Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Conclusion

Texte intégral

1La guerre a profondément marqué la Révolution, sur le plan politique, économique et social, culturel.

2Dans l’Hérault, elle a laissé une lourde empreinte dans la gestion des affaires locales. Les autorités ont dû, sans cesse, adapter leur vision politique et sociale aux impératifs du conflit. Dans les années 1790-1792, les administrateurs modérés voient éclater, sous le choc du conflit, leur projet d’une Révolution immobile sur le plan social. Devant les rumeurs d’invasion, ils adoptent des mesures « extraordinaires », souvent prônées par leurs adversaires politiques, les patriotes les plus avancés. L’équilibre institutionnel a subi, dès 1790, de rudes atteintes. Les autorités locales contestent le pouvoir exécutif, notamment les ministres, au nom de la sécurité du territoire. Les mesures de sécurité intérieure, la vigilance sur les côtes, les conduisent en des voies non prévues. Les affaires concernant l’effort de guerre deviennent la principale préoccupation, de 1792 à l’an IV. Les administrateurs anticipent les mesures de défense prises au plan national, tant les rumeurs d’invasion ont inquiété les populations, persuadées d’un débarquement ennemi imminent concerté avec la contrerévolution intérieure. Les relations entre les autorités locales et le gouvernement central se sont envenimées à cause de ces questions. Les administrateurs de département, de district, les municipalités, sont ulcérés de voir leurs angoisses considérées comme quantité négligeable par des ministres plus soucieux des frontières nord-est du pays. Le divorce est consommé très tôt entre les différentes strates de l’administration. Les positions des autorités locales se radicalisent sans qu’elles en prennent véritablement conscience. Les relations entre l’Hérault et la capitale sont ainsi placées sous le signe de la suspicion réciproque et ce pendant toute la Révolution, tant les priorités divergent. La guerre plonge ainsi les autorités locales dans des contradictions insolubles, en créant de facto des alliances contre nature. Les administrations modérées des années 1790-1793 se sont appuyées, dans leurs initiatives de défense, sur les patriotes radicaux, s’attaquant à un gouvernement dont la politique correspondait pourtant à leurs aspirations sociales.

3L’administration départementale et les districts prennent de l’autonomie, tandis que les municipalités tentent de résister aux demandes croissantes de l’armée. Le début des hostilités avec l’Espagne, en 1793, a plus d’impact que la déclaration de guerre à l’Autriche l’année précédente. Les autorités locales tiennent à bout de bras une armée des Pyrénées-Orientales qui manque de l’essentiel. Le contentieux s’accroît avec le pouvoir central. Le basculement progressif de l’assemblée vers la Montagne inquiète des administrateurs départementaux attachés à une politique conservatrice, notamment sur le plan économique. Les tensions s’exacerbent à l’occasion de l’épisode fédéraliste, mais depuis des semaines, elles minaient l’effort de guerre. L’entente entre « départements méridionaux » éclate. Les inquiétudes face au conflit avaient rapproché les départements du Midi, qui, au mépris des lois, s’étaient concertés pour des actions communes. La crise fédéraliste les oppose désormais, entre ceux qui rallient la Convention montagnarde au nom de la défense de la Patrie, face à la progression espagnole, et les autres qui s’engagent auprès de la Gironde.

4L’effort de guerre reprend un nouveau souffle à l’automne 1793, sous l’impulsion de représentants en mission énergiques auprès de l’armée des Pyrénées-Orientales et d’administrations locales renouvelées. Le district de Lodève tente de concilier l’effort de guerre et les intérêts de ses administrés. Il est conscient de la montée des tensions économiques et sociales. Sa politique est un savant dosage de fermeté, d’écoute, de laxisme parfois, lorsqu’il faut fermer les yeux au bon moment. Avec l’aide des sociétés populaires, des municipalités, il parvient à passer le cap des mois les plus difficiles. Cependant, le mécontentement augmente face aux charges de la guerre.

5L’après-Thermidor se caractérise par une explosion des revendications. L’effort de guerre est unanimement dénoncé. Il est présenté comme un fauteur de ruine. Les sociétés populaires, fer de lance de l’effort de guerre militant, appuient, elles aussi, les plaintes des campagnes, au grand mécontentement des représentants en mission. Quant aux municipalités de commune, elles apparaissent comme des freins sérieux, par leur volonté de limiter au maximum les charges de la guerre sur leur communauté. Leur suppression, (en même temps que les districts), et leur remplacement par les municipalités de canton marquent la volonté du Directoire de disposer de relais efficaces et obéissants. Avec la paix avec l’Espagne, les nouveaux administrateurs, des modérés, espèrent une gestion apaisée du pays. Mais, loin de disparaître après Thermidor, les questions militaires atteignent un nouveau sommet en l’an IV. L’évacuation des troupes d’Espagne est laborieuse, vu la crise économique et les difficultés financières de l’État. Les réquisitions ordonnées par la Convention thermidorienne provoquent des conflits immédiats entre l’administration départementale et les nouvelles municipalités. Les relations entre ces autorités locales sont, dès l’an IV, placées sous de fâcheux auspices. Les Thermidoriens, puis les membres du Directoire, compromettent leurs chances de rallier les propriétaires fonciers sur lesquels ils désiraient fonder leur politique, à cause de la poursuite des prélèvements militaires sur les campagnes. La paix avec l’Espagne démobilise les Héraultais qui se sentent peu concernés par la poursuite du conflit. Les milieux économiques, notamment montpelliérains, dénoncent les ponctions de l’armée.

6La dernière mobilisation de la Révolution, en l’an VII, est limitée. L’effort de guerre héraultais n’est donc intense que pendant la guerre avec l’Espagne, de 1793 à 1795. Mais ses conséquences sont présentes pendant toute la période révolutionnaire. La montée en flèche des questions concernant l’ordre public, sous le Directoire, est un effet indirect du conflit. Les affrontements politiques ou religieux n’auraient pas pris une telle extension sans la présence d’insoumis ou de réfractaires qui ont rejoint les opposants. La guerre « parasite » d’autres domaines, comme les subsistances. L’approvisionnement de l’armée s’ajoute aux problèmes déjà existants pour nourrir les populations, en l’an II et en l’an III.

7Les campagnes sont particulièrement touchées par les réquisitions. Un tiers au moins des chevaux, mulets, a disparu. La guerre a diffusé des épizooties parmi un bétail mal nourri. Les prélèvements en fourrages ont compromis l’élevage comme les travaux agricoles. Les agriculteurs ont manqué d’animaux pour labourer. La peur des réquisitions a conduit à des accaparements, ce qui a contribué au renchérissement des subsistances. Le manque de main-d’œuvre a touché durement certains cantons, malgré l’apport des travailleurs saisonniers montagnards et celui des déserteurs ou insoumis. Les zones viticoles, considérées comme quantités négligeables, par rapport aux régions céréalières, en souffrent. Cependant, il ne faut pas dresser un tableau apocalyptique des effets du conflit sur l’économie. L’Hérault n’a pas été envahi. Les troupes françaises qui l’ont traversé n’ont rien à voir avec celles du XVIIe siècle, peu respectueuses des biens et des personnes. Les progrès de la discipline militaire se font sentir. Si les réquisitions ont amoindri le cheptel, provoqué des difficultés dans certains secteurs, ce n’est pas une campagne sinistrée qui apparaît. Les prélèvements pour l’armée ont connu des variations importantes suivant l’attitude des autorités locales, la situation géographique et économique de la zone considérée. Les guerres de la Révolution produisent des effets analogues à d’autres conflits européens majeurs. La différence tient à l’ampleur de l’effort demandé. Les réquisitions sont dures non pas par leur poids, quoique conséquent, mais par leur caractère répétitif. Mais les administrations locales ont toujours eu à cœur de ménager l’agriculture, confondant la protection de leurs administrés à l’intérêt national. Les communautés, sous la conduite de leurs notabilités, mêlent les vieilles tactiques procédurières héritées de l’Ancien Régime à la défense des droits qu’elles ont vu éclore pendant la Révolution. La guerre a engendré une politisation accrue de la population, notamment celle qui en subissait le plus fortement le poids, à savoir la paysannerie. La nécessité de réunir les propriétaires fonciers pour effectuer la répartition des réquisitions a entraîné une multiplication des discussions sur les raisons du conflit. Les discours sur la nécessité du sacrifice pour l’effort de guerre aboutissent à une dramatisation des rapports sociaux. Les tensions se sont alors envenimées dans le monde rural comme dans les villes. Le débat sur les notions d’intérêt général et de propriété privée s’est exacerbé à tous les niveaux, dans les administrations de département et de district comme dans les villages. La guerre a soutenu l’activité de la communauté d’habitants, entité vivante, même à l’époque des municipalités de canton. Loin d’être des spectateurs passifs ou des victimes de l’événement, les paysans ont fait entendre leur voix, dans leurs refus comme dans leurs initiatives patriotiques. Les citoyens, qu’ils soient riches ou pauvres, n’hésitent pas à contester vigoureusement les charges de la guerre, en utilisant la Déclaration des Droits de l’Homme. La guerre a paradoxalement renforcé la propriété privée, en développant la combativité des propriétaires fonciers qui, libérés des contraintes féodales, ont poursuivi une sourde résistance aux demandes de l’État. Leurs réclamations ont été efficaces. Avec Thermidor, l’amalgame a été fait entre la Terreur et les prélèvements massifs au nom de la défense de la patrie. Exiger, au nom de l’approvisionnement des troupes, de nombreuses réquisitions, c’est exposer sa politique à être comparée à celle des « buveurs de sang ». Ceci explique une partie des déconvenues des hommes au pouvoir en l’an VII pour mobiliser la population. Le droit de propriété des biens matériels n’entendait plus être bousculé au nom de l’intérêt général.

8Les effets de la guerre sont ambivalents, renforçant à la fois les tentatives de repli des communautés villageoises pour se protéger des demandes de l’extérieur, comme l’individualisme des propriétaires fonciers désirant disposer de leur récolte à leur guise. Les réquisitions de la Révolution ont un aspect différent de celles de l’Ancien Régime. Plus lourds, plus nombreux, les prélèvements révolutionnaires portent davantage sur des individus que des communautés. L’État ne veut plus voir en face de lui que des citoyens, pas des corps structurés. Il ébranle ainsi des solidarités traditionnelles. Les réquisitions ne sont plus susceptibles, comme sous l’Ancien Régime, de se diluer dans l’ensemble du village. Les propriétaires doivent non seulement se soumettre aux réquisitions, mais ils perdent l’espoir d’échapper à des prélèvements futurs : les notions d’égalité devant l’effort de guerre, de sacrifice pour la patrie, sont opposées aux échappatoires qui pouvaient exister sous la monarchie absolue, fondées sur la notion de privilèges, synonyme d’exemption et d’exception. Mais les plaintes réitérées des ruraux ne doivent pas occulter les bénéfices engrangés par certains paysans, comme certains industriels.

9L’armée est le client fondamental de l’ensemble des producteurs, de 1792 à l’an IV, parfois même dès 1790. Les industries travaillant pour les militaires tournent à plein régime, y compris celles qui ont opéré une reconversion en changeant la destination de leurs produits afin de se faire une place dans l’économie de guerre. Les commandes militaires sont âprement disputées. Les luttes pour arracher un marché militaire à des concurrents décuplent les pratiques du « lobbying », pour ne pas dire la corruption. La guerre a des effets ambivalents. Ballon d’oxygène pour certaines fabriques, elle enfonce d’autres dans la crise en les coupant de leurs clients étrangers. De nombreux domaines connaissent une explosion de la demande afin de satisfaire une armée aux effectifs jusqu’alors inégalés. La main-d’œuvre qualifiée est très recherchée. Même les petits artisans des villages bénéficient du marché militaire. De 1790 à l’an IV, Lodève, spécialisée dans la fourniture de draps à l’armée, connaît une activité spectaculaire. Sa production aurait augmenté au moins de 50 %. Ni le manque d’ouvriers, ni les difficultés d’approvisionnement en matières premières, ni les controverses sur le Maximum, n’enrayent une forte croissance. La ville entraîne dans son sillage toute sa région, car de nombreux manufacturiers des localités des alentours sont ses sous-traitants. Certes, les fabriques travaillant pour l’exportation, notamment pour le Levant, sont durement touchées par le conflit. Mais la situation de ces entreprises, déjà en crise avant la Révolution, ne doit pas occulter le dynamisme de certaines fabriques pendant le conflit. En effet, l’éloignement de la guerre plonge Lodève dans le marasme, sous le Directoire, tandis que d’autres villes espèrent tout de la paix. Pendant toute la période, la municipalité lodévoise appuie ses fabricants, au prix de tensions avec les ouvriers, qui se plaignent de leurs salaires. Revendications sociales, activités culturelles ou religieuses, doivent s’effacer devant les nécessités de la défense de la Patrie. L’essor est similaire pour les tanneries. Partout, ces dernières travaillent pour la guerre. De nouveaux ateliers naissent. Ils ne se limitent pas à la fabrication de salpêtre. Les ateliers d’habillement, de fabrications de tentes, d’armement, les lieux de stockage, quadrillent l’espace urbain. L’effort de guerre a des effets sur l’évolution de la demande des civils. Ces derniers, notamment les plus aisés, ont durement ressenti les restrictions dans les produits venant de l’industrie du cuir et du textile.

10La Révolution a eu des conséquences psychologiques majeures sur l’économie. Elle a favorisé l’esprit d’entreprise en détruisant un certain nombre de blocages mentaux. Les grands projets des milieux modérés au pouvoir, en 1789-1791, rejoignent les actions menées en l’an II au nom de l’effort de guerre. Le gouvernement révolutionnaire parvient à des réussites incontestables, ainsi dans la fabrication de salpêtre. Si d’autres initiatives ne rencontrent pas le même succès, il est indubitable qu’elles donnent de l’élan à l’innovation. Même si les ambitions ont été limitées par les problèmes financiers, elles ont permis l’affirmation d’un nouvel esprit d’entreprise et la confirmation de réseaux solides d’entrepreneurs, formant des groupes de pression efficaces. Les révolutionnaires sont persuadés qu’ils peuvent profondément changer le monde, en économie comme ailleurs. Les notions de rapidité, de croissance et de rationalisation de la production font des progrès. Pour la première fois, la France est entrée dans une économie de guerre. L’essentiel de la production a été tourné vers les besoins de l’armée de 1793 à l’an III, voire l’an IV. Il est impossible de limiter l’effort de guerre à l’an II. La mobilisation économique se fait sentir bien après la chute des Montagnards. Qu’ils le veuillent ou non, les Thermidoriens ont dû, autant que leurs adversaires, intervenir dans l’économie pour nourrir, équiper l’armée. D’ailleurs, dans l’esprit de nombreux manufacturiers, rejoints par bien des citoyens, la guerre est devenue indissociable de la Révolution et de la République. Ce phénomène fait partie des transformations culturelles engendrées par le conflit qui ébranle, avec la Révolution, la société.

11La guerre permet au département de s’ancrer dans la conscience collective. Avec les impôts, les réquisitions suscitent le plus de réclamations qui convergent au chef-lieu, habituant les citoyens à s’adresser à l’autorité supérieure du nouvel ensemble administratif. D’autre part, les volontaires requis sont, avant l’amalgame, regroupés par bataillon départemental. Nommer un corsaire « le département de l’Hérault » permet à ses armateurs de se concilier les bonnes grâces des autorités. Cet acte fait partie des jalons qui permettent d’ancrer la nouvelle notion. Le département bénéficie des mutations des fiertés locales qui s’opèrent sous la Révolution, lorsque la menace espagnole a engendré une forte mobilisation. Le sentiment d’appartenir à une communauté plus vaste que le seul village progresse, non sans mal, par l’action, notamment des sociétés populaires.

12Ces dernières puisent dans la guerre une part importante de leur légitimité. L’aide au soldat est personnalisée. On s’occupe de « ses » volontaires, de la frontière proche. Cela explique l’audience des sociétés populaires au niveau local. Loin d’être des « machines » politiques déconnectées du réel, elles plongent au contraire dans l’univers prosaïque de la vie quotidienne. Ce ne sont pas des grandes questions philosophiques qui les agitent, mais des problèmes concrets. Ce faisant, ces organisations mettent en pratique les principes qui les animent : égalité, fraternité, patriotisme. Le don remédie, en partie, à un équipement insuffisant de l’armée. L’offrande patriotique est un geste politique rassembleur qui exalte la notion de sacrifice librement consenti. Elle est au centre de la vie démocratique en l’an II. Son succès s’explique par sa mutation : pratique traditionnelle des communautés villageoises, elle transcende les solidarités locales pour aboutir à une cohésion nationale. Le soldat tombé au champ d’honneur devient le symbole fort de ce don de soi. Les héros offrent une image transcendantale, affirmation d’une nouvelle façon de penser l’au-delà. Ils se substituent aux figures religieuses ou politiques traditionnelles. Les fêtes funèbres sont les éléments clefs de cette pédagogie du patriotisme. Les textes des sociétés politiques adaptent les discours nationaux pour mettre en valeur les enfants du « pays ».

13Les discours sur l’héroïsme évoluent avec la Révolution, ce qui prouve leur vitalité. L’image du héros change après Thermidor. Le peuple est progressivement gommé des fêtes funéraires en tant que force agissante. Il s’efface devant le grand homme. Ce dernier a un niveau social et des valeurs étrangères aux humbles. Le héros issu ou protecteur de la plèbe n’est plus de saison. De même, les récompenses civiques laissent la place à des gratifications matérielles. La convergence entre le reflux démocratique (par le retour à un système censitaire) et l’éloignement géographique de la guerre n’est pas le fruit d’un hasard. Le conflit ne menaçant plus le territoire national d’invasion majeure, le soldat citoyen cède la place à une armée de quasi-professionnels. La Révolution laisse cependant un héritage qui sera repris ensuite. La guerre provoque donc des effets paradoxaux : élément de démocratisation, elle permet ensuite l’établissement de la dictature. L’étude de deux militants, l’un royaliste, Jérôme Gombeau, l’ancien président du district de Lodève, l’autre patriote, la citoyenne Borain, révèle le poids de la guerre dans l’engagement sous la Révolution. Ces deux parcours, pour atypiques qu’ils soient, témoignent de l’implication politique croissante des citoyens, même ceux situés en marge par leurs opinions ou leur position sociale.

14Dans bien des communes, la répartition des réquisitions sur les villageois est rarement faite sans la convocation des citoyens concernés. Il y a donc des discussions. D’aucuns pourraient objecter que cela ne signifie pas une politisation. Les querelles d’hommes seraient plus certaines qu’une réflexion politique. Mais à partir du moment qu’il y a répartition des charges, il y a débat pour savoir qui doit donner et pourquoi. Qu’est-ce que la politique si ce n’est une réflexion sur la façon dont chacun doit participer aux charges communes ? Parfois, les sociétés populaires accentuent le phénomène, là où leurs membres, nombreux, représentent la quasi-totalité des maisonnées du bourg. La permanence de la réunion des principaux chefs de famille est un fait structurel dans les communautés, malgré l’État, même sous le Directoire, à un moment où les municipalités de commune ont disparu. Les échos de la guerre parviennent non pas à des paysans isolés mais à des communautés organisées qui voient ainsi leur espace géographique s’élargir. Le campagnard entend parler de contrées lointaines, à commencer par les autres départements français. Les nouvelles de la guerre évoquent des lieux inconnus qui révèlent un monde plus vaste. Les lettres des soldats font allusion à des territoires auquel on s’intéresse, car c’est là où se trouve l’être cher. La correspondance d’un enfant « du pays » est lue et relue en public. Le français, langue de l’armée et de la diffusion des nouvelles, progresse. Le nombre de militaires requis implique pratiquement toutes les familles. La guerre soude la cohésion de la communauté par les inquiétudes partagées, l’entraide en direction des familles des volontaires. En même temps que le conflit renforce le sentiment d’appartenance à un même pays, il exerce des pressions contradictoires qui multiplient les divisions.

15Les sujets de contestation s’accroissent avec la crue des réquisitions militaires qui amplifient le rejet de la Révolution. Les troubles qui éclatent au village dans la décennie 1789-1799 ne sont pas catalysés seulement par les problèmes religieux, « féodaux » ou les levées d’hommes. Des réquisitions matérielles créent des conflits. Seul le retrait prudent de commissaires de l’administration tout comme la force d’inertie des municipalités ont pu circonscrire les tensions. La réquisition d’un mulet représente un traumatisme aussi important que le départ d’un fils pour l’armée. L’ébranlement de l’économie domestique est équivalent. Cela ne signifie pas que le paysan rétif se jette automatiquement dans les bras de la contre-révolution. Les luttes contre le régime féodal se sont suffisamment prolongées pour que le retour à l’Ancien Régime ne soit pas une option majoritaire, mis à part les zones déchirées par les antagonismes entre protestants et catholiques. La guerre est un révélateur essentiel qui accroît toutes les crises, mettant à nu les antagonismes et les angoisses.

16Le rejet des réquisitions cimente la solidarité qui existe entre les villageois face à l’extérieur. Une sourde hostilité éclate, à ces occasions, entre villes et campagnes. Mais les réquisitions font aussi éclater la communauté villageoise. Des prélèvements comme la « haute-paye », les emprunts, les fournitures d’effets de toutes sortes et de bestiaux, de récolte, les dons, augmentent les clivages sociaux, entre « riches » et « pauvres », entre ceux qui estiment qu’ils donnent trop et ceux qui pensent qu’au contraire les plus aisés ne se dévouent pas assez. Par ailleurs, la désagrégation de l’autorité royale, à la fin des années 1780, le contexte de crise économique, ont permis l’émergence de bandes qui ont prospéré grâce aux bouleversements provoqués par la Révolution et par la guerre. La circulation d’une population flottante, de déserteurs, d’insoumis, parfois de soldats perdus de la contre-révolution, inquiète. Les règlements de comptes provoqués par des haines séculaires entre communautés, entre clans, des différents économiques, trouvent des auxiliaires dans les militaires en rupture de ban. Cela agrandit la rupture entre deux France, celle qui accepte la Révolution et celle qui la refuse.

17Dans ce contexte, disposer d’une arme est un droit essentiel. Elle fait partie de ces éléments qui, ajoutés les uns aux autres, font prendre conscience aux paysans de ce qu’ils ont gagné lorsqu’ils ont abattu le régime féodal. La guerre a engendré des flux intenses de fusils. L’armement touche l’amour-propre du paysan, fier de sa conquête du droit de chasse. Le sentiment d’insécurité, qui culmine sous le Directoire, conforte l’attachement à l’arme. La possession d’une « pétoire », loin d’être un élément anecdotique, joue un grand rôle dans l’affermissement de valeurs auxquelles le citoyen est attaché : la défense de ses propriétés, donc la consolidation d’un individualisme et d’une volonté d’indépendance. Le propriétaire, modeste ou aisé, s’y raccroche au milieu des craintes qui l’assaillent.

18Les rumeurs d’invasion réactivent, dès 1789, des peurs profondément ancrées dans l’inconscient collectif. Le mythe du complot connaît une fortune inégalée : la conspiration devient un élément explicatif essentiel. L’idée selon laquelle le Languedoc pourrait être pris en tenaille entre un débarquement étranger et un soulèvement intérieur resurgit, même si les acteurs changent. Les « fanatiques », les royalistes remplacent désormais les huguenots dans le soupçon de menées subversives qui viseraient l’établissement d’un second front, intérieur. Un climat de guerre civile larvée s’instaure dès les années 1790-1791. Malgré les discours violents sur l’Espagnol et le retour de la Légende Noire, le principal adversaire n’est pas l’étranger. Le comportement des administrations et des populations à l’égard des prisonniers de guerre est exempt de xénophobie. Au plus fort de la guerre, dans l’Hérault, l’adversaire est défini davantage par des options idéologiques que par une appartenance nationale. Cette attitude est présente encore sous le Directoire. Le nationalisme ne s’affirme vraiment que lors du retour en force de la guerre et des résistances qu’elle engendre. Le gouvernement tente de mobiliser des conscrits réticents en évoquant l’Anglais comme un être intrinsèquement pervers et cruel. Mais l’évolution de l’armée et des discours mobilisateurs ne profitent alors qu’à Bonaparte. Ce dernier se présente comme celui qui apporte la paix, éteint les motifs d’inquiétudes des Français.

19Riches ou pauvres, instruits ou illettrés, contre-révolutionnaires ou patriotes, partagent les mêmes angoisses. La vieille trilogie « fame, peste, bello », loin d’être un archaïsme particulier à une poignée d’individus, resurgit. La crainte devant les épidémies, apportées par des hôpitaux militaires de fortune, provoque de fortes tensions. Il existe une antinomie entre la célébration des soldats héroïques par les discours officiels et la peur que suscite leur corps souffrant. Les esprits, ébranlés par les problèmes religieux, se rassurent en retrouvant de vieux schémas interprétatifs. Beaucoup ont cherché à apprivoiser l’événement révolutionnaire en l’associant à des actes déjà existants ou annoncés.

20Le poids de la guerre a été si important, pour les contemporains, que ce conflit s’est entièrement confondu avec la Révolution elle-même. Les contre-révolutionnaires y ont vu un moyen pour détacher les populations du nouveau régime. L’impact de la guerre ne saurait se résumer à une influence plus ou moins directe sur quelques événements, essentiellement parisiens. Le conflit a rendu impossible la tâche que s’assignait la majorité des responsables politiques : terminer la Révolution s’est révélé une utopie. La guerre n’est pas un deus ex machina qui achève le Directoire par un coup d’État. Elle le mine dès sa naissance, et on pourrait dire la même chose pour tous les gouvernements qui se sont succédés à la tête de la France dans la décennie 1789-1799, favorisant à la fois leur avènement et leur déclin. Les combats sur la nature et le partage du pouvoir, les conflits sociaux et économiques, l’apparition de nouvelles références culturelles qui se mêlent aux anciennes, n’auraient jamais pris l’extension que l’on sait sans la présence de la guerre. Loin d’être un élément que l’on peut dissocier de la Révolution, comme un domaine à part, la guerre a permis à la fois son accomplissement et sa chute, favorisant l’émergence, non pas sur un consensus, mais par une juxtaposition d’antagonismes et d’intérêts opposés, d’une identité nationale.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540