Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Création poétique chez l'enfant

 | 
Aïno Niklas-Salminen

Première partie. Description des procédés poétiques qui caractérisent la poésie chez l'enfant

Chapitre 2 : Les figures

Texte intégral

1Le terme de "figure" est utilisé pour parler d'une expression modifiée par rapport à l'expression simple (Fontanier 1977 : 10). Les répétitions sonores étudiées plus haut, sont traditionnellement classées parmi les figures de diction (Ibid. 1977 : 15). En ce qui concerne les répétitions de mots, elles sont souvent regroupées parmi les figures d'élocution (Ibid. : 224).

2Ce chapitre s'est fixé pour ambition d'étudier :

  • les traits poétiques portant sur l'ordre et le nombre des mots dans la phrase (ou figures de construction),
  • les traits poétiques portant sur l'expression de l'idée (ou figures de style) et
  • les figures de signification (ou tropes).

1. Figures de construction

3On appelle "construction" l'arrangement ordinaire des mots dans le discours. On parle de "figures de construction", si l'on trouve, dans la combinaison de mots, un changement par rapport à cet arrangement ordinaire (Ibid. 1977 : 329).

4Dans les poèmes analysés, on peut rencontrer deux sortes de figures de construction :

5- Figures de construction par effacement. Il s'agit dans la combinaison de mots, d'une suppression d'un élément qui serait nécessaire à la plénitude de la construction (Molino, Tamine 1982 : 125).

35 Le coucou dans un trou
Le mouton dans le coton
Le lion dans le carton
Le mouton dans le menton
-> GN+GV -> Le coucou est dans un trou

6- Figures de construction par permutation : Il s'agit d'une déviation par rapport à l'ordre canonique des mots (= sujet + verbe + complément d'objet direct). Toute infraction à cette règle est nommée "inversion" (Ibid. : 125).

193 Dans le ciel
est un bel arc-en-ciel
-> un bel arc-en-ciel est dans le ciel

236 Une régate
Les pigeons roucoulent
Arrive la foule
-> la foule arrive

7Dans la plupart des cas, l'enfant laisse tomber un mot ou une partie de la phrase qui serait nécessaire à la plénitude de la construction. Ce phénomène semble être répandu dans la poésie enfantine, il se trouve dans 31 % des poèmes du corpus.

8Très souvent, les phrases qui composent le poème, possèdent le même schéma morphosyntaxique, mais elles ne sont pas toujours sémantiquement linéaires. On a l'impression que l'enfant jette des éléments un peu par hasard en scène.

9L'inversion, par contre, semble être un trait poétique rare dans les productions enfantines. Elle n'apparaît que dans 9 poèmes sur 240. On peut penser que les permutations ne sont pas produites volontairement, mais qu'elles sont plutôt dues à la maîtrise encore incomplète de la langue.

2. Figures de style

10Dans ce paragraphe, on étudiera comment l'enfant agit sur l'expression pour s'écarter du langage simple et commun. On s'intéressera donc aux modalités et aux formes de l'énonciation poétique :

  • Les modalités du discours
  • Les actes de langage
  • Les poèmes sans pathos

2.1. LES MODALITES DU DISCOURS

11"La modalité définit le statut de la phrase, en tenant compte de l'attitude du sujet parlant à l'égard de son énoncé et du destinataire. On distingue généralement les modalités de l'assertion, de l'interrogation, de l'exclamation et de l'ordre." (Arrivé et alii. 1986 : 390). Dans un premier temps, on étudiera les poèmes du corpus du point de vue des modalités du discours. On a pu constater que, en dehors des phrases déclaratives, la poésie chez l'enfant utilise avec ferveur l'exclamation, l'Interrogation et l'ordre. Le lecteur est souvent frappé par la place et l'importance de ces modalités.

a) Exclamation :

132 Eve dit : Comme on est heureux !
Adam dit : C'est vrai

196 Ho ! Jolie colombe
Ho ! ma colombe adorée

12Du point de vue sémantique, l'exclamation marque la réaction affective du locuteur à l'égard du réfèrent visé (Ibid. 1986 : 264). Les phrases exclamatives ne supposent pas nécessairement la présence d'un interlocuteur. Elles ont des caractères communs avec les phases interrogatives : en particulier, les pronoms, les adjectifs et les adverbes sont souvent les mêmes pour l'exclamation et pour l'interrogation. Les interjections, dont la fonction est d'exprimer un sentiment plus ou moins vif, sont souvent assimilées à des phrases exclamatives : hélas ! bonjour ! hé !

b) Interrogation :

31 Lune lune lune
Où tu te caches
Dans la nuit ?

127 Dans l'herbe mouillée as-tu rencontré
petite souris habillée de gris ?

13L'Interrogation en poésie ne vise pas la demande d'information (Molino, Tamine 1982 : 137). L'enfant ne cherche pas à s'instruire ou à s'assurer d'une chose. "Pour trouver une figure dans une interrogation, il faut et il suffit d'y voir [ ] une fausse interrogation, c'est-à-dire, de lire cette interrogation comme valant pour une assertion." (Fontanier 1977 : 11).

c) Ordre, impératif :

14Une phrase impérative est une phrase par laquelle on exprime un ordre, un conseil, un souhait, une prière, une hypothèse (Dubois, Lagane 1973 : 159).

76 N'oublie pas mes cadeaux !
Mais avant de partir
Achète-toi un gros manteau !
Dehors il fait si froid

165 Automne, automne
Viens, viens

d) Apostrophe :

15L'exclamation est souvent liée à l'apostrophe par laquelle l'enfant interpelle tout à coup une personne (Fontanier 1977 : 371) ou même une chose qu'il personnifie.

136 ces escargots
étaient bien heureux cor il
pleuvait dehors. Et vous
savez que les escargots aiment
la pluie ?

216 Ha cher papa, chère maman !
Ha cher papa, chère maman !
Ho chers parents !

16On vient de constater qu'il y a l'opposition entre l'assertion, qui dit les choses telles qu'elles sont en réalité, et les autres modalités du discours, qui traduisent des sentiments vifs de l'enfant. Toutes les passions : la joie, la douleur, la haine, l'admiration, etc. emploient l'exclamation, l'interrogation et l'ordre. Ces modalités du discours, qui ornent un grand nombre de poèmes étudiés, jouent un rôle expressif et dramatique. Ils donnent aux poèmes une couleur et un ton spécifiques. Parfois ils ont un rôle structurel : ils apparaissent aux positions marquées, telles que les débuts et les fins de groupe, strophe et poème. Dans quelques cas, tout le poème est fondé sur l'une de ces modalités.

17L'exclamation est une modalité du discours qui se trouve dans 20 % des poèmes analysés. L'interrogation est présente dans 10 %, l'ordre dans 8 % et l'apostrophe dans 6 % des créations poétiques du corpus. Il est important de souligner que toutes ces modalités sont plus utilisées par l'art verbal du grand de l'école primaire que par celui du petit de la maternelle.

2.2. LES ACTES DE LANGAGE

18Lorsque l'enfant énonce l'une quelconque des phrases que l'on vient d'étudier au cours des pages précédentes, il accomplit des actes de langage (Searle 1972 : 52), des actes comme poser des affirmations, donner des ordres, poser des questions, etc.

19Maintenant, on va tenter de faire un petit échantillonnage représentatif des divers actes de langage que l'enfant favorise dans ses poèmes pour les orner en leur donnant des tonalités spécifiques.

20a) Louange, célébration : l'enfant admire une personne, un objet ou un événement.

173 La vie est belle avec toi mon garçon
La vie est jolie avec toi mon garçon
La vie est un amour joli et beau

21b) Acte de poser des questions :

60 Muguet muguet
Je te cueille
Pour ma maman
Tran tran tran
Si tu veux ?
Je veux pas !

22c) Acte de donner des ordres :

189 Mon bel oiseau blanc.
Ma colombe va donc me
chercher l'arc-en-ciel.
Va le chercher là-haut
Tout là-haut. Monte, monte
dans le ciel si tu rencontres...

23d) Acte de (se) plaindre, de regretter :

36 Le pauvre singe singe singe
Tu dors tout le temps emps emps emps

164 Mois elle pleurait de
tout son cœur

24e) Acte de souhaiter ou désirer quelque chose, prière, demande :

32 Bonne année à toutes les fleurs
Bonne année à toutes les roses

211 Noël ! Noël !
Va vers eux
les enfants malheureux
Offre leur ce que tu veux
Mais va vers eux !
Noël ! Noël !

2544 poèmes sur 240 (= 18 %) contiennent des louanges et des célébrations. L'acte de poser des questions apparaît dans 25 poèmes (= 10 %) et l'acte de donner des ordres dans 20 poèmes du corpus (= 8 %). L'acte de (se) plaindre, de regretter colorie 13 poèmes (= 5 %) et les souhaits, les prières et les demandes 15 poèmes analysés. Ces actes de langage semblent former un trait poétique assez caractéristique dans la poésie enfantine, surtout dans celle de l'enfant de plus de 7 ans.

26On peut remarquer que toutes les modalités non assertives du discours, ainsi que les actes de langage autres que l'acte de poser des affirmations, sont plus répandues dans l'art verbal de l'enfant grand que dans celui du petit de la maternelle. Il semble qu'il s'agit de deux traits caractéristiques de la poésie écrite de l'enfant plus âgé. On réfléchira sur ce point, dans la partie du présent travail consacrée à l'étude de l'évolution de la pratique poétique chez l'enfant de 4 à 12 ans.

2.3. UNE POESIE SANS PATHOS

27Après avoir constaté que la poésie du corpus étudié est souvent colorée par des exclamations, interrogations, louanges, prières, et ainsi de suite, on peut se demander s'il existe une poésie sans pathos, et si oui, quelle place elle prend parmi les poèmes analysés.

28En effet, on peut distinguer deux tendances qui oscillent entre deux pôles opposés. D'un côté, il y a les poèmes "pathétiques" qui répondent plutôt à une fonction émotive et expressive. De l'autre côté, il y a les poèmes "objectifs" qui remplissent avant tout une fonction cognitive en représentant les choses telles qu'elles sont.

29Dans ce paragraphe, on tentera d'examiner les poèmes qui contiennent des simples constatations des choses mêmes. Ces poèmes ne comportant que des phrases assertives qui posent des affirmations, sont très proches de la prose descriptive et objective. En voici deux exemples :

6 Les moutons
Les plus jolis
Sont amoureux
Des petites oiseaux
Et des petits minuscules chats

201 L'oiseau plane dans l'air.
Dans ses pattes une branchette.
Le ciel bleu clair.
Les nuages blancs.
Il vient de pleuvoir.
La pluie vient de s'arrêter.
Le soleil est revenu.
Un bel arc-en-ciel vient apparaître.
L'oiseau blanc passe ou dessus.
Il est seul dans le ciel.
Il vole gracieusement.
L'oiseau part très loin dans le ciel.

30La moitié des poèmes du corpus appartiennent à cette catégorie. L'enfant déclare sa pensée, exprime une idée, fait savoir quelque chose sans pourtant exposer son propre point de vue. La poésie sans pathos donne l'impression d'une certaine assurance, car chaque mot est porteur d'information. Très souvent, les poèmes sans pathos adoptent un style télégraphique. Les vers sont extrêmement simples, presque "nus".

31On rencontre également des poèmes "quasi-déclaratifs" qui, en dehors des phrases affirmatives simples, peuvent contenir :

  • des onomatopées
  • des images, des métaphores, des comparaisons
  • des phrases incomplètes
  • des répétitions et des parailélismes.

32Dans quelques poèmes, les phrases se déroulent dans un climat très objectif, jusqu'à la fin, où l'on trouve une phrase interrogative, exclamative ou impérative. Parfois cette phrase "pathétique" se trouve aussi au début ou au milieu du poème.

190 Une grosse vague
met à la renverse
plein de paquebots
dedans les pêcheurs
tombent à l'eau
Une autre vague
cogne
contre les rochers
0 mer pourquoi es-tu
si déchaînée ?

33Ce phénomène existe surtout dans les productions poétiques de l'enfant qui a plus de 7-8 ans. L'opposition très nette entre le climat objectif et le climat expressif, ne traduirait-elle pas un appel à l'interlocuteur ? Cependant ce style, qui diffère totalement du style pathétique avec des phrases colorées, peut exprimer à sa façon des sentiments assez forts. Les poèmes objectifs peuvent donc aussi remplir une fonction émotive.

34Contrairement aux poèmes pathétiques qui se déroulent, le plus souvent, à la deuxième personne du singulier, les poèmes objectifs se déroulent à la troisième personne. Ici, en parlant de l'utilisation des pronoms personnels, on peut prendre en considération une remarque assez intéressante de J. Tamine et J. Molino : "ce qui semble le plus irréductiblement attaché à la poésie lyrique d'abord et sans doute à la plus grande partie de la poésie, c'est la présence de la première personne. En deça des modalités et les fondant apparaît l'instance de la subjectivité dans le langage, le pronom de la première personne" (1982 : 147).

35Or, il est intéressant de constater que, dans les poèmes du corpus, on ne rencontre que rarement le pronom de la première personne du singulier ou du pluriel (39 poèmes sur 240). On le rencontre surtout, et presque seulement, dans des poèmes qui contiennent un souhait ou un désir quelconque (77 J'ai envie de faire crotte). On peut remarquer que souvent, dans les poèmes où le pronom de la première personne apparaît, il n'a pas la place centrale du point de vue sémantique. Dans le poème n° 168 "J'ai entendu le vent qui soufflait", par exemple, ce n'est pas le pronom de la première personne "je" qui domine. C'est le "vent".

36L'utilisation de la première personne est donc un phénomène assez peu répandu dans les poèmes du corpus. En revanche, on rencontre beaucoup de poèmes qui emploient les pronoms personnels de rang 2 et 5. Cela est ainsi surtout dans les poèmes pathétiques comportant des exclamations, interrogations et ordres. On peut constater aussi que souvent, dans ses poèmes, l'enfant s'adresse directement à un objet ou à une chose. L'animisme et la personnification entrent en jeu.

3. Figures de signification

37Dans ce paragraphe, on étudiera comment l'enfant agît sur le message pour s'écarter de l'expression simple et commune. On s'intéressera aux traits qui portent sur la signification et qui impliquent, dans la plupart des cas, le passage d'un sens propre à un sens figuré. On analysera :

  • la métonymie,
  • la métaphore,
  • la personnification et
  • la comparaison.

38On verra donc comment l'enfant, en évitant le caractère neutre et commun du message, présente les objets, les choses et les pensées par le nom d'un autre objet ou sous des traits plus vifs, plus frappants et plus colorés (Fontanier 1977 : 79, 99) :

161 des merveilles. La classe du CE2
est bien sage parmi les mages

-> la "classe du CE2" signifie en fait les "élèves
de la classe du CE2"

172 Pendant la nuit dans un buisson
de gui un chat de la couleur
de la nuit couche dans un
buisson de gui

-> "Un chat de la couleur de la nuit" signifie"
un chat noir"

39Dans ces deux cas, les figures poétiques se produisent "lorsque les mots sont pris dans une signification qu'on leur prête pour le moment" (Ibid. : 99). Dans le premier exemple (n° 161), entre le sens propre (les élèves de la classe) et le sens figuré (la classe), il s'agit d'une relation de connexion (Ibid. : 87). Les "élèves de la classe" font partie de la "classe". Dans le deuxième exemple (n° 172), il y a plutôt une relation de ressemblance (Ibid. : 99). Au lieu de dire simplement et ordinairement "un chat noir" (sens propre), l'enfant orne son expression en coloriant l'objet, et dit métaphoriquement "un chat de la couleur de la nuit" (sens figuré). On tentera d'étudier de plus près ces tournures portant sur la signification que Ton rencontre dans les poèmes du corpus.

3.1. PRESENTER UN OBJET PAR LE NOM D'UN AUTRE OBJET= METONYMIE

40Les traits poétiques en question n'affectent que la description par les noms. Le plus souvent, il s'agit de donner une signification particulière à un mot qui, dans le sens propre, a une signification plus générale, comme dans l'exemple suivant (Molino, Tamine 1982 : 149) :

211 Noël ! Noël
va vers eux
les enfants malheureux.
Offre leur ce que tu veux
Mais va vers eux !
Noël ! Noël !

-> "Noël" = "Père Noël".

41Parfois, il s'agit de donner une signification générale à un mot qui, dans le sens propre, a une signification particulière (Ibid. : 150) :

192 Le coucher du soleil
La mer est calme
Le village est tranquille
Tout est calme
Le lendemain la mer est agitée

-> "le coucher du soleil" = "le soir".

42Dans ces exemples, il y a une association sémantique entre le nom propre et le nom figuré : le Père Noël est un personnage qui est fortement lié à Noël et le coucher du soleil fait partie du soir. On ne trouve que quelques exemples de ce genre dans les poèmes étudiés. On ne s'intéressera donc pas à ces figures qui ne sont pas développées chez l'enfant. Il semblerait qu'elles soient dues plutôt à l'erreur ou à l'ignorance qu'à une recherche stylistique.

3.2. PRESENTER UNE CHOSE OU UNE PENSEE SOUS LE SIGNE D'UNE AUTRE CHOSE OU D'UNE AUTRE PENSEE PLUS COLOREE, PLUS FRAPPANTE = METAPHORE

43Sous ce titre, on étudiera comment l'enfant présente les choses ou les pensées sous des images plus vives et plus frappantes que leurs signes propres pour donner de la couleur aux messages. D'après les critères sémantiques, on peut distinguer 6 groupes différents :

44a) L'enfant dit d'un animal ce qui ne se dit proprement que d'une personne (Fontanier 1977 : 101) :

144 Les papillons
jaunes, roses, verts sont tous gais.

238 Les petits chevaux fous
Dansent beaucoup

45b) L'enfant dit d'un objet ou d'une chose inanimé(e) ce qui ne se dit proprement que d'une personne (Ibid. : 102) :

126 la mer est bleue, la mer
est blonde, elle est grise
quand elle est en colère

134 sont recouvertes de couleurs le soleil chasse
les nuages c'est...

46c) L'enfant dit d'une chose ou d'un objet inanimé ce qui ne se dit proprement que d'une autre chose ou d'un autre objet (Ibid. : 102) :

167 J'ai écrit un récit
Un beau, un chaud, un rigolo

187 les nuages flottent
au dessus des plages

47d) Il dit d'une chose animée ce qui se dit proprement d'une chose inanimée (Ibid. : 102) :

138 qui (chats) roulent, roulent, roulent, et va sur

48e) Il y a également des cas où le lien entre le sens propre et le sens figuré est plus difficile à tracer :

235 Brousse sauvage au mirage de carnage
au ciel sans nuages.
Lionne au pelage de courage aux
yeux d'orage.

49f) Parfois l'enfant exagère et forme ainsi un sens figuré :

213 Et le matin, quand j'ouvre mes petits yeux
tout brillants, je vois tout ce que j'avais
espéré depuis des siècles

50En ce qui concerne ces 6 cas, on a décidé de parler de "métaphores". La métaphore est une figure qui peut être tirée de tous les objets quelconques de la pensée. Toutes les espèces de mots peuvent donc s'employer métaphoriquement (Fontanier 1977 : 99) :

  • Le nom : 188 L'aigle est le roi des animaux
  • Le verbe : 140 Le soleil se promenait dans le ciel
  • L'adjectif : 167 J'ai écrit un récit
    Un beau, un chaud, un rigolo
  • L'adverbe : 125 et des moineaux mangent gentiment

51Entre le sens propre et le sens figuré de l'objet, de la chose ou de la pensée, il existe généralement une espèce de jeu de ressemblance ou d'analogie. Par exemple, le lion, étant un animal grand et puissant peut facilement être comparé à un roi. Ou la mer houleuse avec ses agitations, peut faire penser à un animal féroce.

52L'association entre le sens propre et le sens figuré est souvent orientée, mais parfois la métaphore constitue une énigme, comme dans les exemples suivants :

235 Lionne au pelage de courage aux
yeux d'orage

187 et les petites marmottes
sont des anges rouges

53Rien, en principe, ne lie les pelages au courage ou les petites marmottes aux anges. Il ne faut pas négliger le fait que la métaphore chez l'enfant est souvent apprise et dans ce cas, il ne s'agit pas d'un véritable trait stylistique :

143 Quand l'hiver est couché le printemps se
réveille

54Parfois, les métaphores sont passées dans le langage ordinaire. On ne les remarque plus, elles sont lexicalisées :

111 Hardi la famille Dosdur a plein de coups de
soleil
Mercredi la famille Dosdur est dans le pétrin

-> "coup de soleil" = "insolation"
-> "être dans le pétrin" = "avoir des ennuis"

55Dans cette étude, uniquement les métaphores d'invention qui sont des productions personnelles, seront prises en considération. Leur surgissement dans les poèmes implique que l'enfant maîtrise le lexique et opère une transposition plus ou moins volontaire.

56Comme on vient de constater, la métaphore est un procédé qui repose sur une substitution : un signifiant (nouveau) est substitué à un autre signifiant (le signifiant normal). Elle est fondée sur la perception d'une certaine analogie entre les deux objets auxquels renvoient ces signifiants.

57En dehors des critères sémantiques selon lesquels on classe les métaphores, on peut les classer aussi selon les critères syntaxiques. Dans ce cas, on mettra en relief leur aspect formel. On parlera de "métaphore in praesentia", si les deux signifiants qu'associe la relation métaphorique sont présents (Molino, Soublin, Tamine 1979 : 66). Le terme propre et le terme figuré sont donnés dans le contexte :

173 La vie est un amour joli et beau

187 et les petites marmottes
sont des anges rouges

58Si seul le nouveau signifiant est présent, on parle de "métaphore in absentia" (Ibid. : 68) :

181 Oh ! que la mer est belle dans son manteau bleu

144 Le soleil brille dans le ciel bleu et chasse les
nuages de l'hiver

59Dans ces poèmes, uniquement le terme figuré est donné dans le contexte. La plupart des métaphores qui se trouvent dans les poèmes du corpus sont des métaphores in absentia.

- La métaphore in praesentia :

60Le terme propre et le terme figuré qui appartiennent à la même partie du discours, sont souvent liés par le verbe "être" : N1 est N2 (Ibid. : 67) :

161 la rivière est un trésor
183 les petites marmottes sont des anges rouges

61Entre le terme propre et le terme figuré, on peut rencontrer plusieurs sortes de rapports :

  1. L'enfant met en relation deux noms qui ont des traits en commun : le lion/le roi, l'aigle/le roi. Dans ce cas, on peut parler d'une identité sémantique. Le lion ou l'aigle, dans leur puissance et dans leur prestige, peuvent facilement être comparés à un roi. La métaphore est donc fondée sur une ressemblance objective et sur des relations préconstruites.
  2. L'enfant met en relation deux noms qui ne possèdent pas de traits en commun : les petites marmottes/les anges rouges, la vie/un amour, la rivière/un trésor. Dans ce cas, la métaphore est fondée sur une ressemblance subjective. Rien ne lie les petites marmottes aux anges rouges, ou la vie à l'amour, ou la rivière à un trésor. L'identification est produite uniquement par le cadre syntaxique.
  3. Les noms dans la métaphore in praesentia peuvent également être liés par la préposition "de" : N1 de N2 (Molino, Soublin, Tamine 1979 : 69) :

204 colombe de beauté

-> colombe est une beauté
-> colombe, une beauté
-> colombe de beauté

204 la beauté de la liberté
comme un ange de paix
la douceur du reflet de beauté

235 Brousse sauvage au mirage de carnage
Lionne au pelage de courage aux
yeux d'orage

- La métaphore in absentia :

62a) La métaphore in absentia peut être construite par un nom et un adjectif (= pivot adjectival) (Molino, Tamine 1982 : 158) :

126 la mer est blonde
136 les escargots étaient bien heureux
144 les papillons sont tous gais

237 tes vagues musclées
tes vagues déchaînées écumées
dentelées

63b) Le plus souvent, elle est construite par un nom et un verbe (= pivot verbal) (Ibid. : 159) :

134 le soleil chasse les nuages
153 où les icebergs dansent dans l'eau
179 Cette nuit la rosée danse
198 S.O.S crie le bateau

64c) On rencontre aussi des métaphores in absentia qui ne font pas partie des deux classes mentionnées :

125 et des moineaux mangent gentiment
126 la mer est grise
quand elle est en colère
127 petite souris habillée de gris
170 Bonhomme de neige dans les airs avec ton
manteau blanc
172 un chat de la couleur de la nuit
181 Oh ! que la mer est belle dans son manteau bleu
219 les yeux aveuglants, brillants
se dirigeant en rampant

65Dans ces cas, la cohérence sémantique est rompue par la confusion entre l'animé, l'inanimé et l'humain. On rencontre des métaphores dans 57 poèmes sur 240 (= 24 %). Elles peuvent être transparentes ou plutôt surréalistes et arbitraires. Elles ornent presque la moitié des poèmes de l'enfant de plus de 7-8 ans (44 %), mais elles sont pratiquement inexistantes chez l'enfant plus petit.

66L'enfant qui acquiert le langage n'est guère capable de ces jeux complexes qui exigent qu'il maîtrise le lexique pour pouvoir opérer une transposition (Bonnet, Tamine 1982, Aimard 1975 : 143-146). Dans ses créations, on rencontre cependant quelques tournures qui, à la limite, pourraient être considérées comme métaphoriques :

64 La biche a eu un petit bébé
La biche va se promener avec son petit bébé

79 Dans un enclos il y avait une vache
Le jour se levait et
Elle alla se promener avec son petit bébé

67Dans ces deux cas, au lieu de dire "faon" ou "veau", l'enfant dit plus ou moins volontairement "son petit bébé". Il semblerait que l'enfant ignore le terme propre de l'objet mis en scène et il est "obligé" de le remplacer par un terme figuré.

68On essayera de comprendre l'apparition de la métaphore chez l'enfant de plus de 7-8 ans, dans la partie du présent travail consacrée à l'étude de l'évolution de la pratique poétique chez l'enfant.

69La fonction évidente du langage est d'appeler les choses par leur nom ; la métaphore est un procédé qui consiste à désigner une réalité par un nom qui appartient en propre à une autre réalité (Bonnet, Tamine 1982). Contrairement au langage qui veut être logique, la métaphore n'est pas logique. Elle est donc en opposition avec la fonction habituelle du langage et forme ainsi un écart par rapport à la norme.

70On peut se demander ce qui pousse l'enfant à sortir du langage ordinaire pour recourir à la métaphore. On sait bien que l'emploi figuré des mots ne comporte aucune information nouvelle. Il semblerait que chez l'enfant plus jeune, une grande partie des tournures métaphoriques soient involontaires. Le petit ne maîtrise pas suffisamment la langue et ne peut, par conséquent, "jouer" avec la métaphore dans des buts déterminés. Il emploie donc un terme figuré, faute d'employer le mot propre qui convient. Dans ce cas, cette absence de mot propre dans le discours résulte d'un réel manque. La plupart du temps, la métaphore procède d'une certaine intention esthétique. Elle a pour but de plaire ou de provoquer une réaction.

3.3. PERSONNIFICATION

71Le trait poétique qu'on appelle "métaphore" a une parenté proche avec la personnification qui est une sous-espèce de la fiction et qui consiste à attribuer des conduites humaines aux animaux, objets et choses. La frontière entre la métaphore et la personnification est souvent très floue. En effet, on peut se demander quelle est la différence entre l'arbre qui chante "métaphorique" et l'arbre qui chante "féerique". La personnification fait souvent penser à un transfert métaphorique de l'animé à l'inanimé.

72Dans ce travail, nous avons décidé, en nous référant à J. Cohen (1966 : 117-118), de classer sous le titre de "métaphore" les cas où l'enfant présente un univers ordinaire d'une façon plus ou moins "anormale" :

127 dans l'herbe mouillée as-tu rencontré
petite souris habillée de gris

144 Le printemps est joli, il est fleuri, les
papillons jaunes, roses, verts sont tous gais.
Les fleurs s'ouvrent, les bourgeons éclatent, le
soleil brille dans le ciel bleu et chasse les
nuages de l'hiver.

73Et nous classons sous le titre de "personnification" les cas où l'enfant présente un univers "anormal" d'une façon ordinaire. Nous entendons par "univers anormal" (Ibid. : 118), l'univers où le principe du réel et l'imaginaire se confondent et où les objets, les choses et les animaux se comportent comme les êtres humains :

74 La grenouille nouille nouille
Monte à l'échelle chelle chelle
Elle va réparer sa voiture
Pour aller au bal
Avec sa femme femme femme
Et après elles dansent

164 Un papillon se
pose sur une fleur
Mais elle pleurait de
Tout son cœur !
"Qu'as-tu ? dit le
papillon qui s'appelait
Piteur. "Le printemps
n'arrive pas ! Comme
je pleure Piteur !

74La métaphore est une catégorie du langage, tandis que la personnification, qui fait partie du féerique, est une catégorie de l'être.

75Dans le corpus étudié, on rencontre également des poèmes dans lesquels les figures peuvent être classées aussi bien sous le titre de métaphore que sous celui de personnification. C'est une question d'interprétation :

126 la mer est bleue, la mer
est blonde, elle grise
quand elle est en colère

76Dans cet exemple, il peut s'agir d'un univers "anormal" décrit d'une façon ordinaire. Si c'est le cas, la mer est personnifiée : elle est blonde et elle se met en colère comme un être humain. Mais il peut aussi bien s'agir d'un univers ordinaire décrit d'une façon "anormale". Dans ce cas, le terme propre "blanche" est remplacé par un terme figuré "blonde". Et l'expression propre "la mer est grise quand il y a une tempête" est remplacée par une tournure figurée "la mer est grise quand elle est en colère".

77La personnification est un phénomène extrêmement répandu dans la poésie enfantine. Elle se trouve dans 42 % des poèmes du corpus et elle orne autant les poèmes oraux de l'enfant de moins de 7 ans que les poèmes écrits de celui de plus de 7 ans. La personnification peut être considérée comme étant une des marques propres de la poésie.

78La personnification sera examinée aussi dans le chapitre qui mettra en évidence les thèmes favorisés par l'enfant.

3.4. COMPARAISON

79La comparaison, qui consiste à confronter deux réalités, est un trait poétique qui, lui aussi, apparaît souvent dans les poèmes analysés :

128 Je vole, dans le ciel bleu, et le soleil
brille comme de l'or ; les oiseaux

181 Oh ! que la mer est belle dans son manteau bleu
On croirait voir une danseuse habillée de bleu
et d'un peu de blanc

239 Régate tu ressembles à une agate

80"La comparaison consiste à rapprocher un objet d'un objet étranger, ou de lui-même" (Fontanier 1977 : 377). Elle souligne les similitudes entre les choses, mais ne change pas le sens des mots.

81a) Parfois, comparant et comparé sont rapprochés sans que rien n'oriente le sens de ce rapprochement :

181 Oh ! que la mer est belle dans son manteau bleu
On croirait voir une danseuse habillée de bleu
et d'un peu de blanc

-> la mer - une danseuse

82Cette comparaison est subjective et elle est inventée apparemment par goût poétique et par plaisir linguistique. Son sens peut demeurer une énigme.

83b) Très souvent, il y a un lien proprement sonore entre comparant et comparé :

115 C'étaient des prés comme pré-historiques

129 Le printemps est joli comme un
canari qui fait son nid

169 Les enfants des nuages sont sages comme
des images
Les enfants du soleil sont jaunes comme
les abeilles

84L'enfant invente ses comparaisons en fonction de l'harmonie sonore qui règne dans le poème. Parfois, le son gagne du terrain sur le sens.

85c) Le plus souvent, le rapprochement entre le comparant et le comparé est orienté au niveau sémantique :

128 Je vole dans le ciel bleu, et le soleil
brille comme de l'or ; les oiseaux

188 L'aigle va vite comme une fusée
L'aigle fonce comme un avion

195 La mer est féroce comme un lion
La mer est enragée comme un chien
La mer est agitée comme un chat

86d) On rencontre aussi des comparaisons qui sont motivées aussi bien par des liens sonores que sémantiques :

98 Le dur
Etait solide
Comme l'acide

229 Son souffle fin
est comme la brise du matin
ses cheveux châtains
sont comme des fils de lin

87La comparaison peut se faire des hommes aux animaux (les enfants du soleil/les abeilles), d'un objet animé à un objet inanimé (l'aigle/une fusée), d'un objet inanimé à un objet animé (mer/danseuse, mer/lion, chien/chat), d'un objet inanimé à un autre objet inanimé (soleil/or).

88Les supports syntaxiques des comparaisons rencontrées dans les poèmes du corpus sont les suivants : "comme", "on dirait", "ressemble à", "on croirait presque", "pareille à".

89La comparaison est très proche de la métaphore in praesentia. Parfois il est possible, dans le cas des métaphores nominales, de dériver une métaphore d'une comparaison (Molino, Tamine 1982 : 154) :

173 La vie est comme un amour joli et beau
-> La vie est un amour joli et beau

161 La rivière est comme un trésor
-> La rivière est un trésor

90La métaphore peut donc être définie comme une comparaison abrégée par rapport au modèle canonique. La comparaison se trouve dans 22 poèmes du corpus (= 18 %). Elle commence à être employée seulement chez l'enfant de plus de 7 ans. Avant cet âge, elle est pratiquement inexistante. La fonction évidente de la comparaison semble être de renforcer la description en soulignant les similitudes entre deux phénomènes distincts. Parfois le poème est construit principalement sur une suite de comparaisons. Dans ce cas, le rôle architectonique du phénomène n'est pas à négliger.

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540