Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Chapitre VII. Donner sa vie : le héros

Texte intégral

1En l’an II, bien qu’intenses, les offrandes matérielles passent après le don de soi. Ce dernier est constitutif des discours patriotiques qui forgent une figure idéale du révolutionnaire : le héros.

Le don de soi

  • 1 F.-A. AULARD, « Le recueil des Actions héroïques « Études et leçons sur la Révolution française, 8(...)
  • 2 ADH, L 4653. Séance du 1er germinal an II du conseil de district de Lodève.

2Dans un va-et-vient discursif entre la Convention et les départements, les textes officiels élaborent des figures héroïques qui incarnent des principes nouveaux. Au culte des grands hommes – Voltaire, Rousseau… – s’ajoute la célébration des martyrs de la Liberté. Le sacrifice des humbles, les simples citoyens-soldats, est magnifié. L’archétype des discours sur l’héroïsme révolutionnaire, en l’an II, est le Recueil des actions héroïques et civiques des Républicains français, souvent utilisé par les travaux sur la Révolution1. Les districts diffusent ces brochures, mises sur le même plan que les deux grands textes dont se réclame le régime, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et la Constitution de 17932.

3Dans le Recueil des actions héroïques et civiques des Républicains français, le héros révolutionnaire se caractérise par le don de sa personne à la patrie. Cela transgresse des valeurs traditionnelles. Le sacrifice pour la patrie se fait au détriment des intérêts privés. Le salut religieux, le bien-être matériel, passent bien après cet engagement. Les récits héroïques peuvent être considérés comme des exempla. Un nombre impressionnant de héros révolutionnaires vit une véritable passion, par la multiplicité des blessures, par l’acharnement des ennemis à faire souffrir. Comme le Héros antique, comme le martyr chrétien, le héros patriote se distingue des autres hommes par sa capacité à endurer les souffrances les plus cruelles. Il proclame, jusqu’à son dernier souffle, sa profession de foi révolutionnaire. Les blessures tiennent une place centrale dans le récit pour y apporter réalisme et émotion. Le don du corps fait à la Patrie n’est pas présenté comme quelque chose d’abstrait. Il surgit très concrètement, dans des discours où la chair et le sang sont toujours présents. Dans un monde où l’intégralité physique est un facteur essentiel de survie, la mutilation est signe de déchéance, perte de position sociale et d’autonomie. Or le héros accepte non seulement la mort mais aussi cette mutilation qui peut faire, d’un homme jeune, un être à jamais diminué et assisté (dans le meilleur des cas). Les récits recèlent un nombre important de ces dons sanglants qui exaltent le sacrifice des citoyens-soldats, tel ce volontaire gravement blessé près d’Haguenot :

  • 3 Recueil des actions héroïques et civiques des Républicains français, Paris, an II, n° 4, XXIV.

« Après avoir souffert avec un courage héroïque l’amputation, il demande sa jambe : “Ô ma patrie, s’écrit-il, reçoit en le sacrifice !” »3

  • 4 A. dE BAECQUE, Le corps de l’histoire…, op. cit.
  • 5 ADH, L 5504. Séances des 11 et 14 prairial an II.
  • 6 Ibid., L 5504. Séance de la société populaire du 13 fructidor an II.
  • 7 ADH, L 5532. « Discours sur les récompenses », 5e jour complémentaire de l’an II.

4L’acte héroïque est un don pleinement assumé, avec une fierté qui est mise en avant pour chaque blessure. « Une cérémonie des plaies »4 se met en place, tandis que les dons d’une partie mutilée deviennent parfois des éléments essentiels de la célébration patriotique. La réception d’un amputé est un grand moment pour la société populaire de Montpellier qui l’accueille avec transport. De tels blessés font figure de miraculés car, pour quelques volontaires mutilés qui reviennent chez eux, combien d’autres laissent leur vie dans les hôpitaux militaires, emportés par la gangrène. L’accueil fait à l’infirme souligne l’espérance de la communauté de voir revenir d’autres soldats. Les discours mettant en avant l’héroïsme révolutionnaire prennent corps dans les esprits, que ce soit chez les militaires eux-mêmes ou à l’arrière. L’offrande d’une partie de soi, le sacrifice de l’intégrité physique, s’expriment concrètement dans les séances des sociétés populaires, comme en prairial an II, à Montpellier, où un volontaire dépose, sur la table du président, comme offrande, « des os tirés de ses playes »5. Les soldats, dans leurs lettres, font des récits héroïques analogues à ceux transmis par les généraux ou les représentants du peuple. Tel volontaire héraultais est décrit ainsi par un camarade : acculé, refusant de se rendre (« j’aime mieux mourir libre qu’acheter ma vie par une lâcheté »), il réussit à se dégager, en infligeant de lourdes pertes à l’adversaire, avec des exploits quasi fabuleux (« au premier coup qu’il porte à l’un d’eux [un ennemi], il luy sépare presque entièrement la tête du corps »6). La société populaire de Montpellier, qui lit la lettre dans une de ses séances, ne se trompe pas sur la portée d’un tel récit. Elle l’envoie immédiatement au Comité d’instruction publique de la Convention, pour qu’il soit inséré dans « les récits des traits héroïques ». Le volontaire sait que sa lettre sera lue dans son village, à haute voix, parmi une partie de la population ou mieux, dans une séance de la société populaire. Celui qui sait écrire soigne son style pour faire vibrer la fibre patriotique de ses lecteurs. Le ton des textes nationaux qui exaltent le patriotisme se retrouve donc dans des lettres de volontaires. Le discours patriote finit par former une boucle qui relie et influence ses lecteurs à tous les maillons de la chaîne, du civil au militaire. Les Actes héroïques marquent la tentative, réussie pendant quelques mois, d’établir des références communes autour de modèles de patriotisme. Les auteurs locaux puisent une partie de leur argumentation à une même source, fondement d’une mythologie républicaine en formation. Des discours reprennent mot à mot des exemples tirés des Actes pour renforcer leur argumentation7. Il a été souvent dit que les sociétés politiques se voulaient une « école du patriotisme ». Une école de l’héroïsme aussi. Les jeunes ne pouvaient qu’être profondément marqués par un climat général d’offrande à la Patrie, comme l’affirme ce soldat en permission, fêté comme un héros, racontant la mort d’un autre héros, le général Dugommier :

  • 8 Ibid., L 5505. Séance de la société populaire de Montpellier du 18 nivôse an III.

« C’était en fréquentant les patriotes, en assistant régulièrement à vos séances, en me pénétrant de l’esprit régénérateur qui a vivifié dans cette société tous les membres qui la composent que je me suis nourri des différents sucs qui ont germé dans l’âme des jeunes héros et qui ont produit ces grands courages qui étonnent toutes les nations et qui ont ébranlé les trônes des puissances étrangères »8.

5Cette parole patriotique n’est pas simple figure de rhétorique car elle s’incarne dans les actes de certains individus. Cela inverse les canons traditionnels de l’héroïsme. Le héros en l’an II, on le sait, n’est pas l’important chef de guerre, mais le simple soldat, le civil. L’infirme n’est plus un pauvre hère qui suscite la pitié, mais le compatriote illustre qui recueille louanges et gloire. La perte d’un membre n’est pas le signe d’une fatalité, mais l’expression d’une volonté politique de disposer de soi, corps et esprit, dans un but que l’on s’est choisi, de sauver la patrie et la communauté de citoyens dont on fait partie. Le sacrifice à la Patrie, en l’an II, n’est pas nécessairement, pour le soldat, un acte passif, ordonné par un État Léviathan qui immolerait ses enfants. Le don de soi peut être un acte assumé. Le penser comme un acte volontaire, expression d’une véritable citoyenneté, fait quitter les clichés apaisants sur les causes des conflits et le comportement des combattants. L’examen de l’offrande de la vie à la Patrie dévoile les effets de la guerre sur les individus, le plaisir qu’ils en retirent, les rapports de domination dissimulés en temps de paix. Le don magnifié de soi, à sa patrie, à ses camarades de combat, aux siens, s’oppose, en effet, à ce que l’on donne à l’ennemi.

  • 9 Recueil des actes …, op. cit., n° V.
  • 10 Recueil des actes …, op. cit., n° VI.

6Face aux relations placées sous le signe de la fraternité, apparaît en négatif ce qui est adressé à l’adversaire. Les récits patriotiques présentent des héros qui ne veulent rien partager avec le belligérant adverse. La République française proclame fièrement qu’elle « ne reçoit de ses ennemis et ne leur envoie que du plomb »9. Cette affirmation correspond parfois à des mises en pratique des plus extrêmes, du moins dans des récits où l’action héroïque prend un relief singulier. Le Recueil des Actes héroïques et civiques présente des faits hors norme pour l’illustrer. Tel volontaire du Lot-et-Garonne, blessé, arrache avec « la pointe de son couteau », la balle qui l’a touché, la « remet dans son fusil et la renvoyer à l’ennemi en disant ‘ j’ai encore des balles, je n’ai pas besoin des tiennes »10. Dans le même numéro, deux exemples quasi identiques entourent et répètent ce geste. Le mal apporté par l’adversaire est refusé, nié. Le patriote donne sa vie. L’ennemi ne donne rien, même pas la mort qu’il inflige aux héros révolutionnaires. Ceux-ci ne perdent pas la vie, ils l’offrent à la Patrie. Leur gloire les fait survivre. À l’adversaire qui obéit passivement, d’une façon mécanique, « esclave » d’un despote, s’oppose le héros qui, par sa seule volonté, choisit sa destinée. La souffrance elle-même n’est rien puisque le héros la supporte avec constance. Et ce qu’il donne à l’adversaire en ces circonstances, bien plus que d’autres douleurs, est l’affirmation de sa supériorité morale, de sa fermeté inébranlable, d’être celui qui mène une guerre juste. Dans le contexte de la Terreur, cette affirmation s’exprime par des formulations, où il s’agit de terroriser l’ennemi, en montrant jusqu’où va ce don de soi du héros révolutionnaire :

  • 11 Recueil des actes …, op. cit., n° VI, 2.

« Un chasseur du 26e régiment eut le bras emporté d’un coup de canon, il le ramassa avec ce sang-froid qui caractérise le vrai courage ; il dit aux canonniers : Mettez ce bras dans la gueule du canon et envoyez le à la tête de ces b…-là. »11

7Ce don sanglant, aberrant, à la limite pathologique, exprime de la manière la plus violente que tout échange est impossible avec l’adversaire. Seul l’affrontement est concevable entre deux mondes que tout oppose. L’offrande à l’ennemi est placée sous le signe de l’anéantissement. Les devises, « vaincre ou mourir », « la Liberté ou la mort » trouvent ici leur illustration la plus aboutie. Le don sanglant signifie qu’aucun retour en arrière n’est possible, pas plus sur le plan militaire que politique. La Terreur atteint son aboutissement discursif extrême.

La fabrication du héros

  • 12 ADH, L 5566. « Impressions faites pour et de l’ordre de la société populaire de Montpellier… »

8Au niveau local, cette parole est diffusée par les sociétés populaires. De ventôse an II à brumaire an III, la société de Montpellier paye, au minimum, 3 367 livres à une des principales imprimeries de la ville, pour de nombreux feuillets, affiches, brochures12. Le tirage est important. Il atteint parfois les 2 000 exemplaires, distribués aux municipalités, aux sociétés affiliées, aux hôpitaux militaires… Sur 37 travaux d’impression, plus du tiers est affecté au culte des grands hommes ou héros révolutionnaires. Cinq sont consacrés à deux fêtes funèbres qui marquent l’apogée du discours de la société populaire sur le héros. Elles concernent toutes deux un hommage à un représentant du peuple, mort en des circonstances tragiques, dans un lourd climat politique : Fabre et Beauvais.

  • 13 Archives Parlementaires (AP) t. 88, 23 nivôse an II.
  • 14 ADH, L 5504. Registre des séances de la société populaire de Montpellier.

9Claude Fabre est une des figures marquantes de la Révolution dans l’Hérault. Sa carrière dans les institutions révolutionnaires s’apparente à celle de maints hommes au pouvoir au niveau local. Avocat, et fils du greffier en chef de la Cour des Aides, il occupe une position sociale importante sous l’Ancien Régime dans sa ville, Montpellier. Il devient, en 1782, conseiller à la Cour des Aides, vivier des administrateurs locaux les plus connus pendant la Révolution. Il est, en 1791, président du district de Montpellier, district le plus riche du département. Cette position lui donne des atouts pour être élu député, en 1792. La rupture, dans ce cheminement politique brillant, est la dégradation de la situation de la frontière pyrénéenne. Nommé, en avril 1793, représentant en mission auprès de l’armée des Pyrénées-Orientales, Fabre s’implique beaucoup. Son action, parfois controversée, s’achève par son décès, le 30 frimaire an II, lors de la prise de Port-Vendres par les Espagnols. À cette date, la situation du front pyrénéen est catastrophique. La disparition tragique du représentant du peuple accentue l’impact de la défaite. Fabre est le seul représentant en mission mort au front. À la tribune de la Convention, Robespierre fait voter pour lui les honneurs du Panthéon13. À Montpellier, dans le cercle des notabilités, l’émotion est grande. Un hommage appuyé est rendu à l’enfant du pays. Le 30 floréal an II, sous l’égide de la société populaire de Montpellier, une « cérémonie funèbre en l’honneur de Fabre, représentant du peuple » est célébrée14.

  • 15 Ibid., L 5523. Éloge funèbre de Fabre, représentant du peuple, prononcé dans le Temple de l’Être S (...)
  • 16 Ibid., L 5503-5504. Séances de la société populaire de Montpellier de brumaire an II.
  • 17 Ibid., L 5523. Éloge funèbre de Fabre…
  • 18 AP, op. cit. 23 nivôse an II.
  • 19 MAUZI, R., L’idée de bonheur au XVIIIesiècle, Paris, 1960, p. 485.
  • 20 J.-P. CAPELLE, La fête révolutionnaire à Béziers, 1789-1799. Mémoire de maîtrise sous la direction (...)

10Les intervenants principaux sont des citoyens impliqués depuis longtemps dans l’organisation de la société politique. Le long éloge funèbre est prononcé par un acteur essentiel de la vie politique locale en l’an II, Junius Jeanjean15. Homme de loi, il exerce, en 1790, les fonctions de secrétaire du procureur syndic de District de Montpellier, Cambacérès. Greffier du tribunal criminel, en 1793 et en l’an II, il se distingue par son engagement républicain au sein de la société populaire avec des positions très avancées, notamment lors de la « défanatisation »16. De son discours, hommage à Fabre, émergent les traits caractéristiques du grand homme en révolution. Le martyr est « l’homme vertueux », un des « fondateurs de la République française », le « législateur » « représentant du peuple » par excellence, et enfin le « héros », aboutissement logique de son parcours selon l’orateur17. Fabre concentre toutes les qualités du bon citoyen. Homme sage, éclairé, son mentor ne peut être que Rousseau (« zélateur et disciple de l’écrivain célèbre »). Avant même d’occuper des fonctions officielles, Fabre est le modèle de l’homme instruit qui éclaire le peuple et le guide. La notion d’égalité n’est pas oubliée. L’orateur glorifie l’action militaire de ce représentant du peuple qui est « toujours au milieu des soldats ». Le héros est prédestiné au martyre, par sa proximité avec d’autres martyrs de la Révolution. Il était « l’ami de Lepelletier, de Beauvais, de Marat ». Il les rejoint dans une immortalité dont la conception est celle des héros antiques : « ombre révérée », « ombre vertueuse », qui « vivra dans nos cœurs ». D’ailleurs, lors de la cérémonie funèbre, des jeunes garçons reçoivent des gravures représentant Barra. Le portrait de Fabre, par Jeanjean, est le pendant du discours fait par Robespierre le 23 nivôse an II. Les deux textes ont la même vision du sacrifice du représentant du peuple. Le héros tombe, dit Robespierre, victime de la trahison, en combattant jusqu’à son dernier souffle, en subissant des souffrances terribles (« corps déchiré »18). Ses qualités sont les mêmes : « courage intrépide », « saint amour de la patrie ». Son sort ne doit rien au hasard. Il a suivi une « destinée » particulière, qu’il s’est choisi selon les principes qui l’animaient. Sa vie entière est interprétée à la lumière de son ultime acte patriotique. Le portrait de Fabre, dressé par Jeanjean, illustre les caractères typiques du héros révolutionnaire. La mise en relation de la vertu et de la gloire est un phénomène caractéristique du XVIIIe qui rejette la recherche de la renommée pour elle-même. Le discours révolutionnaire rejoint les idées du siècle des Lumières, pour qui « la gloire se confond avec l’éclat auréolant les actions utiles »19. L’hommage à Fabre s’insère dans les fêtes funèbres qui rythment le calendrier festif de l’an II, et leur fréquence est caractéristique de la période. À Béziers20, sous la Convention, 30 % des cérémonies sont des « fêtes funèbres ». Par contre, au début de la Révolution, sous la monarchie constitutionnelle, leur part n’était que de 15 % environ. Elle descend sous le Directoire à 5 %. L’hommage au héros est bien un des fondements du discours patriotique de l’an II, comme la cérémonie consacrée au représentant du peuple Beauvais l’indique.

  • 21 A. KUSCINSKI, Dictionnaire des conventionnels, Paris, 1973, reprints.
  • 22 ADH, L 5523. « Procès-verbal de la pompe funèbre de Beauvais à Montpellier, le octidi germinal… l’ (...)

11Charles Beauvais, (1745-an II), est député depuis 1791. Il est envoyé en mission, par le décret du 30 avril 1793, à l’armée d’Italie. Il est présent à Toulon, en juin 1793, lors de la révolte fédéraliste. Avec son collègue Baille, il est emprisonné le 18 juillet. Il n’est relâché qu’au moment de la défaite anglaise et de la libération de la ville par le général Dugommier (29 frimaire an II). Très affaibli par son emprisonnement, il meurt des suites de celui-ci, le 8 germinal an II, à Montpellier, où il était en convalescence21. Sa mort place cette ville dans une position privilégiée pour lui rendre hommage. La société populaire de Montpellier, de conserve avec les autorités locales, organise une cérémonie le 8 germinal an II. Elle envoie, dans la foulée, à la Convention deux commissaires pour lui remettre les cendres du défunt22. La mort de Beauvais, due aux souffrances de la captivité, fait de lui un martyr de la Liberté. Le discours de la cérémonie funèbre est prononcé par Franc Pavée, un des hommes forts du département, par sa présidence du district de Montpellier. Il fait de Beauvais le type même du héros révolutionnaire. Des mots clefs sont omniprésents : le terme « vertu » et ses dérivés, le verbe « servir » (la patrie), « défendre » (le peuple), et « souffrir ». Ces quatre mots forment l’épine dorsale d’un discours qui caractérise le héros : « le vertueux Beauvais », le « défenseur courageux des droits du peuple », et enfin « le martyr de la Liberté ».

12Les deux discours, celui de Pavée sur Beauvais, celui de Jeanjean sur Fabre, sont deux textes jumeaux. À quelques détails biographiques différents, c’est la même image du héros républicain qui apparaît. Beauvais, comme Fabre, incarne la vertu par ses mœurs simples. Il représente à la fois le sage qui aime la solitude, fuit les honneurs, l’homme sociable au caractère franc et ouvert, l’homme d’action, défenseur des opprimés, qui n’hésite pas à aller au-devant du danger, subissant avec constance, avant son martyre déjà, des attaques. Il est le patriote exemplaire.

13Ces discours possèdent un autre point commun. Ils adoptent une vision locale, en mettant l’accent sur ce qui lie le héros à Montpellier. Jeanjean fait de nombreuses allusions à l’attachement de Fabre à sa ville natale, ses liens avec les patriotes. Des passages prennent un aspect personnel, moins convenu que d’autres discours consacrés à des martyrs de la Liberté étrangers à la région, en insistant sur l’amitié, l’action concrète de Fabre, administrateur du département, membre de la société populaire de la ville. La gloire du héros rejaillit directement sur la cité qui l’a vu naître. Mais le rappel des liens existants entre Fabre et son lieu d’origine va au-delà d’une fierté locale. La ville procède à une appropriation du héros révolutionnaire avec un objectif clairement politique. Cela est le cas pour Fabre et plus encore pour Beauvais.

  • 23 Le 2 septembre 1793. A. KUSCINSKI, Dictionnaire…, op. cit.

14Rien pourtant ne prédisposait le représentant du peuple Beauvais à avoir un quelconque lien avec l’Hérault et Montpellier. Beauvais est un médecin, député de Paris, élu grâce à son activité dans les sections de la capitale. Il n’est pas un méridional. Sa présence à Montpellier est largement due au hasard, la nécessité de lui trouver un lieu de convalescence dans un endroit relativement proche de Toulon, pour lui éviter un long trajet. Les patriotes pensent qu’il peut se remettre de sa dure captivité, ayant survécu à son collègue Baille, qui s’est suicidé dans sa cellule23.

  • 24 AMM, D1 8. Séance du 1er germinal an II.
  • 25 ADH, L 202. Séance de l’administration départementale du 8 germinal an II.
  • 26 Ibid., L 202. Séance de l’administration départementale du 9 germinal an II.
  • 27 Ibid., L 202. Séance de l’administration départementale du 8 germinal an II.
  • 28 Archives Départementales de l’Hérault, L’œuvre intellectuelle et artistique de la Révolution franç (...)

15Dès son arrivée, Beauvais est l’hôte privilégié de Montpellier. La municipalité lui assure les meilleures conditions de convalescence, assistée de la société populaire24. Mais l’état du malade empire. Il décède le matin du 8 germinal an II. L’administration départementale ouvre sa séance par cette nouvelle25. Une réunion a lieu aussitôt entre le président et l’agent national du département, des commissaires du district, de la municipalité et de la société populaire de Montpellier. Il faut prendre une décision sur le devenir du corps du héros. Beauvais ne peut être enterré à Montpellier. Originaire d’Orléans, député de Paris, aucun membre de sa famille, au contraire de Fabre, n’est apparemment présent. Sa mort, causée par les séquelles de sa captivité, fait de lui un martyr de la Révolution. Un hommage national s’impose. La panthéonisation est la solution évidente. Le statut particulier de la capitale par rapport aux villes de province apparaît nettement. Il est hors de question de laisser le corps d’un martyr de la Liberté à Montpellier si les patriotes désirent un hommage national. Mais un problème épineux se pose : le cadavre. Lui faire accomplir le long trajet Montpellier-Paris est impossible, vu son mauvais état. Les commissaires des différentes autorités tranchent donc entre « une conservation du corps et des cendres ». Ce sont des cendres que les commissaires de la société populaire de Montpellier apporteront à la Convention, dans une urne funéraire26. Il est décidé que la combustion de la dépouille mortuaire aura lieu en place publique, devant les autorités et le peuple qui l’ont vu mourir27. Cette décision inédite, d’une cérémonie qu’on serait tenté de définir comme une cérémonie funèbre à l’antique, est le fruit d’une décision rapide. On ne sait si la solution choisie à fait l’objet d’une discussion. Aux commissaires de la société populaire de Montpellier et des autorités se sont joints, dès le début de la réunion, des « artistes célèbres » pour s’occuper des honneurs à rendre au martyr. Ce sont ces « artistes » qui mettent en place le cérémonial de la fête. Ces hommes sont les consultants habituels de la municipalité ou de la société populaire pour les activités festives. Montpellier, sous l’Ancien Régime, possède une société des Beaux-arts qui forme de nombreux peintres, dont certains acquièrent une célébrité incontestable, autour de Vien, maître de David. En l’an II, des artistes, de retour d’un séjour parisien ou italien, résident dans la ville, tel Pajou, Demoulin, architecte de la colonne de la Liberté, futur membre de l’expédition d’Égypte28. Le peintre Bestieu figure parmi les plus engagés, participant activement aux séances de la société populaire de Montpellier. Son œuvre artistique témoigne de ses convictions, avec des tableaux dans une veine néoclassique, comme Brutus condamnant son fils à mort ou Cincinnatus et les envoyés du Sénat. Ce goût de l’antique explique en partie la singularité de la cérémonie consacrée à Beauvais à Montpellier.

  • 29 ADH, L 5523. « Procès-verbal de la pompe funèbre de Beauvais… »
  • 30 ADH, L 5523. Rapport de la cérémonie funèbre en l’honneur de Fabre, représentant du peuple, fait à (...)

16Le caractère exceptionnel se marque par l’heure : l’hommage commence à quatre heures du soir pour s’achever le matin suivant. Le déroulement est déterminé par les nécessités de crémation du corps qui doit se faire intégralement, ce qui apparemment ne s’achève qu’à la nuit tombée. La cérémonie se fait en trois étapes. Le 8 germinal, les autorités civiles et militaires, la société populaire, avec un détachement de gardes nationaux, se rendent en grande pompe de la maison commune au lieu de décès du représentant. De là, il est porté au champ de Mars, en « présence d’un peuple immense »29. L’étape la plus délicate, la combustion du corps, commence. Le cadavre est posé sur un bûcher, qui est allumé ensuite. Des commissaires de la société et des autorités veillent afin de recueillir les « précieuses cendres dans une urne ». Au lever du jour, un nouveau cortège se forme. Il parcourt « divers quartiers de la commune », et se rend au temple de la Raison, pour le service funèbre. Ce dernier est composé de trois discours, de musique « mélodieuse », des acclamations (« vive la République, vive la liberté, vive la montagne »). La cérémonie s’achève par un serment solennel, de tous les participants, de « venger les mânes de Beauvais ». L’urne est remise aux commissaires désignés pour la porter à la Convention. La société populaire est le véritable maître d’œuvre de la cérémonie. Son président est dans une position centrale dans le cortège car il porte l’urne funéraire. Il est entouré par les quatre présidents des autorités constituées (département, district, municipalité, tribunal de Montpellier), qui se trouvent, de fait, dans une position seconde. Ce sont les membres de la société populaire qui transportent, la veille, le corps jusqu’au champ de Mars. Franc Pavée fait son discours en tant qu’orateur de la société. La cérémonie funèbre en l’honneur de Fabre, deux mois plus tard, suscite des constatations similaires. La place fondamentale de la société populaire est à nouveau proclamée par l’agencement du cortège qui place « les autorités constituées » dans un effacement relatif30.

  • 31 R.-E. GIESEY, Le roi ne meurt jamais, Paris, 1987, pour la traduction française, p. 138.
  • 32 ADH, C 7584. Procès-verbaux des séances et délibérations des États du Languedoc.
  • 33 BMM, 11378. Procès-verbal de la fête funèbre consacrée à la mémoire de Marat…
  • 34 C. MAZAURIC, « Bordier et Jourdain : la fête jacobine et le discours politique à Rouen en l’an II  (...)

17L’originalité de la pompe funèbre consacrée à Beauvais sert ces visées politiques. Elle présente un élément singulier par rapport à toutes les autres cérémonies faites à Montpellier : la présence du corps du héros. Toutes les autres, qu’elles se passent au début de la Révolution, pour honorer Mirabeau, Le Pelletier…, ou à la fin (Hoche, Joubert…), ne disposent que d’un simulacre, une urne funéraire vide. Cela à des conséquences majeures sur la portée de la fête. Ce simulacre est la règle pour les villes de province lorsqu’il s’agit de célébrer la mort d’un personnage important, dont l’inhumation à lieu à Paris31. Sous l’Ancien Régime, la mort d’un membre de la famille royale est célébrée par un service religieux dans une cathédrale où une « représentation » du défunt est placée sous un catafalque, telle la cérémonie organisée à Montpellier par les États de Languedoc, en 1774, pour Louis XV32. Les fêtes révolutionnaires perpétuent cette coutume : un brancard, une urne, un catafalque représentent le défunt, que ce soit sous la monarchie constitutionnelle, la Convention, le Directoire. En brumaire an II, « l’urne de Marat reposait sur un piédestal remarquable et au-dessous d’un baldaquin »33, dispositif dont bien des éléments font songer à la dernière cérémonie consacrée à un roi de France, Louis XV… Seuls les rites religieux disparaissent, assez tardivement. Mais le dépaysement ne devait pas être bien grand pour les participants à la pompe funèbre de Beauvais, dans une ci-devant cathédrale rebaptisée temple de la Raison, où une grande partie du décor ne pouvait changer, avec l’utilisation du même instrument de musique, l’orgue. Dans la majorité des villes, on est fort loin de la présentation, de l’exposition du corps et du retour à une cérémonie « baroque » qui pouvait avoir certains aspects macabres. À ce titre, on peut se demander si l’aspect et la signification des fêtes funèbres révolutionnaires sont différents, entre des cérémonies parisiennes exposant un corps et les fêtes provinciales avec un simulacre qui ne rompt guère avec des pratiques antérieures. Certes, dans des villes de province se déroulent des cérémonies avec une partie de corps ou un cadavre complet. On pense à celle analysée par C. Mazauric, consacrée à Bordier et Jourdain à Rouen. Là, les deux têtes des héros patriotes, momifiées, sont utilisées pour la célébration34.

  • 35 ADH, L 5523. Procès-verbal de la pompe funèbre de Beauvais…
  • 36 Ibid., L 5525. « Dépenses faites… pour apporter les cendres de Bauvais,… à la Convention Nationale(...)
  • 37 AMM, D1 8. Séance du 23 floréal an II de la municipalité de Montpellier.
  • 38 AP, Tome 88. Séances des dits jours.
  • 39 ADH, L 5504. Séances des 19 prairial, 17 fructidor an II de la société de Montpellier.
  • 40 ADH, L 5503. Séance du 10 germinal an II.

18La présence du corps donne une grande dimension à la cérémonie dont le point d’orgue n’est pas le service funèbre. Dans les faits, la crémation est l’épisode le plus impressionnant. Elle a lieu sur le champ de Mars aménagé à cet effet. L’emplacement est vaste, idéal, pour accueillir autorités, gardes nationaux, force militaire, société populaire, peuple. Il est le centre des cérémonies républicaines, avec la colonne de la Liberté et l’autel de la Patrie qui y sont implantés. Sa fonction initiale – champ d’exercices militaire – lui confère un aspect guerrier qui convient à un héros victime de l’ennemi. La crémation du corps permet d’impressionner les esprits. Elle donne à la pompe funèbre un lustre particulier. Dans le silence, la dépouille mortuaire est portée vers le bûcher, puis placée dessus « au bruit réitéré du canon », tandis qu’ensuite le chant « Mourir pour la patrie » rompt le silence35. Montpellier, en l’occurrence ses autorités et la société populaire, par cet acte inhabituel, se fait le dépositaire du corps du héros. Le procès-verbal de la pompe funèbre fait un récit qui souligne le peu de temps écoulé entre la mort et la cérémonie, pour montrer l’empressement des Montpelliérains à rendre hommage au grand homme. À la Convention, les commissaires de la société populaire de Montpellier insistent sur cette attitude qui donne aux Montpelliérains une image de citoyens exemplaires, et qui permet de faire oublier l’implication fédéraliste de la cité. Les frais de voyage et de séjour (15 jours) coûtent près de 2 000 livres à la société populaire36. La pompe funèbre représente 400 livres pour la municipalité37. Ces dépenses indiquent l’importance que la société populaire attache au dépôt des cendres de Beauvais entre les mains de la Convention nationale. La rapidité avec laquelle les commissaires de la société populaire arrivent à Paris révèle l’intérêt accordé à leur mission. Ils se présentent devant l’assemblée dès le 18 germinal, or les lettres annonçant la mort de Beauvais n’y sont arrivées que deux jours auparavant38. Il faut faire vite, pour ne pas laisser retomber l’émotion suscitée par l’annonce de la mort. Beauvais, étranger à la ville quelques semaines plus tôt, est fêté comme un enfant du pays. Le parallèle Fabre/Beauvais est un des axes principaux des discours montpelliérains. Il s’agit de relancer le transfert au Panthéon de Fabre. L’hommage rendu à Beauvais renforce l’idée, que les Montpelliérains ont déjà voulu diffuser lors de la mort de Fabre, de l’excellence de leur républicanisme. Beauvais est présenté tout de suite comme un martyr de la liberté, et c’est Montpellier qui crée son culte. Dès le 8 germinal, jour même de sa mort, la commune décide de lui dédier un buste. Un moule en plâtre de son visage est exécuté. Plusieurs sculpteurs, dont Pajou, font un buste qu’ils offrent à la société populaire de Montpellier39. L’impression et la diffusion d’une estampe sont immédiatement envisagées. Toujours le 8 germinal, une « souscription pour faire graver le portrait du représentant Bauvais mort en cette commune » est décidée. Le peintre Bestieu propose de faire un tableau, pour servir de base à l’estampe projetée40. La scène héroïque, diffusée par des imprimés, est un élément indispensable pour le culte du héros. Dès le discours funèbre, l’illustration de l’héroïsme de Beauvais est fixée :

« Pendant cinq mois, l’infortuné Beauvais enfoui dans un cachot humide, privé d’une nourriture suffisante, exposé aux invectives de ces traîtres qui avoient été François, attendant à chaque instant le moment d’une mort cruelle a donné l’exemple avec fermeté (…) pour son pays. (…) Quelquefois des agens des tyrans coalisés descendoient dans le cachot. (…) L’un d’eux lui dit un jour que la cause unique de sa détention étoit d’avoir voté la mort du tyran, le Républicain exténué se retrouve aussitôt tout entier, et Beauvais lui répond ce mot sublime : ressucite-le je recommencerai. »

  • 41 À Rouen, lors de la reprise de Toulon, on joue une pièce intitulée « le cachot de Beauvais ». A.-J (...)
  • 42 Bibliothèque Nationale. Cabinet des Estampes. Collection De Vinck, n° 5426.

19Le trait héroïque, ici « le mot sublime », permet la caractérisation du martyr. Il résume son patriotisme et ses vertus, autour d’une idée principale facile à retenir qui permet la diffusion du culte. L’histoire de la captivité est fixée très tôt. Apparemment, dès sa libération, la légende s’empare de l’attitude héroïque dans le cachot41. Les Montpelliérains reprendraient une figuration qui aurait déjà circulé dans les discours et peut-être par l’image dans le reste de la France. Beauvais est désormais cet homme, enterré dans une geôle, qui tient tête aux ennemis, prêt à assumer, jusqu’au bout, son engagement, comme Le Pelletier face à son assassin. Bestieu inscrit son estampe dans un décor particulier qui frappe les imaginations : le cachot. Dans les gravures concernant les martyrs de la Révolution, ce cadre a été déjà utilisé pour illustrer les derniers instants de Châlier42. Plutôt qu’un imaginaire pré-romantique, la scène du cachot est sans doute une réminiscence de l’antiquité, sans cesse sollicitée pour évoquer la mort du grand homme. La fin de Phocion, illustrée par Plutarque, devait venir immédiatement à l’esprit de peintres imprégnés d’histoire grecque et romaine. Par l’image, la geste du héros est diffusée.

Une « héroïsation » manquée ?

  • 43 Comme dans les dessins de David sur « Le triomphe du peuple français » où sont réunis Cornélie, Br (...)
  • 44 « Aux mânes des grands hommes », Paris ? sn [ca 1794]. Une estampe eau-forte ; 9 x 6 cm. Bibliothè (...)

20Beauvais n’a pas connu la fortune iconographique des principaux martyrs de la Liberté. Il n’a pas la notoriété, par exemple, de l’Ami du Peuple. Cela constitue un handicap pour la diffusion de son image héroïque. Mais la célébrité n’explique pas tout. Les jeunes Barra et Viala sont bien plus des inconnus au moment de leur décès. En réalité, si le culte de Beauvais n’a pas un grand succès, mis à part les deux cérémonies montpelliéraines et l’accueil fait à ses cendres par la Convention, c’est tout simplement parce que le trio Marat-Le Pelletier-Châlier connaît une diffusion remarquable. Beauvais, dans ces conditions, ne peut jouer que les seconds rôles. Cela est d’autant plus vrai qu’il est beaucoup moins « attractif » que les derniers héros marquants de l’an II : Barra et Viala. La jeunesse happée par la mort provoque davantage l’intérêt, la dévotion, que le décès d’un homme d’âge mûr. Beauvais figure rarement parmi les héros « majeurs » Le plus souvent, il n’apparaît que dans les œuvres qui rassemblent tous les martyrs de la Liberté célébrés en l’an II43. « Aux mânes des grands hommes » est le titre d’une estampe44 qui pourrait être assimilée à un panthéon de papier. Une urne funéraire est entourée de sept médaillons contenant le portrait de sept martyrs : Marat, Barra, Viala, Châlier, Le Pelletier, Moulin, Beauvais. Marat domine la composition, par la place de son portrait. Beauvais, en bas de l’estampe, est desservi. Son nom est mal orthographié. Il devient « Bauvais ». Son portrait est imaginaire. Il représente un homme jeune, fluet, chenu, qui contraste avec les portraits du représentant du peuple faits de son vivant, dépeignant un homme massif, posé, atteint d’une calvitie. Le graveur n’use pas de la même approximation avec la majorité des martyrs qu’il représente. Il peut largement voir leur portrait chez les marchands d’estampes, les salles des séances des administrations ou des sociétés politiques, là sous forme de sculptures. Quant aux héros enfants, Viala et Barra, la présence de leurs attributs (la hache, l’uniforme), et leur jeunesse compensent l’approximation du portrait. L’aspect fantaisiste de la représentation de Beauvais prouve la diffusion assez restreinte de son image par rapport aux autres martyrs de la Liberté.

  • 45 Beauvais : député de Paris à la Convention nationale, mort victime de la trahison qui a livré la v (...)

21Mais le fait que Beauvais soit un martyr « mineur » pose des questions sur la signification du culte rendu au martyr de la Liberté. Certes, la mort « différée » de Beauvais a rendu son sacrifice moins impressionnant. Les causes de sa mort sont moins spectaculaires que l’arme blanche ou la mitraille qui font tomber bien des héros. Ceci dit, il reste un fait qui peut poser des questions. Beauvais est mort des sévices de l’ennemi anglais. Or tous les martyrs majeurs célébrés en l’an II sont des victimes d’adversaires, non pas étrangers, mais intérieurs. Le Pelletier, Marat, Châlier, Barra, Viala, tombent tous sous les coups de royalistes ou de fédéralistes. Le culte des martyrs de la Liberté est à la fois un discours sur le patriotisme et une dénonciation de l’ennemi. Or ce dernier, en l’an II, n’est pas défini par une appartenance nationale, mais par des critères idéologiques. Cela explique que l’ennemi n’est pas d’abord un étranger, mais avant tout un « aristocrate », français ou pas. Le martyr de la Liberté se différencie nettement du héros révolutionnaire anonyme. Ce dernier ne rencontre pas obligatoirement la mort au bout de sa route. Même blessé, mutilé, il incarne la victoire face aux armées ennemies. Le martyr de la Liberté représente au contraire la victime. L’objectif du culte du martyr est de mobiliser les patriotes contre leurs adversaires. La guerre civile, larvée ou non, apparaît avec plus d’éclat que la guerre étrangère. D’ailleurs, lorsque les Anglais « tortionnaires » de Beauvais sont évoqués, la mention des « traîtres », des « infâmes » qui « ont vendu Toulon » n’est jamais loin. Dans une des gravures le représentant, ce ne sont pas d’ailleurs les Anglais qui tuent véritablement Beauvais : ce dernier est « mort victime de la trahison qui a livré la ville de Toulon aux Anglais »45. Cela explique peut-être que Fabre, mort au combat, face aux Espagnols, a une image encore moins diffusée que celle de Beauvais. Le véritable martyr de la Liberté tombe face aux ennemis français de la Révolution, bien plus qu’il ne meurt dans des combats contre l’adversaire étranger.

22Quoi qu’il en soit, une véritable fabrication d’un héros est organisée par la société populaire de Montpellier. Cette dernière engendre une dynamique que la Convention amplifie ensuite. Le grand patriote ne peut survivre dans les mémoires que parce que sa vie, ses actes sont racontés à une vaste échelle. L’acte héroïque n’existe que par le regard et le discours des autres. Cérémonie, buste, estampe, discours, proposition de panthéonisation viennent de la cité héraultaise. La Convention entérine le statut héroïque du représentant. La société populaire poursuit son objectif. Sans l’activisme des « sans-culottes » montpelliérains, la mort de Beauvais aurait pu rester obscure, le décès n’intervenant que des semaines après sa libération. L’image patriote de la ville en sort renforcée.

Héros locaux, héros nationaux

  • 46 AP tome 88, 18 germinal an II.
  • 47 ADH, L 5503. Séance du 18 germinal an II.
  • 48 ADH, L 5504. 17 Fructidor an II.

23Le héros Beauvais et Montpellier sont désormais inséparables. David propose d’installer une plaque sur la maison où a eu lieu le décès du représentant46. La société populaire de Montpellier désire aller plus loin. Elle décide de lancer une souscription pour ériger un monument en l’honneur de « ses » deux représentants du peuple, Fabre et Beauvais47. Cette époque est l’apogée de la société populaire. Après Thermidor, les Montpelliérains s’accrochent au projet de monument qu’ils entendent mener jusqu’à son terme48. L’enjeu est de taille. La société se fait la dépositaire de la mémoire des deux représentants, qu’elle entend diffuser par toutes les formes d’expression possible, y compris la poésie :

  • 49 ADH, L 5523. Stances sur le représentant Beauvais, floréal an II.

« D’une cité fidèle aux loix de la Patrie,
Deux exemples fameux honorent le séjour :
Dans son sein fortuné Fabre y reçut le jour ;
Beauvais y termine sa glorieuse vie. »49

  • 50 Ibid., L 5523. « Discours prononcé… à la cérémonie funèbre… [du] représentant du peuple Beauvais »

24Le parallèle Beauvais/Fabre permet d’exalter la défense de la patrie. Il redore l’image de Montpellier, sensiblement ternie par l’épisode fédéraliste. Une réécriture de l’été 1793 s’opère : Montpellier est la patriote qui accueille les victimes du despotisme face à un repoussoir, Toulon, « ville infâme »50. L’ennemi extérieur apparaît sous les mêmes traits que les soldats qui tuent Fabre. Les Espagnols comme les Anglais sont présentés sous des traits sinistres, soldats lâches, qui ne gagnent que par traîtrise, et qui tourmentent leurs prisonniers. Mais le discours patriotique tenu à l’occasion de la cérémonie funèbre consacrée à Beauvais ne se limite pas à l’opposition ville fidèle/ville de trahison. L’intervention de Pavée, en ce 9 germinal an II, va beaucoup plus loin que l’exaltation du patriotisme des sans-culottes montpelliérains. La mort de Beauvais intervient dans un contexte particulièrement tendu à Montpellier. Si la situation militaire se redresse, ses résultats restent fragiles, d’autant plus que les antagonismes sociaux et politiques déchirent toute velléité de consensus. Les problèmes d’approvisionnement sont énormes. De nombreux patriotes sont ulcérés par les suites données au fédéralisme dans leur ville. Mis à part Durand, bouc émissaire commode, aucune figure marquante du fédéralisme héraultais n’a vraiment répondu de ses actes. Plus qu’un simple éloge du défunt, les discours sur Beauvais sont une dénonciation des citoyens compromis dans l’épisode fédéraliste, pour des « sans-culottes » inquiets sur l’avenir. À Montpellier comme ailleurs, les fêtes révolutionnaires suivent un objectif politique précis. Elles deviennent un élément des combats politiques, tout en essayant d’inculquer le patriotisme au peuple, en utilisant les fiertés locales.

  • 51 Ibid., L 5501. Séance de la société politique de Montpellier du 7 juin 1793.
  • 52 Ibid., L 8812. Séance de la société populaire de Lodève, du 3 messidor an II.
  • 53 Recueil des Actions héroïques et civiques des républicains français, n° 6.
  • 54 ADH, L 5584. Lettre du 17 nivôse an II au président de la société de Montpellier.

25La mort héroïque d’un enfant du pays fait l’objet d’un récit hagiographique qui insiste sur le patriotisme des volontaires du lieu, tel le citoyen Balard, tombé en Vendée51. Un martyrologe local se met en place, exalté par une comparaison avec les martyrs de la liberté et les héros de l’antiquité. Les sociétés populaires font des listes des soldats qui ont fait l’offrande de leur vie. De tels « catalogues » s’élaborent dans les grandes villes. Ils sont les précurseurs des monuments aux morts, qui commencent à être projetés52. L’idéologie démocratique qui fait de « chaque soldat un héros »53, est le fait déterminant dans un siècle où les architectes ont tant projeté des monuments funéraires solennels. Cet héroïsme révolutionnaire met en avant l’immortalité par le geste patriotique à la place de celle offerte par le Salut chrétien. Une nouvelle sacralité s’instaure, avec un culte des combattants qui tend à remplacer celui des saints, même si les projets de monuments, bien que longtemps poursuivis dans la Révolution, ne connaissent pas de réalisations tangibles, vu la transformation de l’idéologie patriotique après Thermidor ou même après l’établissement de l’Empire. La liste des soldats soude la communauté locale qui se reconnaît dans un patriotisme commun. Une seule et même communauté nationale se forge. Le monument funéraire éloigne la vision de plus en plus insoutenable de la mort que le siècle veut fuir. Il dissout ces images mortuaires pour donner du soldat la vision héroïque d’un don de soi à la Patrie. La maladie, la blessure, la souffrance sont évacuées. L’image de ces hôpitaux d’où s’échappent des odeurs nauséabondes, de leurs cimetières regorgeant de cadavres, est ainsi effacée. Le monument aux morts est un monument sans corps qui permet de donner du héros une image intacte, idéalisée. Il lui confère l’immortalité du souvenir, de la reconnaissance de la patrie. Gas le jeune, maire de Montpellier, affirme que les patriotes doivent s’acquitter d’une « dette sacrée » à l’égard de leurs soldats tombés. « Le nom des héros » qui ont pris Toulon et qui ont « péri dans cette immortelle journée » devient un dépôt sacré qui doit être transmis à « la postérité la plus reculée »54. Le monument permet de mettre en relation les vivants et les défunts. Les révolutionnaires désirent que leurs héros laissent la même postérité que ceux de l’Antiquité, tel les Spartiates aux Thermopyles. Mais les patriotes vont au-delà. Ils affichent leur volonté de dépasser la grandeur antique. La mise en relation entre le passé et le présent aboutit à un dialogue qui tourne à l’avantage des héros de la Révolution :

  • 55 Ibid., L 5523. Discours sur la vertu, prononcé dans la salle de la société populaire de Montpellie (...)

« Mais pourquoi chercher dans l’histoire des anciens peuples des exemples de vertu publique ? La France n’a-t-elle pas aussi ses modèles ? Le dévouement du jeune Viala est-il moindre que celui de Décius ? Lepelletier, assassiné par un satellite du tyran est-il moins grand que Scévola régicide ? (…) Balard, né dans ces murs ; Balard enchaîné par les brigands à l’arbre de la liberté préfère une mort cruelle plutôt que de pousser un cri en faveur de la Tyrannie. Fabre notre concitoyen et notre ami, s’est fait hacher en morceaux pour ne pas tomber en vie au pouvoir des satellites espagnols. L’antiquité peut-elle offrir des traits plus remarquables ! Que l’on cesse donc de nous vanter les Grecs et les Romains ! »55

  • 56 B. Didier, Écrire la Révolution. 1789-1799, Paris, 1989.
  • 57 BMM, Adresse de la société populaire de Montpellier à l’armée des Pyrénées-Orientales, (Montpellie (...)
  • 58 ADH, L 575. Lettre du procureur syndic suppléant de Lodève, 16 frimaire an II.

26Les hommes des sociétés politiques ne veulent pas faire des héros révolutionnaires les simples épigones des grands hommes de l’Antiquité. Ils se détachent vigoureusement des modèles grecs ou romains, qui doivent être dépassés pour que puisse grandir l’aura des martyrs de la liberté. Cette « dépréciation de l’Antiquité », pour exalter « l’orgueil national », se retrouve dans de nombreux écrits de l’époque, comme le rappelle Béatrice Didier56. On serait tenté d’y voir un prolongement tardif de la Querelle des Anciens et des Modernes. Les valeurs sur lesquelles s’édifie la jeune république sont présentées comme originales et originelles, à la base d’un nouveau monde, insoupçonné des républiques anciennes57. L’égalité, la liberté, la fraternité ne sont pas des abstractions dans cette optique, mais les fondements essentiels du nouveau régime. Le tout doit être assuré par la vertu, garante des valeurs fondamentales de la Révolution, notamment de l’égalité, valeurs que n’auraient pas soutenues Rome et la Grèce antique. L’héroïsme souligne la rupture avec l’Ancien Régime. Les récompenses offertes par le roi, comme la croix de Saint-Louis, ne sont que « des ordures aristocratiques » à détruire58. L’acte héroïque en Révolution doit être désintéressé. De nombreux récits se font l’écho de refus de recevoir de l’argent en récompense d’une action patriotique. L’ambition personnelle est rejetée. En l’an II, la gratification du citoyen patriote diffère de celles octroyées par la monarchie, comme l’énonce le général Dugommier :

  • 59 Ibid., L 5502 Séance du 25 nivôse an II de la société populaire de Montpellier.

« Jamais les récompenses des Despotes n’ont valu l’estime et l’amitié des frères de la Liberté. »59

  • 60 F. BRUNOT, Histoire de la langue française des origines à nos jours, t. 9, la Révolution et l’Empi (...)

27Tous les citoyens, du général au simple soldat, au civil, trouvent en leur acte la récompense : le sens du devoir accompli, le plaisir qui en résulte, la reconnaissance des patriotes. Aux gratifications matérielles, injustement distribuées par l’Ancien Régime, doit succéder, pense-t-on, une récompense spirituelle que la société, reconnaissante, lui accorde. Cela explique la floraison des « honneurs de la séance », des « accolades fraternelles », des mentions telles que « bien mérité de la Patrie »60

Guerre, espace urbain et sacralité

  • 61 R. CAILLOIS, L’homme et le sacré, Paris, 1950, 2e édition, p. 228-229.
  • 62 E. KANTOROWICZ, Mourir pour la patrie, Paris, 1984 pour la trad. française, p. 105-141.
  • 63 E. Guibert-Sledziewski, « Pour la Patrie : mort héroïque et Rédemption » p. 199-208, La bataille, (...)

28L’an II, en faisant de l’effort de guerre l’élément fondamental de sa politique, a accentué les liens existants entre guerre et sacré, comme le souligne R. Caillois : avec la fête, la guerre est « le temps du sacré, la période de l’épiphanie du divin »61. Le héros accède à des sphères supérieures inaccessibles au commun des mortels. Pendant la Révolution, s’accélère un phénomène amorcé depuis longtemps. Le don de soi ne se fait plus pour la religion mais pour l’État62. La défense de la Patrie, dont l’envol est parallèle à une phase de discrédit des religions révélées, tend à s’y substituer en proposant, comme elles, un objectif supérieur, une immortalité, une union universelle de tous les hommes63. Sur le plan matériel, cette substitution s’inscrit dans l’espace, à un moment où l’essentiel des activités est mobilisé pour la défense du pays.

  • 64 DUVAL-JOUVE, Montpellier pendant la Révolution, Montpellier, 1879-1881. Réimpression, 1974, t. 1, (...)
  • 65 ADH, 2 R 328. Bâtiments militaires.

29L’impact du conflit se fait particulièrement ressentir dans les villes, mêmes dans celles qui sont éloignées des frontières. L’espace urbain, dont les fonctions sont, dans l’Hérault, avant tout, civiles, est profondément bouleversé par l’irruption des nécessités de l’effort de guerre. Les villes héraultaises n’ont rien à voir avec certaines cités de la frontière nord-est du pays dont la vie quotidienne et la structure sont déterminées par l’élément militaire. Il existe des villes de garnison, mais l’armée reste un élément marginal. À Montpellier, les bâtiments militaires sont excentrés. La citadelle, située au sud-est, n’est pas englobée dans la cité. Elle apparaît comme un corps étranger. Le roi de France l’a conçue, dans les années 1620, lorsqu’il s’efforçait d’abattre la puissance militaire des protestants. Les Montpelliérains sont très hostiles à une forteresse qui leur rappelle une défaite et qui pérennise un état de sujétion. Cette construction est, en 1789-1790, la « Bastille » pour les patriotes qui réclament haut et fort sa destruction64. Mis à part cette citadelle tant contestée, les lieux consacrés à l’armée sont rares. Il n’y a guère, qu’au nord-ouest de la ville, les casernes, édifiées au XVIIIe siècle, et un hôpital pour vénériens, dit Saint-Louis, dont le délabrement65 est tel qu’il est fermé en 1788. Quant aux remparts, vestiges moyenâgeux en ruines, ils ne marquent plus que la limite entre le centre et les faubourgs. Le mouvement de démilitarisation des villes, général au XVIIIe siècle, mis à part les cités frontières, touche largement Montpellier.

  • 66 Ibid., L 1999. État des troupes. 12 floréal an II.
  • 67 C. ALBERGE, « Vie et mort des soldats de l’an II à l’hôpital de l’Égalité de Pézenas. », p. 9-27, (...)
  • 68 ADH, L 1999. État des troupes, 12 floréal an II.
  • 69 Ibid., 2 R 343. Travaux aux fortifications et bâtiments militaires. An II-anVIII.
  • 70 Procès-verbaux …, op. cit., t. 4, séance du 11 septembre 1793.
  • 71 ADH, 3V23. Lettre du ministère de la guerre, 9 nivôse an V.
  • 72 Le nombre de vénériens soignés à Montpellier atteint les 200 hommes en ventôse an II (ADH, L 201. (...)
  • 73 Procès-verbaux …, op. cit., t. 3, séance du 3 août 1793.
  • 74 ADH, L 5602. Séance de la société populaire de Sète du 6 pluviôse an II.
  • 75 Ibid., L 5439. Procès-verbaux de la municipalité, 29 frimaire an IV.

30Mais, à partir de 1792, la guerre a des conséquences directes sur l’espace urbain. Le conflit est présent par le nombre de soldats en cantonnement. En l’an II, les effectifs atteignent les 12 950 hommes dans l’Hérault66. Ces chiffres ne comprennent pas les militaires blessés, stationnés dans les hôpitaux. Le département a une capacité de 4 045 lits67. Vu le surpeuplement de ses hôpitaux, il compte un nombre nettement supérieur de militaires, même s’il est difficile à déterminer. Cette forte présence se fait sentir dans les cités les plus importantes, lieux de casernement, dépôts de prisonniers de guerre, lieu d’implantation privilégié d’ateliers révolutionnaires. Pour l’Hérault, Béziers est la ville de garnison par excellence, avec 900 soldats stationnés pour l’an II68, avec Montpellier (2 250 militaires). Ce brassage de population renforce l’unité du pays, avec l’utilisation du français. La citadelle du chef-lieu de département déborde d’activité et de fonctions69. Elle accueille désormais des ouvriers pour des fabrications ou des réparations d’effets, d’armes… Son rôle de caserne est renforcé, avec des écuries qui reçoivent un maximum de chevaux, souvent en transit. L’hôpital de charité de Saint-Éloi, n’accueille plus que des militaires, 500 environ70. Les indigents et civils malades sont évacués des hôpitaux, parfois logés chez des particuliers. Le vétuste hôpital Saint-Louis reprend du service71, pour accueillir à nouveau des vénériens, 150 environ en juillet 1793. La présence de ces hôpitaux se fait sentir dans la ville, par les denrées ou effets qui sont requis chez les particuliers, par les emplois directs ou indirects qu’ils procurent à la ville72 : infirmiers, pharmaciens…, et aussi artisans chargés, dans l’urgence, de transformer des bâtiments nationaux en hôpitaux73. Aux soldats s’ajoutent des ouvriers dans un port comme Sète, ce qui gonfle la population. Les autorités doivent en tenir compte sur le plan édilitaire, en éclairant davantage la cité, la nuit, pour assurer la sécurité74. Dans d’autres villes par contre, s’il y a davantage d’uniformes qui vont et viennent, indice de l’état de guerre, la population baisse à cause des levées d’hommes. En l’an IV, époque où pourtant le conflit s’estompe, le canton rural de Montpellier constate que plus de 10 % de sa population sert aux armées75. Villes et campagnes perdent une partie de leur « jeunesse ». Cela se fait lourdement sentir dans tous les aspects de la vie quotidienne. À Lodève, les réjouissances, célébrant la reprise de Toulon, en sont affectées :

  • 76 Ibid., L 8812. Société populaire de Lodève, séance du 18 nivôse an II.

« Un membre ayant objecté que les bals au nombre de cinq étoient trop multipliés eut égard au peu de jeunes que la réquisition a laissé dans la ville, la société a invité les commissaires à réduire à trois le nombre de bals. »76

  • 77 P. CARON, Rapports des agents du Ministre de l’Intérieur dans les départements (1793-an II), Paris (...)
  • 78 ADH, L 200. Séance du 7 mai 1793.

31Des arrivées augmentent cependant la population, telles celles des réfugiés toulonnais ou marseillais en 1793, sans oublier une poignée de citoyens revenant d’Espagne ou des « isles ». La présence de ces « étrangers » inquiète, surtout à l’été 1793, lorsque la France est plongée dans la crise fédéraliste77. Les « étrangers » sont alors soupçonnés des plus noirs desseins. Mais cet afflux, militaire ou civil, représente une aubaine pour les commerçants. Il est difficile d’en voir la portée, car nos sources, les textes laissés par les administrations, insistent sur les côtés négatifs, en étant attentifs à un seul commerce, les débits de boisson… La présence militaire se marque par des allées et venues de soldats qui prennent part à la vie quotidienne et politique de la cité, dans la société populaire, au théâtre. La part des soldats malades pourrait apparaître négligeable dans cette présence de l’uniforme, mais ce n’est pas le cas. Les vénériens ou galeux n’entendent par rester confinés dans leur hôpital. Ils « font le mur », à l’indignation de la municipalité78. La présence militaire génère des occupations que les autorités ne parviennent pas à endiguer. Les demandes indignées des sociétés populaires pour enfermer les « femmes de mauvaise vie » se situent dans un contexte où se développent des activités qui témoignent de l’impact de la guerre dans un climat de crise économique.

  • 79 Ibid., L 208. Séance du 27 frimaire an IV.
  • 80 Ibid., L 201. Séance du 16 pluviôse an II.
  • 81 Procès-verbaux…, op. cit., t. 4, séances de septembre 1793.
  • 82 ADH, L 3743. Lettre du 11 fructidor an II du directeur de l’artillerie.
  • 83 Ibid., L 2006.

32Mais la marque du conflit sur la cité ne se borne pas aux lieux de séjour des soldats. Plus nombreux sont les entrepôts, magasins, remplis d’effets pour l’approvisionnement de l’armée des Pyrénées-Orientales. Très vite, les locaux traditionnels sont saturés. Des magasins sont établis dans les casernes montpelliéraines pour recevoir les objets de sellerie, de harnachement, voire de fourrages79 aux côtés des 300 chevaux et 300 hommes qu’elles reçoivent habituellement80. En septembre 1793, la citadelle accueille, outre les écuries, les troupes de passage ou en garnison, les prisonniers de guerre, divers magasins, une fabrication de cartouches81, un atelier de piques, de caissons pour transporter des canons82. La saturation des locaux oblige les autorités à trouver de nouveaux lieux de stockage. Un des deux jeux de paume de la ville loue sa « salle du Manège » à l’armée pour qu’elle y engrange des fourrages et de l’avoine83. Mais l’essentiel est assuré par les biens nationaux.

  • 84 ADH, L 201. Séances des 15 et 23 nivôse an II.
  • 85 Ibid., L 8808. Séance du 12 prairial an II de la société populaire de Lodève.
  • 86 Ibid., 21 EDT 2 D1. Séance du 10 floréal an II de la société populaire de Bessan : « la séance a é (...)
  • 87 M. AGULHON, Pénitents et Francs-Maçons de l’ancienne Provence, Paris, 1968, p. 138.
  • 88 B. PLONGERON, Conscience religieuse en Révolution. Regards sur l’historiographie religieuse de la (...)
  • 89 ADH, L 2457. États des monuments et établissements nationaux…, fructidor an II.

33En l’an II, les maisons religieuses qui ne sont pas encore vendues, mis à part la ci-devant cathédrale, trouvent une destination militaire, soit comme entrepôt, soit comme atelier de fabrication d’effets ou d’armements pour la guerre. En quelques mois, l’espace religieux se mue en espace militaire. Le choix d’églises ou de couvents se fait rapidement, devant l’urgence des besoins. Ces bâtiments possèdent deux qualités essentielles aux yeux des administrations. Ils sont vastes et en tant que biens nationaux, ils sont disponibles. Point n’est besoin de louer à des propriétaires privés, solution coûteuse. Au départ, il n’y a aucune volonté de « défanatisation » dans l’utilisation des ci-devant bâtiments religieux. Il s’agit d’églises de paroisses ou de couvents supprimés bien avant 1793 ou l’an II. Leur utilisation répond à des exigences de commodité et de coût pour des administrations soucieuses des deniers publics. Plus tard, les ci-devant bâtiments religieux qui échappent à une utilisation militaire sont ceux qui sont vendus à des particuliers. Cependant, les besoins sont si importants que les administrations considèrent avec convoitise les immeubles nationaux vendus. À Montpellier, un atelier de fabrication de tentes pour les armées est installé, à partir de l’automne 1792, dans « l’église des ci-devant pénitents bleus ». Mais un maçon l’achète, et désire, en l’an II, la détruire afin d’en récupérer les pierres. L’administration départementale s’y oppose car elle ne sait où transférer l’atelier84. Le propriétaire a besoin de ces pierres pour des travaux dans un hôpital militaire de la ville. Les différents besoins de l’effort de guerre entrent en conflit. Les autorités locales tentent de trouver un compromis, demandant au maçon de ne prendre que les pierres qui ne mettent pas en péril la construction de l’ensemble, de ne pas s’attaquer à la partie où est installé l’atelier… Cette mutation de l’espace religieux en espace militaire a des conséquences considérables sur les rapports qu’entretient la population avec sa ville. Des phénomènes de sécularisation nés sous l’Ancien Régime, au nom de l’utilité sociale, se poursuivent (la transformation de couvents en casernes commence sous la Monarchie Absolue). Mais leur ampleur modifie les choses en profondeur en l’an II. Les liens entre sacré et guerre atteignent un paroxysme, avec une disparition quasi complète des espaces religieux au profit de la défense du pays. Même les cultes révolutionnaires ne peuvent résister aux pressions de l’effort de guerre. À Lodève, le temple de la Raison, malgré les protestations des citoyens, doit accueillir un magasin de fourrage et devient inutilisable pour les fêtes et les réunions85. Cela renforce l’idée que la défense de la patrie est chose sacrée. L’utilisation d’un vocabulaire religieux pour sublimer les nouvelles valeurs l’indique86. À plus long terme, on peut se demander si cette période n’a pas eu pour effet d’accentuer une coupure entre l’espace religieux et le reste de l’espace urbain. Pendant plusieurs années, fourrages, habits, soldats, ateliers, parfois bestiaux, se sont entassés dans les bâtiments ecclésiastiques. Les catholiques n’ont pu récupérer les églises qu’après maintes péripéties. L’église, en tant qu’espace sacré, a subi de rudes atteintes. Les autels ont été déplacés, enlevés, parfois brisés. Les catholiques ont pu estimer, suivant leur religion, que leurs locaux ont été victimes de sacrilèges. Vu les aléas de la politique religieuse du Directoire, des églises ont pu accueillir à nouveau le culte catholique, mais dans bien des cas, la cérémonie de purification du local n’a pu avoir lieu, faute d’autorisations officielles et de la présence d’un clergé compétent. Le culte s’est donc déroulé après remises en état, mais sans purification véritable. Cela s’ajoute à d’autres traumatismes, car l’idée de profanation du lieu sacré est encore présente au XVIIIe siècle. L’interdiction d’exercer le culte si le lieu consacré n’est pas relevé de la dite profanation est toujours vivace87. La perte de « sacralité » de l’édifice est d’autant plus perturbante que s’y ajoute une confusion dans le culte, entre les différents prêtres plus ou moins en rupture de ban, ce qui introduit, « le poison du relativisme à l’intérieur de la vie sacramentelle »88. Ceci conduit les catholiques à une volonté de « resacraliser » leurs lieux de culte, en bannissant, au XIXe siècle, ce qui faisait des églises le centre de la vie de la ville. Le fait que beaucoup d’églises de villages aient servi de lieu de réunion aux sociétés populaires89 a renforcé le rejet d’une utilisation laïque. Le vœu d’ecclésiastiques du XVIIIe siècle aurait été ainsi exaucé, avec un usage simplement religieux. Mais les autorités ecclésiastiques rétablissent le caractère sacré de leurs bâtiments au prix d’une coupure irrémédiable entre espace laïc et espace religieux. Progressivement, ces derniers ne se sont plus mêlés.

  • 90 Compte rendu de lecture de M. DOMMANGET, AHRF, 1950, p. 282.
  • 91 ADH, L 5586. Lettre de la municipalité d’Aigouse (13 ventôse an II).
  • 92 R. BERTRAND, « Tombeaux, sépultures et ‘vandalisme révolutionnaire’ : l’exemple du Sud-Est françai (...)
  • 93 ADH, L 3747. Circulaire de Bouchotte, 12 frimaire an II.

34Quoi qu’il en soit des évolutions futures, en l’an II, le souffle de la guerre se fait sentir dans chaque quartier. Aucun citoyen ne peut l’ignorer. Les activités des artisans sont en majorité tournées vers l’armée. Les conversations évoquent journellement la guerre, au moins indirectement, à propos des produits à fabriquer, des biens requis pour les soldats, pour les hôpitaux militaires. Presque chaque famille a un soldat au front. La multiplicité des lieux mis au service de l’armée révèle le poids considérable de la guerre, à tous les niveaux. L’utilisation des bâtiments religieux pour les besoins du conflit, pour des raisons pratiques au départ, est justifiée ensuite selon des critères idéologiques. M. Dommanget s’interrogeait naguère sur les liens entre la fabrication du « salpêtre républicain » et l’apparition d’emblèmes révolutionnaires, la déchristianisation, notamment par l’utilisation d’édifices religieux90. Pendant une bonne partie de l’an II, l’essentiel des actes pour la défense de la Patrie sont mis intimement en parallèle avec des actions de « défanatisation », comme s’ils étaient liés91. La défense de la patrie s’affirme en transgressant les valeurs anciennes qu’elle entend remplacer. Tout ce qui peut être utile doit être utilisé, y compris des espaces et des objets considérés comme sacrés jusqu’alors. La récupération des cercueils de plomb est symptomatique de cet état d’esprit. La conception utilitaire, au nom de l’effort de guerre92, triomphe. Le ministre Bouchotte demande aux sans-culottes de prendre seulement des précautions d’ordre prophylactique. Ses instructions ne portent nullement sur le respect à accorder aux sépultures93. Les vivants importent plus que les morts. La conception du souvenir des défunts change radicalement. Les monuments funéraires regardent la communauté dans son ensemble, à partir d’un principe nouveau, l’égalité. La « récolte de plomb » se place d’emblée dans la lutte contre « les aristocrates ». Des municipalités, des sociétés populaires, devancent les circulaires des autorités supérieures tant cet acte s’inscrit dans la philosophie générale des hommes de l’an II. Ce n’est pas la sépulture des pauvres qui est concernée. Une revanche sociale est à l’œuvre. Le souci utilitaire rencontre le désir de l’égalité, même au-delà de la mort :

  • 94 Ibid., L 3747. Circulaire imprimée du procureur syndic du district de Montpellier aux procureurs d (...)

« L’orgueil accompagnoit jadis au tombeau les castes privilégiées (…) Des inscriptions fastueuses & mensongères sembloient insulter aux mânes du pauvre ; des cercueils de plomb s’opposoient au mélange de la vile poussière des ennemis de l’égalité, avec les cendres de celui qui n’eut d’autres titres que ses vertus. Que tout rentre dans l’ordre de la nature. »94

35La simplicité des sépultures devient une valeur proclamée. Elle reflète la pureté des communautés villageoises, opposée à la morgue aristocratique. Ces idées sont diffusées parmi les patriotes les plus radicaux, qui rejettent violemment l’ordre nobiliaire, mais aussi les hiérarchies sociales :

  • 95 Ibid. Lettre du procureur de Sète à celui du district de Montpellier, 1er nivôse an II.

« Notre commune est toute récente, je veux dire qu’elle n’est pas dans le cas des anciennes & grandes communes existantes depuis plusieurs siècles et habitées par des cydevants ou des riches et orgueilleux capitalistes qui croyoient en mettant leurs cadavres infectes dans des cercueils de plomb priver de leur pâture les vers qui l’attendoient dans les cavots ou dans la fosse, comme ils privaient l’indigent de sa subsistance en enfouissant dans des coffres-forts des trésors dont ils auroient pu faire une distribution que la nature et l’humanité réclamoient sans cesse à leurs sourdes oreilles. »95

36Une conception particulière de la mort (et des rites qui l’accompagnent) s’exprime, fondée sur une idée d’austérité, qui n’est pas sans rappeler les préceptes d’humilité de courants chrétiens, affirmant la volonté d’anéantissement de la chair pour ne laisser subsister que l’esprit. Elle rejoint ainsi les idées propagées par le culte du héros révolutionnaire.

37Le rejet des riches sépultures, le traitement du corps du héros par la crémation, l’exaltation du sacrifice du citoyen-soldat, prônent de nouveaux principes. Les discours sur le héros s’insèrent dans les luttes politiques et sociales qui traversent la Révolution, au niveau national comme au niveau local. Le don de soi fait de l’action quotidienne du citoyen-soldat un acte sacré, hors-norme, parallèle aux discours qui affirment que le combat de la Révolution contre les « tyrans » et « aristocrates » nécessite des moyens « extraordinaires ».

Notes

1 F.-A. AULARD, « Le recueil des Actions héroïques « Études et leçons sur la Révolution française, 8e série, Paris, 1921, chapitre VI, p. 159-182. A. dE BAECQUE, Le corps de l’histoire. Métaphore et politique (1770-1800), Paris, 1993.

2 ADH, L 4653. Séance du 1er germinal an II du conseil de district de Lodève.

3 Recueil des actions héroïques et civiques des Républicains français, Paris, an II, n° 4, XXIV.

4 A. dE BAECQUE, Le corps de l’histoire…, op. cit.

5 ADH, L 5504. Séances des 11 et 14 prairial an II.

6 Ibid., L 5504. Séance de la société populaire du 13 fructidor an II.

7 ADH, L 5532. « Discours sur les récompenses », 5e jour complémentaire de l’an II.

8 Ibid., L 5505. Séance de la société populaire de Montpellier du 18 nivôse an III.

9 Recueil des actes …, op. cit., n° V.

10 Recueil des actes …, op. cit., n° VI.

11 Recueil des actes …, op. cit., n° VI, 2.

12 ADH, L 5566. « Impressions faites pour et de l’ordre de la société populaire de Montpellier… »

13 Archives Parlementaires (AP) t. 88, 23 nivôse an II.

14 ADH, L 5504. Registre des séances de la société populaire de Montpellier.

15 Ibid., L 5523. Éloge funèbre de Fabre, représentant du peuple, prononcé dans le Temple de l’Être Suprême…, le décadi 30 floréal an II, Montpellier, an II, 26 p.

16 Ibid., L 5503-5504. Séances de la société populaire de Montpellier de brumaire an II.

17 Ibid., L 5523. Éloge funèbre de Fabre…

18 AP, op. cit. 23 nivôse an II.

19 MAUZI, R., L’idée de bonheur au XVIIIe siècle, Paris, 1960, p. 485.

20 J.-P. CAPELLE, La fête révolutionnaire à Béziers, 1789-1799. Mémoire de maîtrise sous la direction de M. PERONNET, Université Paul Valéry, Montpellier, 1990, p. 135.

21 A. KUSCINSKI, Dictionnaire des conventionnels, Paris, 1973, reprints.

22 ADH, L 5523. « Procès-verbal de la pompe funèbre de Beauvais à Montpellier, le octidi germinal… l’an second de la République… », Montpellier, an II.

23 Le 2 septembre 1793. A. KUSCINSKI, Dictionnaire…, op. cit.

24 AMM, D1 8. Séance du 1er germinal an II.

25 ADH, L 202. Séance de l’administration départementale du 8 germinal an II.

26 Ibid., L 202. Séance de l’administration départementale du 9 germinal an II.

27 Ibid., L 202. Séance de l’administration départementale du 8 germinal an II.

28 Archives Départementales de l’Hérault, L’œuvre intellectuelle et artistique de la Révolution française dans l’Hérault, Montpellier, 1990.

29 ADH, L 5523. « Procès-verbal de la pompe funèbre de Beauvais… »

30 ADH, L 5523. Rapport de la cérémonie funèbre en l’honneur de Fabre, représentant du peuple, fait à la société populaire au nom de son comité de correspondance, le 6 prairial an II de la République par J. -M. Guillaume, 4 p., Montpellier.

31 R.-E. GIESEY, Le roi ne meurt jamais, Paris, 1987, pour la traduction française, p. 138.

32 ADH, C 7584. Procès-verbaux des séances et délibérations des États du Languedoc.

33 BMM, 11378. Procès-verbal de la fête funèbre consacrée à la mémoire de Marat…

34 C. MAZAURIC, « Bordier et Jourdain : la fête jacobine et le discours politique à Rouen en l’an II », in Jacobinisme et Révolution, Paris, 1984, p. 155-194.

35 ADH, L 5523. Procès-verbal de la pompe funèbre de Beauvais…

36 Ibid., L 5525. « Dépenses faites… pour apporter les cendres de Bauvais,… à la Convention Nationale », 19 prairial an II.

37 AMM, D1 8. Séance du 23 floréal an II de la municipalité de Montpellier.

38 AP, Tome 88. Séances des dits jours.

39 ADH, L 5504. Séances des 19 prairial, 17 fructidor an II de la société de Montpellier.

40 ADH, L 5503. Séance du 10 germinal an II.

41 À Rouen, lors de la reprise de Toulon, on joue une pièce intitulée « le cachot de Beauvais ». A.-J. PAGES, « la reprise de Toulon (1793) et l’opinion publique ». Extrait des Bulletins de l’Académie du Var, 1929-1935, Toulon, 1936.

42 Bibliothèque Nationale. Cabinet des Estampes. Collection De Vinck, n° 5426.

43 Comme dans les dessins de David sur « Le triomphe du peuple français » où sont réunis Cornélie, Brutus l’Ancien, Guillaume Tell, Marat, Le Pelletier, Bayle, Beauvais, Châlier, Gaspari, Fabre de l’Hérault. (A. SCHNAPPER, « À propos de David et des martyrs de la Révolution », p. 109-117, Les images de la Révolution Française, Paris, 1988.)

44 « Aux mânes des grands hommes », Paris ? sn [ca 1794]. Une estampe eau-forte ; 9 x 6 cm. Bibliothèque Nationale, Cabinet des estampes, De Vinck, n° 5414.

45 Beauvais : député de Paris à la Convention nationale, mort victime de la trahison qui a livré la ville de Toulon aux Anglais » F. Bonneville del. sculp A Paris, estampe pointillée 18,5 x 12 cm. Bibliothèque Nationale, Cabinet des estampes.

46 AP tome 88, 18 germinal an II.

47 ADH, L 5503. Séance du 18 germinal an II.

48 ADH, L 5504. 17 Fructidor an II.

49 ADH, L 5523. Stances sur le représentant Beauvais, floréal an II.

50 Ibid., L 5523. « Discours prononcé… à la cérémonie funèbre… [du] représentant du peuple Beauvais ».

51 Ibid., L 5501. Séance de la société politique de Montpellier du 7 juin 1793.

52 Ibid., L 8812. Séance de la société populaire de Lodève, du 3 messidor an II.

53 Recueil des Actions héroïques et civiques des républicains français, n° 6.

54 ADH, L 5584. Lettre du 17 nivôse an II au président de la société de Montpellier.

55 Ibid., L 5523. Discours sur la vertu, prononcé dans la salle de la société populaire de Montpellier, le 1er sans-culotide de la 2e année républicaine, par Avellan, membre de la même société. 8 p., Montpellier, an III.

56 B. Didier, Écrire la Révolution. 1789-1799, Paris, 1989.

57 BMM, Adresse de la société populaire de Montpellier à l’armée des Pyrénées-Orientales, (Montpellier, an II).

58 ADH, L 575. Lettre du procureur syndic suppléant de Lodève, 16 frimaire an II.

59 Ibid., L 5502 Séance du 25 nivôse an II de la société populaire de Montpellier.

60 F. BRUNOT, Histoire de la langue française des origines à nos jours, t. 9, la Révolution et l’Empire, Paris, 1937. 2e volume, p. 671 : « les récompenses ».

61 R. CAILLOIS, L’homme et le sacré, Paris, 1950, 2e édition, p. 228-229.

62 E. KANTOROWICZ, Mourir pour la patrie, Paris, 1984 pour la trad. française, p. 105-141.

63 E. Guibert-Sledziewski, « Pour la Patrie : mort héroïque et Rédemption » p. 199-208, La bataille, l’armée, la gloire, 1745-1871, t. I, Actes du Colloque International de Clermont-Ferrand recueillis par P. VIALLANEIX et J. EHRARD, Clermont-Ferrand, 1985, 2 volumes.

64 DUVAL-JOUVE, Montpellier pendant la Révolution, Montpellier, 1879-1881. Réimpression, 1974, t. 1, p. 114-116, 118.

65 ADH, 2 R 328. Bâtiments militaires.

66 Ibid., L 1999. État des troupes. 12 floréal an II.

67 C. ALBERGE, « Vie et mort des soldats de l’an II à l’hôpital de l’Égalité de Pézenas. », p. 9-27, Études sur Pézenas et sa région. Vol. II, n° 2, 1971, p. 20.

68 ADH, L 1999. État des troupes, 12 floréal an II.

69 Ibid., 2 R 343. Travaux aux fortifications et bâtiments militaires. An II-anVIII.

70 Procès-verbaux …, op. cit., t. 4, séance du 11 septembre 1793.

71 ADH, 3V23. Lettre du ministère de la guerre, 9 nivôse an V.

72 Le nombre de vénériens soignés à Montpellier atteint les 200 hommes en ventôse an II (ADH, L 201. État de situation des hôpitaux militaires du département au 1 ventôse an II) et il compte de 25 à 30 personnes pour les soigner (ADH, L 2101). Si on suit ces proportions, Montpellier ayant environ 1 300 lits en l’an II dans ses hôpitaux militaires, on peut penser que 150 personnes au moins se consacraient au soin des malades dans la ville.

73 Procès-verbaux …, op. cit., t. 3, séance du 3 août 1793.

74 ADH, L 5602. Séance de la société populaire de Sète du 6 pluviôse an II.

75 Ibid., L 5439. Procès-verbaux de la municipalité, 29 frimaire an IV.

76 Ibid., L 8812. Société populaire de Lodève, séance du 18 nivôse an II.

77 P. CARON, Rapports des agents du Ministre de l’Intérieur dans les départements (1793-an II), Paris, 1913-1951 t. 2, p. 248. Lettre au ministre de Massabiau, 21 août 1793.

78 ADH, L 200. Séance du 7 mai 1793.

79 Ibid., L 208. Séance du 27 frimaire an IV.

80 Ibid., L 201. Séance du 16 pluviôse an II.

81 Procès-verbaux…, op. cit., t. 4, séances de septembre 1793.

82 ADH, L 3743. Lettre du 11 fructidor an II du directeur de l’artillerie.

83 Ibid., L 2006.

84 ADH, L 201. Séances des 15 et 23 nivôse an II.

85 Ibid., L 8808. Séance du 12 prairial an II de la société populaire de Lodève.

86 Ibid., 21 EDT 2 D1. Séance du 10 floréal an II de la société populaire de Bessan : « la séance a été emploié en des cantiques chantées à l’honneur de la Liberté ».

87 M. AGULHON, Pénitents et Francs-Maçons de l’ancienne Provence, Paris, 1968, p. 138.

88 B. PLONGERON, Conscience religieuse en Révolution. Regards sur l’historiographie religieuse de la Révolution française, Paris, 1969, p. 163.

89 ADH, L 2457. États des monuments et établissements nationaux…, fructidor an II.

90 Compte rendu de lecture de M. DOMMANGET, AHRF, 1950, p. 282.

91 ADH, L 5586. Lettre de la municipalité d’Aigouse (13 ventôse an II).

92 R. BERTRAND, « Tombeaux, sépultures et ‘vandalisme révolutionnaire’ : l’exemple du Sud-Est français », Révolution française et « vandalisme révolutionnaire ». Actes du colloque international de Clermont-Ferrand, 15-17 décembre 1988, (recueillis par M. -C. CHEMIN, et J. EHRARD), p. 243-250, Paris, 1992.

93 ADH, L 3747. Circulaire de Bouchotte, 12 frimaire an II.

94 Ibid., L 3747. Circulaire imprimée du procureur syndic du district de Montpellier aux procureurs des communes, 17 frimaire an II.

95 Ibid. Lettre du procureur de Sète à celui du district de Montpellier, 1er nivôse an II.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540