Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Chapitre IX. L’après-Thermidor : poursuite et remise en cause de l’effort de guerre

Texte intégral

1Thermidor ouvre une nouvelle ère politique. Les rapports entre l’État et l’économie se modifient avec la suppression du Maximum. Le poids des administrations sur certaines activités devrait décroître car les principes des Thermidoriens (attachement viscéral au droit de propriété, propagation des libertés économiques) s’opposent aux pratiques du gouvernement de l’an II. Les fondateurs de la constitution de l’an III veulent stabiliser leur régime politique en s’appuyant sur une France des propriétaires. Mais la guerre continue. Le problème religieux mis à part, le principal motif de tensions dans les campagnes est la pratique de réquisitions pour l’armée. Les résistances à l’égard du pouvoir central tiennent pour beaucoup aux charges qui pèsent sur la paysannerie, aussi bien sur le plan matériel que psychologique (le fait de ne pas disposer de sa récolte comme on l’entend). De l’aptitude des Thermidoriens à faire accepter le fardeau de la guerre - ou à en sortir - dépend en grande partie la pérennité du nouveau régime.

La poursuite de l’effort de guerre

2Les questions concernant l’armée et le conflit continuent d’occuper fortement les autorités en l’an III comme en l’an IV. Le directoire de district de Lodève consacre toujours une part importante de ses activités à ces questions. Leur part en pourcentage ne varie pas entre l’an II et l’an III, avec une place prédominante, un tiers des thèmes abordés environ. Le district, en l’an III, reste l’interlocuteur privilégié des municipalités. En tant que tel, il doit s’assurer de la levée des réquisitions les plus diverses, recevoir les doléances des populations. Les affaires concernant les charrois militaires sont présentes dans 56 séances en l’an III contre 37 en l’an II. Les questions touchant l’approvisionnement et l’équipement des troupes restent stables. Ce sont les sujets qui concernent les levées d’hommes au sens large qui baissent. Après l’effort important de 1793 et de l’an II, ils diminuent, avec ce qui en dépendait (demandes de congés, exemption, etc.) Le seul élément qui augmente pour les troupes françaises est la question des désertions (de 5 à 19 séances). La baisse la plus significative concerne les secours et les pensions. Ce domaine s’effondre dans les questions militaires traitées par le directoire de district de Lodève : présent dans 72 séances en l’an II, il passe à 15 en l’an III. Le tournant politique de Thermidor se fait clairement sentir. Même fléchissement pour le fer de lance de l’effort de guerre en l’an II : les séances évoquant le salpêtre passent de 26 à 14 en un an. D’ailleurs, à partir de pluviôse an III, on n’entend plus parler ni de sa récolte, ni de sa production.

  • 1 ADH, L 2889.
  • 2 Procès-verbaux …, op. cit., t. 4, séance du 11 septembre 1793.
  • 3 E. BRINGUIER et P. PELIZZARI, Démographie et subsistances à Lodève de 1787 à 1800, Montpellier, Un (...)
  • 4 C. VALIN, « La Rochelle face à la Vendée renaissante et à la réaction thermidorienne », 120eCongrè (...)

3L’administration départementale retrouve des prérogatives qu’elle avait concédées au district en l’an II, d’où une position plus active. La part des affaires concernant la guerre augmente. En chiffres absolus, elle ne cesse de progresser jusqu’à l’an IV. Le cas le plus frappant est l’approvisionnement des troupes, qui concerne trois séances en 1793, 31 en l’an II, 16 en l’an III, pour bondir en l’an IV, en dépassant les 100 séances. À un moindre niveau, la même constatation s’impose pour les questions concernant les charrois : présentes dans 14 à 16 séances en l’an II et en l’an III, elles dépassent les quarante séances en l’an IV. Il est clair, qu’après un léger tassement en l’an III, les affaires concernant l’armée et la guerre pour l’administration départementale connaissent une explosion en l’an IV, parfois plus importante qu’en l’an II, au moins en certains domaines. La hausse des affaires traitées par les districts en l’an III se répercute sur l’administration départementale en l’an IV, à partir du moment où ils disparaissent. Loin d’être un secteur en perte de vitesse, les questions militaires restent un domaine essentiel, et le département le reçoit de plein fouet lorsqu’il s’agit de remplacer les districts. Les hôpitaux militaires sont plus surchargés qu’en 1793. Un rapport de frimaire an IV indique qu’à la fin de l’été de l’an III, l’hôpital Saint-Éloi a accueilli jusqu’à 600 militaires1. Or, lors de l’été catastrophique de 1793, avec un entassement de malades sans précédent, 500 avaient été hébergés dans le même hôpital2. Les militaires affluent, souffrant des privations que connaît une armée des Pyrénées-Orientales qui, bien que victorieuse, se délite. La chaleur des mois d’été n’arrange pas les choses. La mortalité atteint des sommets3. La disparition d’organismes qui aidaient le soldat, telles les sociétés populaires, aggrave la situation. Les troupes sont dans une situation matérielle difficile. La hausse des affaires gérée par l’administration départementale concerne des problèmes délicats : l’approvisionnement de l’armée, la désertion, tandis que les mécanismes d’aide au soldat s’effondrent sous les coups conjugués de la crise économique et du virage politique de Thermidor. Dans l’Hérault, comme ailleurs, telle La Rochelle étudiée par C. Valin4, la guerre conserve un poids énorme dans la vie quotidienne, bien après l’élimination des jacobins. Mais ses effets sont plus difficiles à vivre, car le système, mis en place depuis 1792 pour l’assumer, est remis en question.

La remise en cause de l’effort de guerre

  • 5 ADH, L 4654. Conseil du district de Lodève, séance du 4 fructidor an II.
  • 6 Ibid., L 4654. Conseil du district de Lodève, séance du 4 fructidor an II.
  • 7 N. VIVIER, « Les prélèvements pour les guerres révolutionnaires dans le district de Briançon (1792 (...)
  • 8 M. CADE, « Une armée oubliée, l’armée des Pyrénées-Orientales… », L’Espagne et la France à l’époqu (...)
  • 9 S. BERTHE, « Les représentants du peuple en mission près l’armée des Pyrénées-Orientales (1793-179 (...)
  • 10 ADH, L 203. Séance de l’administration du département du 23 fructidor an II.
  • 11 Ibid., L 4654. Conseil du district de Lodève, 29 thermidor et 4 fructidor an II.
  • 12 Ibid., 21 EDT 2D1. Séance de la société de Bessan, 3e jour complémentaire de l’an II.
  • 13 AMB, II J. 4e registre de la société populaire de Béziers. Séances des 20, 26 fructidor, 2e jour s (...)
  • 14 ADH, L 5534. Adresse datée de « la 5esans-culotide de l’an second ».
  • 15 C. CAMPET, Protestantisme et révolution. La société populaire de Marsillargues (1791-1794), mémoir (...)

4L’après Thermidor est marqué par de vigoureuses attaques contre les prélèvements effectués sur le monde rural. Le malaise n’est pas nouveau. Les autorités locales se font l’écho depuis longtemps des protestations croissantes de leurs administrés contre les réquisitions, en particulier celles portant sur les animaux. Mais elles adoptent de plus en plus résolument la position des propriétaires fonciers. Les prélèvements militaires laisseraient les campagnes dans un état désastreux. Les administrateurs se disent « pénétrés du coup mortel que l’agriculture a reçu par les différentes réquisitions »5 : les frais de conducteurs chargés de mener les bêtes à l’armée sont exorbitants, les animaux, s’ils reviennent, sont trop abîmés pour être utiles à quoi que ce soit. S’ajoute enfin « l’attitude vexatoire des employés aux charrois »6. À chaque armée est affecté un nombre de départements sur lesquels portent les réquisitions pour l’alimenter. L’armée des Pyrénées-Orientales compte sur neuf départements qui constituent sa zone de ravitaillement (Ariège, Pyrénées-Orientales, Aude, Haute-Garonne, Hérault, Tarn, Gard, Aveyron, Lozère). Le manque de ressources de certains d’entre eux est évident. Quelle que soit leur bonne volonté, ce qu’ils peuvent fournir est nécessairement limité, d’autant plus que les exigences de l’armée sont très supérieures aux ressources, phénomène courant dans la plupart des régions, comme dans le Briançonnais étudié par N. Vivier7. L’été de l’an II connaît une recrudescence des pétitions adressées au district de Lodève. Les difficultés d’approvisionnements sont renforcées paradoxalement par les victoires des armées françaises. Les avancées de l’armée des Pyrénées-Orientales nécessitent de nouveaux moyens, car il est impossible de vivre sur le pays ennemi. Les distances à parcourir par les charrois militaires s’allongent. Le général en chef de l’état-major estime que pour ravitailler, pendant un mois, 20 000 hommes pénétrant à 30 lieues dans le pays ennemi, il faut 20 000 quintaux de grains, 89 000 de foin, 25 500 d’avoine, 8 250 de paille. Pour acheminer cela, des milliers de voitures et de mulets sont nécessaires8. Pendant l’été, l’armée des Pyrénées-Orientales continue lentement sa progression. La cavalerie, faute de fourrages, a dû se replier une nouvelle fois. La ponction sur le monde rural croît avec la victoire, tandis que les populations, administrateurs locaux en tête, pensent que le contraire devrait se produire. Le malentendu s’amplifie. Un nouveau changement affecte l’armée. Milhaud et Soubrany quittent leurs fonctions, suivant le décret du 26 thermidor qui édicte que les missions des représentants du peuple ne doivent pas excéder six mois. Un nouveau représentant, Delbrel, est nommé. On lui adjoint ensuite Jean Vidal9. Le remplacement de Milhaud et Soubrany, dans le contexte de l’été de l’an II, est un sérieux handicap pour l’armée des Pyrénées-Orientales. La droiture et la sévérité des deux représentants en mission ont permis une réorganisation de l’armée efficace, malgré les difficultés. Leurs successeurs n’ont pas les contacts, l’autorité que Milhaud et Soubrany ont su tisser pendant des mois avec le commandement militaire, les administrations des départements, les patriotes, bâtis sur une réputation de probité et d’exigence morale. La réputation des nouveaux venus est à faire. Or les premiers actes de Delbrel concernent un sujet délicat. Il est obligé de ravitailler l’armée des Pyrénées-Orientales. Il ne trouve, comme solution, que de faire effectuer de nouvelles réquisitions, tandis que celles des mois précédents, ordonnées par Milhaud et Soubrany, ne sont pas achevées. Le prélèvement est tel que dans les districts de Saint-Pons et de Lodève, toutes les charrettes existantes sont requises10. Pour réussir son entreprise, Delbrel doit asseoir son autorité. Mais avec Thermidor, il devient difficile de promettre aux récalcitrants les peines qui permettaient aux représentants en mission de se faire obéir sans trop de difficultés. Tout joue contre le nouveau représentant en mission : son statut de nouveau venu, la lassitude des populations face à de lourdes ponctions, le calendrier agricole, les craintes qui s’estompent avec la fin de la Terreur, la crise économique, les victoires militaires. Ses réquisitions suscitent un tollé général11. À la fin de l’été, les réclamations des particuliers et des municipalités sont amplifiées par les sociétés populaires. Les dénonciations de l’administration des fourrages et des charrois prennent une nouvelle vigueur12. Les sociétés politiques aboutissent à une critique des réquisitions qui va très au-delà des plaintes habituelles sur le sujet13. Elles se concertent pour mettre en œuvre une stratégie commune. Elles envoient, ensemble, des délégations de commissaires, telles celles de Nîmes et de Béziers, afin de faire pression sur le représentant du peuple. Le débat quitte le terrain local et les particularités d’une situation – front pyrénéen – pour se déployer au niveau national, par une intervention non pas auprès des seuls représentants en mission auprès des armées, mais par des adresses directes à la Convention nationale. Les protestations des sociétés populaires participent à l’ébranlement de l’effort de guerre qui marque le début de l’an III. Le divorce est consommé entre les représentants du peuple auprès de l’armée des Pyrénées-Orientales et de nombreuses sociétés populaires. Les conséquences sont graves. Les sociétés politiques ont été une pièce essentielle du fonctionnement de l’effort de guerre en l’an II. Que ce soient elles qui prennent la tête de la fronde, contre les réquisitions, à la fin de l’été et à l’automne, indique l’ampleur de la crise. De la critique d’une réquisition en particulier, elles passent à une contestation généralisée. Ainsi, l’adresse de « la société populaire de Marsillargues, District de Montpellier, Département de l’Hérault, à la Convention Nationale » développe sur huit pages les griefs des sociétaires vis-à-vis des réquisitions14. Marsillargues est un bourg dont les activités sont avant tout agricoles. La moitié des membres de la société politique sont des « cultivateurs » ou « travailleurs » de terre15. La situation décrite par la société populaire est celle d’un monde plongé dans la misère à cause de trop nombreux prélèvements de l’armée sur le pays. L’adresse n’a pas de mots assez forts pour souligner les « souffrances de l’agriculture ». Les paysans, faute de charrettes et de bêtes, seraient dans l’impossibilité de travailler leurs terres, laissées à l’abandon. Les prélèvements pour l’armée s’abattraient comme une catastrophe sur un monde agricole fragile :

« Une foule de réquisitions subalternes (…), prenant tout, dissipant tout, enlève également le superflu et le nécessaire (…) Cette nuée confuse d’agens, qui, comme un essaim d’insectes destructeurs, se répand partout, gâte tout, entrave sans cesse vos opérations et dont l’appétit glouton sert de gouffre à la fortune publique. »

5Le patriote par excellence, par opposition à ces individus, est « l’habitant des campagnes », auquel s’identifient les membres de la société populaire. L’adresse de Marsillargues révèle la virulence des antagonismes sociaux. Les oppositions entre les campagnes et les villes sont fortement soulignées :

« Lorsque se faisant un devoir de ses privations, le campagnard sobre et patriote, qui s’abstient de viande et conserve ses moutons pour l’armée, voit l’abondance la plus scandaleuse régner à côté du luxe, dans ces communes, jadis appelées grandes villes, lorsqu’il les voit opprimer, sous le poids de leur influence colossale, le canton agricole qui a le malheur d’être son voisin. »

6Deux mondes s’affrontent, qui n’ont rien en commun : ni sur le plan matériel, ni sur le plan moral. Le jeu des échanges entre les deux est décrit comme profondément inégal, avec des cultivateurs toujours spoliés, au mépris de l’égalité et de la justice :

« Aussitôt que la réquisition a atteint les mules (…) du propriétaire ou du fermier d’un misérable domaine, celui-ci est forcé de les délivrer au prix du maximum (…) ainsi dépourvu de ces animaux nécessaire à un terrain trop fort et trop sec pour pouvoir s’en passer, il cherche bientôt à s’en procurer de nouveaux, mais qu’arrive-t-il ? Sous le prétexte astucieux que la vente de gré à gré du bétail est permise, des marchands avides, juifs de métier, bien plus que de religion, abusant des malheureuses circonstances du temps & des besoins du laboureur ne cèdent leurs mules ou chevaux qu’à un prix excédant de deux tiers du maximum. »

  • 16 M. REBOUILLAT, « Les réquisitions pour la subsistance des armées et des villes à Sercy (district d (...)
  • 17 J. -P. JESSENNE, Pouvoir au village et Révolution. Artois, 1760-1848, Lille, 1987.
  • 18 En Côte d’Or, un congrès de sociétés populaires, en brumaire-frimaire an II, s’oppose à une réquis (...)
  • 19 ADH, L 5586. Lettre du représentant du peuple Vidal à la société populaire de Montpellier, 25 brum (...)
  • 20 Ibid., L 4679. Lettre de l’agent national de Lodève à celui de [Saint-Félix de] Lodès.
  • 21 Journal du club des sans-culottes de Paulhan, op. cit., 8 vendémiaire an III.
  • 22 ADH, L 3275. Imprimé de l’agent national du district de Montpellier aux municipalités du ressort, (...)

7Les plaintes, à propos des réquisitions, permettent une dénonciation des rapports économiques qui régissent les différentes parties de la société, en affirmant qu’une minorité parasite – les marchands, le monde urbain - domine et opprime la majorité de la population, à savoir les campagnards. Ces derniers, quelle que soit leur situation sociale, propriétaires ou pas, sont présentés comme un monde soudé par les mêmes intérêts. L’étranger est le citadin qui abuserait de son argent, de ses fonctions, pour s’enrichir aux dépens des campagnes. Les réquisitions et leurs conséquences négatives révèlent la profondeur d’un fossé social, creusé par l’incompréhension entre monde rural et monde urbain, entre économie marchande et activités agricoles. Ces tensions, aggravées par la guerre et par les difficultés économiques, se retrouvent un peu partout en France, et pas seulement pendant la Révolution16. Dans des structures agraires différentes, le mécontentement des paysans de Marsillargues aboutit à un phénomène similaire à celui observé par J.-P. Jessenne en Artois17. Des agriculteurs oublient leurs propres antagonismes sociaux pour faire corps face au monde urbain et ses demandes. La diversité des sociétés populaires apparaît. Même lorsqu’elles se concertent pour adopter des positions communes, leur argumentation n’est pas identique. La « grande ville » ne saurait avoir les mêmes griefs que le bourg rural. Mais on peut souligner, a contrario, combien, face aux réquisitions, les villes, par la voix des sociétés populaires, adoptent quasiment la même argumentation que les campagnes, en contestant les nouvelles réquisitions. Les propriétaires fonciers importants sont souvent plus nombreux dans les villes que dans les villages. L’affrontement entre le monde urbain et le monde rural n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Les sociétés populaires héraultaises conservent une ligne de conduite qui a été la leur pendant toute leur existence : protéger les citoyens des abus de l’administration militaire. La concertation entre sociétés politiques d’un même département ou d’une division militaire n’est pas non plus une nouveauté dans la contestation des réquisitions. Elle a lieu, même en l’an II, ce qui provoque des tensions avec les autorités nationales18. À cette époque, ces résistances sont étouffées par l’action des représentants du peuple. La victoire, le relâchement de la Terreur les font jaillir à nouveau. La survie des sociétés populaires, après Thermidor, n’est pas vécue, par leurs membres, comme l’histoire d’une disparition inéluctable. Les sociétés politiques continuent leur lutte pour la défense des intérêts de leurs adhérents, confondus avec la population tout entière. Leur utilisation par le gouvernement révolutionnaire, comme auxiliaires de sa politique, n’a pas fait d’elles des instruments passifs. La multiplication des réquisitions à l’été, conjuguée à Thermidor, engendre un bref instant l’expression de mécontentements enfouis. L’effort de guerre marque le pas. Les représentants du peuple perçoivent les sociétés populaires comme un obstacle à leur action, là où leurs prédécesseurs voyaient des soutiens fidèles et actifs. Par voie de conséquence, la mise au pas des sociétés populaires se fait autant sur le plan politique que par la réaffirmation de la légitimité des sacrifices demandés au nom de la guerre. Les représentants en mission auprès de l’armée des Pyrénées-Orientales visitent le plus d’administrations locales et de sociétés possibles, non seulement dans un but d’épuration, comme leurs collègues délégués dans les départements, mais aussi pour trouver un approvisionnement pour les troupes, « inciter » les patriotes à faire des dons. Les sociétés politiques, au moment où leur survie est menacée, reçoivent d’ultimes louanges afin qu’elles se sacrifient pour équiper l’armée. Elles sont toujours décrites comme le fer de lance de l’effort de guerre…19 D’autres interventions sont plus musclées. Les autorités locales reçoivent l’ordre de faire saisir, chez les particuliers, le fourrage requis, avec l’appui de la force armée20. Le climat social, déjà lourd, se détériore car les agents nationaux, mis en place en l’an II, sont dans une position délicate. À partir de l’été, beaucoup d’éléments qui allégeaient les réquisitions disparaissent, ce qui les rend encore plus insupportables. Des sociétés populaires organisaient le paiement des citoyens chargés des charrois militaires afin d’éviter que des paysans y soient obligés. Cette pratique, coûteuse, est contestée par des individus las de payer21. Mais elle permettait de limiter certains effets négatifs des réquisitions sur la paysannerie. Avec la perte d’influence des sociétés, ce système, comme d’autres, s’effrite. Après Thermidor, l’approvisionnement de l’armée se fait toujours sur les mêmes bases, mais avec des moyens en moins, une légitimité ébréchée, des conflits politiques et sociaux exacerbés, un enthousiasme patriotique essoufflé. Le malaise est accru par la réapparition de réquisitions illégales, faites par des négociants ou agents du gouvernement peu scrupuleux. Ce phénomène est inévitable dès qu’il existe des réquisitions à grande échelle. Mais l’affaiblissement de nombreuses structures le fait surgir à nouveau. Ainsi, des propriétaires du district de Montpellier sont victimes d’escrocs, « monopoleurs audacieux » pour reprendre les termes de l’agent national. Des quantités conséquentes d’eaux-de-vie sont « requises » illégalement22. La légitimité des prélèvements pour l’armée en est entachée. Dans ce climat, des réquisitions plus délicates, comme celles portant sur des ouvriers, posent davantage de problèmes.

Les résistances des artisans réquisitionnés et des municipalités

  • 23 ADH, L 3737. Lettre du 7 vendémiaire an III de l’agent en chef des transports militaires à l’agent (...)
  • 24 Ibid., L 1207. Prix de la livre de pain
  • 25 Ibid., L 1207. Lettre de la municipalité de Lunel au district, floréal an III.
  • 26 Ibid., L 4489. Lettre du directeur des transports militaires près l’armée des Pyrénées-Orientales à (...)
  • 27 Ibid., L 4489. Lettre de la municipalité de Lunel au district, 19 floréal an III.
  • 28 Ibid., L 4489. Lettre de la municipalité de Pignan du 8 prairial an III district.
  • 29 Ibid., L 4489. Lettre de la municipalité de Pignan du 3 prairial an III au district.
  • 30 Ibid., L 4489. État des charrons du district, an III.

8Les responsables des transports militaires, espèrent, grâce aux dernières réquisitions, compter sur 2 400 charrettes à Narbonne, chiffre minimum, selon eux, pour assurer un approvisionnement convenable des troupes23. Les moyens de transport, déjà insuffisants, sont en piètre état, faute d’ouvriers pour les entretenir. Les charrons et forgerons, requis pour travailler dans les ateliers militaires, refusent massivement de s’y rendre. Ils se plaignent du tarif des journées, trop faible, vu l’inflation, pour nourrir leurs familles. Le prix à la journée, en floréal an III, varie, suivant le talent de l’ouvrier, de 3 livres 10 sols jusqu’à 4 livres 5 sols, avec une livre et demie de pain et un morceau de viande par jour. Or le prix de la livre de pain dépasse le prix de la journée. À Clermont-l’Hérault, en germinal an III, il atteint les 3 livres 7 sols24. Tous les prétextes sont bons pour refuser les réquisitions (charges de famille, maladie...). Le travail à domicile pour des commandes militaires sert de prétexte pour éviter un départ. Certains forgerons ou charrons, devant des mesures de rigueur qui se précisent, préfèrent décamper dans des bourgades éloignées du chef-lieu de district, moins surveillées25. Ils sont accueillis favorablement, car les ponctions militaires ont raréfié considérablement le nombre d’artisans. En pluviôse an III, 22 charrons du district de Béziers sont requis alors qu’il n’en reste déjà plus que 45, la majorité étant déjà partie dans l’Aude ou à Toulon26. Les charrons sont devenus plus indispensables que par le passé, vu leur diminution par les levées successives. Les artisans, encore libres de toute obligation particulière, ne s’embarrassent guère des menaces de l’agent national de leur commune. Le découragement gagne les autorités locales. La seule solution serait d’établir des garnissaires pour convaincre les ouvriers « déserteurs » de gagner les ateliers27. Mais la Terreur est loin. Les charrons savent qu’ils ne risquent pas grand-chose, si ce n’est d’être arrêtés par la gendarmerie, pour être conduits aux ateliers. Ils restent fermes dans leurs refus. Les agents nationaux ne tiennent pas à prendre des mesures répressives qui leur feraient beaucoup d’ennemis dans leur commune. Fait nouveau, ils ne se gênent pas pour le dire à leurs supérieurs hiérarchiques. Plus grave, des municipalités refusent le départ de leurs artisans. Pour se justifier, elles décrivent des terres incultes, par défaut « d’instruments labouratoires » et de charrettes28. Elles critiquent l’administration des charrois militaires, en déclarant qu’elle n’a pas besoin d’ouvriers supplémentaires. Les artisans requis y seraient sous-employés. Les relations entre administration militaire et municipalités sont exécrables. Les agents nationaux des communes font appel des décisions du district en demandant aux représentants du peuple d’exempter le ou les charrons de leur circonscription29. Cela leur permet de gagner du temps. L’agent national du district de Montpellier reconnaît qu’il n’est pas possible d’obtenir de certaines communes le moindre ouvrier30. Il se révèle incapable de déterminer le nombre de charrons qu’elles possèdent, même à Montpellier… Il ne compte plus sur les municipalités pour avoir un recensement fiable. Il fait appel, en secret, à des relations personnelles pour qu’elles le renseignent, après enquête discrète, sur le nombre de charrons, forgerons, qui existe dans chaque canton. En l’an III, il n’attend plus grand-chose de certaines municipalités. Il ne cherche même plus à sévir, il prend le fait comme accompli. Les conseils municipaux sont solidaires de leurs administrés. Ils réagissent comme des organismes de défense de la communauté villageoise face à l’extérieur plutôt qu’en tant qu’administration. Les charrons ou forgerons sont des figures centrales dans le monde rural. Leurs activités les rendent indispensables à l’agriculture. Chez le maréchal-ferrant, passe, en quelques jours, une majorité de la population, notamment avant les vendanges, la moisson. L’atelier est un lieu de sociabilité important. Cela renforce le caractère précieux de l’artisan chez lequel on peut commenter les nouvelles qui intéressent le village. La communauté se soude pour défendre un maillon fondamental de son équilibre économique et social. Le charron, le forgeron sont autant « défendus » par les municipalités des villages ou petites villes que l’armurier dans les grandes. Le village se replie sur lui-même, fait corps face aux administrations supérieures pour résister à leurs exigences. La guerre approfondit le fossé entre monde urbain et monde rural, entre municipalités et autorités supérieures, entre civils et administration militaire. Les districts dénoncent les communes, accusées d’impéritie. Mais ce n’est pas l’ignorance des municipalités qui crée des retards. Un véritable tri des affaires courantes semble présider à l’activité de certains conseils municipaux qui préfèrent laisser « dormir » des questions délicates, comme les réquisitions. Une centralisation des activités dans le chef-lieu de canton est préconisée par des autorités supérieures pour réagir à ces dysfonctionnements. Les municipalités de canton, issues de la constitution de l’an III, sont favorablement accueillies par l’administration départementale qui y voit une solution à bien des blocages, notamment à propos des prélèvements militaires…

Les problèmes d’une réquisition

  • 31 Bulletin des lois. Loi du 7 vendémiaire an IV.

9La loi du 7 vendémiaire an IV ordonne une réquisition de fourrages, portant sur l’ensemble du territoire, de six millions de quintaux de foin et cinq millions de quintaux de paille31. Les départements du Nord-Est de la France sont principalement sollicités, vu leur position géographique et leur richesse agricole. Les administrations civiles sont responsables de la levée des fourrages, qu’elles doivent livrer à l’intendance militaire en les versant dans les magasins existants dans le département. La Convention finissante utilise un moyen qu’elle a déjà pratiqué, à savoir une réquisition au niveau national. Les précédents sont nombreux. La loi du 18 germinal an II ordonne une levée de chevaux sur tout le territoire (un cheval sur 25 est requis pour l’armée). Celle du 22 germinal prélève un cochon sur huit pour la marine, etc. Présentes en l’an II, comme au début de l’an IV, les réquisitions ne sont pas caractéristiques d’un gouvernement précis, mais plutôt d’une situation particulière de l’armée.

  • 32 ADH, L 210. Séance de l’administration départementale du 15 ventôse an IV.
  • 33 Ibid., L 209. Séance de l’administration départementale du 1er pluviôse an IV.
  • 34 Ibid., L 5978. Brochure sur « la morve », le « vertige abdominal des chevaux »…
  • 35 P. dESaint-Jacob, Les paysans de la Bourgogne du nord au dernier siècle de l’Ancien Régime. 2e édi (...)
  • 36 ADH, L 3737. Lettre au district, 10 floréal an III.
  • 37 G. LEFEBVRE, Les paysans du Nord et la Révolution française, Paris, rééd. 1972, p. 706 et suivante (...)
  • 38 ADH, L 8769. État des bestiaux existants à Puisserguier, 16 nivôse an III.
  • 39 Ibid., 6 M 1605. Rapport fait au Conseil de commerce… établi à Montpellier par l’un de ses membres, (...)
  • 40 Ibid., C 685. Placet de P. Girard.
  • 41 S. FERAUD, Armée et société villageoise. La Salvetat sur Agout de 1789 à l’an III. DEA sous la dir (...)
  • 42 A. CORVISIER et A. JACQUART (dir.), Les malheurs de la guerre, t. 1, « De la guerre à l’ancienne à (...)

10Les difficultés des représentants en mission pour faire effectuer des réquisitions ont fait empirer la situation des troupes, pendant tout l’an III, au point que l’approvisionnement revit les pires moments de 1793, lorsque l’effort de guerre était enrayé par la crise politique de l’été. À Montpellier, l’administration militaire ne sait plus comment nourrir les chevaux – six cent – qui sont en garnison dans la ville32. Les magasins sont vides. La paix avec l’Espagne, le 4 thermidor an III, fait refluer une part importante des troupes dans le département, à nouveau base arrière de l’armée d’Italie. Le port de Sète retrouve son rôle de transit en direction de la péninsule. Le mouvement des troupes est incessant, dans les deux sens. Des chevaux refluent d’Italie afin de « se refaire »33. Leur état sanitaire est déplorable. Le Comité de Salut Public a essayé de propager les connaissances vétérinaires dans les campagnes, en diffusant par exemple des livrets explicatifs pour guérir les chevaux de maladies, telle « la morve », qui font des ravages34. Mais les épizooties progressent. L’état de sous-nutrition des bêtes à l’armée est une des causes principales de cette dégradation. Les chevaux, qui reviennent, répandent dans les campagnes les maladies qu’ils y ont contractées. Ce phénomène est grave car des provinces manquent déjà de bêtes. À la fin des années 1780, les épizooties ont joué un rôle dans la crise qui secoue le monde rural et qui le plonge dans la Révolution35. La guerre, à partir de 1792, amoindrit considérablement ce cheptel. La municipalité de Saint-Christol, en l’an III, à la veille d’une nouvelle réquisition, estime que la commune est passée de 18 charrettes et 56 mules à 12 charrettes et 36 mules36, soit une réduction de 30 et 36 % de ses moyens de transport et de son cheptel. Cette proportion se retrouve en des termes quasi identiques ailleurs, puisque les réquisitions ont prélevé partout, en règle générale, les mêmes proportions d’animaux. Ainsi dans le département du Nord, G. Lefebvre constatait, pour le district de Bergues, une diminution de 34 % du cheptel entre 1792 et l’an III37. En lisant les réclamations des municipalités adressées à leur district, on s’aperçoit que dans l’Hérault comme ailleurs, les mêmes causes produisent les mêmes effets : hausse du prix des conducteurs chargés de convoyer les animaux à l’armée, diminution du bétail, charges plus importantes sur ceux qui en possèdent encore, refus de remplacer les bêtes perdues par peur des réquisitions, manque de fumure, recul des cultures. À Puisserguier, on ferait labourer les ânes38. Les prélèvements de mules ou de chevaux ont un coût bien supérieur à la valeur intrinsèque des animaux fournis. L’impact de ces ponctions, considérable, se fait sentir longtemps. Les rapports sur l’état de l’agriculture insistent, bien des années après, sur les réquisitions pour l’armée des Pyrénées-Orientales39. La guerre avec l’Espagne est considérée comme l’élément essentiel des difficultés des paysans. Les pertes des paysans n’ont pourtant rien d’exceptionnel si l’on considère les conflits passés. Les bêtes requises, lorsqu’elles reviennent, sont toujours en piètre état. Les plaintes des propriétaires de l’Ancien Régime le prouvent40. En 1744, lors de la guerre de succession d’Autriche, trois réquisitions de mulets s’abattent sur le diocèse de Saint-Pons. Sur 147 bêtes levées, 129 meurent à l’armée ou sont prises par l’ennemi41. Les pertes sont comparables à celles des années 1792-1795. La commune de la Salvetat doit attendre 1781 pour obtenir le règlement complet de ses mules disparues, à un prix inférieur aux estimations de 1744. Ces problèmes ne sont pas propres au XVIIIe siècle. Il suffit de rappeler les hécatombes des guerres de religion ou de la guerre de Trente ans42, sans oublier, plus proches de nous, la Première et la Deuxième Guerre Mondiale.

  • 43 ADH, L 210.

11La guerre est un facteur aggravant des crises agricoles. La cherté de l’an III et de l’an IV les accentue. Les convoitises sur les ressources des communaux, sur les biens nationaux constitués en pâturages ou bois, se font plus grandes. Elles sont une source de tensions supplémentaires. Le prix des fourrages, à l’instar des autres denrées, ne cesse de croître. À Clermont l’Hérault, celui du quintal de foin est multiplié par trois, celui de la paille double, de brumaire à frimaire an IV43.

  • 44 Ibid., L 4654. Séance du 20 vendémiaire an III.

12La réquisition du 7 vendémiaire an IV ne demande qu’une contribution modeste à l’Hérault. Le département ne doit fournir que 0,6 % de la paille et 0,8 % du foin requis au plan national. Mais le poids d’une contribution ne dépend pas des quantités en jeu mais de leur proportion sur les ressources de la contrée considérée. Cela est net pour les réquisitions de céréales. Ainsi, en vendémiaire an III, le conseil de district de Lodève, faisant un bilan de la récolte, afin de déterminer les besoins futurs de ses administrés, constate que 5 000 quintaux sont fournis à l’armée des Pyrénées-Orientales. La quantité requise est faible par rapport à la récolte totale de céréales, qui se monte à 115 000 quintaux environ44. Le prélèvement de l’armée des Pyrénées-Orientales se monte seulement à 5 %. Mais il est important pour une circonscription traditionnellement déficitaire en grains. Le district pense que cinq quintaux sont nécessaires pour nourrir une personne pendant un an. Comme elle estime sa population à 50 000 individus, elle calcule qu’il faut 250 000 quintaux par an et 20 833 par mois pour subvenir aux besoins de tous les citoyens. Or la récolte n’atteint pas la moitié de cela. L’administration, à peine la récolte rentrée, envoie des demandes d’aides à la Convention et aux districts plus ou moins proches. Les 5 % de grains prélevés pour l’armée, représentent pour les cultivateurs concernés, les paysans acheteurs consommateurs de céréales une lourde charge, car les difficultés pour trouver de la nourriture en sont accentuées, pendant que les prix augmentent. L’envoi de grains pour l’armée ne saurait se faire de gaieté de cœur. L’Hérault, loin de fournir de grandes quantités de « bled » aux troupes, reçoit au contraire sa subsistance des autres départements, voire de l’étranger, via les Génois. Comme la majorité des départements du Midi méditerranéen, il est pauvre en prairies naturelles et artificielles. Or l’administration départementale répartit les fournitures en fonction des ressources en fourrages de chaque district et non pas en fonction de leur richesse globale, ainsi ceux de Saint-Pons et de Lodève sont les plus sollicités. Cette répartition a lieu au moment où les districts laissent la place à une nouvelle structure, la municipalité de canton.

  • 45 Ibid., L 4646 et L 1107, L 678. Liste des membres des administrations municipales.
  • 46 Ibid., L 4713. ADH, L 4944. ADH, L 679. États détaillés des commissaires…
  • 47 Ibid., L 678. Liste des membres des administrations municipales…
  • 48 B. FRELAUT, « Municipalités élues, municipalités nommées : le pouvoir à Vannes de 1790 à 1815 », p (...)

13Chaque commune rurale a désormais un agent municipal assisté d’un adjoint. Tous les agents municipaux d’un canton se réunissent au cheflieu. Les agents nationaux sont remplacés par un commissaire du Directoire exécutif, un seul par canton. La majorité des agents municipaux sont des cultivateurs, aisés, puisqu’ils doivent savoir lire et écrire correctement le français. Les présidents des cantons et les commissaires sont des hommes d’expérience, qui ont déjà rempli des fonctions officielles. Dans le canton de Saint-Pargoire, en l’an IV, le président est Antoine Bouat, agriculteur, ancien juge de paix, membre du conseil de district de Lodève de 1791 à nivôse an II45. À Saint-Jean de la Blaquière, l’avocat et notaire Jacques Puel, cidevant procureur de la commune (1790), cidevant administrateur du conseil de Directoire de Lodève (1790, 1791) est nommé commissaire au moins pour l’an V et l’an VI46. Les mêmes réseaux de notabilités locales sont à l’œuvre pendant toute la Révolution, appuyés sur des intérêts économiques, sociaux, politiques, communs, renforcés parfois par des liens familiaux. Pour finir sur un dernier exemple, voici Antoine Pons, (1755-1831), notaire à Gignac, fils de notaire, membre de la société populaire de la ville, acheteur de biens nationaux, membre de l’administration départementale, puis du district de Lodève en l’an II, agent municipal en l’an VI du canton de Gignac47. Il l’est encore en l’an VIII, auprès de son beau-frère, Pierre Marin, notaire, président de la dite administration au moins de l’an VI à l’an VIII. Les commissaires du directoire exécutif et présidents des cantons sont des « vieux routiers de la Révolution », comme on le constate en d’autres départements48. Ces observations permettent d’écarter les a priori négatifs sur les autorités locales du Directoire. Les administrateurs cantonaux ne sont pas des hommes incultes comme certaines descriptions, trop souvent reprises sans recul, le laisseraient croire. Le choix est limité, il est vrai, car ces fonctions demandent des hommes expérimentés, et leur poids ne soulève pas l’enthousiasme. L’étude d’une simple réquisition de fourrages montre qu’il ne s’agit pas d’une tâche évidente. Face à la réquisition du 7 vendémiaire an IV, les réactions sont vives. L’administration du département est submergée sous un déferlement de pétitions. Elle consacre une part importante de ses séances, de frimaire à germinal an IV, à l’examen des diverses réclamations. Les administrations municipales de canton nouvellement formées sont les premiers plaignants. Elles ont été mises en place, rappelons-le, pour remplacer les municipalités de commune, accusées de ne se soucier que des intérêts particuliers de leur communauté...

  • 49 ADH, L 1230 et L 4650, L 4650 et L 1228.
  • 50 ADH, L 209. Séance de l’administration départementale du 21 nivôse an IV.
  • 51 Ibid., L 209. Séance du 1er nivôse an II.
  • 52 Ibid., L 5426. Séance du canton de Mauguio, 30 ventôse an II.
  • 53 Ibid., L 5361. Séance du canton de Florensac, 15 frimaire an IV.
  • 54 Ibid., L 3758. Correspondance relative à la réquisition du 7 vendémiaire an IV.
  • 55 Ibid., L 3758. Brumaire an IV.
  • 56 Ibid., L 210. Séance de l’administration départementale du 1er ventôse an II.
  • 57 Ibid., L 208. Séance de l’administration départementale du 9 frimaire an IV.
  • 58 C. WOLIKOW, « Les municipalités de canton : échec circonstanciel ou faiblesse structurelle ? Le ca (...)
  • 59 ADH, L 3763. Extrait de la séance de délibération de la municipalité de Mauguio, 15 floréal an II.
  • 60 M. REINHARD, Le département de la Sarthe sous le régime directorial. Saint-Brieuc, 1935. (p. 45)

14Pas moins de 31 cantons sur 52 demandent des dégrèvements ou une annulation du contingent demandé, auxquels il faut ajouter une vingtaine de réclamations d’agents municipaux qui s’adressent directement au département, soit pour renforcer les plaintes de leur chef-lieu, soit pour protester contre le contingent qu’il a assigné sur leur commune. Dans ce dernier cas, ces réclamations témoignent de l’atmosphère conflictuelle qui règne déjà dans les administrations de canton nouvellement formées. Certaines administrations cantonales se déchirent. Telle commune se plaint d’avoir été abusée par une entente illicite des autres agents municipaux du canton. Avoir une réquisition plus ou moins forte par rapport à une commune rivale n’est pas une question simplement économique. Il s’agit de savoir quel rapport de force entre les communes s’instaure dans le canton. Loin d’être une affaire anecdotique, la réquisition du 7 vendémiaire an IV fait naître des conflits dès la naissance des jeunes administrations cantonales. Elle met en évidence les problèmes qui vont être les leurs pendant toute leur courte existence. Une des difficultés essentielles est l’entente entre des communes séparées entre elles par des haines séculaires. La réquisition est répartie selon les ressources, ce qui est logique, mais cela est source de contestation. Ainsi la réquisition du 7 vendémiaire an IV représente 30 % de la récolte du canton de Soubès, 13,6 % de celui de Montpeyroux49. L’exécution de la réquisition s’annonce mal, car même les cantons qui n’adressent pas de réclamations contre la réquisition, ne sont pas caractérisés par un enthousiasme patriotique. Certains, comme Clermont-l’Hérault, n’adressent pas de réclamations parce qu’ils adoptent une attitude générale d’obstruction face à la réquisition50. Ils ne répondent pas aux demandes réitérées du département. Le silence prévaut. L’administration départementale menace des pires sanctions les cantons rétifs51. Ce genre d’intimidation est inopérant, car les municipalités, en guise de réponse, réitèrent leurs réclamations. Les administrateurs de canton donnent une image dramatique de la situation, celle d’une pénurie absolue, où les propriétaires sont obligés de recourir à des expédients pour nourrir leurs bêtes52. Comme d’habitude, les mauvaises conditions climatiques, les catastrophes naturelles, telles les inondations dans la vallée de l’Hérault, sont évoquées pour justifier les demandes d’exemption. Des cantons, très combatifs, entendent prouver la véracité de leurs dires par experts interposés53. Le département refuse cette voie, onéreuse, qui remettrait en question la légitimité de ses décisions. La nomination d’experts serait également une façon de renouer avec les pratiques de l’an II, vivement dénoncées, les visites domiciliaires. Pendant deux mois, de brumaire à nivôse an IV, l’administration départementale est assaillie des plaintes les plus diverses des municipalités. En haussant le ton, elle parvient à les obliger à faire une répartition sur les citoyens. Mais, ensuite, ce sont les plaintes des particuliers requis qui la submergent. Pendant quatre mois environ, un flot de pétitions lui est adressé. Les citoyens reprennent l’argumentation de leurs municipalités : mauvaises récoltes, réquisition trop tardive qui vient après la vente d’une partie de la production. Des fournitures à des étapiers continuent. Des propriétaires préfèrent leur livrer leur récolte, car ils sont payés rapidement, au contraire d’une réquisition. Ceci engendre des relations détestables entre les administrations locales. Le département ne voit que partialité dans les plaintes qui lui sont adressées54. Rares sont les municipalités qui montrent un quelconque zèle pour assurer la fourniture. Le comportement de la municipalité de Sète, qui propose de remplacer le foin par de la luzerne parce que son terroir ne possède pas la première denrée, est exceptionnel55. Parfois tous les habitants d’un village font une pétition commune, tels les citoyens de La Vacquerie, qui exposent « l’impossibilité où ils sont de fournir les contingents en fourrage »56. Ils font preuve d’une grande cohésion. Les communautés villageoises resserrent leurs liens dans une opposition concertée aux exigences de l’État. Les pétitions collectives font douter de la disparition complète des municipalités communales ou de l’assemblée générale des habitants. Ces pétitions sont en effet signées par la majorité des paysans du lieu, et, pour finir, par l’agent municipal et son adjoint. Ces derniers convoquent les propriétaires censés participer à la réquisition dans la ci-devant église ou maison commune. Une réunion des habitants a donc lieu, avec discussion. Comme par le passé, elle peut laisser une trace écrite, ici la pétition. L’agent municipal et son adjoint assoient leur argumentation contre la réquisition sur cet écrit. Le département y voit une collusion entre les agents municipaux et les propriétaires57. En d’autres lieux et sur d’autres sujets, des résistances analogues s’expriment qui lient les dits agents municipaux et les communautés villageoises. La pratique de la pétition est attestée là aussi, telle l’Aube évoquée par C. Wolikow58. La réquisition montre que dans les faits, malgré la mise en place des administrations cantonales, la commune reste une réalité si forte que les réunions d’une majorité des habitants continuent à vivre, lorsqu’une décision importante touche l’essentiel du village. L’agent municipal et son adjoint se font plus les porte-parole de leur communauté que les serviteurs de l’État. La réunion d’habitants sur un sujet donné répond à une tradition bien établie mais aussi à une nécessité pour les agents municipaux. Une réquisition ne saurait être réussie sans une acceptation minimale de la population. Les incidents les plus importants en 1793 et en l’an II, à propos des réquisitions, ont été le fait de propriétaires absents lors de la réunion publique qui a décidé de la répartition, réunion qui permet des réajustements59. L’agent municipal qui décide seul de la répartition, sans le faire publiquement, pour montrer quels sont les requis, les exemptés, risque de gros ennuis. Dans certains départements, telle la Sarthe, ce phénomène est présenté comme l’un des obstacles majeurs pour trouver des agents municipaux sous le Directoire60.

Réclamations contre la réquisition de fourrages ordonnée par la loi
du 7 vendémiaire an IV, adressées à l’administration centrale de
l’Hérault, de brumaire à thermidor an IV

Réclamations contre la réquisition de fourrages ordonnée par la loidu 7 vendémiaire an IV, adressées à l’administration centrale del’Hérault, de brumaire à thermidor an IV

(source : ADH, L 207-214)

  • 61 ADH, L 331. Correspondance entre le canton de Magalas et le département.

15La disparition des municipalités de communes supprime un espace démocratique. Les mécontentements pouvaient s’exprimer dans leurs séances. Le problème se situe également dans les rapports de force qui existent au village. Beaucoup de bourgs ruraux sont déchirés par des inimitiés anciennes. L’élection d’un seul agent municipal ne permet plus aux différentes sensibilités de s’exprimer, comme elles pouvaient le faire avec l’élection de nombreux officiers municipaux et notables. Les attaques personnelles sont monnaie courante pour contester la répartition des réquisitions. Les propriétaires accusent leur municipalité de partialité. Les dénonciations de ce type apparaissent en même temps que les réquisitions. Mais à partir de brumaire an IV, date de l’installation des administrations cantonales, les dénonciations fragilisent davantage les autorités, car l’agent municipal est isolé. Avec son adjoint, il est souvent le seul représentant de l’autorité dans sa commune. À Autignac, l’agent municipal est violemment remis en question par les propriétaires requis qui l’accusent d’avoir surchargé les autres citoyens pour exempter sa famille61. S’il n’arrive pas à obtenir un minimum de consensus dans le village, il est dans une position périlleuse, entre des concitoyens hostiles et une administration départementale qui le rend responsable des retards. Il est compréhensible que l’installation des municipalités cantonales se fasse lentement, vu le caractère risqué de ces fonctions. Pour « survivre », l’agent municipal se solidarise de ses administrés, dont il se sent plus proche que de ses supérieurs hiérarchiques.

  • 62 C. WOLIKOW, « Les municipalités de canton. Identité communale et administration municipale. L’opti (...)
  • 63 ADH, L 210. 21 pluviôse an IV.
  • 64 Ibid., L 209. Séance du 28 nivôse an IV, réponse au canton de Fontès.

16Rien qu’en considérant une simple réquisition, il est clair que dès les premiers mois de leur existence, les municipalités cantonales ne répondent pas aux espoirs de leurs promoteurs. Elles devaient permettre de combattre « l’esprit de localité », être une « administration organique qui applique la loi sans la discuter », à la place des « anciens corps administratifs, districts et municipalités de commune »62. Les municipalités de canton, par leurs réactions à la réquisition de fourrages du 7 vendémiaire an IV, se montrent au contraire les héritières directes des anciennes municipalités, solidaires de leurs administrés. La façon dont certains cantons répartissent la réquisition sur les propriétaires le laisse penser. La tentation de certains agents municipaux, après avoir essuyé un refus de dégrèvement de la part du département, est de faire contribuer le plus largement possible les « habitants forains », afin d’alléger les contributions de leurs concitoyens. Bien sûr, les étrangers à la commune, des citadins surtout, possèdent des superficies plantées en fourrages. Il est logique de les faire contribuer. Mais la tentation de les surcharger est forte63. Certains cantons requièrent des biens nationaux… Le département est excédé par de tels comportements, qui se répètent64.

  • 65 Ibid., L 5493. Municipalité du canton rural de Montpellier, 10 frimaire an IV.
  • 66 Ibid., L 209. Séance du 19 nivôse an IV.
  • 67 ADH, L 521. Lettre de Brunel, garde-magasin, au département, 14 frimaire an IV.
  • 68 Ibid., L 208. 21 frimaire an IV.
  • 69 Ibid., L 208. 21 frimaire an IV.
  • 70 Ibid., L 209. 14 nivôse an IV.
  • 71 Ibid., L 210. 15 ventôse an IV.
  • 72 Ibid., L 209. 1er pluviôse an IV.
  • 73 Ibid., L 209. Séance du 2 pluviôse an IV.
  • 74 Ibid., L 5487. Séance du canton, réponse au ministre de l’Intérieur. 15 frimaire an IV.
  • 75 Ibid., L 2076. C’est le cas à Olargues, dans la première moitié de thermidor an IV.

17Les cantons vont jusqu’à nier l’utilité de la levée de fourrages pour appuyer leurs refus de l’effectuer, affirmant, comme le canton rural de Montpellier, que les bêtes à nourrir sont des animaux malades, impropres au service65. La rumeur se propage. L’administration départementale est sur la défensive. Elle doit concéder une expertise sur l’état de santé des chevaux qui se trouvent dans les casernes de la citadelle66. Les cantons, devant les menaces, finissent par s’exécuter. Mais ce n’est qu’en pluviôse an IV que la répartition est terminée. La réquisition du 7 vendémiaire an IV est un élément essentiel par ce qu’elle révèle et par ce qu’elle crée : une forte tension entre administration départementale et municipalités cantonales. L’espoir d’une meilleure efficacité des cantons par rapport aux communes s’évanouit. Les résultats parlent d’eux-mêmes : à la mi-frimaire an IV, le garde-magasin des fourrages de Lodève constate que sur les « 10 000 quintaux assignés aux communes du cydevant district de Lodève », il n’a été versé que quatre quintaux67. À Montpellier, c’est la même chose68. Les autorités départementales dénoncent en vain la « morosité » des citoyens. Mais les cantons se plaignent, de leur côté, du peu de moyens dont ils disposent. De brumaire à nivôse an IV, leurs appels submergent les séances du département : dites-nous comment contraindre les propriétaires à la livraison. Les réponses de l’administration départementale sont embarrassées. Elles consistent en formules stéréotypées, qui insistent sur le zèle patriotique à déployer. La gêne du département dévoile une réelle impuissance. Le climat politique agité n’est pas propice à d’impopulaires réquisitions. Mais les principes politiques et économiques du nouveau gouvernement limitent son action. L’arsenal de coercition mis en place les années antérieures, notamment par le grand Comité de Salut Public, est vidé de sa substance. Les mesures du gouvernement révolutionnaire, de certaines organisations comme les armées révolutionnaires, les sociétés populaires, sont violemment rejetées. Le gouvernement affirme qu’il veut désormais employer d’autres méthodes, en premier lieu la persuasion, pour rejeter tout ce qui, de près ou de loin, rappelle « l’anarchie ». Les visites domiciliaires sont dénoncées. Elles ne sont autorisées qu’à la demande du propriétaire lui-même, lorsqu’il désire prouver qu’il ne peut effectuer la réquisition, faute de marchandises. Les conséquences de la réaction politique sont graves pour l’armée. Les propriétaires requis peuvent, sans complexe, adopter une attitude de résistance passive. La situation pose un cas de conscience aux administrateurs : comment exécuter la réquisition sans retomber dans la politique vilipendée de l’an II ? Ils écrivent au ministère de l’Intérieur pour savoir quelles mesures prendre sans tomber dans l’arbitraire69. Mais les réponses tant attendues tardent à venir70. Le gouvernement est dans le même embarras… Finalement, le département se résout à des mesures plus radicales en pluviôse an IV : l’envoi de garnissaires. Il prend certes des précautions. Les garnissaires ne peuvent rester que deux jours consécutifs chez l’habitant, quitte à y retourner deux jours après, si le propriétaire se refuse toujours à la réquisition. Le citoyen rétif doit fournir au soldat « une livre et demi de pain ¾ de livres de viande, une pinte de vin, 25 livres de foin, un lit, le bois, le feu et la lumière »71 par jour. L’administration départementale agit sous la pression des autorités militaires72. Elle passe brutalement d’une situation de faiblesse à des actions coercitives. L’effet est désastreux. Cette mesure venant d’administrations bafouées depuis des semaines ne suscite pas un réflexe de peur, ni de résignation, mais un sentiment de colère. Elle n’est pas une panacée. Les autorités ne peuvent vider les villes de garnison de leurs troupes de ligne. Le climat politique ne le permet pas. Vu l’ampleur des refus, il faudrait un nombre considérable de garnissaires : 79 communes du seul district de Montpellier, en pluviôse an IV, en sont menacées…73 Les gardes nationales ne peuvent être utilisées, car elles sont totalement désorganisées, quand elles existent encore. Le canton de Saint-Pons affirme que, dans toute l’étendue de son ancien district, aucune n’est en activité74. Celles qui sont sur pied sont sans armes. La gendarmerie n’est pas dans un meilleur état. Loin d’être envoyés à l’armée d’Italie, comme prévu, les fourrages requis sont consommés sur place, pour une bonne part, par les chevaux de la gendarmerie75. La maréchaussée court plus après les denrées qu’après les fauteurs de troubles. Les municipalités de canton ne lui font pas confiance. Elles lui reprochent d’être trop liée à la population.

  • 76 Ibid., L 211. Séance du Département du 4 germinal an IV.
  • 77 Ibid., L 215. 6 frimaire an V.
  • 78 Ibid., L 214.
  • 79 J.-F. BELHOSTE, « Transports et fournitures militaires. Régies ou entreprises ? », p. 255-268, La (...)

18L’administration départementale tente plusieurs fois d’utiliser les grands moyens. Dans le canton de Saint-Chinian, elle envoie 100 hommes pour « convaincre » les propriétaires d’obtempérer à la fourniture de fourrages, tout en faisant sentir son autorité sur une zone agitée. Mais très vite, ces troupes sont détournées de leur objectif premier, pour se consacrer à un problème plus urgent, la poursuite des déserteurs et insoumis76. Les garnissaires permettent cependant quelques résultats. En frimaire an V, l’administration départementale considère qu’une « masse considérable » de fourrages a été fournie77. Elle estime que « 22 000 quintaux » ont été versés dans les magasins militaires. Cela est très en deçà des 50 000 quintaux de foin et des 30 000 quintaux de paille requis. L’administration renonce à cette époque à faire contribuer certains cantons, qui sont purement et simplement déchargés des contingents assignés, que ce soit pour cette réquisition ou pour d’autres. Les plaintes et la force d’inertie sont efficaces. Aspiran est ainsi déchargé, en brumaire an V, d’un contingent de fourrages assigné en vendémiaire an III…78 Devant le flot des réclamations, le 24 nivôse an IV, le Conseil des Cinq-Cents, avait déjà décidé de mettre un sérieux bémol à l’application de la réquisition de vendémiaire an IV, en décrétant que « les réquisitions… ne pourront s’étendre sur la portion nécéssaire à la nourriture des bestiaux du propriétaire des fourrages »79. Cette mesure est logique car elle prend en compte les intérêts économiques du pays. Le problème est qu’elle conforte les propriétaires récalcitrants dans leur position.

19Toute la difficulté pour connaître le poids de l’effort de guerre sur les populations se fait jour ici. Entre ce qui est demandé et ce qui est effectivement fourni, il y a une forte différence. On ne peut pas se contenter d’ajouter les unes aux autres les réquisitions pour savoir ce qu’un village a réellement livré. Un prélèvement qui est effectué en certaines zones reste lettre morte ailleurs. L’an II ne déroge pas à la règle. La réquisition du 22 germinal an II sur les cochons, doit les décimer, au sens propre du terme, au profit de l’armée. Mais si le district de Montpellier connaît la réquisition, ce n’est pas le cas ailleurs. Celui de Lodève parvient à y échapper. Des problèmes de vocabulaire se posent. Selon l’époque, le lieu, « faire une réquisition » signifie soit ordonner une réquisition, soit l’effectuer vraiment. Un procès-verbal d’une municipalité, d’un district ou d’un département peut signaler la dite réquisition, nommer des commissaires pour la faire exécuter, contester son taux… Tout cela ne signifie absolument pas que le prélèvement a eu lieu, ce qui indique l’ampleur des problèmes pour évaluer l’impact de la guerre sur le pays. La réquisition de fourrages de vendémiaire an IV est typique de ce phénomène. Des états partiels de versements sont trouvés çà et là, qui s’ajoutent les uns aux autres dans une continuité qui n’a rien d’évident. Il devient difficile de s’y retrouver, l’administration départementale elle-même a du mal pour savoir qui doit donner quoi, d’autant plus que la réquisition du 7 vendémiaire an IV est à cheval sur deux systèmes administratifs. Cela arrange d’ailleurs les affaires des propriétaires récalcitrants.

  • 80 ADH, L 3544 : Contribution foncière de la commune de Lansargues, pour 1792 et L 2034 : État des ci (...)
  • 81 Ibid., L 331. Pluviôse an IV, correspondance entre Magalas et le département.

20Mais ces propriétaires, qui sont-ils ? À Lansargues, les fournitures s’échelonnent de frimaire à germinal an IV. Les citoyens requis ne livrent qu’un tiers des fourrages, un quart de la paille demandés. Les deux tiers des particuliers fournisseurs sont des « ménagers », des cultivateurs moyens qui produisent des fourrages80. Les artisans sont peu nombreux (trois seulement, parmi les plus riches). Les citoyens qui versent les plus forts contingents sont des propriétaires dont la contribution dépasse les 100 livres. Les requis les moins aisés ont une contribution foncière relativement importante, autour des 80 livres. Ce sont bien les « riches » du village qui sont touchés par la réquisition, ceux qui possèdent des prairies. Malgré les descriptions de dénuement qui se font entendre, à longueur de pages, dans les séances de l’administration départementale, les cultivateurs sollicités ne sont pas des humbles parmi les humbles, mais ils font partie de la frange supérieure de la communauté villageoise. À Autignan, canton de Magalas, les propriétaires requis (et protestataires) sont présentés par le commissaire du directoire exécutif comme les « plus forts contribuables et des plus aisés citoyens de la commune »81. Les tensions sociales sont revivifiées, comme le laisse penser l’agent national de la commune, en lutte ouverte contre une dizaine de propriétaires. Les citoyens réticents apparaissent, à ses yeux, comme des adversaires de la Révolution, les bons républicains étant les citoyens les moins aisés.

  • 82 Ibid., L 209. Lettre de Perrot, commissaire des guerres, 27 frimaire an IV.
  • 83 Ibid., L 5472. Lettre du commissaire du canton de Poussan, 1er ventôse an IV.
  • 84 Ibid., L 2109.
  • 85 Ibid., L 215. Séance de l’administration départementale du 6 frimaire an V.

21Les propriétaires ont cependant une bonne raison pour refuser les prélèvements : le problème des indemnités financières. Les retards de paiement de l’armée, déjà importants, s’amplifient. La crise financière s’aggrave. Les commissaires des guerres se plaignent d’un manque de fonds82. Les rares agriculteurs qui fournissent les marchandises rapidement sont cruellement lésés83 par la dépréciation des signes monétaires et par les retards de paiement. Les prix pratiqués sont inférieurs à ceux réclamés par les vendeurs. Les autorités proposent, en l’an V, quatre à cinq livres par quintal, là où les cultivateurs en voudraient six84. L’État, aux abois sur le plan financier, finit par décider que les propriétaires seront « rétribués en bon de réquisitions qui sont pris pour comptant sur le montant des réquisitions », c’est-à-dire que les dits bons de réquisitions, par la loi du 16 brumaire an V, peuvent servir au paiement de la moitié des contributions directes85. Cela mécontente les cultivateurs qui ont besoin d’argent frais. Le système complique d’ailleurs le mode de paiement. Beaucoup de citoyens comprennent mal les arcanes de l’administration. Ils ne savent où s’adresser pour obtenir des explications. Les agents municipaux sont autant désarmés qu’eux. Ils s’insurgent de la lenteur des paiements. L’incompréhension des structures administratives plonge les paysans dans la perplexité souvent, la méfiance toujours, la colère parfois. Mais le franc-parler a du mal à s’exprimer. Aucun corps intermédiaire n’est là pour entendre, avec les mots de tous les jours, les plaintes. En désespoir de cause, des propriétaires s’adressent aux autorités sous forme de supplique plus que de pétition :

  • 86 Ibid., L 2091. Lettre du 6 nivôse [an VI ?].

« Requis (…) pour fournir aux fourrages je déferai aux dites réquisitions et je ne say par quelle fatalité tandis que les autres citoyens de ma commune ont reçu leurs bons de réquisition et qu’ils ont même employés à l’acquit de leurs contributions, je nay pu jusqu’ici profiter du même avantage. (…) et sans chercher à connaître la cause de ma privation, je vous prie de vouloir me faire comprendre dans l’état adressé par l’administration (…) du canton de Béziers, à laquelle je ne saurais attribuer la cause de l’oubly dont il s’agit sans inconséquence, quoiqu’il soit réclamé ce qui est dû (…) je vous prie en grâce à ma demande fidèle. »86

  • 87 Ibid., L 215, 6 frimaire an V.
  • 88 Ibid., L 209, 6 pluviôse an IV.

22Le ton est plutôt celui d’un sujet que d’un citoyen. La pétition consacre l’infériorité de l’administré face aux autorités, incapable de se retrouver dans les méandres des procédures de paiement. Les administrateurs sont présentés comme des supérieurs, pas comme des élus. Aucune révolte n’apparaît, pas plus qu’une volonté active pour changer les choses. Le mot « fatalité » est significatif. Deux mondes distincts sont en présence. Mais ce repli n’est pas général, loin de là. D’autres propriétaires se signalent par une forte combativité. Des agriculteurs sont prêts à dénoncer leurs voisins s’ils estiment que la répartition les spolie, dès que le principe d’égalité semble bafoué. Les réclamations, cependant, n’émanent pas seulement des paysans ou des agents municipaux. Même les administrateurs départementaux protestent des conditions dans lesquelles s’exerce la réquisition. Ils affirment que s’il y a pénurie, elle est créée par les détournements87, notamment ceux des préposés des magasins militaires, qui trichent sur la pesée des chargements fournis par les cultivateurs88.

  • 89 C. POISSON, Les fournisseurs aux armées sous la Révolution française. Le Directoire des Achats (17 (...)
  • 90 J.-F. BELHOSTE, « Transports et fournitures militaires… », op. cit.
  • 91 ADH, L 2076. « État… des denrées provenant de la Réquisition du 7 vendemiaire… des contributions f (...)
  • 92 ADH, L 2076. Lettre du commissaire du département au ministre de la guerre, 22 germinal an V.
  • 93 Ibid., L 215. 13 frimaire an V.

23Le contentieux est accentué par la valse hésitation des autorités qui n’ont cessé de passer de la régie à l’entreprise et inversement. La réquisition de vendémiaire an IV est à cheval sur deux modes d’approvisionnement différents. En effet, après la disparition du Directoire des Achats89, le service des fourrages, dans l’Agence des Subsistances militaires, fonctionne essentiellement à partir de réquisitions. Après Thermidor, en l’an III, les fourrages sont fournis à nouveau par des marchés passés avec des entrepreneurs, tout en maintenant les réquisitions, système boiteux, qui laisse la place à des marchés généraux, qui ne durent que quelques mois, vu les difficultés financières…90 De nouveaux marchés sont alors conclus, à l’été, à des compagnies qui se partagent armées et divisions militaires. Par exemple, la 9e division militaire, dont fait partie l’Hérault, échoit à la compagnie Lagrange91. Mais ce système est éphémère, puisque de l’an IV à l’an VII, de nouvelles compagnies ne cessent de se succéder, à la fois souffrant et profitant de la situation complexe et changeante dans laquelle se trouve l’approvisionnement en fourrages de l’armée. Dans ces conditions, l’arrivée des compagnies, loin de faciliter les fournitures à la troupe et de faire diminuer les tensions, crée l’effet inverse, au moins de l’an III à l’an IV, lorsque les réquisitions existent encore. Le retour au système de l’entreprise, pour les fourrages, comme pour les vivres, mécontente des généraux qui dénoncent un approvisionnement insuffisant, de mauvaise qualité. Les entrepreneurs, mal payés par l’État, tentent de faire des bénéfices, la plupart du temps au détriment du soldat. Le problème pour le Directoire est que ce système ne le libère pas pour autant des réquisitions. Sachant la lenteur des paiements de l’État, on peut affirmer que ces dernières continuent d’empoisonner les relations entre le gouvernement et maints propriétaires pendant une bonne partie du Directoire. Ainsi, la réquisition de vendémiaire an IV apparaît dans les affaires traitées encore en l’an VI. L’administration départementale, confrontée à une hostilité croissante des propriétaires, s’en prend de plus en plus vivement à la gestion des fourrages par l’État accusé d’enrichir des compagnies d’entrepreneurs tandis que les animaux des villageois meurent de faim. Comme à chaque retour à l’entreprise, les commissaires des guerres sont soupçonnés d’être les complices actifs des entrepreneurs92. Or un des commissaires incriminés a été impliqué, en 1792, dans l’affaire Lajard… La transition entre le mode d’action de la Convention et celui du Directoire est progressive. Par nécessité, se poursuivent des réquisitions qui entament le crédit du Directoire auprès des propriétaires fonciers, tandis que le système des marchés, dès le début, concentre les accusations de prévarication, par les propres représentants de l’État, à savoir l’administration départementale. Le thème de la corruption du Directoire apparaît dès sa naissance, par ceux-là même qui doivent établir la nouvelle constitution au niveau local. Certes, la dénonciation est plus implicite qu’explicite, en portant sur quelques agents, des compagnies. Mais elle alimente une image négative, d’inefficacité et de corruption, qui compromet les chances des hommes au pouvoir d’établir une république capable de rassembler une majorité de Français. Les administrateurs de département finissent par dire que le service des fourrages doit se débrouiller tout seul, sans exiger de nouveaux sacrifices à la population93.

  • 94 J.-P. JESSENNE, Pouvoir au village et Révolution…, op. cit., p. 106

24L’effort de guerre est remis en cause : l’approvisionnement de l’armée est considéré désormais comme l’affaire de l’armée et non pas des simples citoyens. La guerre doit nourrir la guerre. Le pays ne doit plus se sacrifier pour approvisionner les soldats. L’an III et l’an IV marquent une rupture décisive dans l’idéologie construite autour de la notion de défense de la patrie depuis le début de la Révolution. La nécessité de se dévouer pour l’effort de guerre disparaît au profit des impératifs économiques et du droit des propriétaires à disposer librement de leurs biens. Le fossé s’élargit entre civils et militaires. Dès sa naissance, le Directoire est fragilisé. La nécessité de la poursuite de l’effort de guerre compromet la mise en œuvre de sa politique. Elle le fait entrer en conflit avec la couche sociale sur laquelle il désirait asseoir sa légitimité et pérennité politique, les propriétaires fonciers. Elle le fait douter de la réussite des réformes administratives, le remplacement des municipalités de commune par celles de cantons. Dans l’Hérault comme ailleurs, la « distanciation de la masse rurale par rapport à la Révolution », se poursuit94. Tout ceci laisse mal augurer du soutien des milieux économiques au Directoire..

Notes

1 ADH, L 2889.

2 Procès-verbaux …, op. cit., t. 4, séance du 11 septembre 1793.

3 E. BRINGUIER et P. PELIZZARI, Démographie et subsistances à Lodève de 1787 à 1800, Montpellier, Université Paul Valéry, 1972, mémoire de maîtrise sous la direction de R. LAURENT.

4 C. VALIN, « La Rochelle face à la Vendée renaissante et à la réaction thermidorienne », 120eCongrès national des sociétés historiques et scientifiques, Aix en Provence, 23-29 octobre 1995, Le tournant de l’an III. Réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, Paris, 1997, p. 471-482.

5 ADH, L 4654. Conseil du district de Lodève, séance du 4 fructidor an II.

6 Ibid., L 4654. Conseil du district de Lodève, séance du 4 fructidor an II.

7 N. VIVIER, « Les prélèvements pour les guerres révolutionnaires dans le district de Briançon (1792-1800) », 115e-116econgrès national des sociétés savantes, 1990-1991, t. 1, Commission d’Histoire de la Révolution Française, p. 107-114.

8 M. CADE, « Une armée oubliée, l’armée des Pyrénées-Orientales… », L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française (1793-1807), actes du colloque de Perpignan (1-3 octobre 1992). Perpignan, 1993.

9 S. BERTHE, « Les représentants du peuple en mission près l’armée des Pyrénées-Orientales (1793-1795) », L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution française, op. cit., p. 53-74.

10 ADH, L 203. Séance de l’administration du département du 23 fructidor an II.

11 Ibid., L 4654. Conseil du district de Lodève, 29 thermidor et 4 fructidor an II.

12 Ibid., 21 EDT 2D1. Séance de la société de Bessan, 3e jour complémentaire de l’an II.

13 AMB, II J. 4e registre de la société populaire de Béziers. Séances des 20, 26 fructidor, 2e jour sans-culotide an II, 10, 19 vendémiaire an III…

14 ADH, L 5534. Adresse datée de « la 5esans-culotide de l’an second ».

15 C. CAMPET, Protestantisme et révolution. La société populaire de Marsillargues (1791-1794), mémoire de maîtrise. Université Paul Valéry, Montpellier, 1987.

16 M. REBOUILLAT, « Les réquisitions pour la subsistance des armées et des villes à Sercy (district de Chalon-sur-Saône) pendant la Révolution », p. 391-400 93eCongrès national des sociétés savantes, Tours, 1968. Histoire moderne, t. I, Paris, 1969.

17 J. -P. JESSENNE, Pouvoir au village et Révolution. Artois, 1760-1848, Lille, 1987.

18 En Côte d’Or, un congrès de sociétés populaires, en brumaire-frimaire an II, s’oppose à une réquisition de subsistances. Cela provoque de graves tensions avec les représentants du peuple auprès de l’armée du Rhin, à savoir Saint-Just et Le Bas. J. -P. Gross, Saint-Just, sa politique, ses missions, Paris, 1976, notamment p. 316-318.

19 ADH, L 5586. Lettre du représentant du peuple Vidal à la société populaire de Montpellier, 25 brumaire an III.

20 Ibid., L 4679. Lettre de l’agent national de Lodève à celui de [Saint-Félix de] Lodès.

21 Journal du club des sans-culottes de Paulhan, op. cit., 8 vendémiaire an III.

22 ADH, L 3275. Imprimé de l’agent national du district de Montpellier aux municipalités du ressort, 11 brumaire an III.

23 ADH, L 3737. Lettre du 7 vendémiaire an III de l’agent en chef des transports militaires à l’agent national du district de Montpellier.

24 Ibid., L 1207. Prix de la livre de pain

25 Ibid., L 1207. Lettre de la municipalité de Lunel au district, floréal an III.

26 Ibid., L 4489. Lettre du directeur des transports militaires près l’armée des Pyrénées-Orientales à l’agent national du district de Béziers, 17 pluviôse an III.

27 Ibid., L 4489. Lettre de la municipalité de Lunel au district, 19 floréal an III.

28 Ibid., L 4489. Lettre de la municipalité de Pignan du 8 prairial an III district.

29 Ibid., L 4489. Lettre de la municipalité de Pignan du 3 prairial an III au district.

30 Ibid., L 4489. État des charrons du district, an III.

31 Bulletin des lois. Loi du 7 vendémiaire an IV.

32 ADH, L 210. Séance de l’administration départementale du 15 ventôse an IV.

33 Ibid., L 209. Séance de l’administration départementale du 1er pluviôse an IV.

34 Ibid., L 5978. Brochure sur « la morve », le « vertige abdominal des chevaux »…

35 P. dESaint-Jacob, Les paysans de la Bourgogne du nord au dernier siècle de l’Ancien Régime. 2e édition, Paris, 1995, 3e partie.

36 ADH, L 3737. Lettre au district, 10 floréal an III.

37 G. LEFEBVRE, Les paysans du Nord et la Révolution française, Paris, rééd. 1972, p. 706 et suivantes.

38 ADH, L 8769. État des bestiaux existants à Puisserguier, 16 nivôse an III.

39 Ibid., 6 M 1605. Rapport fait au Conseil de commerce… établi à Montpellier par l’un de ses membres, frimaire an IX.

40 Ibid., C 685. Placet de P. Girard.

41 S. FERAUD, Armée et société villageoise. La Salvetat sur Agout de 1789 à l’an III. DEA sous la direction d’A. BLANCHARD, Université Paul Valéry, Montpellier, 1986, p. 7.

42 A. CORVISIER et A. JACQUART (dir.), Les malheurs de la guerre, t. 1, « De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée », 119e Congrès des Sociétés historiques et scientifiques, section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1996.

43 ADH, L 210.

44 Ibid., L 4654. Séance du 20 vendémiaire an III.

45 Ibid., L 4646 et L 1107, L 678. Liste des membres des administrations municipales.

46 Ibid., L 4713. ADH, L 4944. ADH, L 679. États détaillés des commissaires…

47 Ibid., L 678. Liste des membres des administrations municipales…

48 B. FRELAUT, « Municipalités élues, municipalités nommées : le pouvoir à Vannes de 1790 à 1815 », p. 327-343, Pouvoir local et Révolution, 1780-1850. La frontière intérieure. Colloque de Rennes, 28 septembre-1er octobre 1993. Rennes, 1995.

49 ADH, L 1230 et L 4650, L 4650 et L 1228.

50 ADH, L 209. Séance de l’administration départementale du 21 nivôse an IV.

51 Ibid., L 209. Séance du 1er nivôse an II.

52 Ibid., L 5426. Séance du canton de Mauguio, 30 ventôse an II.

53 Ibid., L 5361. Séance du canton de Florensac, 15 frimaire an IV.

54 Ibid., L 3758. Correspondance relative à la réquisition du 7 vendémiaire an IV.

55 Ibid., L 3758. Brumaire an IV.

56 Ibid., L 210. Séance de l’administration départementale du 1er ventôse an II.

57 Ibid., L 208. Séance de l’administration départementale du 9 frimaire an IV.

58 C. WOLIKOW, « Les municipalités de canton : échec circonstanciel ou faiblesse structurelle ? Le cas du département de l’Aube », p. 231-260, La République directoriale. Colloque de Clermont-Ferrand, 1997, Paris, 1998.

59 ADH, L 3763. Extrait de la séance de délibération de la municipalité de Mauguio, 15 floréal an II.

60 M. REINHARD, Le département de la Sarthe sous le régime directorial. Saint-Brieuc, 1935. (p. 45)

61 ADH, L 331. Correspondance entre le canton de Magalas et le département.

62 C. WOLIKOW, « Les municipalités de canton. Identité communale et administration municipale. L’option du Directoire », p. 299-311, notamment p. 306, Révolution et République. L’exception française. Actes du colloque de Paris I, 21-26 septembre 1992, sous la direction de Michel VOVELLE, Paris, 1994.

63 ADH, L 210. 21 pluviôse an IV.

64 Ibid., L 209. Séance du 28 nivôse an IV, réponse au canton de Fontès.

65 Ibid., L 5493. Municipalité du canton rural de Montpellier, 10 frimaire an IV.

66 Ibid., L 209. Séance du 19 nivôse an IV.

67 ADH, L 521. Lettre de Brunel, garde-magasin, au département, 14 frimaire an IV.

68 Ibid., L 208. 21 frimaire an IV.

69 Ibid., L 208. 21 frimaire an IV.

70 Ibid., L 209. 14 nivôse an IV.

71 Ibid., L 210. 15 ventôse an IV.

72 Ibid., L 209. 1er pluviôse an IV.

73 Ibid., L 209. Séance du 2 pluviôse an IV.

74 Ibid., L 5487. Séance du canton, réponse au ministre de l’Intérieur. 15 frimaire an IV.

75 Ibid., L 2076. C’est le cas à Olargues, dans la première moitié de thermidor an IV.

76 Ibid., L 211. Séance du Département du 4 germinal an IV.

77 Ibid., L 215. 6 frimaire an V.

78 Ibid., L 214.

79 J.-F. BELHOSTE, « Transports et fournitures militaires. Régies ou entreprises ? », p. 255-268, La Révolution française et le développement du capitalisme. Actes du colloque de Lille, novembre 1987, n° hors-série de La Revue du Nord, 1989, p. 262.

80 ADH, L 3544 : Contribution foncière de la commune de Lansargues, pour 1792 et L 2034 : État des citoyens qui ont fourni à la réquisition.

81 Ibid., L 331. Pluviôse an IV, correspondance entre Magalas et le département.

82 Ibid., L 209. Lettre de Perrot, commissaire des guerres, 27 frimaire an IV.

83 Ibid., L 5472. Lettre du commissaire du canton de Poussan, 1er ventôse an IV.

84 Ibid., L 2109.

85 Ibid., L 215. Séance de l’administration départementale du 6 frimaire an V.

86 Ibid., L 2091. Lettre du 6 nivôse [an VI ?].

87 Ibid., L 215, 6 frimaire an V.

88 Ibid., L 209, 6 pluviôse an IV.

89 C. POISSON, Les fournisseurs aux armées sous la Révolution française. Le Directoire des Achats (1792-1793), Paris, 1932.

90 J.-F. BELHOSTE, « Transports et fournitures militaires… », op. cit.

91 ADH, L 2076. « État… des denrées provenant de la Réquisition du 7 vendemiaire… des contributions fournies à l’entreprise des fourrages, compagnie Lagrange… »

92 ADH, L 2076. Lettre du commissaire du département au ministre de la guerre, 22 germinal an V.

93 Ibid., L 215. 13 frimaire an V.

94 J.-P. JESSENNE, Pouvoir au village et Révolution…, op. cit., p. 106

Table des illustrations

Titre Réclamations contre la réquisition de fourrages ordonnée par la loidu 7 vendémiaire an IV, adressées à l’administration centrale del’Hérault, de brumaire à thermidor an IV
Légende (source : ADH, L 207-214)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540