Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Chapitre XI. Mobilisations idéologiques sous le Directoire

Texte intégral

1Avec l’avènement du Directoire, les contre-révolutionnaires reprennent confiance. La possibilité d’un changement de régime politique leur paraît à portée de main. Grâce au rejet de la guerre, les royalistes espèrent retourner les populations contre la république. Au contraire, par une mobilisation idéologique réussie, les hommes du Directoire souhaitent redonner un second souffle à leur gouvernement. Sur quelles idées reposent leurs discours politiques respectifs lorsqu’ils évoquent les rapports entre Révolution et guerre ? La paix avec l’Espagne, au début du Directoire, incite les contemporains à établi des bilans. Mais les argumentations des royalistes locaux n’ont pas laissé les traces d’un Bonald ou d’un Joseph de Maistre, sauf pour quelques individus, tel celui que nous allons suivre ici.

Un militant contre-révolutionnaire face à la guerre : peurs ancestrales et Révolution

  • 1 ADH, L 4713. Procès-verbal de l’élection des 24, 25, 27 juin 1790 des administrateurs du district (...)
  • 2 Ibid., L 4841. Contribution foncière de Gignac.
  • 3 Ibid., 74 EDT GG2. Gignac, état civil.
  • 4 Ibid., L 663. Correspondance du district de Lodève.
  • 5 AN, F 1C III Hérault 10. Lettre de Gombeau au président de l’Assemblée Nationale, janvier 1791.
  • 6 ADH, L 5706. Comité de surveillance de Gignac, séance du 9 octobre 1793.
  • 7 Ibid, 28 octobre 1793.
  • 8 Ibid., L 7169.
  • 9 Ibid., L 7169. Dossier de procédure contre Jérôme Gombeau, 28 ventôse an IV.
  • 10 Ibid., microfiche 5 Mi 32 R7. État civil de Gignac.

2Jérôme Gombeau (1726-1815) est un « bourgeois » qui a exercé des fonctions publiques éphémères au début de la Révolution. Il est élu, en juin 1790, membre du conseil du district de Lodève1 dont il obtient la présidence. Son élection marque l’ascension sociale d’une famille de propriétaires fonciers et d’hommes de loi, d’une ville plutôt prospère de 2 500 habitants2. Les Gombeau sont désignés comme « bourgeois » de père en fils au XVIIIe siècle3. Leur situation est renforcée par des alliances matrimoniales qui les lient aux familles les plus importantes du canton. La domination sociale s’accompagne d’une domination culturelle. Jérôme Gombeau utilise un français soigné en ces terres de Languedoc, connaît ses classiques Il a complété sa formation par des voyages. Mais son ascension politique s’arrête en janvier 1791. Il est destitué4 à la suite de la parution d’un ouvrage, envoyé au président de l’assemblée nationale, dans lequel il présente des idées contre-révolutionnaires5. Il est désormais marginalisé sur le plan politique. Il est même arrêté quelques jours, en octobre 1793, en tant que « suspect »6. Il conserve cependant des appuis qui lui permettent d’être rapidement relâché7. Après sa remise en liberté, il reprend une vie paisible de propriétaire foncier. Comme les autres citoyens aisés de sa commune, il n’hésite pas à protester vigoureusement contre certaines réquisitions8. Mais, en ventôse an IV, il est, à nouveau, arrêté comme « provocateur à la royauté, coupable d’attentat contre le gouvernement républicain et la sûreté de l’État ». Il a écrit une lettre au président du Conseil des Cinq-cents, où, selon l’accusation, il trace « un tableau aussi perfide qu’exagéré des maux de la France », et propose, pour y remédier, le « rétablissement de la royauté »9. Cette initiative - écrire au pouvoir législatif - n’est pas nouvelle pour Gombeau qui réitère son action de 1791. Jugé en prairial an IV, il est acquitté, bénéficiant de la clémence d’une justice locale aux sentiments révolutionnaires plutôt tièdes. Après cette affaire, J. Gombeau apparaît comme un « cultivateur », parmi tant d’autres. Il meurt à l’âge avancé de 89 ans, chez lui, à Gignac10, le 4 novembre 1815. Ce parcours n’a rien d’exceptionnel. Un citoyen figure parmi les réformateurs au début de la Révolution, et, ensuite, vu l’évolution des événements, parmi les contre-révolutionnaires. Ce qui le différencie des autres, c’est que, par deux fois, il s’adresse au président de l’assemblée du moment, afin de donner son opinion. Convaincu de la justesse de ses idées, il est persuadé qu’il peut influer sur les événements, par l’écriture. Cet aspect inhabituel permet la conservation d’éléments qui font connaître les opinions d’un contre-révolutionnaire.

  • 11 Ibid., L 7169. Copie de la lettre du 6 janvier 1796 (= 16 nivôse an IV) de J. Gombeau au président (...)

3La lettre de Jérôme Gombeau, du « 6 janvier 1796 » (16 nivôse an IV), au président du Conseil des Cinq-Cents, se déploie sur trois grands axes : la situation de la France en 1796, ses causes, et les solutions proposées pour y remédier11. Pour Gombeau, la guerre ne se comprend qu’insérée dans un enchevêtrement d’événements qui, depuis 1789, bouleversent la France. Lorsqu’il écrit, le conflit est désormais éloigné de l’Hérault. Le temps n’est plus, comme au printemps et à l’été 1793, où les méridionaux craignaient d’être submergés par l’ennemi. La paix avec l’Espagne est faite. Les réquisitions d’hommes, de bestiaux, de matériel, de denrées décroissent. L’appareil répressif qui les accompagnait, en l’an II, a disparu. La situation économique reste cependant difficile. Pour beaucoup, les subsistances sont une préoccupation majeure. Mais, avec l’éloignement de la guerre, la situation est en voie d’amélioration. Si l’on lit la lettre de Jérôme Gombeau, on peut douter de ces faits :

« Vous n’ignorez que la France est accablée de toutes espèces de maux. La guerre, la famine, la peste, l’air pestiféré des hopitaux militaires qui s’est communiqué aux villes, le feu, le feu [sic], les dévastations ravagent nos villes et nos campagnes et ne nous font voir que des malheurs qui s’accroissent de jour en jour (…). »

  • 12 ADH, L 7169. Interrogatoire fait par le juge de paix, 12 germinal an IV.
  • 13 Ibid., L 7169. Copie de la lettre du 6 janvier 1796 de J. Gombeau.

4Cette vision n’est pas le fruit d’une analyse froide et lucide de la situation. Elle est issue de peurs transmises et enseignées par la prédication et la tradition ecclésiale depuis des siècles. Les quatre cavaliers de l’Apocalypse sont dans la place et ravagent le pays en son entier. Des « maux » inouïs se sont déversés sur une France où « la digue de l’État » s’est écroulée. Si le gouvernement, en l’occurrence le Conseil des Cinq-Cents peut se croire épargné, ce n’est qu’illusion, répit passager et mensonger : « Les maux qui après avoir ravagé le peuple, tomberoient sur vous-mêmes. » Cette idée est très classique. Les peuples sont d’abord frappés, les dirigeants ensuite, une fois qu’ils ont vu disparaître leurs sujets et les biens du pays. Cette vision prophétique est toute imprégnée de souvenirs bibliques. Les réponses de J. Gombeau, lors de l’interrogatoire qui suit son arrestation, renforcent l’aspect religieux de cet écrit politique. Le royaliste affirme qu’il a écrit sous l’inspiration de « Jésus-Christ »12. Gombeau voit sa mission toute tracée : exposer aux dirigeants des moyens pour sortir le pays dans « l’abîme des maux »13 dans lequel il est plongé. La sombre litanie fame peste bello s’est abattue sur la France à cause de trois choses : « l’abolition de la royauté, l’anéantissement de la noblesse et le renversement du corps ecclésiastique. » Tous ces maux ont un auteur unique, « la première assemblée », c’est-à-dire l’Assemblée Nationale Constituante. Une des idées-forces de la lettre, est qu’il y avait possibilité, en 1789, d’aboutir à une réforme de certains abus sous l’Ancien Régime. Mais, hélas pour l’auteur, il y a eu transgression. L’Assemblée n’a pas respecté les limites qui lui étaient imparties, et de cet acte, tout a découlé, notamment la chose la plus catastrophique, le renversement de la monarchie. Gombeau n’évoque pas ce qui s’est passé ensuite, il le présente comme un chaos indistinct. À quoi bon parler du 10 août, de la Terreur ? C’est inutile, tout est en germe depuis la transgression initiale, celle de la Constituante qui, au lieu de s’en tenir au plan idéal proposé par les cahiers de doléances, a engagé le pays dans l’anarchie. À quoi bon décrire précisément ce qui est arrivé, guerre comprise, puisque tout cela est le résultat du Mal personnifié, la Révolution ? Cette idée se retrouve chez nombre d’auteurs contre-révolutionnaires. Elle a traversé les siècles. Il s’agit d’un schéma simple, celui d’un péché originel. Une fois celui-ci accompli, tout ce qui suit est inéluctable, et ne peut être que négatif, catastrophique. La France est tombée dans le chaos, le mal, dès les années 1790-1791, voire 1789. La république est, pour Gombeau, la pire des choses. Elle engendrerait automatiquement la guerre. Elle serait même « criminogène » tant la dispersion institutionnelle favoriserait la licence et la désobéissance civile. Elle livrerait le pays aux « intrigues des factieux » qui submergent la sanior pars. À l’appui de ses propos, Gombeau utilise des exemples tirés de l’Antiquité pour montrer que les grands hommes, les sages, sont la proie des démagogues et de la populace : Phocion, Socrate, Scipion l’Africain. Selon ces dires, la République est la domination du vice sur la vertu. Le discours de J. Gombeau reprend tous les grands thèmes érigés en dogme par la Contre-Révolution, et des images couramment diffusées, à propos de l’Ancien Régime (« On n’arrache pas un arbre qui est bien sain, à cause qu’il a des branches gâtées »).

5La solution à tous les désordres engendrés par la Révolution est cependant simple. La royauté doit être restaurée. Comment ? Gombeau pense que ce qu’une assemblée a fait, une nouvelle assemblée a le devoir de le défaire. Il écrit au président du Conseil des Cinq-Cents dans ce but. Les nouveaux députés doivent suivre ce qui a été demandé par le peuple en 1788-1789. Il faut d’abord « rappeler notre légitime chef à sa place qu’un droit confirmé par tant de siècles de jouissance lui a donné ». La continuité historique est fondamentale pour Gombeau. D’ailleurs, pour lui, il n’y a pas eu disparition de la royauté, car rien ne l’a remplacé. L’exécution de Louis XVI n’est pas mentionnée. Le roi est en premier lieu une entité idéale d’où naissent la cohésion et la force du pays. Il représente « l’unité de pouvoirs », « le plus ferme apuy de la subordination ». L’absence de roi crée les troubles, la désolation, la guerre. Certes, la monarchie n’est pas un système parfait, car le souverain est un homme. Il peut commettre des abus, notamment par la levée inconsidérée d’impôts pour satisfaire ses désirs au lieu de penser aux besoins de l’État. Cela rend nécessaire l’établissement d’une assemblée auprès du roi pour fixer le taux des contributions. Elle sera composée « d’hommes sages et éclairés », sans doute, dans l’esprit de Gombeau, de propriétaires aisés, pères de familles, fidèles à la monarchie. La paix reviendra automatiquement avec le rappel du souverain légitime. Pour l’ancien président du district de Lodève, les souverains étrangers sont entrés en guerre contre la France parce que le roi a été chassé du trône. Une fois celui-ci rétabli, ils s’empresseront de cesser le combat, et la guerre ne laissera pas de séquelles entre les peuples. En effet, le pays, avec son roi restauré, entrera dans une nouvelle ère. La paix sera générale. Elle assurera « le bonheur de l’Europe ». Pour Gombeau, il n’y a pas de luttes sur le plan commercial, territorial entre les États qui engendrent des conflits. La cause de la guerre est la subversion de l’ordre traditionnel des choses.

  • 14 ADH, L 5706. Comité de surveillance de Gignac, 9 octobre 1793.
  • 15 Ibid., L 2573. Lettre du commissaire du directoire exécutif près du tribunal correctionnel à Lodèv (...)
  • 16 ADH, Procès-verbal des commissaires du district, 11 prairial an II.
  • 17 Ibid., 74 EDT GG 9 Gignac. « Instructions pour Monsieur le curé de Gignac » (1ère moitié du XVIIIe(...)

6Gombeau a le sentiment d’être investi d’une mission supérieure pour sauver la France. Le contre-révolutionnaire emploie des expressions analogues à celle de ses adversaires pour magnifier le patriotisme. Est-ce l’esprit du siècle ou les adversaires de la Révolution subissent la contagion des discours qu’ils entendent depuis des années sur les vertus du sacrifice au pays ? Gombeau estime que, s’il n’est pas écouté, la France sombrera définitivement. La gestion du pays telle qu’elle est pratiquée est impossible. Le nouveau système fiscal n’est pas viable, la pratique des levées d’hommes non plus. Le gouvernement est condamné à manquer de soldats et d’argent pour la guerre. S’il essaye d’y remédier, il s’enfoncera encore plus dans le Mal, obligé qu’il sera « d’en venir à des exécutions qui seront bien terribles », c’est-à-dire replonger dans un système terroriste. Autrement dit la République engendre la guerre, et de l’union des deux naît la Terreur. Cette dernière est consubstantielle à un régime républicain qui veut être efficace. Déficits publics, Terreur, guerre, embrassement de l’Europe, s’expliquent, selon Gombeau, par une seule cause, la politique de la Constituante qui a transgressé ses pouvoirs, s’est éloignée des desseins de Dieu. Alors le Mal s’est abattu sur le royaume de France. L’histoire en tant que récit et analyse des faits n’existe pas pour Gombeau. Il y a le Bien, la royauté, les desseins de Dieu, le peuple qui doit suivre ces desseins, et les méchants qui amènent le chaos. De telles idées s’assoient sur la culture religieuse traditionnelle. Les républicains craignent la propagation de ces théories qui font de la Révolution une déviation néfaste pour ne pas dire maudite, menaçant royauté et religion ce qui provoquerait la colère de Dieu. Il est difficile de connaître la diffusion et la croyance en ces discours contrerévolutionnaires. Pour le cas abordé ici, celui de J. Gombeau, il est aisé de montrer a contrario combien ses initiatives sont atypiques. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il s’agisse d’un isolé. Lorsqu’il est arrêté, en octobre 1793, il l’est en même temps que cinq autres personnes, accusées, comme lui, d’avoir « fréquenté continuellement des assemblées suspectes »14. Le comité de surveillance pense que ces royalistes se réunissent chez un riche apothicaire où ils lisent et commentent des « papiers proscrits ». Les individus concernés ne se contentent pas de se réunir. Ils agissent car Gignac est une commune fort agitée, déchirée entre royalistes et jacobins. Cela est une constante pendant toute la Révolution15. En l’an II, le climat est particulièrement tendu, au moment de la déchristianisation. Une partie des Gignacois partage les hantises de Gombeau. Quelques-uns, notamment des femmes, se sont cotisés pour « dire des messes pour écarter la malignité d’une peste dont ils prétendoient que cette commune étoit menacée »16. Ils veulent ressusciter une cérémonie tombée en désuétude, très ancienne, fondée pour préserver la commune de l’épidémie17. Ils sont angoissés par des rumeurs alarmantes :

  • 18 Ibid., L 6980. Procès-verbal des commissaires du district, 11 prairial an II.

« Le bruit courait que l’hôpital militaire porteroit la peste dans Gignac et que pour l’écarter, il était bon de rétablir l’usage de dire une messe pour les veuves chaque vendredy. »18

7Cette rumeur, l’hôpital militaire apporte la peste, peut être prise comme un fait insignifiant, mais, en suivant les interrogatoires menés en l’an II à Gignac, elle paraît répandue. Elle s’enracine dans des angoisses provoquées à la fois par la guerre et par les bouleversements qui secouent la France depuis les années 1788-1789. Les hôpitaux militaires connaissent un taux de mortalité considérable. Les municipalités multiplient les réserves face à l’arrivée des gangrenés et des fiévreux. La crainte d’une épidémie générale est omniprésente :

  • 19 Ibid., 93 EDT Lodève 1D5. Séance de la municipalité de Lodève, 5 ventôse an II.

« au fléau destructeur de la guerre il semble vouloir s’enjoindre un autre qui est celui des épidémies. Déjà plusieurs communes des départements méridionaux en sont infectées, outre les généreuses victimes qui s’immolent tous les jours au champ de l’honneur, la mort a moissonné beaucoup d’autres citoyens, les communes les plus populeuses sont celles qui offrent ce triste spectacle avec des caractères effrayants. »19

  • 20 E. BRINGUIER et P. PELIZZARI, Démographie et subsistances à Lodève..., op. cit.

8La municipalité de Lodève, qui s’exprime ici, est confortée dans son argumentation par l’évolution de la situation sanitaire. La ville est en effet atteinte en l’an II par une forte épidémie de « fièvre putride »20. À ceci s’ajoutent les problèmes suscités par les sépultures des militaires décédés, qui, vu leur nombre, rendent les cimetières trop exigus. Les plaintes des directeurs des hôpitaux militaires se multiplient. Celui de Lodève réclame un nouveau terrain car le cimetière utilisé :

  • 21 ADH, 93 EDT Lodève 3 H31. Lettre du 23 ventôse an II à la municipalité de Lodève.

« ne peut plus recevoir les corps. Hier on ne put creuser la fosse du volontaire qui mourut, sans rencontrer le cadavre de son camarade déjà en pourriture… Il fallut, ne pouvant creuser qu’à 4 pieds et demi de profondeur, y jeter de la chaux vive pour provoquer la putréfaction et éviter les effets funestes de cet inconvénient. »21

  • 22 C. VALIN, « La Rochelle, place de guerre mars 1793-juin 1794 », p. 98-112, La Révolution française (...)
  • 23 AMB, 1D7. Séance du 1er ventôse an II de la municipalité de Béziers.
  • 24 P. HINTERMEYER, Politiques de la mort. Le concours de l’Institut sur les funérailles concernant un (...)
  • 25 ADH, L 846. Manuel des agents et adjoints municipaux supplément, an VII.

9Les mêmes phénomènes se retrouvent partout22. Les sociétés politiques s’inquiètent de la « salubrité de l’air ». La liaison entre épidémie, hôpitaux, cimetières militaires, est faite par tous23. Cet entassement des corps est d’autant plus mal vécu que les individus ont perdu l’habitude de se trouver en face de telles situations. Des pratiques qui ne choquaient guère les siècles précédents deviennent insupportables à un XVIIIe siècle qui a vu se développer les soucis hygiénistes et prophylactiques, et où le thème de la contagion connaît, pour reprendre les réflexions de P. Hintermeyer, une « fortune fabuleuse », puis « une extension illimitée »24. Cela provoque un traumatisme, accentué par la déchristianisation, instaurant un désordre dans les sépultures. Face à cela, les autorités réagissent, en augmentant leur surveillance et les règlements25, empiétant de plus en plus sur des domaines réservés jusque-là à l’Église, suivant ainsi des évolutions déjà amorcées précédemment. L’entassement des corps dans les hôpitaux militaires a accentué la volonté de mettre les cimetières à la périphérie de l’espace urbain.

  • 26 A. CORVISIER, La guerre. Essais historiques, Paris, 1995 (cf. p. 25).

10Pendant la Révolution, il y a une antinomie entre le corps du héros tel qu’il est célébré dans les fêtes officielles, et le corps des militaires malades ou blessés, considérés comme des facteurs de contagion mortels pour les civils. Cette irruption du cadavre, dans un siècle qui a voulu le mettre loin de lui, engendre des peurs d’autant plus vives que des pratiques propitiatoires chancellent. Les idées contre-révolutionnaires se nourrissent des inquiétudes nées de la guerre, de l’ébranlement de la situation traditionnelle, tout en assimilant certaines évolutions du siècle. Elles offrent des explications et des remèdes irrationnels prêts à être acceptés par des individus à la situation sociale très différente, mais dont l’esprit à la même vision religieuse du monde et de l’histoire. En s’écartant des pratiques religieuses qui protégeaient de certains maux, on s’expose inévitablement à subir ceux-ci, en s’attirant la colère du ciel. Les trois fléaux qui constituent la sinistre litanie « fame, peste, et bello » ont été présentés comme la conséquence du péché originel depuis un temps immémorial par les théologiens26.

  • 27 M. PERONNET, Les évêques de l’ancienne France, Lille-Paris, 1977, p. 949.

11Gombeau reflète les inquiétudes de certains de ses concitoyens. Les dévotes de Gignac, tout à leur croyance en un Dieu vengeur, ne sont pas plus isolées que lui. Des mandements des évêques, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, s’inquiétant des progrès de l’impiété, parlent de la colère de Dieu qui se manifeste sous forme de catastrophes qui s’abattent sur les humains27. La guerre est une des manifestations de ce courroux. Ce sentiment est très ancré chez Gombeau qui évoque les quatre cavaliers de l’Apocalypse, mort, guerre, famine, peste, parce que tout dans son milieu, sa culture, le pousse à voir ainsi les choses. Chez la plupart des contemporains, associer ces éléments est un réflexe conditionné, tant il est ancré dans les esprits, que ce soit parmi les patriotes ou chez les contre-révolutionnaires. Ce n’est pas un vestige de mentalités archaïques du Moyen-Âge, mais l’addition d’une culture biblique à des siècles de vécu, où trois catastrophes s’abattaient en cas de crise grave sur les peuples. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter les craintes de la municipalité de Lodève, à l’été 1793 :

  • 28 ADH, 93 EDT Lodève 1D4.

« Le citoyen maire a dit : deux fléaux dévastateurs de l’humanité la guerre et la dizette des grains désolent les villes et les campagnes un 3e fléau aussy meurtrier que les deux premiers nous menace. La chaleur excessive et une longue sécheresse peuvent traîner à leur suite des maladies épidémiques capables d’enlever ceux que les fureurs de la guerre et les horreurs de la famine avoient épargnés. »28

12Il n’y a pas d’exagération dans ces dires, car ils correspondent à la pensée des hommes de l’époque, et de leur vécu, étant donné que le mot « peste » recouvre la notion d’épidémie dévastatrice au sens large. Peu importe que la peste en tant que telle ne se manifeste plus de façon importante après 1721 sur le territoire français, que la famine ne touche plus vraiment les paysans à partir de la fin du XVIIIe siècle. Les Français de l’époque ne le savent pas, eux. Ils connaissent toujours des problèmes pour se nourrir, meurent de maladies contagieuses, notamment à l’armée, et, l’irruption de la guerre sur leurs terres est toujours possible. D’ailleurs les soldats envoyés en Égypte, confrontés à des revers, en l’an VII, expliquent leur situation en associant toujours les mêmes maux :

  • 29 « Journal d’un voyage commence le 7 novembre 1792 et terminé le 21 février 1801 par Antoine-Mathia (...)

« un fléau que dieu envoie aux malheureux humains dans sa juste colère pour nous faire sentir sa main vengeresse nous atteignit ; nous ressentions les horreurs de la disette d’eau, nous étions entourés d’ennemis, et la peste commonçoit à faire sentir les ravages parmi nous ? guerre, peste, et disette nous entouroit instantanément les trois fléaux les plus à craindre habitoient au milieu de nous. »29

13Dans ce cadre, il n’est pas indifférent de penser que l’homme qui prend le pouvoir en 1799 est celui qui se présente comme le héros qui a su affronter la peste, apporter la paix et la prospérité. L’épisode des pestiférés de Jaffa, dont le tableau de Gros est l’illustration la plus brillante, n’est pas une pièce anodine de l’imagerie napoléonienne mais est un pivot essentiel de l’apologie du grand homme.

  • 30 A. VIATTE, Les sources occultes du Romantisme. Illuminisme. Théosophie. 1770-1820, t. I : Le Préro (...)
  • 31 ADH, L 7169. Interrogatoire de Gombeau.

14D’autres éléments confortent les esprits inquiets dans leur refus de la Révolution. Le XVIIIe siècle, souvent présenté comme le siècle de la Raison, est aussi celui de l’irrationnel30. La diffusion à Gignac, chez Gombeau mais aussi d’autres citoyens, d’une prophétie apocalyptique annonçant la Révolution et la venue de l’Antéchrist atteste d’un climat de peurs ancestrales mêlées aux incertitudes du présent31. Cette prophétie, recueillie, dit-on, par un ancien évêque de Lodève, rejoint les conceptions de Gombeau : l’intervention directe de Dieu sur la terre, sa colère contre les humains, le bouleversement des choses engendrées par la Révolution, prémisse à la fin du monde. La guerre fait partie de ces conséquences inéluctables de cette plongée dans le chaos. Elle réveille des angoisses qui favorisent la montée d’options contre-révolutionnaires, notamment dans le domaine religieux. Les adversaires de la République, très tôt, jouent sur ces peurs, en annonçant la colère de leur divinité. La diffusion clandestine de lettres soi-disant de Dieu qui fustigent la Révolution, participe à la propagande contre-révolutionnaire. Le sort réservé aux impies reprend la trilogie classique, si on en croit ce document trouvé sur un mendiant (?) à Montpellier :

  • 32 Ibid., L 5812. Comité de surveillance de Montpellier. Pièce « miraculeuse » saisie sur le mendiant (...)

« Cette lettre a été envoyée de dieu et de notre seigneur Jésus-Christ et de sa propre main écrite (…) la maladie viendra sur vos bestiaux et vos champs seront maudits vous aurés la peste, la guerre, la famine et grandes angoisses de toute part pour marque de ma colère je vous annoncerais des signes clairs (…) grands tremblements de terre et d’autres maux. »32

  • 33 M. PERONNET, « Chant guerrier de l’armée de Luckner et Contre-Révolution : Montpellier en 1792 », (...)
  • 34 M. PAPENHEIM, « Les oraisons funèbres de Louis XVI et Marie-Antoinette des années 1814-15-16 : la (...)
  • 35 M. DENIS, « La Trappe de Melleray dans l’attente du Grand Monarque et de l’apocalypse légitimiste  (...)

15Le message correspond à un bagage culturel commun, qui est souvent réutilisé contre la Révolution33. Les évocations des mêmes maux sont trop nombreuses pour qu’on y voie une simple curiosité. Présentes en Languedoc, elles se retrouvent dans tout le territoire français. L’interprétation de la guerre « colère de Dieu » est caractéristique de la vision de la Révolution des catholiques (et royalistes) conservateurs. Les Légitimistes, la propageront tout au long du XIXe siècle34, et au-delà. Comme Gombeau, leur mysticisme n’hésite pas à s’appuyer sur des prophéties. Voilà un des opposants à la Monarchie de Juillet, dom Antoine de Beauregard, abbé fondateur de la Trappe de Notre-Dame de Melleray. Que trouve-t-on dans ses papiers ? La prophétie recueillie chez l’évêque de Lodève35, celle justement conservée par Jérôme Gombeau. Cette présence n’est pas anodine.

  • 36 R. DUPUY et M. MORABITO [dir.], 1795 Pour une République sans Révolution. (Actes du colloque de Re (...)

16En faisant de la guerre un élément consubstantiel à la Révolution, les contre-révolutionnaires désignent la République comme une des personnifications du Mal. Leurs idées sont inquiétantes pour les patriotes, car elles s’enracinent dans des croyances immémoriales, des peurs partagées par beaucoup. En l’an VII, elles peuvent compromettre les efforts des autorités pour mobiliser les citoyens face à la nouvelle coalition. La tâche est d’autant plus ardue que la recrudescence de la guerre est assimilée à un échec par certains partisans du Directoire. Beaucoup d’administrateurs espéraient, après Thermidor, aboutir à une « République sans Révolution »36, une gestion apaisée des affaires, sans que l’événementiel – la guerre, les conflits politiques – vienne bouleverser la conduite du pays à tout moment. L’irruption du fait militaire repose la question des moyens utilisés pour mobiliser la population. Les autorités locales sont prises entre les impératifs de la défense de la Patrie, l’argumentaire contre-révolutionnaire et leur volonté de ne pas revenir à l’idéologie de l’an II. La présentation de l’ennemi souligne ces ambiguïtés.

Le Barbaresque et l’Anglais

  • 37 ADH, L 224. Administration du département de l’Hérault, 19 ventôse an VII
  • 38 Le départ pour l’Égypte de la flotte date de floréal an VI, l’Empire Ottoman déclare la guerre à l (...)
  • 39 Ibid., L 2151. Arrêtés du Directoire Exécutif (pluviôse an VII), réponses des administrations loca (...)

17De 1790 à l’an III, il y a une différence entre les discours sur l’ennemi prononcés dans l’Hérault et ceux qui sont énoncés à Paris. L’Espagnol, danger principal à Montpellier et à Toulouse, est quantité négligeable dans la capitale qui a les yeux rivés sur la frontière nord-est. Par contre, en l’an VII, une même approche de l’adversaire peut souder le gouvernement et les départements du Midi, plus concernés désormais par le théâtre d’opération italien, et par la Méditerranée subissant la supériorité anglaise après Aboukir. La dénonciation de la « perfide Albion » prend une grande intensité. Le gouvernement anglais serait « uniquement avide de l’or et du sang de l’Europe »37. L’idée est classique tant elle est répétée durant la Révolution et l’Empire. Mais, en l’an VII, l’Anglais acquiert un nouveau trait de caractère, qui lui fait atteindre un summum dans la monstruosité. Son alliance avec l’empire ottoman engendre de noirs soupçons, développés par la propagande française. La rupture des relations avec la Porte ottomane, par l’expédition d’Égypte, a pour résultat de donner un adversaire de plus à la République38. Les autorités chargées de la sécurité des côtes méditerranéennes s’inquiètent. Avec l’Empire Ottoman, les États barbaresques d’Alger, Tunis et Tripoli, entrent en scène. Leurs flottes ne sont ni sophistiquées, ni nombreuses. Mais la navigation, y compris le cabotage, connaît des difficultés nouvelles dont elle se serait volontiers dispensée. Le conflit avec les Turcs prend les formes habituelles d’une entrée en guerre, en restant plus sur les principes que sur une action réelle. Les municipalités sont chargées de confisquer les éventuels biens algériens et autres39.

  • 40 Dictionnaire de Trévoux, article « Barbaresque ».
  • 41 ADH, L 2002. Lettre de la municipalité de Sète, 17 prairial an VII.
  • 42 Ibid., L 2002. Lettre de Cazouls Les Béziers au Département, 12 prairial an VII.
  • 43 Ibid., L 2002. Lettre de Petitguillaume, général commandant la 9e division militaire, 3 nivôse an (...)

18Le regard européen sur le Barbaresque au siècle des Lumières n’est guère flatteur. Si le Dictionnaire de Trévoux présente les « Barbares des campagnes » comme « laborieux, doux, libéraux », il ne manque pas de décrire en termes fort négatifs les habitants des villes : « fiers, avares, vindicatifs et de mauvaise foi »40. L’image la plus répandue est celle du pirate. Les écrits des différentes administrations, qu’elles soient issues de l’Ancien Régime ou de la Révolution, n’évoquent, en règle générale, les peuples de la Barbarie que sous ce dernier trait. Les craintes que suscite le Barbaresque sont renforcées par la grande activité des corsaires ennemis, qui s’attaquent même à des pêcheurs41. Les municipalités s’organisent en envoyant dans l’urgence des renforts pour éviter un débarquement ennemi42. Comme d’habitude, toutes se plaignent amèrement de moyens maritimes insuffisants. Le système de surveillance des côtes est tombé en déshérence depuis des mois. À Sète et à Agde, les municipalités n’ont plus de fusils disponibles. Brescou, fort essentiel du littoral, est dans le dénuement43.

  • 44 ADH, L 196. Séance du 13 juin 1792 de l’administration départementale. Mesures de sûreté « pour pr (...)

19Plus que du commerce, les contacts ou allusions à la Barbarie se résument à des mesures de sûreté, aggravées par un fait sinistre, celui de la présence endémique de la peste dans les territoires barbaresques44, comme dans les lieux dépendants de l’empire ottoman. Dans l’ordre des fantasmes négatifs, le Barbaresque est associé à deux fléaux, la piraterie, et la Maladie par excellence. Par son alliance avec ce Barbaresque, l’Anglais démontre toute sa monstruosité, sans limites. En ventôse an VII, le Directoire Exécutif prévient tous les départements maritimes que l’Angleterre a décidé d’introduire la peste en France en déposant sur le sol français soit des étoffes contaminées, soit des cadavres de pestiférés. Dans ce dernier cas, les Barbaresques, proies traditionnelles du « mal qui répand la terreur », en deviennent les principaux vecteurs. De victimes, ils deviennent coupables, phénomène assez répandu dans les croyances populaires en cas d’épidémie. Les autorités locales alertent rapidement leurs subordonnés en diffusant des imprimés sur le plan « infernal » des Anglais :

  • 45 Ibid., L 2151. Imprimé. Proclamation de l’administration du département de l’Hérault aux administr (...)

« Il est à craindre que les Algériens, les Tuniciens et les Tripolitains, suscités contre nous par la Porte Ottomane, et dont les mœurs féroces sont connues, n’emploient des moyens inusités et terribles, en cherchant à introduire dans les départements du Sud le fléau désastreux de la peste. »45

  • 46 ADH, L 2151. Proclamation du commissaire du directoire exécutif du département de l’Hérault aux ad (...)

20En proclamant l’existence d’une telle menace, l’objectif des autorités est clair : aboutir à une implication totale de tous les citoyens français46. Une mobilisation patriotique, pour réussir, doit convaincre les citoyens de la nécessité de la lutte. L’introduction de la peste est considérée comme un péril extrême même parmi les municipalités qui ne figurent pas parmi les plus menacées, vu leur éloignement du littoral. La vision traditionnelle du Barbaresque renforce l’argumentation utilisée :

  • 47 Ibid., L 2151. Extrait de délibération de la municipalité de La Livinière, an VII.

« Les mœurs barbares et féroces de ces nouveaux ennemis nous font craindre qu’ils pourraient employer contre nous dans l’excès de leur rage des moyens inusités nous avons à craindre qu’ils rejettent sur nos côtes quelque individu pestiféré et qu’ils ne traduissent chez nous par cet acte de férocité les fléaux si redoutable de la peste ; vous savez déjà combien sans doute il est intéressant que vous vous prétiez pour y prévenir cette catastrophe dont vous seriez peut-etre les premières victimes ; tout est prêt pour la prévenir il ne s’agit que d’avoir un nombre suffisant d’hommes pour le service des batteries, des bombardes, chaloupes canonières et autres batiments légers destinés à purger nos côtes. La solde vous sera exactement payés et vous aurez une bonne nourriture. »47

  • 48 E. POUPE et DONNADIEU, « Tentatives d’introduction de la peste en France pendant les guerres de la (...)
  • 49 ADH, L 2151. Imprimé du 1er ventôse an VII de l’administration sanitaire de Marseille.
  • 50 A. CORVISIER, Essais sur la guerre, Paris, 1995, p. 83.

21Les municipalités reprennent les termes utilisés par les autorités supérieures. Elles les enrichissent au besoin, en pensant que le danger évoqué permettra d’effacer des réticences pour l’effort de guerre. Pendant toute la fin de la Révolution et pendant l’Empire, la menace de l’arme bactériologique est prise au sérieux dans les départements maritimes. Plusieurs alertes sont déclenchées dans le Var, suite à la découverte d’effets soupçonnés d’être contaminés, ainsi que sur d’autres littoraux, par exemple du côté de Boulogne-sur-Mer48. En Méditerranée, Marseille n’est pas la dernière à s’émouvoir. L’administration sanitaire établie dans la ville, ordonne, dès le 1er ventôse an VII, des mesures de sûreté générale pour surveiller les côtes, brûler d’éventuels cadavres et marchandises trouvées49. De tels risques ont déjà été évoqués à des périodes antérieures50. Nouvelle fondée ou pas, l’épisode forge dans la conscience collective l’image d’un couple infernal, le Barbaresque et l’Anglais. Dans cette association, il n’y a pas égalité entre les deux partenaires. D’un côté, le Barbaresque est l’être primitif par excellence, le Barbare comme son nom l’indique : fruste, dénué d’intelligence, intrinsèquement porteur des germes de la peste. De l’autre côté, l’Anglais, l’être pervers, le cerveau dépravé, fait du premier son instrument :

  • 51 Ibid., L 2151. Municipalité du canton de Béziers, 14 prairial an VII.

« L’astucieux cabinet britannique, sentant sans doute son impuissance d’asservir la France libre par la force des armes, la corruption, l’incendie et l’assassinat, a renchéri sur l’atrocité de ses perfidies, il a suscité contre elle les puissances barbaresques et menace de vomir sur nos côtes ces êtres féroces qui laissent après eux le fléau destructeur de la peste. »51

22L’Anglais est le grand manipulateur. Il devient ainsi le seul ennemi de la République, les autres n’étant que des marionnettes entre ses mains. Ce faisant, le discours sur l’Anglais, au niveau local, rompt avec ceux tenus pendant une grande partie de la Révolution sur l’ennemi, « le despote couronné ». L’ennemi n’est plus un adversaire idéologique, mais un étranger malfaisant, porteur de tares, d’une méchanceté innée. Le passage du patriotisme au nationalisme est chose faite en l’an VII, dans ces discours. La nature du danger lui-même fait de l’Anglais le mal absolu. L’émigré, le traître français s’efface, pour ne plus voir que le Britannique, l’étranger, l’ennemi héréditaire de la France. La guerre étrangère passe ainsi devant la guerre civile, mais l’idéologie révolutionnaire conserve des accents du début de la Révolution. La dernière mobilisation patriotique, à partir de l’an VII, ne saurait se limiter à une dénonciation de l’Anglais. D’autres adversaires tiennent une place essentielle dans l’exaltation du patriotisme de l’époque.

L’attentat de Rastadt et l’Autrichien

  • 52 A. KUSCINSKI, Dictionnaire des Conventionnels, op. cit., et J. Sagnes, « Les députés de l’Hérault (...)
  • 53 J. WAQUET, « Un essai d’action psychologique. L’assassinat des plénipotentiaires français au Congr (...)
  • 54 Bulletin des Lois, n° 2881. « Loi relative à l’assassinat des ministres de la République française (...)
  • 55 Bulletin des Lois, n° 2884. Manifeste du Directoire Exécutif sur l’assassinat des plénipotentiaire (...)

23L’assassinat, par des hussards autrichiens, de deux plénipotentiaires français, Bonnier et Roberjot, à l’issue de l’échec des négociations du Congrès de Rastadt, en floréal an VII, a un retentissement considérable en Europe. Dans l’Hérault, l’attentat suscite une émotion particulière, car l’un des députés assassinés est un enfant du pays. Ange Bonnier d’Alco (1750-an VII) est issu d’une famille de la noblesse de robe parmi les plus renommées de la province de Languedoc. À vingt ans à peine, il est devenu président à la Cour des aides et finances de sa ville natale, Montpellier. Comme beaucoup d’hommes de son milieu, il assure des fonctions officielles dès les débuts de la Révolution. Membre de la municipalité de Montpellier, puis président du district, il est élu député à la Législative puis à la Convention. Homme discret, il n’obtient pas la notoriété d’un Cambon ou même d’un Fabre. Le Directoire lui confie divers postes ou missions diplomatiques, dont les négociations à Rastadt qui lui sont fatales52. Le gouvernement espère que l’événement soulèvera l’indignation et facilitera la conscription53. La loi du 22 floréal an VII ordonne la célébration dans tous les cantons, « d’une fête funéraire (…) les gouvernements coupables de l’assassinat des Ministres français y seront voués à la vengeance des peuples et à l’exécration de la postérité »54. Les noms des conscrits partis pour l’armée seront « proclamés solennellement à la fête et affichés honorablement (…) les noms des conscrits non partis seront honteusement désignés et seront affichés au temple décadaire ». Le Directoire reprend ainsi une pratique fréquente en l’an II, notamment dans les sociétés populaires : honorer ceux qui font leur devoir et couvrir d’opprobre les « lâches » qui abandonnent leur Patrie. Le gouvernement insiste sur la culpabilité autrichienne. Rastadt est un « affreux complément de cette suite d’atrocités dont l’Autriche a étonné l’Europe »55. Le pays ennemi est présenté comme coutumier de lâches attentats, qui violent sans hésitation le droit des gens. Le Directoire remonte jusqu’à Charles Quint. Même si l’État français insiste sur le fait que la guerre est menée contre « les gouvernements coupables », au nom de la Liberté des peuples, l’ennemi est avant tout l’Autrichien. La mobilisation patriotique au niveau local appuie-t-elle cette argumentation ?

  • 56 ADH, L 1038. procès-verbaux des municipalités de Fontès, Magalas, Clermont l’Hérault., Cessenon su (...)
  • 57 ADH, L 1038.

24Les orateurs des cérémonies locales, quand ils ne sont pas les présidents des administrations cantonales, sont souvent des instituteurs56. Ils sont les acteurs les plus engagés du lieu, des patriotes convaincus. Par voie de conséquence, l’argumentation déployée ressemble fort à celle élaborée en l’an II. Les « strophes récitées devant les citoyens de la commune de Marsillargues »57 plaisent au président de l’administration du canton, qui aimerait que l’administration départementale les fasse imprimer pour les diffuser. Des méthodes largement utilisées en 1793 et en l’an II resurgissent timidement. Les neuf strophes du poème reprennent un refrain qui insiste sur l’aspect politique du conflit à mener :

« Guerre, guerre au tyran ; qu’il tombe, qu’il périsse, Remplissons l’univers de son supplice. »

  • 58 Ibid., L 1038.
  • 59 Recueil des lettres circulaires, instructions, programmes, discours et autres actes publics émanés (...)

25Les mots désignant l’ennemi, dans le reste de l’œuvre, sont de la même veine. L’adversaire est décrit comme le « tyran » qui opprime les peuples, et, désire, par le meurtre, les réduire à l’esclavage. Toute l’argumentation est caractéristique d’une idéologie qui se veut démocratique en défendant le droit des peuples à exercer leur citoyenneté. Ailleurs, Jean-Baptiste Boye, instituteur, déclame, dans sa commune de Saint-André, son « Chant de vengeance sur l’assassinat du ministre de la République »58. Quatorze mots désignent l’ennemi. Le terme de « tyran », grâce au refrain, revient huit fois, auquel on peut ajouter « tyrannie » (une fois). Viennent ensuite les « Rois » (deux fois), puis les dénominatifs dénonciateurs (« lâche perfide », « monstre odieux »). « L’Autriche », elle, n’est citée qu’une fois. L’ennemi n’est pas défini par des critères nationaux, mais selon des principes politiques. Souvent on présente des gouvernants moins sensibles à des préjugés nationalistes que le peuple, qui serait porté plus facilement à une xénophobie face à l’étranger. Mais ici, les poèmes des instituteurs ont un discours patriote bien plus que nationaliste. Ils suivent en cela le gouvernement lui-même qui, pour mobiliser les esprits – et les conscrits – reprend une terminologie révolutionnaire pour désigner l’adversaire à combattre. Le ministre de l’intérieur évoque la lutte à mener contre « le despotisme »59. Mais est-ce que l’accent mis sur la lutte contre la « tyrannie » est compatible avec les principes et la politique tant intérieure qu’extérieure du Directoire ? Le thème de la lutte contre les « tyrans », porteur en l’an II, ne l’est plus guère, si ce n’est parmi les « néo-jacobins ». Le combat contre « la tyrannie » sous-entend des aspects sociaux et politiques qui ont perdu beaucoup de leur sens. Le langage utilisé, frère des discours de l’an II ou de 1792, ne saurait l’être sans contradiction en l’an VII. Par voie de conséquence, on ne peut faire de ce patriotisme un pur décalque de celui élaboré par le gouvernement révolutionnaire.

L’évolution des fêtes funèbres et du héros

  • 60 ADH, L 1038. Procès-verbal de la fête funèbre célébrée dans la commune de Montpellier le 20 prairi (...)

26La cérémonie qui est consacrée aux plénipotentiaires tués à Rastadt prend un éclat particulier à Montpellier, ville de l’ancien président de la Cour des Aides. La municipalité se met en frais, avec un long cortège. Elle fait imprimer un procès-verbal de la fête funèbre60. Sur les dix-huit pages du discours, quinze sont uniquement consacrées à l’éloge de Bonnier d’Alco. Une page à peine est consacrée aux autres victimes de l’attentat. L’éloge du plénipotentiaire, fait par le président de l’administration municipale de Montpellier, rompt avec ceux prononcées en l’an II. Certes, de prime abord, les ressemblances l’emportent : même souci de présenter les multiples qualités, le dévouement au pays, le désintéressement. L’insistance est mise sur le courage, la fidélité à ses amis, à ses convictions, caractéristiques qui pourraient s’appliquer à un héros de l’an II autant qu’à un héros du Directoire. Enfin, ce ne sont pas, dans un cas comme dans l’autre, des pauvres hères qui sont décrits : leur culture, leurs connaissances valorisent le portrait-type du grand homme en Révolution.

  • 61 ADH, L 5523. Éloge funèbre de Fabre…, op. cit.

27Mais il convient de nuancer ces premières impressions. Les qualités évoquées ne reposent pas sur les mêmes fondements idéologiques. En l’an VII, le héros, en l’occurrence Bonnier d’Alco, se distingue du commun des mortels par ses talents intellectuels, son sens du jugement, son savoir, qui font de lui un être supérieur. Il ne trouve pas, parmi les autres hommes des semblables, c’est-à-dire des êtres comparables par leurs capacités. Les talents intellectuels surclassent les qualités humaines qui étaient au premier plan des descriptions des héros des années 1793-1794. Les orateurs de l’an II présentent des héros qui s’entourent toujours du peuple. Leur leitmotiv est le « représentant du peuple » qui défend les droits de tous. Un Fabre, un Beauvais, sont des citoyens exceptionnels parce qu’ils conjuguent talents personnels et goût du contact avec le peuple qu’ils ont entrepris de guider. Bonnier, lui, paraît bien lointain. Le président de l’administration municipale s’appesantit sur la famille du héros qui lui donne un statut social honorable, un savoir et des talents qui lui confèrent, très jeune, une place particulière. Il n’est plus question, en l’an VII, de vanter un héros en rupture de ban avec une famille noble : répudier un phénomène de caste oui, pas un réseau social riche et éclairé. Le grand absent de l’éloge de Bonnier d’Alco est le peuple, dont la mention, rare (deux seulement), est ambiguë. Bonnier est bien sûr animé par « l’amour du peuple ». Mais le discours présente un homme qui sert son « pays », sa « patrie », pas le peuple en tant que tel. Le fossé est béant entre les simples citoyens et Bonnier, entre le « génie » aux multiples connaissances et « l’ignorance du peuple ». Certes, en l’an II, une supériorité existe de facto, mais, comme Fabre au milieu des « paisibles agricoles »61, l’homme éclairé guide et fait accéder à des sphères supérieures l’ensemble de la population, ce qui n’est pas le cas en l’an VII. Le volet social qui complète le tableau de l’héroïsme en l’an II a disparu. Les contacts directs avec le peuple sont absents, tout comme les préoccupations pour soulager la pauvreté souffrante, pour attribuer aux paysans davantage de terres. Bonnier est un magistrat, entouré de ses pairs, dont l’action se situe à un niveau élevé, bien au-dessus du quotidien des Français : la diplomatie, la législation, choses vues comme des sciences qu’il faut maîtriser, où les qualités de cœur sont désormais absentes au profit des « talents » et des capacités intellectuelles.

  • 62 J. -P. CAPELLE, La fête révolutionnaire …, op. cit., p. 193.

28Enfin, le panégyrique de Bonnier d’Alco n’a rien de la chronique d’un martyr annoncé comme c’était le cas pour les héros de l’an II. Il ressemble à un éloge académique d’un membre d’une société savante. Les circonstances de la mort sont peu évoquées, au contraire des discours de l’an II qui s’étendent longuement sur les souffrances du héros et sa mort glorieuse. L’attentat est une adversité de plus qui s’abat sur Bonnier d’Alco, pas une apothéose. La définition du grand homme n’est plus la même. Dans la France montagnarde, le héros offre sa vie à la Patrie. Le don de son existence est l’aboutissement logique d’un engagement. Dans la France du Directoire, le grand homme, membre d’un milieu social élevé de notabilités, œuvre dans les assemblées ou les cabinets pour la grandeur du pays. La mort tragique étant éludée, le sacrifice qui est vraiment décrit est celui de la fortune. En effet, l’orateur s’étend assez longuement sur le fait que Bonnier, pourfendeur des privilèges, soit devenu « pauvre ». Chaque société se définit ce qu’elle sacrifie pour le pays : en l’an II, la vie, sous le Directoire, la fortune. La formule est lapidaire, mais elle permet de montrer que, malgré la réutilisation de certains éléments, la signification de la cérémonie funèbre a complètement changé entre l’an II et l’an VII. Les discours et le cérémonial reflètent étroitement les sociétés qui les organisent. Il est donc difficile de parler de « la » fête révolutionnaire en général, puisque les cérémonies de la Révolution ne sauraient constituer un bloc homogène, les fêtes funèbres encore moins que les autres. Dans celle consacrée aux plénipotentiaires assassinés, l’élément militaire domine. Le cortège affiche nettement ses objectifs : mobiliser les Français pour la guerre, surtout les conscrits. Ces derniers sont intégrés dans le défilé pour faire sentir qu’ils s’incorporent aux troupes qui les précèdent (ligne, hussards). La fête se dote de tout un appareil guerrier. Un civil est célébré, mais avec l’attirail d’un homme d’armes, ce que ne fut jamais Bonnier d’Alco. La cérémonie, avec les airs lugubres des chœurs, la musique funèbre des tambours recouverts d’un crêpe noir, veut aboutir à une dramatisation, pour faire prendre conscience à la population de l’importance de l’instant, la nécessité d’y faire face en mobilisant toutes les énergies. Le cortège a un aspect élitiste. Contrairement à l’an II, les simples citoyens ou citoyennes n’y apparaissent pas. Mis à part les autorités constituées, les seuls civils présents sont des hommes ayant une place reconnue dans la société, révélateur d’un niveau social élevé (« savants et artistes », tels les professeurs de l’École de médecine). Il y a bien les conscrits, mais ils n’apparaissent pas en tant que citoyens, leur position dans le cortège indique qu’ils sont déjà des militaires, tandis que la garde nationale sédentaire avec sa musique, par ses tambours, renforce l’aspect guerrier. Les fêtes du Directoire se caractérisent d’ailleurs par une militarisation certaine, où les parades, les simulacres militaires occupent une place plus importante qu’auparavant62.

  • 63 P. VAN TIEGHEM, Ossian en France, Paris, 1917.
  • 64 Recueil des lettres circulaires, instructions… du citoyen François (de Neufchâteau), op. cit, t. 2 (...)

29Certes, comme en l’an II, les appels au civisme républicain inspiré de l’Antiquité sont présents. Mais une nouvelle référence apparaît, Ossian. L’écrivain Mac Pherson a obtenu un succès phénoménal, dans une Europe des Lumières où naît le Romantisme. Il a « traduit » du gaélique des poésies épiques d’un barde légendaire. Cette irruption du héros à la mode, dans des discours saturés jusqu’alors de références à l’Antiquité, peut surprendre. On peut y voir l’influence du littérateur de l’Ancien Régime qu’était François de Neufchâteau, séduit, comme beaucoup d’autres, par le best-seller de l’époque63. Dans ses lettres ou circulaires, ce ministre de l’intérieur demande de célébrer les victimes de Rastadt, en mêlant les poètes antiques aux « bardes » qui renvoient directement à Ossian64. Cette apparition d’Ossian peut paraître anodine. Mais le choix des modèles que l’on donne au peuple n’est en rien innocent. Lorsque le « style d’Ossian » concurrence l’Antiquité classique, la signification est politique et sociale, pas simplement littéraire. Les personnages de Mac Pherson n’ont rien à voir avec un Phocion, un Cincinnatus ou un Brutus. Les premiers ne sont en rien des citoyens. Ce sont les guerriers d’un monde où la valeur suprême est la gloire. Ce ne sont pas des hommes de la discussion, de l’agora (difficile à concevoir dans les landes celtiques…). La guerre est leur activité principale. Il y a des chefs, des combattants qui les suivent, dans une société entièrement tournée vers la valeur guerrière. Tous suscitent l’admiration par leurs exploits. Par contre, le héros grec ou romain, tel qu’il est donné en exemple pendant la Révolution, n’est jamais complètement un militaire. Il est un soldat victorieux, mais cette qualité s’efface toujours devant son essence profonde de citoyen. Le héros romain, dans les discours de la première partie de la Révolution, est celui qui retourne à sa charrue une fois la guerre terminée.

  • 65 A. JOURDAN, Les monuments de la Révolution 1770-1804. Une histoire de représentation, Paris, 1997. (...)
  • 66 Même si l’on sait, par ailleurs, que Girodet était critique par rapport à l’évolution de Bonaparte

30Passer de l’Antiquité à Ossian dévoile la rupture très nette qui existe entre le héros de la Convention Montagnarde et celui du Directoire : le citoyen-soldat s’efface devant le guerrier. La propagation du « style d’Ossian » dans les discours locaux indique les changements radicaux de la société. Les discours des fêtes funéraires ne sont jamais des figures de rhétoriques déconnectées du réel. Ils illustrent les valeurs dominantes d’une société. D’ailleurs, si Bonnier et Roberjot sont des héros civils, il est tentant de dire qu’ils sont les seuls dans les fêtes funèbres du Directoire. Qui est célébré dans ces cérémonies, si ce n’est des militaires (Hoche, Joubert…) ? Le héros est désormais le guerrier qui conquiert de vastes territoires. Cette évolution se fait sentir dans l’ensemble du pays65. Non seulement Ossian est à la mode, mais il est à la mode parce qu’il correspond à des mouvements profonds de la société française. Le tableau de Girodet, « l’apothéose des guerriers français morts pour la patrie pendant la guerre de la Liberté », de 1802, est l’aboutissement d’une sensibilité qui fait disparaître le héros-citoyen au profit du héros-guerrier. Ce n’est pas un hasard si le tableau soit accroché à La Malmaison, chez un grand admirateur de l’œuvre de Mac Pherson…66 Une œuvre comme celle de Girodet reflète les transformations profondes du statut de l’héroïsme dans un pays, qui ne sauraient se limiter à une élite parisienne. Bien des citoyens, déçus par l’évolution politique du pays, trouvent une compensation dans les victoires de la France, tel cet ancien administrateur du district de Montpellier, aux moments difficiles de l’an V :

  • 67 AN F 1c Hérault 9. Lettre de Lambert, 30 thermidor an V, au ministre de l’Intérieur.

« Depuis deux ans j’aurais succombé de douleur en voyant les meurtres, les assassinats (…) faits aux amis vrais et sincères de la Patrie, je me serois livré au désespoir si j’avais pu doutter de son salut, mais l’espérance que m’inspiroient nos braves défenseurs, les Héros que je voyais à leur tête, les exploits éclatants qui leur étoient familiers, la gloire immortelle dont ils se couvroient tous les jours. »67

  • 68 ADH, L 220. Séance de l’administration centrale de département du 29 pluviôse an VI.
  • 69 Ibid., L 5523. « Éloge funèbre du général Joubert. Prononcé à Montpellier le 20 vendémiaire an VII (...)
  • 70 J.-P. BERTAUD, Guerre et société en France de Louis XIV à Napoléon 1er, Paris, 1998, p. 171.

31Il est éclairant que les « Héros » ne soient pas les « braves défenseurs » de la Patrie, les simples soldats. Seuls les généraux ont droit à ce titre. On est loin du Recueil des actions héroïques et civiques des Républicains français. Si la Convention thermidorienne, soucieuse d’effacer le culte des martyrs de la liberté de l’an II, a interdit monuments et bustes consacrés à des héros morts récemment ou à des vivants, le Directoire ne parvient pas à maintenir une telle conduite. Dès l’an VI, des sculpteurs locaux offrent aux administrations des bustes du grand homme68. Bien avant Brumaire, Bonaparte a vaincu le régime en place sur le plan de l’image. Le 20 vendémiaire an VIII, l’éloge du général Joubert, prononcé lors de la cérémonie funèbre célébrée à Montpellier69, se transforme à une invocation dithyrambique à Bonaparte. Le malheureux Joubert n’est plus, à Montpellier comme ailleurs70, qu’un faire-valoir du futur Napoléon. Ce dernier devient un deus ex machina que l’on attendrait impatiemment en France. L’opinion passe ainsi insensiblement de la célébration des citoyens-soldats, à celle des militaires conquérants, puis à celle du seul Bonaparte : des héros de la Révolution au Héros.

  • 71 ADH, L 229. Administration de département de l’Hérault, 7 nivôse an VIII.
  • 72 Ibid., L 229. Proclamation aux conscrits, 7 nivôse an VII.
  • 73 Ibid., L 229. Procès-verbal de la cérémonie du 10 nivôse an VIII de la remise des drapeaux du Prem (...)

32La guerre change de signification. Il est révélateur que l’administration de département finissante, dans une proclamation adressée aux conscrits insoumis, insiste sur les avantages matériels qu’ils peuvent retirer de leur engagement71. L’appel au civisme est toujours présent mais il est de moins en moins considéré comme un argument convaincant. La substitution dans le langage des autorités du mot « droits » par le mot « récompenses » indique l’ampleur de l’évolution politique et sociale. Pour appeler les conscrits à l’armée, on les appelle encore « citoyens », mais des citoyens aux pouvoirs bien réduits, puisqu’ils doivent avant tout se comporter comme « des enfants dociles »72 selon l’administration départementale. La conception de la citoyenneté, telle qu’elle est née pendant la Révolution, s’estompe bien avant le 18 Brumaire. La notion de don, sacrifice librement consenti tel que le décrivait l’an II, est radicalement modifiée au profit d’une relation entre des soldats et un chef qui reconnaît leur fidélité. Cela aboutit au Consulat puis à l’Empire. Les cérémonies de l’an VIII, autour de la levée des conscrits, enregistrent cette évolution plus qu’elles ne la créent. La remise des drapeaux est faite par les diverses autorités qui sont soigneusement énumérées, l’ordonnancement du cortège, très rigoureux, comme toujours dans les procès-verbaux, évoque les différents corps de troupes. Tout le monde est cité, présent… sauf le peuple73.

  • 74 Cette relation entre guerre et Révolution est promise à un bel avenir, puisque les républicains du (...)

33La militarisation des cérémonies funèbres, l’exaltation des chefs de l’armée, renforcent l’idée selon laquelle guerre et Révolution sont indissociables. Les patriotes comme les contre-révolutionnaires véhiculent cette opinion, les uns pour exalter « la grande nation à vaincre accoutumée », les autres pour condamner les transformations révolutionnaires, jouer sur les peurs ancestrales d’une population ébranlée par les bouleversements révolutionnaires. Rejet et fascination de la guerre se mêlent, au détriment de la République, en se cristallisant autour de la personnalité de Bonaparte. Les reculs démocratiques de l’époque du Directoire doivent beaucoup aux mutations du conflit. Beaucoup voient dans le coup d’État de Brumaire la fin de la Révolution et donc le retour à la paix, persuadés qu’il ne peut y avoir de Révolution sans guerre74, tant l’une et l’autre ont caractérisé la décennie 1789-1799.

Notes

1 ADH, L 4713. Procès-verbal de l’élection des 24, 25, 27 juin 1790 des administrateurs du district de Lodève.

2 Ibid., L 4841. Contribution foncière de Gignac.

3 Ibid., 74 EDT GG2. Gignac, état civil.

4 Ibid., L 663. Correspondance du district de Lodève.

5 AN, F 1C III Hérault 10. Lettre de Gombeau au président de l’Assemblée Nationale, janvier 1791.

6 ADH, L 5706. Comité de surveillance de Gignac, séance du 9 octobre 1793.

7 Ibid, 28 octobre 1793.

8 Ibid., L 7169.

9 Ibid., L 7169. Dossier de procédure contre Jérôme Gombeau, 28 ventôse an IV.

10 Ibid., microfiche 5 Mi 32 R7. État civil de Gignac.

11 Ibid., L 7169. Copie de la lettre du 6 janvier 1796 (= 16 nivôse an IV) de J. Gombeau au président du Conseil des Cinq-Cents. Elle fait quatre pages environ.

12 ADH, L 7169. Interrogatoire fait par le juge de paix, 12 germinal an IV.

13 Ibid., L 7169. Copie de la lettre du 6 janvier 1796 de J. Gombeau.

14 ADH, L 5706. Comité de surveillance de Gignac, 9 octobre 1793.

15 Ibid., L 2573. Lettre du commissaire du directoire exécutif près du tribunal correctionnel à Lodève, au commissaire du directoire exécutif du Département, 28 messidor an VII. Cf. aussi B. GAINOT, 1799, un nouveau jacobinisme ?, Paris, 2001, p. 308-317.

16 ADH, Procès-verbal des commissaires du district, 11 prairial an II.

17 Ibid., 74 EDT GG 9 Gignac. « Instructions pour Monsieur le curé de Gignac » (1ère moitié du XVIIIe siècle).

18 Ibid., L 6980. Procès-verbal des commissaires du district, 11 prairial an II.

19 Ibid., 93 EDT Lodève 1D5. Séance de la municipalité de Lodève, 5 ventôse an II.

20 E. BRINGUIER et P. PELIZZARI, Démographie et subsistances à Lodève..., op. cit.

21 ADH, 93 EDT Lodève 3 H31. Lettre du 23 ventôse an II à la municipalité de Lodève.

22 C. VALIN, « La Rochelle, place de guerre mars 1793-juin 1794 », p. 98-112, La Révolution française : la guerre et la frontière (119e et 121e Congrès des sociétés historiques et scientifiques (Amiens, Nice). Section Révolution française), Paris, 2000.

23 AMB, 1D7. Séance du 1er ventôse an II de la municipalité de Béziers.

24 P. HINTERMEYER, Politiques de la mort. Le concours de l’Institut sur les funérailles concernant un peuple libre, germinal an VIII, Paris, 1981, p. 10.

25 ADH, L 846. Manuel des agents et adjoints municipaux supplément, an VII.

26 A. CORVISIER, La guerre. Essais historiques, Paris, 1995 (cf. p. 25).

27 M. PERONNET, Les évêques de l’ancienne France, Lille-Paris, 1977, p. 949.

28 ADH, 93 EDT Lodève 1D4.

29 « Journal d’un voyage commence le 7 novembre 1792 et terminé le 21 février 1801 par Antoine-Mathias Bonnefons, sergent d’artillerie », manuscrit déposé à la bibliothèque Inguimbertine de Carpentras.

30 A. VIATTE, Les sources occultes du Romantisme. Illuminisme. Théosophie. 1770-1820, t. I : Le Préromantisme, Paris, 1928.

31 ADH, L 7169. Interrogatoire de Gombeau.

32 Ibid., L 5812. Comité de surveillance de Montpellier. Pièce « miraculeuse » saisie sur le mendiant Bastide « venant de Vendée » ? An II ?

33 M. PERONNET, « Chant guerrier de l’armée de Luckner et Contre-Révolution : Montpellier en 1792 », p. 475-486. Actes des 113e et 114e Congrès nationaux des Sociétés savantes (Strasbourg 1988-Paris 1989). Révolution française 1988-1989, Paris, 1991.

34 M. PAPENHEIM, « Les oraisons funèbres de Louis XVI et Marie-Antoinette des années 1814-15-16 : la rhétorique expiatoire », Saint-Denis ou le jugement dernier des rois. Actes du colloque des 2-4 février 1989 de Saint-Denis. Saint-Denis, 1993, p. 315-323.

35 M. DENIS, « La Trappe de Melleray dans l’attente du Grand Monarque et de l’apocalypse légitimiste », p. 451-458, Églises, Éducation, Lumières… Histoires culturelles de la France (1500-1830). En l’honneur de Jean Quéniart. Textes réunis par A. CROIX, A. LESPAGNOL et G. PROVOST, Rennes, 1999.

36 R. DUPUY et M. MORABITO [dir.], 1795 Pour une République sans Révolution. (Actes du colloque de Rennes, 29 juin-1er juillet 1995.) Rennes, 1996.

37 ADH, L 224. Administration du département de l’Hérault, 19 ventôse an VII

38 Le départ pour l’Égypte de la flotte date de floréal an VI, l’Empire Ottoman déclare la guerre à la France le 23 fructidor an VI.

39 Ibid., L 2151. Arrêtés du Directoire Exécutif (pluviôse an VII), réponses des administrations locales.

40 Dictionnaire de Trévoux, article « Barbaresque ».

41 ADH, L 2002. Lettre de la municipalité de Sète, 17 prairial an VII.

42 Ibid., L 2002. Lettre de Cazouls Les Béziers au Département, 12 prairial an VII.

43 Ibid., L 2002. Lettre de Petitguillaume, général commandant la 9e division militaire, 3 nivôse an VII.

44 ADH, L 196. Séance du 13 juin 1792 de l’administration départementale. Mesures de sûreté « pour préserver l’empire du fléau de la contagion » suite à une pétition de Montpelliérains à propos de la présence d’un corsaire barbaresque sur les côtes.

45 Ibid., L 2151. Imprimé. Proclamation de l’administration du département de l’Hérault aux administrateurs municipaux, 26 ventôse an VII. 3 p.

46 ADH, L 2151. Proclamation du commissaire du directoire exécutif du département de l’Hérault aux administrations municipales, 26 ventôse an VII.

47 Ibid., L 2151. Extrait de délibération de la municipalité de La Livinière, an VII.

48 E. POUPE et DONNADIEU, « Tentatives d’introduction de la peste en France pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire », p. 68-76, Bulletin de la société d’études scientifiques et archéologiques de Draguignan, t. XXXIX, 1932-1933.

49 ADH, L 2151. Imprimé du 1er ventôse an VII de l’administration sanitaire de Marseille.

50 A. CORVISIER, Essais sur la guerre, Paris, 1995, p. 83.

51 Ibid., L 2151. Municipalité du canton de Béziers, 14 prairial an VII.

52 A. KUSCINSKI, Dictionnaire des Conventionnels, op. cit., et J. Sagnes, « Les députés de l’Hérault aux assemblées révolutionnaires », Études sur l’Hérault, n. s 7-8, 1991-1992, p. 141-166.

53 J. WAQUET, « Un essai d’action psychologique. L’assassinat des plénipotentiaires français au Congrès de Rastatt (28 avril 1799) et l’appel des conscrits de l’an VII aux armes », Revue Internationale d’histoire militaire, 1970, n° 30.

54 Bulletin des Lois, n° 2881. « Loi relative à l’assassinat des ministres de la République française à Rastadt. 22 floréal an VII ».

55 Bulletin des Lois, n° 2884. Manifeste du Directoire Exécutif sur l’assassinat des plénipotentiaires français au Congrès de Rastadt, 18 floréal an VII.

56 ADH, L 1038. procès-verbaux des municipalités de Fontès, Magalas, Clermont l’Hérault., Cessenon sur la fête du 20 prairial an VII.

57 ADH, L 1038.

58 Ibid., L 1038.

59 Recueil des lettres circulaires, instructions, programmes, discours et autres actes publics émanés du citoyen François (de Neufchâteau) pendant ses deux exercices du Ministère de l’Intérieur, t. 2. À Paris de l’imprimerie de la République, an VIII. Lettre du 2 prairial an VII, p. 227-233.

60 ADH, L 1038. Procès-verbal de la fête funèbre célébrée dans la commune de Montpellier le 20 prairial, en mémoire des Ministres Français, Bonnier et Roberjot, assassinés à Rastadt par l’exécrable maison d’Autriche, Montpellier, an VII.

61 ADH, L 5523. Éloge funèbre de Fabre…, op. cit.

62 J. -P. CAPELLE, La fête révolutionnaire …, op. cit., p. 193.

63 P. VAN TIEGHEM, Ossian en France, Paris, 1917.

64 Recueil des lettres circulaires, instructions… du citoyen François (de Neufchâteau), op. cit, t. 2, Paris, an VIII. Lettre du 2 prairial an VII, p. 227-233.

65 A. JOURDAN, Les monuments de la Révolution 1770-1804. Une histoire de représentation, Paris, 1997. Chapitre II.

66 Même si l’on sait, par ailleurs, que Girodet était critique par rapport à l’évolution de Bonaparte.

67 AN F 1c Hérault 9. Lettre de Lambert, 30 thermidor an V, au ministre de l’Intérieur.

68 ADH, L 220. Séance de l’administration centrale de département du 29 pluviôse an VI.

69 Ibid., L 5523. « Éloge funèbre du général Joubert. Prononcé à Montpellier le 20 vendémiaire an VIII de la République « . Montpellier, an VIII.

70 J.-P. BERTAUD, Guerre et société en France de Louis XIV à Napoléon 1er, Paris, 1998, p. 171.

71 ADH, L 229. Administration de département de l’Hérault, 7 nivôse an VIII.

72 Ibid., L 229. Proclamation aux conscrits, 7 nivôse an VII.

73 Ibid., L 229. Procès-verbal de la cérémonie du 10 nivôse an VIII de la remise des drapeaux du Premier et du Deuxième bataillon auxiliaire, extrait du discours du président de l’administration départementale.

74 Cette relation entre guerre et Révolution est promise à un bel avenir, puisque les républicains du XIXe siècle la reprendront, en faisant de la République la clef de l’émancipation des peuples européens Pour ces « patriotes », Révolution, République, guerre, sont réunies par des liens indéfectibles. Cf. P. DARRIULAT, Les patriotes. La gauche républicaine et la nation. 1830-1870, Paris, 2001.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540