Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Création poétique chez l'enfant

 | 
Aïno Niklas-Salminen

Première partie. Description des procédés poétiques qui caractérisent la poésie chez l'enfant

Chapitre 1 : Les répétitions

Texte intégral

1La répétition semble former l'un des traits qui caractérisent la poésie. Ce chapitre proposera de mettre en évidence les différents types de répétitions qui apparaissent dans les poèmes étudiés. Dans un premier temps, on s'intéressera aux répétitions qui touchent le niveau phonique du langage et dans un second temps, on fera le point des répétitions de mots, de groupes de mots et de schémas de phrase.

1. Répétitions sonores

2Il est intéressant de s'interroger sur la nature, la place et les fonctions des différents types de récurrences phoniques utilisés par la poésie du corpus. Le discours prosaïque avance d'une façon linéaire et évite autant que possible les répétitions sonores. A ce niveau, le vers forme un écart par rapport aux règles de la prose : il revient sur lui-même et favorise toutes sortes de récurrences de sonorités (Cohen 1966 : 55).

3Les poèmes du corpus semblent se caractériser par la présence de deux grands types de répétitions qui embrassent le niveau phonique du langage :

4Les récurrences sonores codées (dites externes) (Mazaleyrat 1974 : 183) s'organisent entre deux ou plusieurs vers. Elles sont utilisées en liaison codée avec des unités et des places métriques.

5Les récurrences sonores libres (dites internes) (Ibid. : 183) s'organisent à l'intérieur d'un ou de plusieurs vers. Elles ne sont pas couplées ni avec une syllabe accentuée ni avec une place dans le vers particulière. Elles sont donc utilisées de façon aléatoire dans des positions quelconques. Evidemment, il y a des poèmes qui combinent ces deux sortes de répétitions.

6Entre ces récurrences sonores importantes, qui se situent à deux pôles opposés, on peut distinguer des récurrences sonores qui ne sont ni tout à fait codées ni tout à fait libres. Ces répétitions sont regroupées sous l'expression de récurrences sonores semi-codées (Molino, Tamine 1982 : 75-76).

7Il est important d'étudier de plus près ces différents types de répétitions. D'abord, on mettra en relief les récurrences codées qui apparaissent à la fin de deux ou plusieurs vers :

  • l'assonance

  • la rime suffisante

  • la rime riche

  • la consonance.

8Ensuite, on sera attiré par les récurrences libres qui peuvent s'organiser :

  • soit à l'intérieur d'un vers

  1. l'assonance et la rime internes

  2. l'allitération,

  • soit entre deux ou plusieurs vers

  1. les "échos" sonores.

9On regroupera sous ce titre également les "délires" sonores, qui n'utilisent que des séquences non signifiantes de sons, ou des séries de mots signifiants qui, dans un contexte donné, perdent leur signification.

10A la fin, on examinera les récurrences semi-codées :

  • les rimes fratrisées

  • les rimes couronnées.

11Notre curiosité ne portera pas uniquement sur la nature et la place des différentes répétitions de sonorités, mais aussi sur leurs fonctions dans la construction locale et globale du poème, ainsi que sur les différences les plus importantes que l'on peut noter chez l'enfant petit de moins de 6-7 ans et chez l'enfant grand de plus de 7-8 ans.

1.1. RECURRENCES SONORES CODEES

12Les répétitions de sonorités jouent un rôle fondamental dans la définition du vers, car elles s'organisent souvent à la fin de deux ou plusieurs vers du poème. On peut trouver des récurrences codées aussi au début de deux ou plusieurs vers, mais la répétition de ce genre ne semble pas être importante dans la poésie chez l'enfant.

13On distingue différentes sortes d'harmonies phoniques selon le nombre de sons répétés. Il y a assonance, rime suffisante ou rime riche entre deux ou plusieurs vers, lorsque seule la dernière voyelle accentuée de chaque vers et éventuellement les consonnes qui suivent ou précèdent celle-ci sont identiques.

14a) Assonance : répétition de la dernière voyelle accentuée de deux ou plusieurs mots, selon le schéma : ...V ...V (Mazaleyrat 1974 : 185).

150 Les flocons bien ronds
tombaient sur la maison

15b) Rime suffisante : répétition de la dernière voyelle accentuée + répétition de la consonne qui suit ou précède celle-ci, selon le schéma :...VC ...VC ou ...CV ...CV (Ibid. : 191).

143 Voici le beau temps !
Vive le printemps !

150 Les enfants s'amusent
et les rires fusent

16c) Rime riche : répétition de la dernière voyelle accentuée + répétition de la consonne qui suit et précède celle-ci : ...CVC ...CVC (Ibid. : 191).

143 Quand l'hiver est couché, le printemps se réveille
Quand la neige disparaît, le bourgeon s'éveille

17d) Consonance : répétition de la dernière consonne de deux ou plusieurs mots (Ibid. : 191).

185 Le coucher du soleil qui se couche
au bord de la mer avec tous les bateaux de pêche

18Afin de mieux illustrer les différentes sortes de récurrences sonores codées, on mettra en scène un poème qui les contient toutes :

222 Soleil, soleil
Toi, qui brilles dans le ciel
Les tournesols
Tournent le dos au sol
Pour te regarder
D'un air émerveillé
Grâce à toi les fleurs sont belles
Et chantent les hirondelles

19Il convient de souligner que, dans ce chapitre, au moment où l'on exposera les résultats, on ne présentera pas les chiffres précis. On montrera uniquement les grandes tendances en donnant quelques pourcentages approximatifs et en évoquant les différences les plus importantes entre l'enfant de l'école maternelle et celui de l'école primaire. Au lieu de commenter les grandes tendances, on les constatera. Et on tentera de les rassembler, les interpréter et mieux les comprendre dans la deuxième partie de ce travail, qui sera consacrée à l'étude de l'évolution de la pratique poétique chez l'enfant.

2080 % des poèmes du corpus étudié contiennent des répétitions de sons terminaux. Il s'agit donc d'un phénomène qui joue un rôle considérable dans les créations poétiques enfantines. L'assonance est, bien entendu, la répétition la plus fréquente ; elle est présente dans 80 % des poèmes. La rime suffisante se trouve dans 32 % et la rime riche dans 10 % des poèmes.

21La plupart des poèmes ne contiennent que deux ou trois vers qui riment, mais on rencontre aussi des poèmes qui possèdent une organisation relativement élaborée en fin de vers. Dans ces poèmes, la rime ou l'assonance ne s'étend pas obligatoirement sur chaque vers du poème, mais il y a un système ordonné de rimes. Il est inutile de préciser que c'est surtout l'enfant plus grand (CM1 et CM2) qui est capable d'organiser ses fins de vers de cette façon.

22Il convient d'examiner rapidement la disposition des rimes dans les poèmes possédant un système ordonné en fin de vers. Ces poèmes seront analysés de plus près dans le chapitre consacré à la construction du poème.

23Il y a des poèmes dans lesquels l'homophonie d'une voyelle en fin de vers s'étend sur chaque vers. Ces poèmes sont tous oraux et relativement courts :

63 Clairie
Mon chéri
Mon amie
Le kiki
Il écrit
Kiki Véronique
Véronique
Kiki

24Il y a des poèmes qui sont composés de distiques rimés, selon le schéma : a-a b-b

150 Les flocons bien ronds
tombaient sur la maison

les enfants s'amusent
et les rires fusent

25Dans quelques poèmes, la bonne disposition de rimes s'étend sur la plupart des vers, jusqu'à ce qu'à la fin, il y a une déviation par rapport à cette disposition :

212 Le lion est un animal curieux
Qui est beau comme un dieu
Il a une longue queue
Des poils rugueux
C'est le roi de tous les animaux de la brousse

26Cette déviation peut se trouver aussi au début ou au milieu du poème :

71 Tintin Romain
A plein de mains
Il est tout content
Il a des copains
Qui s'appellent Cantin

27Dans plusieurs cas, cette déviation forme une coupure et offre ainsi une bonne symétrie à la disposition de rimes du poème. On a l'impression que le vers "étranger" rend sensible ou souligne une partie du poème pour produire un rythme, une surprise, etc.

28L'harmonie sonore finale est une contrainte. Le sens dans les poèmes de l'enfant plus âgé n'en souffre pas beaucoup, mais l'enfant plus petit a tendance à sacrifier le sens pour le son. Ainsi, dans ses productions poétiques, il y a souvent des mots dépourvus de sens qui riment. L'enfant se sent obligé de créer un mot ou d'emprunter un mot étranger pour sauvegarder l'harmonie sonore en fin de vers :

112 Lundi promenade
Mardi escalade
Mercredi bousculade
Jeudi dégringolade
Vendredi reniflade
Samedi malade

202 Un petit garçon mange un sandwich
Et dans ce sandwich il trouve
Un switch

1.2. RECURRENCES SONORES LIBRES

29Il s'agit ici de toutes les répétitions de sonorités qui ne sont pas couplées ni avec une syllabe accentuée ni avec une place dans le vers particulière. Ces récurrences qui sont utilisées d'une façon aléatoire, peuvent s'organiser à l'intérieur d'un vers ou entre deux ou plusieurs vers. Dans les poèmes analysés, on rencontre deux grands types de récurrences sonores libres qui se trouvent à l'intérieur d'un vers :

30Assonances et rimes entre deux ou plusieurs mots à l'intérieur d'un vers :

35 Le coucou dans un trou
Le mouton dans le coton
Le lion dans le carton

31Allitérations : répétitions libres et spontanées de sons entre deux ou plusieurs mots à l'intérieur d'un vers. Il s'agit d'une voyelle ou d'une consonne qui apparaît librement à plusieurs reprises (Molino, Tamine 1982 : 63).

12 J'ai envie de dormir par terre
Sur un matelas en plastique

32La répétition sonore libre ne se limite pas toujours à l'intérieur d'un vers, mais déborde souvent sur tout le poème. Dans ce cas, on parlera d'"échos" sonores (Arleo 1982 : 38).

235 Brousse sauvage au mirage de carnage
au ciel sans nuages.
Lionne au pelage de carnage aux
yeux d'orage

33Les récurrences phoniques libres caractérisent un grand nombre de poèmes du corpus. On prendra en considération et étudiera de plus près uniquement les cas que l'on juge les plus importants. On élucidera donc uniquement les formules harmoniques quand on en perçoit l'existence en tant que constructions cohérentes.

34On se proposera de mettre en évidence les cas suivants :

35a) Harmonie sonore interne entre le début et la fin du vers :

35 Le coucou dons un trou
Le mouton dans le coton
Le lion dans le carton
Le mouton dans le menton

36Dans le corpus, 22 poèmes (= 9 %) comportent une harmonie sonore de ce genre. Il est intéressant de remarquer que les poèmes de cette catégorie se caractérisent souvent par la présence de nombreux parailélismes. Les mêmes schémas de phrases se répètent d'un vers à l'autre.

37b) "Chaîne" sonore. Un son appelle un autre ; ce jeu se poursuit du début jusqu'à la fin du poème :

98 Au pays des fins pains
Un perlin pin
Perdu du dur
Le dur
Etait solide
Comme l'acide
Mais l'acide venait d'une bougie
Et cette bougie faisait du feu
Et le feu faisait de eu...

38Le corpus étudié contient 11 poèmes de ce genre (= 5 %).

39c) Harmonie sonore qui couvre une unité. Dans ces poèmes, chaque vers ou chaque strophe possède sa propre sonorité :

183 Après un long voyage
Dans les nuages

La colombe enchantée
retombe dans les bleuets

Son rameau d'olivier
lui offre la bonté

40L'harmonie sonore qui couvre une unité se trouve dans 16 poèmes de notre corpus (= 7 %).

41d) Harmonie sonore qui couvre tout le poème. Un ou plusieurs sons se répètent à plusieurs reprises à travers le poème :

234 Odile
Odile céleste île du Brésil
Brésil éclatant pour Odile
Emile au profil si fragile
Odile ! belle âme si fragile
Au profil si agile, meurt !
Pour le Brésil
Emile sur l'île d'Odile
Pleure tranquille

4282 poèmes du corpus (= 34 %) contiennent des récurrences sonores libres. Il s'agit donc d'une forme de répétition sonore très répandue. Les récurrences libres sont présentes aussi bien dans la poésie orale collective de l'enfant petit que dans la poésie écrite de l'enfant plus grand, aussi bien dans des poèmes narratifs qui racontent une petite histoire, que dans des poèmes dépourvus de sens.

43Il est à noter que l'harmonie sonore interne entre le début et la fin du vers est favorisée surtout par l'enfant de l'école maternelle. La chaîne sonore semble être pratiquée avant tout par l'enfant de CP. Ces deux types de répétitions sonores font donc partie des phénomènes principalement oraux.

44Chez l'enfant de l'école maternelle, les échos sonores se trouvent très souvent dans des poèmes comportant des mots inventés et des "délires" sonores. Le son a tendance à gagner du terrain sur le sens. Chez l'enfant plus grand, les poèmes comportant des échos sonores possèdent tous un véritable jeu sonore. Le grand se préoccupe presque toujours du sens du poème, mais, malgré cela, ses créations sont généralement d'une grande richesse sonore. L'exemple numéro 234 le prouve bien.

45Il nous semble important, dans cette partie destinée aux récurrences sonores libres, de prendre en considération les "délires" sonores, qui, à notre avis, constituent un phénomène caractéristique de la poésie orale et collective. Dans les "délires" sonores, l'enfant trouve la liberté de manipuler à sa guise des matériaux sonores de son choix. Il joue avec des séries de prénoms, de chiffres, de mots inventés ou de mots dépourvus de signification. Le sens perd son importance au fur et à mesure que les jeux sur les sonorités croissent. Les "délires" sonores peuvent comporter

46- des séquences non signifiantes de sons :

55 Or poire patam
Or pire pit pitz
Mon sips

108 La blague à bla
Glague glague la bigue
La bique
A bitte
Sa trace

47- des séries de mots signifiants qui, dans un contexte donné, perdent leur signification. L'enfant rapproche parfois des mots qui n'ont aucun rapport de sens entre eux, mais qui présentent un lien analogique sur le plan phonétique :

107 Table balle
Raquette quette kiquette arrête
Rideau hérisse
Dent dans...

48- des onomatopées :

48 C'est le dix - di di
couette couette couette
totte totte totte
frappe frappe
la porte la porte
tock tock tock

49- des séries de mots dans lesquelles la relation homophonique est exploitée :

48 C'est le cinq - sein sein
C'est le six - ci ci cil
ci ci cil
une scie li li
scie scie

50- des associations sonores :

20 Bonjour chien
Et bonjour chaise
Et bonjour musette
Et bonjour fourchette

1.3. RECURRENCES SONORES SEMI-CODEES

51Ces récurrences ne sont ni tout à fait codées ni tout à fait libres. Elles sont utilisées en liaison codée avec des unités et des places métriques.

52a) Rimes fratrisées : il s'agit d'une correspondance sonore entre la fin d'un vers et le début du vers suivant (Molino, Tamine 1982 : 75). Le mot qui finit le vers est repris entièrement au début du vers suivant :

171 La neige douce
Douce comme les moutons
La neige on glisse
Glisse dessus
Comme sur un toboggan, moussu

53Ce phénomène, qui apparaît dans 8 poèmes analysés, sera examiné dans le paragraphe consacré aux répétitions de mots.

54b) Rimes couronnées : la syllabe (ou le mot monosyllabique) ui fait la rime est répétée deux ou plusieurs fois à la fin du vers (Ibid. : 75).

14 On fait la gym-nas-tique tique
On fait tout le tour tour
On fait tout ça ça
On saute saute saute

55Les rimes couronnées ornent 11 poèmes du corpus. Il semble s'agir d'un trait poétique qui est propre à la poésie orale.

56Dans ce travail, on ne s'intéressera pas uniquement à la nature des récurrences phoniques codées, libres ou semi-codées, mais aussi aux fonctions qu'elles peuvent avoir dans l'organisation locale et globale du poème. Un certain nombre de ces phénomènes seront analysés avec plus de détails dans le chapitre consacré à la construction du poème, mais avant cela, il semble utile d'attirer l'attention sur quelques points importants.

57Les récurrences sonores jouent des contingences de la langue pour tirer un effet d'homophonie. Il y a des répétitions qui marquent les limites du vers et participent ainsi à sa construction. Il y en a d'autres qui offrent au vers une harmonie sonore interne. Les récurrences de sonorités peuvent contribuer aussi à la construction globale du poème, dans la mesure où les sons unissent plusieurs vers et établissent ainsi les relations entre eux. Le fil conducteur du poème semble parfois être formé par une harmonie sonore qui couvre une strophe ou tout le poème. Il peut également être construit par une "chaîne" sonore dans laquelle un son appelle un autre. Les répétitions sonores peuvent ainsi jouer un rôle architectonique déterminant.

58Ces répétitions peuvent également appartenir à la création de l'univers sémantique du poème. L'assonance et la rime forment bien une contrainte. Le sens doit parfois être sacrifié par le son. L'harmonie sonore peut également faire partie du symbolisme phonétique si le son souligne le sens.

59Le but de ce paragraphe a été celui d'apporter quelques précisions sur la nature et les fonctions des récurrences de sonorités employés par des enfants qui ne possèdent qu'une partie des règles, conventions et compromis utilisés par la poésie en général. Comme on vient de le constater, les récurrences sonores oscillent entre deux pôles opposés : d'un côté, il y a les récurrences sonores codées qui se trouvent à la fin de vers et qu'on peut caractériser comme réglées et plutôt conventionnelles, de l'autre côté, il y a les récurrences sonores qui s'organisent d'une façon aléatoire dans des positions quelconques. Leur liberté d'apparition peut, à la limite, aller jusqu'à une espèce de "délire". Dans ce cas, les sonorités se débordent sur tout le poème et le rendent incompréhensible : le sens est "envahi" par le son.

60On essayera de comprendre l'évolution dans le domaine des récurrences phoniques, dans la deuxième partie du présent travail qui sera consacrée à l'étude de l'évolution de la pratique poétique chez l'enfant.

61Les paragraphes qui suivent se sont fixés pour objectif d'analyser les autres types de répétitions qui caractérisent la poésie enfantine. Le même mot peut se répéter à plusieurs reprises à l'intérieur d'un poème. On rencontre également des répétitions de mots proches par le son et de mots proches par le sens. Parfois tout un vers ou le même schéma de phrase apparaît plusieurs fois dans le texte.

2. Répétitions de mots

2.1. REPETITIONS DES MEMES MOTS

62Dans les poèmes étudiés, on peut rencontrer trois types de répétitions des mêmes mots :

  1. Répétition en contact

  2. Répétition en parenthèse

  3. Répétition à distance

1) Répétition en contact

63a) Geminatio : le même mot est répété immédiatement à 'intérieur d'un vers, selon le schéma : XXXX (Molino, Tamine 1982 : 186)

58 Poule pou poule
Pisse pisse
Poule poule poule
Crotte crotte
Carotte carotte carotte

64Dans ce classement, les mots qui se répètent à l'intérieur d'un vers, même s'ils ne se suivent pas immédiatement, ont également été pris en considération. Cette sorte de répétition est un cas intermédiaire entre la répétition en contact et la répétition en parenthèse.

130 La mer c'est beau la mer c'est pour se
baigner. La mer c'est beau pour se baigner et
les enfants s'amusent dans la mer. La mer...

65b) Reduplicatio : le même mot est répété immédiatement, le premier situé à la fin d'une unité, le second au début de l'unité suivante, selon le schéma : ...X X... Les deux occurrences successives du même mot sont séparées par une frontière d'éléments (vers) (Molino, Tamine 1982 : 186).

171 La neige douce
Douce comme les moutons
La neige on glisse
Glisse dessus
Comme sur un toboggan moussu

2) Répétition en parenthèse

66Dans certains cas, le mot répété se trouve à la fois au début et à la fin d'une unité : X...X (Ibid. : 187).

166 L'escargot, l'escargot parlez-moi de l'escargot

3) Répétition à distance (Ibid. : 187)

67a) Anaphore : le mot répété se trouve à l'initiale de deux ou plusieurs unités successives, selon le schéma : X...
X...
X...

233 Parle des choses, parle de moi
Parle sur tous les thèmes, sur tous les tons
Parle, dis quelque chose

68On peut souligner qu'un grand nombre de poèmes comportant l'anaphore sont des poèmes qui sont fondés principalement sur la répétition des mêmes schémas de phrase.

69b) Epiphore : le mot répété se trouve en fin d'unités qui se suivent :
...X
...X (Ibid. : 187)

114 L'Afrique rouge
Il n'y a que des rouges
Il n'y a que des multicolores
Il y a des multicolores
Les zèbres sont multicolores

70Le mot répété en contact, en parenthèse ou à distance peut appartenir à presque n'importe quelle partie du discours. Parmi les mots répétés immédiatement à l'intérieur d'un vers, on rencontre des noms (lion, carotte), des verbes (galope) et des adjectifs (belle). On peut rencontrer aussi des onomatopées et des mots inventés (tock, tounne). Parmi les mots qui se répètent à l'initiale de deux ou plusieurs vers, on rencontre, en dehors des noms et des verbes, des pronoms personnels (elle, il), des conjonctions (et), des déterminants (un, mon, ma), des interjections (oh !, ho !) et des prépositions (avec, sur).

71En ce qui concerne les répétitions des mêmes mots, l'anaphore et la geminatio sont les répétitions les plus fréquentes dans les poésies étudiées. L'anaphore se trouve dans 36 % et la geminatio dans 33 % des poèmes. L'épiphore est présente dans 15 % des poèmes du corpus. La répétition en parenthèse et la reduplicatio sont des phénomènes nettement plus rares.

72Il est intéressant de noter que toutes les différentes sortes de répétitions des mêmes mots sont plus répandues dans la poésie orale et, la plupart du temps collective, de l'enfant de moins de 7 ans que dans la poésie écrite de l'enfant plus grand (réduplicatio 42 % contre 23 %, anaphore 50 % contre 20 %, épiphore 20 % contre 10 %). On essayera de comprendre ce phénomène, dans la deuxième partie de ce travail, dans laquelle, les résultats obtenus seront rassemblés et mis en rapport avec les stades du développement mental de l'enfant établis par Piaget et ses disciples.

2.2. REPETITIONS DE MOTS PROCHES PAR LE SON

73Il y a des mots qui ne sont pas tout à fait identiques, mais qui sont très proches les uns des autres par le son. Dans les poèmes étudiés, on a pu repérer deux sortes de mots proches par le son :

74a) L'enfant emploie, dans un poème, plusieurs formes accidentelles d'un même mot. Ces mots-là peuvent se distinguer en grammaire par les noms de genres, de nombres, de personnes, de temps et de modes (Fontanier 1977 : 352) :

12 dormir – dorment
31 trouve - ai trouvé
33 mangent – mange
34 aile – ailes
163 appelle - appelles

75b) L'enfant utilise, dans un même vers ou dans deux vers qui se suivent, des couples de mots de même racine (Molino, Tamine 1982 : 190) :

66 balai – balaye
67 fleurs – fleurir
130 aime –amour
175 rafraîchir – fraîche
179 brillante - brille

76Très souvent Il s'agit d'un couple verbe-nom, parfois d'un couple nom-nom ou nom-adjectif.

77Les répétitions de mots proches par le son sont plus répandues à l'école primaire qu'à l'école maternelle (33 % contre 11 %). On n'a pas l'intention d'accorder beaucoup d'attention à ces répétitions, car, d'après les observations faites à partir du corpus, elles ne semblent pas jouer un rôle déterminant dans la poésie enfantine.

2.3. REPETITIONS DE MOTS PROCHES PAR LE SENS

78Dans le corpus, on peut rencontrer aussi des poèmes qui contiennent des répétitions de mots proches par le sens. Parfois il s'agit des termes synonymiques ou quasi-synonymiques (Molino, lamine 1982 : 191) qui se suivent soit à distance, soit en contact :

195 La mer est féroce comme un lion
La mer est enragée comme un chien

79Il peut également s'agir d'une énumération des termes qui ne sont pas synonymiques, mais qui appartiennent au même champ sémantique :

32 Bonne année à toutes les fleurs
Bonne année à toutes les roses
Bonne année à toutes les marguerites
Bonne année à toutes les violettes
Bonne année à toutes les plantes vertes

80Dans cet exemple, les termes roses, marguerites, violettes, plantes vertes appartiennent au champ sémantique des fleurs. Cette relation peut se décrire aussi en termes de genre et d'espèce. L'hyperonymie désigne la relation du genre à l'espèce et l'hyponymie, la relation de l'espèce au genre.

81On peut rencontrer aussi des couples antithétiques :

36 Je partirai cette nuit
Et je reviendrai samedi

118 Ah je vais mourir
Et je vais renaître dans un chou-fleur

82Dans les énumérations de mots proches par le sens, les associations sonores se mêlent parfois des associations sémantiques (20 pingouin, crocodile, requin, chien, chaise, table, assiette, lion).

83L'enfant plus jeune, dont les productions poétiques sont orales et souvent collectives, se lance facilement dans des énumérations chaotiques (Spitzer 1968 : 55) qui font succéder les mots et les expressions les plus divers et qui n'ont pas obligatoirement un lien spécial entre eux. Ce qui est important, ce n'est pas le sens du poème, mais le jeu avec des répétitions de mots proches par le sens, le côté "non-sérieux" du phénomène.

84Parfois, on assiste même à une espèce de délire avec des mots dans laquelle l'enfant trouve la liberté de manipuler à sa guise des matériaux verbaux de son choix. Dans ces poèmes, le sens perd son importance au fur et à mesure que le jeu avec des répétitions de mots croît.

85Dans les productions poétiques de l'enfant plus âgé, on trouve des énumérations plus fondées. L'enfant décrit, par exemple, un personnage, un paysage ou un objet :

125 La nature est très belle. On y trouve
des fleurs : des tulipes, des roses et aussi
on y trouve des papillons dans le ciel
et des moineaux qui mangent gentiment

86Chez l'enfant plus grand on peut rencontrer aussi des poèmes qui sont construits sur un véritable jeu avec des répétitions :

229 Son souffle fin
Est comme la brise du matin
Ses cheveux châtains
Sont comme des fils de lin
Son sourire aimable
nous fait monter aux cieux

87Le corpus étudié contient 110 poèmes (= 45 %) comportant des répétitions de mots proches par le sens. Il s'agit donc d'un trait poétique extrêmement caractéristique dans la poésie enfantine. Ce phénomène sera étudié avec plus de précision, dans la partie du présent travail consacrée à l'étude des traits poétiques qui affectent le niveau lexicosémantique du langage, car la valeur sémantique des mots qui participent aux énumérations est mise en relief.

3. Répétition des mêmes vers en entier ou refrain

88Tout un vers peut être répété deux ou plusieurs fois dans un poème (Molino, Tamine 1982 : 186). Dans cette classification, les lignes répétées qui ont été prises en considération sont des lignes absolument identiques qui ne subissent aucune variation.

51 Papillon d'or
Papillon d'or
Va plonger dans l'or
Papillon d'or
Papillon d'or
Après il se trouve
Une petite maison
Pomme pomme pomme
Pomme pomme pomme

224 Le désir est une petite chose
Toute petite comme ça
désir, désir...
Mais, désir de quoi ?
Désir de paix
Désir d'égalité
Désir de fraternité
Le désir est une petite chose
Toute petite comme ça...

8912 % des poèmes analysés contiennent des répétitions des mêmes vers en entier. Elles semblent être plus répandues dans les productions poétiques de l'enfant de l'école maternelle que dans celles de l'enfant plus grand (19 % contre 7 %).

90La ligne répétée peut contenir une proposition complète (224 Le désir est une petite chose), un syntagme nominal ou verbal (51 Papillon d'or) ou une suite de mots répétés (51 Pomme pomme pomme).

4. Répétition des mêmes schémas de phrase ou parallélisme

91Dans les poèmes du corpus, on peut trouver également des lignes répétées qui subissent une variation. Dans ce cas, le schéma de phrase reste constant, seuls les mots employés varient. Il s'agit donc d'une combinaison de "pure répétition" et de "pure différence" (Jakobson 1966). Cette correspondance morphosyntaxique peut être soulignée par une correspondance lexicale, sémantique et même sonore.

92Souvent on assiste à une variation d'un seul terme :

110 Dimanche novembre
C'était le jour de la guerre
Lundi septembre
C'était le jour des ennuis
Samedi janvier
C'était le jour des malheurs

93Parfois une partie du vers reste invariable au début, au milieu ou à la fin des vers et le reste subit une variation :

195 La mer est féroce comme un lion
La mer est enragée comme un chien
La mer est agitée comme un chat
La mer tremble comme une grenouille

94Le parallélisme semble être une des caractéristiques déterminantes du langage poétique chez l'enfant. Il se trouve dans 60 % des poèmes étudiés. Il est un peu plus répandu chez le petit de la maternelle que chez l'enfant plus âgé.

95Les parailélismes peuvent être classés d'après les critères formels (ou morphosyntaxiques) ou d'après les critères sémantiques (ou lexicosëmantiques) (Molino 1981 : 80).

- Critères formels (ou morphosyntaxiques) :

96On peut constater que généralement le schéma de phrase répétée est très simple. La plupart de ces phrases sont des phrases minimales qui sont constituées de deux groupes d'éléments :

  1. syntagme nominal

  2. syntagme verbal

29 Il va faire caca boudin
Il va faire pipi
Il se déculotte

97Parfois on rencontre des phrases simples dont les constituants fondamentaux sont :

  1. syntagme nominal

  2. syntagme verbal

  3. un ou plusieurs syntagmes prépositionnels

173 La vie est belle avec toi mon garçon
La vie est jolie avec toi mon garçon

98Il y a également des lignes répétées qui ne contiennent qu'un groupe nominal, un groupe verbal ou un groupe prépositionnel :

190 Une grosse vague
Une autre grosse vague

165 Qui tourbillonnent
Qui tombent

99Certains vers sont formés d'un groupe verbal et d'un groupe prépositionnel :

84 Dans les bois fait des bois
Dans les rustes fait des rustes

100Parmi ces vers, on ne rencontre jamais de phrases étendues.

- Critères sémantiques :

101Au lieu de classer les parallélismes selon les critères formels, on peut aussi tenter de les classer selon des critères sémantiques.

102On peut distinguer des relations de synonymie ou de quasi-synonymie : deux ou plusieurs vers répètent la même idée sous une ou plusieurs formes à peine différentes (Molino 1981 : 80).

110 C'était le jour des ennuis
C'était les jours des malheurs

77 J'ai envie de faire crotte
J'ai envie de faire caca

103On peut rencontrer aussi deux ou plusieurs propositions successives qui ont la même structure morphosyntaxique et qui sont liées par une correspondance sémantique antithétique (Ibid. : 81) :

36 Je partirai cette nuit
Et je reviendrai samedi

41 Et après elle devient toute mangée
Et après elle renaît

104Les relations sémantiques peuvent également être fondées sur l'énumération d'espèces caractéristiques d'un même genre (Ibid. 82) :

118 On apprend à lire
On apprend à écrire
On apprend les lettres

5. Antithèse

105Il s'agit de l'opposition de deux pensées, de deux expressions que l'on rapproche dans le poème pour faire mieux ressortir le contraste (Fontanier 1977 : 379). L'antithèse est souvent très proche du parallélisme dans la mesure où elle affecte le niveau morphosémantique du langage et joue sur la disposition parallèle d'antonymes.

221 Le capitaine Jonathan
étant âgé de 25 ans
avait une folle passion pour les enfants
comme pour les pélicans

Mais un jour en cassant
quelque chose de violent
il n'aimait plus les enfants
ni les pélicans

Sinistrement
s'en alla en pleurant

106L'antithèse peut porter sur des mots (petite musique forte). Dans ce cas, l'impertinence sémantique se fonde sur l'opposition de deux termes étroitement liés. On peut rencontrer des adjectifs (calme-agité, triste-gai), des verbes (aimer-détester, baisser-monter) et des noms (marée haute-marée basse) qui se trouvent dans une relation d'antonymie. L'antithèse peut porter aussi sur des groupes de mots (L'aveugle par magie y voit clair) et sur des phrases (Molino, Tamine 1982 : 220- 221) :

233 Mais parle quand tu en as la possibilité
Quand des tas de gens sur la terre
Restent muets

107L'antithèse se trouve dans 26 % des poèmes du corpus. Elle est beaucoup plus employée par l'art verbal du grand de l'école primaire que par celui du petit de la maternelle (36 % contre 16 %). L'infinie variété de l'antithèse s'organise selon les deux axes de la nature morphosyntaxique des unités en cause et des relations sémantiques qui unissent les deux termes. Ce phénomène sera analysé de plus près dans le chapitre du présent travail consacré à l'étude des traits poétiques portant sur le lexique.

108Dans la poésie chez l'enfant, les différentes sortes de répétitions semblent avoir plusieurs fonctions. On a l'impression que le petit de la maternelle cherche à produire des effets comiques, magiques ou dramatiques à l'aide des reprises des mots, des schémas de phrases ou des refrains. L'enfant plus âgé semble être plus sérieux face à sa poésie. Il joue moins et d'une façon plus réfléchie avec des mots et des schémas, et contrairement à l'enfant de l'école maternelle, très peu de choses semblent être gratuites dans ses productions.

109Les reprises des mots, des vers et des structures identiques donnent au texte une organisation plus ou moins cohérente et entraînent un effet de rythme. Les répétitions de mots marquent souvent les limites du vers et ont ainsi une fonction démarcative.

110Le parallélisme, l'antithèse et le refrain semblent avoir souvent une valeur architectonique (Molino 1981 : 82). Dans le corpus, il y a des poèmes qui se construisent essentiellement sur deux ou plusieurs segments successifs structurellement identiques :

167 J'ai écrit des poésies
une jolie, une mignonne, une belle

J'ai écrit un récit
Un beau, un chaud, un rigolo

J'ai écrit une histoire
une triste, une originale, une magnifique
et maintenant celle-ci.

111La plupart du temps il s'agit cependant d'une simple description fondée sur l'ênumération :

120 Le lion est beau
Il est gros et
Il est brave

112Parfois les phrases en antithèse et les refrains correspondent à des places marquées dans le poème. Il est intéressant de remarquer que les couples antithétiques et les refrains peuvent commencer et finir le poème ou commencer les strophes du poème.

147 La neige tombe et le vent souffle
Il fait froid et tout le monde a
[ ]
flocons se font plus petits. Et tout
à coup, la neige s'arrête de tomber

113L'antithèse ou le refrain peut même aller jusqu'à organiser l'ensemble du poème. L'exemple n° 221 cité précédemment le prouve bien. Ce phénomène apparaît surtout chez le grand. Dans la plupart des poèmes, la place de l'antithèse, du parallélisme et du refrain semble être moins importante. Dans les productions du petit, il y a souvent des suites de mots dépourvus de sens ou d'onomatopées qui se répètent :

43 Elle tombe dons l'eau elle nage
Patoboum pataboum boum boum
Et dit qu'elle va sortir
Pataboum pataboum boum boum
Sinon elle va attraper un rhume
Patoboum pataboum boum boum

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540