Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Création poétique chez l'enfant

 | 
Aïno Niklas-Salminen

Première partie. Description des procédés poétiques qui caractérisent la poésie chez l'enfant

Chapitre 5 : Les thèmes

Texte intégral

1Au cours des chapitres précédents, les formes locales et globales des poèmes du corpus ont été examinées. L'objectif a été de savoir comment l'enfant dit ce qu'il dit. L'analyse formelle nous a donc renseigné sur la plupart des opérations linguistiques que l'enfant emploie pour créer des poèmes. Mais le matériel dont nous disposons fournit bien d'autres notions.

2Ce chapitre s'est fixé pour ambition d'attirer l'attention sur ce que l'enfant dit. Dans un premier temps, on distinguera les différents types de poèmes selon les critères sémantiques et, dans un second temps, on repérera les thèmes les plus importants qui semblent préoccuper l'enfant.

3Dans le chapitre précédent, on a vu que l'on peut isoler d'abord trois grands groupes de poèmes selon les critères sémantiques : poèmes non-narratifs, poèmes narratifs avec une construction par enchaînement linéaire et poèmes narratifs avec une construction par enchaînement non-linéaire.

- Poèmes non-narratifs

4On a pu constater que ces poèmes, qui peuvent faire penser aux comptines (Arleo 1982), sont dépourvus de sens et animés par des jeux sonores et verbaux apparemment gratuits avec des mots sauvages, des délires sonores, des séries à partir des prénoms et des chiffres, des énumérations de mots avec des associations phoniques ou sémantiques, des mots significatifs qui, dans un contexte donné, perdent leur signification.

5Dans les poèmes de cette catégorie, la fonction ludique prime sur la fonction informative. On pourrait penser que l'enfant jette des éléments en scène un peu par hasard. Les phrases sont souvent amputées, les vers sont interchangeables et la fin du poème n'a pas d'importance.

- Poèmes narratifs avec une construction par enchaînement linéaire

6On a classé sous ce titre les poèmes, dans lesquels le sens a une grande importance, et qui mettent en scène de petites tableaux rapides inspirés du monde réel ou imaginaire. Ces poèmes sont animés par des êtres humains, des animaux et des objets qui agissent dans des situations différentes. Ils vivent tantôt dans un univers familial, tantôt dans un monde imaginaire et fantastique.

7Ces poèmes peuvent contenir un petit récit plus ou moins construit, une description "linéaire" d'un personnage, d'un lieu ou d'un objet, un événement ou une action quelconque (ex. dialogue, monologue, appel). Cette forme de construction semble être relativement réfléchie dans la mesure où il y a un fil conducteur qui organise le poème et implique un ordre fixe : les vers ou les strophes ne sont pas interchangeables. Le poème avance vers un but et, la plupart du temps, contient un sens fini. La fin s'impose.

- Poèmes narratifs avec une construction par enchaînement non-linéaire

8Cette forme de construction paraît imprévue, fortuite : on a l'impression que l'enfant crée son poème en juxtaposant des éléments un peu par hasard, sans se soucier de la cohérence du poème. Le sens a une certaine importance, mais le poème ne possède pas de fil conducteur.

9Les poèmes de ce groupe peuvent contenir une énumération de plusieurs événements ou actions, une description non-linéaire. Ce mode de construction n'implique ni progression, ni même ordre, et il n'utilise que la succession d'éléments â la fois semblables et différents. L'ordre des vers ou des strophes est indifférent et les éléments sont interchangeables.

109 % des poèmes étudiés sont des poèmes non-narratifs. Il n'est pas étonnant de constater que ce phénomène existe uniquement chez l'enfant de moins de 7 ans. Les poèmes narratifs linéaires sont les poèmes les plus répandus dans le corpus (49 %). Ils sont plus fréquents chez l'enfant de plus de 7 ans que chez l'enfant plus jeune (64 % contre 34 %). 21 % des poèmes sont des poèmes narratifs non-linéaires. Ils sont pratiquement aussi répandus dans la poésie orale que dans la poésie écrite (19 % contre 22 %).

11On peut également distinguer deux sortes de poèmes selon le principe du réel :

- Poèmes où le "principe du réel" domine

12Il s'agit des poèmes dont les événements et les personnages restent dans leurs cadres habituels (Arleo 1982). L'enfant met en scène l'univers ordinaire.

121 l'oiseau vole il voit un ver de
terre, il le mange, il voit un moustique
et le mange. Il voit un aigle et
l'aigle le mange.

- Poèmes où le réel et l'Imaginaire se rejoignent

13Dans ces poèmes, les événements et les personnages sortent de leurs cadres habituels. Les bêtes et les objets assument le rôle des êtres humains. Très souvent, on assiste â des scènes où ils se mettent â mimer les gestes quotidiens de l'homme : on peut entendre l'arbre chanter ou pleurer, les objets discuter avec les choses, etc.

29 Mon petit doigt va voir son ami petit doigt
Caca boudin
Caca boudin
Caca boudin
Caca
Il va faire caca boudin
Il va faire pipi
Il se déculotte

14Dans certaines créations, on découvre d'abord un reflet du réel qui tout d'un coup se transforme en imaginaire. Dans ce cas, l'impossible insolite côtoie un possible banal et quotidien. L'imaginaire du poème n'est donc pas totalement coupé du réel, mais se confond partiellement avec lui.

114 L'Afrique du Nord
L'Afrique du Sud
L'Afrique bleue
L'Afrique noire
L'Afrique rouge
Il n'y a que des rouges
Il n'y a que des multicolores

15Dans le corpus étudié, il y a presque autant de poèmes où le principe du réel domine (52 %) que de poèmes où le réel et l'imaginaire se confondent (48 %). Les poèmes dans lesquels le principe de l'imaginaire prime sur le principe du réel, sont bien entendu plus nombreux chez l'enfant de l'école maternelle (68 %) que chez celui de l'école primaire (32 %). Le petit donne beaucoup plus facilement libre cours à son imagination et il ne se préoccupe pas toujours du sens du poème. Sa poésie remplit essentiellement une fonction ludique et les jeux qui y figurent sont souvent destinés à faire rire. En revanche, l'enfant plus âgé accorde énormément d'importance au sens du poème. Ses textes contiennent souvent des informations et des descriptions sérieuses et même les jeux sonores obéissent à des règles précises.

16Après avoir repéré les poèmes non-narratifs et les poèmes narratifs, ainsi que les poèmes où le principe du réel domine et les poèmes où le réel et l'imaginaire se confondent, il convient de s'interroger sur la question suivante : de quoi parlent les enfants dans leurs productions poétiques ? Dans ce paragraphe, on essayera de saisir l'essentiel du point de vue sémantique dans chaque poème et de dégager ainsi un certain nombre de thèmes différents.

17Il ne faut pas oublier de rappeler que quelques thèmes ont été proposés aux enfants au cours des séances de poésie (la mer, le printemps, les santons, l'oiseau, l'eau, le portrait). Ce fait ne sera, bien entendu, pas négligé dans les classements et les analyses.

18Les thèmes préférés des créateurs des poèmes du corpus en question semblent être :

  1. Les thèmes centrés sur les animaux.
  2. Les thèmes centrés sur la nature.
  3. Les thèmes rattachés aux événement de la vie quotidienne.
  4. Les thèmes à dominante affective.
  5. Les thèmes favorisant l'évasion et l'imagination.
  6. Les thèmes centrés sur le monde, la vie et la société.

1) Thèmes centrés sur les animaux

19Parmi les poèmes analysés, on rencontre beaucoup de textes qui mettent en scène des animaux : loups, zèbres, phoques, lions, moutons, escargots, papillons, oiseaux, chats, crapauds, etc. L'animal est peint sous plusieurs aspects différents. Le plus souvent, il est associé à l'amitié, la liberté, la sagesse, la paix, le bonheur, la protection, etc. :

13 Mon petit canard
Va voir son ami
Petit poisson

25 Tagada mon poney
Gros bisous
Si je lui faisais un bisou en arrivant

20Parfois l'animal est associé à la vie quotidienne. Dans ce cas, il adopte un comportement humain et agit à la place de l'homme :

151 La première tortue fait le ménage. La deuxième
lit. La troisième dort. La quatrième plante des
fleurs. La cinquième est au cinéma.

21De temps en temps l'animal menace, fait peur, provoque des drames :

45 ABCD - J'ai rencontré un loup
ABCD - Il m'a mangé

64 Elle voit un renard
Qui mange la biche

142 Le lion fait peur aux enfants

22Il est intéressant de noter aussi que l'animal est très souvent lié à la nourriture : l'animal mange ou se fait manger. Ce phénomène apparaît surtout dans les créations de l'enfant plus jeune.

33 L'hérisson boit de l'eau
Les hérissons mangent des champignons
Un oiseau qui mange des hérissons

212 l'oiseau vole il voit un ver de
terre, il le mange, il voit un moustique
et le mange, il voit un aigle et
l'aigle le mange.

2) Thèmes centrés sur la nature

23On rencontre des poèmes qui sont animés par des planètes, des étoiles, des saisons, la mer, la terre, des plantes, des phénomènes météorologiques, etc.

106 Il était une fois une fleur
Il était une fois un cœur
Il était une fois la lune
Il était une fois la brume
La lune
Mit en colère la brume
La fleur fit un gros bisou au cœur

24Dans la plupart des cas, il s'agit d'une véritable célébration de la nature. Celle-ci est associée à la beauté, la sécurité, la nourriture :

130 La mer c'est beau la mer c'est pour se
baigner. La mer c'est beau pour se baigner et
les enfants s'amusent dans la mer. La mer
c'est beau pour moi. La mer je l'aime parce
que je me baigne. La mer c'est pour moi
un amour parce que je l'aime.

25Parfois la nature est décrite comme menaçante :

190 Une grosse vague
met à la renverse
plein de paquebots
dedans les pêcheurs
tombent à l'eau
une autre vague
cogne
contre les rochers
o mer pourquoi es-tu
si déchaînée ?

26Dans un grand nombre de poèmes, la nature est personnifiée.

3) Thèmes rattachés aux événements de la vie quotidienne

27Dans nombreux poèmes, l'enfant parle des événements et des personnages qui lui sont connus et qui font partie de sa vie de tous les jours. Il met en scène ses jouets et parle du bain, du pipi, du caca, de la nourriture, de l'école, de la maîtresse, etc. :

4 Poupée fleur
En peluche
En peluche

225 Un jour de pluie
Moi et mes amis
étions sortis
nous avions pris
des jolis parapluies
Un jour de soleil
moi et Nadège
sortions du collège
avec un anorak beige
nous nous étions rendu compte qu'il neige

4) Thèmes à dominante affective

28Les poèmes dans lesquels l'enfant parle de la famille, des sentiments, de l'amitié, de la sécurité, de la peur, etc. sont classés sous ce titre.

132 Eve et Adam étaient heureux avec
les animaux. Ils sont devenus de plus en
plus heureux avec les nouveaux-nés
Eve dit : Comme on est heureux
Adam dit : C'est vrai

5) Thèmes favorisant l'évasion et l'imagination

29Il y a des créations poétiques dans lesquelles l'enfant met en scène le domaine de l'exceptionnel par rapport au quotidien. C'est le domaine de l'imaginaire ou du monde réel, mais lointain et vaguement connu par l'enfant. On classe dans cette catégorie les poèmes qui mettent l'accent sur des fêtes ou cérémonies, des personnages ou animaux imaginaires, des pays exotiques, des voyages, des aventures, etc. :

23 Un chat botté
Qui a attrapé une souris
Après il est allé chez l'ogre

61 Elle se prépare pare pare
Pour le bal bal bal
Elle danse danse danse
Avec un crapaud paud paud

97 Il était une fois deux escarditiens
Qui regardaient
La télévision

119 L'Afrique
C'est le pays où il fait chaud
Où il y a des Africains
Allons en Asie

210 C'est l'aventurier qui est parti
pour la vie.
Moi l'aventurier je vais traverser l'Amazonie

30Le petit de la maternelle a tendance à inventer des personnages ou des lieux fabuleux : 'Pandi Panda', le 'pays des crottes', les 'escarditiens', etc., tandis que l'enfant plus âgé parle des pays lointains qui existent, comme l'Afrique, l'Asie, l'Amazonie, et des personnages fabuleux, mais connus par tous : Père Noël, Eve et Adam, le Petit Prince et le marchand, etc..

6) Thèmes centrés sur le monde, la vie, la société

31Dans les poèmes qui font partie de cette catégorie, l'enfant réfléchit sur de grands thèmes de l'humanité : la vie, la mort, la naissance, la liberté, la paix, la guerre, l'égalité, l'homme et son histoire, etc.

113 La guerre est faite
Avec
Des bombardiers
Des canons
Et des mitraillettes
Ceci est une chose affreuse

115 C'étaient des prés comme préhistoriques
Avant c'étaient des singes
Ils sont devenus des hommes

169 Et les enfants de la terre sont blancs,
rouges, noirs, de toutes les races, de toutes
les couleurs.

182 Aujourd'hui c'est le plus beau jour de l'année
pour l'Afrique aujourd'hui des fleurs naîtront
l'eau jaillira de toute sa splendeur et ça sera
un pays comme les autres, un pays normal, l'un
des plus beaux pays du monde

233 Mais parle quand tu en as la possibilité
Quand des tas de gens sur la terre
Restent muets.

32Parfois on a l'impression d'assister aux réflexions "philosophiques" sur des problèmes actuels ou sur l'origine et le but de la vie. Les poèmes de cette catégorie sont riches en antithèses et en comparaisons. Les couples antithétiques cachent souvent un côté moralisant et renforcent la différence entre le bon et le mauvais, le méchant et le gentil, le petit et le grand.

33L'enfant petit a tendance à traiter les sujets sérieux, comme la mort, par exemple, d'une façon humoristique ou burlesque. Son but est celui de faire rire :

41 Et après elle devient toute mangée
Et après elle renaît

118 Ah je vais mourir
Et je vais renaître dans un chou-fleur
Des cheveux blonds, des bleus, rouges

34Dans le corpus analysé, les thèmes qui tournent autour des animaux animent la plupart des poèmes. Ces thèmes ont presque autant de succès à l'école primaire (41 %) qu'à la maternelle (47 %). 30 % des productions ont pour thème la nature. C'est un thème qui est nettement plus répandu chez le grand que chez le petit (47 % contre 11 %). Quant aux thèmes centrés sur les événements de la vie quotidienne (25 %), ils animent beaucoup plus les créations du petit que celles du grand. Les thèmes à dominante affective se trouvent dans 22 %, et les thèmes favorisant l'évasion et l'imagination dans 14 % des poèmes analysés. Ces deux sujets sont presque aussi fréquents chez le grand que chez le petit. En ce qui concerne les thèmes qui tournent autour du monde, de la vie et de la société, ils sont présents surtout dans les productions de l'enfant plus âgé (CM1 et CM2).

35Après avoir repéré les thèmes principaux des poèmes du corpus, il convient de souligner la présence de deux sujets auxquels l'enfant, surtout le petit de la maternelle, fait fréquemment allusion : la nourriture et les gros mots. L'enfant parle de la nourriture d'une façon ou d'une autre dans 23 % des poèmes étudiés. C'est un sujet qui est apprécié surtout par l'enfant de moins de 7 ans (35 %).

36L'enfant met en scène des produits alimentaires (56 Boîte de conserve, boîte de lait, citrouille, boîte de champignons, 83 Le pingouin dans le pain, une fraise dans le verre). Ce phénomène apparaît surtout dans des poèmes dépourvus de sens. L'enfant parle du boire et du manger. Un personnage mange et boit, se fait manger, prépare à manger, cherche à manger ou offre à manger. C'est en général un animal qui mange ou qui se fait manger. Ce thème n'est plus apprécié par l'enfant de CM2.

125 et les moineaux qui mangent gentiment

45 ABCD - J'ai rencontré un loup
ABCD - Il m'a mangé

97 C'était leur mère
Qui faisait encore des œufs

119 Et pêcher des poissons
Pour les manger

37Dans 7 % des poèmes étudiés, l'enfant met en scène des mots qui renvoient à un dénoté scatologique (caca, pipi, crotte, pet...) ou aux organes sexuels (sein, kiki). Il est question d'un phénomène qui est propre à l'enfant de moins de 7 ans.

77 Au château de tuiles plates
La révolution écrotte éclate aux crottes
Crotte crotte crotte
J'ai envie de faire crotte
J'ai envie de faire caca

38Les gros mots se trouvent souvent dans des poèmes non-narratifs ou dans des poèmes narratifs non-linéaires, donc dans des poèmes à caractère non-sérieux. L'enfant a conscience des choses interdites. Il sait très bien que certains mots sont â éviter, mais il est malin et trouve un moyen de glisser des gros mots dans ses poésies. Il profite, par exemple, d'une association sonore (117 Il est 5 heures, Madame Bonheur / Il est 40 heures, Monsieur Crotteur, 58 Crotte crotte I Carotte carotte carotte). Il essaie de masquer ses gros mots, par exemple, en trouvant un homophone (58 Pi pi pi I Une pie). 'Crotte' est devenu 'carotte' et 'pipi' 'pie'. Il dit les choses indirectement en faisant allusion, en cachant ses gros mots derrière les mots sauvages (84 Majorette quiquetête / Salopette salopitte). Les actes scatologiques sont souvent associés aux animaux ou aux objets (87 Et les fleurs font pipi I Et le singe fait pipi).

39Les mots tabou peuvent prendre rang dans le domaine de refoulé et acquièrent dans le monde de l'enfant une place privilégiée, commune à tout ce qui est secret, magique et caché.

40La grande majorité des poèmes analysés sont animés par des événements plutôt positifs et agréables, tels que les bals, les mariages, les invitations, les jeux, etc.. Les enfants et les parents, ainsi que les animaux et les êtres humains semblent vivre dans une harmonie et une gentillesse sécurisantes. L'atmosphère dans les poèmes est généralement gaie et même légère. Chez les plus jeunes, on rencontre un attrait pour les thèmes humoristiques. Il y a, bien entendu, aussi quelques poèmes à caractère dramatique, dans lesquels les méfaits, les accidents, les pleurs et les plaintes se mettent en scène.

41Il est intéressant de constater que tous les poèmes de l'enfant de la maternelle se déroulent dans un climat très objectif. L'enfant décrit, constate, met en scène des événements sans donner son propre point de vue. Pratiquement toutes les phrases sont affirmatives et déclaratives, et même les événements les plus fous sont décrits d'une façon très neutre et impartiale :

78 Au château de tuiles plates
J'ai trouvé un coq pa blaque
Le requin sur le chien
Le requin dons le bois
Au château de tuiles plates
Le nez éclate
Le requin sur le nez

42L'enfant plus âgé commente parfois les événements ou les personnages qu'il met en scène. Il s'implique directement ou indirectement et donne son propre point de vue personnel. Il critique, célèbre, fait des commentaires. Il fait appel à l'interlocuteur, l'invite à réfléchir. On rencontre les premiers signes de "subjectivité" chez l'enfant de CP :

113 La guerre est faite
Avec des bombardiers
Des canons
Et des mitraillettes
Ceci est une chose affreuse

43On peut se demander comment l'enfant exprime son propre point de vue. Parfois il s'implique directement, comme dans l'exemple précédent. Parfois il le fait "indirectement" (o mer pourquoi es-tu si déchaînée ?). Au lieu de dire directement : "La mer ne doit pas être déchaînée", l'enfant exprime la même idée en posant une question.

44Il peut également traduire son point de vue par une louange, une célébration ou une plainte (125 La nature est très belle, 135 En hiver on fait du ski et c'est super, 184 Pauvre épave). Parfois il donne des ordres (211 Va vers eux I les enfants malheureux / Offre leur ce que tu veux).

45On a constaté que les animaux jouent un rôle important dans les poèmes analysés. La plupart du temps, les animaux restent dans leurs cadres habituels, mais parfois l'enfant a tendance à leur attribuer des conduites humaines. On peut se demander comment l'être humain est présenté par l'enfant et quel rôle il joue dans les poèmes. On rencontre des êtres humains dans 85 poèmes du corpus.

46En général, il s'agit des personnages qui se situent dans l'univers familial de l'enfant : maman, papa, maîtresse, professeur, copain, copine, enfants, fille, garçon, bébé, mémé, sœur, etc.

42 Elle boit de l'eau
Elle va dans sa maison bon bon
Elle joue avec sa maman man man
Et joue avec sa cousine
225 Un jour de pluie
Moi et mes amis étions sortis

47Ces personnages sont toujours décrits sous des aspects sympathiques. On rencontre aussi des humains qui font partie plutôt d'un univers étranger, parfois même fantastique. L'enfant met en scène, par exemple, des êtres des contes et des histoires connus (123 le Petit Prince et le marchand, 132 Eve et Adam, 114 les martiens, 210 l'aventurier).

48Dans les créations de l'enfant de la maternelle, il n'est pas rare, non plus, de rencontrer des êtres humains plutôt fictifs qui sont proches des animaux ou qui se métamorphosent en objets :

19 Jean-François
Il a plus de plumes...
Il va au garage
C'est une voiture
Avec des mains

90 Ma tante Michèle
C'est une naine naine
Qui a une aile
Sur sa cannelle

49Parfois l'enfant met en scène des groupes de gens : les naufragés, les survivants, la famille, la foule, les gens, les voyageurs, les milliers de gens, etc. Quelques poèmes non-narratifs jouent avec des suites de prénoms.

50Il est amusant de remarquer que les hommes et les fermes ont leurs occupations traditionnelles. Les femmes préparent à manger, jouent avec les enfants, cueillent des fleurs, vont au marché, etc., tandis que les hommes sont associés aux voitures, aux bateaux, aux sports, aux aventures, etc. :

91 Regardez ces fleurs
Allons les cueillir
Allons faire un bouquet
Pour notre maman
Allons à la plage
Pêcher des poissons
Avec le bateau de papa

217 les Ismaëleurs, les dragueurs
les Ismaëleurs sont des footballeurs
ils ont gagné la coupe
ce sont pas des bébés ils mangent la soupe

51On peut noter une différence entre les filles et les garçons en ce qui concerne le choix des thèmes. Les filles parlent plutôt des choses douces et romantiques et des événements de tous les jours. Les garçons, en revanche, aiment mettre en scène des événements et des personnages plus virils. Et ce sont les garçons qui osent plus facilement employer des termes scatologiques.

23 Et il avait mangé l'ogre
Et le chat botté
Il est reparti
En mettant une bombe
Et après BOUM
La maison a explosé
(Julien 4 ans)

25 Si je lui faisais un bisou en arrivant
S'il allait se promener dans la campagne
Chercher des coquelicots peut-être
(Audrey 4 ans 1/2 et Aurore 4 ans)

52L'enfant petit adore rire et faire rire. Il n'est jamais totalement sérieux ; il a tendance à saisir toutes les occasions de relever ce qui est insolite et ce qui est comique pour créer autour de lui une ambiance amusante. On rencontre des intentions ludiques, entre autres choses, dans les répétitions, les accumulations d'associations qui n'ont parfois aucun intérêt, les mots insolites et sauvages, les gros mots. Parfois le mot insolite, qu'il soit un mot banal, une création, un mot à vocation comique ou un gros mot, surgit dans le discours en rompant le déroulement prévisible, ou en contrastant avec la réplique attendue.

53Contrairement au petit qui adopte un ton indifférent ou un style humoristique pour parler des choses sérieuses, le grand est plus pensif quand il se trouve face à la poésie. Il ne se permet plus de rendre les choses dramatiques burlesques. Il réfléchit, s'implique et invite l'interlocuteur à réfléchir avec lui.

54Dans ce chapitre, on s'est proposé de décrire les thèmes qui apparaissent dans les poèmes de l'enfant. Les différences les plus frappantes entre l'enfant petit de la maternelle et l'enfant grand de l'école primaire ont été évoquées, mais pas analysées. La deuxième partie de ce travail, consacrée à l'étude évolutive de la pratique poétique chez l'enfant, rassemblera les résultats obtenus, les présentera sous forme de tableaux et les mettra en rapport avec les stades du développement mental de l'enfant établis par Piaget. Il sera intéressant d'essayer de comprendre pourquoi on assiste a la présence de tel et tel thème à tel et tel âge.

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540