Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Création poétique chez l'enfant

 | 
Aïno Niklas-Salminen

Deuxième partie. Evolution de la pratique poétique chez l'enfant

Chapitre 3 : Les figures

Texte intégral

1Ce chapitre proposera de mettre en évidence la fréquence des différentes sortes de figures qui apparaissent dans les poèmes analysés, ainsi que leur répartition selon l'âge de l'enfant.

1. Figures de construction

2Répartition de ces deux figures ensemble selon l'âge de l'enfant :

2. Figures de style

2.1. LES MODALITES DU DISCOURS

3Les chiffres suivants indiquent la répartition portant sur l'expression de l'idée selon l'âge de des traits poétiques l'enfant :

4Exclamation :

5Interrogation :

6Ordre :

7Apostrophe :

8Le tableau suivant regroupe tous les traits poétiques portant sur l'expression de l'idée que l'on vient d'évoquer :

2.2. ACTES DE LANGAGE

9Louange, célébration :

10Acte de poser des questions :

11Acte de donner des ordres :

12Acte de (se) plaindre, de regretter :

13Acte de souhaiter ou de désirer quelque chose, prière, demande :

14Ce tableau regroupe tous les actes de langage ensemble :

2.3 POESIE SANS PATHOS

1552 % des poèmes du corpus sont des poèmes sans pathos. Ce tableau indique leur répartition selon l'âge de l'enfant :

2.4. EMPLOI DES PRONOMS PERSONNELS

16La 1ère personne apparaît dans 39 poèmes 48 poèmes (20 %) et la 3ème personne dans = 16 %, la 2ème personne dans 199 poèmes (83 %).

17Voici les chiffres qui indiquent l'usage des personnes selon l'âge de l'enfant :

18La 1ère personne :

19La 2ème personne :

20La 3ème personne :

21Il sera intéressant d'examiner de plus près l'ensemble des tableaux présentés au cours des pages précédentes. Premièrement, on peut noter que les traits poétiques portant sur l'ordre et le nombre des mots dans la phrase sont aussi peu fréquents chez le petit que chez le grand. On n'accordera pas d'importance à ces tournures qui, vraisemblablement, ne font pas partie des traits caractéristiques de la poésie enfantine.

22Deuxièmement, d'après les critères adoptés, il y a presque autant de poèmes pathétiques que sans pathos dans le corpus étudié. A ce niveau-là, on ne rencontre pas de différences entre les productions du petit et celles du grand. Par contre, les exclamations, interrogations et ordres, qui ont une fonction fortement émotive et expressive et qui ornent un grand nombre de poèmes, sont plus répandus dans les créations du grand que dans celles du petit (18 % contre 5 %). Les modalités du discours autres que l'assertion, forment donc un phénomène qui caractérise surtout la poésie de l'enfant plus âgé.

23Contrairement au petit qui déclare, affirme, ainsi que semble être sûr de tout ce qu'il dit, le grand hésite, se questionne, fait appel à l'interlocuteur en l'invitant à réfléchir ; il célèbre, se plaint, etc. Ainsi les actes de langage autres que l'acte de poser des affirmations, sont beaucoup plus employés chez le grand que chez le petit (17 % contre 4 %).

24En ce qui concerne l'emploi des pronoms personnels, on peut constater que la plupart des poèmes se déroulent à la 3ème personne du singulier ou du pluriel. C'est la personne la plus répandue chez chaque groupe d'enfants. La lère personne n'apparaît que rarement et son rôle est, la plupart du temps, secondaire. Elle est employée surtout dans les poèmes qui mettent en scène un dialogue ou qui contiennent un narrateur qui expose son propre point de vue ("j'ai compris", "j'ai envie de", "j'aime").

25La 2ème personne est beaucoup plus fréquente chez le grand que chez le petit. Elle est présente surtout dans les poèmes pathétiques qui mettent en scène des personnifications, louanges, appels à l'interlocuteur, etc. Au lieu de dire : "La mer est agitée", l'enfant dit : "Oh mer, pourquoi es-tu si déchaînée ?" Parfois le poète s'adresse à l'interlocuteur : "Et vous savez que les escargots aiment la pluie ?"

26Cette remarque pourrait être mise en rapport avec la constatation de J. Molino et J. Tamine : "Ce qui semble le plus irréductiblement attaché à la poésie [ ] c'est la présence de la première personne. En deça des modalités et les fondant apparaît l'instance de la subjectivité dans le langage, le pronom de la première personne." (Molino, Tamine 1982 : 147). Est-ce que cela voudrait dire que la poésie chez l'enfant est beaucoup plus objective que celle de l'adulte ? Ou est-ce que la subjectivité chez l'enfant se manifeste différemment ?

27Si l'on se réfère aux stades du développement mental de l'enfant présentés plus haut, on peut essayer de comprendre quelques points concernant les observations que l'on vient de faire. On a vu que, dans les poèmes du petit, on ne rencontre pratiquement que des affirmations et des déclarations. Le petit semble être toujours sûr de tout ce qu'il dit et il ne commente jamais les événements ou les descriptions qu'il met en scène.

28D'après Piaget, l'enfant petit affirme tout le temps, mais ne démontre jamais. Il a la faculté d'osciller entre deux thèses contradictoires. Il juge toujours tout à son point de vue propre d'individu et il éprouve une difficulté considérable à entrer dans le point de vue des autres. Dès lors, son jugement est toujours absolu et jamais relatif (Piaget 1964 : 38).

29C'est vers 7-8 ans que les habitudes de la pensée socialisée commencent à se préciser : l'enfant ne confond plus son point de vue propre et celui des autres, mais il les dissocie pour les coordonner (Ibid.). Dans ces textes, on commence à rencontrer des commentaires, hésitations, interrogations, ordres, etc. qui traduisent, semble-t-il, le besoin de l'enfant de partager la pensée des autres, de communiquer et d'éviter les contradictions. La présence de plus en plus régulière du pronom de la 2ème personne dans ses productions tend à confirmer cette hypothèse.

3. Figures de signification

30Ces tableaux présentent la répartition de ces traits selon l'âge de l'enfant :

31Métaphore :

32Personnification :

33Comparaison :

34Ces tableaux semblent traduire les choses suivantes :

35La métaphore, la comparaison et la personnification sont des procédés poétiques qui caractérisent un grand nombre de poèmes étudiés. On pourrait presque parler des marques propres de la poésie chez l'enfant. On peut cependant noter que les deux premières apparaissent surtout dans les poèmes écrits de l'enfant plus grand. Dans les créations orales du petit au-dessous de 7 ans, elles sont presque inexistantes. En revanche, la personnification, qui, dans certains cas, pourrait être confondue avec la métaphore, apparaît aussi souvent dans les productions du petit que dans celles du grand.

36Il est étonnant de constater que, dans les poèmes du corpus, la fréquence des métaphores est plus importante que celle des comparaisons (24 % contre 18 %). Pourtant la comparaison est habituellement conçue comme bien distincte, et d'un accès plus facile que la métaphore, puisqu'elle implique des outils syntaxiques spécifiques (comme, ainsi que...) et qu'elle précise généralement sous quel rapport les éléments sont rapprochés (Bonnet 1992 : 44).

37Afin de mieux comprendre la rareté ou la fréquence de ces traits selon l'âge de l'enfant, référons-nous aux observations de Clairlise Bonnet et Joëlle Tamine sur la compréhension des métaphores chez les enfants (1982). Selon la perspective de Piaget, pour comprendre les métaphores, il faut posséder les compétences propres au niveau des opérations formelles qui apparaissent vers 11-12 ans (Piaget 1964 : 77). Ces opérations formelles permettent de "jouer" avec l'opposition entre le sens propre et le sens figuré. L'enfant doit être capable de distinguer les relations d'identité, de différence et de ressemblance.

38A 4 ans, l'enfant distingue bien identité et non identité, mais maîtrise mal la ressemblance. Et avant l'âge de 6-7 ans, il ne comprend pas les métaphores car, il ne possède pas la compétence cognitive qui lui permettrait de construire une intersection entre les deux classes d'objets que comporte la métaphore (Ibid.). Il est donc incapable de faire la liaison entre les deux termes de la métaphore.

39A partir de 6-7 ans, l'enfant possède les compétences cognitives caractéristiques du premier niveau des opérations concrètes (Ibid. : 12). Il comprend surtout les métaphores "transparentes" codées dans lesquelles la ressemblance est assez facile à déduire. Vers 8 ans, il réussit à marquer la séparation entre ce qui est analogue et ce qui ne l'est pas.

40Vers 9-10 ans, l'enfant possède le 2ème niveau des opérations concrètes (Ibid. : 77). Cela lui permet de comprendre les métaphores qui sont à la frontière du pôle codé et du pôle de l'invention. Mais cela n'est, en général, qu'à partir de 11 ans que toutes les différentes catégories de métaphores seront perçues. L'enfant de cet âge commence à être capable d'opérer sur des représentations hypothétiques et comparer des relations, mettre en correspondance des classes. Les opérations formelles fournissent à la pensée un pouvoir tout nouveau, qui revient à la détacher et à la libérer du réel pour lui permettre d'échaufauder â sa guise réflexions et théories.

41La compréhension des métaphores dépend aussi, bien entendu, des conditions linguistiques. La métaphore ne concerne pas seulement le lexique, mais repose sur une mise en relation syntaxique des signes. Les métaphores nominales sont comprises plus facilement et plus tôt que les métaphores verbales et adjectivales.

42Il convient de noter que ces explications pourraient aussi, en partie, être appliquées à la comparaison et à l'antithèse, qui impliquent autant que la métaphore, la capacité de distinguer les relations d'identité, de différence et de ressemblance.

43L'enfant jeune qui entend formuler une métaphore ne la perçoit pas comme telle. Pour lui, le langage métaphorique est plutôt perçu comme un langage naturel (Da Silva, C, Jean, G, Malineau J.-H. 1985 : 25). De ce fait, en ce qui concerne la production des métaphores par le petit, les "trouvailles" qu'il fait dans ce domaine sont très rarement volontaires. Pour lui, un discours métaphorique apparaît moins comme un discours que comme l'émergence concrète des choses ou des êtres.

44Parfois le langage enfantin favorise la métaphore, dans la mesure où l'enfant, faute de vocabulaire suffisant pour "tout dire", utilise des formes régressives (Aimard 1975 : 146). C'est pour cela que, dans ses poèmes, on rencontre parfois quelques tournures qui pourraient être considérées comme métaphoriques.

45La métaphore prend probablement naissance dans l'animisme, dans l'anthropomorphisme d'une mentalité dont elle n'est que la forme dégénérée, c'est-à-dire civilisée. "Aux sources de la métaphore, nous voyons toujours, plus ou moins clairement, des primitifs, des enfants et des fous en proie à une mentalité "primitive" pour laquelle on peut être en même temps un homme et un lion, un enfant et un gendarme, [ ] : au début régnait non le vide mais la confusion." (Molino, Soublin, Tamine 1979 : 37).

46Cette remarque de Jean Molino expliquerait ainsi, peut-être aussi, l'abondance des personnifications dans la poésie chez le petit. Contrairement à la métaphore, la comparaison et l'antithèse, qui commencent à apparaître seulement dans des productions de l'enfant plus âgé, la personnification apparaît aussi bien dans les poèmes du petit que dans ceux du grand. Rappelons que d'après la perspective adoptée, la métaphore décrit un univers ordinaire d'une façon étrange, contrairement à la personnification qui décrit un univers étrange d'une façon ordinaire. Cette dernière ne demande donc pas la capacité de distinguer les relations d'identité, de différence et de ressemblance.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/756/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540