Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Création poétique chez l'enfant

 | 
Aïno Niklas-Salminen

Deuxième partie. Evolution de la pratique poétique chez l'enfant

Chapitre 4 : Le lexique

Texte intégral

1Dans ce chapitre, on s'interrogera sur la fréquence des mots inventés et des mots proches par le sens dans les poèmes analysés.

1. Mots inventés

2Les chiffres suivants indiquent la répartition de ces différents types de mots inventés selon l'âge de l'enfant :

3Mots inventés sans aucun lien avec le lexique commun :

4Mots inventés ayant un lien avec le lexique commun :

5Onomatopées :

6Mots créés par l'homophonie partielle :

7Ce tableau regroupe toutes les 4 classes selon l'âge de l'enfant : de mots inventés ensemble

8Un assez grand nombre de poèmes du corpus analysé contiennent des mots inventés. On peut remarquer que le nombre de ces mots est nettement plus élevé dans la poésie du petit que dans celle du grand. On trouve des mots inventés qui n'ont aucun lien avec le lexique commun dans 10 % des poèmes. Il s'agit donc d'un phénomène relativement répandu, mais uniquement dans la poésie orale. L'enfant de l'école primaire ne se permet plus d'employer des mots dépourvus de sens. Le même phénomène se remarque avec les mots créés par l'homophonie partielle : ils n'existent pratiquement plus chez l'enfant au-dessus de 7 ans.

9Le nombre des créations ayant un lien avec le lexique commun n'est pas élevé (3 %). Par contre, les onomatopées ornent 17 % des poèmes. Le petit aime imiter un chant, un bruit, une voix, un soupir, etc., le grand emploie surtout des interjections. Contrairement au petit qui invente des mots surtout pour le plaisir sonore ou ludique, le grand semble en créer pour conserver l'harmonie sonore qui règne dans le poème.

10Ces observations pourraient se mettre en parallèle avec celles de Marina Yaguello (1981 : 41) : Il semblerait que les créations insolites s'inscrivent dans un contexte de joie ou d'excitation, comme une sorte de jonglerie avec des morceaux de mots. C'est sans doute l'une des formes les plus spécifiquement enfantines des créations. L'enfant semble prendre plaisir à manipuler des formes compliquées et des sonorités un peu mystérieuses. Il éprouve du contentement à utiliser une formule qui lui est propre. "C'est souvent une originalité qu'il cultive, une façon de constater l'arbitraire du système." (Ibid.).

11Le petit joue dans la marge de la créativité qu'il possède à l'intérieur du système, à la limite des contraintes que celui-ci lui impose. Il exploite des jeux de sonorités, des contrastes, des répétitions qui dépassent largement la simple création de mots et qui constituent toujours dans une certaine mesure un code nouveau, une interprétation personnelle des possibilités combinatoires.

12D'après Paule Aimard (1975 : 164-165), les créations de mots peuvent suppléer à une insuffisance de la langue ou à une insuffisance provisoire de l'équipement de l'enfant. Leur rôle est donc souvent utilitaire. Elles remplacent un mot que l'enfant ne connaît pas ou qui n'existe pas.

2. Mots proches par le sens

13Les mots proches par le sens peuvent appartenir au même champ sémantique ou associatif. Ils peuvent être liés entre eux par une relation synonymique ou antonymique, ou par une relation hyponymique/hyperonymique.

14Ce tableau indique la répartition des mots proches par le sens selon l'âge de l'enfant :

15On a vu que l'on peut distinguer deux pôles opposés dans les énumérations : d'un côté, il y a les énumérations chaotiques, de l'autre, les énumérations fondées. Les premières font succéder les mots et les expressions les plus divers qui n'ont pas obligatoirement un lien spécial entre eux. Dans les secondes, les termes ont entre eux un lien sémantique bien défini. Elles se trouvent souvent dans les poèmes qui décrivent un personnage, un objet ou un paysage. Il va de soi que les premières sont appréciées surtout par l'enfant petit et les secondes par l'enfant plus âgé.

16Il est intéressant de prendre en considération les remarques de J. Gardes (1986 142-145) concernant la création des mots chez l'enfant. Il semblerait qu'avant 4 ans, 4 ans et demi, l'enfant ne soit pas encore capable d'une analyse ni d'une segmentation du signe. Quand il fabrique des mots, il n'utilise pas de procédés morphologiques. La plupart de ses mots sont des emprunts de termes existant déjà dans la langue. C'est seulement vers 4-6 ans qu'il commence à être capable de segmenter le signe en syllabes et en morphèmes, et de faire la part entre ce qui relève du système linguistique et l'utilisation individuelle de ce système. Le signe devient donc muni d'un renvoi sémantique puisque l'enfant prend conscience des relations lexicales, synonymie, hyperonymie, polysémie, homonymie, et également d'un renvoi morphosémantique.

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540