Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Chapitre X. Les milieux économiques et le Directoire, entre espoirs et crises

Texte intégral

L’effacement de l’effort de guerre

  • 1 ADH, L 217. Séances de l’administration départementale des 14 et 18 messidor an V.
  • 2 Ibid., L 219. Séance du 29 brumaire an VI de l’administration départementale.
  • 3 Ibid., L 8793. Lettre à la municipalité de Gignac, 1er thermidor an VII.
  • 4 Ibid., L 217. Séance de l’administration départementale du 17 messidor an V.
  • 5 J.-R. SURATTEAU, Le département du Mont-Terrible sous le régime du Directoire (1795-1800). Étude d (...)
  • 6 ADH, L 213 Séance de l’administration départementale du 11 messidor an IV
  • 7 Ibid., L 212. Séance de l’administration départementale du 21 prairial an IV.
  • 8 Ibid., Q 1190. État des domaines nationaux…, an VII.

1Malgré les remises en question, la période thermidorienne ne constitue par une rupture complète avec l’an II. L’effort de guerre, intense, se poursuit. L’administration départementale conserve les hommes clefs des années précédentes. Mais le Directoire modifie profondément la donne. Les hommes présents depuis les années 1790-91, tel Dupin, Cambon père, laissent la place à de nouveaux venus. Les deux tiers des administrateurs départementaux, sous le Directoire, n’ont jamais été désignés à un tel poste avant l’an IV. La majorité d’entre eux sont des juristes, des conservateurs proches des royalistes. L’an VI voit le retour de « fermes républicains », mais un fait essentiel demeure : le début du Directoire marque une césure capitale. Il y a plus de changements dans la composition des autorités départementales qu’en l’an II, pourtant fertile en épurations. L’autre rupture est la paix avec l’Espagne, signée le 4 thermidor an III (22 juillet 1795). La part des questions concernant la guerre décroît dans les séances de l’administration du département, une fois que les forces françaises sont évacuées de Catalogne. Elle retombe à un niveau inférieur à 1792. L’approvisionnement des troupes, présent dans 101 séances en l’an IV, n’apparaît plus que dans 14 l’année suivante. La question des charrois connaît une baisse analogue (de 40 à une dizaine de séances). La décrue des affaires militaires correspond à un changement très net des préoccupations des autorités locales. L’heure est à la vérification des comptes des ateliers travaillant pour la guerre, désormais fermés1. Certains particuliers ou des employés de l’intendance militaire profitent de cet arrêt de la production pour détourner des effets sur lesquels la surveillance se relâche2. En l’an VII, au moment d’une nouvelle mobilisation, l’administration s’aperçoit que des tailleurs chargés de fournitures, en l’an II ou en l’an III, n’ont pas honoré leurs commandes, et ont conservé, pour leur plus grand bénéfice, les draps que l’État leur avait fournis3. Quant aux salpêtriers, ils connaissent des difficultés accrues pour « prospecter ». Des citoyens s’opposent à toute recherche chez eux4. La défense de la Patrie, valeur portée au pinacle précédemment, est désormais chose secondaire. Les relations entre autorités civiles et militaires, déjà marquées par des heurts, deviennent exécrables. Les administrations locales veulent regagner le terrain perdu pendant la guerre contre l’Espagne. Des querelles éclatent à propos des édifices mis à la disposition de l’armée dans tout le pays, ainsi dans le Mont-Terrible étudié par J. R. Suratteau5. L’administration de l’Hérault refuse que des bâtiments nationaux continuent d’être utilisés comme lieu de stockage des fourrages militaires. Elle affirme qu’il est dangereux de laisser à l’intérieur des villes des matières aussi inflammables, dont le transport est malaisé dans des rues étroites6. Les autorités locales insistent sur la nécessité de protéger les biens nationaux de toutes dégradations, « inévitables » s’ils sont utilisés par l’intendance militaire. La présence de l’armée est jugée gênante dans la vie quotidienne. Des administrateurs souhaitent rendre au culte des églises. En règle générale, à partir de l’an III, lorsqu’il y a concurrence entre l’armée et des citoyens qui désirent reprendre l’exercice de la liturgie dans un bâtiment, c’est la première qui a le dessous7. Les lieux aux mains de l’institution guerrière se réduisent. À Montpellier, ils se limitent, en l’an VI, à la citadelle, les casernes, l’ancien hôpital Saint-Louis (qui sert de lieu de stockage) et enfin un hôpital vénérien, situé dans le couvent des Récollets8. On revient à la période antérieure à 1792, avec une faible emprise urbaine de l’armée. Cet effacement progressif, de l’an IV à l’an VI, se fait sentir dans la mobilisation de la population dans son ensemble.

  • 9 Ibid., L 216. Séance de l’administration départementale du 28 ventôse an V.
  • 10 I. CHABAUD, Sète sous le Directoire à travers les registres de délibération municipales, novembre (...)
  • 11 Lettre du commissaire du directoire exécutif près l’administration municipale de Sète, 18 messidor (...)

2La paix avec l’Espagne fait cesser les craintes les plus fortes. L’implication réelle des Héraultais date de l’entrée en guerre avec cette puissance, lorsqu’il s’agissait de défendre leur « pays » de l’invasion. Dès que le théâtre des opérations militaires s’éloigne, en Italie, dans le Nord-Est, la mobilisation languedocienne s’estompe. L’attitude des volontaires confirme cela. Beaucoup d’entre eux, faisant partie de la défunte armée des Pyrénées-Orientales, plutôt que de suivre leur corps transféré en Italie, retournent chez eux. La fréquence des arrêtés de l’administration départementale à l’encontre des récalcitrants, qu’ils soient marins ou soldats, souligne son impuissance. Les commissaires chargés de requérir les hommes doivent agir avec une escorte nombreuse pour sauvegarder leur sécurité. Des rassemblements armés se forment très vite lorsqu’un administrateur ordonne aux jeunes gens d’un canton de rejoindre leur corps. Les poursuites judiciaires, l’envoi de troupes, ne débouchent que sur de maigres résultats. De nombreux agents municipaux ou gendarmes sont soupçonnés de soutenir les déserteurs et insoumis, en les prévenant de l’arrivée des troupes chargées de les poursuivre9. Les cantons les plus difficiles d’accès, qui conjuguent relief escarpé et éloignement du chef-lieu de département, deviennent les repaires privilégiés des bandes. Saint-Gervais est un véritable nid de déserteurs, d’insoumis, de réfractaires, d’émigrés. Les séquelles de la guerre sont lourdes, tout comme celles de la paix. Le traité avec l’Espagne a paradoxalement engendré des troubles durables à l’intérieur du territoire, en augmentant le nombre d’individus en marge de la société, qui ont profité des transferts de troupes, de la réorganisation de l’armée pour déserter. La légitimité de la guerre est amoindrie, maintenant que le danger espagnol s’est éteint. Les déserteurs apparaissent en filigrane des questions d’ordre public. Ces dernières restaient secondaires les années précédentes, si ce n’est lors de poussées de fièvres bien particulières (soulèvements royalistes en Lozère, en Ardèche…). Vers la fin de l’an III, la situation évolue radicalement avec une augmentation sans précédent des questions concernant des troubles. L’ordre public est, en l’an V et en l’an VI, le thème principal des séances de l’administration départementale. Une séance sur trois l’aborde. Ce phénomène reflète la situation agitée du pays car il est très présent dans les affaires abordées par les municipalités. Ainsi, à Sète, les questions dites de « police politique » passent de 17 en l’an IV, à 42 en l’an V, pour culminer à plus de 70 en l’an VI et VII10. L’Hérault n’est certes pas un des départements du Midi les plus agités. La Terreur blanche n’a pas de commune mesure avec ce qui se passe dans le Gard. Mais des cantons, comme Bédarieux, se signalent par des événements particulièrement violents. Il ne fait pas bon être républicain en bien des communes, ni agent de l’État, à partir de l’an III. Mais la désertion et l’insoumission ne doivent pas être interprétées automatiquement comme une attitude contrerévolutionnaire. Le commissaire du directoire exécutif de la municipalité de Sète n’accuse-t-il pas un « maratiste » de sa commune de clamer que « les marins partiraient difficilement, que d’ailleurs c’étoit aux riches et non aux pauvres de défendre la constitution » ? Ces propos prennent un relief particulier car d’autres disent que la constitution de l’an III « n’étoit faite que pour les riches »11. Le nouveau gouvernement doit faire face à des circonstances dramatiques. Les difficultés économiques et financières plongent une partie de la population dans la détresse. La situation est si grave, en l’an IV, que, pour la première fois pendant la Révolution, une émeute de subsistances éclate à Montpellier. Le manque de pain se conjugue au « dépérissement des assignats », et à la rareté du numéraire, seule monnaie acceptée par les Génois qui fournissent le département en grains. Mais des faits nouveaux incitent à l’optimisme.

Les milieux économiques et la guerre

  • 12 S. CHASSAGNE, « L’industrie lainière en France à l’époque révolutionnaire et impériale (1790-1810) (...)
  • 13 ADH, L 1260. « Observations présentées au gouvernement sur le commerce de la commune de Montpellie (...)
  • 14 Ibid., L 1246. Lettre du tribunal de commerce au commissaire du directoire exécutif du département, (...)
  • 15 Ibid., L 1260. « Observations présentées… », op. cit.
  • 16 I. CHABAUD, Sète sous le Directoire…, op. cit., p. 113, délibération de la municipalité de Sète du (...)
  • 17 AN F12 652. « Mémoire à… l’Assemblée nationale [des] les fabricants… de Bédarieux », 5 décembre 17 (...)
  • 18 C. MARQUIE, L’industrie carcassonnaise au XVIIIesiècle…, op. cit. J.-L. MINOVEZ, « De la protoindu (...)

3Les espérances en une paix générale sont importantes depuis les traités de La Haye et de Bâle. Ces espoirs sont vifs parmi les milieux d’affaires proches du pouvoir12. L’arrêt des combats est une doléance fondamentale car les entrepreneurs montpelliérains et sétois n’ont pas de mots assez durs pour qualifier les effets de la guerre sur leurs activités. Ils adressent à Paris des mémoires touffus dont les auteurs sont des entrepreneurs aisés et respectés. Ils font partie des familles qui contrôlent le monde du commerce et de la fabrique montpelliéraine : Bazille, Barthélemy, Martin, Chaptal… Ces hommes sont des modérés. Ils pourraient être qualifiés de « girondins », mais des « girondins » qui refusent désormais la guerre. La situation décrite est fort noire. Pour faire entendre leurs doléances au gouvernement, les « commerçants » montpelliérains affirment que leurs entreprises sont dans un délabrement total. Les marchandises françaises auraient perdu leurs principaux marchés extérieurs : l’Allemagne et l’Angleterre pour les vins et eaux-de-vie, le Levant, les Amériques, l’Italie pour les produits textiles13. Les fabriques montpelliéraines de couvertures n’emploieraient plus, en l’an V, qu’un cinquième des ouvriers de 1789. Les récriminations restent les mêmes pendant tout le Directoire. Le commerce des draps pour le Levant « avoit été presque anéanty pendant la guerre », affirme le tribunal de commerce de Clermont-l’Hérault14. La sujétion de l’économie aux impératifs de la défense de la patrie est décrite comme une catastrophe. Les « désastreuses réquisitions » auraient compromis les entreprises, en touchant la fabrication et même les outils de production15. La dénonciation de la guerre englobe le « gouvernement révolutionnaire », présenté comme la source de tous les maux qui se seraient abattus sur le pays. L’action économique des responsables de l’an II est plus incriminée que « les institutions bizzares, ridicules, ou monstrueuses » de l’Ancien Régime. Ces riches négociants ne pardonnent pas les entraves que leurs activités ont dû subir ainsi que leur position sociale dégradée, où chaque entrepreneur aurait été « traité comme un ennemi de la patrie ». Ils ne manquent pas de lier étroitement Terreur et guerre, comme si la première était responsable de la seconde. L’association entre les deux permet de jeter l’opprobre sur le gouvernement révolutionnaire, tout en se dédouanant des responsabilités réelles du conflit. Les négociants se présentent comme les perdants de la Révolution tandis que les propriétaires fonciers seraient les grands vainqueurs16. En contraste, l’avant-1789 est perçu comme une période de prospérité, ce qui ne correspond guère à la réalité, puisque des branches d’activités connaissaient de réelles difficultés à la fin de l’Ancien Régime17, ce qui a joué un rôle18 dans la crise des années 1780. La guerre, sans nier ses effets négatifs sur les entreprises, devient le bouc émissaire idéal de fabricants, qui évitent ainsi des remises en cause douloureuses de leur stratégie commerciale. Le rôle du gouvernement est alors tout tracé :

  • 19 ADH, L 1260. « Observations présentées… », op. cit.

« Que le gouvernement s’identifie avec le Commerce et le Commerce seul le tirera de cet état de dépérissement où il languit depuis trop longtemps. »19

  • 20 P. MINARD, La fortune du colbertisme…, op. cit.

4La tâche essentielle de l’État est de permettre aux entrepreneurs de produire et de commercer dans les meilleures conditions possibles. Les autres activités ou questions qui se posent à un pays sont choses secondaires aux yeux des négociants. Le gouvernement doit être à leur écoute en assurant l’entretien des infrastructures et la sécurité. Les manufacturiers exposent cependant leur profond malaise devant l’évolution de leurs rapports avec l’État. La suppression de la réglementation d’Ancien Régime est un motif de satisfaction. Mais la disparition des anciens règlements laisse un vide juridique dans de nombreux secteurs. La loi d’Allarde et Le Chapelier ont mis à bas un édifice, les corporations et des règles controversés. Mais rien ne leur a succédé pour le contrôle de la qualité de la production. Les Montpelliérains s’en plaignent. Ils redoutent une diminution générale de la qualité qui leur ferait perdre la confiance de leurs clients étrangers. Ils réclament le rétablissement d’une « inspection sévère ». Mais ils ne veulent pas revenir à la situation d’Ancien Régime, le temps où selon eux, sévissait « l’insolent despotisme de ces agens méprisables d’un ancien gouvernement qui avilissoient et tuoient le commerce ». Une réglementation et une inspection sont demandées, mais sous le contrôle direct des « commerçants » eux-mêmes qui nommeraient, surveilleraient, révoqueraient au besoin des inspecteurs. Les réclamations des Montpelliérains n’ont rien d’un combat d’arrière-garde. Leurs idées s’inscrivent dans un débat national20. Les fabricants se plaignent de l’absence d’une véritable législation pour régir les rapports entre patrons et ouvriers, notamment dans le domaine de l’apprentissage. Ils souhaitent contrôler plus étroitement leur main-d’œuvre. Ils craignent les pratiques de débauchage, créées par la réduction du nombre de bras disponibles, à cause de la mobilisation engendrée par la guerre. Les « commerçants » attendent donc du gouvernement une législation nouvelle sur ces problèmes, qui aurait pour effet d’abaisser le coût de la main-d’œuvre, endiguer les revendications sociales.

  • 21 ADH, L 1260. « Observations présentées… », op. cit.
  • 22 J.-P. HIRSCH, « Les milieux de commerce, l’esprit de système et le pouvoir à la veille de la Révol (...)
  • 23 J.-P. HIRSCH et P. MINARD, « Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup » : pour une histoire de (...)

5La volonté de rompre définitivement avec les pratiques dénoncées de l’Ancien Régime, de limiter le rôle de l’État, se heurte aux réclamations d’une réglementation, notamment pour les produits destinés à l’exportation. Le débat, sur ce thème, est long. Il reste sur un statu quo. Les entrepreneurs oscillent sans cesse entre un appel à l’État et un rejet de celui-ci, par crainte d’une limitation de leur capacité d’entreprendre. Ils refusent que le gouvernement « s’immisce dans le détail du commerce »21. Mais ils veulent aussi que l’État agisse, comme un acteur essentiel de l’économie, en injectant de l’argent dans certaines activités pour contrebalancer la faiblesse de l’investissement privé. La diffusion des « machines de mechanique » n’est possible, pour ces fabricants, que si l’État s’y implique, tout comme l’amélioration des races de « bêtes à laines ». Les mêmes contradictions apparentes sont à l’œuvre face à la concurrence étrangère. Les négociants affirment qu’ils veulent une liberté du commerce, mais ils sont les premiers à demander l’aide de l’État pour empêcher l’entrée de produits étrangers en France, entrée qui n’est possible que grâce à la paix. Ils reprennent des arguments développés sous l’Ancien Régime22, avec toute leur ambiguïté. Les Montpelliérains suivent en fait une logique imparable, celle de leur propre intérêt, d’où la demande de mesures parfois contradictoires qui révèlent leur volonté de s’ouvrir les marchés extérieurs en subissant le moins possible la concurrence étrangère. Le « laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup »23 est une demande permanente.

  • 24 ADH, L 1246. Lettre à l’administration départementale, 23 brumaire an VI, de la ville de Ganges.

6La vision des négociants montpelliérains ne prend pas en compte des ennemis sur le plan politique car, pour eux, la guerre essentielle est économique. Les Anglais, plus que des ennemis, sont des concurrents redoutables. Comme la paix est proche, affirme-t-on, il est nécessaire de s’y préparer, car c’est sur le terrain économique qu’a lieu le combat le plus dur. Le gouvernement doit signer des traités de commerce pour concurrencer, avec le plus d’efficacité possible, l’Angleterre. Les traités souhaités ne seraient pas des textes généraux, mais des accords pris au cas par cas, après l’examen des intérêts de chaque domaine d’activité considéré. Les fabricants de Ganges insistent sur ce point24. La paix doit apporter des éléments indispensables pour gagner la guerre économique. La réflexion des différents négociants est faite à un niveau international. Leurs fournisseurs, leurs principaux clients, sont des étrangers. La rupture avec eux est durement ressentie. Le repli sur d’autres marchés ne saurait être que temporaire. Dès que la guerre s’éloigne, l’impératif est de retrouver, à tout prix, les anciens débouchés. Dans ce contexte, le marché intérieur est considéré comme un pis-aller auquel on ne se résout qu’avec difficulté, en estimant qu’il est peu lucratif. Cette attitude s’explique par la nature des produits réalisés, ainsi la production textile, pensée depuis longtemps pour des marchés spécifiques, comme ceux du Levant. Les fabricants répugnent à modifier leur production car ils pensent qu’elle pourrait être à nouveau vendue facilement dès que la guerre s’effacera. Vu le contexte de crise économique qui secoue le pays, le marché intérieur ne paraît guère prometteur à court terme. Les « commerçants » se plaignent du coût des ouvriers. Ils estiment qu’il faut à la fois baisser le « prix de la main-d’œuvre » et son nombre afin de soutenir la concurrence de l’Angleterre. Ils veulent atteindre cet objectif en développant l’utilisation de machines. Cette mécanisation n’est pas perçue comme un outil d’expansion de la production textile, mais est pensée comme le moyen d’accroître la qualité des objets fabriqués, d’en diminuer le coût, en ayant moins de personnel pour être plus compétitif sur le marché extérieur, jugé primordial. Les « commerçants » affirment qu’ainsi la crise économique qui secoue le pays serait résolue, car les ouvriers libérés de leur travail dans les fabriques, pourraient retourner à des occupations agricoles. L’agriculture retrouverait « nombre de bras qui en ont été détournés ». Ainsi, la production de céréales serait plus abondante… La guerre est considérée comme une nuisance par ses ponctions sur la main-d’œuvre. Les crises sont expliquées ici uniquement par les effets de la guerre et la politique mal entendue d’un gouvernement qui, pour suffire aux besoins de l’armée, sacrifierait les intérêts vitaux du pays. L’analyse des fabricants ne va guère au-delà. Il semble que les Montpelliérains, dans leur hantise de concurrencer l’Angleterre, négligent, en voulant à tout prix accroître la qualité de leur production, les possibilités du marché intérieur et la fabrication de produits intermédiaires susceptibles d’être achetés par le plus grand nombre. Leur succès à l’extérieur, leur vision d’envergure, avec la vente et l’achat de produits à un niveau international, limitent finalement leur capacité de renouvellement. On peut se demander s’ils ne s’aveuglent pas en se focalisant sur la guerre et la politique du gouvernement révolutionnaire pour expliquer des difficultés, qui ne datent pas de la Révolution, comme celles engendrées par la concurrence anglaise. À croire qu’à force de considérer cette dernière pour rivaliser avec elle, ils n’arrivent pas à analyser sereinement la situation, ni voir les véritables ressorts de la réussite britannique.

  • 25 Ibid., L 1246. Lettre du tribunal de commerce de Sète au commissaire du directoire exécutif du dépa (...)
  • 26 ADH, L 1246. Lettre du tribunal de commerce de Clermont-l’Hérault au commissaire du directoire exé (...)
  • 27 Ibid., L 1228. Réponse à un questionnaire du ministère de l’Intérieur, par l’administration départe (...)
  • 28 Ibid., L 1038. Procès-verbal de la fête funèbre du 20 prairial an VII,
  • 29 Ibid., L 227. Séance de l’administration départementale du 17 vendémiaire an VII.

7La solution idéale, pour tous les fabricants, est la paix, une « paix glorieuse », condition sine quam non du retour de la prospérité économique. Une majorité d’entre eux l’attendent avec impatience, car ils estiment que le prix de la main-d’œuvre, avec la démobilisation, diminuera25. Pour de nombreux négociants, l’arrêt des hostilités avec l’Espagne se fait immédiatement sentir26. Elle laisse penser que la fin générale du conflit est proche. Les autorités locales ne contredisent pas les négociants mécontents. Elles reprennent leur argumentation. La guerre serait la principale cause des difficultés économiques, tant sur le plan agricole qu’industriel. Le déficit des récoltes est expliqué, en l’an V, par « des réquisitions qui ont pesé sur le département pendant la durée de la guerre contre l’Espagne, le manque de bras et de bestiaux qui en résulte »27. Les administrateurs présentent le conflit sous des traits très négatifs : c’est « le fléau destructeur de l’espèce humaine »28. Le gouvernement se présente toujours comme la victime d’une agression extérieure, obligé d’entrer en guerre à son corps défendant. Il se rend bien compte que l’association entre guerre et Révolution, dans l’esprit des gens, peut avoir des effets désastreux pour la pérennité du régime. Cela accentue ses difficultés pour convaincre les conscrits de partir, en l’an VII. Le discours de l’administration départementale témoigne de ses embarras pour mobiliser la population. Il affirme que s’il faut faire la guerre, c’est pour gagner la paix…29

La situation à Lodève

  • 30 Ibid., L 1260. « Observations présentées… », op. cit.
  • 31 Ibid., 93 EDT 1 D 12. Séance du 6e jour complémentaire de l’an VII de la municipalité de Lodève. Ad (...)
  • 32 ADH, 93 EDT Lodève 1 D 7. Séance de la municipalité de Lodève du 15 nivôse an III.
  • 33 Ibid., 93 EDT Lodève 2 F 3. Plaintes de divers fabricants, début de l’an III.
  • 34 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 7. Séance de la municipalité de Lodève du 23 germinal an III.
  • 35 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 7. Séance de la municipalité de Lodève du 2 thermidor an III.
  • 36 Ibid., 93 EDT Lodève 2 F 4. Compte rendu de la réunion du 6 thermidor an III.

8Le rejet des hostilités n’est pas unanimement partagé. Des fabriques souffrent davantage de l’absence du conflit que de sa présence. Les tanneries, par exemple, affirment qu’elles sont en difficulté « depuis la paix avec l’Espagne et l’éloignement de l’armée d’Italie »30. Les industries textiles spécialisées dans l’habillement des troupes, en l’occurrence celles de Lodève, ne récriminent jamais contre la guerre, ne décrivent jamais l’avant 89 comme un âge d’or, et pour cause. La municipalité de Lodève, célébrant la huitième année de la République, ne manque pas d’y associer la victoire de Valmy où la France « arrêta par son intrépidité la marche triomphante de l’Ennemi »31. Là encore, Révolution et guerre sont étroitement associées, mais pour en louer les effets. Les débuts de la République sont d’autant plus célébrés qu’ils apparaissent comme un âge d’or pour les Lodèvois, par rapport à l’après-Thermidor, période difficile. Pourtant, le changement de cap politique et économique pouvait satisfaire des manufacturiers las du Maximum. Mais les espérances des Lodèvois, si espérances il y a, s’envolent rapidement. Pendant de longues semaines, le Maximum subsiste. Il périclite car plus personne ne le respecte… sauf l’État pour payer ses dettes. Le gouvernement entend régler les commandes militaires selon ce tarif. Cette démarche, en l’an III, est catastrophique pour des fabricants. Ces derniers doivent désormais payer au prix fort leurs matières premières, vu qu’ils ne peuvent plus compter sur les autorités locales pour faire respecter le « tarif ». La pratique des réquisitions, pour approvisionner les entreprises travaillant pour l’armée, s’efface. De nombreux fabricants décident alors de suspendre leurs livraisons à l’agence de l’habillement de Lodève, qui collectait jusqu’alors la quasi-totalité de la production32. Ils dénoncent le fossé qui existe entre le prix d’achat des matières premières, pour la teinturerie par exemple, et leur prix de vente33. Ils font pression, avec l’appui de leur municipalité, pour obtenir une révision des tarifs. Après la chute du Maximum, on revient à des pratiques antérieures. Une commission d’experts, nommée par la municipalité, est chargée de faire une estimation du prix des draps, sur ordre du représentant du peuple en charge du département34. L’agence générale de l’habillement confirme la pratique, en décidant que la commission, vu l’inflation, fixe chaque mois un nouveau prix35. La commission est composée de deux personnes nommées par la municipalité et de deux représentants des fabricants. Elle se réunit périodiquement dans une des salles de la maison commune36. Malgré ces ajustements concertés, l’an III marque l’entrée dans une période de crise profonde.

9Trois causes principales expliquent l’enracinement de la récession à Lodève :

  • 37 Corvisier, A., (direction) Histoire militaire de la France, t. 2, op. cit., p. 244.

10- Tout d’abord, l’effort de guerre s’estompe avec la chute des Montagnards. Les traités, signés à l’été de l’an III, portent un coup sévère aux manufactures lodèvoises. La paix, tant célébrée par maints commerçants, notamment les Montpelliérains, est une catastrophe à Lodève. Certes le conflit continue, notamment avec l’Angleterre, mais il ne peut masquer une chute des effectifs37 qui réduit de façon drastique les débouchés. L’armée française passe de 700 000 à 400 000 hommes environ, pour les effectifs réels. Le nouveau gouvernement ne fait plus du citoyen-soldat le héros valeureux que l’on doit satisfaire. Le renouvellement d’uniformes qui tombent en lambeaux n’est pas une priorité. Ce phénomène est renforcé par la disparition des sociétés populaires, les organisations les plus actives de l’aide au militaire.

  • 38 ADH, 93 EDT Lodève 1 D 9. Séance de la municipalité de Lodève du 14 floréal an IV.

11- L’autre grave problème est le paiement des marchandises livrées à l’armée. Les prix fixés sont contestés par des fabricants qui les trouvent trop faibles38. Mais le pire est la conjonction entre la chute de l’assignat et les retards de paiement de l’État. À la fin de l’an III, l’État doit aux manufacturiers lodèvois 6 000 pièces de draps estimés à un million de livres « valeur métallique », selon la municipalité. Or il paye avec six mois de retard, avec des assignats complètement dévalués. Le paiement représente à peine plus de 172 000 livres, soit une perte sèche pour les fabricants de plus de 800 000 livres. Et bien sûr, les fabricants n’arrivent pas à écouler ces assignats, partout refusés :

  • 39 Ibid., 93 EDT 1 D 9. Extrait d’une réponse à une enquête du ministère de la police générale, séance (...)

« La commune de Lodève est dans une situation très pénible ; elle manque totalement de subsistance, sa manufacture de draps pour l’habillement des troupes qui est son unique ressource est entièrement pénalisée par le discrédit absolu des assignats que les campagnes ne veulent plus reconnaître »39.

  • 40 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 9. Séance de la municipalité de Lodève du 14 floréal an IV
  • 41 ADH, 93 EDT Lodève 2 F 3. Pétition des fabricants de draps de la commune de Lodève au Conseil des (...)

12La municipalité, tout acquise aux fabricants, peut noircir le tableau. Mais les réponses embarrassées de l’État confirment ces estimations40. Beaucoup de Lodèvois ont refusé, en l’an IV, d’être payés de la sorte, rejetant des « valeurs chymériques »41. D’autres, acculés par leurs fournisseurs, les acceptent, mais en affirmant que cela n’est qu’un acompte. Pendant tout l’an IV, les drapiers lodèvois tentent de parvenir à un règlement. Mais leurs efforts se soldent par des échecs. Les nouvelles procédures d’achat en rigueur, dues à la volonté du gouvernement de diligenter des enquêtes sur les fournisseurs et les difficultés financières de l’État, bloquent tout versement. Le résultat est simple. En l’an V, les draps livrés en l’an III ne sont toujours pas payés.

  • 42 Ibid., L 2044. Lettre du 5 germinal an VI du président de l’administration municipale de la commune (...)
  • 43 Ibid., 93 EDT 2 F3. Lettre du commissaire ordonnateur chef de la 1re Division du ministère de la Gu (...)
  • 44 Ibid., 93 EDT 2 F5. Lettre de P. Fabreguettes à l’administration municipale de Lodève.
  • 45 AN, F 1c III Hérault 9. Compte rendu du commissaire du directoire exécutif du département de l’Hér (...)

13- Toutes ces difficultés sont accrues par une concurrence exacerbée. Les villes drapières voisines, vivant du commerce avec le Levant, ne voient guère leur situation s’améliorer. La tentation, pour de nombreux fabricants, est de continuer la vente de draps pour l’armée, même si cela est considéré comme un pis-aller. Dans un marché contracté, la concurrence est donc plus vive. La situation de quasi-monopole des Lodèvois sous l’Ancien Régime s’est évanouie. Le marché est de plus en plus concurrentiel. Les Lodèvois ont beaucoup à perdre. Ils fabriquent depuis des décennies un drap de qualité, soumis à des règles précises pour être accepté par les troupes. Or le Directoire fait appel à des compagnies de fournisseurs. Ces dernières ne recherchent pas la qualité, mais des bas prix afin de faire le meilleur chiffre d’affaire possible. Par voie de conséquence, Lodève voit s’échapper de nombreux marchés. Les compagnies de fournisseurs préfèrent acheter des draps de moindre qualité. Elles ne craignent guère à cette époque les contrôles de l’État, faciles à contourner ou à corrompre. Les commandes ne s’adressent plus à Lodève, qui le constate amèrement42. Pire, des marchés passés entre le gouvernement et les fabricants lodèvois sont annulés à cause des nouveaux contrats passés avec les compagnies de fournisseurs43. Les assurances du ministère de la Guerre qui affirment que les compagnies achèteront à Lodève laissent froid les fabricants qui ne peuvent accepter les prix qu’on leur propose44. Le résultat est catastrophique pour des Lodèvois qui n’ont plus de commandes. Les commissaires du directoire exécutif, qui se succèdent à l’administration départementale, font des descriptions identiques de la situation, de l’an IV à l’an VII. Leurs comptes rendus au ministre de l’Intérieur évoquent la paralysie des fabriques lodèvoises. Le déclin des activités, le chômage des ouvriers deviennent une constante45. Les conséquences sociales sont lourdes :

  • 46 ADH, 93 EDT 1D9. Réponse de la municipalité de Lodève à une enquête du ministre de la police génér (...)

« La cessation du travail de la manufacture en a procuré un grand nombre qui se porte à 800 [mendiants] ; ils ne peuvent être tous reçus à l’hospice civil qui n’a pas beaucoup de revenus et qui ne reçoit pas d’ailleurs depuis longtemps des secours du gouvernement qui lui sont dus avec juste raison, ayant été forcé de faire des dépenses considérables pour recevoir des militaires malades. »46

14Pour convaincre le gouvernement d’aider les fabriques lodévoises, l’administration départementale, poussée par la municipalité, agite le spectre d’une subversion sociale :

  • 47 ADH, L 214. Séance de l’administration départementale du 22 fructidor an IV.

« En réactivant la manufacture de draps (…) on mettroit la classe indigente à portée de pourvoir à leurs besoins, et qu’on préviendroit par ce moyen les excès auxquels elle pourrait se livrer par le manque de travail. »47

  • 48 AN, F 1c III Hérault 9, compte rendu du commissaire du directoire exécutif de l’Hérault du 11 vend (...)

15Toutes les analyses de la récession la font remonter à la fin de l’an III48. L’histoire de l’industrie lodèvoise, après cette date, est celle d’une plongée dans la spirale de la crise. Cela conduit le commissaire du directoire exécutif du département à faire une analyse paradoxale. Comme les Montpelliérains, il fait de la paix la condition requise pour redonner au pays la prospérité :

  • 49 AN, F 1c III Hérault 9, compte rendu du commissaire du directoire exécutif de l’Hérault du 28 vend (...)

« Le commerce éprouve des entraves par les circonstances du temps : il dirige ses spéculations à raison des bruits de paix ou de guerre ; depuis la paix avec l’Espagne, l’importation a repris son activité, surtout de la part des insulaires, baléares (…) il est certain que si la paix générale avoit lieu, il en résulteroit plus de bras pour les manufactures, le prix de la journée qui est très cher baisseroit et le commerçant obtiendrait les marchandises à plus bas prix ce qui le mettroit dans le cas de soutenir avec avantage le commerce des autres nations. »49

  • 50 AN, F 1c III Hérault 9 compte rendu du commissaire du directoire exécutif de l’Hérault du 28 vendé (...)

16Mais l’argumentation des autorités locales est toujours contradictoire à cause de l’importance du secteur textile travaillant pour l’armée dans leur circonscription. En même temps que le commissaire du directoire exécutif se fait l’écho de nombreux entrepreneurs en souhaitant la paix, il réclame au gouvernement des commandes militaires afin de sauver la fabrique lodèvoise...50

  • 51 ADH, 93 EDT 2F3. Lettres de P. Fabreguettes à la municipalité de Lodève, an V-an VI.
  • 52 Ibid., 93 EDT 2 F 6. Lettre du député Curée.
  • 53 Ibid., 93 EDT 2 F5. Lettre de Bernadotte à la municipalité de Lodève, 27 fructidor an VII.
  • 54 Ibid., L 223. Séance du 27 frimaire an VII de l’administration départementale. Lettre au ministre d (...)
  • 55 Ibid., 93 EDT 1 D 12. Séance de la municipalité de Lodève du 22 vendémiaire an VII.
  • 56 Ibid., 93 EDT 2 F 5. Lettre du sous-préfet de l’arrondissement de Lodève à Cambacérès, deuxième con (...)
  • 57 L. BERGERON, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens. Du Directoire à l’Empire, Lille-Pa (...)
  • 58 ADH, 93 EDT 2F 5. Lettre de Chaptal au maire de Lodève, 17 messidor an VIII.
  • 59 H. Michel, Grands notables du Premier Empire, n° 5, Hérault, Paris, 1980.
  • 60 J. WOLFF, Le financier Ouvrard (1770-1846). L’argent et la politique, Paris, 1992.
  • 61 ADH, 93 EDT 2 F 6. Tableau des fabriques et manufactures, fait à la demande du ministre de l’Intér (...)

17Les manufacturiers de Lodève vivent, à partir de l’an III, dans une grande angoisse pour leur devenir. Leur fabrique est passée en quelques années d’un statut de privilégié à une position précaire. Lodève réagit en faisant appel à tous ses appuis potentiels. À Paris, le délégué des fabricants, chef d’une des manufactures les plus importantes de la ville, Pierre Fabreguettes, déploie une activité considérable. Il va de bureaux en bureaux, voit les ministres51. Les députés héraultais sont très sollicités. Les fabricants attendent d’eux un appui sans faille. Leur poids économique dans le département est suffisamment puissant pour tenir entre leurs mains une partie importante des voix aux élections. Les députés reconnaissent d’ailleurs cette puissance des Lodèvois52. Les manufacturiers s’adressent aux représentants des départements voisins, dans un rayon assez large, en indiquant combien leur activité à des retombées sur une grande partie du Midi. Ils élaborent une véritable stratégie avec leurs députés pour faire entendre leurs doléances. Ils utilisent tous les moyens possibles, essayant, par exemple, d’en appeler à l’opinion, en imprimant des mémoires. Les personnages marquants du département sont mis à contribution, tel Cambacérès qui intervient auprès du Conseil des Cinq-Cents. La reprise généralisée des hostilités en Europe, en l’an VII, redonne espoir aux fabricants. À nouveau, le ministère de la Guerre propose aux manufacturiers de passer directement des marchés avec lui53. Grâce à la guerre, les Lodèvois espèrent sortir du marasme. Mais cette reprise de l’activité n’est pas exempte d’ambiguïtés qui se poursuivent pendant l’ère napoléonienne. Lodève subit toujours la concurrence des villes drapières qui, faute de débouchés dans le Levant, obtiennent des commandes militaires qui deviennent pour elles un second débouché54. Elle dénonce en vain la qualité de leurs draps. Elle ne peut se résoudre à accepter la perte de son monopole55. En outre, l’État se montre toujours mauvais payeur. En l’an VIII, les Lodèvois réclament toujours leurs arriérés de paiement de l’an III et de l’an IV56. Ils peuvent certes compter sur des positions plus solides que par le passé. Brumaire entérine l’ascension de nombreux Languedociens dans les cercles parisiens du pouvoir politique : Cambacérès, Chaptal, entre autres. La part de ces méridionaux dans les milieux économiques dominants n’est plus à démontrer. Ce n’est pas nouveau57. Il est clair qu’une solidarité existe entre eux, née de réseaux d’influences communs. Les manufacturiers savent en jouer58. Quelles que soient les époques, ils tiennent le pouvoir local. Le premier sous-préfet de Lodève est un Fabreguettes59. Mais ces positions ne doivent pas être surestimées, tant les liens qui unissent les différents acteurs sont parfois contradictoires. Un Cambacérès, par exemple, sur lequel comptent les Lodèvois, est très lié à des compagnies de fournisseurs, ces compagnies âprement dénoncées par les fabricants, comme celle d’Ouvrard60. Ces ambiguïtés s’estompent en l’an VII, avec la nouvelle donne politique et économique qui change beaucoup de choses pour les Lodèvois. Les enquêtes préfectorales du début du XIXe siècle enregistrent une nette croissance de la production entre 1789 et 1800 : la période an III-an VI a été une dépression passagère dans une dynamique de croissance. Le retour des commandes militaires en masse, dès l’an VII, explique le phénomène. En 1800, les Lodèvois assurent la production de 20 000 pièces de draps contre 12 000 dix ans plus tôt. Ils emploient 10 000 personnes, contre 6 000 en 1789. Les guerres napoléoniennes amplifient la croissance, au moins jusqu’à 1810, à la veille de la crise généralisée qui détruira l’Empire. À cette date, 30 000 pièces de draps seraient fabriquées à Lodève, occupant 14 000 personnes61.

Dernières mobilisations révolutionnaires

  • 62 J. CASTEL, L’application de la loi Jourdan dans l’Hérault, levées directoriales de l’an VII, mémoi (...)
  • 63 J.-P. BERTAUD et W. SERNAN, Nouvelle histoire militaire de la France, t. I, 1789-1919, p. 122-123, (...)

18La reprise des hostilités à vaste échelle se lit fort bien dans la gestion de l’administration départementale. La part des affaires militaires augmente, à nouveau, à partir de l’an VII. Mais l’implication guerrière ne prend pas les caractères de l’an II ou même de l’an III. L’essentiel des séances qui abordent la guerre, en l’an VII, évoque les levées d’hommes, avec les affaires qu’elles engendrent habituellement (désertions, congés, exemptions…). La situation ressemble à celle de 1792, où la mobilisation concernait essentiellement le recrutement. La mise en pratique de la loi Jourdan-Delbrel, c’est-à-dire de la conscription, est assez bien connue dans l’Hérault62. L’an VII est marqué par trois levées, celles du 3 vendémiaire, du 28 germinal et enfin du 10 messidor63. L’administration départementale s’en sort bien, dans un premier temps. En frimaire an VII, les conscrits de la première levée partent pour l’armée d’Italie : 85 % des appelés semblent répondre, 60 % sont incorporés vraiment, proportions honorables pour un département où, traditionnellement, les hommes s’engagent peu. Cela se détériore, dans l’Hérault comme ailleurs, lorsque la loi du 28 germinal entend compléter la première levée, en faisant partir les insoumis. L’administration départementale est obligée de solliciter les communes les plus rétives. Le taux d’insoumission atteint alors plus de la moitié des conscrits. Il devient impossible pour les autorités d’activer la levée dans la bordure montagneuse du nord du département. Dans les grandes villes, la contestation s’exprime haut et fort. Le succès, dans un premier temps, du soulèvement royaliste de l’été, provient, en partie, de ce refus de la conscription.

  • 64 ADH, L 226. Séance de l’administration du département du 14 messidor an VII
  • 65 Ibid., L 227. Séance du 9 vendémiaire an VIII.
  • 66 Ibid., L 228. Séance de l’administration départementale du 8 brumaire an VII.

19Dans l’Hérault, les derniers mois de la République sont difficiles. De nouveaux insoumis ou déserteurs viennent grossir les bandes de brigands. Les attaques de personnes et de biens connaissent une recrudescence, notamment à l’égard des fidèles du gouvernement64. Cette nouvelle crise sonne le glas de la crédibilité des municipalités cantonales dans l’esprit de nombreux administrateurs départementaux. Trop d’agents municipaux sont dénoncés pour leur complaisance à l’égard des insoumis. Les luttes livrées autour de la gestion de l’état-civil sont révélatrices. L’administration départementale demande que les actes de naissance et de décès ne soient plus enregistrés par les agents municipaux des villes de moins de 5 000 habitants65. Les exemptions frauduleuses, les oublis, s’appuient sur une lecture erronée des registres, faite par des agents municipaux complaisants. Mais au-delà de ces accusations, justifiées dans certains cantons66, le problème est la possession du pouvoir au niveau local. À la fin de la Révolution, comme au début, les autorités supérieures buttent sur des communes, non pas archaïques ou contre-révolutionnaires, mais attachées à la défense de leurs biens, de leurs jeunes, face à un extérieur considéré comme étranger.

  • 67 Ibid., L 2037. Lettre de la municipalité de Béziers à l’administration départementale.

20Le Directoire ne parvient pas à faire la symbiose entre intérêts locaux et intérêts nationaux, pour transcender les seconds. Il échoue, là où le gouvernement révolutionnaire de l’an II avait réussi parfois, les menaces d’invasion sur le territoire aidant. Mais, dans les villes chefs-lieux des défunts districts, les municipalités s’émeuvent de l’atonie des communes voisines. Elles fustigent le comportement des villages des alentours67. En l’an VII, elles reprennent, en quelque sorte, le rôle du district, à un niveau modeste certes. Elles sont un soutien essentiel des actions de recrutement dans une ambiance difficile. La nouvelle organisation administrative en prendra acte en créant les sous-préfectures, héritières des districts.

  • 68 J. GODECHOT, La Révolution Française dans le Midi toulousain. Toulouse, 1986.

21Les inquiétudes des républicains se muent en panique à la fin de l’été, lors du soulèvement royaliste dans le Languedoc occidental68. Le spectre d’une alliance entre les contre-révolutionnaires de l’intérieur et les armées ennemies resurgit. L’administration réclame à grands cris des renforts pour s’attaquer enfin aux bandes mêlant déserteurs, royalistes, et brigands ordinaires, basées sur la bordure montagneuse de l’Hérault, à la limite des départements voisins (Tarn, Aveyron, Gard). Le désarmement des suspects est exigé. Les administrateurs craignent leur collision avec les prisonniers de guerre en stationnement dans la ville. Les captifs deviennent un souci majeur. Un renfermement dans la citadelle est exigé. L’arrivée de prisonniers de guerre est refusée. La vitalité du mouvement royaliste explique le naufrage de la levée de messidor. À peine 20 % des conscrits sont incorporés.

  • 69 C. ACHARD, « Le recrutement de la milice royale à Pézenas de 1689 à 1788 », Recrutement, mentalité (...)
  • 70 ADH, L 228. Séance de l’administration départementale du 5 frimaire an VIII.
  • 71 Ibid., L 228. Séance de l’administration départementale du 1er frimaire an VIII.
  • 72 Ibid., L 228. Séance de l’administration départementale du 15 nivôse an VIII.
  • 73 F. Aulard, L’état de la France en l’an VIII et en l’an IX, Paris, 1897.

22Mais il ne faudrait pas noircir exagérément le tableau. Les résistances ne sont pas choses nouvelles. Elles se retrouvent pendant toute la Révolution. Elles étaient déjà présentes, sous l’Ancien Régime, face à la milice tant décriée69. L’Hérault n’a pas basculé, comme la Haute-Garonne, dans une guerre civile ouverte. La perte de contrôle des autorités locales est à nuancer. Si, dans certains cantons, la situation est trouble, dans d’autres, la majorité, les républicains tiennent toujours les rênes. En réalité, l’échec de la troisième levée de l’an VII s’explique en bonne partie par un autre événement qui désorganise pendant plusieurs mois les administrations locales, en les faisant entrer, avec les populations, dans une période d’incertitude. Le coup d’État de Brumaire est pour beaucoup dans la confusion qui marque le début de l’an VIII. Si, dans la propagande napoléonienne, Brumaire marque le retour à l’ordre, en succédant à un Directoire décrit comme incapable et corrompu, dans les faits, ce n’est pas le cas. Le coup d’État est sujet à toutes les interprétations. Beaucoup de royalistes voient dans Bonaparte un nouveau Monk. Les conscrits retournent chez eux70. L’arrivée au pouvoir de Bonaparte fait croire à certains que la paix est proche. Des rumeurs circulent. La conscription serait abolie. Dans ces conditions, pourquoi partir ? Cette conviction est confortée par le discours tenu par les autorités locales qui, en se ralliant à Bonaparte, affirment qu’il apporte « la paix et la liberté »71. De cette croyance en une paix imminente s’ensuit une hausse de l’insoumission, donc de l’insécurité. Pendant plusieurs mois, les exactions contre les administrateurs se multiplient. Leurs auteurs les commettent parfois en criant « vive Bonaparte »72. Ce dernier aura beau jeu, plus tard, de confondre ces troubles avec le Directoire, pour affirmer qu’avec lui, Napoléon, l’ordre est revenu… Paradoxalement, cette période rappelle par certains côtés l’été 1793, au moins par l’attitude de la population qui ne sait où se dirige la France. Le nouveau gouvernement reconnaît lui-même que la situation dans l’Hérault est difficile73. La réorganisation administrative élaborée par le nouveau régime prend plusieurs mois.

  • 74 ADH, L 227. Séances de l’administration départementale des 3, 12 vendémiaire an VIII.

23Cependant, l’activité de l’administration départementale ne diminue pas, à cause des levées d’hommes. En théorie, les municipalités doivent fournir aux conscrits un équipement, déduit des contributions foncières et mobilières des communes. En pratique, l’administration départementale organise le tout, non sans mal. L’équipement des conscrits ressemble par bien des aspects à celui des volontaires nationaux au début de la Révolution. Les fournisseurs sont les mêmes74. Les achats de fusils se font toujours à Saint-Étienne. Les autorités reviennent à des pratiques déjà rencontrées qui ne sont en rien caractéristiques de l’an II, qui naissent d’une situation d’urgence provoquée par la guerre. Mais la réquisition des armes des particuliers est de plus en plus ardue. À la fin de la Révolution, un nombre conséquent de fusils est dans la nature. Les armements et désarmements successifs, sans parler de la vente illégale d’armes, notamment par des déserteurs, donnent le vertige aux agents municipaux. Les lettres désabusées des responsables locaux, après des visites domiciliaires infructueuses, laissent entendre que bien des paysans, quelle que soit leur couleur politique, ont récupéré, de façon licite ou pas, des carabines qu’ils conservent jalousement au nom de leur sécurité. Pour résumer, tout le monde ou presque serait armé, sauf la garde nationale qui n’aurait que des « bâtons »…

  • 75 Ibid., L 227. Séance du 14 vendémiaire an VIII.
  • 76 Ibid., L 228. Séance du 15 brumaire an VIII.
  • 77 Ibid., L 227. Séances des 12 et 13 vendémiaire an VIII.
  • 78 Ibid., L 226. Séances de l’administration départementale.

24Les administrateurs départementaux sont confrontés à une trésorerie défaillante qui fait fuir les fournisseurs potentiels. Des entrepreneurs sont échaudés par le naufrage des paiements de l’État, en l’an III et en l’an IV. Les autorités locales mettent alors en place des ateliers, notamment de souliers75, parfois dans les bataillons. Les difficultés de la conscription s’expliquent, en partie, par ces problèmes d’approvisionnement. Pour financer la guerre, le gouvernement multiplie les expédients. Un véritable troc s’instaure entre les contribuables et les autorités. Des citoyens payent leur contribution à « l’emprunt de 100 millions » en livrant des effets pour les conscrits. Mais les fournisseurs veulent un paiement rapide en numéraire. L’administration départementale ne peut les satisfaire. Les rumeurs les plus incontrôlables circulent. Elles portent un discrédit rapide sur les « mandats à valoir » qui sont donnés aux fournisseurs pour être les premiers à toucher les rentrées de l’emprunt de 100 millions. Les autorités locales se livrent à une gymnastique financière pour payer des adjudicataires mécontents, poursuivis eux-mêmes par leurs propres fournisseurs76. Les entrepreneurs adjudicataires sont avantagés par leur nombre limité. Les contrôles de qualité dans la production se relâchent. Des effets « rebutés » pour vice de fabrication sont finalement acceptés77. Des réquisitions sont à nouveau organisées. Mais le pays n’est pas plongé pour autant dans une économie de guerre. La répartition d’une réquisition de fourrages et de grains, le 2 messidor an VII, indique les mutations en cours78. Seule une minorité de communes est concernée, au sud du département, suivant une ligne Béziers-Montpellier. Les réquisitions ne sont plus levées selon le principe que tous, suivant leurs moyens, doivent participer. Ce sont seulement les cantons les plus riches, les plus faciles d’accès qui sont sollicités. Désormais, l’efficacité et la rapidité priment. L’idée d’égalité recule.

25Avec la paix avec l’Espagne, l’effort de guerre s’estompe dans l’Hérault, à la grande satisfaction de nombreux entrepreneurs, notamment montpelliérains, qui espèrent retrouver leurs clients étrangers. L’implication de l’État dans l’économie, au nom de la défense du territoire, est vivement dénoncée, comme le règne des « buveurs de sang » de l’an II. Des idées présentes au début de la Révolution sont reprises pour demander des lois et règlements favorables aux manufactures et maisons de négoce françaises. La prospérité des entrepreneurs est présentée comme la question qui doit intéresser le plus l’État, à qui on réclame un soutien discret. Mais les Lodèvois ne partagent pas ces opinions car l’effacement de la guerre les plonge dans une récession profonde, aggravée par les retards de paiement du gouvernement. La reprise des hostilités, à une large échelle, en l’an VII, les satisfait. Mais ils ne sont qu’une minorité à apprécier le retour au premier plan de l’effort de guerre. Les réquisitions, le mode de paiement des fournisseurs, accentuent l’impopularité du Directoire. Les difficultés financières et les tensions politiques contrecarrent les levées d’hommes. La mobilisation idéologique se heurte, en outre, au renouveau de l’opposition royaliste, très sensible depuis Thermidor.

Notes

1 ADH, L 217. Séances de l’administration départementale des 14 et 18 messidor an V.

2 Ibid., L 219. Séance du 29 brumaire an VI de l’administration départementale.

3 Ibid., L 8793. Lettre à la municipalité de Gignac, 1er thermidor an VII.

4 Ibid., L 217. Séance de l’administration départementale du 17 messidor an V.

5 J.-R. SURATTEAU, Le département du Mont-Terrible sous le régime du Directoire (1795-1800). Étude des contacts humains, économiques et sociaux dans un pays annexé et frontalier, Paris, 1965, p. 808-810.

6 ADH, L 213 Séance de l’administration départementale du 11 messidor an IV

7 Ibid., L 212. Séance de l’administration départementale du 21 prairial an IV.

8 Ibid., Q 1190. État des domaines nationaux…, an VII.

9 Ibid., L 216. Séance de l’administration départementale du 28 ventôse an V.

10 I. CHABAUD, Sète sous le Directoire à travers les registres de délibération municipales, novembre 1795-septembre 1800, mémoire de maîtrise sous la direction de M. PERONNET, Université Paul Valéry, Montpellier, 1997.

11 Lettre du commissaire du directoire exécutif près l’administration municipale de Sète, 18 messidor an IV, Bulletin du Comité Régional d’histoire de la Révolution Française (Languedoc-Roussillon), n° 10, décembre 1991, p. 3-6.

12 S. CHASSAGNE, « L’industrie lainière en France à l’époque révolutionnaire et impériale (1790-1810) », Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution française, colloque A. Mathiez-G. Lefebvre, (30 novembre-1erdécembre 1974), op. cit., p. 141-166.

13 ADH, L 1260. « Observations présentées au gouvernement sur le commerce de la commune de Montpellier » Mémoire imprimé de 38 p., fructidor an V.

14 Ibid., L 1246. Lettre du tribunal de commerce au commissaire du directoire exécutif du département, 15 messidor an V.

15 Ibid., L 1260. « Observations présentées… », op. cit.

16 I. CHABAUD, Sète sous le Directoire…, op. cit., p. 113, délibération de la municipalité de Sète du 7 ventôse an IV.

17 AN F12 652. « Mémoire à… l’Assemblée nationale [des] les fabricants… de Bédarieux », 5 décembre 1789. Délibération du conseil de la ville de Saint-Chinian, 22 décembre 1789.

18 C. MARQUIE, L’industrie carcassonnaise au XVIIIesiècle…, op. cit. J.-L. MINOVEZ, « De la protoindustrialisation textile à la désindustrialisation en midi toulousain du milieu du XVIIe au début du XXe siècle », p. 11-34, De la fibre à la fripe. Le textile dans la France méridionale et l’Europe méditerranéenne (XVIIe-XVIIIesiècle). Actes du colloque de 1997 du Centre d’Histoire Moderne et Contemporaine de l’Europe Méditerranéenne et de ses périphéries, Montpellier, 1998.

19 ADH, L 1260. « Observations présentées… », op. cit.

20 P. MINARD, La fortune du colbertisme…, op. cit.

21 ADH, L 1260. « Observations présentées… », op. cit.

22 J.-P. HIRSCH, « Les milieux de commerce, l’esprit de système et le pouvoir à la veille de la Révolution », p. 1337-1369, Annales ESC, 1975.

23 J.-P. HIRSCH et P. MINARD, « Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup » : pour une histoire des pratiques institutionnelles dans l’industrie française (XVIIIe-XIXe siècle) », La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, p. 135-158, Paris, 1998.

24 ADH, L 1246. Lettre à l’administration départementale, 23 brumaire an VI, de la ville de Ganges.

25 Ibid., L 1246. Lettre du tribunal de commerce de Sète au commissaire du directoire exécutif du département, 2 messidor an V.

26 ADH, L 1246. Lettre du tribunal de commerce de Clermont-l’Hérault au commissaire du directoire exécutif du département, 15 messidor an V.

27 Ibid., L 1228. Réponse à un questionnaire du ministère de l’Intérieur, par l’administration départementale, 10 vendémiaire an V.

28 Ibid., L 1038. Procès-verbal de la fête funèbre du 20 prairial an VII,

29 Ibid., L 227. Séance de l’administration départementale du 17 vendémiaire an VII.

30 Ibid., L 1260. « Observations présentées… », op. cit.

31 Ibid., 93 EDT 1 D 12. Séance du 6e jour complémentaire de l’an VII de la municipalité de Lodève. Adresse aux administrés.

32 ADH, 93 EDT Lodève 1 D 7. Séance de la municipalité de Lodève du 15 nivôse an III.

33 Ibid., 93 EDT Lodève 2 F 3. Plaintes de divers fabricants, début de l’an III.

34 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 7. Séance de la municipalité de Lodève du 23 germinal an III.

35 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 7. Séance de la municipalité de Lodève du 2 thermidor an III.

36 Ibid., 93 EDT Lodève 2 F 4. Compte rendu de la réunion du 6 thermidor an III.

37 Corvisier, A., (direction) Histoire militaire de la France, t. 2, op. cit., p. 244.

38 ADH, 93 EDT Lodève 1 D 9. Séance de la municipalité de Lodève du 14 floréal an IV.

39 Ibid., 93 EDT 1 D 9. Extrait d’une réponse à une enquête du ministère de la police générale, séance de la municipalité du 8 pluviôse an IV.

40 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 9. Séance de la municipalité de Lodève du 14 floréal an IV

41 ADH, 93 EDT Lodève 2 F 3. Pétition des fabricants de draps de la commune de Lodève au Conseil des Cinq-Cents.

42 Ibid., L 2044. Lettre du 5 germinal an VI du président de l’administration municipale de la commune de Lodève au président de l’administration du département.

43 Ibid., 93 EDT 2 F3. Lettre du commissaire ordonnateur chef de la 1re Division du ministère de la Guerre, à P. Fabreguettes, représentant les intérêts des fabricants lodèvois à Paris, 18 brumaire an V.

44 Ibid., 93 EDT 2 F5. Lettre de P. Fabreguettes à l’administration municipale de Lodève.

45 AN, F 1c III Hérault 9. Compte rendu du commissaire du directoire exécutif du département de l’Hérault, Devals, au ministère de l’Intérieur, 28 ventôse an VI.

46 ADH, 93 EDT 1D9. Réponse de la municipalité de Lodève à une enquête du ministre de la police générale, séance de la municipalité du 8 pluviôse an IV.

47 ADH, L 214. Séance de l’administration départementale du 22 fructidor an IV.

48 AN, F 1c III Hérault 9, compte rendu du commissaire du directoire exécutif de l’Hérault du 11 vendémiaire an VI.

49 AN, F 1c III Hérault 9, compte rendu du commissaire du directoire exécutif de l’Hérault du 28 vendémiaire an VI.

50 AN, F 1c III Hérault 9 compte rendu du commissaire du directoire exécutif de l’Hérault du 28 vendémiaire an VI.

51 ADH, 93 EDT 2F3. Lettres de P. Fabreguettes à la municipalité de Lodève, an V-an VI.

52 Ibid., 93 EDT 2 F 6. Lettre du député Curée.

53 Ibid., 93 EDT 2 F5. Lettre de Bernadotte à la municipalité de Lodève, 27 fructidor an VII.

54 Ibid., L 223. Séance du 27 frimaire an VII de l’administration départementale. Lettre au ministre de la Guerre en faveur de l’arrondissement de Saint-Chinian, vu « la suspension du commerce » avec « l’échelle du Levant », qui laisse 4 000 ouvriers sans travail.

55 Ibid., 93 EDT 1 D 12. Séance de la municipalité de Lodève du 22 vendémiaire an VII.

56 Ibid., 93 EDT 2 F 5. Lettre du sous-préfet de l’arrondissement de Lodève à Cambacérès, deuxième consul.

57 L. BERGERON, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens. Du Directoire à l’Empire, Lille-Paris, 1975, t. I, notamment p. 93-107 : « Languedociens ».

58 ADH, 93 EDT 2F 5. Lettre de Chaptal au maire de Lodève, 17 messidor an VIII.

59 H. Michel, Grands notables du Premier Empire, n° 5, Hérault, Paris, 1980.

60 J. WOLFF, Le financier Ouvrard (1770-1846). L’argent et la politique, Paris, 1992.

61 ADH, 93 EDT 2 F 6. Tableau des fabriques et manufactures, fait à la demande du ministre de l’Intérieur Montalivet.

62 J. CASTEL, L’application de la loi Jourdan dans l’Hérault, levées directoriales de l’an VII, mémoire de maîtrise, Université Paul Valéry, Montpellier III, 1970, 220 p.

63 J.-P. BERTAUD et W. SERNAN, Nouvelle histoire militaire de la France, t. I, 1789-1919, p. 122-123, Paris, 1998.

64 ADH, L 226. Séance de l’administration du département du 14 messidor an VII

65 Ibid., L 227. Séance du 9 vendémiaire an VIII.

66 Ibid., L 228. Séance de l’administration départementale du 8 brumaire an VII.

67 Ibid., L 2037. Lettre de la municipalité de Béziers à l’administration départementale.

68 J. GODECHOT, La Révolution Française dans le Midi toulousain. Toulouse, 1986.

69 C. ACHARD, « Le recrutement de la milice royale à Pézenas de 1689 à 1788 », Recrutement, mentalités, sociétés. Colloque international d’histoire militaire. Septembre 1974. (Centre d’histoire militaire et d’études de défense nationale. Université Paul Valéry de Montpellier), p. 45-56, Montpellier, 1976.

70 ADH, L 228. Séance de l’administration départementale du 5 frimaire an VIII.

71 Ibid., L 228. Séance de l’administration départementale du 1er frimaire an VIII.

72 Ibid., L 228. Séance de l’administration départementale du 15 nivôse an VIII.

73 F. Aulard, L’état de la France en l’an VIII et en l’an IX, Paris, 1897.

74 ADH, L 227. Séances de l’administration départementale des 3, 12 vendémiaire an VIII.

75 Ibid., L 227. Séance du 14 vendémiaire an VIII.

76 Ibid., L 228. Séance du 15 brumaire an VIII.

77 Ibid., L 227. Séances des 12 et 13 vendémiaire an VIII.

78 Ibid., L 226. Séances de l’administration départementale.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540