia de autoras ganó el territorio virtual de la red. La literatura femenina ya no está pues sometida a la voluntad de las casas de edición con sus publicaciones en papel, en cambio se articula directamente con el mundo a través de las redes sociales y los blogs. Sabiendo que la mayoría de los blogs en el mundo presentan un proyecto autobiográfico, ¿cuáles son las particularidades de las contribuciones de las mujeres a esta inmensa reserva de huellas numéricas de vidas cotidianas? Esta incursión en el mundo de la escritura numérica nos permitirá descubrir si la emancipación, las polémicas, los cuestionamientos, las reivindicaciones y las subversiones tan características de los escritos de mujeres cubanas de los años 1990-2000 se conservan en el contexto virtual contemporáneo. Finalmente, establecermos una comparación entre la escritura numérica femenina y la literatura femenina de testimonio que fue para la Revolución cubana un instrumento político y popular de sensibilización alrededor de los problemas sociales, de promoción de una historia colectiva, y de puesta en causa del status quo tanto literario como social y político.

As of 2006, with the gradual slackening of restrictions surrounding Internet access in Cuba, women writers started gaining notoriety in Cuba’s virtual territory online. Today, women who write literature are no longer subject to the whims of editorial policies and paper publications. Instead, they engage with the world directly through social networks and blogging. Assuming that a great number of blogs around the world are autobiographical in nature, this article examines the contribution of Cuban women bloggers to the growing reservoir of Cuban women’s published writing. This incursion into the world of digital writing aims to determine whether the emancipatory, controversial, or subversive characteristics associated with Cuban women’s writing since the colony are perpetuated in contemporary digital narratives by Cuban women bloggers. It also seeks to establish a parallel between the contemporary digital narratives written by Cuban women and women’s testimonio literature, which was often used by the Cuban Revolution as an effective and popular way to create awareness about social issues, promote a collective view of history, and reevaluate the literary, social and political status quo.

Texte intégral

Introduction

1La blogosphère cubaine apparaît comme un espace où les femmes sont pionnières, contrairement au domaine de la littérature cubaine « classique », où les femmes ont longtemps été présentes uniquement à titre exceptionnel. La présence sur la toile de blogs rédigés et publiés par des femmes résidant sur l’île dès 2005 est d’autant plus remarquable étant donné la situation particulière de l’accès à Internet à Cuba. Le web est un luxe auquel la majorité des Cubains n’ont pas accès de manière quotidienne faute de moyens ou d’infrastructure. Malgré ces difficultés, les blogueuses cubaines font partie de l’avant-garde des Cubains connectés avec notamment Yasmín Silvia Portales Machado, dont le premier blog est en ligne depuis décembre 2005, et Sandra Abd’Allah-Álvarez, qui a commencé son blog en juin 2006.

2En donnant une nouvelle visibilité à leurs utilisateurs, les blogs et les réseaux sociaux encouragent de nouvelles mises en récit de soi. Sachant qu’un grand nombre de recherches ont approfondi la comparaison entre les blogs et les genres historiquement utilisés pour l’écriture de soi (life writing) comme l’autobiographie, le journal intime, ou encore l’épistolaire, cet article étudie le rapport entre les blogs et la littérature de témoignage. Mêlant féminisme, catharsis quotidienne, littérature populaire, campagnes de sensibilisation, et revendications identitaires anti-hégémoniques, les blogs sont un nouveau support où se manifeste une tradition narrative de non-fiction au féminin, longtemps présente à Cuba, dont on pourrait dire aujourd’hui qu’elle a donné naissance à une nouvelle mouture de la littérature cubaine de témoignage.

Généalogies : féminisme et tradition narrative cubaine

  • 1 Luisa Pérez de Zambrana, Gertrudis Gómez de Avellaneda ou encore Dulce María Loynaz figurent parmi (...)

3Ce n’est que récemment que les femmes ont été officiellement intégrées à la grande histoire de la littérature cubaine. Avant les années 1990, la domination masculine dans ce domaine ne réservait qu’une place symbolique aux femmes. Cependant, des figures féminines et féministes clés se démarquent dans les domaines de la fiction et de la non-fiction dès le xixe siècle1.

  • 2 Voir l’article de Catherine Davies (janvier 1996), « National Feminism in Cuba: The Elaboration of (...)

4Camila Henríquez Ureña, issue de la classe dominante de la société cubaine prérévolutionnaire, s’est notamment distinguée par ses écrits féministes, et bien d’autres femmes ont forgé la tradition du journalisme et de l’essai de non-fiction à Cuba, comme Úrsula Coimbra de Valverde, África Céspedes, Pastora Ramos, qui écrivaient pour la revue Minerva : dedicada a la mujer de color à la fin du xixe siècle, ou encore les journalistes Aurelia Castillo et Mariblanca Sabas Aloma. Ces écrivaines ont mis leur plume au service des revendications des femmes de leur époque, se prononçant pour le droit au suffrage universel ainsi que pour l’indépendance de leur pays2. Elles restent souvent dans l’ombre, doublement désavantagées d’avoir été femmes et ne pas avoir écrit de la « grande littérature ».

  • 3 « [l]es femmes […] doivent faire partie du sacrifice général de leur vie pour conduire la Révolutio (...)

5La Révolution de 1959 marque le début d’une période de revalorisation pour le texte écrit d’un côté, et pour la femme cubaine de l’autre, mais pas pour la littérature écrite par les femmes. En effet, les classiques de la littérature cubaine et universelle sont d’abord publiés et commercialisés à des prix abordables pour une population nouvellement alphabétisée (Smorkaloff 1997). Ensuite, les femmes cubaines sont intégrées au processus révolutionnaire en tant que travailleuses au même titre que les hommes, assumant pleinement la redéfinition de leur rôle économique et social selon l’idéologie de l’époque3. Finalement, plus de 200 groupes ou clubs féminins recensés avant la Révolution, qui représentaient les tendances politiques mais aussi la diversité sociale des femmes cubaines de l’époque, sont regroupés en une seule Fédération des femmes cubaines (FMC), organisation créée par la Révolution dans le but de représenter la totalité des intérêts des femmes cubaines auprès du gouvernement.

  • 4 NB : Ces chiffres ne prennent pas en compte les publications de femmes dans d’autres genres littéra (...)

6Plus de cinquante ans plus tard, la FMC est principalement critiquée dans les sphères intellectuelles pour avoir placé les intérêts du gouvernement avant ceux des femmes. Certaines analyses comme celles de Julie Shayne (2004) ont pointé du doigt la contradiction inhérente d’une organisation qui a contribué à l’émancipation économique et sociale de la femme tout en s’opposant ouvertement à l’idéologie féministe. De manière également contradictoire, la revalorisation de la littérature est accompagnée d’un encadrement idéologique pour les écrivains cubains. À partir de 1961, la création littéraire doit répondre à certaines normes qui finiront par privilégier « la création de héros positifs » (Fornet 2007 : 25-46), qui répond aux codes de l’épopée héroïque masculine et hétérosexuelle. Alors que le projet national cubain se développe dans une quête de l’Homme nouveau, les femmes, sans parler des autres minorités, disparaissent presque entièrement du panorama littéraire des années 1960-1970. Pour la littérature de fiction, on ne compte que quinze auteures ayant publié au total dix-huit romans entre 1959 et 1989 (Fornet 1994 : 71)4.

7Les années 1990, sur fond de crise économique et sociale, ont impulsé beaucoup de changements. En 1993 naît le collectif Magín, la première organisation non gouvernementale ouvertement féministe à Cuba depuis 1959. Démantelé en 1996 pour cause d’interférence avec la mission de la FMC, le collectif a tout de même réuni des centaines de femmes autour de principes féministes, dont l’écrivaine Daisy Rubiera Castillo et la poète Georgina Herrera, toutes deux afrodescendantes. Il est possible qu’en promouvant une conscience de genre, les ateliers de sensibilisation menés par le collectif Magín aient contribué au changement qui se produisit à l’égard des écrivaines à partir de 1995 dans le milieu de l’édition et de la publication.

  • 5 Marilyn Bobes et Mirta Yáñez, dir., 2008, Estatuas de sal. Cuentistas cubanas contemporáneas, La Ha (...)

8Bien qu’il n’y ait pas de chiffres exacts, le nombre de publications dont les auteurs sont des femmes augmente exponentiellement et de telle manière qu’on parle d’un véritable « boom » éditorial féminin. En 1996, les éditrices du premier panorama de la narration féminine cubaine à paraître à La Havane après 1959, l’anthologie Estatuas de Sal5, font réapparaître des textes narratifs du xixe siècle côte à côte avec des textes d’une trentaine d’écrivaines contemporaines. Cette même année, Daisy Rubiera Castillo gagne la première mention du prix Casa de las Américas dans la catégorie des Testimonios avec le témoignage de sa mère descendante d’esclave, Reyita, sencillamente.

9Cependant, le point de vue de la femme afrodescendante reste marginal et peu représenté dans la littérature de fiction. Grâce à certaines intellectuelles afro-cubaines féministes comme Daisy Rubiera Castillo, Georgina Herrera et Inés Martitatu Terry, l’histoire des femmes afrodescendantes a pu trouver une forme d’expression à travers les textes de non-fiction, et en particulier la littérature de témoignage. Suite à la publication de Reyita, sencillamente en 1996, Daisy Rubiera publie Golpeando la Memoria en 2005, puis Rompiendo el Silencio en 2011. Elle coédite simultanément un livre d’essais avec Inés Martitatu Terry, Afrocubanas, qui a vu le jour en 2012. Tous ses ouvrages associent féminisme et afrodescendance pour revendiquer une plus grande visibilité des femmes noires dans la société cubaine contemporaine.

10Aujourd’hui, avec le développement des TIC, les voix minoritaires n’ont plus besoin d’apprivoiser les moyens traditionnels d’expression pour se faire entendre. À Cuba, malgré les difficultés d’accès à Internet, la blogosphère est l’espace où une nouvelle génération œuvre pour accroître la visibilité et apporter une nouvelle dimension aux revendications identitaires spécifiques – notamment des femmes, des afrodescendants et des personnes non hétérosexuelles – et aux luttes pour les droits de tous.

Histoires : blogs et témoignages

  • 6 « The blog has attained the mainstream as a form of digital personal diary, an outlet for citizen j (...)
  • 7 « un escritor -y la mayoría lo somos, escribimos sin que nadie lo pida para nuestros blogs… » (Meli (...)

11Un blog est à la fois un support, un genre, un espace et un média. Il est généralement admis que « le blog a atteint le grand public sous la forme d’un journal personnel, une modalité de journalisme citoyen, un espace communautaire pour les forums des groupes d’intérêts ou un support pour des divertissements plus passifs6 ». Dans les deux premiers cas, l’élément textuel occupe une place importante ainsi que la qualité de l’écriture, qui joue un rôle déterminant pour les lecteurs de blogs. À en croire le blogueur cubain Carlos Melían, il n’est pas rare que les personnes qui tiennent un blog se considèrent comme des écrivains : « les écrivains – et la majorité d’entre nous le sommes – écrivent sans que personne ne nous le demande pour nos blogs7 ».

12Les textes des blogs sont souvent écrits à la première personne. Cette caractéristique a fait que les blogs ont été assimilés à certains modèles antérieurs d’expression culturelle, en l’occurrence souvent des modèles hérités de l’imprimé, comme les lettres ou les journaux intimes. La présence antérieure de web magazines, ou zines, élaborés selon les codes d’esthétique et de communication des revues analogiques, a fait que les blogs ont été appréhendés tout d’abord comme un nouveau genre de littérature minoritaire. Suivant cette interprétation, Isabelle Escolin-Contensou (2010 : 13-22) établit une comparaison entre les blogs et les « nouvelles à la main » qui circulaient entre réseaux d’intellectuels européens aux xviie et xviiie siècles. D’autres approches, comme celles de Santiago Cortés Hernández (2006) et de Isabella Leibrandt (2006), mettent en parallèle les blogs et la littérature populaire. D’autres encore ont fait le rapprochement entre le contenu de blogs tenus par des femmes et les lettres aux éditeurs écrites par des femmes et publiées dans les journaux et les revues du xixe siècle (Pedersen 2010).

13La majorité des recherches qui ont abordé le blog dans son aspect stylistique ont approfondi la comparaison entre les blogs et les genres de l’écriture de soi (life writing), comme l’autobiographie, le journal intime, ou encore l’épistolaire. Dès 1999, Philippe Lejeune (2000) s’intéresse d’un point de vue scientifique aux journaux intimes en ligne, qu’on considère souvent comme les ancêtres des blogs. Depuis, bien d’autres ont suivi cette piste comme Laurie McNeill (2003), Viviane Serfaty (2004) ou José Van Dijck (2007) pour le compte de la recherche anglophone, ou María Luisa Helen Frey Pereyra (2006) pour la recherche hispanophone, et plus récemment Oriane Deseilligny (2010) pour la recherche française.

14Si le blog se compare à des genres littéraires très différents, de manière générale ces recherches se raccordent en présentant le blog comme le support idéal pour une écriture hybride, difficilement classable. Or, il existe un genre d’ouvrage comparable en plusieurs points aux blogs de nos jours. Il s’agit des ouvrages de témoignage, dont les récits mi-ethnographiques mi-autobiographiques, à cheval entre journalisme et littérature, sont devenus très populaires au cours des années 1960-1970, et le sont encore aujourd’hui.

  • 8 Miguel Barnet (1998), “La novela testimonio: socio-literatura”, in La fuente viva, La Habana, Letra (...)

15La littérature de témoignage s’est développée en Amérique latine, et plus spécifiquement à Cuba, selon certaines normes que l’anthropologue cubain Miguel Barnet a été le premier à formuler suite à la publication du témoignage Biografía de un Cimarrón en 19668. Premièrement, la littérature de témoignage devait être anti-hégémonique et populaire tout en arborant une idéologie politique de gauche. Deuxièmement, le récit devait être fidedigno, c’est-à-dire textuellement fidèle à la réalité, car il se concevait comme une source légitime pour les sciences sociales, particulièrement pour l’analyse historique. Finalement, le témoignage devait servir d’outil de récupération ou de sauvegarde (rescate) d’une parole ou d’une histoire authentique. Le témoignage était voué à devenir un bien du patrimoine immatériel, une trace de son histoire « vivante » constitutive de l’héritage culturel de la société.

  • 9 « … fomentar la blogósfera cubana y motivar a quienes utilizan internet para expresar ideas, inform (...)

16Les modes de création et de publication anti-hégémoniques propres au témoignage sont aussi ceux privilégiés par le blog où l’on publie soi-même ses billets. De plus, le développement de la blogosphère se fait sur une structure horizontale, sans hiérarchie préétablie entre blogueurs de différents groupes. On retrouve aussi l’aspect populaire des témoignages dans le fait que les blogs sont accessibles à tous (du moins en théorie), et que tout lecteur est un contributeur potentiel. Dans le contexte cubain, les blogs répondent aussi au critère politique, car tout blog est automatiquement politique et idéologique, ne serait-ce que par le choix du serveur sur lequel il est hébergé, sans même parler du contenu. Ainsi, il n’est pas surprenant de voir que le témoignage figure parmi les objectifs explicites du concours de blogs « Una Isla Virtual » lancé en 2008 par la blogueuse dissidente Yoani Sánchez et son mari Reinaldo Escobar en vue de « fomenter la blogosphère cubaine et motiver ceux qui utilisent Internet à exprimer des idées, des informations et des témoignages9 ».

17Comme dans le domaine du témoignage, on retrouve la problématique de la véracité dans la blogosphère. Elle se reflète dans la tension entre écriture de soi et journalisme citoyen qui se côtoient dans l’espace du blog, à l’image de la tension entre biographie et ethnographie si caractéristique des ouvrages de témoignage. Il y a notamment une caractéristique présente aussi bien dans les témoignages que dans les blogs, que l’on attribue aussi au journalisme citoyen : le devoir d’attester (dar constancia) des faits comme ils ont été perçus ou vécus par une personne subjective. Au contraire du journalisme « classique », où l’objectivité doit primer, la subjectivité est un gage de la véracité pour le lecteur d’un blog comme pour celui d’un témoignage (Dean 2010). Le processus d’authentification personnel qui opère dans les blogs et dans les témoignages vient s’ajouter au processus habituel de légitimation institutionnel qui se charge de transformer les écrivains en auteurs, au sens où l’entendait Michel Foucault (1994 : 789-821).

18La définition de l’auteur est centrale pour le débat critique actuel sur les blogs et se rapproche, au moins d’un point de vue terminologique, au débat théorique sur la validité littéraire du témoignage qui a eu lieu entre les années 1960 et les années 1990 (Beverley 1992 : 7-19). Rappelons qu’un témoignage se crée souvent par le biais d’une coopération entre une personne subalterne (qui raconte son histoire) et une personne de classe moyenne ou dominante (qui recueille l’histoire et la met en forme). Cette coopération, qui donne lieu à une voix narrative collective, défie la conception traditionnelle de l’auteur comme unique détenteur de la fonction énonciative. Il est possible qu’un blog ne possède pas d’auteur unique, mais dû aux possibilités dialogiques proposées par les blogs et la quantité de matériel remédiatisé (Bolter et Grusin 2000) qu’on y trouve, il serait plus juste de dire que les blogs sont des produits d’un collectif d’auteurs, ce qui rappelle la collaboration nécessaire à la production du témoignage.

Cartographies : la blogosphère cubaine

19Depuis l’apparition des premiers blogs en 2005, la blogosphère cubaine a beaucoup évolué. À titre indicatif, le site Blogs Cubanos recense plus de 1 600 blogs sur Cuba en septembre 2013, sans spécifier ni la nationalité des auteurs ni le lieu géographique duquel ils écrivent. À cet effort de catalogage s’ajoutent plusieurs recherches effectuées des deux côtés de l’Atlantique pour cartographier la blogosphère cubaine. En juillet 2010, Josep Calvet publie un billet sur son blog Acerca de Cuba intitulé « Blogs, blogueros y comentaristas… más algunos sitios y algunas dudas. Quién es quién? » dans lequel il tente de faire la part des choses, mais ce n’est qu’en 2011 que le chercheur nord-américain Ted Henken propose une première cartographie de la blogosphère cubaine d’après les résultats d’une recherche menée sur le terrain (Henken 2011).

  • 10 « alentado desde Estados Unidos », in « Editorial: La inocenCIA imposible del Festival Clic », Blog (...)

20Henken divise la blogosphère cubaine en quatre groupes. D’abord, le groupe du portail Voces Cubanas, qui comporte une cinquantaine de blogs « indépendants ». Ce groupe, qui s’est constitué autour de la blogueuse Yoani Sánchez, est identifié par les médias officiels comme « dissident ». Un deuxième groupe, celui du portail Havana Times sous la direction du journaliste nord-américain Circles Robinson, qui gère actuellement le site depuis le Nicaragua. Henken décrit le point de vue de ce groupe comme soutenant la Révolution mais de manière critique (apoyo crítico), et souligne son point fort : faire coexister un ensemble de points de vue divers (celui des étrangers, celui des Cubains vivant à l’étranger et celui des Cubains vivant sur l’île) de manière unifiée. Cependant, il faut dire que pour les médias officiels, les membres de ce groupe sont aussi considérés comme « encouragés depuis les États-Unis10 ».

21Les blogueuses Sandra Abd’Allah-Álvarez et Yasmín Portales, connues pour leur prise de parole pour les droits des minorités à Cuba, appartiennent à un troisième groupe dit « d’opposition loyale » (Sierra Madero 2014). Ceux qui ont rassemblé leur quinzaine de blogs sur le portail Bloggers Cuba revendiquent avant tout la pluralité non partisane, tout en se déclarant révolutionnaires pour se différencier des dissidents. Enfin, il y a le groupe du portail La Joven Cuba, géré par des ex-étudiants en journalisme de l’université de Matanzas, qui sont considérés par Henken comme « oficialistas », mais dont il affirme qu’ils génèrent des débats fructueux entre les diverses communautés de la blogosphère. Cette division en quatre groupes ne prend en compte ni les blogs écrits sur Cuba par des étrangers ni les blogs dont les auteurs n’ont pas d’identité numérique propre, c’est-à-dire ceux qui utilisent leur blog uniquement comme espace de promotion pour une institution, comme celui de la directrice du CENESEX Mariela Castro. Henken ne considère pas les blogueurs cubains vivant à l’étranger comme un groupe à part.

22Critiquée par certains intellectuels cubains (Ubieta Gómez 2011) pour sa division de la blogosphère, l’analyse de Henken reste néanmoins un premier travail de débroussaillement, utile pour ceux qui ne connaîtraient pas bien le terrain. Cependant, il est vrai que son découpage est focalisé sur des questions d’appartenance, laissant parfois de côté d’autres facteurs plus complexes et difficiles à mesurer pour quelqu’un en dehors de la communauté. En effet, il choisit de mettre en valeur les modalités de connexion des blogueurs, le degré d’indépendance ou de censure qui caractérise leurs écrits, et les coûts idéologiques et économiques associés à leur activité, ne tenant compte ni de l’identité sociale et numérique des blogueurs ni de leur distribution géographique à travers le pays ni la manière dont ils perçoivent leurs propres actes d’écriture.

  • 11 Elaine Díaz Rodríguez, La diversidad sexual en Cuba: del silencio a la red, mémoire de Master prése (...)

23Pour compléter ce tableau, la blogueuse Elaine Díaz, qui est professeure de journalisme numérique à l’université de La Havane et membre du groupe Bloggers Cuba, a mis au point une première représentation graphique de la blogosphère cubaine, qui a été diffusée en ligne en juin 2013. Ce graphique s’accompagne d’un travail de recherche scientifique sur le rôle des réseaux sociaux et des blogs dans la lutte pour la reconnaissance des droits à la diversité sexuelle à Cuba11.

  • 12 Cela représente la moitié du chiffre recensé par Blogs Cubanos.

24D’autres recherches sur les caractéristiques démographiques de la blogosphère cubaine ont été effectuées par une autre chercheuse et blogueuse du même groupe, Yasmín Portales Machado. Les résultats de ses premières recherches situent le nombre de blogs constituant la blogosphère cubaine autour de 80012, dont les auteurs seraient majoritairement des « professionnels des secteurs prioritaires du gouvernement, des étudiants en formation supérieure, ou des personnes liées à la “dissidence” politique interne » (Portales Machado 2013). Au contraire de Henken, Portales n’inclut pas les blogs écrits ou gérés par des étrangers, et propose une analyse plus sociologique de la blogosphère d’où émergent deux caractéristiques principales : le « havanocentrisme » et le phallocentrisme. Le premier terme désigne le fait qu’une majorité des blogueurs cubains résident dans la capitale, et le second le fait qu’il y aurait plus de blogueurs que de blogueuses. Selon Portales, la blogosphère cubaine refléterait « les différences systémiques patriarcales » (Portales Machado 2013) observables dans les statistiques sur la composition de la blogosphère d’Amérique du Sud. Enfin, elle soulève une troisième problématique autour de l’inégalité dans l’accès à la technologie sur l’île, ce qui fait partie des revendications les plus actuelles et polémiques du peuple cubain sur le terrain de la politique nationale.

  • 13 « La contribución más importante de BC fue llevar a cabo el Primer Encuentro de Bloggers Cubanos en (...)
  • 14 Réunions informelles de tweeters cubains à La Havane. La première s’est tenue le 1er juillet 2011 e (...)

25La chercheuse et blogueuse Sandra Abd’Allah-Alvarez s’est aussi penchée sur la généalogie de la blogosphère cubaine, qu’elle aborde depuis une perspective différente due au fait qu’elle vit entre Cuba et l’Allemagne, et qu’elle fait de l’observation participative. Elle rappelle notamment l’existence de la communauté Cuba Blogs Club qui a précédé la formation du groupe Bloggers Cuba (BC). Elle affirme aussi que « la plus grande contribution de BC a été la réalisation de la première rencontre de blogueurs cubains en 200813 ». Cet événement, suivi de #TwittHab I et II14, ainsi que de nombreuses rencontres organisées en province, ont donné lieu à la création d’un nouveau portail Blogosfera Cuba, qui réunit depuis juin 2013 plus de 100 blogs sous la devise « Unidad en la Diversidad ». Ce rassemblement d’espaces virtuels est le fruit de rencontres réelles de personnes unies autour d’une même volonté de solidarité. Abd’Allah-Álvarez nous informe aussi de la création d’une nouvelle plateforme Reflejos: blogs de la familia cubana, qu’elle utilise désormais pour rendre accessible le contenu de son blog Negra Cubana Tenía Que Ser aux Cubains sur l’île. Depuis son lancement en 2013, cette plateforme a déjà indexé près de 1 000 blogs.

Témoignages : corps virtuels, revendications réelles

26Dans la blogosphère cubaine au féminin, le blog devient parfois une véritable extension de soi, comme s’il s’agissait d’une nouvelle partie du corps. Les blogueuses cubaines reconstruisent leur identité corporelle et sociale dans l’espace numérique grâce au texte. Les contours de leur cybercorps se tracent tout d’abord avec des données biographiques qui figurent souvent dans leur profil : nom, sexe, âge, lieu de résidence et profession. La métaphore se raffermit ensuite au contact d’autres informations personnelles voire intimes de la blogueuse, telles son orientation sexuelle, la couleur de sa peau, son appartenance à un groupe ethnique, ou encore son arbre généalogique, le tout avec photos à l’appui. La corporéité du blog permet d’abord de situer l’acte d’écriture ainsi que le point de vue de la blogueuse. Ensuite, elle renforce la présence de la blogueuse et l’impact de ses écrits dans les sphères sociales, politiques et économiques du réel.

27Sur le blog de Yasmín Silvia Portales Machado, En 2310 y 8225, on trouve une photo de mariage de celle-ci avec Rogelio Díaz à côté de la déclaration suivante : « Vivir en Cuba y ser Queer ha sido elección. Mi vida es un fino equilibrio entre el ejercicio de la maternidad, el feminismo y el marxismo crítico15 ». Par la juxtaposition de mots et d’images souvent pensés comme mutuellement exclusifs, le profil de Portales confronte son identité complexe aux idées reçues de son public lecteur. Il est aussi le reflet numérique de la relation qu’entretient une personne avec son propre corps.

  • 16 LGBTI est l’acronyme de « Lesbiennes Gays Bisexuels Transsexuels Intersexuels ».

28Créé en 2007, En 2310 y 8225 est le troisième blog de Portales, et celui qu’elle considère comme son blog personnel. Outre des chroniques de voyage, on y trouve aussi la chronique de sa propre maternité, des travaux analytiques sur la blogosphère cubaine, ainsi que des informations relatives à la revendication des droits de l’homme. Portales est notamment fondatrice du Projet Arcoíris, un collectif non-gouvernemental qui milite pour la reconnaissance des droits de la communauté LGBTI16 cubaine. Le blog de Portales part du principe féministe que « le personnel est politique » et rend son corps atypique plus visible pour mieux transmettre les messages politiques qui sont les siens : tolérance, indépendance, liberté d’expression, droits des femmes et des minorités.

  • 17 « Fanfiction (lit. ficción de fans), relatos de ficción escritos por fans de una película, novela, (...)
  • 18 « que enfrentaba una triple discriminación por mujer, negra y fea », June Fernández (2012).

29Son premier blog, Palabras Robadas, est consacré à l’écriture de fan fiction homoérotique17, où Portales met en scène une partie de sa propre sexualité à travers les expériences de personnages fictifs. Le corps virtuel de Portales est donc fragmenté entre plusieurs blogs à l’image de son corps physique « qui affrontait une triple discrimination en tant que femme, noire et laide18 ». En plus d’être une femme afrodescendante, Portales porte les séquelles d’importantes brûlures, porte le voile par choix esthétique, et arbore une identité sexuelle hétérodoxe.

  • 19 Ce néologisme a été créé par Kimberle Crenshaw (1991 : 1241-1299).
  • 20 « no solo Negra cubana tenía que ser se parece a mí, sino que […] revela la Sandra preocupada […] (...)

30Influencée par la notion féministe d’intersectionnalité19, Sandra Abd’Allah-Álvarez se crée un corps virtuel et multifacette grâce à son blog Negra Cubana Tenía Que Ser, où elle exerce un cyberféminisme dans une perspective afro-cubaine, soutient la lutte pour la diversité sexuelle à Cuba, et participe au développement des humanités digitales cubaines. Le blog, dont la couleur de fond est le noir, ressemble à son auteure et évolue en symbiose avec celle-ci : « non seulement Negra cubana tenía que ser me ressemble, mais elle révèle la Sandra qui s’inquiète d’établir des connexions opportunes et visibles entre différentes sphères à partir de ma propre existence20 ».

  • 21 « Soy mujer, mestiza, negra, caribeña », Sandra Álvarez, Blog, NegraCubanaTeníaQueSer, www.negracub (...)

31L’en-tête du blog, où l’on peut lire « Je suis femme, métisse, noire, caribéenne21 », transpose l’identité de la blogueuse, où s’imbriquent origines culturelles, identité de genre et couleur de peau, au blog qui devient un corps doté d’une voix et d’une mémoire. Car la blogueuse s’associe ostensiblement aux générations antérieures de féministes afro-cubaines. Muni d’un Dictionnaire d’Afro-Cubaines, le blog contient notamment des fiches consacrées à Daisy Rubiera Castillo et Georgina Herrera, anciennes membres du collectif Magín et personnalités importantes de la littérature de témoignage sur l’histoire des femmes afro-cubaines. Le blog de Sandra Abd’Allah-Álvarez se place dans la lignée de ces témoignages en donnant une voix aux Cubaines afrodescendantes dans la blogosphère ainsi que dans la société cubaine et la culture contemporaine.

  • 22 Sandra Abd’Allah-Álvarez réside en Allemagne depuis 2013.

32Ces deux blogueuses sont liées par la lutte pour la diversité sexuelle à Cuba, la revendication d’une identité afrodescendante, et par le fait qu’elles animent les deux seuls blogs ouvertement féministes écrits à Cuba22. Elles représentent un secteur minoritaire et non normatif de la population cubaine et participent à la prise de conscience autour des identités non hégémoniques sur l’île et à l’extérieur. Le blog, où celles qui écrivent peuvent représenter leur corps de manière complexe à la convergence de plusieurs facettes identitaires, intègre leur manière de se penser et de se présenter dans les mondes virtuel et réel. Être blogueuse, c’est témoigner de sa propre existence devant le monde.

Conclusions

33Non seulement les femmes cubaines ont été pionnières sur la toile, mais elles font aussi les premiers pas dans le domaine des humanités numériques à Cuba. Sandra Abd’Allah-Álvarez et Yasmin Portales, parmi d’autres, accomplissent un vrai travail scientifique alimenté des recherches statistiques, théoriques et empiriques sur les blogs écrits et édités par les résidentes de l’île. En s’appuyant sur une méthodologie proche de celle des sciences humaines et sociales, où l’observation participative prend une place importante, ces blogueuses ont réussi à fédérer des communautés virtuelles et réelles autour de différents projets participatifs culturels et sociaux.

34Cette incursion dans le monde de l’écriture numérique nous a montré que la tradition d’écriture féminine à Cuba née au xixe siècle se perpétue à travers le xxe siècle avec les témoignages, et aujourd’hui encore sur le web. À l’instar du journalisme et de la littérature de témoignage, les blogs apparaissent comme un outil de sensibilisation à la fois politique et populaire pour aborder les réalités complexes qui se côtoient sur l’île. Les blogs, ces témoignages du xxie siècle, sont aussi le moyen de promouvoir une histoire collective qui remet en question le statu quo, qu’il soit littéraire, social ou politique. Les femmes jouent aujourd’hui un rôle clé dans le développement de la blogosphère cubaine dans la diversité et dans le désir d’unité.

BD’ALLAH-ÁLVAREZ, Sandra, 2013, “¿Blogosfera cubana, de Cuba o para Cuba?,” Blog, Negra Cubana Tenía Que Ser (13 juin), http://negracubanateniaqueser.wordpress.com/​2013/​06/​13/​blogosfera-cubana-de-cuba-o-para-cuba.

BD’ALLAH-ÁLVAREZ, Sandra, 2012, “El comunicador como gestor cultural y actor social,” Blog, Negra Cubana Tenía Que Ser (17 novembre).

BARNET, Miguel, 1998, “La novela testimonio: socio-literatura,” in Miguel BARNET, La fuente viva, La Habana, Letras Cubanas, p. 940.

BEVERLEY, John, 1992, “Introducción,” Revista de Crítica Literaria Latinoamericana, La Voz del Otro, Testimonio, Subalternidad y Verdad Narrativa, 18, no. 36, p. 719.

Blog CubaDebate, 2012, “Editorial, La inocenCIA imposible del Festival Clic” (20 juin).

BOBES, Marilyn & Mirta YÁÑEZ (dir.), 2008, Estatuas de sal. Cuentistas cubanas contemporáneas, La Habana, Ediciones Unión.

BOLTER, Jay David & Richard GRUSIN, 2000, Remediation: Understanding New Media, Cambridge and London, MIT Press.

CORTÉS HERNÁNDEZ, Santiago, 2006, “El blog como un tipo de literatura popular: problemas y perspectivas para el estudio de un género electrónico,” in Culturas Populares Revista Electrónica 3 (septembre).

CRENSHAW, Kimberle, 1991, “Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence Against Women of Color,” Stanford Law Review 43, no. 6, p. 1241‑1299.

DAVIES, Catherine, 1996, “National Feminism in Cuba: The Elaboration of a Counter-Discourse, 1900-1935,” The Modern Language Review 91, no. 1 (janvier), p. 107‑123.

DEAN, Jodi, 2010, Blog Theory: Feedback and Capture in the Circuits of Drive, Cambridge, UK, Malden, MA, Polity.

ESCOLIN-CONTENSOU, Isabelle, 2010, « Le blog, nouvel espace littéraire entre tradition et reterritorialisation », in Christèle COULEAU-MAIXENT & Pascale HELLÉGOUARC’H, Les blogs : écritures d’un nouveau genre ?, Paris, L’Harmattan, p. 1322.

FERNÁNDEZ, June, 2012, “Cuerpos de feministas cubanas: Yasmín S. Portales Machado,” Blog, Mari Kazetari (5 mars).

FORNET, Ambrosio, 2007, “El Quinquenio Gris: Revisitando El Término,” in La política cultural en el período revolucionario: memoria y reflexión, La Habana, Centro Teórico Cultural Criterios, p. 2546.

FORNET, Ambrosio, 1994, “Las máscaras del tiempo en la novela de la revolución cubana,” Revista de crítica literaria latinoamericana 20, no. 39, p. 6179.

FOUCAULT, Michel, 1994, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », in Dits et Écrits, 1954-1988, 1 : 1954‑1969, Paris, Éditions Gallimard, p. 789‑821.

GUEVARA, Ernesto, 1966, Le socialisme et l’homme, Paris, Éditions Maspero, Paris.

HENKEN, Ted, 2011, “Una cartografía de la blogósfera cubana. Entre ‘oficialistas’ y ‘mercenarios’,” in Nueva Sociedad, no. 235 (octobre).

LEIBRANDT, Isabella, 2006, “El weblog, un nuevo género de la cultura popular digital,” in Culturas Populares Revista Electrónica 3 (septembre).

LEJEUNE, Philippe, 2000, « Cher écran… » Journal personnel, ordinateur, Internet, Paris, Seuil.

MELIÁN, Carlos, 2012, El Nicho, Blog, El Cine En La Calle (5 novembre).

MORRISON, Aimée, 2007, “Blogs and Blogging: Text and Practice,” in Ray SIEMENS & Susan SCHREIBMAN, A Companion to Digital Literary Studies, Malden, Mass., Blackwell Publishing.

PEDERSEN, Sarah, 2010, Why Blog? Motivations for Blogging, Oxford, Cambridge, New Delhi, Chandos Publishing.

PORTALES MACHADO, Yasmín Silvia, 2013, “Perfil demográfico de la blogósfera ‘hecha en Cuba’, Primeros resultados de investigación,” Blog (juin).

SHAYNE, Julie D., 2004, The Revolution Question: Feminisms in El Salvador, Chile, and Cuba, New Brunswick, New Jersey and London, Rutgers University Press.

SIERRA MADERO, Abel, 2014, “Del Hombre Nuevo al Travestismo de Estado,” Blog, Diario de Cuba (25 janvier).

SMORKALOFF, Pamela Maria, 1997, Readers and Writers in Cuba. A Social History of Print Culture, 1830s-1990s, New York and London, Garland Publishing, Inc.

UBIETA GÓMEZ, Enrique, 2011, “El falso mapa de Ted Henken,” Blog, La Isla Desconocida (9 juin).

Notes

1 Luisa Pérez de Zambrana, Gertrudis Gómez de Avellaneda ou encore Dulce María Loynaz figurent parmi les personnalités littéraires féminines les plus connues.

2 Voir l’article de Catherine Davies (janvier 1996), « National Feminism in Cuba: The Elaboration of a Counter-Discourse, 1900-193», in The Modern Language Review 91, no 1, p. 107-123.

3 « [l]es femmes […] doivent faire partie du sacrifice général de leur vie pour conduire la Révolution à son destin » (Ernesto “Che” Guevara 1966 : 20).

4 NB : Ces chiffres ne prennent pas en compte les publications de femmes dans d’autres genres littéraires.

5 Marilyn Bobes et Mirta Yáñez, dir., 2008, Estatuas de sal. Cuentistas cubanas contemporáneas, La Habana, Ediciones Unión.

6 « The blog has attained the mainstream as a form of digital personal diary, an outlet for citizen journalism, a community space for special interest forums, and a medium, for more passive entertainment. » (Morrison 2007)

7 « un escritor -y la mayoría lo somos, escribimos sin que nadie lo pida para nuestros blogs… » (Melián 2012).

8 Miguel Barnet (1998), “La novela testimonio: socio-literatura”, in La fuente viva, La Habana, Letras Cubanas, p. 9‑40.

9 « … fomentar la blogósfera cubana y motivar a quienes utilizan internet para expresar ideas, informaciones y testimonios. » Yoani Sánchez citée dans Henken (2011 : 99).

10 « alentado desde Estados Unidos », in « Editorial: La inocenCIA imposible del Festival Clic », Blog, CubaDebate, 20 juin 2012.

11 Elaine Díaz Rodríguez, La diversidad sexual en Cuba: del silencio a la red, mémoire de Master présenté à l’Institut international de journalisme José Martí de l’université de La Havane en janvier 2014.

12 Cela représente la moitié du chiffre recensé par Blogs Cubanos.

13 « La contribución más importante de BC fue llevar a cabo el Primer Encuentro de Bloggers Cubanos en 2008. » Sandra Abd’Allah-Álvarez (2013).

14 Réunions informelles de tweeters cubains à La Havane. La première s’est tenue le 1er juillet 2011 et la deuxième le 10 mai 2013.

15 Yasmín S. Portales Machado, Blog, En 2310 y 8225, www.yasminsilvia.blogspot.fr.

16 LGBTI est l’acronyme de « Lesbiennes Gays Bisexuels Transsexuels Intersexuels ».

17 « Fanfiction (lit. ficción de fans), relatos de ficción escritos por fans de una película, novela, programa de TV, trabajo literario o dramático, donde se utilizan los personajes y situaciones del original y se desarrollan nuevos papeles para estos personajes. » Yasmín S. Portales Machado, Blog, Palabras Robadas, www.palabraspulsares.blogspot.fr.

18 « que enfrentaba una triple discriminación por mujer, negra y fea », June Fernández (2012).

19 Ce néologisme a été créé par Kimberle Crenshaw (1991 : 1241-1299).

20 « no solo Negra cubana tenía que ser se parece a mí, sino que […] revela la Sandra preocupada […] por establecer conexiones oportunas y visibles entre diferentes esferas a partir […] de mi propia existencia. » Sandra Abd’Allah-Álvarez (2012).

21 « Soy mujer, mestiza, negra, caribeña », Sandra Álvarez, Blog, NegraCubanaTeníaQueSer, www.negracubanateniaqueser.wordpress.com.

22 Sandra Abd’Allah-Álvarez réside en Allemagne depuis 2013.

Auteur

Université de Cergy‑Pontoise, GRIAHAL, docteure, aylimim@gmail.com

Maya Anderson-González est docteure en Études hispanophones de l’université de Cergy-Pontoise et qualifiée aux fonctions de maître de conférences. Ses recherches portent sur les écritures et les cultures numériques émergentes à Cuba et le rôle que celles-ci jouent dans le développement de l’afro-féminisme cubain contemporain. Elle est membre du Groupe de Recherche Interdisciplinaire sur les Antilles Hispaniques et l’Amérique latine (GRIAHAL) et auteure de plusieurs articles publiés dans des revues internationales à comité de lecture, dont Transnational Literature eJournal et Revista Cuadernos de literatura del Caribe e Hispanoamérica.

Maya Anderson-González earned her PhD. in Hispanophone Studies from the University of Cergy-Pontoise. Her research interests focus on digital writing and culture in Cuba in relation to the development of contemporary Cuban Afro-feminism. She is a member of the Groupe de Recherche Interdisciplinaire sur les Antilles Hispaniques et l’Amérique latine (GRIAHAL). Her articles have been published in scholarly peer-reviewed journals, including Transnational Literature eJournal and Revista Cuadernos de literatura del Caribe e Hispanoamérica.

Maya Anderson-González es doctora en Études hispanophones de la Universidad de Cergy-Pontoise y obtuvo la calificación para las funciones de maître de conférences. Sus investigaciones se centran en las escrituras y las culturas numéricas emergentes en Cuba y el papel que éstas juegan en el desarrollo del afro-feminismo cubano contemporáneo. Es miembro del
Groupe de Recherche Interdisciplinaire sur les Antilles Hispaniques et l’Amérique latine (GRIAHAL) y autora de varios artículos publicados en revistas internacionales con comité de lectura, entre las cuales Transnational Literature eJournal y Revista Cuadernos de literatura del Caribe e Hispanoamérica.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable