Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Création poétique chez l'enfant

 | 
Aïno Niklas-Salminen

Première partie. Description des procédés poétiques qui caractérisent la poésie chez l'enfant

Chapitre 4 : La construction du poème

Texte intégral

1Dans les trois chapitres précédents de ce travail, les traits poétiques qui participent à la construction locale des poèmes étudiés, ont été mis en évidence. Une zone importante, celle des macrostructures, reste à analyser. Ce chapitre se propose donc de prendre en considération la construction globale des poèmes afin de voir comment ceux-ci s'organisent du début jusqu'à la fin.

2L'enfant ignore la plupart des règles, des conventions et des contraintes formelles que telle ou telle doctrine impose à l'art verbal. Certes, dès les premières étapes de la scolarité, il se livre à une intense activité d'observation et d'exploration des caractéristiques de l'écrit et repère petit à petit certains traits de forme et de contenu du genre poétique. En dépit de cela, sa poésie est caractérisée surtout par la spontanéité et elle n'est pas obligatoirement codifiée de la même façon que celle de l'adulte. Cependant, chaque poème est soumis à une construction, même s'il ne s'organise pas dans le cadre d'une forme fixe. Les vers et les strophes se combinent pour donner naissance au poème qui associe organisation formelle et organisation sémantique.

3Le poème s'écarte de la prose : il n'est pas disposé comme une page ou un chapitre de roman. Au cours des pages qui suivent, on essayera de voir comment il est construit. On se proposera de répertorier les procédés les plus importants qui le font passer du début à la fin. L'objectif de ce chapitre est donc de chercher à savoir s'il existe une spécificité de la construction poétique chez l'enfant et en quoi elle consiste.

4La poésie chez l'enfant est un domaine extrêmement complexe. A vrai dire, la mise en classes des poèmes, selon leur type de construction, n'a pas été évidente. Les poèmes ont d'abord été regroupés selon les critères sémantiques. Trois tendances de construction ont été dégagées :

  1. Poèmes non-narratifs.
  2. Poèmes narratifs avec une construction par enchaînement linéaire.
  3. Poèmes narratifs avec une construction par enchaînement non-linéaire.

5Autrement dit, en quelque sorte, on est en présence de deux pôles opposés : celui des poèmes non-narratifs et celui des poèmes narratifs linéaires. Dans les poèmes du premier groupe, le sens ne semble avoir aucune importance. En revanche, dans ceux du deuxième groupe, son rôle paraît essentiel. Il y a donc le pôle du jeu, du désordre, du délire qui s'oppose au pôle de l'ordre, de la linéarité et du sérieux.

6Le troisième type de construction englobe les poèmes qui oscillent entre ces deux pôles opposés. Ces poèmes-là possèdent des éléments aussi bien non-narratifs que narratifs linéaires.

7Dans un premier temps, on repérera les traits qui caractérisent chacun de ces trois groupes du point de vue sémantique, et dans un deuxième temps, on étudiera les phénomènes qui les distinguent du point de vue formel. A la fin de ce chapitre, on se proposera d'examiner les poèmes construits en strophes.

1. Poèmes non-narratifs

8Il s'agit des poèmes qui contiennent des jeux sonores et verbaux apparemment gratuits. Pour l'adulte ils ne semblent avoir aucun sens. On a l'impression que l'enfant jette des éléments en scène un peu par hasard. La fonction ludique prime sur la fonction informative : l'importance est accordée à la spontanéité des associations sonores et sémantiques.

1.1. LES TRAITS GENERAUX DE CES POEMES

48 C'est le deux – zizi
magalie prero kiki
sarah ganan
C'est le trois - le A
le droit
le toit
C'est le quatre – cat
C'est le cinq - sein sein
C'est le six - ci ci cil
ci ci cil
une scie li li
scie scie
C'est le sept - thermomètre
mette
suite
ma dent reine
C'est le huit - u u u
tu tu tu
du du du
C'est le neuf - porte porte porte
nain nain
dent dent
C'est le dix - di di
couette couette couette
totte totte totte
frappe frappe
la porte la porte
tock tock tock
Avec le marteau
Je mets le clou
zou zou zou

9Ces poésies peuvent comporter :

  • des mots sauvages et des délires sonores,
  • des jeux avec des prénoms ou des chiffres,
  • des énumérations de mots avec des associations phoniques ou sémantiques,
  • des mots significatifs qui dans un contexte donné perdent leur signification.

10En général, les poèmes de cette catégorie ne possèdent pas de fil conducteur. L'ordre des éléments mis en scène n'a pas d'importance. Les vers sont interchangeables et non hiérarchisés, il n'y a pas de progression. La plupart des phrases sont amputées, inachevées et incompréhensibles. Parfois on rencontre un syntagme nominal ou un syntagme verbal qui reste sans suite :

7 Un éléphant
Et un autre gros éléphant
Et un autre gros éléphant

11Tous les poèmes non-narratifs contiennent des répétitions de mots, de groupes de mots ou de schémas de phrase. Les énumérations de mots ou d'énoncés avec des associations sémantiques et sonores jouent un rôle essentiel :

104 Un - un drame
Deux - deux cartes
Trois - trois cubes
Quatre - quatre chiens
Cinq - cinq chats
Six - six lumières
Sept - sept plafonds
Huit - huit sols
Neuf - neuf corbeilles
Dix - dix papiers
C'est fini

12Très souvent, comme dans l'exemple numéro 48 cité dessus, on a l'impression d'assister à une espèce de délire où les jeux avec des chiffres, des prénoms, des gros mots, des répétitions et des associations de toutes sortes ne semblent avoir aucun sens. Le sens des mots significatifs semble perdre son importance au fur et à mesure que les répétitions de mots croissent.

13Après avoir repéré les traits généraux qui spécifient les poèmes de cette catégorie, on se proposera de voir s'il y a des phénomènes qui se dégagent concernant le début, la fin et l'organisation globale des poèmes. Il convient de signaler qu'au cours des pages suivantes, on adaptera très librement les remarques de J. Molino et J. Grades-Tamine sur la construction du poème en général (Molino, Tamine 1988 : 33-52).

1.2. LE DEBUT, LA FIN ET L'ORGANISATION GLOBALE DU POEME

Le début du poème

14On n'a pas l'intention d'insister sur le début du poème de cette catégorie, car il s'agit d'une place qui ne semble pas présenter des particularités spécifiques. On n'a remarqué qu'une chose qui paraît intéressante : souvent c'est le premier vers du poème qui constitue la base du jeu ou du "délire" verbal. Ce vers est généralement muni d'un reflet du réel, dans la mesure où il possède un sens que l'on arrive à déterminer. Assez souvent le début du poème se déroule dans un climat plutôt "sérieux", mais très vite cela se dégrade et la fonction ludique se met à primer sur la fonction informative :

94 Il était une fois
Le pays des crottes
Qui faisait des frottes
Et les frottes allaient en frottes a frottes

15Après le premier vers, ce poème pourrait adopter un "air" tout à fait raisonnable.

La fin du poème

16La fin du poème de cette catégorie n'est pas obligatoirement marquée, mais parfois elle est rendue sensible sémantiquement ou formellement comme dans les exemples suivants :

10 Un demi clou
Un demi quoi
Et je sais pas

104 Sept - sept plafonds
Huit - huit sols
Neuf - neufs corbeilles
Dix - dix papiers
C'est fini

17Parfois la fin est délimitée par un élément étranger ou surprenant qui rompt le climat habituel qui règne dans le poème. Cet élément peut être un gros mot (tapipi, kiki), un mot ou un énoncé qui évoque le départ, la fin, etc. (84 Que je vais partir en voyage, 94 Fin, 104 C'est fini), un élément insolite qui surprend d'une façon ou d'une autre.

49 Tounne tounne Traa
Trois tounnes
Tristounne
Tanne tanne
Vachque
Mandarine
Pomme
Jus

18Ce poème, par exemple, qui ne contient que des mots dépourvus de sens, finit par la présence de trois mots significatifs.

19Quelquefois on a l'impression que l'enfant n'a plus rien à dire, n'a plus envie de continuer. Dans ces conditions, il finit son poème n'importe comment : 10 Et je ne sais pas, 11 Oui madame, 56 Bien bien.

L'organisation globale du poème

20Parmi les poèmes de cette catégorie, il y a des productions qui contiennent un élément répétitif qui structure le poème. On peut donc se trouver en présence d'une récurrence d'éléments identiques ou analogues. Tantôt c'est le même vers qui apparaît à plusieurs reprises le long du poème, tantôt c'est la même structure syntaxique globale qui sert de moule à la construction globale du poème. Parfois c'est le même mot qui se répète au début de chaque vers :

11 DO RE MI
Un garçon
DO RE MI
Une fille
DO RE MI
Oui madame

20 Bonjour souris
Bonjour grenouille
Bonjour canard

21L'organisation au niveau du nombre des vers par poème, ainsi que l'organisation métrique et rimique des poèmes de cette catégorie ne seront pas examinés de près. Ces points ne semblent présenter aucun intérêt. En effet, on rencontre aussi bien des poèmes courts que des poèmes longs. Quant aux mètres, la plupart des productions de cette classe ne possèdent pas une construction intéressante. Il y a cependant quelques exceptions, dans lesquelles l'organisation métrique présente une certaine cohérence : soit chaque vers du poème a le même nombre de syllabes, soit il y a une espèce de jeu entre les vers courts et les vers longs :

10 4-4-4
11 3-3-3-2-3-3 22 7-7-7-6
54 2-2-2-1 3-3-3-3
57 7-7-7-7-7-7-6-6-7-6-6
108 4-4-2-2-2

22La construction sonore en fin de vers n'est que rarement intéressante :

63 a-a-a-a-a-b-b-a
94 a-b-b-b-c-c-c

23On vient de constater que les poèmes non-narratifs ne possèdent pas une construction cohérente ou développée. Bien au contraire, on a l'impression que l'enfant juxtapose des sens et des sons au hasard. La fonction ludique prime sur la fonction informative.

24Il est très important de signaler que l'on trouve des poèmes non-narratifs uniquement chez l'enfant de moins de 7 ans. 18 % de ses productions poétiques appartiennent à cette catégorie. Il ne faut pas oublier le fait que tous ces poèmes ont été créés oralement et la plupart d'entre eux collectivement.

25Pourquoi c'est seulement l'enfant petit qui se lance dans les productions de ce genre ? Pourquoi les poèmes oraux ont tendance à être non-narratifs ? On réfléchira davantage sur ces points et sur leurs rapports avec le développement mental de l'enfant dans la deuxième partie de ce travail.

2. Poèmes narratifs avec une construction par enchaînement linéaire

26Les poèmes que l'on a décidé de regrouper sous ce titre, mettent en scène de petits tableaux rapides inspirés du monde réel ou imaginaire. Ils sont animés par des êtres humains, des animaux et des objets qui agissent dans des situations différentes et qui vivent tantôt dans un univers familial, tantôt dans un monde imaginaire et fantastique.

27Il y a un fil conducteur assez tenu qui organise et fait avancer le poème. Ce fil conducteur implique un ordre fixe : les vers et les strophes ne sont donc pas interchangeables. Ils ont ensemble un lien sémantique évident. Si l'on essaie de modifier l'ordre ou le nombre des vers, le poème perd son sens.

28Cette forme de construction, qui fait penser à la construction par progression définie par J. Gardes-Tamine et J. Molino (1988 : 135-147), semble être "réfléchie". Le poème contient, la plupart du temps, un sens fini et la fin du poème s'impose. Les phrases sont complexes et achevées.

2.1. LES TRAITS GENERAUX DE CES POEMES

29Les poèmes de cette catégorie peuvent être très simples et ne comporter qu'une petite action ou un événement quelconque. De temps en temps, le lieu et le moment de l'action sont précisés. Ces productions ressemblent beaucoup au très court poème japonais, le haïku. Elles posent quelque chose, mais ne développent rien (Bonnet 1994 : 18).

70 La petite souris
A fait
Un joli sourire

86 Supercopter prr prr
Il tue tout le monde
Supercopter il va détruire tout le monde.

172 Pendant la nuit dans un buisson
de gui un chat de la couleur
de la nuit couche dans un
buisson de gui.

30De temps en temps, on est en présence d'une histoire un peu plus complexe qui met en scène un ou plusieurs personnages, un événement ou une action et parfois même une résolution et une conclusion de l'action.

139 Un matin deux petits oiseaux sautillent. Un
enfant les voit, l'enfant les prend dans ses
mains. Les oiseaux s'envolent et l'enfant
retourne chez lui.

31Si l'on essaie de modifier l'ordre des vers, le poème devient incompréhensible et perd son sens :

139 Les oiseaux s'envolent et l'enfant
retourne chez lui. L'enfant les prend dans ses
mains. Un matin deux petits oiseaux sautillent.
Un enfant les voit.

32Les créations poétiques de cette catégorie peuvent également contenir une description linéaire d'un personnage, d'un objet ou d'un Heu, ou même un dialogue ou un monologue :

192 La belle mer
Le coucher du soleil
La mer est calme
Le village est tranquille
Tout est calme
Le lendemain la mer est agitée
Elle est déchaînée

123 Bonjour dit le marchand
Bonjour dit le petit prince
Que vends-tu ? dit le petit prince
Je vends des bonbons
du caramel et des sucettes

165 Automne, automne
Viens, viens
On t'attend
Avec nos arbres
On t'attend
Avec les feuilles
Qui tourbillonnent
Et les fruits
Qui tombent

33Il y a bien entendu des poèmes qui racontent une petite histoire ou un événement, et qui comportent aussi des descriptions des personnages, des objets et des lieux mis en scène.

34La moitié des productions du corpus analysé sont des poèmes narratifs avec une construction par enchaînement linéaire. Cette forme de construction est la forme la plus répandue aussi bien à la maternelle qu'à l'école primaire. Cependant, il convient de signaler que ces poèmes sont nettement plus fréquents chez l'enfant de plus de 7 ans que chez l'enfant plus petit (65 % contre 35 %).

35Il y a une différence assez importante entre les productions du petit et celles du grand. En effet, les poèmes narratifs linéaires de l'enfant de moins de 7 ans ont tendance à être très simples. Le poème contient, soit un récit, soit une description, mais rarement les deux à la fois. Les phrases sont simples (sujet + verbe + [complément]), affirmatives et déclaratives et elles se déroulent, la plupart du temps, au présent et à la 3ème personne :

16 Le petit mouton
Après le mouton court avant
Et le loup court derrière
Pour le mange

42 Elle boit de l'eau
Elle va dans sa maison bon bon
Elle joue avec sa maman man man
Elle joue avec sa cousine

36On a l'impression que les événements se passent devant les yeux du lecteur. L'enfant met en scène une action, mais il ne la commente pas. Parfois ce style bref, sans descriptions et sans explications, fait penser au style "télégraphique".

37L'enfant ne situe pas l'action et il ne décrit que rarement les personnages ou les objets mis en scène. On rencontre quelquefois des descriptions et des précisions du genre :

6 Les moutons
Les plus jolis
Sont amoureux
Des petits oiseaux
Et des petits minuscules chats

38C'est "petit" qui est l'adjectif le plus employé dans ces descriptions.

39Les poèmes de l'enfant plus âgé deviennent plus complexes. Les récits, les actions et les descriptions mis en scène sont de plus en plus élaborés. Le même poème peut comporter aussi bien un événement et une description. Les phrases sont de plus en plus complexes (SN + SV + S.circ.) :

152 La fontaine envoie ses jets légers, Avec force
et activité et joyeuseté, et le petit
moineau s'envole sur le jet
léger dans la fontaine
romantique et le petit enfant
admire la merveille

40Les phrases se déroulent souvent à la 1ère et la 2ème personnes au lieu de la 3ème personne, et les phrases déclaratives commencent à laisser de la place aux phrases exclamatives, interrogatives et impératives. Le futur, le passé et le conditionnel apparaissent de plus en plus souvent :

176 Pauvre hirondelle, la pluie t'a mouillé tes
ailes et tu peux plus voler à cause de l'eau

215 Ma chère amie
Oui je t'écris
En te disant

216 Vais-je pleurer ou faire semblant ?
Vais-je aller sur le chemin tout ?

41L'enfant situe le lieu et/ou le moment de l'action, décrit les personnages, explique et commente les événements. Il a tendance à s'impliquer en exposant son propre point de vue et en invitant à réfléchir.

221 La capitaine Jonathan
étant âgé de 25 ans
avait une folle passion pour les enfants
comme pour les pélicans

Mois un jour en cassant
quelque chose de violent
il n'aimait plus les enfants
ni les pélicans

2.2. LE DEBUT, LA FIN ET L'ORGANISATION GLOBALE DU POEME

42Les créations de cette catégorie se caractérisent donc par un fil conducteur plus ou moins tenu qui fait avancer le poème. Dans ce paragraphe, on se proposera d'examiner le début, la fin et l'encadrement de ces poèmes pour voir s'il y a des procédés spécifiques qui commencent et finissent le poème, ainsi qu'établissent un lien entre le début, le milieu et la fin du poème.

Le début du poème

4370 % des poèmes narratifs linéaires possèdent un titre. Ce titre peut contenir :

  • un nom : 60 Muguet
  • un groupe nominal : 163 L'arbre en feuilles
  • un nom et un adjectif : 154 Le poisson rouge
  • une phrase complète : 173 La vie est belle
  • une interrogation : 178 Qui entend la rivière ?
  • un ordre : 233 Parle
  • un adjectif : 235 Sauvage

44Dans presque chaque cas, le titre est sémantiquement marqué : il annonce ce qui va suivre dans le poème en présentant le personnage, l'objet ou le thème principal. Il est souvent repris une ou plusieurs fois et il peut aller jusqu'à organiser l'ensemble du texte :

236 Une régate
Une régate
Quel miracle
Quel spectacle
Une régate
Les pigeons roucoulent
Arrive la foule

45Parfois le titre est repris dans le poème, mais il a subi une petite variation. L'enfant ajoute ou laisse tomber quelque chose, dit la même chose avec d'autres mots, etc. (132 L'homme et la femme -> Eve et Adam).

46La plupart des poèmes de cette catégorie possèdent donc un titre. Maintenant, on va voir comment commencent les poèmes sans titre. Le premier vers du poème peut comporter :

  • un verbe : 1 Galope galope galope
  • un syntagme nominal : 2 Mon petit pingouin
  • un syntagme nominal et un syntagme verbal : 5 Mon petit lion va voir mon ami lion
  • un groupe circonstanciel : 99 Un jour, 102 Au pays des lopins
  • un groupe circonstanciel et un syntagme nominal : 139 Un matin deux petits oiseaux sautillent
  • une phrase inachevée qui continue dans le vers qui suit : 176 Pauvre hirondelle, la pluie t'a mouillé tes
  • une interrogation ou une exclamation : 199 Oh marée haute, pourquoi es tu féroce ?, 226 Bonjour l'hiver !

47Le début du poème sans titre met souvent en scène le personnage ou l'objet principal, il situe le moment et/ou le lieu de l'action (95 Il était une fois, 102 Au pays des lapins). Parfois il est soutenu par un vocabulaire qui a trait aux départs, commencements, éveils (cf. Gardes-Tamine, Molino 1988 : 43).

143 Quand l'hiver est couché le printemps se
réveille

48Il y a également des traits formels qui peuvent marquer le début du poème. Dans ce cas, le premier vers se distingue des autres par sa rime ou son mètre (Ibid. : 38). Le premier vers peut posséder moins ou plus de syllabes que les autres vers. Parfois le premier et le dernier vers possèdent le même nombre de syllabes. Dans certaines créations, la sonorité finale du premier vers est différente des autres. La rime du premier vers peut également être identique à celle du dernier.

La fin du poème

49En général, la fin du poème est un endroit plus marqué que le début. Elle peut être soulignée sémantiquement (Ibid. : 41). Dans ce cas, le dernier vers est soutenu par un vocabulaire appartenant au champ sémantique du départ, de la fin, de la disparition, du retour, de la fuite, etc. :

23 La maison a explosé
24 Et après il rentre dans la maison
79 Et après c'était la nuit
139 retourne chez lui
147 à coup, la neige s'arrête de tomber
220 disparaît au loin
221 sinistrement
s'en alla en pleurant

50La fin du poème ne cumule pas uniquement des marques sémantiques, elle peut également être rendue sensible du point de vue formel (Ibid. : 38). On peut y rencontrer des impératifs (211 Mais va vers eux ! Noël ! Noël !), des interrogations (190 0 mer pourquoi es-tu si déchaînée ?), des exclamations (164 je pleure Piteur !, 170 Quel dommage !). Les modalités du discours autres que la déclaration, semblent traduire un appel à un interlocuteur indéterminé, mais présent.

51Il est intéressant de constater que parfois l'enfant souligne la fin du poème par une rupture dans le mètre ou la rime choisie (Ibid. : 39). Parfois, le nombre des syllabes dans le dernier vers est plus élevé ou moins élevé que dans les autres vers :

198 5-4-3-5-3-5-4-7-7-5-8-6-11
139 11-10-9-4

52Parfois, c'est la sonorité du dernier vers qui diffère des autres sonorités finales :

68 a-b-b-a-a-c
102 a-a-a-a-a-b

L'organisation globale du poème

53On vient de mettre en évidence les procédés qui marquent le début et la fin des poèmes narratifs linéaires. Sous ce titre, on se proposera d'étudier comment les poèmes de cette catégorie avancent : on examinera donc les procédés qui établissent un lien entre le début, le milieu et la fin des poèmes. Trois grandes tendances ont pu être distinguées. On a décidé de les illustrer de la manière suivante :

54*La 1ère tendance :

208 La colombe
Il pleut à torrents
perchée sur un arbre la petite colombe a froid
tout à coup il ne pleut plus
la colombe blanche va pouvoir repartir
il y a du soleil et un arc-en-ciel
la jolie colombe peut repartir dans le ciel,
et dans son pays

<---------------------->

55Ce texte est caractérisé par une espèce de "ligne directe". L'unité du poème est marquée par deux pôles opposés qui se distinguent clairement : le début et la fin. Le début situe l'action ou l'événement et met en scène le personnage principal. Quant à la fin, elle présente la résolution de l'action. Entre le début et la fin, il y a donc une progression linéaire. La plupart des poèmes narratifs linéaires appartiennent à cette sous-classe.

56*La 2ème tendance :

177 Un oiseau s'est blessé
Il est allé à la fontaine
Pour se soigner
Avec une branche de frêne

Un garçon l'a retrouvé
Il était tout soigné
Il l'a apporté à la maison
Il lui a donné à manger.

Il l'a rapporté à sa mère
Tout soigné
Et elle l'a emmené à la fontaine.

57Dans cet exemple, il s'agit d'une composition qui se referme sur elle-même. L'unité du poème est marquée par un jeu de correspondance entre son début et sa fin. Autrement dit, à la fin du poème, on assiste à un retour au point de départ. Le retour au point de départ de cet exemple s'effectue au niveau sémantique, dans la mesure où le lieu exposé au début est repris à la fin. Notons que ce retour peut s'effectuer aussi au niveau formel :

184 Une épave, solitaire, échouée
[ ]
menace. Pauvre épave.

58Le premier vers est repris partiellement ou intégralement à la fin du poème. 12 poèmes narratifs linéaires sur 118 font partie de cette sous-classe.

59*La 3ème tendance :

196 La colombe
Ho ! Jolie colombe
Vole bien, vole vite
Dans tes pattes le rameau fuit dans la pureté du ciel
Car, ce n'est pas gentil de te lancer du sel
Tu ne peux plus voler
Ho ! ma colombe adorée
Viens manger des graines
Pour te remettre en train
Ho ! ma jolie colombe
Va et viens du bout du monde.
Mais surtout reviens vite.
Ma jolie colombe.

*-----------------*

*-----------------*

*-----------------*

60Ici on a une espèce d'"échelle". Le même vers ou énoncé apparaît, partiellement ou intégralement, à plusieurs reprises dans le poème et forme ainsi un certain rythme architectonique. 10 poèmes narratifs linéaires sur 118 possèdent une "échelle". Il est peut-être inutile de préciser que c'est surtout l'enfant de CM1 et CM2 qui est capable de construire ses poèmes de cette façon-là.

61Avant d'aborder l'étude des poèmes narratifs avec une construction par enchaînement non-linéaire, il est certainement intéressant de voir s'il y a des procédés spécifiques qui caractérisent les poèmes narratifs linéaires du point de vue du nombre des vers par poème et du point de vue de l'organisation rimique et métrique.

2.3. LE NOMBRE DES VERS ET L'ORGANISATION RIMIQUE ET METRIQUE DU POEME

62La plus grande partie des poèmes de cette catégorie contiennent 4, 6, 5, 7, 8, 9 ou 3 vers. Ces poèmes ne sont donc ni courts, ni longs.

L'organisation métrique du poème

63Le principe de désorganisation règne dans la plupart de ces poèmes. On trouve des mètres de longueurs différentes. Il y a cependant des poèmes qui se structurent d'une façon plus cohérente. Dans ce cas, les écarts entre les mètres ne sont pas frappants :

147 7-7-8-7-9-9
161 7-8-8-8-8-7-8-8-7
174 7-7-7 7-7-7 -7-7-7 7

64Parfois on assiste à une espèce de jeu entre des vers courts et des vers longs :

173 10-11-11-10-5
184 14-13-14-6

L'organisation rimique du poème

65Comme au niveau des mètres, le principe de désorganisation règne aussi au niveau des rimes. On ne rencontre que quelques poèmes avec une structure rimique que l'on considère comme intéressante. Dans ce cas, la même rime ou assonance couvre tout le poème ou le poème possède 2 ou 3 rimes différentes :

69 a-a-a
225 a-a-a-a-a-b-b-b-b-b
227 a-a-a-b-b-b-a-a
234 a-a-a-a-b-a-a-a

66Dans certains cas, le premier et le dernier vers ont la même rime :

211 a-b-b-b-b-a
232 a-a-a-a-b-b-c-c-d-d-e-e-a-a
235 a-a-b-a-a-b-a-a

67Le corpus ne contient que quelques poèmes dans lesquels aussi bien la structure rimique que la structure métrique sont intéressantes :

68C'est l'enfant de CM1 et de CM2 qui commence à être capable de structurer son poème de cette façon-là. On a remarqué qu'un poème créé par l'enfant plus jeune peut posséder une construction sonore intéressante ou une construction sémantique élaborée, mais il ne possède que rarement plusieurs procédés différents en même temps. Autrement dit, un poème qui est bien construit sémantiquement n'est pas forcement bien construit au niveau sonore et vice versa.

3. Poèmes narratifs avec une construction par enchaînement non-linéaire

69On vient de mettre en relief les traits spécifiques qui caractérisent les poèmes narratifs linéaires. Sous ce titre, on s'intéressera aux poèmes narratifs dans lesquels l'accent n'est pas mis sur le récit, mais sur l'énumération, la répétition, le parallélisme, la variation ou l'association.

70Cette forme de construction, qui peut faire penser à la construction par variation évoquée par J. Molino et J. Gardes-Tamine (1988 : 121-135), paraît imprévue et fortuite. Elle se caractérise par l'absence de fil conducteur. On a l'impression que l'enfant juxtapose des éléments un peu par hasard, sans se soucier de l'ensemble du poème. La succession des vers ou des strophes est indifférente, les éléments qui construisent le poème sont donc interchangeables.

3.1. LES TRAITS GENERAUX DE CES POEMES

71Les poèmes de cette catégorie peuvent comporter une énumération de plusieurs événements ou actions :

65 Une pomme qui mange
Une poire qui tombe dans l'eau
Une prune qui pousse dans l'arbre
Un kiwi dans le lit
La mouette dans le ciel
Les nuages devant le soleil...

72Les événements ou actions mis en scène n'ont parfois rien à voir ensemble. C'est l'association sonore ou sémantique qui joue le rôle essentiel. On peut rencontrer aussi une description non-linéaire d'une personne, d'un objet ou d'une action. L'ordre des éléments descriptifs est indifférent, mais la description se déroule autour du même thème :

129 Le printemps
Le printemps est joli comme un
canari qui fait son nid. Toutes les fleurs
poussent. Il y a les marguerites les violettes
les primevères et puis les coccinelles, les
guêpes butinent les fleurs.

130 La mer
La mer c'est beau la mer c'est pour se
baigner. La mer c'est beau pour se baigner et
les enfants s'amusent dans la mer. La mer
c'est beau pour moi. La mer je l'aime parce
que je me baigne. La mer c'est pour moi
un amour parce que je l'aime.

7321 % des poèmes du corpus sont des poèmes narratifs non-linéaires. Ils ont presque autant de succès chez l'enfant de l'école maternelle que chez celui de l'école primaire. On peut pourtant noter une différence entre les productions du petit et celles du grand : le petit favorise les énumérations des événements ou actions, tandis que le grand préfère les poèmes qui comportent une description non-linéaire d'un personnage, d'un objet ou d'une action.

74Par manque de fil conducteur, les poèmes de ce groupe se développent surtout grâce à des éléments parallèles. Il n'y a ni ordre, ni progression sémantique : on peut facilement supprimer un élément ou changer la place des vers sans que le sens du poème change.

65 Une pomme qui mange
Une poire qui tombe dans l'eau
Une prune qui pousse dans l'arbre
Un kiwi dans le lit.

-> Un kiwi dans le lit
Une pomme qui mange
Une prune qui pousse dans l'arbre
Une poire qui tombe dans l'eau

75Les poèmes-énumérations ont souvent un caractère discontinu. On a l'impression d'assister à des successions de tableaux incohérents, dans lesquelles la part du logique est fort réduite. C'est la dimension ludique qui est mise en valeur.

76On peut remarquer que la plupart des phrases des poèmes narratifs non-linéaires, sont des phrases simples ou plus étendues, mais on rencontre également des phrases inachevées (59 Cent chapeaux sur la porte). Ces phrases ne comportent qu'un groupe nominal et un groupe circonstanciel. Cela est extrêmement fréquent dans les poèmes-énumérations, dans lesquels les associations sonores et sémantiques priment sur le sens.

77Ce qui semble important de signaler aussi, c'est que la majorité des poèmes narratifs non-linéaires se déroulent au présent. Dans le corpus analysé, il n'y a que 7 poèmes sur 47 qui mettent en scène le passé. Le futur n'est pas représenté du tout. Les phrases se déroulent surtout à la 3ème personne. La lère et la 2ème personnes n'apparaissent que fort rarement. En ce qui concerne les modalités du discours, la plupart des phrases sont déclaratives et affirmatives. On rencontre uniquement quelques exclamations, interrogations et ordres.

78Dans le paragraphe suivant, notre curiosité sera attirée par le début, la fin et l'encadrement des poèmes de cette catégorie, pour voir quels sont les procédés qui commencent et finissent les poèmes, ainsi qu'établissent un lien entre leur début, leur milieu et leur fin.

3.2. LE DEBUT, LA FIN ET L'ORGANISATION GLOBALE DU POEME

Le début du poème

7942 % des poèmes de cette catégorie possèdent un titre qui peut contenir un nom (125 La nature, 129 Le printemps, 234 Odile), un nom et un adjectif (188 L'aigle le plus beau, 195 La mer déchaînée, 220 L'animal nocturne), un adjectif (235 Sauvage), un verbe (233 Parle), une proposition (168 J'ai entendu le vent).

80Dans presque chaque cas, le titre est marqué sémantiquement et annonce ce qui va suivre dans le poème. Il est souvent repris dans le premier vers, il peut également commencer et finir le poème ou être répété à plusieurs reprises.

169 Les enfants
Les enfants des nuages sont sages comme
des images.
Les enfants du soleil sont jaunes comme
les abeilles.

81Il arrive aussi que le titre soit indispensable. Sans lui on ne saurait pas de quoi on parle :

229 La maîtresse
Son souffle fin
est comme la brise du matin
Ses cheveux châtains
Sont comme des fils de lin

82Maintenant, il est intéressant d'examiner le début des poèmes sans titre. Le premier vers peut contenir des chiffres (14 Un deux trois), une proposition (33 L'hérisson boit de l'eau, 52 Flipper plonge dans l'eau), un groupe nominal + un groupe circonstanciel (35 Le coucou dans le trou), un groupe nominal seul (71 Tintin Romain), un groupe circonstanciel seul (77 Au château de tuiles plates). Parfois le premier vers du poème met aussi en scène un souhait (32 Bonne année â toutes les fleurs) ou une interrogation (67 Où es-tu Coucou ?).

83Pour résumer, on peut retenir les points suivants : presque tous les poèmes-descriptions possèdent un titre qui met en scène le personnage ou l'objet décrit. Dans ce cas, le titre est marqué sémantiquement. Les poèmes-énumérations n'ont pas de titre, mais leur premier vers joue un rôle important dans la mesure où il détermine la forme de presque tous les vers du poème. Ces poèmes se développent grâce à des éléments parallèles.

84Parfois il y a des traits formels qui marquent le début du poème. Dans ce cas, le premier vers diffère des autres vers par sa rime ou son mètre (Gardes-Tamine, Molino 1988 : 121-129). Le premier vers peut posséder moins ou plus de syllabes que les autres vers. Le premier et le dernier vers peuvent avoir le même nombre de syllabes. Quelquefois la sonorité du premier vers est différente des autres. La rime du premier vers est identique à celle du dernier vers.

La fin du poème

85Il Importe d'étudier comment les poèmes narratifs non-linéaires, qui ne possèdent pas de fil conducteur et dont les vers sont interchangeables, finissent. Très souvent la fin du poème n'est pas rendue sensible. On a l'impression que le poème pourrait continuer infiniment. Dans certains cas, la fin est sémantiquement marquée : le dernier vers est soutenu par un vocabulaire qui a trait aux départs, fins, disparitions, retours, résolutions, fuites, etc. (59 La poule s'écroule, 75 Tigre arrête tigre, 100 Fin de poème, 167 et maintenant celle-ci).

86La fin peut également être marquée par d'autres moyens. Dans ce cas, le dernier vers peut mettre en scène un gros mot (77 J'ai envie de faire coca), un mot sauvage (82 L'écureuil dans le beuille), une comparaison (205 On croirait presque qu'elle patine sur des nuages), une exclamation (218 Oh tu os de belles teintes froides et de beaux dégradés de couleurs), une énumération (207 Elle était belle romantique naturelle gaie jolie) ou une répétition sonore (228 le verglas glisse, glace). Tous ces exemples indiquent que la fin contient souvent un mot insolite, une surprise, une espèce de rupture par rapport au déroulement habituel du poème. Il est intéressant de noter que cette rupture finale peut être produite également par un changement au niveau graphique ou par une rupture dans le mètre ou la rime choisi(e). La rime du dernier vers diffère souvent des autres et le nombre des syllabes dans le dernier vers est moins élevé ou plus élevé que dans les autres vers.

L'organisation globale du poème

87On vient de repérer les procédés qui marquent le début et la fin des poèmes narratifs non-linéaires. Maintenant, on veut voir comment les vers s'enchaînent et s'organisent du début à la fin. On a constaté que ces poèmes ne possèdent pas de fil conducteur, mais qu'ils se développent grâce à des éléments parallèles.

88Il est utile de signaler que les vers sont souvent sans lien sémantique évident avec les autres. Ce sont les associations sonores et sémantiques, ainsi que les associations d'idées qui jouent le rôle essentiel dans les fragments successifs :

65 Une pomme qui mange
Une poire qui tombe dans l'eau
Une prune qui pousse dans l'arbre
Un kiwi dans le lit
La mouette dans le ciel
Les nuages devant le soleil
La lune sur son lit
L'oiseau sur un nuage
Les bananes dans le nane
Le persil dans le til
Le persil dans l'huile
La maison dans le thon

89Dans ce poème, par exemple, on rencontre plusieurs "familles" de mots ou "chaînes" de mots : la pomme appelle la poire, qui appelle la prune, qui appelle le kiwi. Il s'agit du champ sémantique des fruits. La mouette fait penser au ciel, le ciel aux nuages, les nuages au soleil, le soleil à la lune, la lune à l'oiseau, etc.. Ces termes font partie du même champ associatif. De même, les bananes appellent le persil, l'huile, le thon. Le kiwi et le lit, les bananes et le nane, ainsi que la maison et le thon ne sont pas liés ensemble par des liens sémantiques. Ce sont les ressemblances sonores qui les réunissent.

90Il est important de signaler aussi que, dans quelques poèmes narratifs non-linéaires du corpus analysé, le premier et le dernier vers sont identiques. Dans quelques cas, le mot se répète à plusieurs reprises du début à la fin. Les poèmes-descriptions commencent souvent par une espèce de "vérité générale" du genre :

125 La nature est très belle. On y trouve
des fleurs : des tulipes, des roses et aussi
on y trouve des papillons dans le ciel
et des moineaux qui mangent gentiment.

91Après cette "vérité générale" l'enfant énumère les caractéristiques du personnage ou de l'objet décrit.

3.3. LE NOMBRE DES VERS ET L'ORGANISATION METRIQUE ET RIMIQUE DU POEME

Le nombre de vers par poème

92La plus grande partie des poèmes contiennent 4, 5 ou 6 vers.

L'organisation métrique

93Comme, en ce qui concerne les poèmes narratifs linéaires, le principe de désorganisation règne aussi dans la plupart des poèmes de cette catégorie. Les mètres ont tendance à être de longueurs différentes. Malgré cela, on peut rencontrer aussi des poèmes qui se structurent d'une façon plus cohérente. Dans ce cas, les écarts entre les mètres, par exemple, ne sont pas frappants :

81 4-4-5
125 9-10-10-9

94On peut également rencontrer une espèce de jeu entre les vers courts et les vers longs :

62 5-7-6-14
124 7-9 12-2 12-2

95Parfois le premier et le dernier vers possèdent le même mètre :

77 7-11-3-6-7
125 9-10-10-9

L'organisation rimique

96En dehors des poèmes qui sont fondés sur le principe de désorganisation, on rencontre un assez grand nombre de cas possédant une structure rimique intéressante et même remarquable. En voici quelques exemples :

67 a-a a-a b-b-c c-c d-d e-e e-f g-f f-d-d
71 a-a-b-a-a
77 a-b-b-b-a
78 a-a b-b a-a-c
146 a-a-b-b-c-c-d-d
238 a-a b-b c-c d-d e-e f-f

97Dans ces textes, il y a une certaine recherche au niveau des rimes. Parfois c'est la même rime qui s'étend sur chaque vers du poème, parfois le premier et le dernier vers possèdent la même rime ou assonance. Certains poèmes sont ornés par deux ou trois rimes différentes. Dans quelques poèmes, chaque strophe a sa propre harmonie sonore.

98On a dit précédemment que les poèmes de cette catégorie sont caractérisés par l'absence de fil conducteur et, par conséquent, les vers sont interchangeables. Il convient cependant de rester prudent avec cette observation, car, dans certains cas, l'harmonie sonore finale intéressante rend les vers non interchangeables.

99On a constaté aussi que le poème peut avoir une bonne organisation, soit au niveau sémantique, soit au niveau sonore, mais qu'il ne la possède que rarement à ces deux niveaux. Parmi les poèmes narratifs non-linéaires, dans lesquels le sens est souvent négligé, on rencontre plus de cas ayant une structure sonore intéressante que parmi les poèmes narratifs linéaires où le sens joue toujours le rôle essentiel.

100On peut remarquer aussi que certains poèmes narratifs non-linéaires (poêmes-énumérations) ont des traits en commun avec les poèmes non-narratifs : les mots scatologiques et les mots inventés, ainsi que les phrases inachevées et incomplètes, caractérisent un assez grand nombre de ces poèmes. Parfois on a même l'impression que le sens perd son importance au fur et à mesure que le poème avance. En revanche, les poèmes-descriptions font penser plutôt aux poèmes narratifs linéaires. Ils possèdent une sorte de fil conducteur dans la mesure où la description se déroule autour d'un objet, d'un personnage ou d'un thème.

4. Poèmes "inclassables"

101Parmi les créations poétiques analysées, il y a également des poèmes qui ne peuvent pas être classés dans les trois catégories que l'on vient de présenter. Ces poèmes, que l'on a décidé d'appeler "inclassables", contiennent aussi bien des éléments linéaires que non-linéaires, ainsi que des éléments caractéristiques des poèmes non-narratifs. On regroupera sous ce titre :

102- Les poèmes qui contiennent un événement ou une description plus ou moins linéaire et une suite de mots sauvages. Ces poèmes comportent donc aussi bien des éléments des poèmes narratifs linéaires que des éléments des poèmes non-narratifs :

43 Elle tombe dans l'eau elle nage
Pataboum potaboum boum boum
Et dit qu'elle va sortir
Pataboum pataboum boum boum
Sinon elle va attraper un rhume
Pataboum pataboum boum boum

103Ce poème met en scène un récit linéaire qui est accompagné de mots sauvages. Ceux-ci pourraient être éliminés sans que le sens du poème change. Leur rôle est plutôt décoratif.

104- Les poèmes qui comportent des parallélismes ou des répétitions et un fil conducteur qui est formé par une espèce d'énumération. Ces poèmes possèdent donc des éléments des poèmes narratifs linéaires et des éléments des poèmes narratifs non-linéaires.

96 Lundi - Tout le monde dîne
Mardi - Tout le monde mange
Mercredi - Tout le monde crie
Jeudi - Tout le monde prend le déjeuner
Vendredi - Tout le monde va à la vente

105Dans ce poème plutôt non-linéaire, les vers sont hiérarchisés par la présence de l'énumération : lundi-mardi-mercredi-jeudi...

106- Les poèmes qui contiennent des parallélismes et un fil conducteur qui est formé par des appels sonores :

101 Au pays du cran
Un écran faisait de l'encre
Et l'encre en crevait
Dans un autre pays
Le pays des "ou"
Un hibou
Poussait des "ou ou"
Pour
Repousser des cris
Et au pays de an
Des anges faisaient des i an
Dans le centre
Du son de la musique
Fin de pays

107Dans ce poème plutôt non-linéaire, les vers ne sont pas interchangeables à cause de l'ordre qui est établi par des associations sonores :

cran -> écran -> encre -> crevait
"ou" -> hibou -> "ou ou"
-> poussait -> pour -> repousser
an -> anges -> i an -> centre

108- Les poèmes dans lesquels le fil conducteur est formé par des associations de toutes sortes (associations d'idées, associations sémantiques accompagnées par des associations sonores) :

118 L'école
L'école du pré
L'école de près de la mort
On apprend à lire
On apprend à écrire
On apprend les lettres
Y en a qui travaillent très très mal
Y en a qui travaillent très très bien
Et c'est l'heure de la récréation
Où on joue au loup
Et je suis attrapé
Et quelqu'un tombe
Et il est mort
Ah je vais mourir
Et je vais renaître dans un chou-fleur

pré -> près de la mort
lire -> écrire -> lettres
travaillent mal -> travaillent bien
tombe -> mourir -> renaître

10921 % des poèmes analysés peuvent être caractérisés comme "inclassables".

110Rappelons que, en ce qui concerne la construction globale du poème, on peut dégager deux pôles opposés : celui des poèmes non-narratifs et celui des poèmes narratifs linéaires. Dans les poèmes du premier groupe, le sens n'a pas beaucoup d'importance. Par contre, dans ceux du deuxième groupe, son rôle est essentiel. On a donc le pôle du jeu, du désordre, du délire qui s'oppose au pôle de l'ordre, de la linéarité et du sérieux.

111Les observations faites précédemment démontrent que la moitié des créations poétiques des enfants se penchent vers le deuxième pôle : la construction par enchaînement linéaire est le type de construction le plus fréquent chez tous les groupes d'enfants. Sa place est cependant nettement plus importante chez le grand que chez le petit.

112En revanche, on ne rencontre des poèmes non-narratifs, qui se rattachent au pôle du jeu et de l'incohérence, que chez l'enfant de moins de 6-7 ans. Un quart de ses productions appartiennent à cette catégorie. Un cinquième des poèmes du corpus sont des poèmes narratifs avec une construction par enchaînement non-linéaire. Ce type de construction, qui oscille entre les deux pôles opposés, a presque autant de succès chez le petit que chez le grand.

113On voit que c'est le grand qui se penche vers le sérieux et le petit qui se penche vers le jeu. On peut se demander pourquoi. La deuxième partie de ce travail, destinée à l'évolution de la pratique poétique chez l'enfant, tentera de trouver une réponse à cette question.

5. Poèmes en strophes

114Dans le corpus, il y a 35 poèmes qui sont construits en strophes. Cela représente 15 % de l'ensemble des poèmes étudiés. Il n'est pas étonnant de constater que ce sont surtout les poèmes narratifs linéaires qui s'organisent ainsi. La strophe est un ensemble formé par deux ou plusieurs vers, avec une disposition plus ou moins déterminée de mètres et de rimes qui assure sa cohésion. Elle n'est pas seulement un ornement du poème, elle en peut constituer une unité rythmique et/ou sémantique (Gardes-Tamine, Molino 1988 : 39).

115L'enfant ne connaît pas, ou ne connaît qu'une partie des règles et conventions que les différentes doctrines proposent ou imposent à la poésie. Pourtant, dans ses créations, on assiste à la présence des traits qui caractérisent la poésie en général. Le but de ce paragraphe est d'essayer d'apporter quelques précisions sur la nature et les fonctions spécifiques de la strophe dans la poésie chez l'enfant. Plusieurs points seront mis en évidence. Dans un premier temps, la curiosité portera sur la longueur des poèmes en strophes, la longueur des strophes et le nombre des strophes par poème.

116Dans un deuxième temps, il sera important de mettre en évidence la disposition des strophes dans le poème pour voir comment les vers des strophes s'organisent au niveau des mètres et des rimes. Dans un troisième temps, on étudiera la strophe fermée qui contient une unité de sens, la strophe enjambante et la strophe qui contient plusieurs sens finis afin de voir si la strophe, dans la poésie chez l'enfant, est plutôt une unité fermée ou une unité ouverte. Dans un quatrième temps, l'attention sera attirée par la fin, le début et l'encadrement des strophes. Il sera intéressant d'examiner comment les strophes s'ouvrent et se lient l'une à l'autre.

117Avant d'aborder l'étude des strophes elle-même, il faut préciser que l'on a hésité à prendre en considération les poèmes oraux de l'enfant de moins de 7 ans, car on pourrait penser qu'il est difficile de les découper en strophes. Or, on a décidé de changer de strophe chaque fois qu'il y ait une pause, une absence de voix importante entre deux vers.

67 Où es-tu Coucou ?
Mer gou gagou

Où es-tu Coucou ?
Dans le petit trou

Coucou que manges-tu ?
Des trucs
Des truffes au chocolat

118La poésie traditionnelle condamne souvent les strophes qui contiennent moins de 4 vers (Grammont 1965 : 91). En ce qui concerne les poèmes du corpus étudié, les blancs séparant les suites de vers suffisent à déterminer les ensembles strophiques. De ce fait, les distiques, les tercets et même les unités â un vers seront toujours considérés comme strophes.

5.1. LA LONGUEUR DES POEMES EN STROPHES, LA LONGUEUR DES STROPHES ET LE NOMBRE DES STROPHES PAR POEME

119Les poèmes qui se divisent en strophes sont généralement plus longs que les poèmes sans strophes. 10 poèmes sur 35 contiennent plus de 15 vers. Parmi les 35 poèmes divisés en strophes, on rencontre 15 unités d'un vers, 62 distiques, 23 tercets, etc... L'enfant semble donc favoriser les distiques, les quatrains, les tercets et même les unités à un vers. Sur 35 poèmes en strophes, 11 poèmes comportent 2 strophes, 9 poèmes 3 strophes, 6 poèmes 4 strophes, etc.. La plupart des créations poétiques comportent donc 2, 3 ou 4 strophes, mais on rencontre aussi des poèmes divisés en 7, 8, 9 ou même en 11 strophes.

5.2. LA DISPOSITION DES STROPHES

120Dans ce paragraphe, on verra comment les strophes sont disposées dans le poème. Il convient de signaler que, dans la plupart des textes, on rencontre une organisation intéressante. L'enfant construit ses poèmes en alternant des strophes plus courtes avec des strophes plus longues. En voici quelques exemples :

121137 1ère strophe : -------------

122--------------

123--------------

124--------------

1252ème strophe : --------------

126--------------

127L'exemple n° 137 contient un quatrain et un distique.

128157 1ère strophe : --------------

129--------------

130--------------

131--------------

132--------------

133--------------

1342ème strophe : --------------

135Ce texte (n° 157) est constitué d'une strophe à 6 vers et d'une strophe à un vers.

136167 1ère strophe : --------------

1372ème strophe : --------------

138--------------

1393ème strophe : --------------

140--------------

1414ème strophe : --------------

142--------------

143Dans cet exemple (n° 167), les trois premières strophes sont des distiques, la quatrième strophe ne contient qu'un vers.

144174 1ère strophe : --------------

145--------------

146--------------

1472ème strophe : --------------

148--------------

149--------------

1503eme strophe : --------------

151--------------

152--------------

153--------------

154Ce poème (n° 174) est composé de deux tercets et d'un quatrain.

155236 1ère strophe : --------------

156--------------

157--------------

1582eme strophe : --------------

159--------------

160--------------

1613eme strophe : --------------

162--------------

163--------------

1644eme strophe : --------------

165--------------

166--------------

1675eme stropne : --------------

168--------------

169--------------

1706eme stropne : --------------

171Cet exemple (n° 236) contient 5 tercets et une strophe à un vers. On peut noter que, dans quelques poèmes, la disposition des strophes est harmonieuse, dans la mesure ou chaque strophe possède le même nombre de vers :

124 3 x distique
150 2 x distique
168 5 x distique
181 2 x distique
183 11 x distique
187 4 x quatrain
238 6 x distique

L'organisation métrique

172Une strophe peut être fondée sur un système des homophonies ou sur un système des mètres ou sur les deux (Mazaleyrat 1974 : 82). Dans ce paragraphe, c'est l'organisation métrique des strophes qui sera mise en relief.

173C'est la désorganisation qui règne dans la plupart des poèmes pris en considération. Les strophes sont irrégulières, elles n'ont point de ressemblance entre elles par la mesure des vers. Parfois les strophes sont plus régulières :

174L'exemple n° 168 est formé de 5 distiques hétérométriques (Ibid. : 97). Le premier vers de chaque distique contient 9 syllabes, le deuxième vers en contient deux.

175Ce poème (n° 174) comporte trois tercets et une unité d'un vers. Les strophes sont isométriques (Ibid. : 92-94) dans la mesure où les vers sont liés par le mètre identique. Le corpus analysé ne présente que ces deux cas possédant une organisation métrique que l'on peut qualifier de remarquable.

L'organisation rimique

176Parfois la structure de la strophe repose sur le système des homophonies. Ces homophonies sont celles des rimes terminales des vers qui composent l'ensemble strophique (Ibid. : 97). On peut noter pourtant que la plupart des strophes des poèmes analysés sont régies par la désorganisation au niveau des rimes.

177Dans ce texte (n° 157), par exemple, chaque vers change de fin sonore. Dans quelques poèmes, la correspondance phonique finale est plus intéressante :

168 a-b a-c a-d a-b
174 a-a-b c-c-c c-b-c-b
177 a-b-a-b a-a-c-a b-a-b
194 a-b-a b-c c-b

178Parfois la strophe se définit dans l'ordre phonique, comme un groupe de vers formant un système complet d'homophonies finales. Si c'est le cas, l'essence de la strophe se repose sur la disposition des rimes (Gardes-Tamine, Molino 1988 : 21). Tantôt chaque vers possède sa propre rime personnelle :

150 a-a b-b
238 a-a b-b c-c d-d e-e f-f

179Tantôt les rimes différentes se succèdent en alternance et forment ainsi une espèce de jeu habile :

187 a-b-a-b c-d-c-d d-b-d-b c-d-c-d

180Il va de soi que c'est chez l'enfant plus âgé que l'on commence â rencontrer des structures rimiques élaborées de ce genre.

181On vient de constater que certains poèmes en strophes du corpus étudié possèdent une organisation strophique, métrique ou rimique intéressante, mais l'on ne rencontre que quelques poèmes qui sont bien construits à tous ces trois niveaux :

168 J'ai entendu le vent
J'ai entendu le vent qui soufflait
hou ! hou ! ...
J'ai entendu le vent qui marchait
pan ! pan ! ...
J'ai entendu le vent qui chantait
la ! la ! ...
J'ai entendu le vent qui mangeait
miam... miam...
J'ai entendu le vent qui soufflait
hou ! hou ! ...

182Ce poème (n° 168) est composé de 5 distiques hétérométriques. Le premier vers de chaque distique contient 9 syllabes et le deuxième en contient 2. Le premier vers de chaque strophe a la même rime.

174 Agénor le brontosaure
Agénor le brontosaure
et son ami dinosaure
vivaient il y a cent mille ans.
Ils mangeaient pour leur dessert
souvent des forêts entières
et assis sur leur derrière.
En ce temps 10 quel mystère !
les oiseaux avaient des dents
les poissons marchaient par terre
mais il n'y avait pas d'enfants

183Dans ce texte (n° 174), on rencontre trois tercets et une unité d'un vers. Les strophes sont isométriques ; chaque vers contient le même nombre de syllabes. Au niveau des rimes, il y a une certaine recherche.

236 UNE REGATE
Une régate
Quel miracle
Quel spectacle
Une régate
Les pigeons roucoulent
Arrive la foule
Une régate
Les gens se bousculent
Certains même reculent
Une régate
Puis les bateaux partent
Alors ils combattent
Une régate
Tous dans leur voilier
Tous veulent gagner

184Ce texte contient 5 tercets et une strophe à un vers. La structure métrique est assez organisée dans la mesure où les écarts entre les mètres ne sont pas frappants. L'organisation rimique est remarquable : le premier vers de chaque strophe possède la même rime et les deux autres vers de chaque strophe ont leur harmonie sonore individuel le.

185Après avoir étudié l'organisation métrique et rimique des strophes, ainsi que leur disposition dans le poème, il serait intéressant de voir si l'enfant conçoit la strophe comme une unité fermée ou enjambante.

5.3. LA STROPHE FERMEE ET LA STROPHE ENJAMBANTE

La strophe fermée

186La strophe peut être une unité d'expression globale et autonome. Dans ce cas, elle fournit un ensemble syntaxique et sémantique complet : elle enferme une phrase ou, dans les strophes plus étendues, deux ou trois phrases liées (Gardes-Tamine, Molino 1988 : 36, 49).

150 Les flocons bien ronds
tombaient sur la maison
les enfants s'amusent
et les rires fusent
GN +GV + G circ.
GN + GV
GN + GV

124 Avez-vous déjà vu, un
garçon, danser avec une moucheron
Avez-vous déjà vu, un tambour, taper un
bambou

187Dans 26 poèmes strophiques sur 35, les strophes contiennent une unité fermée.

La strophe enjambante

188Parfois la strophe déborde sur la suivante par la phrase et par le sens :

183 Après un long voyage G circ.
Dans les nuages
La colombe enchantée GN
retombe dans les bleuets GV
[ ]
Son cœur s'endort GN + GV
Le bonheur en or GN
Entre les pages d'une plage
G circ.

189Parmi les poèmes analysés, les strophes enjambantes sont très rares. Dans l'exemple cité (n° 183), le groupe nominal et le groupe verbal sont ensemble, uniquement le groupe circonstanciel se trouve dans une autre strophe. L'enfant semble donc concevoir la strophe comme une période sémantique et syntaxique bien close.

190Il est intéressant de noter que, dans quelques strophes, on rencontre plusieurs sens finis :

188 L'aigle est le roi des oiseaux.
Quand l'aigle voit une souris il l'attrape d'un seul coup.
L'aigle va vite comme une fusée.
L'aigle fonce comme un avion.

240 Dans la crèche il y a des santons.
Des petits des grands tous mignons.
Ils se hâtent d'aller voir le nouveau-né.
L'âne et le bœuf soufflent sur ses pieds.

191Ces strophes forment pourtant une unité de thème bien close. Il y a également des strophes qui mettent en scène une question et une réponse :

67 Où es-tu Coucou ?
Mer gou gagou
Où es-tu Coucou ?
Dans le petit trou
Coucou que manges-tu ?
Des trucs
Des truffes au chocolat
Coucou que fais-tu là ?
Je dors dans mon petit plat

192Dans un certain nombre de poèmes, la 2eme strophe souligne la 1ère. Dans ce cas, la 2ème strophe est nettement plus courte que la 1ere. Elle commente, ajoute quelque chose ou reprend une phrase qui se trouve déjà dans la 1ère strophe. En voici deux exemples :

137 Au printemps les fleurs avec leurs pétales
merveilleux on peut rester assis pour les regarder
vive le printemps ses belles fleurs me rendent
heureux.
Vive le
printemps

193Ce texte (n° 137) est construit d'un quatrain et d'un distique. Ce dernier contient une exclamation qui se trouve déjà dans le premier. Il semble avoir une fonction d'insistance.

157 Au printemps, les hirondelles reviennent dons nos régions.
Les fleurs éclatent de mille couleurs magnifiques.
Tout est neuf dans la nature: la mousse, les forêts.
Le paysage change, tout est merveilleux.
A Pâques, on peut cacher des œufs dans l'herbe toute neuve.
Tout ce chocolat dissimulé dans la verdure !
C'est vraiment merveilleux le printemps !

194Ce poème (n° 157) contient une strophe à 6 vers et une strophe à un vers. Il y a donc une différence très nette entre les deux strophes. La deuxième semble "récapituler" la première et ainsi marquer la fin du poème.

195Dans le chapitre qui suit, on étudiera comment les strophes finissent et commencent ainsi que s'ouvrent et se lient l'une à l'autre (Gardes-Tamine, Molino 1988 : 21).

5.4. LA FIN, LE DEBUT ET L'ENCHAINEMENT DES STROPHES

La fin de la strophe

196D'après les observations faites à partir du corpus étudié, la fin de la strophe n'est que rarement marquée. Parfois le dernier vers est nettement plus court que les vers précédents de la strophe :

137 Au printemps les fleurs avec leurs pétales
merveilleux on peut rester assis pour les regarder
vive le printemps ses belles fleurs me rendent
heureux.

197Dans l'exemple suivant, il y a des onomatopées qui terminent chaque distique :

168 J'ai entendu le vent qui soufflait
hou ! hou !...
J'ai entendu le vent qui marchait
pan ! pan !

198Le dernier vers de la strophe peut contenir une exclamation :

157 Tout ce chocolat dissimulé dans la verdure !

Le début de la strophe et l'enchaînement des strophes

199En règle général, les strophes ne sont pas closes sur elles-mêmes, mais s'ouvrent et se lient l'une à l'autre (Gardes-Tamine, Molino 1988 : 21). Sous ce titre, on étudiera comment les poèmes en strophes avancent. Plusieurs strophes du poème peuvent commencer par une question, un ordre ou une exclamation :

67 Où es-tu Coucou ?
Mer gou gagou
Où es-tu Coucou ?
Dans le petit trou

91 Regardez ces fruits
[ ]
Regardez ces fleurs
[ ]
Allons à la plage
[ ]
Regardez ces fruits
[ ]

197 ho ! mer calme quand je vois le coucher du
[ ]
ho ! mer belle la marée descend et monte
[ ]
ho ! brouillard quand la mer est agitée
[ ]

200Parfois c'est le même vers ou la même structure de phrase qui se répète :

236 Une régate
[ ]
Une régate
[ ]
Une régate
[ ]

167 J'ai écrit des poésies
[ ]
J'ai écrit un récit
[ ]
J'ai écrit une histoire
[ ]

201Il y a des poèmes dans lesquels la première et la dernière strophes sont identiques :

168 J'ai entendu le vent qui soufflait
hou ! hou !
[ ]
J'ai entendu le vent qui soufflait
hou ! hou !

200 La colombe musicale est un animal[ ]
La colombe musicale est un animal
banal.

202Parfois les strophes se trouvent liées ensemble par une relation antithétique :

194 Je ris dans le lis
Je chante dans les bleuets et
Je dors dans mon lit
Mais je crains que je ne puisse dormir, chanter et rigoler
avec ce temps pourri, il faudrait du soleil

203Dans la plupart des poèmes, on rencontre des strophes entre lesquelles aucun ordre logique n'est imposé. Ces strophes-là sont déplaçables. Les vers à l'intérieur des strophes, par contre, ont leur place fixe.

91 Regardez ces fruits
Comme ils sont mûrs
Allons les cueillir
Et les manger
Regardez ces fleurs
Allons les cueillir
Allons faire un bouquet
Pour notre maman
Allons à la plage
Pêcher des poissons
Avec le bateau de papa
Regardez ces fruits
Comme ils sont rouges
Rouges comme des joues.

204La place de la plupart des strophes est sémantiquement fixée. Si l'on perturbe l'ordre des strophes, le sens du poème change :

177 Un oiseau s'est blessé
Il est allé à la fontaine
Pour se soigner
Avec une branche de frêne
Un garçon l'a retrouvé
Il était tout soigné
Il l'a apporté à la maison
Il lui a donné a manger
Il l'a rapporté à sa mère
Tout soigné
Et elle l'a emmené à la fontaine

205A la fin de ce chapitre consacré à l'étude des poèmes en strophes, on se propose de prendre en considération les poèmes dans lesquels la dimension graphique est mise en valeur. Dans ces textes, certains vers commencent plus tôt ou plus tard que les autres vers et forment ainsi une rupture par rapport aux autres vers :

205 L'oiseau bleu
Cette colombe je ne peux
pas vous la décrire
elle étincelait comme
un diamant, elle
volait légèrement
pareille à une danseuse elle
faisait venir les
arcs-en-ciel dans tous
les pays heureux.
On croirait presque
qu'elle patine sur
des nuages.

211 Noël ! Noël !
Va vers eux,
les enfants malheureux,
Offre leur ce que tu veux
Mais va vers eux !
Noël ! Noël !

206Ce blanc typographique traduit, semble-t-il, une pause, un silence, une absence de voix, tout comme le blanc qui sépare les strophes. Le corpus étudié contient 9 poèmes de ce genre. Ce phénomène existe uniquement chez l'enfant de CM2.

207Ce jeu graphique ne souligne pas uniquement les places marquées des poèmes, telles que les débuts et les fins. Il peut également souligner la présence d'un ordre, d'une exclamation ou d'une apostrophe, ou mettre en scène un vers qui diffère des autres vers par sa longueur, par exemple. Mais on peut constater que ce jeu graphique peut souligner aussi le sens du poème. Dans l'exemple n° 205 cité plus haut, on a l'impression que la graphie traduit les mouvements de la colombe qui "vole légèrement comme une danseuse" et qui "patine sur les nuages".

208On a vu qu'il y a une organisation intéressante au niveau de la disposition des strophes. L'enfant fait des poèmes en alternant des strophes plus courtes avec des strophes plus longues. Mais en ce qui concerne les mètres et les rimes, on a remarqué que la désorganisation règne dans la plupart des poèmes. L'enfant semble concevoir la strophe comme une période sémantique et syntaxique bien close.

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540