Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Création poétique chez l'enfant

 | 
Aïno Niklas-Salminen

Deuxième partie. Evolution de la pratique poétique chez l'enfant

Chapitre 2 : Les répétitions

Texte intégral

1Dans ce chapitre, la fréquence des différentes répétitions, ainsi que leurs répartitions selon l'âge de l'enfant seront présentées. Les tableaux permettront de saisir facilement les grandes lignes de l'évolution de la pratique poétique chez l'enfant de 4 à 12 ans.

1. Répétitions sonores

1.1. RECURRENCES SONORES CODEES

2Ces deux tableaux traduisent la récurrences sonores codées selon répartition des différents types de l'âge de l'enfant :

3Si l'on examine ces tableaux, on est tout de suite attiré par les résultats de l'enfant de CE1 et de CE2. En effet, dans ses productions poétiques, on rencontre très peu d'assonances ou de rimes par rapport aux productions des enfants plus jeunes et des enfants plus âgés. L'enfant de cet âge apprend à écrire ; il fait beaucoup d'efforts pour bien constituer ses phrases et n'a pas le temps de se concentrer sur des jeux et des règles plus élaborés. Si sa poésie était orale, elle serait certainement ornée par beaucoup plus de rimes et d'assonances.

4Tout le monde admet que l'expression orale, qui est loin d'être un genre uniforme, présente des particularités par rapport à l'écrit. Elle possède un grand nombre de variétés liées à des situations, registres, individus et niveaux différents. Dans la parole spontanée, le locuteur construit son discours à un moment précis, dans un contexte donné, presque simultanément avec sa réalisation. La structure de son message a tendance à être fragmentée, la syntaxe simplifiée. L'écrit impose un recul qui n'existe pas dans l'oral. C'est pour cela que lorsque l'enfant apprend à écrire, il apprend une langue en partie nouvelle. Jean Simon, dans sa thèse sur l'évolution génétique de la phrase écrite chez l'écolier (1972 : 323), ne parle pas d'un passage de la langue parlée à la langue écrite. Il dit qu'il s'agit plutôt d'une naissance. La langue écrite ne vise pas les mêmes buts et dispose d'autres moyens techniques. L'enfant apprend à maîtriser progressivement le graphisme et, par conséquent, il y a un écart considérable entre l'aisance verbale et la maladresse graphique (Ibid. : 212).

5Les tableaux ci-dessus démontrent que la répétition sonore en fin de vers est un phénomène très répandu dans la poésie enfantine. L'assonance est, bien entendu, la répétition la plus fréquente. Elle est présente dans 81 % des poèmes du corpus étudié. La rime suffisante se trouve dans 32 % et la rime riche dans 10 % des poèmes. L'assonance, qui n'exige que la répétition de la dernière voyelle accentuée de deux ou plusieurs mots, est la répétition la plus répandue chez chaque groupe d'enfants. La rime suffisante et la rime riche, ces deux répétitions sonores plus complexes, sont pratiquées surtout par la poésie orale et par la poésie de l'enfant de CM2.

6En ce qui concerne la disposition des rimes, on rencontre plusieurs poèmes possédant une organisation sonore intéressante en fin de vers. Dans ces poèmes, la rime ou l'assonance ne s'étend pas obligatoirement sur chaque vers du poème, mais il y a un système assez ordonné de rimes. Il est inutile de préciser que c'est surtout l'enfant plus grand (CM1 et CM2) qui est capable d'organiser ses poèmes de cette façon-là.

1.2. RECURRENCES SONORES LIBRES

7Ces tableaux indiquent la répartition des différents types de récurrences sonores libres selon l'âge de l'enfant :

8Harmonie sonore interne entre le début et la fin du vers :

9Chaîne sonore :

10Harmonie sonore qui couvre une unité :

11Harmonie sonore qui couvre tout le poème :

12"Délires" sonores :

13Ce tableau met toutes les 5 classes ensemble :

14L'harmonie sonore qui couvre tout le poème est le type le plus répandu parmi les récurrences sonores que l'on peut qualifier de libres. Elle est présente aussi bien chez l'enfant petit que chez l'enfant plus âgé, aussi bien dans les poèmes narratifs avec une construction par enchaînement linéaire que dans les poèmes non-narratifs. L'harmonie sonore interne entre le début et la fin du vers, ainsi que la chaîne sonore sont pratiquées surtout par l'enfant plus jeune. Et les "délires" sonores n'apparaissent que dans la poésie orale.

15D'après les observations faites à partir du corpus analysé, les récurrences sonores forment un trait caractéristique dans la poésie enfantine : aussi bien les récurrences codées que les récurrences libres ornent la plus grande partie des poèmes créés par les enfants de 4 à 12 ans. On peut pourtant noter une différence entre les productions de l'enfant jeune et celles de l'enfant plus âgé.

16L'enfant de moins de 6-7 ans prend le langage pour un champ où il joue avec des sons et des sens. Les répétitions sonores remplissent ainsi essentiellement une fonction ludique. Et il ne faut pas oublier que la langue, en voie d'acquisition chez l'enfant, est l'objet de tâtonnements et de manipulations (Yaguello 1981 : 35-36).

17L'harmonie sonore est bien une contrainte. On a constaté plus haut que l'enfant de cet âge, dont la poésie est orale, a tendance â sacrifier le sens pour le son. Ainsi, on rencontre beaucoup de récurrences sonores codées et libres dans les poèmes comportant des mots sauvages et des délires sonores. On rencontre également des mots qui n'ont aucun rapport de sens avec le contexte du poème, mais qui présentent un lien analogique sur le plan phonétique. Parfois l'enfant est "obligé" de créer un mot ou d'emprunter un mot étranger pour sauvegarder l'harmonie sonore qui règne dans le poème.

18L'enfant de l'école primaire semble être beaucoup plus sérieux face à la poésie. Il ne se permet plus d'associer des formes dépourvues de signification, ou de jouer avec des mots sauvages ou des séries à partir de mots ou de chiffres. Contrairement à l'enfant plus jeune, il se préoccupe presque toujours du sens du poème. Malgré cela, ses textes sont la plupart du temps d'une grande richesse sonore.

19Les assonances et les rimes internes et finales, ainsi que les échos sonores débordent souvent sur tout le poème en lui offrant une organisation cohérente. Ces jeux sonores ne primant pas le sens, obéissent à des règles plus ou moins précises. Ils exigent un effort d'élaboration et une perception globale du poème et ainsi ils sont pratiqués surtout par l'enfant plus âgé.

20Autrement dit, on a l'impression d'assister à la présence de deux pôles opposés : d'un côté, il y a le pôle de l'incohérence, de la spontanéité, du jeu, et de l'autre côté, il y a le pôle de la cohérence et du sérieux. Le petit a tendance à se pencher vers le premier pôle, le grand vers le second. L'enfant de la maternelle agit très librement, mais après 7 ans il se soumet, de façon beaucoup plus précise et coordonnée, à un ensemble de règles communes.

2. Répétitions de mots

2.1. REPETITIONS DES MEMES MOTS

  1. Répétition en contact
    1. Geminatio
    2. Reduplicatio
  2. Répétition en parenthèse
  3. Répétition â distance
    1. Anaphore
    2. Epiphore

21Les tableaux suivants mettent en évidence répétitions selon l'âge de l'enfant : la répartition de ces

22Geminatio :

23Reduplicatio :

24Répétition en parenthèse :

25Anaphore :

26Epiphore :

2.2. REPETITION DE MOTS PROCHES PAR LE SON

2.3. REPETITION DE MOTS PROCHES PAR LE SENS

27Répétition de mots proches par le son :

28Répétition de mots proches par le sens :

3. Répétition des mêmes vers

4. Répétition des mêmes schémas de phrase ou parallélisme

5. Antithèse

29Les chiffres suivants traduisent la répartition de ces répétitions selon l'âge de l'enfant :

30Répétition des mêmes vers :

31Répétition des mêmes schémas de phrase :

32Antithèse :

33Il est intéressant de constater que la répétition des mêmes vers en entier est assez fréquente chez le tout petit (EM1 et EM2) et le grand et qu'elle a moins de succès chez les enfants des cours élémentaires. Dans les poèmes du petit, la place du vers répété n'a pas beaucoup d'importance. On rencontre souvent des suites de mots sauvages qui se répètent. Le petit répète des lignes, peut-être grâce à la nature orale et collective de sa poésie et, ne connaissant pas encore bien sa langue, il répète volontiers des structures toutes faites. Chez l'enfant plus âgé, la répétition des mêmes vers prend une voie plus structurée et adopte ainsi un rôle architectonique considérable (Ex. Le même vers commence et finit le poème, etc.).

34Le parallélisme semble faire partie des caractéristiques déterminantes du langage poétique chez l'enfant. 60 % des poèmes analysés contiennent des mêmes structures de phrase qui se répètent. Il s'agit d'un trait poétique qui est un peu plus répandu chez l'enfant de moins de 7 ans que chez l'enfant plus âgé. Quant à l'antithèse, elle se trouve dans 26 % des poèmes étudiés. Elle est beaucoup plus employée par le grand que par le petit (36 % contre 16 %).

35Il convient de souligner que les chiffres traduisent une baisse assez considérable concernant les répétitions de mots chez l'enfant de CE1 et de CE2. Comme on a vu lors de l'examen des répétitions sonores, il s'agit du passage de l'oral à l'écrit, qui rend le petit peu habile par rapport à l'enfant qui est plus jeune et dont la poésie est orale, ainsi que par rapport â l'enfant plus grand qui maîtrise mieux l'écriture.

36En ce qui concerne les répétitions des mêmes mots, on peut constater que l'anaphore, qui consiste â répéter le même mot à l'initiale de deux ou plusieurs unités successives, et la geminatio, qui consiste à répéter le même mot immédiatement à l'intérieur d'une unité, sont les deux répétitions les plus répandues dans les poèmes étudiés (36 % et 33 %). La répétition en parenthèse est un phénomène très rare (4 %), ainsi que la reduplicatio (8 %), qui consiste à répéter le même mot, le premier à la fin d'une unité, le second au début de l'unité suivante. Il convient également de noter que la répétition de mots proches par le son et surtout la répétition de mots proches par le sens ornent une grande partie des poèmes du corpus (22 % et 45 %).

37Les différentes sortes de répétitions des mêmes mots, ainsi que la répétition de mots proches par le sens, sont plus répandues chez le petit que chez le grand. Uniquement la répétition de mots proches par le son, qui demande un effort d'élaboration assez poussé, apparaît plus souvent dans les productions de l'enfant de l'école primaire que dans celles de l'enfant de la maternelle.

38Il est intéressant d'examiner de plus près les répétitions de mots proches par le sens dont la fréquence, dans les poèmes du corpus, nous incite à croire qu'il s'agit d'un phénomène très caractéristique dans la poésie enfantine. Dans ces répétitions, les associations sonores et sémantiques jouent un rôle important.

39Le petit dont les productions sont orales, se lance facilement dans des énumérations chaotiques qui font succéder les mots et les expressions les plus divers et qui n'ont pas obligatoirement un lien spécial entre eux. Ces mots et expressions sont "inutiles" (Aimard 1974 : 361), dans la mesure où ils n'ont aucune utilité sémantique ni syntaxique : ils n'apportent rien à la compréhension du message et ne véhiculent aucune information. Ces répétitions apparaissent souvent dans les poèmes non-narratifs ou dans les poèmes narratifs avec une construction par enchaînement non-linéaire. La nature orale de la poésie favorise cette sorte de répétition.

40Dans ce cas, ce qui est important, ce n'est pas le sens du poème, mais le jeu avec des répétitions de mots proches par le sens, donc le côté non-sérieux du phénomène. Parfois, on assiste même à une espèce de délire avec des mots, dans lesquels l'enfant trouve la liberté de manipuler à sa guise des matériaux verbaux de son choix. Dans ces poèmes, le sens perd son importance au fur et à mesure que le jeu avec des répétitions de mots croît.

41Chez l'enfant plus grand, dont la poésie est écrite, ce phénomène n'existe plus. Les répétitions de mots proches par le sens se trouvent surtout dans des poèmes narratifs linéaires ou non-linéaires qui décrivent un paysage, un objet ou un personnage. Les énumérations sont donc plus fondées et les termes ont entre eux un lien sémantique bien défini.

42On peut constater que, comme avec les répétitions sonores, on se trouve en présence de deux pôles opposés, celui de la cohérence et celui de l'incohérence : chez le petit, toutes les répétitions ont tendance à apparaître d'une façon aléatoire et spontanée. Chez le grand, elles adoptent une voie plus structurée. Ce dernier est capable de se soumettre de façon plus précise et coordonnée à un ensemble de règles communes.

43On a vu que les répétitions sonores caractérisent aussi bien la poésie du petit que celle du grand. Par contre, toutes les autres répétitions sont plus répandues chez l'enfant de l'école maternelle que chez l'enfant plus âgé. Il n'y a que l'antithèse et la répétition de mots proches par le son qui sont moins fréquentes chez le premier que chez le second.

44La répétition a toujours été un procédé d'apprentissage plus ou moins actif, employé en particulier dans toutes les cultures de tradition orale (Yaguello 1981). Le jeune enfant se livre à des jeux-exercices de répétition en prenant plaisir à répéter des suites de syllabes, des mots, des variations sur les mots, ainsi que certains gestes ou activités, même lorsqu'ils n'ont pas grand sens pour lui (Aimard 1975 : 207). Son expression est débordante, libre de contrainte et non contrôlée. Au début, il répète pour apprendre, puis lorsqu'il maîtrise mieux, il répète pour exprimer quelque chose (Yaguello 1981).

45Au moment où les enfants créent des poèmes oralement et collectivement, ils parlent tous, sans s'écouter beaucoup. Mais les mots jetés sont saisis au vol comme des balles. A notre avis, l'abondance des répétitions dans les productions poétiques orales et collectives chez l'enfant au-dessous de 7 ans, pourrait se mettre en rapport avec le langage égocentrique, ainsi qu'avec l'imitation, qui joue un rôle important dans la communication. De deux à sept ans l'imitation se généralise sous une forme spontanée, que son aisance progressive ainsi que son égocentrisme rendent souvent inconsciente (Piaget 1968, 1970 : 74-77).

46On a vu, dans le chapitre consacré à la présentation des stades du développement mental de l'enfant, que jusque vers 7 ans, les enfants ne savent guère discuter ensemble et se bornent à heurter leurs affirmations contraires. Le caractère général des monologues est l'absence de fonction sociale des mots. La parole ne sert pas uniquement à communiquer la pensée, elle sert plutôt à accompagner et renforcer l'action. Peu importe où va la parole lancée (Piaget 1964 : 29). L'enfant aime se servir des mots entendus, non pour s'adapter à la conversation, mais pour jouer avec eux.

47Les répétitions pourraient se mettre en parallèle également avec la pensée magique : on a souvent montré l'analogie existant entre la pensée enfantine et la pensée magique. Pour le petit, les mots ont une valeur plus affective que sémantique : pour lui, non seulement les mots sont des choses, mais encore les mots exercent une influence sur les choses et même les font exister. "Dans les rituels de tout ordre magique, religieux, ou encore ludiques, les formules employées peuvent être vides de sens référentiel, mais riches de signification." (Yaguello 1981 : 118).

48L'égocentrisme enfantin paraît considérable jusque vers 7 à 8 ans, âge auquel les habitudes de la pensée socialisée se mettent à se préciser. L'enfant commence â se libérer de son égocentrisme social et intellectuel. Il ne confond plus son point de vue propre et celui des autres, mais il les dissocie pour les coordonner. On constate qu'au niveau de la vie collective de 7 à 12 ans, on voit se constituer chez l'enfant des jeux de règles caractérisés par certaines obligations communes qui sont les règles du jeu (Piaget 1968, 1970 : 112-114). On reconnaît donc une correspondance assez nette entre le "comportement poétique" décrit plus haut et les stades du développement mental de l'enfant.

6. Poèmes finlandais

49Nous avons à notre disposition 230 poèmes inventés par des enfants finlandais de 4 à 12 ans. Dans ce paragraphe, nous en présenterons quelques uns. Le but fixé est celui de montrer que les phénomènes que l'on vient d'énumérer caractérisent aussi la poésie chez l'enfant finlandais. Nous n'avons pas l'intention de faire une comparaison systématique entre les poèmes français et finlandais. Bien au contraire, nous avons décidé de faire uniquement quelques réflexions assez superficielles concernant les ressemblances que nous pouvons rencontrer dans ces deux poésies. On peut examiner de plus près les exemples suivants :

A : Antti pantti santti rantti
Mika sika Mika
Antti on rantti pantti santti
Patti
Tanja panja Tanja patsku
Satu patu satu lakupötkö
Tanja banaani
Satu matu mato
Outi pouti souti routi
Outi pouti
Outi on patsku
Outi routi

50Ce poème, qui a été créé collectivement par des enfants de 5-6 ans, met en scène un jeu avec des prénoms et des sonorités. Uniquement les mots écrits en italiques ont une signification. Les autres mots sont inventés ; ils ne veulent rien dire, mais ils présentent un lien analogique avec les vrais mots sur le plan phonétique. Le sens du poème est sacrifié pour le son. On peut essayer de traduire les éléments traduisibles de ce poème :

Antti (prénom) gage _____ _____
Mika (prénom) cochon Mika
Antti est _____ un gage _____
Bosse
Tanja (prénom) _____ Tanja _____
Satu (prénom) _____ Satu bâton de réglisse
Tanja banane
Satu _____ ver
Outi (prénom) _____ ramait _____
Outi _____
Outi est _____
Outi _____

51Il convient de souligner que les poèmes ont été traduits fidèlement mot à mot. De ce fait, la dimension sonore des éléments composant le poème n'est pas mise en valeur en français.

B : Larja parjo pokona
Istui oven takana
Ovi syttyi palamaan
Silmät nendt suut
Ovi syttyi palamaan
Larga juoksi kanalaan
Kanat siella kotkotti
Marja siellä motkotti

Larja parja païenne
Etait assise derrière une porte
La porte a pris feu
Les yeux, les nez, les bouches
La porte a pris feu
Largo a couru au poulailler
Les poules y caquetaient
Marja y rabâchait

52Dans ce poème (B), créé par une fillette de 5 ans, les récurrences sonores s'étendent sur tout le poème, mais elles dérangent, en quelque sorte, la cohérence de l'histoire.

C : Pomppiva porkkana
Lomppiva lomppana
Komppiva komppana
Somppiva somppana
Saippuaa soi

53Dans cet exemple (C), uniquement le premier et le dernier vers veulent dire quelque chose :

La carotte qui sautille
[ ]
Mangeait du savon

D : Siili mietti minne mennä.
Kolohon pitää ennen talvea entää.
Linnut taivaalla jo lentää.
Aurinko etelän maissa paistaa.
Talven tulon jo siilikin haistaa.
Siili löysi jo pesän, mutta vahin-gossa nukkui seuraavan kesän.
Kesällä linnut laulaa puussa.
Siili nukkui lehti suussa.

L'hérisson se demandait où aller.
Il faut avoir le temps d'aller au nid avant l'hiver.
Les oiseaux volent déjà dans le ciel.
Le soleil brille dans les pays du sud.
Même l'hérisson sent l'arrivée de l'hiver.
L'hérisson a déjà trouvé un nid, mais par erreur il
a dormi pendant l'été suivant.
En été les oiseaux chantent dans l'arbre. L'hérisson dort une feuille dans la bouche.
E : On syksy ja tuulee
Aurinko surullisena luulee.
Kesä on mennyt, syksy
tulee, kyllähän luontokin
sen kuulee.
Lehdet kellastuvat ja
kasvit haurastuvat.
Tuuli lokaisee lehdet maasta,
marjoja otetoon kohta haasta.
On pilvistä jo sataa,
tuuli jotkaa samaa rataa.

C'est l'automne et il y a du vent
pense le soleil tristement.
L'été est parti, l'automne
arrive, même la nature
l'entend
Les feuilles jaunissent et
les plantes deviennent moins solides.
Le vent balaie les feuilles qui sont par terre,
on va bientôt chercher les baies ô la cave.
Il y a des nuages et il pleut,
le vent continue son chemin.

54Ces deux poèmes (D, E) ont été créés par des enfants de 9-10 ans. On peut noter qu'ils sont riches aussi bien au niveau sonore qu'au niveau sémantique : les récurrences sonores libres et codées s'étendent sur tout le poème sans déranger la cohérence de l'histoire. Tous les exemples soulevés plus haut caractérisent bien l'ensemble des poèmes de l'échantillon en question.

F : Missä on huulipuna ?
Mikä puna ?
Poskipuna
Mikä poski ?
Saippuaposki
Mikä saippua ?
Käsisaippua
Mikä käsi ?
Ihmisen käsi
Mikä ihminen ?
Koko ihminen
Mikä koko
4 koko
Mikä 4
4 sormeo
Mikä sormi ?
Yksi sormi
Mikä yksi ?

Où est le rouge à lèvres ?
Quel rouge ?
Le rouge à joues
Quelle joue ?
La joue à savon
Quel savon ?
Le savon à main
Quelle main ?
La main d'être humain
Quel être humain ?
L'être humain en entier
Quelle taille ?
Taille 4
Quel 4 ?
4 doigts
Quel doigt ?
Un doigt
Quel un ?
Pour finir onze

G : Korvakoru rôhkii
Lehmä haukkuu
Koira ammuu
Kana kiakuu
Kukko kotkottaa
lotkottaa
motkottaa
Sika haistaa pepun

La boucle d'oreille grogne
La vache aboie
Le chien meugle
La poule chante
Le coq caquete
rabâche
Le cochon sent le cul

H : Perhoset ne lentelee
Taivaalle kohti kuusta
Linnut nokkii matoja
La perhoset ne lentelee
Tyttö pieni itkee

Les papillons volent
Dans le ciel vers le sapin
Les oiseaux picotent des vers
Et les papillons volent
La petite fille pleure

55Ces exemples démontrent que le petit de moins de 7 ans se lance facilement dans des énumérations chaotiques, qui font succéder les mots et les expressions les plus divers, qui n'ont pas obligatoirement un lien spécial entre eux. Les mots et les expressions ont une signification, mais le sens perd son importance au fur et à mesure que le jeu avec des répétitions de mots et des expressions, ainsi qu'avec des parallélismes croît. Toutes sortes d'associations jouent un rôle déterminant dans ces exemples.

56Il serait intéressant de jeter un coup d'œil aussi sur quelques poèmes inventés par des enfants qui ont plus de 7 ans :

I : Kesäruno

1. Ruoho on vihreää ja
vesi liplattaa
Aurinko lämmittää ja
niityt kukoistaa.

2. Linnut laulaa, visertää,
pesââ vartioivat,
Linnunpojat piipittää ja
vedessä räpikäivät.

Le poème d'été

1. L'herbe est verte et
l'eau clapote
Le soleil chauffe et
les prés fleurissent.

2. Les oiseaux chantent, gazouillent,
surveillent le nid.
Les poussins pépient et
pataugent dans l'eau.

J : Poni mulla jos ois,
Sillä aina ratsastaa vois,
Se olis niin kiltti, ettei sen selästa
putois,
eikä se lähtis pois.
Sillä joko päivä ratsastaisin,
sen aina pitää mä saisin,
se olisi mun kanssa joka päivä,
ja se olisi mun hyvä ystävä.

Oh si j'avais un poney,
Je pourrais monter sur lui
Il serait si gentil que l'on tomberait
pas de son dos,
et il ne partirait pas.
Je pourrais monter sur lui tous les jours,
je pourrais le garder pour toujours,
il serait avec moi tous les jours,
il serait un bon ami à moi.

57On peut noter que, dans les productions de l'enfant plus âgé, les répétitions deviennent de plus en plus fondées (ex. I).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/755/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540