Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Création poétique chez l'enfant

 | 
Aïno Niklas-Salminen

Première partie. Description des procédés poétiques qui caractérisent la poésie chez l'enfant

Chapitre 3 : Le lexique

Texte intégral

1Dans le chapitre précédent, on a mis en relief les traits à l'aide desquels l'enfant modifie son expression par rapport à l'expression simple. Dans ce chapitre, on se proposera de réfléchir sur quelques particularités du lexique employé par l'enfant dans ses productions poétiques. Dans un premier temps, on s'intéressera à un domaine spécifique du lexique, celui de la formation des mots, afin de voir si les changements de forme ou les créations que l'on trouve dans les poèmes, répondent à un certain nombre de mécanismes connus. On examinera aussi les jeux et manipulations des matériaux morphosyntaxiques que l'enfant emploie pour remodeler les mots et la chaîne parlée. En effet, l'enfant aime introduire des adjonctions, suppressions et modifications qui mettent en jeu les relations qui relient entre eux les éléments de la chaîne parlée. L'enfant joue sur la segmentation de certains énoncés et sur l'exploitation des relations homophoniques, polysémiques, paronymiques, etc. Ces jeux s'appuient donc sur des transformations des structures internes des mots et des groupes de mots.

2Dans un second temps, on analysera de plus près les répétitions de mots proches par le sens, déjà mentionnées dans le premier chapitre du présent travail. Il semble important d'attirer l'attention sur l'organisation sémantique des mots proches par le sens afin de spécifier les relations générales que les termes entretiennent entre eux.

1. La création des mots

3Dans la langue, les néologismes sont souvent divisés en deux groupes : la création primitive et la création conventionnelle. La "création primitive" consiste à former des mots totalement nouveaux, sans aucun rapport historique avec les mots qui existent dans la langue. Elle cherche à éviter tous les procédés de formation connus. Cette forme de création est cependant extrêmement rare, car il est très difficile de construire un mot nouveau sans aucune relation étymologique avec les unités lexicales déjà existantes.

4La "création conventionnelle" se sert des éléments qui se trouvent dans la langue et respecte les modes de formation connus : la composition, la dérivation, l'abréviation et la siglaison. On peut également se trouver en présence d'autres modes de création. En effet, parfois une nouvelle unité lexicale est formée par la "contamination" de deux mots existants (foultitude : foule + multitude). Un nouveau mot peut également être créé par une simple réduplication d'un mot ou d'une partie d'un mot (bonbon, dodo, Fifi). On peut aussi rencontrer des mots nouveaux qui ont été formés par la "substitution" d'un mot à un autre (malogauche pour maladroit, paradouze pour paradis) (Niklas-Salminen 1997 : 86).

5D'après les observations faites à partir des poèmes du corpus analysé, les créations de mots constituent une partie importante du matériel. Il s'agit donc d'un phénomène qui semble appartenir à des caractéristiques spécifiques de la poésie enfantine. Le but de ce paragraphe est d'étudier les différentes sortes de mots inventés, leurs mécanismes de construction et leurs rôles et fonctions dans les poèmes. On peut diviser les mots inventés en 4 classes essentielles :

  1. Les mots inventés qui n'ont aucun lien sémantique avec le lexique commun.
  2. Les mots inventés qui ont un lien avec le lexique commun.
  3. Les onomatopées.
  4. Les mots créés par l'homophonie partielle.

a) Les mots inventés qui n'ont aucun lien sémantique avec le lexique commun (Aimard 1975 : 168) :

49 Tounne tounne
Traa
Trois tounnes
Tristounne
Tanne tanne
Vachque
Mandarine
Pomme
Jus

94 Il était une fois
Le pays des crottes
Qui faisaient des frottes
Et les frottes allaient en frottes à frottes
Et les frottes allaient au froché
Et les fraché ramaché
Et les ramachés allaient à ramaché
Fin

6On n'arrive pas à déterminer le sens de ces créations insolites, et ainsi on les appelle "mots sauvages" (Arleo 1982). Il s'agit d'un procédé de formation gratuit qui échappe totalement aux contraintes linguistiques. Le code est strictement personnel et n'a plus aucun rapport avec le code commun.

7On rencontre des mots sauvages dans 26 poèmes du corpus (= 10 %). Il s'agit d'un phénomène répandu, mais uniquement dans la poésie orale de l'enfant de moins de 7 ans. L'enfant de l'école primaire ne se permet plus d'employer des mots dépourvus de sens.

8Le petit semble prendre plaisir à manipuler des formes compliquées qui n'ont aucune analogie de son, de forme ou de sens avec le lexique commun. Les créations insolites, qui sont "sans doute les formes les plus spécifiquement enfantines des créations" (Aimard 1975 : 168), s'inscrivent dans un contexte de jeu. L'enfant imite, par exemple, une langue étrangère. Il semble éprouver du contentement à utiliser une formule qui lui est propre. C'est souvent une originalité qu'il cultive, une façon de constater l'arbitraire du système.

9Dans la plupart des poèmes, il n'y a qu'un ou deux néologismes qui sont mélangés avec des mots communs, mais parfois on assiste à une espèce de poésie de sons, qui n'a aucune attache avec les structures sémantiques.

b) Les mots inventés qui ont un lien avec le lexique commun :

41 Et après elle devient toute mangée
Et après elle renaît
Souris souris souriette

109 Monsieur le Corbeau disa : RRRR

112 Jeudi dégringolade
Vendredi reniflade
Samedi malade

117 Il est 5 heures, Madame le Bonheur
Il est 40 heures, Monsieur le Crotteur

235 Meurt un lionceau, la rage au
cœur elle nage dans un vagage
sans nuages

10On arrive à déterminer le sens de ces créations, car elles résultent de mécanismes connus et analysables. On peut relever quelques exemples de modification morphologique qui réalisent des formes nouvelles en ajoutant un préfixe ou un suffixe à un mot connu, en procédant par analogie. L'enfant crée des formes en suivant les modèles de dérivation fournis par sa langue (Ibid. 1975 : 164). Il convient d'examiner de plus près :

11- Les dérivés formés à partir d'un verbe (Ibid. : 164) :

41 mouiller -> être mouillé
manger -> "elle devient toute mangée"

112 dégringoler -> dégringolade
renifler -> "reniflade"

12- Les nuances particulières qu'introduisent certains suffixes. Par exemple, la familiarité affectueuse de certains dérivés en -ette :

41 minet -> minette
souris -> "souriette"

13- Les dérivés formés à partir d'un nom :

97 Mars -> Martiens
-> "escarditiens"
117 crotte -> "crotteur"
217 drogue -> dragueur
football -> footballeur
Ismaël -> "Ismaëleurs"
235 vague -> "vagage"

14Dans le corpus analysé, il n'y a que 8 poèmes qui contiennent des mots inventés ayant un lien avec le lexique commun. Parfois l'enfant crée un néologisme par erreur, parfois il se sent "obligé" d'en créer un pour ne pas rompre l'harmonie sonore qui règne dans le poème.

c) Les onomatopées :

15Les onomatopées sont des mots imitatifs, des mots qui prétendent reproduire certains bruits tels que le chant ou le cri des animaux, le son des instruments de musique, le bruit qui accompagne les phénomènes de la nature, etc. L'onomatopée, au lieu d'être une reproduction exacte, est toujours une approximation.

43 Pataboum pataboum boum
48 totte totte tock tock
127 un cri-cri-cri un cro-cro-cra un go-go-go
178 gla gla

16Dans le corpus étudié, on rencontre 41 poèmes qui contiennent des onomatopées. L'enfant imite soit un chant, un bruit, une voix. On a classé parmi les onomatopées aussi les interjections qui sont répandues surtout chez l'enfant de plus de 7-8 ans. La répétition joue un rôle important dans les onomatopées. Très souvent elles sont construites par un redoublement. Dans certains cas, elles sont motivées par le contexte du poème. Parfois, au contraire, leur apparition dans le poème semble être plutôt gratuite et inutile.

d) Les mots créés par l'homophonie partielle :

17Il s'agit ici des cas où une syllabe ou une partie du mot précédent est répété.

15 Le crocodile cro cro
35 L'éléphant dans le phant
61 La grenouille nouille
Monte à l'échelle chelle
Elle se prépare pare
Avec le crapaud paud

68 Y avait un cheval val
Y avait un fumier mier
Y avait un fermier mier
Dans le par parc.

1821 poèmes du corpus en question contiennent ce phénomène. Il va de soi que c'est un trait qui caractérise la poésie orale. La plupart du temps, la syllabe reprise reste énigmatique, car elle ne semble pas avoir de sens (éléphant -> phant). Dans quelques cas, la reprise de la syllabe forme un mot (lapin -> pin, Romain -> mains) (Aimard 1975 : 164). On peut se demander si les mots créés par l'homophonie partielle sont véritablement des mots. Ne vaudrait-il pas mieux parler d'une espèce de musique ou de rythme qui orne les vers ?

19Parmi les mots inventés qui figurent dans les productions poétiques du corpus, on peut rencontrer aussi deux autres de types de création :

20- Deux mots se réunissent pour former un mot (mots-valises) (Aimard 1975 : 166) :

77 La révolution écrotte éclate aux crottes
-> éclate + crotte -> "écrotte"

21- Une lettre est remplacée par une autre :

39 Il teige
-> il neige -> il "teige"

94 Le pays des crottes
Qui faisait des frottes
-> crottes -> "frottes"

22On a vu que les créations constituent une partie importante du matériel examiné. L'enfant semble prendre plaisir à élaborer des éléments personnels qui constituent un code nouveau, une interprétation personnelle des possibilités combinatoires. Ce code est généralement éphémère, sans lendemain.

23On rencontre des mots inventés dans 10 % des poèmes du corpus. Ils sont plus répandus dans la poésie orale que dans la poésie écrite (14 % contre 5 %). Il importe de remarquer que le petit favorise surtout les mots sauvages et les mots créés par l'homophonie partielle. Chez le grand les mots inventés sont souvent motivés et ils ont un lien avec le lexique commun.

24On peut se demander quelles sont les fonctions de ces créations dans les poèmes. On a l'impression que parfois l'enfant crée un mot faute de ne pas disposer du mot juste. Il arrive aussi qu'il ne veut pas rompre l'harmonie sonore qui règne dans le poème et invente ainsi un mot qui s'adapte facilement au contexte sonore. Mais, la plupart du temps, ses intentions sont surtout ludiques et esthétiques. L'enfant aime manipuler gratuitement des matériaux morphosyntaxiques pour faire rire ou pour s'exercer spontanément. Dans quelques cas, il s'agit d'une erreur : l'enfant emploie un mot qu'il pense être correct.

2. Les mots proches par le sens

25Dans le chapitre consacré à la répétition de mots, on a fait allusion aux poèmes qui contiennent des répétitions de mots proches par le sens. En voici deux exemples :

65 Une pomme qui mange
Une poire qui tombe dans l'eau
Une prune qui pousse dans l'arbre
Un kiwi dans le lit
La mouette dans le ciel
Les nuages devant le soleil
La lune sur son lit
L'oiseau sur le nuage
Les bananes dans le nane
Le persil dans le til
Le persil dans l'huile
La maison dans le thon

110 Dimanche novembre
C'était le jour de la guerre
Lundi septembre
C'était le jour des ennuis
Samedi janvier
C'était le jour des malheurs
Fin d'histoire

26Les termes proches par le sens se suivent soit en contact, soit à distance et ils se trouvent très souvent dans des poèmes comportant des parallélismes.

27Dans ce chapitre, il s'agira d'attirer l'attention sur l'organisation sémantique du lexique dans les énumérations de mots proches par le sens afin de spécifier les relations générales que les termes entretiennent entre eux. Il est important de souligner que, dans l'ensemble du lexique, se dessinent des sous-ensembles organisés, des microsystèmes lexicaux dont les éléments ont un dénominateur commun. Ces sous-ensembles sont appelés "champs sémantiques".

28Le terme de champ peut recouvrir des choses très différentes et, par conséquent, entraîner des ambiguïtés. On peut définir les champs sémantiques comme l'association d'un ensemble de termes du lexique (champ lexical) â une notion particulière (champ notionnel). Par exemple, le champ sémantique des sièges fera correspondre au champ notionnel "siège" le champ lexical comprenant les mots chaise, fauteuil, canapé, tabouret, pouf, banc. Ces unités lexicales sont placées côte à côte "comme les pierres irrégulières d'une mosaïque".

29Les champs sémantiques ne comprennent que des mots appartenant à la même partie du discours : c'est ainsi que le champ sémantique des sièges, par exemple, ne regroupe que des substantifs. Le champ sémantique doit donc être opposé aux champs dérivationnels et aux familles de mots. Un grand nombre de linguistes parlent de "champ dérivationnel" si plusieurs mots sont formés par l'adjonction de préfixes ou suffixes à un même morphème lexical : coiffe, coiffer, coiffeur, coiffeuse, décoiffer, recoiffer, etc. Ces termes sont unis par une liaison formelle. On utilise l'expression de "famille de mots" lorsqu'en diachronie, on se trouve en présence d'un ensemble de mots provenant d'un même étymon. Ainsi, le mot latin schola est à la source de la série : école, écolier, scolaire, scolastique, etc.

30Les champs sémantiques s'opposent aussi aux "champs associatifs" qui regroupent tous les mots gravitant autour d'une notion donnée, comme gloire, vedette, réussir, arriver, briller, percer, célèbre, légendaire, bonheur, victoire, triomphe, succès, star, etc. Ces mots, qui sont réunis autour du thème de la réussite, appartiennent à des parties du discours différentes (adjectifs, verbes, substantifs) (Niklas-Salminen 1997 : 129).

31A l'intérieur du lexique, il y a des mots qui ont des rapports sémantiques plus ou moins étroits : certains signes entretiennent entre eux des relations d'identité, d'opposition et d'implication sémantiques (synonymie, antonymie, hyponymie/hyperonymie), d'autres offrent plusieurs significations (polysémie). On peut également rencontrer des signes qui se ressemblent au niveau formel (homonymie, paronymie). Toutes ces relations lexicales sont le plus souvent définies en contexte et en rapport avec la syntaxe.

32La "synonymie" désigne la relation que deux ou plusieurs formes différentes (deux ou plusieurs signifiants) ayant le même sens (un seul signifié) entretiennent entre elles. En principe, on établit la synonymie en utilisant une procédure de substitution : on remplace un mot par un autre dans un même contexte. Ces mots sont synonymes si le sens n'en est pas modifié. Les synonymes doivent donc appartenir à la même classe grammaticale.

33Une distinction doit être faite entre les "synonymes absolus", qui sont substituables dans n'importe quel contexte, et les "synonymes approximatifs" ou "partiels", qui commutent uniquement dans un ou plusieurs contextes déterminés. En fait, les cas de synonymie absolue sont extrêmement rares. La synonymie est donc le plus souvent partielle : l'un des signifiés d'un mot coïncide avec l'un des signifiés d'un autre (Ibid. : 110).

34L'"antonymie" apparaît d'une certaine façon comme le contraire de la synonymie. Elle désigne une relation entre deux termes de sens contraires. La relation d'antonymie existe surtout dans les mots qui représentent des qualités ou des valeurs (beau/laid, bon/mauvais), des quantités (peu / beaucoup, aucun/tous), des dimensions (grand/petit, long/court), des déplacements (haut/bas, droite/gauche, devant / derrière), des rapports chronologiques (jeune/vieux, avant/après) (Ibid. : 114).

35L'identité et l'opposition ne sont pas les seuls rapports paradigmatiques de sens qui lient les mots. On peut aussi s'intéresser à la relation qui associe un terme plus spécifique à un terme plus général. En effet, la plupart des mots, en particulier les noms communs et les verbes ne s'appliquent pas qu'à un référent unique, mais à une classe de référents et en général à plusieurs. Par exemple, le moineau appartient à la classe des oiseaux. Ayant le même référent, moineau et oiseau peuvent alors être employés comme des sortes de synonymes, bien qu'oiseau soit plus général.

36Cette relation peut se décrire en termes de genre et d'espèce. L"'hyperonymie" désigne la relation du genre à l'espèce et l'"hyponymie", la relation de l'espèce au genre. Ainsi, oiseau est un hyperonyme de moineau ou de corbeau, et moineau et corbeau sont des hyponymes d'oiseau. Hyponyme veut dire en effet "nom subordonné" et hyperonyme "nom superordonné" (Ibid. : 118).

37Dans les énumérations de mots proches par le sens qui caractérisent les poèmes de notre corpus, on peut distinguer 5 types de relations sémantiques différents :

  1. Les termes font partie du même champ sémantique.
  2. Les termes font partie du même champ associatif.
  3. Les termes sont liés par une relation synonymique ou quasi-synonymique.
  4. Les termes sont liés par une relation antonymique ou quasi-antonymique.
  5. Les termes sont liés par une relation d'hyponymie-hyperonymie.

38a) Le plus souvent les termes proches par le sens appartiennent au même champ sémantique :

20 souris, grenouille, canard, pingouin, crocodile,
requin, chien, lion, tigre
-> le champ sémantique des animaux

32 fleurs, roses, marguerites, violettes, plantes vertes
-> le champ sémantique des plantes

39b) Parfois il s'agit d'un même champ associatif. Les termes gravitant autour de la même notion n'appartient pas obligatoirement à la même partie du discours :

29 Coca boudin
Caca boudin
Caca boudin
Caca
Il va faire caca boudin
Il va faire pipi
Il se déculotte

40Dans ce poème, les noms "caca" et "caca boudin" se trouvent liés aux groupes verbaux "va faire caca boudin", "va faire pipi" et "se déculotte".

65 La mouette dans le ciel
Les nuages devant le soleil
La lune sur son lit
L'oiseau sur le nuage

41"Soleil" et "lune" font partie du champ sémantique des astres. "Mouette", "ciel", "nuages", "soleil", "lune" et "oiseau" appartiennent au même champ associatif.

229 Son souffle fin
est comme la brise du matin
Ses cheveux châtains
Sont comme des fils de lin
Son sourire aimable
Nous fait monter aux cieux
Ses yeux malicieux
Semblent nous raconter une fable
Et de sa bouche semble éclore
Tous les animaux de la flore

42Dans ce poème, l'enfant décrit un personnage en énumérant les traits qui le caractérisent : "cheveux", "yeux" et "bouche" font partie du même champ sémantique, tandis que "souffle" et "sourire" sont liés aux précédents surtout par une relation associative.

43c) Parfois les termes proches par le sens rencontrés dans le corpus, sont liés entre eux par une relation synonymique ou quasi-synonymique :

77 crotte – caca
86 tuer – détruire
110 ennuis -malheurs

44d) Les mots proches par le sens peuvent également être liés entre eux par une relation antonymique :

45L'antithèse peut opposer deux objets l'un à l'autre (Fontanier 1977 : 379) :

106 La lune
Mit en colère la brume
La fleur fit un gros bisou au cœur

46Elle peut également opposer un objet à lui-même, en le considérant sous deux rapports contraires (Ibid. : 379) :

154 Le poisson rouge s'ennuie dons son bocal
Le lendemain matin, le poisson rouge ne s'ennuie
plus.

47Entre les éléments antithétiques, on peut trouver plusieurs sortes de relations sémantiques :

48- Très souvent il s'agit des oppositions binaires et polaires du genre (Molino, Tamine 1982 : 222) :

  • 79 jour - nuit
  • 41 mourir - renaître
  • 72 jeune - vieux
  • 114 nord - sud
  • 106 bien - mal
  • 119 chaud - froid
  • 138 noir - blanc
  • 143 coucher - se réveiller
  • 233 parler - rester muet
  • 161 joli - vilain
  • 31 se cacher - trouver

49- Assez souvent les couples antithétiques ne sont pas complètement opposés. Dans ce cas, il s'agit des oppositions relatives qui n'ont de sens que par rapport aux arguments qu'elles mettent en jeu (Ibid. : 222) :

  • 161 mettre en colère - faire un bisou
  • 192 le coucher du soleil - le lendemain
  • 225 jour de pluie - jour de soleil
  • 203 fait des ravages - fait de belles vagues douces
  • 197 mer belle - mer déchaînée

50- Faire quelque chose - ne le faire plus ou faire le contraire :

  • 147 le neige tombe - la neige s'arrête de tomber

51- Relation entre le haut et le bas ; la chute :

183 Après un long voyage
Dans les nuages
La colombe enchantée
retombe dans les bleuets

52- Sortir - rentrer ; partir - revenir :

15 Le crocodile cro cro cro
Après il ressort de l'eau
Après il va se remettre dans l'eau

53- L'antithèse peut également avoir un rôle symbolique, car 11 sert de modèle d'organisation du réel qui s'applique aux divers réalités de l'univers (Ibid. : 223). Très souvent les couples antithétiques cachent un côté moralisant dans les productions de l'enfant. Le bon et le mauvais, le méchant et le gentil sont des couples qui y apparaissent fréquemment :

161 La bombe est bien vilaine ce
n'est pas comme Raphaël qui fait
des merveilles. La classe du CE2
est bien sage parmi les mages.

233 Parle, dis quelque chose
Mais parle quand tu en as la possibilité
Quand des tas de gens sur la terre
Restent muets.

54L'antithèse apparaît dans 26 % des poèmes du corpus. Elle est beaucoup plus employée par la poésie de l'enfant de l'école primaire que par celle de l'enfant plus jeune (36 % contre 6 %).

55e) On rencontre également des énumérations de mots proches par le sens dans lesquelles les termes sont liés par la relation hyperonymie/hyponymie :

96 dîne, mange, prend le déjeuner
125 fleurs, tulipes, roses
128 oiseaux, rouge gorge, merle
129 fleurs, marguerites, violettes, primevères

56"Marguerites", "violettes" et "primevères" sont des hyponymes de "fleur", de même que "rouge gorge" et "merle" sont des hyponymes de "oiseau". Ce type de relation sémantique se trouve surtout dans des poèmes qui décrivent un paysage, un personnage ou un objet.

57Il convient de souligner qu'un grand nombre de poèmes comportant des énumérations, mettent en scène plusieurs types de relation sémantique différents ensemble. L'énumération de termes juxtaposés, qui font partie du même champ sémantique ou qui entretiennent entre eux des relations synonymiques, antonymiques, hyperonymiques/hyponymiques, semble être un procédé caractéristique dans la poésie enfantine. Il orne 45 % des poèmes du corpus et a un peu plus de succès chez l'enfant de l'école maternelle que chez celui de l'école primaire (51 % contre 40 %).

58Il est intéressant de noter que l'on peut distinguer deux pôles opposés dans les énumérations : d'un côté, il y a les énumérations chaotiques, de l'autre, les énumérations fondées. Les premières font succéder les mots et les expressions les plus divers qui n'ont pas obligatoirement un lien spécial entre eux. Parfois il s'agit même d'une espèce de délire avec les mots dans lequel l'enfant manipule à sa guise des matériaux verbaux de son choix. Le sens du poème a tendance à perdre son importance. Ces énumérations apparaissent surtout dans des poèmes dépourvus de sens ou dans des poèmes narratifs qui ne possèdent pas de fil conducteur sémantique. Dans les secondes, les termes ont entre eux un lien sémantique bien défini. Elles se trouvent souvent dans des poèmes qui décrivent un personnage, un objet ou un paysage. Il va de soi que les premières sont appréciées surtout par l'enfant petit et les secondes par l'enfant plus âgé.

59Les énumérations de mots proches par le sens semblent démontrer, une fois de plus, que l'enfant aime jouer avec le langage : il exploite les relations sémantiques que les mots entretiennent entre eux. Il est fasciné par l'ambiguïté, le rapprochement inattendu de mots étrangers l'un à l'autre, etc. Bref, ces énumérations remplissent donc essentiellement une fonction ludique et comique. Parfois elles participent â la construction du poème et ont ainsi un rôle architectonique.

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540