Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Création poétique chez l'enfant

 | 
Aïno Niklas-Salminen

Deuxième partie. Evolution de la pratique poétique chez l'enfant

Chapitre 6 : Les thèmes

Texte intégral

1Dans ce chapitre, on mettra en évidence les thèmes favorisés par les enfants. On présentera aussi quelques poèmes créés par des enfants finlandais et des enfants plus âgés.

1. Thèmes

2Ces deux tableaux indiquent la répartition de ces poèmes selon l'âge de l'enfant :

3Poèmes où le principe du réel domine :

4Poèmes où le réel et l'imaginaire se rejoignent :

5On se trouve, une fois de plus, en présence de deux pôles opposés : celui du réel et celui de l'imaginaire. Les tableaux précédents indiquent que, dans le corpus analysé, il y a presque autant de poèmes dans lesquels le principe du réel domine que de poèmes où le réel et l'imaginaire se confondent.

6Les poèmes du deuxième groupe sont beaucoup plus nombreux chez le petit de l'école maternelle que chez le grand de l'école primaire (68 % contre 27 %). Le petit donne très facilement libre cours à son imagination et il ne se préoccupe pas toujours du sens du poème. Dans ses productions, on rencontre fréquemment des événements et des personnages qui sortent de leurs cadres habituels.

7L'animisme, tendance à considérer les choses comme vivantes ou intentionnées, ainsi que l'artificialisme ou croyance que les choses ont été construites par l'homme ou par une activité divine y "fleurissent". L'animisme et l'artificialisme forment le mode d'explication du monde le plus général et le plus caractéristique de la mentalité enfantine. Pour l'enfant, tous les êtres ont une âme : les astres, les phénomènes naturels, les fleurs et les plantes, ainsi que les objets inanimés les plus divers.

8Lorsque se termine la petite enfance, on constate en général que l'enfant devient raisonneur. Il imite davantage les attitudes adultes et perd le pouvoir de s'émerveiller de la gratuité absurde des mots ou des expressions (Jean 1966 : 158). Il devient sensible aux histoires et aux récits. 73 % des poèmes de l'enfant au dessus de 7 ans sont dominés par le principe du réel.

9Si l'on se réfère aux observations de Piaget (1964 : 38-39), on peut remarquer que le petit a la faculté d'osciller incessamment entre deux thèses contradictoires. Avant 7-8 ans, l'enfant possède deux plans de réalité, le jeu de la réalité commune. Ces deux plans de réalité sont juxtaposés au lieu d'être comparés et hiérarchisés par ses habitudes de jeu et d'imagination ; le petit est donc facilement porté à déformer la réalité. Il est extrêmement difficile, avant cet âge, de faire le départ entre la fabulation et la pensée tenue pour vraie.

10On peut également noter que l'enfant peut se servir des mots pour produire ce que l'action ne saurait réaliser d'elle-même. D'où la fabulation, qui consiste à créer une réalité par le mot (Da Silva, Jean, Malineau 1985 : 27).

11Le réel chez l'enfant plus âgé est le besoin social de partager. L'incohérence et l'absence de hiérarchie entre les états de croyance et de jeu seraient insupportables. L'enfant commence à être capable de distinguer le plan du réel, le plan du possible, le plan de la fiction, etc. La hiérarchie de ces plans est donnée par leur degré d'objectivité (Piaget 1964 : 51-53).

12Les tableaux suivants mettent en évidence la fréquence de ces thèmes selon l'âge de l'enfant :

13Animaux :

14Nature :

15Vie quotidienne :

16Thèmes à dominante affective :

17Thèmes favorisant l'évasion, l'Imagination :

18Thèmes à dominante morale, sociale, politique :

19Nourriture :

20Scatologie :

21On peut constater que l'enfant privilégie un certain nombre de thèmes. Les thèmes centrés sur les animaux sont ceux qui ont le plus de succès dans ses poèmes. Les thèmes concernant la nature et la vie quotidienne, ainsi que les thèmes à dominante affective sont aussi relativement fréquents. Par contre, les thèmes favorisant l'évasion et l'imagination, ainsi que les thèmes à dominante morale, sociale et politique n'apparaissent que dans un petit nombre de poèmes.

22En ce qui concerne le choix des thèmes, on peut noter une différence entre le petit de la maternelle et le grand de l'école primaire. La vie quotidienne ainsi que les thèmes à dominante affective ont plus de succès chez le premier. La nature et les thèmes centrés sur le monde, la vie et la société, intéressent surtout le second. Quant aux animaux et les thèmes favorisant l'évasion et l'imagination, ils apparaissent presque autant à la maternelle qu'à l'école primaire.

23Chez le petit, on peut distinguer deux tendances opposées : d'une part, il est très attaché à son univers ordinaire et au moment présent. Il met en scène des "extraits" de sa vie quotidienne, parle de sa famille, de son école, de ses amis. D'autre part, l'univers étrange et irréel le fascine et, comme on a déjà observé à plusieurs reprises, il est prêt à se lancer dans des "délires" où la réalité se transforme en rêve et où les êtres humains se métamorphosent en animaux et en objets. Le petit a également l'habitude de traiter les sujets sérieux, comme la mort, par exemple, d'une façon humoristique et burlesque. Il adore faire rire.

24Avec l'âge, l'enfant devient de plus en plus sérieux et pensif vis à vis de la poésie : il s'ouvre à l'extérieur, se détache du moment présent, parle des choses qui touchent tout le monde, ainsi que réfléchit sur les grands thèmes de l'humanité.

25A ce propos, on peut noter que vers 11-12 ans, l'enfant a atteint le stade des opérations formelles qui fournissent à la pensée un pouvoir tout nouveau, qui revient à la détacher et à la libérer du réel pour lui permettre d'échaufauder à sa guise réflexions et théories (Piaget 1964 : 51-53).

26Ce qui est important de remarquer aussi, c'est que l'enfant, en grandissant, a tendance à imiter les attitudes adultes et les règles plus précises. En plus, il sait ce que l'instituteur désire. Dans un certain nombre de poèmes, on peut même capter l'envie de l'enfant de flatter l'instituteur.

27L'enfant parle de la nourriture d'une façon ou d'une autre dans 23 % des poèmes étudiés. C'est un sujet qui est apprécié par l'enfant de la maternelle (35 %) et qui n'existe plus chez l'enfant de CM2. On peut également signaler que dans 7 % des créations, l'enfant met en scène des mots qui renvoient à un dénoté scatologique ou aux organes sexuels. Il s'agit d'un phénomène qui est propre à l'enfant de moins de 7 ans.

28De 2 ans à 5 ans l'enfant est dans le stade phallique (Kipman 1983 : 72). Les caractéristiques sexuelles prennent toute leur importance. Après cela, il entre dans la phase de latence et nous voyons la pudeur et la moralité s'installer avec tous les acquis sociaux de la période scolaire. La règle qui commence à être respectée en tant que résultat d'un accord entraîne toute une série de sentiments moraux inconnus jusque-là (Piaget 1964 : 38).

2. L'objectivité et la subjectivité dans les poèmes étudiés

  • L'enfant expose les événements en constatant : -> tous les poèmes de EM1, EM2 et EM3
  • L'enfant expose et commente les événements ; il propose son propre point de vue :
    • -CP : 3 %
    • CE1 : 43 %
    • CE2 : 47 %
    • CM1 : 37 %
    • CM2 : 37 %

29Le tableau qui suit indique la fréquence, selon l'âge de l'enfant, des poèmes dans lesquels l'enfant commente les événements et expose son propre point de vue :

30On assiste à une différence flagrante entre le petit et le grand : chez le petit au-dessous de 7 ans, tous les poèmes se déroulent dans un climat plutôt objectif, dans la mesure où l'enfant met en scène des événements et des personnages sans donner son propre point de vue. Il constate, mais ne commente pas. Par contre, dans les productions de l'enfant au-dessus de 7 ans, on commence à trouver des marques de la subjectivité. L'enfant s'implique directement ou indirectement, donne son propre point de vue personnel et invite à réfléchir.

31Comme on a déjà constaté, contrairement à l'enfant de 7 à 12 ans, qui est capable de coopération et ne confond plus son point de vue propre et celui des autres, le petit de moins de 7 ans affirme tout le temps, mais est incapable de prouver ou motiver ses affirmations. Il est sûr de ce qu'il dit et juge toujours tout à son point de vue propre d'individu. Il éprouve une difficulté considérable à entrer dans le point de vue des autres. Ainsi, son jugement est toujours absolu et jamais relatif. L'idée de hasard est absente de la pensée de l'enfant avant 7-8 ans. L'enfant trouve toujours une raison à tout, quelle que soit la question (Piaget 1964 : 38-43).

32Avant de conclure cette partie concernant l'évolution de la pratique poétique chez l'enfant, il sera intéressant de présenter quelques productions de notre échantillon de poèmes finlandais, ainsi que quelques poèmes créés par des enfants plus âgés. Les poèmes des enfants plus âgés confirmeront peut-être nos hypothèses sur l'évolution de la pratique poétique, et une mise en parallèle, bien que rudimentaire, entre l'enfant français et l'enfant finlandais nous permettra, probablement, de tirer des conclusions plus générales concernant l'art verbal de l'enfant.

3. Poèmes finlandais

Q : Älä itke pikku nalle
Miksi syöt karkkia ?
Mennään hammas lääkäriin
Pian se parantuu (6 ans)

Ne pleure pas petit nounours
Pourquoi manges-tu des bonbons ?
Allons chez le dentiste
Bientôt ça sera guéri

R : Kukkasella on suu ja silmät
Ja kädet ja vartalo ja
Napa kapa lapa kapa papa (5-6 ans)

La fleur a une bouche et des yeux
Et des mains et un corps et
Un nombril _____ une épaule _____

S : Outi pakana
Oli pantsu
Ja se muuttui kakaksi
Tuli pyllystä alas
Pudotettiin lavuaariin (5 ans)

Outi Païenne
Etait une banane
Elle s'est transformée en caca
Est sortie du cul
On l'a laissé tomber dans le lavabo

T : Porkkana lentää
Kuin lentävä mato
Saippuaa syö
Kuin lentävä ihminen (5-6 ans)

La carotte vole
Comme un ver volant
Mange du savon
Comme un être humain volant

U : Äiti läiti päiti
Lentää kukalle
Enkeli isä taivaaseen (5-6 ans)

Maman _____ _____
S'envole sur une fleur
Ange papa au ciel

V : Norsu porsu pokana
Oli kaapin takana
Mitä muuto se teki
Kun söi kaappia

Un éléphant _____ païen
Etait derrière un placard
Il ne faisait rien d'autre
Que mangeait du placard

W : Kissa pissa kissa pissa
Meni pissalle ja kakalle mettään

Un chat pipi un chat pipi
Est allé faire pipi et caca dans la fôret

X : Kissa meni tiellä
Näki pienen pojan
Tuli poika kissan kaa
Antoi siile maitoa (5 ans)

Le chat se promenait dans la rue
A vu un petit garçon Le garçon
est venu avec le chat
Lui a donné du lait

Y : Karhu se tallustaa
Ja pikkupoika marjassa on
Ja karhu soi pojan (6 ans)

C'est l'ours qui marche lourdement
Et le petit garçon cueille des baies
Et l'ours a mangé le garçon

33On peut noter que le réel et l'imaginaire se confondent souvent dans les petits poèmes créés par l'enfant au-dessous de 7 ans. Les événements et les personnages sortent de leurs cadres habituels. La réalité se transforme en rêve et les êtres humains se métamorphosent en animaux et en objets. Ils font caca, pipi, ils mangent et se font manger, ils s'envolent au ciel, etc. Tous ces faits, même "dramatiques" sont exposés sans commentaires. L'enfant affirme sans donner son propre point de vue.

Z : On talo mulla soma
ja mun ikioma,
se seisoo tässä,
niin kuin pataässä,
se kovin pieni on
ja hyvin avuton.

On talo mulla oma
ja mun ikioma. (10 ans)

J'ai une jolie maison
et elle m'appartient,
elle reste debout,
comme l'as de pique,
elle est toute petite
et très faible.
J'ai ma propre maison
et elle m'appartient.

Ä : Syksy
Tuuli puista lehdet vie
Syksy tullut lie.
Maassa lehdet makaavot
puista lehdet karkaavat. (9 ans)

L'automne

Le vent arrache les feuilles de l'arbre
C'est l'automne qui est arrivé, je crois
Les feuilles sont couchées par terre
Les feuilles s'évadent des arbres.

Ö : Kesätuuli henkäilee
Viimeisia vetoja puhkailee.
Pian on talvi, lunta tulee
Silloin tarvii laittaa puuta
tuleen.
Kun on kylmä lämpöä
tarvii.
Sekä etelän lämpöä tulvii
kun on kesä. (9 ans)

Le vent d'été souffle
halète les dernières fois.
C'est bientôt l'hiver, la neige arrive
Alors il faut mettre du bois
au feu.
Quand il fait froid on a besoin
de la chaleur.
Et la chaleur du sud nous inonde
quand c'est l'été.

Ö : Syksy

Syksyllä on kaunista.
Lehdet puussa väreissä
niin kuin juhla-
puvuissa. Lentää kohti
maata juhlakansa.
Syksy on värikästä
aikaa se on metsän
taikaa. (9 ans)

L'automne

L'automne est beau.
Les feuilles de l'arbre en
couleurs comme en tenue
de soirée. S'envolent vers
la terre les fêteurs.
L'automne est une période
bigarrée c'est de la magie
de la fôret.

a : Hiljaa

"Me kävelimme rinnakkain pitkin
hiljaista rantaa vesi liplatti
hiljaisesti samettista
hiekkaa vasten. Istahdimme laiturille
vain sinä ja minä. Olimme
hiljaa niin hiljaa. Tunsin
kuinka sinä hengitit minua
vasten lämpimästi. Olimme niin
hiljaa että en huomannut
kun kävelit pois." (10 ans)

Silencieusement

"Nous marchions côte à côte le
long du rivage silencieux l'eau
clapotait silencieusement contre
le sable velouté. Nous nous sommes assis
sur l'embarcadère, toi et moi tout seuls. Nous
étions si silencieux, si silencieux. Je
sentais comment tu respitais chaudement
contre moi. Nous étions si
silencieux que je n'ai pas remarqué
que tu es parti. "

b : Pieni jänis loikki
suuren pellon poikki
Talvi oli koittanut ja
kesän lämmön voittanut (10 ans)

Un petit lièvre traversa
un champ à grandes enjambées
L'hiver était arrivé et
avait gagné la chaleur de l'été.

34Ces exemples mis en relief confirment, en quelque sorte, les hypothèses que l'on a pu former lors de l'analyse des poèmes du corpus principal. On peut constater que l'enfant de 9 à 12 ans perd le pouvoir de s'émerveiller de la gratuité absurde des mots ou des expressions : la plupart des poèmes exposés sont dominés par le principe du réel. Les métaphores, les comparaisons et les antithèses deviennent de plus en plus fréquentes. On peut noter également que les marques de la subjectivité commencent à s'imposer : l'enfant s'implique directement ou indirectement, donne son propre point de vue personnel, invite à réfléchir et parle de lui-même.

4. Poèmes créés par l'enfant de plus de 12-13 ans

35Dans ce paragraphe, on présentera quelques poèmes créés par l'enfant français de plus de 12-13 ans. Notre but est celui de montrer que certains procédés poétiques propres à l'enfant petit n'y figurent plus, et que par contre, les procédés qui commencent à caractériser la poésie chez l'enfant de 7-12 ans, y apparaissent de plus en plus souvent.

o : Combat sans relâche
A tout moment peut surgir,
L'apparence sauvage d'une vie,
Trace amère d'une lutte,
La pierre est rosée de sang.

Mi mort, mi vivant,
sur les chemins, en boitant,
Il a rencontré un bienfaiteur,
Qui lui a donné son cœur. (6°)

p : L'être solitaire

Le cœur désolé d'un être perdu,
Se promenait, sans être vu.
Dans le monde oublié,
En hauteur de cimes, caché.

Les êtres, les plus affamés,
D'un cœur doux, d'une réserve d'amitié,
Ont eu un bout de notre amour,
Mais qui ne dure jamais pour toujours. (6°)

q : Je donne et je reprends
J'accepte et je refuse
Je cite et je comprends
Le m'arrête et je fige
La vie n'est que contraire
La mort, qu'un univers... (5°)

r : Pourquoi ma France est si petite
Et mon pays si grand
En rencontrant les clématites
Le leur ai demandé en reniflant :
"Pourquoi cette terre si petite
Petite comme du granit."
"Pourquoi le monde si grand
Grande comme une offrande. "
Elle ne m'a pas répondu
Sans doute pour ma question
Cela devait être foutu. (6°)

s : être

suis-je vivant
suis-je sur terre
suis-je vivant
suis-je sur terre
mais pourquoi
toutes ces questions
I don't know (Homo, 5°)

t : Tes yeux sont verts comme des émeraudes brillants
à la lueur du soleil. Tes cheveux dans le
vent me font penser à l'eau dévalant le
ruisseau de l'amour. Mais alors quand tu
souris je me croirais au paradis (5°)

u : Les cœurs unis

R. Suis le vent
l'amitié, la joie, la paix
Au printemps
ils t'emmèneront danser

1. J'habite sur une mer d'écume
sur une île perdue
entourée de récifs.
Je regarde la lune
seul et sans but
seul et agressif

2. Je vis d'un printemps
joyeux et vivant
où chantent les oiseaux
que j'entends là haut
chantent la liberté
d'une terre d'amitié

3. Un fond de la vie
attend le minuit
lorsque tout d'un coup
je déciderai "oui"
un "oui" de paix, un "oui" d'amour
qui veut tout dire
sans un retour

4. Nous habitons sur une mer d'écume
sur une île perdue
entourée de récifs.
Nous regardons la lune
tous les deux sans but
tous les deux amoureux (Florence, 3

v : Chanson de vie

Sauve la terre
la vérité
sauve de la misère
de la pauvreté

Le monde en délire
dans ton univers
retrouvera son air
perdu dans le rire

Etoile filante
amène l'amie
loin des anges
étrange de vie

Seul dans la nuit
à connaître le destin
de l'enfant qui suit
l'ombre de sa main

Ce n'est qu'une image
trouvée sur le trottoir
trésor d'un soir
dommage

Apprends la vie
apprends à la comprendre
quand l'ennuie
soudain se fait entendre

Dors d'un sommeil profond
dans un lac d'eau sombre
ne pense à rien
oublie demain

Suis ton chemin
qui va tout droit
ou dans le vin
tu noiras ton choix (3°)

x : Les Maths

Cours de Maths
casse-têtes moderne
tapage à l'heure
c'est pas l'bonheur

méninge à vif
gare aux manifs
les parallèles
c'est la galère

repère (O,I)
j'ai pas envie
d'passer ma vie
en géométrie

j'aime pas les maths
les décimales
c'est pas de la tarte
je les décale

l'oreille bouchée
les yeux fermés
ça veut pas rentrer
j'me rtrouve dernier

zéro, zéro, zéro (3°)

y : Petit bonhomme

Petit bonhomme
qui court dans la rue
tu n'es pas homme
à te trouver perdu

tu cours vers ton destin
cherchant quelque chose
cherchant en vain
ce que personne n'ose.

Petit enfant perdu dans le noir
nul ne te trouverait
petit enfant perdu dans la nuit
nul ne te trouvera
ton cœur noyé
appelle la lumière
mois la lumière éteinte
ne vient pas

Un jour tes yeux s'ouvriront
et tu t'apercevras
sous la lumière blonde
ce qu'est la loi (3°)

36Selon la perspective de Piaget (1964 : 75-86), vers 11-12 ans, la pensée concrète se transforme en pensée formelle. Cette transformation dans le développement mental de l'enfant est fondamentale. Jusque vers cet âge, les opérations de l'intelligence enfantine sont uniquement concrètes. Elles ne portent que sur la réalité elle-même, et en particulier, sur les objets tangibles d'être manipulés et soumis à des expériences effectives.

37Les opérations formelles fournissent à la pensée un pouvoir tout nouveau, qui revient à la détacher et à la libérer du réel pour lui permettre d'échaufauder à sa guise réflexions et théories. L'adolescent devient capable de construire des systèmes et des théories. Il a envie de transformer le monde ; il croit en la toute puissance de la réflexion, comme si le monde devait se soumettre aux systèmes et non pas les systèmes à la réalité. La maturation de son instinct sexuel est marquée par des déséquilibres momentanés, qui donnent une coloration affective très caractéristique à cette période de l'évolution psychique.

38L'adolescent se pose en égal de ses aînés, mais il se sent différent d'eux. Il veut les étonner avec ses systèmes ou plans de vie qui sont à la fois pleins de sentiments généreux, de projets altruistes, de mégalomanie et d'égocentrisme.

39Les poèmes de l'adolescent laissent transparaître ces tendances. Si l'on examine de plus près ces quelques exemples, que l'on vient de mettre en relief et qui semblent représenter bien la poésie chez l'enfant de plus de 12-13 ans, on remarque que les poèmes sont de plus en plus construits, et les traits poétiques qui y figurent sont de plus en plus contrôlés et intentionnels.

40Au lieu de faire une étude poussée des procédés poétiques qui apparaissent dans la poésie chez l'adolescent, nous voulons simplement repérer les points les plus évidents qui se dégagent de ces exemples. En ce qui concerne le niveau sonore, on remarque que les assonances et rimes, qui n'envahissent jamais le sens du poème, débordent, presque dans tous les cas, sur tout le poème et lui offrent une organisation cohérente.

41Les traits poétiques affectant la couche morphosyntaxique du langage sont fondées. Les répétitions de mots, les parallélismes et les antithèses ne se permettent plus d'y apparaître gratuitement. Bien au contraire, ils ont tendance à remplir une fonction assez précise.

s : - être malchanceux n'est pas
un handicap
- être malchanceux ne coûte
rien
- être malchanceux c'est
quelquefois bien

w : apprend la vie
apprend à la comprendre

y :- tu cours vers ton destin
cherchant quelque chose
cherchant en vain
[ ]

Petit enfant perdu dans le noir
nul ne te trouverait
Petit enfant perdu dons la nuit
nul ne te trouvera

42Dans ces exemples, par exemple, l'enfant paraphrase et insiste à l'aide des répétitions et parallélismes. Les figures de construction par permutation et par effacement commencent à être de plus en plus courantes. Elles semblent être employées volontairement pour créer un effet stylistique spécifique. Au lieu de dire : "Pourquoi cette terre est si petite" et "Pourquoi le monde est si grand", l'adolescent dit :

r : "Pourquoi cette terre si petite
Petite comme du granit."
"Pourquoi le monde si grand
Grand comme une offrande."

o : A tout moment peut surgir,
L'apparence sauvage d'une vie.

43Les exclamations, les interrogations et les ordres ainsi que les actes de langage autres que l'affirmation gagnent du terrain sur des phrases affirmatives et déclaratives. Notons aussi que l'enfant parle de plus en plus souvent de lui-même, de ses propres sentiments :

v : j'habite sur une mer d'écume
[ ]

Je regarde la lune
seul et sans but
[ ]

Nous habitons sur une mer d'écume
[ ]

Nous regardons la lune
tous les deux sans but
tous les deux amoureux.

x : J'ai pas envie
d'passer ma vie
en géométrie
[ ]
j 'aime pas les maths

44Quant au niveau lexicosémantique de ces poèmes, on peut constater que le vocabulaire employé est nettement plus abstrait que chez l'enfant plus jeune.

w : la vérité, la misère, la pauvreté, l'ennui
v : l'amitié, la joie, la paix

45L'adolescent porte une attention particulière aux mots. Cette attention se manifeste dans différents comportements. Au lieu d'employer des expressions ordinaires, l'adolescent s'efforce d'écrire avec des mots qu'il trouve beaux ou des mots rares. Il abrège ou répète des mots pour suggérer action ou émotion. Avec des termes affectifs (aimer, décevoir, seul, abandonné...), évaluatifs (grand, beau, fort...) et modalisateurs (vouloir, pouvoir, savoir...), il essaie de susciter la participation émotionnelle du lecteur. Les métaphores, les comparaisons et les antithèses, qui sont de plus en plus courantes, sont maîtrisées et très recherchées :

v : Tes yeux sont verts comme des émeraudes brillants
à la lueur du soleil. Tes cheveux dans le
vent me font penser à l'eau dévalant le
ruisseau de l'amour.

o : Il a rencontré un bienfaiteur,
Qui lui a donné son cœur

p : Le cœur désolé d'un être perdu,
se promenait, sans être vu.

o : L'apparence sauvage d'une vie.
Trace amère d'une lutte,
La pierre est rosée de sang

46Les recherches stylistiques se remarquent aussi, par exemple, dans l'emploi des mots argotiques.

x : Cours de Maths
casse-têtes moderne
tapage à l'heure
c'est pas l'bonheur
méninge à vif
gare aux manifs
les parallèles
c'est la galère

47Ces poèmes, qui sont plutôt dominés par le principe du réel, sont bien construits : un fil conducteur très tenu les organise et les fait avancer du début à la fin. Presque tous les poèmes se divisent en strophes et contiennent un titre. L'adolescent a accès à l'organisation d'ensemble du poème, il est capable d'observer les caractéristiques qui impliquent la totalité d'un texte.

48L'adolescent aime se dégager du moment présent. Le passé et le futur sont fréquemment mis en scène. Les thèmes universaux l'intéressent et il s'implique volontiers en donnant son propre point de vue et en invitant à réfléchir. En même temps, sa poésie semble être beaucoup plus individuelle que celle de l'enfant plus jeune.

49Dans ses poèmes, on ne rencontre que peu de traces de la gaieté, de l'insouciance et de la légèreté qui caractérisent si bien la poésie de l'enfant petit. Celui-ci adore rire et faire rire. Il n'est jamais totalement sérieux et il tend à saisir toutes les occasions de relever ce qui est insolite et ce qui est comique pour créer autour de lui une ambiance amusante.

50L'adolescent ne rit plus ou ne rit que d'une façon ironique. Il est sérieux et plutôt sombre et révolté et ses "conduites" poétiques semblent être dirigées par des stéréotypes. Il parle de l'amour, de la souffrance, des problèmes, de la vie, comme si tout cela lui était connu. Il a tendance à exagérer et parfois on a même l'impression que tous les problèmes du monde reposent sur ses épaules.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/759/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540