Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Chapitre VIII. Perdre sa vie : l’ennemi

Texte intégral

1L’offrande à la Patrie est liée à des conceptions particulières sur l’ennemi. En l’an II, ces dernières suscitent des interrogations sur les liens existants entre Terreur et défense du pays.

L’ennemi dans les lettres de soldats adressées aux sociétés populaires

  • 1 ADH, L 5584. Lettres des soldats reçues par la société populaire de Montpellier.
  • 2 Ibid., L 5584. Lettre de Raisin Iché, 16 messidor an II.
  • 3 Ibid, L 2026. Lettre de Dupin à Escudier, 1er septembre 1793.

2À mesure que la guerre s’enflamme, l’hostilité à l’ennemi se renforce. En l’an II, les lettres des combattants donnent à l’adversaire un aspect de plus en plus négatif. Cette image est diffusée largement, car la correspondance est lue dans les séances des sociétés populaires. Dans l’Hérault, l’ennemi est l’Espagnol. Il est décrit sous les traits d’un peuple barbare qui se livre à toutes les cruautés1. Telle lettre narre la découverte de volontaires français « cloués à un mur et écorchés de haut en bas », tandis que d’autres ont « les parties viriles arrachés », et même, « comble de l’horreur », un soldat « mis en broche »2. Les administrateurs héraultais se font l’écho de ces récits, où l’Espagnol se caractérise par son sadisme3. Le sort des prisonniers de guerre français préoccupe douloureusement les hommes, à tel point que des volontaires préféreraient la mort à la captivité. La légende noire de l’Espagne refait un spectaculaire retour au premier plan :

  • 4 Ibid., L 5584. Lettre de Raisin Iché, 16 messidor an II.

« [Voyez cette] nation aussi (…) féroce (…) Elle ne dément pas la conduite qu’elle a tenu dans le nouveau monde lors de la conquête du Mexique jusqu’à lâscher dans les bois une meute de chiens pour faire dévorer ces pauvres incas, auxquels ils ont enlevé leurs richesses sous pretexte de leur faire adopter leur dieu. »4

  • 5 ADH, L 5584. Lettre de la première décade du 2e mois de l’an II.
  • 6 Ibid., L 5584. Lettre de Reynes, 17 thermidor an II.
  • 7 La filiation entre les décrets du 7 prairial et du 24 thermidor an II n’est pas aussi simple qu’il (...)
  • 8 ADH, L 5584. Lettre d’Aimé Égalité, 11 octobre 1793.
  • 9 Ibid., L 5584. Lettre des « chasseurs de la Montagne », 25 thermidor an II.
  • 10 S. WAHNICH, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, 1 (...)

3Les Espagnols sont des « foutus pouilleux », qui, poussés par leurs prêtres, se vouent à une guerre sauvage contre des Français qu’ils assimilent à des « hérétiques » et à des « protestants ». Tout ce qui touche de près ou de loin les Espagnols est à rejeter. Les volontaires français qui ne connaissaient pas les Pyrénées, jusqu’à leur arrivée sur le front, font de la chaîne de montagne un espace à l’image de l’ennemi : dur, caractérisé par des obstacles naturels escarpés et glacés. D’après cette correspondance, ceux qui mènent une guerre juste sont les révolutionnaires qui proclament que la justice, la Raison, et Dieu sont de leur côté. Mis à part les mois les plus « chauds » de la déchristianisation, les lettres reçues par les sociétés populaires font référence à l’Être Suprême, qui n’aurait rien à voir avec le Dieu barbare et sanguinaire des Espagnols. « Dieu est patriote », affirme le représentant du peuple Fabre, dans une lettre à son père5. Des combattants moins illustres, reprennent cette idée, signe de sa permanence parmi les troupes : la victoire « doit nous faire voir qu’il y a un aître suprême et qu’il ait sans-culotte »6. L’opposition entre l’ennemi et les révolutionnaires sur le plan idéologique est renforcée par deux conceptions antagonistes du christianisme. Vu le comportement des Espagnols à l’égard des captifs français, des soldats réclament « la guerre à mort ». La Convention nationale, le 24 thermidor an II, lorsqu’elle prescrit de passer par les armes les prisonniers espagnols, n’est pas en porte-à-faux avec l’opinion de nombre de militaires. Les Thermidoriens perpétuent une ligne de conduite commencée par le décret du 7 prairial an II, ordonnant de ne plus faire de prisonniers anglais. Mais ces résolutions permettent-elles de conclure à une xénophobie exacerbée ? Le décret du 24 thermidor an II se situe dans un contexte particulier7 et ces décrets de prairial et de thermidor ne sont pas cependant appliqués. Cela s’explique, en partie, parce que l’ennemi à abattre est défini davantage par ses options idéologiques que par sa nationalité. En effet, dans les lettres des soldats, l’émigré serait le principal coupable de la triste fin de captifs français au-delà des Pyrénées8. La haine à l’encontre du contre-révolutionnaire est aussi forte à l’ouest, où les « brigands de la Vendée » sont dénoncés dans les mêmes termes que les émigrés, comme des traîtres qui utilisent les moyens les plus féroces pour détruire les patriotes et leurs familles9. L’adversaire, par excellence, est le traître contre-révolutionnaire, prêt à vendre son pays pour nourrir ses haines. On pourrait objecter à cela le durcissement du comportement à l’égard des étrangers, tel qu’il apparaît dans les décisions de la Convention10. Mais quels discours les patriotes locaux tiennent-ils, eux qui sont les principaux diffuseurs des lettres des soldats ?

L’ennemi dans une pièce de théâtre de l’an II : Don Quichotte ou le triomphe de la Liberté

  • 11 ADH, L 3849.

4Les œuvres littéraires locales présentent leur conception de l’ennemi. Parmi ces dernières, figure une pièce de théâtre, de 28 pages, anonyme, conservée sous forme manuscrite aux Archives Départementales de l’Hérault : « La mort de Don Quichotte ou le triomphe de la Liberté »11. L’argument de la pièce est simple. Don Quichotte, accompagné de son fidèle Sancho Pança, entre en France pour lutter contre les « armées républicaines », afin de « rétablir les rois et les chevaliers ». Cette action glorieuse lui permettrait de gagner la main de sa nouvelle Dulcinée, la comtesse d’Escarbagnac. Le républicain La Plume décide de se jouer de ces tenants de l’Ancien Régime. Il organise le pseudo-mariage du noble ridicule avec sa nouvelle promise, en réalité un sans-culotte déguisé. Le chevalier errant n’a guère le temps de comprendre son infortune. Il est foudroyé par la déesse de la Liberté qu’il avait provoquée en détruisant son arbre. La mort de l’antihéros, comme celle d’un Caramantran de carnaval, est célébrée par le peuple qui vient d’accueillir « la Loy » bienfaisante. Celle-ci apporte la Constitution de l’an I. La pièce s’achève par une fête révolutionnaire villageoise, autour de l’arbre de la Liberté. L’auteur insère le personnage de Cervantès dans la France révolutionnaire, à savoir un petit village languedocien (ou catalan). La pièce possède des traits hybrides, mêlant un cadre rustique tel que le XVIIIe siècle se plaît à l’imaginer, des chants, des dialogues comiques, une mascarade, et des monologues qui présentent les principes révolutionnaires. Des réminiscences des pièces de Molière sont évidentes. Sancho Pança est l’archétype du valet de comédie, glouton, naïf et vantard. La pièce est caractéristique des œuvres qui ont voulu propager les valeurs républicaines par le divertissement en brassant les héritages plus ou moins savants (littérature, mythologie), la farce et les idéaux républicains. Son sous-titre, « le triomphe de la Liberté », l’introduit dans un combat pédagogique. Don Quichotte personnifie l’adversaire des Héraultais. Son origine espagnole est évoquée à plusieurs reprises. L’œuvre réaffirme une constante chez les Languedociens : le front pyrénéen est la zone d’opération essentielle, les autres lieux de combat sont bien secondaires. Mais Don Quichotte, plus qu’un Espagnol, est l’aristocrate. Il est décrit comme « le chevalier errant », or l’errance est la caractéristique principale des privilégiés dans la pièce.

  • 12 ADH, L 8812. Séance de la société populaire de Lodève du 19 floréal an II, cérémonie de la fête de (...)
  • 13 Ibid., L 3849. Don Quichotte et le triomphe de la Liberté, p. 13.
  • 14 J. -A. RIVOIRE, Le patriotisme dans le théâtre sérieux de la Révolution (1789-1799), Paris, 1950.

5L’assimilation entre la noblesse et l’émigration est essentielle. Les seuls nobles que rencontre l’antihéros, dans son périple, sont deux chevaliers qui s’empressent de fuir en Espagne. Les émigrés sont désormais des Don Quichotte sans attaches. Ils trahissent car ils poussent d’autres nobles, étrangers ceux-ci, à entrer en guerre contre la France. L’engagement de Don Quichotte s’explique, selon La Plume, par l’influence pernicieuse des émigrés. La « folie » des nobles serait parallèle à celle du chevalier espagnol. Leur errance matérielle est une divagation spirituelle. Ces individus ont rompu avec les liens les plus sacrés. L’émigration devient le synonyme de noblesse, à tel point que, dans les discours officiels, elle représente ce qui attend les « tyrans » une fois vaincus par la jeune République12. Le noble est l’apatride par excellence. La guerre est consubstantielle à la noblesse qui est incapable de se rendre utile. La description de la pseudo-comtesse insiste sur l’aspect belliciste (« ayant sur sa coiffure, une espèce de tour crenelée, environnée des attributs de la guerre »13). L’agressivité de Don Quichotte est omniprésente. L’action du chevalier errant est présentée comme une œuvre de destruction. Aucun acte de cet égocentrique ne prend en compte un autre individu. L’œuvre est une attaque en règle contre la noblesse. Le noble est un piètre militaire. Aux lâches émigrés, fuyards, fait pendant un Don Quichotte incapable de se battre. Témoin sa déroute devant un paisible meunier. Il faut mobiliser la population tout en la rassurant (les adversaires ne sont que des Don Quichotte, des baudruches). Le message de la pièce est clair : l’ennemi à vaincre est le noble lâche, partisan du retour de l’Ancien Régime. La lutte à mener n’est pas un conflit entre nations, mais un combat défensif pour sauvegarder des valeurs essentielles. Cette pièce est caractéristique du théâtre de l’an II, où s’énonce non pas un nationalisme xénophobe, mais un « patriotisme d’idéologie »14. À un Don Quichotte qui attend comme récompense de ses exploits, châteaux, terres, argent, s’oppose le républicain exemplaire, dévoué à sa patrie. À la prédation s’oppose la notion de sacrifice. L’auteur, cependant, ne s’insère pas dans le « peuple » qu’il cherche à convaincre. Les meneurs de l’action politique sont des entités abstraites. Tandis que La Plume parle, agit, les villageois restent spectateurs. Le lettré désire éclairer ses concitoyens, ce peuple si malaisé à comprendre, et si difficile à convaincre, à un moment où il est impératif de le convertir aux idéaux révolutionnaires. Les ambiguïtés de la période jaillissent dans cette pièce de théâtre de combat. L’absence de xénophobie dans un tel type de discours interroge. On peut se demander si elle caractérise le comportement des Français face à l’ennemi.

L’ennemi au quotidien : le prisonnier de guerre

  • 15 Archives Départementales du Gard (ADG), L 1416. Lettre au procureur syndic de District du Gard du (...)
  • 16 ADG, L 832. « État nominatif des prisonniers de guerre provenant des navires hollandais, anglais e (...)
  • 17 ADH, L 1928. Administration centrale du département, lettre du 25 nivôse an III à la commission de (...)
  • 18 Ibid., L 1928. Divers états de prisonniers de guerre par district.

6Nombreux sont les départements français qui accueillent des prisonniers de guerre. L’Hérault est un lieu de passage des captifs qui, venant d’Espagne, sont évacués dans divers départements, tel ces Espagnols transférés, en frimaire an II, de la citadelle de Perpignan à celle de Pont-Saint-Esprit15. Des prisonniers sont faits dans des lieux où il n’y a pas de combat, comme ces marins issus des navires saisis à Sète lors de l’embargo mis sur les bâtiments ennemis16. Le stationnement de prisonniers de guerre dans le département de l’Hérault devient significatif à partir de l’été de l’an II, époque de victoires sur l’Espagne. Les captifs proviennent en majorité de la garnison de Figuières, soit 5 428 hommes17. Dans l’Hérault, le prisonnier est donc espagnol. En l’an III, chaque district en compte plusieurs centaines. Dans celui de Montpellier, il y a en « 2 000 environ », un peu plus de 800 dans celui de Saint-Pons, plus de 900 pour celui de Béziers comme pour celui de Lodève18.

  • 19 Ibid., L 1928. Correspondance des autorités mentionnées.
  • 20 F. JAROUSSE, Auvergnats malgré eux. Prisonniers de guerre et déserteurs étrangers dans le Puy de D (...)
  • 21 ADH, L 1928. Lettre du 25 nivôse an III de l’administration départementale à la commission du comm (...)
  • 22 Ibid., L 1928. Délibération du district de Saint-Pons du 3 messidor du 4 prairial an III.
  • 23 Ibid., L 1928. Extrait de la séance du 8 prairial an III de l’administration départementale.

7Devant cet afflux, la première réaction des autorités locales est le rejet. Département et districts font savoir qu’ils ne souhaitent pas accueillir des prisonniers de guerre dans leur circonscription19. Ce ne sont pas des réflexes xénophobes qui motivent ces attitudes. La venue des captifs menace des stocks de nourriture déjà limités. Les administrateurs proposent comme solution d’envoyer ailleurs les prisonniers : que les autres départements se débrouillent… La question relance le débat sur les problèmes d’approvisionnement. Dans ces discussions, le prisonnier de guerre n’a aucune spécificité. Il n’apparaît pas sous les traits d’un ennemi, mais sous l’aspect d’une bouche à nourrir supplémentaire. La réaction de rejet est similaire à d’autres refus, telles les réticences devant l’installation d’hôpitaux militaires. Normalement, la nourriture des captifs ne devrait poser aucun problème aux autorités locales, puisqu’elles n’en sont pas chargées. En théorie, avant le 1er nivôse an III, le service des subsistances militaires fournit le pain aux prisonniers de guerre20. En pratique, les magasins militaires sont incapables d’assurer la fourniture, vu leur profond dénuement. Ils se tournent vers les autorités civiles pour pallier leurs carences. Afin d’éviter de lourdes ponctions sur la fourniture des armées, il est décidé, par la commission du commerce et des approvisionnements de la République, que chaque administration de district soit chargée de la subsistance des prisonniers par les grains provenant des biens nationaux21. Mais les récoltes sont mauvaises. En nivôse an III, dans le district de Montpellier, les réserves pour la population n’excèdent pas 22 journées. La ration, pour chaque habitant, ne fait que diminuer, pour atteindre une livre de grains par jour. Les districts usent d’expédients pour alimenter les captifs, vu qu’ils font la même chose pour leurs administrés. Ils ne cessent de demander des aides au gouvernement, à l’armée. Pendant tout l’an III, le problème aigrit singulièrement des relations déjà exécrables entre autorités civiles locales et intendance militaire. Les administrateurs du district de Saint-Pons s’en prennent violemment au garde-magasin des vivres de Béziers dont « l’insouciance laisse en proie à la faim » les captifs22. Les autorités départementales soutiennent leurs subordonnés, pour faire pression sur les magasins militaires23. La solution aux problèmes d’approvisionnement n’est trouvée qu’à partir de germinal an III, avec le transfert massif des prisonniers vers Toulouse, puis avec la paix.

  • 24 Ibid., L 1928. Lettre de l’agent national du district de Montpellier, au président du département, (...)
  • 25 Ibid., L 1928. Lettre de Roch, commissaire des guerres, au département.
  • 26 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 7. Séance de la municipalité du 28 frimaire an III.
  • 27 Ibid., L 4500. Inventaire du couvent Sainte-Marie de Béziers, 28 nivôse an III.
  • 28 A. CORVISIER, L’armée française de la fin du XVIIesiècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Pari (...)
  • 29 ADH, L 1928. Lettre du 9 juin 1793 du commandant de la légion Estorc au commissaire ordonnateur de (...)

8Les districts et les municipalités souhaitent installer les captifs dans les bâtiments appartenant à l’armée. Ils s’opposent au commissaire ordonnateur des guerres qui souhaite garder ces locaux pour les troupes françaises24. Pareille position provoque des tensions car les agents nationaux doivent se débrouiller pour trouver d’autres bâtiments. Après bien des querelles, des solutions sont trouvées en accord avec l’intendance militaire. À Montpellier, une partie de la citadelle sert de dépôt aux prisonniers. Les autorités militaires adoptent cette solution, malgré les problèmes que cela pose pour recaser leurs propres hommes, car elles estiment que la surveillance sera plus aisée25. À Béziers, un couvent est choisi. Les problèmes d’intendance expliquent l’état désastreux dans lequel se trouvent les lieux habités par les captifs. Pour avoir davantage de nourriture, parfois pour avoir de quoi aller au cabaret, des prisonniers de guerre vendent les effets qui se trouvent dans les bâtiments où ils logent. En général, toutes les parties en bois disparaissent, y compris les cadres des portes. Par manque de moyens de chauffage, les captifs tentent, comme ils le peuvent, de se protéger du froid26. Le mal être des prisonniers explique la saleté de lieux, qui, comme les hôpitaux militaires de fortune, ne sont pas faits pour héberger des troupes27. La discipline s’en ressent. Le dépôt n’est pas un lieu de renfermement. Les captifs vont et viennent dans la ville, parfois même hors des murs. La Révolution accorde de facto aux prisonniers de guerre la même liberté que la France d’Ancien Régime, où les contacts des captifs avec la population sont grands, que ce soit par les loisirs ou le travail28. S’y ajoutent, suivant les périodes, des déserteurs étrangers. En 1793, il existe un fort contingent à Montpellier. La municipalité ne sait comment surveiller ces « débauchés »29, dit-elle. Par leurs loisirs, notamment la fréquentation des débits de boisson, ces déserteurs ne devaient guère se différencier des soldats français en stationnement dans la ville.

  • 30 Ibid., L 1928. Lettre de Roch, commissaire des guerres, à l’agent national du district de Montpell (...)
  • 31 ADH, L 206. Procès-verbal de l’administration du département, 13 thermidor an III
  • 32 C. CAMBRIELS, Le réseau de communication et le commerce dans l’Hérault, 1788-1799, Montpellier, Un (...)
  • 33 ADH, L 204. Décision de l’administration départementale, 29 pluviôse an III de procurer 235 prison (...)

9Mais les principaux contacts avec les autochtones se font par le travail. Les autorités insistent sur l’utilité que doit avoir le captif. Faire travailler l’ennemi est considéré comme une compensation de la guerre30. Les administrateurs y voient l’occasion de stimuler l’entretien des routes qui sont dans un état déplorable, vu l’abandon des travaux par les entrepreneurs, à cause de l’inflation. Le 25 prairial an III, le représentant du peuple P. Lacombe, chargé d’activer la réparation des chemins, décide que les baux d’entretien existants sont remplacés par des ateliers composés de captifs31. Le district de Saint-Pons connaît un important chantier qui emploie « 318 prisonniers espagnols »32. Ce n’est pas le seul33. Les ouvriers français, mêlés aux Espagnols, accomplissent le même travail. Les captifs ne sont pas considérés comme une main-d’œuvre corvéable à merci. Comme les autres travailleurs, ils revendiquent un salaire substantiel, suffisant pour les nourrir, en cette période de dégringolade de l’assignat. Ils reçoivent 24 onces de pain et 5 francs par jour. À Saint-Pons, ils protestent, estimant que cela est insuffisant. Les autorités du district les soutiennent. Elles affirment que la cherté des vivres nécessite une augmentation.

  • 34 Ibid., L 1928. Lettre de Roch commissaire des guerres à l’agent national du district de Montpellie (...)
  • 35 Ibid., L 4500. Lettre de la municipalité de Cazouls les Béziers au district.

10La pression pour faire travailler les captifs ne vient pas seulement des autorités. Des particuliers souhaitent disposer de cette main-d’œuvre. Ce sont des propriétaires fonciers qui manquent de bras, à cause des levées d’hommes qui leur ont enlevé leurs domestiques, saisonniers ou leurs fils. Les citoyens les plus intéressés sont ceux qui détiennent de vastes domaines. Ce n’est pas un hasard si, parmi les premiers réclamants, dans le district de Montpellier, figure Cambon père34. Les autorités répondent favorablement à leurs demandes. Elles ne peuvent, ni ne veulent, mécontenter ces personnages riches, influents, grands acheteurs de biens nationaux, ce milieu aisé dont elles sont issues. Les prisonniers de guerre améliorent ainsi leur ordinaire. On peut cependant s’interroger sur les motivations des propriétaires. Le besoin de main-d’œuvre n’est peut-être pas la seule raison de leur insistance à demander des captifs. L’an III est une année terrible. La cherté des vivres touche durement les humbles. Le mécontentement gronde. L’emploi des captifs serait un moyen de limiter les revendications sociales, en suscitant une concurrence aux manouvriers. Les prisonniers peuvent être aisément employés à la campagne, car la proportion de militaires de carrière est faible. Ce sont essentiellement des paysans. Ils ne coûtent pas grand-chose à leurs employeurs, qui les payent modiquement35, à tel point que les conditions de vie de certains d’entre eux deviennent problématiques lorsqu’il est décidé qu’ils ne tireraient plus leur subsistance que de la nourriture et de l’argent donné par les propriétaires qui les utilisent. Mais les relations entre les prisonniers de guerre et leurs employeurs ne se limitent pas à des calculs intéressés. Les contacts avec la population sont quotidiens. La vision de l’autre en est modifiée. L’animosité à l’égard de l’étranger s’estompe :

  • 36 Ibid., L 1928. Lettre de la municipalité de Clermont-l’Hérault, 26 frimaire an III, à l’administra (...)

« À la tête des 98 espagnols qui habitent notre commune il se trouve [six] sergents (…) ce sont presque tous des hommes âgés, sans métier, sans moyens, et nullement accoutumés à travailler. Ils ont été vivement touchés de l’arrangement qui ne leur accorde qu’une livre et demi de pain, sans nul autre secours pour subsister. Ils nous ont exprimé leur peine et leur chagrin de la manière la plus présente (…) Ils sont nos ennemis, il est vrai : à ce titre, ils méritent un sort rigoureux, et nous ne nous dissimulerons pas que cette idée a pour ainsi dire suspendu dans notre âme notre sensibilité à leur égard, mais à cette idée première en a succédé une autre non moins frappante : nous n’avons vu en eux que l’homme et l’idée de l’homme souffrant en eux nous a présenté un motif déterminant pour nous engager à vous présenter leurs idées afin d’obtenir de vous s’il est possible quelque adoucissement pour eux. »36

  • 37 Ibid., L 5250. Extrait du procès-verbal de délibération de la commune de la Bastide du 29 prairial (...)
  • 38 Ibid., 93 EDT 1D7. Séance de la municipalité de Lodève du 26 frimaire an III.
  • 39 Y. TRIPIER, Les agents nationaux en Bretagne sous la Révolution. Édificateurs de la République dan (...)
  • 40 Cf. l’insistance mise dans la correspondance pour qu’on puisse affirmer que les captifs ont été bi (...)
  • 41 ADH, L 5250. Lettre du 16 germinal an III du citoyen Marty à l’agent national du district de Saint (...)
  • 42 Ibid., L 5250. Lettre du district de Saint-Pons aux municipalités, 26 thermidor an II.
  • 43 F. JAROUSSE, Auvergnats malgré eux…, op. cit., p. 183.
  • 44 ADH, L 5250. Lettre du 24 floréal an III.
  • 45 Ibid., L 5250. Autorisation de l’agent national du district, an III.
  • 46 Ibid., L 4919. Lettre de la municipalité de La Coste, 30 messidor an III.

11Les municipalités se font les porte-parole des captifs car « l’humanité l’exige »37. Elles se montrent sensibles aux peines des soldats ennemis dans un environnement étranger, notamment les plus jeunes. La municipalité de Lodève poursuit les commerçants qui pratiquent des prix abusifs à l’égard des captifs38. L’idée de ménager les prisonniers afin de les sauvegarder comme une monnaie d’échange est couramment répandue. Mais le respect des prisonniers de guerre au nom des droits de l’homme est omniprésent, dans l’ensemble de la France, même si, vu les difficultés économiques, la précarité domine39. Des conditions décentes sont dictées par l’humanité comme par le souci du nom Français40. Des liens privilégiés se tissent entre des propriétaires et des prisonniers de guerre. Ces derniers sont parfois choisis nommément par des employeurs. Dans ce cas, ils ont déjà travaillé pour eux. Les propriétaires fonciers ne veulent pas de citadins, mais des paysans41. Les captifs ont une liberté d’action relativement large, ce qui permet à de nombreux propriétaires de les engager. Ils vont d’une commune à une autre, selon les travaux agricoles du moment. Les localités qui reçoivent les prisonniers sont donc plus nombreuses que les listes de répartition officielle le laisseraient penser, ce qui ne manque pas d’inquiéter les autorités qui connaissent des difficultés pour savoir où ils sont exactement42. Ce va-et-vient existe dans les autres départements43. Les propriétaires aident les prisonniers, dans leurs démarches face aux autorités, en utilisant au besoin leurs relations personnelles44. Des liens d’amitié se nouent. Des employeurs confient parfois à « leur » prisonnier des missions de confiance45. Dans ce cadre, le rejet n’est guère perceptible. Les rapports des municipalités sur la conduite des captifs n’évoquent pas de problèmes. Ils sont positifs car « [les prisonniers de guerre] se comportent très bien (…) Les propriétaires en sont très contents »46.

  • 47 R. Cobb, Terreur et subsistances 1793-1795, Paris, 1965, p. 40-41.
  • 48 J. -P. Damaggio, « Le Midi pratique chez les sans-culottes montalbanais (1793-1794) » L’invention (...)
  • 49 ADH, L 5455. Lettre du commissaire ordonnateur Flandin aux administrateurs du département de l’Hér (...)
  • 50 Ibid., L 4698. Arrêté du représentant du peuple Olivier-Gérente, du 21 messidor an III, à la suite (...)
  • 51 Ibid., L 1928. Lettre du procureur syndic de district de Montpellier au chef de l’État-Major de l’ (...)
  • 52 Ibid., L 1928. Lettre du 2 fructidor an III, du procureur syndic de district de Montpellier, au pr (...)

12En l’an II, la défiance vient des sociétés populaires lancées dans une phase aiguë de « défanatisation » et qui soupçonnent ces Espagnols, si « fanatisés », des plus noirs desseins, y compris une alliance avec la contre-révolution intérieure47. Ce type de réaction est typique des régions méridionales touchées par des conflits religieux48. Les difficultés économiques alimentent les tensions. Las d’un ravitaillement insuffisant, les prisonniers de guerre stationnés à Montpellier ne se contentent pas de circuler en ville. Certains d’entre eux visitent les vignes situées non loin de l’agglomération et les « vendangent » avant l’heure49. D’autres communes se plaignent de petits larcins de captifs « sans moyens et sans ressources », qui se livrent même « au vagabondage »50. La solution est l’évacuation vers d’autres départements, et la paix avec l’Espagne venant, la libération de ces prisonniers remuants. Mais la liberté de mouvement des captifs rend leur gestion difficile. Dès l’annonce de la paix, les prisonniers décident de rentrer au bercail, sans attendre ni autorisation officielle, ni ordre de route. À l’été de l’an III, c’est par dizaines qu’ils « désertent »51. Les autorités, tant civiles que militaires, sont incapables d’endiguer des départs qui s’effectuent dans l’anarchie la plus complète52. Ce phénomène illustre la relative liberté d’action des captifs.

  • 53 Ibid, L 4500. Lettre du général Tisson au district de Béziers.

13Les sentiments de méfiance proviennent aussi des militaires. Ces derniers accusent les autorités civiles de laxisme. Ils voient dans les captifs des ennemis toujours dangereux. Ils reprochent aux administrateurs locaux d’oublier cet aspect, tout à leur volonté de satisfaire les propriétaires fonciers53. Il est vrai que ces Espagnols, dans un Languedoc habitué aux Catalans des deux côtés des Pyrénées, ne devaient pas avoir une « étrangeté » bien grande. À la limite, l’étranger devait être bien plus, pour le paysan héraultais, le Français du nord du pays que ces Ibériques… L’apport d’une main-d’œuvre agricole, extérieure au village, n’est pas une nouveauté dans ces basses terres du Languedoc, accoutumées aux allées et venues des « cébets », c’est-à-dire des travailleurs saisonniers du Massif Central. Lorsqu’il est seul, le prisonnier de guerre est inoffensif, selon les patriotes. Il apparaît dangereux par son association éventuelle avec l’ennemi intérieur. L’adversaire a toujours un double visage, à la fois étranger et Français.

L’ennemi intérieur : la Terreur

14La Terreur, en l’an II, s’expliquerait par ce caractère complexe de l’ennemi, avec l’imbrication d’une guerre extérieure et d’une guerre civile plus ou moins larvée. Selon A. Mathiez, il s’agissait d’un réflexe de légitime défense :

  • 54 A. MATHIEZ, La Victoire en l’an II. Esquisses historiques sur la défense nationale, Paris, 1916, p (...)

« La Terreur fut donc réellement un moyen de défense nationale (…) Les révolutionnaires frappèrent donc pour ne pas être frappés. »54

  • 55 F. FURET, article « Terreur » dans Dictionnaire critique de la Révolution Française, Paris, 1988. (...)

15La chronologie de la Terreur est néanmoins avancée pour réfuter cette explication. Le phénomène est alors décrit comme l’instrument d’une idéologie politique punitive, coupée des réalités tangibles55. L’autonomie des acteurs de la Terreur est également sujette à controverse.

  • 56 J. -C. MEYER, La vie religieuse en Haute-Garonne sous la Révolution (1789-1801), Toulouse, 1982, p (...)
  • 57 Décrets des 23-25 octobre 1792, 28 mars, 5 avril 1793 pour les émigrés ; décrets des 26 août 1792, (...)

16Si l’on considère les condamnations à mort pour motif politique dans l’Hérault, peut-on dire que le Tribunal Criminel estime qu’il défend ainsi le pays ? En l’an II, 27 exécutions pour délit politique ont lieu dans le département. Statistiquement, ce chiffre est faible, mais l’enjeu des condamnations leur donne une signification particulière qui permet, mieux que tout autre procès, de percevoir quels sont les processus de la Terreur. L’Hérault est dans une position médiane par rapport aux autres départements languedociens, entre des zones peu touchées par la répression politique, telle l’Aude, et des lieux de fortes tensions tels la Lozère et le Gard (100 exécutions environ). Comme ailleurs56, la proportion d’ecclésiastiques réfractaires touchés est importante (9 sur 27). Leur cas, avec celui des émigrés, est traité selon les lois très fermes à leur égard57. Mais le déroulement des procès laisse apparaître l’opinion du tribunal. Le Tribunal Criminel de département est composé de citoyens dont le profil est similaire aux membres des administrations locales : majoritairement des hommes de loi expérimentés. Les condamnations à mort de neuf ecclésiastiques, de nivôse à floréal an II, sont prononcées dans un climat tendu. L’heure est à la « défanatisation ». Le tribunal, comme les administrations locales, se montre particulièrement hostile aux réfractaires. On serait loin dans ces conditions d’une Terreur liée aux préoccupations de défense de la patrie. La Terreur serait l’expression d’une opposition viscérale aux religions révélées. Mais dans les interrogatoires, la question du serment est secondaire face à des accusations d’activités délictueuses. Aux yeux du tribunal, comme des patriotes, les prêtres réfractaires portent aux eux le spectre de la guerre civile :

  • 58 ADH, L 5503. Adresse de la société populaire de Montpellier, 14 ventôse an II.

« Les prêtres n’ont été que de vils assassins qui sous un nom sacré détruisaient les humains. (…) et la Vendée n’est plus aujourd’hui qu’en tas de cendres arrosé du sang français. »58

  • 59 Cf. le Courrier d’Avignon sur les événements de Jalès (n° 250, 28 août 1790).

17Les questions posées dévoilent la hantise d’une subversion intérieure en coordination avec les ennemis étrangers. La Vendée apparaît comme un traumatisme majeur. Le soulèvement est interprété comme le fruit des manipulations royalistes et « fanatiques » sur un peuple crédule. Derrière la Vendée, surgissent les craintes des Héraultais concernant la bordure sud du Massif Central. Depuis Jalès, et les troubles lozériens, le réfractaire est décrit sous les traits fantasmatiques du fanatique qui, crucifix en main, prêche la trahison et le carnage. Le souvenir des guerres de religion, avec la Ligue, voire les écrits anti-jésuites du XVIIIe siècle, nourrissent, sans doute, un noir imaginaire où s’enracine la peur59. Le prêtre réfractaire est, par essence, aux yeux des patriotes, un comploteur et un traître. Cette certitude est fortement ancrée, même parmi les modérés. À l’heure de la réaction, en l’an III, Caizergues, défenseur de nombreux inculpés de l’an II, reprend des arguments analogues :

  • 60 ADH, L 496. Lettre de Caizergues, agent national du district de Montpellier à celui du département (...)

« Les prêtres réfractaires n’ayant pas voulu se soumettre aux lois de la République, tout culte doit leur être interdit, comme une arme dangereuse dont ils ne manqueroient pas d’abuser contre la liberté et la patrie. »60

18Les membres du Tribunal Criminel ont la conviction de juger des hommes qui sapent sciemment la défense de la Patrie. Des écrits, saisis lors des arrestations, les confortent dans leur opinion, tel celui-ci :

  • 61 Actes des Martyrs qui ont généreusement consommé leur sacrifice à Montpellier dans les années 1793 (...)

« Ceux qui s’engagent volontairement pour les frontières pechent-ils mortellement ? Attendu que cette guerre est dirigée contre Dieu et contre le Christ, oui. »61

  • 62 ADH, L 6879. Lettre de Sète, 5 septembre 1793. Procédure contre Roche et Guiraud. Ibid., L 6885. P (...)

19Pour les patriotes, la circulation de telles pensées est catastrophique. Dans un régime politique qui s’est lancé dans une mobilisation parfois désespérée contre l’ennemi, l’activité de certains réfractaires signifie la ruine de tous les efforts. Le Tribunal Criminel est convaincu de concourir à la défense de la patrie, comme le citoyen-soldat, en combattant des individus qui souhaitent la défaite de la France. Ses membres sont persuadés de condamner des personnes qui encouragent l’insoumission, pour saboter l’effort de guerre. La même croyance est à l’œuvre dans les procès contre les émigrés rentrés. Ils sont perçus comme des traîtres liés aux armées ennemies, comme dans deux procédures qui concernent des marins, en septembre et en octobre 1793. Le tribunal frappe des individus considérés comme des contrerévolutionnaires actifs à l’heure de la trahison de Toulon62. Les Sétois craignent pour leur sécurité lorsque des navires, dont ils ne connaissent pas l’équipage, mouillent dans le port. Le comportement des officiers de la « Royale » n’est guère rassurant. Un coup de force est toujours redouté. Le tribunal criminel de l’Hérault est saisi de deux affaires qui ne présentent guère d’obscurités. Les inculpés ont beaucoup parlé dans Sète. Leurs sympathies à l’égard de Marseille et de Toulon révoltées se sont nettement exprimées. La volonté d’entraîner la conviction de leurs interlocuteurs, pour les inviter à se soulever, avec des écrits émanant des deux villes, est une circonstance aggravante. Les liens de l’un d’entre eux avec Lyon insurgée, leur évident royalisme, ont emporté la conviction du tribunal. La liaison Terreur-effort de guerre apparaît indubitable dans un tel type de condamnation à mort.

  • 63 ADH, L 6937. Procédure contre Pierre Lalia. ADH, L 6949. Procédure contre Jean Julien. ADH, L 6723 (...)
  • 64 Ibid., L 6949. Interrogatoire du 27 floréal an II de Fulcrand Cammal.
  • 65 R. MUCHEMBLED, Le temps des supplices. De l’obéissance sous les rois absolus. XVe- XVIesiècle, Par (...)

20Le tribunal fait preuve de la même sévérité à l’encontre de personnes sur lesquels pèsent des soupçons analogues de « provocation au rétablissement de la royauté ». Trois procès mettent en cause des individus, qui ont publiquement souhaité le rétablissement de la monarchie ou d’usages antérieurs63. Le tribunal criminel établit qu’un des accusés a fabriqué des « faux congés » pour des soldats déserteurs64. Il est intéressant de souligner que ces individus sont des étrangers à la région, au moins pour deux d’entre eux. Leur origine géographique, peu assurée, laisse soupçonner des relations louches. Le phénomène décrit ici n’est pas typique de la Terreur. Il se retrouve dans la plupart des procédures judiciaires, quel que soit le régime considéré65. L’étranger à la contrée, esseulé, ne dispose pas des soutiens, du regard a priori plus favorable que l’on porte sur le citoyen implanté dans la ville. D’ailleurs, en l’an III, lors de la réaction thermidorienne, les jugements portés sur ces trois individus ne sont pas remis en cause. Les membres du tribunal criminel sont inquiétés, mais les accusations portées contre eux n’évoquent pas de tels cas. Personne ne s’en émeut. Qui se soucie d’un mendiant, véritable gibier de potence, comme de ces innombrables gens sans aveu qui alimentent les prisons ? Loin d’être en rupture totale avec des usages antérieurs, la Terreur s’insère dans les pratiques et préjugés judiciaires de son temps. Elle s’inscrit également dans une démarche de défense du pays. Le tribunal criminel se pense comme un instrument de l’effort de guerre. Même les procédures qui paraissent porter sur des antagonistes sociaux renvoient à un arrière-plan de guerre civile larvée, dans un contexte où l’un des partis souhaite l’avancée des troupes ennemies.

  • 66 ADH, L 6931. Dossier sur « l’affaire des Galettes ».
  • 67 Ibid., L 6722. Procédure, 9 germinal an II.

21Le plus célèbre procès de la Terreur, à Montpellier, « l’affaire des Galettes » apparaît, de prime abord, comme une banale affaire d’accaparement dans un climat économique pesant66. Dans la nuit du 13 au 14 germinal, un boulanger est surpris, par la garde nationale, en train de confectionner des « galettes », pain de longue conservation. Cette fabrication, en vue d’un stockage, est illicite en ces temps de disette, d’autant plus qu’elle utilise de « la fleur de farine ». La municipalité arrête le boulanger incriminé qui donne le nom de ses clients. Douze personnes sont compromises. « L’affaire des galettes » devient le symbole de la Terreur dans l’Hérault, vu la sévérité des peines prononcées contre des citoyens honorablement connus, le 18 germinal an II (quatre condamnations à mort, trois détentions jusqu’à la paix avec confiscation des biens). Plus tard, en l’an III, le procès sera présenté comme un acte inique, un règlement de compte économique et social. Les prévenus sont accusés d’avoir contrevenu au Maximum, d’avoir accaparé des denrées à un moment où Montpellier ne sait comment nourrir sa population. Les clivages sociaux sont nets. Les patriotes, tels les gardes nationaux qui ont procédé aux perquisitions, sont choqués par l’attitude des accusés face à la nourriture. Certaines galettes stockées sont moisies, bonnes à jeter. Un accusé, plutôt aisé, provoque l’indignation car il donne du grain à ses poules. Bien des Montpelliérains envient le sort de ces volatiles, ne sachant comment se procurer du pain. La société populaire et le représentant du peuple Châteauneuf-Randon entendent donner un caractère exemplaire au procès. Mais derrière le délit économique, une affaire politique surgit. Le tribunal criminel estime que les galettes ne sont pas destinées à l’usage personnel des principaux accusés, mais pour des réfractaires et des contre-révolutionnaires. Une femme, Élisabeth Coste, compromise dans l’affaire, a déjà été condamné à la déportation, dans un procès précédent67. Les patriotes la soupçonnent d’être l’épine dorsale d’un réseau d’aide aux prêtres réfractaires. Un autre individu, Jacques Lazuttes a pris part, en 1791, aux troubles qui ont causé plusieurs morts et blessés à Montpellier lors d’affrontements entre contre-révolutionnaires et patriotes. Il agit à cette époque avec son frère Jean, tout aussi royaliste que lui. L’attention du représentant du peuple Châteauneuf-Randon est immédiatement attirée par « l’affaire des galettes » lorsqu’il apprend l’implication de Jacques Lazuttes. Jean Lazuttes figure parmi les complices actifs de Saillans, organisateur du soulèvement de 1792. Il est aux côtés de Charrier, l’année suivante, ce qui le conduit à l’échafaud, à Mende, le 19 juin 1793. La mise en cause du frère, Jacques, en germinal an II, donne une autre dimension à un procès qui apparaît comme la confirmation de l’existence de réseaux contre-révolutionnaires montpelliérains. L’attitude de certains accusés conforte le tribunal dans sa conviction d’avoir démantelé une association dangereuse. Un des négociants arrêtés, aurait ainsi affirmé, dès 1790, qu’il fallait « faire une nouvelle Sainte-Barthélémy », afin de se débarrasser des patriotes, amalgamés aux protestants. Ce propos n’est pas assimilé à une figure de style. La région est traumatisée par le poids de l’histoire, les événements sanglants du début de la Révolution, à Nîmes et Montauban. Les agissements de quelques inculpés, à l’été 1793, remontent également à la surface. La joie affichée à l’annonce des reculs français n’a pas été discrète, pas plus que les menaces proférées à l’encontre des patriotes : les Espagnols ne sauraient tarder, les choses changeraient pour les républicains locaux… En germinal an II, la situation militaire est meilleure, mais les patriotes ignorent si cela va se pérenniser. « L’affaire des galettes » est la preuve, selon les révolutionnaires, de la collusion entre les partisans des réfractaires, et les royalistes actifs, organisateurs de soulèvements dans le Massif Central, en coordination avec les émigrés, l’ennemi étranger.

L’affaire Lasserre

22La Terreur est inséparable de l’effort de guerre pour des patriotes inquiets, depuis des années, devant les mouvements contrerévolutionnaires. Avec « l’affaire des Galettes », par le nombre de ses condamnés à mort, le procès des Lasserre est la grande procédure judiciaire de l’Hérault en l’an II, justifiée, elle aussi, par la volonté de punir des traîtres. Quatre personnes du même village (Gabian), de la même famille (Jacques Lasserre dit « le borgne », sa femme Rose Castan, son fils aîné Jacques, son frère Laurens) sont condamnées le 8 floréal an II. Ils sont exécutés le lendemain. Quatre autres prévenus, Pierre Daumas et son fils Jean, eux aussi de Gabian, Bellaman dit « Baraban » de Pouzolles, et Gabriel Portal dit « Larmagnol » sont acquittés. L’acte d’accusation met en relation défense de la patrie et Terreur, par l’acte de trahison :

  • 68 ADH, L 6723. Tribunal Criminel du département, registre des jugements définitifs. Je tiens à remer (...)

« Ils ont tous manifestés le désir criminel de voir le territoire de la République envahi par les satellites du tyran armés pour faire revivre la royauté en France ; qu’ils ont annoncé le désir de se joindre à ces ennemis de la liberté française pour se baigner dans le sang des bons citoyens. »68

  • 69 ADH, L 5703. Registre du comité de surveillance de Gabian, déposition de Jean Rougé, séance du 13 (...)
  • 70 Ibid., L 5703. Déposition de la citoyenne Gancel au comité de surveillance de Gabian, séance du 3 (...)

23À première vue, cette affaire ne présente pas d’ambiguïtés. Le tribunal criminel du département a forgé son intime conviction sur de nombreux témoignages qui décrivent les accusés comme des contre-révolutionnaires convaincus. Les Lasserre ont proclamé leur désir d’une défaite de la France. Ils auraient souhaité participer à l’insurrection de Charrier69. Les témoins évoquent leur volonté de se joindre aux Espagnols70. Le procès Lasserre apparaît comme le procès politique le moins propre à soulever des questions sur les motivations du Tribunal Criminel. Il s’insère dans les efforts faits pour défendre la patrie contre ceux qui sont prêts à s’allier à l’étranger.

  • 71 AMB, II J. Registres de la société politique de Béziers
  • 72 C. MOTTE, Paroisses et communes de France. 34 Hérault, Paris, 1989.
  • 73 O.-H. HUFTON, « Le paysan et la loi en France au XVIIIe siècle », Annales ESC, n° 3, mai-juin 1983
  • 74 ADH, L 960. Enquête sur les brigandages dans le canton et ADH L 8882, procédure contre les Lasserr (...)
  • 75 Ibid., L 5703.
  • 76 Ibid., L 8882, L 960, L 5703.
  • 77 Ibid., L 960 et L 8882 à propos de la métairie de Melle Allen.
  • 78 ADH, L 960, L 8882, L 6723. Procédure judiciaire, enquête…
  • 79 Procès-verbaux …, op. cit., t. 4. Séance du 26 septembre 1793 du conseil de département.
  • 80 ADH, L 8882.

24Derrière l’apparente clarté du procès, bien des questions, cependant, se posent. Les Lasserre ne sont pas les seuls, dans la période trouble de l’été 1793, à avoir professé des opinions subversives. Pourquoi les mécanismes de la Terreur ont-ils fonctionné pour eux et pas pour d’autres ? Le village de Gabian apparaît patriote. Il possède une société populaire qui entretient de bons rapports avec ses homologues, en particulier celle de Béziers, ainsi qu’avec les administrations71. Ses registres n’ont pas été conservés, mais le peu que nous en savons laisse penser que cette société populaire d’un bourg rural est constituée de campagnards plus préoccupés par leur vie quotidienne que de haute politique. Compris dans le canton de Roujan, Gabian compte 800 habitants environ72. La moitié de la population est constituée de paysans sans propriétés significatives qui travaillent pour les autres pour vivre. Un peu moins d’un quart est constitué de paysans moyens, qui côtoient des artisans, 16 %, en majorité peu aisés. Cette communauté villageoise est dominée par les plus gros contribuables, moins d’une dizaine de cultivateurs, et deux à trois notabilités. Gabian est un village que rien ne distingue des autres. Pourtant quatre de ses membres sont guillotinés en l’an II, pour trahison. Là, on passe à l’exceptionnel, car il est le seul dans ce cas dans l’Hérault. Or, dans une localité, pour qu’une procédure aboutisse, il faut des dénonciations, des témoignages concordants, des relais de transmission efficaces. Pourquoi la Terreur touche-t-elle une communauté villageoise éloignée des grands axes de communication, des frontières, des conflits politiques majeurs ? On sait que la paysannerie au XVIIIe siècle évite de faire appel à l’extérieur pour régler ses problèmes73. La communauté villageoise régule autant qu’elle le peut les conflits entre ses membres, y compris les actes de délinquance, pour éviter l’irruption de l’État ou des puissants. Dans ces conditions, avec le procès Lasserre, surgit immanquablement la question de la nature de la Terreur pour les communautés villageoises. Un malaise profond touche Gabian depuis plusieurs années. Il explique le procès des Lasserre. Le brigandage y est endémique et a pris une ampleur considérable. Une bande de brigands s’est constituée. Déjà active sous l’Ancien Régime, son audace augmente. De 1791 à 1793, le juge de paix compte au moins une quarantaine de méfaits commis par la même bande74. Mais une partie des vols n’est pas prise en compte. Les plus anciens n’apparaissent pas. Bien des délits mineurs ne sont pas répertoriés, vu le climat de peur qui règne dans le canton. En effet, d’autres forfaits apparaissent lors des témoignages présentés, en germinal an II, au comité de surveillance75. Les exactions sont très diverses (s’emparer de lessives étendues au dehors, partir avec du grain sans le payer, dérober du bétail, des volailles, ramasser nuitamment une récolte…)76. Les vols à main armée sont la spécialité des brigands. Les proies de prédilection sont des « métairies » isolées. La stratégie est simple : terroriser les attaqués pour qu’ils opposent le moins de résistance possible. La bande, pour ces grosses affaires que sont les attaques de mas, aux mains de cultivateurs aisés, peut compter de dix à vingt individus. Armée de fusils, de pistolets, de haches, elle fracasse les portails les plus solides. Les assaillants ne laissent guère le choix aux habitants paniqués. Soit les propriétaires ouvrent eux-mêmes leur porte et seuls leurs biens sont touchés, soit ils résistent et les attaquants leur promettent des représailles féroces. La stratégie de la terreur est efficace. Les victimes cèdent pour sauver l’essentiel, c’est-à-dire leur vie77. Une fois entrés, les brigands font main basse sur tous les objets de valeur, l’argent, les armes, le linge. Les victimes n’ont pas les moyens de résister. Les cultivateurs, avant leurs biens, veulent protéger leur famille. Ce n’est pas avec un ou deux valets qu’ils peuvent faire reculer dix à vingt hommes déterminés, habitués à tirer sans état d’âme. Le rayon d’action de la bande devient de plus en plus vaste au fil du temps, ce qui correspond à un aplomb fondé sur une quasi-impunité. Les brigands sévissent dans les villages du canton de Roujan, et dans les campagnes de Pézenas, Florensac, Servian, Pouzolles… Des délits sont commis de nuit. La bande a une prédilection pour les périodes où les allées et venues sont nombreuses, ce qui permet de passer facilement inaperçu ou de trouver des maisons vides (la moisson, le carnaval). Pour les affaires importantes, la troupe de brigands a peut-être dépassé les trente individus78. Elle est constituée d’un noyau stable d’une dizaine d’hommes, habitant à Neffiès, Pouzolles, et surtout Gabian. Au cœur de la bande, apparaissent les condamnés à mort de floréal an II pour motif politique, les Lasserre, et les acquittés : Bellaman, Portal, Daumas père et un de ses fils. Autour de ces hommes gravitent des comparses qui apparaissent lors des « gros coups ». Ce sont des parents proches ou des relations de prison. Pour quelques délits, s’ajoutent des insoumis. Les femmes – mères, filles, sœurs – jouent un grand rôle. Elles recèlent les marchandises volées. Lorsque les hommes se cachent pour échapper aux poursuites, elles se chargent de les ravitailler. Elles leur trouvent des défenseurs quand ils sont emprisonnés, et moyen plus sûr, tentent de circonvenir les témoins en alternant menaces et présents. Le brigandage est une activité familiale qui associe l’ensemble des adultes. Les carences de l’autorité sont le facteur déterminant qui permet de comprendre la puissance des brigands. L’apogée de la bande se situe dans les années 1792-1793. Les municipalités décrivent une situation de terreur dans les campagnes. Le commerce s’étiole. Les routes sont désertées en ces parages dangereux. Les seuls éléments de maintien de l’ordre sont les modestes gardes nationales villageoises qui ne peuvent guère s’opposer à une bande aussi puissante. Une autre carence renforce les brigands, celle des prisons. Ces dernières sont de véritables passoires, par manque de crédits79. Les brigands parviennent plusieurs fois à s’évader. Les victimes hésitent à porter plainte. La peur règne. La force des brigands réside dans le fait qu’ils ne sont pas isolés, qu’ils habitent les villages concernés et côtoient les témoins, les victimes de leurs méfaits… Mieux, la bande réussit à contrôler, en 1792-1793, la municipalité de Gabian. Laurens Lasserre est devenu officier municipal. Par sa seule présence, il paralyse la municipalité. Il force ses collègues à rayer un des fils Daumas de la liste des déserteurs, car les officiers municipaux « dominés par la Terreur craignirent les poignards et les dévastations », commente un observateur80. L’administration départementale, alertée par le district de Béziers, décide d’employer les grands moyens, au printemps 1793. Elle envoie une quasi-expédition militaire, soit une quarantaine d’hommes, commandée par un administrateur. La région est décrite comme un bout du monde par ce dernier :

  • 81 Ibid., L 4165. Rapport d’Annequin cadet.

« Un canton très vaste, montagneux, dont les lieux sont à des distances notables l’un de l’autre, dont les chemins longés par des bois et des vastes garrigues sont presque impratiquables (…) De là nous partimes en compagnie (…) d’un guide qui nous indiquoit le chemin, (…). C’est dire assez que nous avons parcouru un pays difficile et peu pratique. »81

  • 82 ADH, L 4164. Au moins une cinquantaine d’hommes.
  • 83 M. LAPIED, « Une communauté provençale pendant la Révolution française : les antagonismes politiqu (...)
  • 84 C. GOYER, « La délinquance en bandes en Lyonnais, Forez, et Beaujolais au XVIIIe siècle », p. 189- (...)
  • 85 F. BURCKARD, « Les brigands sous le Directoire », p. 357-370, À travers la Haute-Normandie en Révo (...)
  • 86 Y. CASTAN, Honnêteté et relations sociales en Languedoc (1750-1780), Paris, 1974, p. 380-385.
  • 87 B. GRISSOLANGE, « Le brigandage en l’an III dans les plaines de grande culture : une transition ?  (...)
  • 88 ADH, L 5703. Registre du comité.
  • 89 Y. CASTAN, Honnêteté et relations sociales en Languedoc…, op. cit., p. 576.
  • 90 P. GOUJARD, « La violence et la Terreur », p. 87-94, Recherches sur la Révolution, sous la directi (...)
  • 91 B. GRISSOLANGE, « Les brigands, le brigandage et les honnêtes gens », p. 457-466, La Révolution fr (...)

25Le canton de Roujan est à une vingtaine de kilomètres de Béziers. Son altitude ne dépasse pas les 200 mètres… L’expédition laisse rêveur sur l’influence des autorités sur la contrée. Que penser du contrôle des cantons les plus éloignés, les plus élevés, vers la Montagne Noire, le Larzac ? Quelle véritable autorité, quelle véritable connaissance avaient les autorités départementales de leur circonscription ? On comprend mieux les difficultés des administrations pour se faire entendre, que ce soit pour des levées d’hommes, des réquisitions militaires ou pour tout autre chose. Quoi qu’il en soit, les brigands prennent la fuite. La municipalité de Gabian est réorganisée, avec la destitution de Laurens Lasserre. Mais l’été 1793 permet à la bande de relever la tête, profitant du trouble général. Réfugiée dans les bois, elle continue ses activités. À l’automne, les autorités reprennent l’initiative. En brumaire, un fort détachement de gardes nationaux82 attaque le refuge des brigands. Les bandits sont emprisonnés. Ce qui les attend, c’est un procès criminel, pour constitution de bande organisée, vols avec violences, « assassinats », résistance à la force publique. Mais ce sont deux procès qui, en fait, ont lieu. Le premier, le 8 floréal an II, est un procès politique qui aboutit à l’exécution des quatre Lasserre, et l’acquittement des deux Daumas, Larmagnol et Bellaman. Le deuxième, le 28 prairial an II, est un procès criminel. Il condamne à mort les quatre acquittés précédemment, pour leurs activités de brigandage. Le procès politique suscite des questions. Peut-on qualifier une partie de la bande de « brigands royaux » ? L’examen des délits montre une motivation principale : l’appât du gain. Aucun méfait ne vise la République en tant que telle. Les attaques de gendarmes, de gardes nationaux, suivent des objectifs précis (échapper aux poursuites, faire libérer un complice). Il ne s’agit pas de s’en prendre à eux « gratuitement », par hostilité déclarée à la République. Les brigands espèrent poursuivre, dans l’impunité, leurs activités si le gouvernement révolutionnaire s’effondre. La haine des brigands s’exerce, en fait, contre leurs concitoyens, ceux qui essayent de les arrêter, notamment les notabilités. Mais les antagonistes ne sont pas sociaux. Si la plupart des brigands sont plongés dans la pauvreté, ce n’est pas le cas des frères Lasserre, Jacques et surtout Laurens. L’expertise de leurs biens montre qu’ils étaient dans une position privilégiée par rapport à bien des manouvriers de Gabian. La bande ne s’attaque pas qu’aux « riches ». Les témoins, dans l’accusation, sont des journaliers qui côtoyaient, tous les jours, les Lasserre. Ils sont las de la terreur qu’ils font régner sur le village. Parmi eux figure même le beau-fils de Jacques Lasserre. Les divisions sociales ne constituent donc qu’un élément explicatif des conflits villageois, parmi d’autres83. Il est à noter que les brigands apparaissent comme « étrangers » au village, fixés depuis quelques générations dans le « pays ». Un phénomène de clan s’est constitué, avec une haine qui ne cesse de croître de part et d’autre. Dès 1791, les antagonismes ont failli aboutir à un drame sanglant à l’occasion du carnaval, entre les Lasserrre et la « jeunesse » de Gabian. Les papiers du juge de paix présentent les éléments caractéristiques de bandes de malfaiteurs organisées en d’autres régions, sous l’Ancien Régime84, comme à l’époque du Directoire85 : même origine des complices, domiciliés dans des villages proches, liens familiaux, spécialisation des délits, professions semblables, protection d’un homme de loi, volonté d’avoir des faux papiers, recours à des déguisements, surnoms. Enfin, peu d’entre eux sont réellement considérés comme originaires du « pays », trait récurrent de nombreuses troupes de brigands languedociennes86. Ces éléments les rapprochent des bandes qui font régner la terreur, surtout à partir de l’an III, dans les plaines de grande culture, en France septentrionale87. Le dossier, en ventôse an II, est bouclé. Les brigands, mis à part un, sont sous les verrous. Vu la législation, son issue ne fait aucun doute : la mort. Les autorités supérieures, y compris le district de Béziers, ne voient pas un aspect politique dans cette affaire, mais du banditisme, dans un premier temps. Pas autre chose. En quelques semaines, les données changent. Pourquoi ? Comment s’explique une attention soudaine en des propos tenus à l’été 1793, clef de voûte de la condamnation de floréal ? À partir de ventôse-germinal an II, la société populaire tente de persuader son homologue de Béziers que les brigands sont en réalité des contre-révolutionnaires. Parallèlement, le comité de surveillance de Gabian se lance dans une démarche minutieuse pour établir les sympathies de la bande avec les Espagnols88. Il recueille des témoignages. Il suit un objectif précis : convaincre le tribunal qu’il ne s’agit pas de banals délits de brigandages. Le comité de surveillance, la municipalité, la société populaire de Gabian, ne veulent pas d’un procès classique mais désirent un procès « révolutionnaire » pour châtier « leurs » brigands. Ils parviennent à atteindre ce but. Le district de Béziers et le Tribunal Criminel du département retiennent les témoignages à charge collectés par le comité de surveillance. Mais voilà bien des efforts pour aboutir de toute façon à la condamnation à mort des accusés. La solution retenue change, en fait, beaucoup de choses. En jugeant « révolutionnairement », le Tribunal Criminel se lance dans un processus expéditif. Le 8 floréal, les Lasserre sont condamnés. Tous les quatre sont guillotinés, dès le lendemain, sur la place de la Révolution de Béziers. La forme « révolutionnaire » permet aux victimes des brigands d’atteindre leur objectif principal, c’est-à-dire se débarrasser définitivement du « fléau », ne plus craindre les évasions. Bien « mieux », l’accusation d’agissements contre-révolutionnaire permet l’élimination de Rose Castan, épouse de Jacques Lasserre. Sans ce chef d’accusation, cette femme, aussi haïe et redoutée que les hommes de la bande, n’aurait pas été condamnée à mort. Municipalité, comité de surveillance, société populaire de Gabian, et finalement la majorité de la communauté villageoise, ont fait fonctionner à leur profit la législation terroriste. La Terreur politique permet aux Gabianais de sortir de la terreur dans laquelle ils étaient plongés depuis de longues années par les brigands. Même si toute la bande n’a pas « bénéficié » de la procédure révolutionnaire, les complices des Lasserre ont subi une sévérité accrue de la justice à cause de leurs liens avec des « contre-révolutionnaires ». Fort habilement, les autorités du village réussissent à transformer en affaire politique une affaire de droit commun. Ces petits propriétaires fonciers et hommes de loi parviennent à convaincre le district. Il ne s’agit pas de faire d’eux des adeptes de Machiavel, mais ils ont compris les avantages du changement d’accusation. Ils n’ont pas monté de toutes pièces les témoignages, mais ils ont su les recueillir au bon moment, afin d’utiliser la législation terroriste pour éliminer de manière définitive des indésirables. Ils réagissent comme des communautés d’habitants de la fin des années 1770-1780, qui, devant la montée des exactions, cherchent à se débarrasser des fauteurs de troubles89. La Terreur met en lumière les initiatives décisives des autorités locales et des simples citoyens. Elle s’insère dans un champ politique et social complexe où chaque acteur agit selon des objectifs qui ne se confondent pas nécessairement avec de grandes questions nationales. Les villageois de Gabian ne subissent pas la Terreur. Ils s’en emparent et la font fonctionner à leur profit, loin des clichés entretenus sur l’ignorance des communautés paysannes. La guerre catalyse les conflits et sert de prétexte pour les résoudre de façon expéditive. Cela ne signifie pas que le Tribunal Criminel est l’instrument de vengeances personnelles, en étant complètement manipulé. Il acquitte des personnes injustement accusées par des ennemis personnels. Pour qu’une procédure aboutisse à une condamnation à mort, une conjonction de faits doit apparaître. La Terreur n’est pas une machine aveugle qui s’alimente elle-même une fois lancée. Elle n’a rien d’une construction abstraite. Elle épouse les structures, traditionnelles ou nouvelles, de la société. Cela explique qu’elle est une émanation « d’un contrôle social »90, en éliminant des marginaux, en confortant la place des autorités. Les difficultés économiques et la crise de l’été 1793 catalysent les affrontements et un climat d’insécurité dans lequel on veut sortir à tout prix. L’association entre les actes de brigandage et la contre-révolution est un fait général, qui se comprend, en partie, par le traumatisme de la Vendée. La confusion, entretenue plus ou moins consciemment, sur le sens du mot brigand, joue un rôle. Cela est net pour les condamnés de Gabian, mais ils ne sont pas les seuls concernés. La bande d’Orgères, de sinistre mémoire, n’a rien de politique. Or les dénonciations de ses délits s’accompagnent d’une l’accusation de crime contre-révolutionnaire, contre toute vraisemblance, dans un premier temps, même si cela est abandonné avec une analyse des faits incriminés91. L’affaire de Gabian, en l’an II, indique que cette attitude n’est pas seulement celle d’un régime directorial désemparé face à la montée de la délinquance. L’interprétation du brigandage comme le fruit d’un complot contre-révolutionnaire rejoint une tendance à prêter aux délinquants des objectifs subversifs qui se retrouve sous tous les régimes. La légende de Mandrin offre un exemple caractéristique. Les étiquettes de « contre-révolutionnaire » affublées à des brigands mériteraient une réévaluation. Des études se sont focalisées sur les bandes du Directoire, attribuant à la crise de l’an III et de l’an IV l’origine des associations de brigandage. Les « brigands de Gabian » montrent la continuité d’un phénomène qui apparaît, sous des traits similaires sous l’Ancien Régime comme en l’an II, ou sous le Directoire, (même si la fin du XVIIIe siècle marque une recrudescence car le refus des levées d’hommes a fourni aux bandes de nouvelles recrues).

26La Terreur est vécue comme un réflexe défensif. Les patriotes sont hantés, comme leurs adversaires, par des peurs anciennes qui remontent à la surface des choses. Prêtres réfractaires, émigrés, officiers royalistes, apparaissent plus dangereux que les armées ennemies, car ils seraient guidés par la volonté de massacre. Cette vision fait de la guerre civile larvée qui agite la France le pendant de la guerre extérieure. Comme si, en France, dans les périodes de conflits les plus durs, le véritable ennemi n’était jamais à l’extérieur, mais à l’intérieur du pays. L’adversaire étranger, quoique fortement dénoncé dans les discours patriotes, suscite souvent moins de haine que l’ennemi intime, celui de l’intérieur. Les comportements, face aux prisonniers de guerre, révèlent rarement de la xénophobie. La Terreur n’est pas seulement le fruit de pulsions mal contrôlées, mais trouve son origine sur des éléments rationnels, issus d’oppositions sociales et idéologiques. Par ces luttes se fonde l’identité du pays, par couches successives, non pas par rapport à des critères de nationalité, mais autour de valeurs particulières. Et si Thermidor marque la fin de la Terreur institutionnalisée, il laisse pendant tous les problèmes qui l’ont fait naître, notamment la poursuite de la guerre.

Notes

1 ADH, L 5584. Lettres des soldats reçues par la société populaire de Montpellier.

2 Ibid., L 5584. Lettre de Raisin Iché, 16 messidor an II.

3 Ibid, L 2026. Lettre de Dupin à Escudier, 1er septembre 1793.

4 Ibid., L 5584. Lettre de Raisin Iché, 16 messidor an II.

5 ADH, L 5584. Lettre de la première décade du 2e mois de l’an II.

6 Ibid., L 5584. Lettre de Reynes, 17 thermidor an II.

7 La filiation entre les décrets du 7 prairial et du 24 thermidor an II n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Le décret du 24 thermidor an II s’inscrit dans un contexte de négociations complexes avec l’Espagne et dans un climat de tension entre Dugommier et La Union (général des troupes espagnoles) à propos de la reddition de Collioure. L. ROURA, « La dernière phase de la Guerra Gran : entre la “guerre à mort” et les tentatives de paix », L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution Française (1793-1807). Colloque de Perpignan, 1-3 octobre 1992, p. 133-148. Perpignan, 1993.

8 ADH, L 5584. Lettre d’Aimé Égalité, 11 octobre 1793.

9 Ibid., L 5584. Lettre des « chasseurs de la Montagne », 25 thermidor an II.

10 S. WAHNICH, L’impossible citoyen. L’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, 1997.

11 ADH, L 3849.

12 ADH, L 8812. Séance de la société populaire de Lodève du 19 floréal an II, cérémonie de la fête des Victoires, extrait d’un discours : « Les deux despotes castillans et sardes vont émigrer leurs trones comme les cidevant nobles ont émigré leurs châteaux. »

13 Ibid., L 3849. Don Quichotte et le triomphe de la Liberté, p. 13.

14 J. -A. RIVOIRE, Le patriotisme dans le théâtre sérieux de la Révolution (1789-1799), Paris, 1950.

15 Archives Départementales du Gard (ADG), L 1416. Lettre au procureur syndic de District du Gard du quartier général à Banyuls, 18 frimaire an II.

16 ADG, L 832. « État nominatif des prisonniers de guerre provenant des navires hollandais, anglais en embargo au port de Sète ».

17 ADH, L 1928. Administration centrale du département, lettre du 25 nivôse an III à la commission de l’organisation et du mouvement de l’armée de terre.

18 Ibid., L 1928. Divers états de prisonniers de guerre par district.

19 Ibid., L 1928. Correspondance des autorités mentionnées.

20 F. JAROUSSE, Auvergnats malgré eux. Prisonniers de guerre et déserteurs étrangers dans le Puy de Dôme pendant la Révolution française (1794-1796), Clermont-Ferrand, 1998, p. 102-103.

21 ADH, L 1928. Lettre du 25 nivôse an III de l’administration départementale à la commission du commerce et des approvisionnements de la République.

22 Ibid., L 1928. Délibération du district de Saint-Pons du 3 messidor du 4 prairial an III.

23 Ibid., L 1928. Extrait de la séance du 8 prairial an III de l’administration départementale.

24 Ibid., L 1928. Lettre de l’agent national du district de Montpellier, au président du département, 2 nivôse an III.

25 Ibid., L 1928. Lettre de Roch, commissaire des guerres, au département.

26 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 7. Séance de la municipalité du 28 frimaire an III.

27 Ibid., L 4500. Inventaire du couvent Sainte-Marie de Béziers, 28 nivôse an III.

28 A. CORVISIER, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Paris, 1964, t. I, p. 237 et 840.

29 ADH, L 1928. Lettre du 9 juin 1793 du commandant de la légion Estorc au commissaire ordonnateur des guerres.

30 Ibid., L 1928. Lettre de Roch, commissaire des guerres, à l’agent national du district de Montpellier, 25 frimaire an II. Un arrêté du 4 thermidor an II du Comité de Salut Public avait permis d’utiliser les prisonniers de guerre pour les récoltes, puis, un du 3 nivôse an III, pour les travaux de l’agriculture en général. O. Festy, L’agriculture pendant la Révolution. Les conditions de production et de récolte des céréales. Étude d’histoire économique 1789-1795, Paris, 1947, p. 282-283.

31 ADH, L 206. Procès-verbal de l’administration du département, 13 thermidor an III

32 C. CAMBRIELS, Le réseau de communication et le commerce dans l’Hérault, 1788-1799, Montpellier, Université Paul Valéry, mémoire de maîtrise, 1968, p. 15.

33 ADH, L 204. Décision de l’administration départementale, 29 pluviôse an III de procurer 235 prisonniers espagnols à Ledenac, ingénieur du district de Thomières.

34 Ibid., L 1928. Lettre de Roch commissaire des guerres à l’agent national du district de Montpellier, 25 frimaire an III.

35 Ibid., L 4500. Lettre de la municipalité de Cazouls les Béziers au district.

36 Ibid., L 1928. Lettre de la municipalité de Clermont-l’Hérault, 26 frimaire an III, à l’administration départementale.

37 Ibid., L 5250. Extrait du procès-verbal de délibération de la commune de la Bastide du 29 prairial an III à propos de la nourriture des prisonniers de guerre.

38 Ibid., 93 EDT 1D7. Séance de la municipalité de Lodève du 26 frimaire an III.

39 Y. TRIPIER, Les agents nationaux en Bretagne sous la Révolution. Édificateurs de la République dans l’Ouest, Mayenne, 1993.

40 Cf. l’insistance mise dans la correspondance pour qu’on puisse affirmer que les captifs ont été bien traités (ADH, L 4919).

41 ADH, L 5250. Lettre du 16 germinal an III du citoyen Marty à l’agent national du district de Saint-Pons.

42 Ibid., L 5250. Lettre du district de Saint-Pons aux municipalités, 26 thermidor an II.

43 F. JAROUSSE, Auvergnats malgré eux…, op. cit., p. 183.

44 ADH, L 5250. Lettre du 24 floréal an III.

45 Ibid., L 5250. Autorisation de l’agent national du district, an III.

46 Ibid., L 4919. Lettre de la municipalité de La Coste, 30 messidor an III.

47 R. Cobb, Terreur et subsistances 1793-1795, Paris, 1965, p. 40-41.

48 J. -P. Damaggio, « Le Midi pratique chez les sans-culottes montalbanais (1793-1794) » L’invention du Midi. Représentations du Sud pendant la période révolutionnaire, Amiras/Repères occitans, n° 15-16, février 1987, p. 95-104.

49 ADH, L 5455. Lettre du commissaire ordonnateur Flandin aux administrateurs du département de l’Hérault, 23 thermidor (an III ?).

50 Ibid., L 4698. Arrêté du représentant du peuple Olivier-Gérente, du 21 messidor an III, à la suite de plaintes émanant de la région de Lodève.

51 Ibid., L 1928. Lettre du procureur syndic de district de Montpellier au chef de l’État-Major de l’armée des Pyrénées-Orientales, 30 thermidor an III.

52 Ibid., L 1928. Lettre du 2 fructidor an III, du procureur syndic de district de Montpellier, au procureur général syndic du département de l’Hérault.

53 Ibid, L 4500. Lettre du général Tisson au district de Béziers.

54 A. MATHIEZ, La Victoire en l’an II. Esquisses historiques sur la défense nationale, Paris, 1916, p. 250.

55 F. FURET, article « Terreur » dans Dictionnaire critique de la Révolution Française, Paris, 1988. M. OZOUF, « Guerre et Terreur dans le discours révolutionnaire (1792-1794) » p. 109-127, dans L’école de la France, Paris, 1984.

56 J. -C. MEYER, La vie religieuse en Haute-Garonne sous la Révolution (1789-1801), Toulouse, 1982, p. 305-332.

57 Décrets des 23-25 octobre 1792, 28 mars, 5 avril 1793 pour les émigrés ; décrets des 26 août 1792, 21-24 avril 1793, 29-30 vendémiaire an II pour les réfractaires, les lois d’août et de septembre 1793 pour les suspects.

58 ADH, L 5503. Adresse de la société populaire de Montpellier, 14 ventôse an II.

59 Cf. le Courrier d’Avignon sur les événements de Jalès (n° 250, 28 août 1790).

60 ADH, L 496. Lettre de Caizergues, agent national du district de Montpellier à celui du département, floréal an III.

61 Actes des Martyrs qui ont généreusement consommé leur sacrifice à Montpellier dans les années 1793-1794. Montpellier, 1822, p. 13.

62 ADH, L 6879. Lettre de Sète, 5 septembre 1793. Procédure contre Roche et Guiraud. Ibid., L 6885. Procédure contre Ferrari, 29 septembre 1793.

63 ADH, L 6937. Procédure contre Pierre Lalia. ADH, L 6949. Procédure contre Jean Julien. ADH, L 6723. Jugement définitif contre Fulcrand Cammal.

64 Ibid., L 6949. Interrogatoire du 27 floréal an II de Fulcrand Cammal.

65 R. MUCHEMBLED, Le temps des supplices. De l’obéissance sous les rois absolus. XVe - XVIe siècle, Paris, 1992. (notamment p. 100-103).

66 ADH, L 6931. Dossier sur « l’affaire des Galettes ».

67 Ibid., L 6722. Procédure, 9 germinal an II.

68 ADH, L 6723. Tribunal Criminel du département, registre des jugements définitifs. Je tiens à remercier Madame Guiraudon-Fédières et Monsieur Serge Sotos pour les renseignements fournis sur leurs ancêtres « brigands ».

69 ADH, L 5703. Registre du comité de surveillance de Gabian, déposition de Jean Rougé, séance du 13 germinal an II

70 Ibid., L 5703. Déposition de la citoyenne Gancel au comité de surveillance de Gabian, séance du 3 germinal an II.

71 AMB, II J. Registres de la société politique de Béziers

72 C. MOTTE, Paroisses et communes de France. 34 Hérault, Paris, 1989.

73 O.-H. HUFTON, « Le paysan et la loi en France au XVIIIe siècle », Annales ESC, n° 3, mai-juin 1983.

74 ADH, L 960. Enquête sur les brigandages dans le canton et ADH L 8882, procédure contre les Lasserre.

75 Ibid., L 5703.

76 Ibid., L 8882, L 960, L 5703.

77 Ibid., L 960 et L 8882 à propos de la métairie de Melle Allen.

78 ADH, L 960, L 8882, L 6723. Procédure judiciaire, enquête…

79 Procès-verbaux …, op. cit., t. 4. Séance du 26 septembre 1793 du conseil de département.

80 ADH, L 8882.

81 Ibid., L 4165. Rapport d’Annequin cadet.

82 ADH, L 4164. Au moins une cinquantaine d’hommes.

83 M. LAPIED, « Une communauté provençale pendant la Révolution française : les antagonismes politiques à Éguilles », Provence historique, fascicule 195-196, janvier-juin 1999, n° spécial : De Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts à Noël Coulet, p. 305-317.

84 C. GOYER, « La délinquance en bandes en Lyonnais, Forez, et Beaujolais au XVIIIe siècle », p. 189-197, Histoire et criminalité de l’Antiquité au XXe siècle. Nouvelles approches (sous la dir. de B. GARNOT). Actes du colloque de Lyon-Chenove, 3-5 octobre 1991. Dijon, 1992.

85 F. BURCKARD, « Les brigands sous le Directoire », p. 357-370, À travers la Haute-Normandie en Révolution. 1789-1800, Rouen, 1992.

86 Y. CASTAN, Honnêteté et relations sociales en Languedoc (1750-1780), Paris, 1974, p. 380-385.

87 B. GRISSOLANGE, « Le brigandage en l’an III dans les plaines de grande culture : une transition ? » 120e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Aix en Provence, 23-29 octobre 1995. Le tournant de l’an III. Réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, p. 339-348, Paris, 1997.

88 ADH, L 5703. Registre du comité.

89 Y. CASTAN, Honnêteté et relations sociales en Languedoc…, op. cit., p. 576.

90 P. GOUJARD, « La violence et la Terreur », p. 87-94, Recherches sur la Révolution, sous la direction de M. VOVELLE, Paris, 1991.

91 B. GRISSOLANGE, « Les brigands, le brigandage et les honnêtes gens », p. 457-466, La Révolution française : la guerre et la frontière, Paris, 2000. (119e Congrès National des Sociétés Savantes, Amiens, 1994).

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540