Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Chapitre VI. Patriotisme et conceptions démocratiques : le don en l’an II

Texte intégral

1Le rôle social des sociétés populaires s’affirme en même temps que leurs capacités financières. Les dons, qu’ils soient individuels ou fassent l’objet de souscriptions, fournissent des ressources essentielles. Les besoins de la guerre, les difficultés économiques, expliquent-ils à eux seuls l’intensité du phénomène ?

Les sociétés politiques, inspiratrices du don ?

  • 1 C. DUPRAT, « Don et citoyenneté en l’an II. Les vertus du peuple français », Révolution et Républi (...)

2De prime abord, le don patriotique paraît anecdotique. Les listes d’offrandes des petites sociétés politiques semblent dérisoires lorsqu’elles énumèrent, dans des communiqués triomphaux, l’apport de quelques effets pour les combattants. Mais l’ensemble de ces gestes, si répétitifs à l’échelle nationale, aboutit à des chiffres impressionnants. Divers travaux1, appuyés sur les Archives Parlementaires, esquissent une géographie des dons, leur nature, leur ampleur. Tous s’accordent sur les obstacles à une telle entreprise, car aucune source ne comptabilise la totalité des dons. La seule certitude est la profusion des offrandes qui se répartissent irrégulièrement sur le territoire, en fonction de la densité des sociétés populaires.

  • 2 ADH, L 4653. Conseil de district de Lodève, séance du 15 ventôse an II.
  • 3 Ibid. 29 floréal et 29 germinal an II.
  • 4 Ibid. L 8812. Séance de la société populaire de Lodève du 3 pluviôse an II.

3Mais les offrandes patriotiques ne sont pas l’apanage des seules sociétés politiques. Les administrations locales incitent les citoyens à se montrer généreux à l’égard des soldats. Leurs membres accomplissent des dons coûteux, tel cet agent national de Pouzols qui offre un cheval, l’équipement d’un cavalier…2 Ces actes font l’objet d’une publicité. Les administrateurs se donnent en exemple, comme l’un d’eux qui utilise ses « moments de loisir » pour récolter du salpêtre3. Les dons des particuliers sont variés. Une part est faite en nature : couvertures pour les hôpitaux militaires, souliers, vêtements, armes… Des artistes, tel le sculpteur Pajou, remettent des œuvres à visée pédagogique et révolutionnaire. Une ouvrière d’un atelier d’habillement des troupes sacrifie « la sixième partie de son travail » à la Patrie4.

  • 5 Ibid., L 5500. Séance du 29 septembre de la société populaire de Montpellier.
  • 6 Ibid., L 8812. Société populaire de Lodève, 9 nivôse an II.
  • 7 Ibid., L 5502. Société populaire de Montpellier, 26 brumaire an II.

4Deux types d’offrandes sont discernables dans les séances des sociétés populaires : des démarches individuelles et des vastes campagnes de souscription. De nombreux dons répondent à la détresse particulière de citoyens-soldats. Une collecte a lieu après l’exposé du cas. Les sociétaires interviennent en fonction des besoins. Pour vêtir un volontaire, il n’est pas rare de voir un chapelier offrit un chapeau, un fabricant de draps quelques pièces de tissu, un tailleur son travail. Les sociétés populaires font preuve de tact pour ménager l’amour-propre des individus aidés. Elles profitent parfois de leur absence pour organiser l’offrande afin qu’ils ne se sentent pas humiliés5. Leurs procès-verbaux insistent sur le rôle des familles. Des récits s’attardent sur le désarroi de mères indigentes qui ne savent comment équiper leur fils. Ils présentent des sociétaires étreints par l’émotion. Les cœurs, « attendris », s’empressent de donner le nécessaire6. Défense de la Patrie, fraternité et valeurs familiales sont ainsi proclamées. Donateurs et bénéficiaires de l’offrande se valorisent mutuellement. La notion de réciprocité est affirmée. Des échanges portent sur des objets à forte signification politique. Des volontaires demandent à leur société politique, comme seule aide, l’offrande d’un sabre, tandis que d’autres, de retour du front, lui donnent une arme similaire, prise aux « satellites castillans », après un combat victorieux. Le don de l’arme, dans les deux sens, met en exergue les liens sans cesse rénovés entre civils et militaires, sous l’égide des sociétés patriotiques, à partir d’un objet symbolique de la souveraineté du citoyen. De véritables échanges croisés existent. Des soldats viennent en aide à des civils, tels ces militaires qui collectent des fonds pour aider les habitants de Saint-Guilhem le Désert, en difficulté suite à de mauvaises récoltes7.

  • 8 Ibid., L 5528. Lettre de février 1792 de la présidente la commission des dames patriotes au présid (...)
  • 9 « Discours patriotique » du curé de Villeneuve les Avignon, Leydier, dans Le courrier de Villeneuv (...)
  • 10 C. BÉRAUD. ; J. -F. HELM ; P. HELM, Les salons de peinture de la Révolution française (1789-1799),(...)

5Les sociétés politiques sont pratiquement les seules organisations qui, en l’an II, peuvent susciter des souscriptions patriotiques. Les confréries et associations charitables ont disparu. L’Église, qui tenait une place fondamentale dans la collecte et dans la redistribution des dons, est marginalisée, avant de voir ses capacités d’action annihilées. Elle ne peut plus recueillir des fonds à visée charitable. Des initiatives clandestines existent, certes, de dévots, qui font des collectes pour célébrer une messe ou faire parvenir de l’argent aux réfractaires. Mais ce phénomène est résiduel. La part charitable disparaît pour laisser place à une destination contre-révolutionnaire. L’Église perd complètement sa fonction redistributrice. Le don quitte la sphère religieuse pour devenir un acte pleinement laïque avec l’effacement des clercs et des confréries, passages obligés jusqu’alors de la majorité des dons. Les sociétés politiques, lancent, dès leurs premiers mois d’existence, de vastes souscriptions. Les premiers dons ont des visées politiques et culturelles : à nouveau régime, nouvelles fêtes, nouveaux monuments, telle la colonne de la Liberté sur l’esplanade de Montpellier. Au début de la Révolution, l’offrande reste l’exclusivité des groupes sociaux les plus riches, les seuls capables de payer une cotisation élevée pour entrer dans les sociétés politiques. Les hiérarchies sociales sont confortées plutôt qu’ébranlées par la pratique du don dans les années 1789-1791. Les souscripteurs des premières offrandes, gens aisés, s’assurent presque un monopole du patriotisme aussi bien dans les symboles (fêtes, monuments) que dans les faits (garde nationale, première levée de volontaires). Certes, on pourrait dire que le don inclut une population marginale politiquement, les femmes. À Montpellier, une association, « les dames Patriotes », existe en 1791-1792. Mais son action reflète les hiérarchies existantes. Elle est composée des épouses, filles ou mères des membres de la société des Amis de la Constitution. Les femmes des métiers manuels n’ont pas leur place dans ces premières cérémonies de la Révolution, pas plus que leurs maris ou leurs frères dans la conduite des affaires publiques. Les dons des « dames Patriotes », telle la fabrication des drapeaux des volontaires nationaux, mettent en évidence le rôle traditionnel de la femme dans la sphère domestique8. Les talents employés pour l’offrande sont les activités classiques de la mère de famille, telle la couture. Dans ces premiers temps, l’argumentation justifiant le don mêle idéologie patriotique et conceptions chrétiennes. L’appel à une nécessaire abnégation pour soutenir l’État, incarnation de la Patrie, est lié aux exhortations de charité, de souci du prochain, par des gestes qui assurent le Salut9. Le don est un thème à la mode, avant même la Révolution. Les artistes des salons et des académies, tel Brenet, exposent des tableaux qui exaltent l’offrande patriotique10. L’archétype est la générosité des femmes romaines, déposant au Sénat leurs bijoux pour sauver la République. Le parallèle entre la France régénérée et les vertus antiques est omniprésent dès les débuts de la Révolution.

  • 11 ADH, L 5518. Registre des dépenses et recettes de la société populaire de Montpellier.

6Avec l’extension des besoins, la pratique du don évolue. Les sacrifices pour la guerre sont l’affaire de tous. Aucune force, aussi minime soit-elle, ne saurait être négligée. Cette idée est sublimée par le décret si emblématique du 23 août 1793. Elle est martelée dans tous les discours de l’époque. Les sociétés populaires précèdent le mouvement. Leurs souscriptions les plus importantes sont motivées par l’effort de guerre : levée de cavaliers jacobins, aides pour les familles des volontaires… La mobilisation idéologique suscite des collectes : fête des Victoires, réjouissances pour la reprise de Toulon, célébration des héros de la Révolution… Les sociétés politiques redistribuent des sommes importantes, bien au delà de leur budget de fonctionnement. En l’an II, les dépenses de la société populaire de Montpellier (loyer, frais d’impression, de chauffage, d’éclairage, envoi de commissaires à l’extérieur…), se portent à 30 000 livres environ11. Ses souscriptions, majoritairement pour l’effort de guerre, dépassent les 200 000 livres. Dans ce chiffre, ne sont pas comptés les innombrables dons en nature qu’elle a collectés.

  • 12 Ibid., L 5493. Séance du 3 mars 1793.

7Connaître les initiateurs d’une souscription patriotique est chose ardue. Les procès-verbaux de délibération des sociétés populaires indiquent rarement le nom des intervenants. Les registres résument de façon concise les séances : « il a été délibéré que », la souscription est faite « sur la motion d’un membre ». Il arrive que les sociétés politiques n’aient pas l’initiative des souscriptions, car l’idée leur a été vivement recommandée par des officiels. Début 1793, le ministre de l’Intérieur, Roland, invite toutes les sociétés populaires, les corps administratifs et judiciaires, à offrir au moins une paire de souliers et un manteau aux défenseurs de la Patrie. Sa décision est habile. Elle procure, à moindre coût, des effets qui manquent. Roland sent les oppositions se durcir contre son gouvernement à qui on reproche une mauvaise conduite de la guerre. Il veut apparaître comme le rassembleur des forces vives du pays contre l’ennemi. Mais sa stratégie a des limites car ce sont les sociétés populaires, qui, dans l’affaire, renforcent leur image patriote. Elles gardent une capacité d’initiative. Celle de Marsillargues décide que le don serait fait uniquement en souliers, étant donné que l’hiver se termine12. Enfin ces chaussures ne sont pas destinées à n’importe qui. Les Marsillargais disent « nos volontaires » pour désigner les bénéficiaires de leur offrande. Ce don qui, au départ, semble très impersonnel, prend un aspect différent lorsqu’il est exécuté. Les sociétaires se l’approprient. Ils en font un symbole de la solidarité entre eux et les citoyens-soldats de leur localité. On donne pour « les siens », ce qui permet une implication plus facile dans l’effort de guerre. Les dons connaissent un suivi particulier. Dans leurs lettres, les sociétés et les municipalités avertissent « leurs » soldats. Elles envoient des commissaires pour opérer la distribution. Cela évite les gaspillages fréquemment dénoncés. Ces dons sont avantageux pour les petits artisans locaux qui n’ont pas la possibilité, faute de moyens, d’obtenir des commandes militaires, réquisitions mises à part. Les demandes ponctuelles des sociétés populaires apportent du travail, et, chose inestimable, le paiement rapide, dès la livraison, des marchandises.

  • 13 Ibid., L 5602. Séance du 7 ventôse an II de la société populaire de Montpellier.
  • 14 AMB, II J. Séance du 23 brumaire et du 3 ventôse an II.
  • 15 ADH, L 5566. Compte rendu des travaux, 27 messidor an II.
  • 16 Ibid., L 5604. Société populaire de Sète, 26 brumaire an III.

8Les représentants en mission sont des acteurs importants du don patriotique. En ventôse an II, ceux de l’armée des Pyrénées-Orientales incitent les sociétés populaires importantes – Montpellier, Béziers, Sète – de fabriquer chacune un « chariot suspendu » pour le transport des militaires blessés, à l’imitation de la société de Narbonne13. Les patriotes héraultais accueillent avec empressement la proposition. La demande des représentants du peuple légitime leurs plaintes. Depuis des mois, les sociétés populaires dénoncent les déplorables conditions d’évacuation des soldats. Elles s’insurgent de l’entassement pêle-mêle des blessés dans des charrettes transportant les effets les plus divers. La lenteur des transports, conjuguée aux chaleurs de l’été, rend aléatoires les chances de survie. La société de Béziers s’émeut de la négligence, de la cupidité, des conducteurs de charrois qui abandonnent, sur les chemins, les malades, « morts ou vivants »14. La construction de voitures adaptées répond à une sollicitude nouvelle à l’égard du soldat. Elle permet aussi de retenir les ouvriers spécialisés de la ville, au lieu de les voir partir pour des ateliers militaires. Le confort intérieur, et les suspensions de ces ancêtres des ambulances sont soigneusement contrôlés par la société populaire. La décoration répond à des exigences précises. La voiture fournie par la société populaire de Montpellier est peinte en bleu et en rouge, avec des « emblèmes et inscriptions relatives à notre révolution ». Sur les portières, « une branche de laurier et une de chêne forment une ovale soutenu par un ruban aux 3 couleurs », avec comme devise « les Républicains pour les défenseurs de la patrie ». Les panneaux des côtés reçoivent comme décoration « deux bayonnettes en sautoir entrelacées d’une couronne civique soutenue par plusieurs rubans aux 3 couleurs », avec l’inscription « valeur républicaine ». Sur le derrière enfin, figure « un drapeau en sautoir avec un faisceau d’armes entrelacés d’une couronne civique soutenue par plusieurs rubans » et la devise « vivre libre »15. La décoration affiche à la fois la destination du véhicule, sa valeur d’exemple et la fierté de la société populaire. On peut penser que le nom de la donatrice est inscrit fièrement sur la voiture. Mais ce don a un caractère exceptionnel, car son coût est directement intégré au budget de la société, au contraire des autres offrandes. Le fait qu’il s’agisse pratiquement d’une commande des représentants en mission l’explique. Les autres dons d’envergure sont comptés à part. Ils soulignent a contrario l’autonomie des sociétés politiques. Il est à noter que les immixtions les moins discrètes des représentants du peuple ne concernent pas l’an II, mais l’an III, moment où les sociétés politiques s’affaiblissent. Témoin les interventions répétées du représentant du peuple Vidal, en brumaire an III, pour inciter les membres des sociétés populaires à fournir des souliers16. Les rapports entre sociétés populaires et représentants en mission sont sujets à variation suivant les époques, les lieux et les individus. En l’an II, les relations n’indiquent pas une subordination. Les rapports tumultueux entre les sociétés et certains représentants du peuple indiquent combien les patriotes locaux ne suivent ces derniers que lorsqu’il existe une convergence d’intérêts entre eux.

9À lire les multiples dons qui se retrouvent, identiques, d’une société à l’autre – cavalier jacobin, effets pour soldats, dons de bijoux, etc. – un mélange assez inextricable d’incitations, d’émulations, de patriotisme, semble les alimenter. Comparaison n’est pas raison, mais ne pourrait-on pas penser que la propagation des dons se fait par les mêmes cheminements complexes qui engendrent la diffusion de la « défanatisation » ? Pas d’ordre venu d’en haut pour faire tel ou tel don, des initiatives des représentants du peuple et des sociétés populaires, voire des municipalités, qui invitent les voisins, les collègues, les affiliés, à faire les mêmes gestes. On pourrait y voir une des constantes de la Révolution Française : une foule d’actions venues d’impulsions, de peurs, d’enthousiasmes, de volontés multiples, officielles ou non, qui s’imitent, se chevauchent, s’encouragent, par contagion, s’accroissent d’eux-mêmes de leurs accords ou désaccords, et finissent par renverser l’ordre des choses.

  • 17 E.-G. LÉONARD, L’armée et ses problèmes au XVIIIesiècle, Paris, 1958, p. 157.

10L’appel à l’offrande permet de limiter les réquisitions les plus difficiles, celles qui touchent le domaine de l’intime. Si les charges de la guerre sont lourdes, quand il s’agit des outils de travail (bestiaux, charrettes…) ou d’argent, elles sont encore plus mal acceptées quand elles prélèvent des effets personnels, vêtements ou literie. Sous l’Ancien Régime, le phénomène est net17. Le recours au don permet d’éviter l’émergence de tensions.

  • 18 ADH, L 5501. Séance de la société populaire de Montpellier du 10 octobre 1793.

11Les sociétés populaires sont le centre d’impulsion de la pratique du don, les plus importantes entraînant les autres, notamment les affiliées. Des intervenants divers relaient leur effort. À Montpellier, le directeur du théâtre donne des représentations dont la recette est adressée à la société pour compléter une souscription18. L’offrande est associée souvent à une fête, à un acte joyeux. Le don maintient la cohésion sociale d’une communauté, en évitant des crises, en aidant les démunis, en soudant les Français autour d’un idéal civique et patriotique. Il canalise les tensions sociales. Il est un titre de gloire pour les sociétés populaires qui lui donnent une large publicité à valeur d’exemple tout en proclamant leur républicanisme. L’offrande adressée à la Convention fait oublier des attitudes compromettantes pendant la période fédéraliste. Elle est utilisée comme une preuve de patriotisme par un parti en lutte contre un autre.

  • 19 Ibid., L 5502. Séance de la société populaire de Montpellier du 19 frimaire an II.
  • 20 Ibid., L 1510. Extrait du registre de délibération de la commune de Lunel.

12Connaître les motivations profondes des donateurs est cependant délicat. À l’heure où la défense du pays est la valeur suprême, l’offrande peut être un geste conformiste, d’allégeance aux autorités, afin de figurer parmi les patriotes et éviter d’apparaître parmi les suspects potentiels. Les offrandes faites par des étrangers seraient une façon d’assurer leur sécurité à l’heure où la France est de plus en plus méfiante à l’égard des ressortissants d’autres pays. Le don de 50 livres fait par « un suisse de nation », sans doute horloger, à la société populaire de Montpellier, par l’entremise d’un ami français peut être perçu ainsi, d’autant plus que l’intermédiaire insiste sur le nom du donateur19. Des dons de négociants français à l’étranger pour leurs affaires, peuvent être interprétés comme un moyen pour éviter d’être portés dans la liste des émigrés. Mais l’acharnement de certains, pour connaître le devenir de leur offrande, bien après l’an II, laisse supposer que la défense des intérêts particuliers peut cohabiter avec le sentiment patriotique20. Le don est une manière de se sentir membre à part entière de la nation.

  • 21 Ibid., L 5502. Séance de la société populaire de Montpellier du 19 frimaire an II.

13L’offrande serait-elle un moyen, pour obtenir, à peu de frais, un brevet de patriotisme ? Ce n’est pas sûr car les autorités ne sont pas dupes. Des citoyens emprisonnés s’empressent de faire des dons pour protester de leur civisme. Mais des offrandes aboutissent au contraire de l’effet escompté. Les sociétés populaires sont ulcérées de la flagornerie de certains donateurs suspects. Elles se penchent alors avec plus de sévérité sur leur cas. Tel commissaire déclare qu’il « n’a cru devoir accepter » l’offrande d’un citoyen21. Les patriotes refusent que des « aristocrates » s’achètent une virginité politique. Inversement, l’accueil d’un don est parfois l’occasion de soutenir un individu que les révolutionnaires estiment être accusé injustement. Le don se révèle une arme à double tranchant pour les stratégies individuelles.

  • 22 Ibid., L 5504.
  • 23 Ibid., L 5555. Adresse de « la société populaire de Montpellier à ses concitoyens exempts de la Lo (...)
  • 24 Ibid., L 5502. Séance de la société populaire de Montpellier du 19 frimaire an II.
  • 25 Ibid., L 5500. Séance de la société populaire de Montpellier du 17 octobre 1793.
  • 26 Ibid., L 5556. Demande d’une veuve à la société populaire de Montpellier.

14Dans de nombreux cas, l’offrande est un acte désintéressé. Des citoyens restent anonymes. Dans les listes des souscriptions organisées par les sociétés populaires, les termes « un citoyen inconnu », « un citoyen qui n’a pas tenu à se faire connaître », reviennent de façon suffisamment fréquente pour montrer que le patriotisme est une motivation essentielle du don22. L’anonymat signifie un effacement volontaire de l’individu, membre d’un corps de citoyens souverains. À une époque où « l’aristocratie de la richesse » est dénoncée, les aisés sont-ils fortement incité à faire des dons ? Le thème du riche oisif, sourd à la détresse de la patrie gagne en intensité. L’analyse, classique, qui fait de la richesse une des causes de la décadence des mœurs et des républiques, est largement diffusée. Mais ce discours, très présent depuis 1792, affirme aussi que la rédemption de certains riches est possible par le don et le sacrifice à la patrie23. Il interroge sur la position des donateurs au sein des sociétés populaires : qui donne et combien ? L’offrande unit-elle les citoyens ou y a-t-il exclusion de toute une partie de la population ? Le don et les gestes fraternels sont-ils réservés à une sanior pars de la population, où seraient exclus tous ceux qui ne seraient pas considérés comme bons citoyens ? Les choses ne sont pas aussi tranchées que certains discours militants le laisseraient supposer. Les actions des sociétés populaires s’adressent de la même façon aux citoyens patriotes et aux individus plongés dans l’opprobre. En frimaire an II, après une collecte de vêtements, pour les défenseurs de la Patrie, la société populaire de Montpellier décide de distribuer les chemises féminines données aux « femmes et filles qui ont leurs maris ou leurs pères à la défense de la patrie et s’il en reste quelques-uns unes seront distribués aux femmes et filles qui sont renfermées à la maison de force »24. Ce don s’adresse à la fois aux citoyennes patriotes, les plus méritantes, celles qui ont donné un soldat au pays, et à celles dont la conduite est réprouvée. Aucune différence n’est faite entre elles. Pourtant la société populaire de Montpellier à des propos très durs contre les « filles de joye » qui sont les principales occupantes de la « maison de force ». Elle a fait une pétition à la commune, quelques semaines auparavant, pour qu’elles y soient toutes « renfermées »25. La condamnation sévère n’exclut pas des gestes charitables, insérés dans des dons patriotiques, sans que nulle différence ne soit faite entre citoyennes patriotes et celles dont les mœurs sont dénoncées. Il n’y a guère plus d’exclusion du côté des donateurs. Les riches comme les pauvres participent. À une époque où les nobles sont dénoncés comme des éléments dangereux, l’homme fort de la société et du district de Montpellier est le ci-devant comte Louis Pavée de Ville-vieille, de noblesse ancienne, apparenté aux Condé et aux Montmorency. Le représentant du peuple en mission le plus énergique est le ci-devant comte de Châteauneuf-Randon, ci-devant page du comte d’Artois… Les ennuis pour eux ne commencent vraiment qu’avec la réaction thermidorienne, à cause de leurs activités « terroristes ». Dans le même temps, l’offrande fait accéder aux places d’honneurs les individus les plus humbles, rejetés de la vie politique. Les femmes et les enfants sont honorés au même titre que les hommes. Tous les procès-verbaux de délibération des sociétés populaires mentionnent leurs innombrables dons de charpie pour les hôpitaux. L’offrande donne un rôle à des êtres qui essayent aussi d’attirer l’attention sur eux, pour trouver une aide qu’ils n’oseraient, sans cela, réclamer26.

  • 27 Ibid., L 8812. Séance du « 7edu 2emois an II ».
  • 28 Ibid., L 8812. Séance du 9 brumaire an II.
  • 29 Ibid., L 8812. Séance du 29 ventôse an II.
  • 30 Ibid., L 8812. Séance de la société populaire de Lodève du 13 germinal an II. Bellegarde, dernière (...)

15Les principaux donateurs sont les membres des sociétés populaires. Le problème est de savoir si le poids financier retombe entièrement sur leurs épaules ou s’ils arrivent à impliquer les citoyens de leur cité. Pour être bien considéré au sein de la société, il faut être prompt à souscrire au nouveau don en cours. Ne pas le faire est se faire remarquer par un mauvais vouloir inconcevable pour un patriote. Le don civique est consubstantiel à la participation à une société populaire. Être membre implique nécessairement la pratique de l’offrande. Mais est-ce toujours évident ? La société populaire de Lodève décide, en l’an II, comme toutes les sociétés de quelque importance de fournir un « cavalier jacobin », en prenant à sa charge son armement, son équipement, ainsi qu’une somme d’argent pour lui et sa famille. Elle compte sur les dons de ses membres. Mais certains d’entre eux ne se montrent guère empressés à répondre à l’appel à la générosité qui leur est lancé. Le président doit exhorter, le 7 brumaire an II, « ceux qui n’ont pas fournit et qui n’ont pas payé de s’acquitter incessamment de ce devoir civique »27. Donner ici fait clairement partie d’un « devoir ». Devant la tiédeur de certains, les initiateurs du projet sont plus fermes. Une motion est faite deux jours plus tard pour accélérer la rentrée des dons. Si la souscription ne réussit pas, la confusion des dirigeants de la société populaire de Lodève serait importante, car ils seraient les seuls, parmi les sociétés héraultaises, à échouer dans la levée d’un cavalier. Un véritable chantage est exercé sur les membres désinvoltes. Si les retardataires ne se résolvent pas à payer, ils risquent d’être « rayés du tableau de la société »28. L’épisode montre les limites du volontariat au sein des sociétés. Mais, inversement, cette attitude indique que des membres de la société ne se sont pas sentis obligés de participer. Il n’est pas sûr que la menace en question a été effectivement mise à exécution. Les procès verbaux n’en reparlent pas. Il peut s’agir de « réveiller » certains citoyens, de manière à obtenir l’argent manquant, sans compter réellement sur la totalité des sociétaires. La liberté du don est pourtant indubitable. Des initiatives sont révélatrices. Des membres offrent de l’argent pour les soldats qui, les premiers, libéreront les places occupées par l’ennemi. Les lieux désignés sont hautement symboliques car ils sont tombés aux mains de l’adversaire aux heures difficiles de 1793, quand l’invasion espagnole semblait inexorable. Leur délivrance est la concrétisation des sacrifices faits depuis des mois. À Lodève, en ventôse et germinal an II, plusieurs dons sont faits pour « le brave frère d’armes de l’armée des Pyrénées-Orientales qui, le premier, entrera les armes à la main dans le fort de Bellegarde actuellement occupé par l’Espagnol »29. À cette époque, la société populaire de Lodève, à l’imitation de celle de Montpellier, a lancé une souscription pour la construction d’un vaisseau. Les séances sont ponctuées par le versement de dons pour cet objet. Des membres du comité de surveillance viennent présenter leur offrande. Mais l’un d’eux, au lieu d’offrir de l’argent pour le navire, déclare qu’il fait un don pour le premier soldat à pénétrer à Bellegarde30. Son initiative rejoint les préoccupations majeures de Héraultais face à la guerre. Ce qui les intéresse au premier chef est la situation dans les Pyrénées, d’où viennent des risques d’invasion. Le don renvoie aux peurs et aux espoirs des patriotes. Il entretient une émulation entre les donateurs. L’initiative du membre du comité de surveillance inspire d’autres citoyens qui se livrent à une véritable surenchère. Les marchands-fabricants de draps se font un point d’honneur à donner plus d’argent que leurs concurrents. Le don révèle et réveille les compétitions sociales. Les donateurs accompagnent l’action des soldats, la devancent, comme s’ils pouvaient, par le sacrifice que cela représente, hâter la victoire. Des dons se présentent sous une forme votive :

  • 31 ADH, L 5502. Société populaire de Montpellier, séance du 1 nivôse an II.

« Un citoyen de Perpignan (…) [présente] un don de 200 livres (…) Cette somme est destinée pour les femmes et les enfants qui ont perdu leurs maris et pères à l’armée, le citoyen observe qu’il avait fait ce vœu, lorsqu’il saurait la prise de Toulon par les Républicains. »31

Un exemple de souscription : « le sans-culotte de l’Hérault »

16Les souscriptions les plus ambitieuses concernent l’offrande de vaisseaux de ligne. Elles sont lancées suite à la destruction de la flotte à Toulon ou à la fin du Vengeur. Les sociétés populaires d’un même département mettent en commun leur offrande. En quelques jours, elles parviennent à recueillir des sommes considérables. Cette souscription est trop tardive pour connaître une concrétisation. L’arrêt du projet, en l’an III, a permis la conservation de nombreuses listes de donateurs. Malgré son caractère avorté, l’offrande d’un vaisseau n’est pas une utopie révolutionnaire car il existe un précédent que des patriotes locaux devaient connaître.

  • 32 A. CORVISIER, Histoire militaire de la France, op. cit., t. II, p. 177.
  • 33 ADH, C 7530, folio 160 et 161. Discours de l’archevêque du 26 novembre 1761.
  • 34 M. ACERRA, J. MEYER, Histoire de la marine française, Paris, 1994, p. 113.
  • 35 N. HAMPSON, La marine en l’an II, Paris, 1960.
  • 36 ADH, L 4342. Contribution foncière de Marseillan (1792) et ADH, L 4328. Liste des dons versés pour (...)
  • 37 A. CORBIN, Les cloches de la terre. Langage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXes (...)
  • 38 ADH, L 8812. Séance du 3 prairial an II, société populaire de Lodève.

17À la suite de la Guerre de Sept ans, le duc de Choiseul a eu recours à des souscriptions publiques pour reconstituer la flotte française. Dix-huit navires sont ainsi construits dans les années 176032. L’opération a débuté dans le Midi méditerranéen, sous l’impulsion du président des États de Languedoc, le cardinal de La Roche-Aimon33. Les États offrent à leur roi un vaisseau nommé, bien sûr, Le Languedoc. D’autres États provinciaux, des corps particuliers les imitent34. Des termes, qui exaltent le sacrifice des sujets, ne sont pas sans rappeler les discours patriotiques de l’an II qui exaltent le sacrifice à la Patrie. L’offrande d’un navire a une forte connotation symbolique. Le vaisseau, depuis des siècles, est assimilé à l’État. Les codes iconologiques font du timon, entre les mains du roi, le symbole de la conduite du pays, que ce soit pour Louis XIV dans la galerie des Glaces de Versailles ou pour Louis XIII dans le cycle peint par Rubens pour Catherine de Médicis. Après 1789, le navire personnifie toujours l’État, et même la Révolution. L’allégorie renforce sans doute l’engouement des sociétés populaires pour offrir au pays un élément clef de la souveraineté maritime. Les conventionnels, notamment Jeanbon Saint-André, insistent sur la nécessité vitale, pour la jeune République, de tenir tête à l’Angleterre sur les mers35. En nivôse an II, la société populaire de Montpellier engage ses homologues du département à faire en commun une souscription pour offrir à la France Le Sans-Culotte de l’Hérault. Une émulation a lieu entre les sociétés politiques. En messidor, la collecte s’élève à plus de 172 000 livres. Elle touche au moins 116 communes sur les 334 du département. Des communautés sans société politique participent, sous l’égide de leur municipalité, voire de leur comité de surveillance. Mais la géographie de la répartition du don correspond à l’implantation des sociétés populaires. Ainsi, le district de Saint-Pons, qui possède peu de sociétés, a une implication modeste, limité aux villes les plus importantes. Par contre, le district de Montpellier connaît un nombre conséquent de communes donatrices, car l’influence de la société du chef-lieu s’y fait nettement sentir. Le monde de la plaine et la vallée de l’Hérault, ouverts sur l’extérieur, s’opposent à la bordure montagneuse nord/nord-ouest plus repliée sur elle-même. Le niveau de l’offrande dépend de la taille de la ville, de son degré de richesse mais aussi de l’aura de sa société populaire, et de l’engagement politique des citoyens. Une ville comme Lunel (4 170 habitants) qui offre 1 808 livres est plus en retrait que Marsillargues (3 000 habitants), qui elle, dépasse les 6 000 livres. Des communes n’ont comme donateurs que des officiers municipaux. L’offrande est alors plus un signe d’allégeance à la puissante société populaire montpelliéraine que l’émanation d’un souffle patriotique. D’autres communautés apportent de fortes sommes. Une grande partie de la population participe sans disposer pour autant d’une société politique. Le don indique à la fois le succès des sociétés populaires pour diffuser les idéaux révolutionnaires et les limites de leur action, car elles ne parviennent pas toujours, notamment en ville, à franchir le cercle plutôt restreint de leurs membres. Elles appellent à la participation l’ensemble de la population, mais cela reste au niveau des déclarations d’intention. Ce constat est cependant à nuancer car les donateurs sont pratiquement tous des chefs de famille. L’offrande pécuniaire ne concerne guère les femmes, sauf les veuves. Ces dernières sont souvent, en effet, les chefs d’une maisonnée, les détentrices de l’argent du foyer. La participation au don est donc à la fois plus restreinte et plus large qu’il n’y paraît. Lorsque 20 % de la population à Paulhan fait une offrande, cela implique tout le bourg, car les donateurs sont les chefs de famille. En un tel cas, la société politique peut être assimilée à la communauté d’habitants, car elle réunit presque tous les hommes adultes de la commune. L’association étroite, dans l’offrande, entre la municipalité et la société populaire va dans le même sens. La diversité de l’offrande, suivant les communes, signifie que la liberté prévaut dans l’offrande, aussi bien sur le plan collectif qu’individuel. Des paysans désignés comme « manouvriers », aux faibles revenus, font des dons équivalents à ceux offerts par des « ménagers », paysans propriétaires plutôt aisés36. Quoi qu’en disent les textes des sociétés populaires qui affirment qu’il faut faire contribuer les « riches », les propriétaires les plus aisés ne sont apparemment pas obligés de se sacrifier. Ils donnent certes, mais comme les autres membres de la communauté, un peu plus que la moyenne, mais pas toujours. Le prestige social, l’idée d’occuper un rang dans la communauté, pousse au don aussi bien que les valeurs patriotiques. À croire que le succès du don en l’an II s’explique parce qu’il a su se fondre dans des pratiques anciennes. Les sociétés populaires n’inventent rien. Les souscriptions qu’elles réalisent sont très proches de celles qui sont organisées dans les villages, sous l’Ancien Régime, comme au XIXe siècle, pour une œuvre qui intéresse la communauté tout entière, telle la fonte d’une cloche. « L’histoire campanaire », étudiée par Alain Corbin, recèle des souscriptions qui rappellent fortement les initiatives des sociétés populaires37. Le don en commun soude une communauté. Les villageois insistent sur les droits que confère l’offrande à chaque donateur, quel que soit le niveau de la contribution. Pauvre ou riche, chacun devient moralement propriétaire de la cloche du village, comme chaque citoyen de l’an II obtient sa part de souveraineté par l’exercice du don. Le gros donateur n’a pas plus de droits sur la cloche que le pauvre qui a modestement participé. Il en reçoit seulement une marque d’honneur supplémentaire, tel le nom sur la cloche. La liste des souscripteurs est affichée bien en vue, sur la porte de l’église, tandis que les récalcitrants subissent des pressions pour s’exécuter. Le refus passe pour un rejet de la communauté, de laquelle on s’exclut finalement de soi-même, en ne communiant pas autour de valeurs communes. Cet affichage fait penser aux pratiques des sociétés populaires, qui mettent en valeur les citoyens donateurs, sur une liste d’honneur, bien en vue, avec parfois, en face ou à côté, « une liste d’infamie » de ceux qui ont refusé de donner38. Là, les offrandes sont scrupuleusement recensées, les modestes sols du brassier comme les centaines de livres du propriétaire. Comment, enfin, ne pas mettre en parallèle les dons d’objets métalliques, en cuivre, fers, argents, sous forme de vaisselle, vieux chenets, casseroles…, offerts spontanément par les villageois pour la cloche paroissiale et les dons de bijoux en l’an II ? Le don ne peut se limiter à une offrande pécuniaire. Le donateur doit payer de sa personne, sacrifier un objet qui signifie sa fusion avec l’ensemble de ses concitoyens. L’offrande transcende ainsi les fiertés locales qui se muent en patriotisme.

Don et démocratie

  • 39 M. MAUSS, Sociologie et anthropologie, Paris, 7e éd., 1997 (2e partie : « Essai sur le don. Forme (...)
  • 40 J. STAROBINSKI, Largesse, Paris, 1994, p. 17.
  • 41 J. STAROBINSKI, Largesse, op. cit., p. 20.
  • 42 D’ALEMBERT et DIDEROT, Encyclopédie, op. cit., article « Don ».

18Mais l’effet le plus grand de ces gestes patriotiques est à rechercher dans la signification même du don. Celui qui donne habituellement est le riche, le puissant. Il est le roi ou l’homme aisé, qui, par sa largesse, indique l’ascendant qu’il exerce sur le bénéficiaire du don. Pour reprendre M. Mauss, « donner, c’est manifester sa supériorité, être plus haut, être plus, magister ; accepter sans rendre ou sans rendre plus c’est se subordonner, devenir client et serviteur, devenir plus petit, choir plus bas (minister) »39. Le don est la marque de la domination. Au XVIIIe siècle, la pratique du don est dénoncée par quelques contemporains qui, tel Rousseau, s’insurgent de l’abaissement dans lequel on plonge le bénéficiaire de l’offrande, comme le rappelle J. Starobinski40. La prééminence sociale est clairement marquée. Le riche qui donne au pauvre hère sent et fait sentir sa position supérieure. Le bénéficiaire de la largesse doit faire preuve de reconnaissance à l’égard de son bienfaiteur, c’est-à-dire reconnaître son statut social élevé. Dans la France d’Ancien Régime, celui qui domine tous les autres et entend être toujours « plus haut », « nec pluribus impar », c’est le roi. Il offre à son bon peuple des réjouissances dans lesquels les amusements et parfois la nourriture sont dispensés, acte de pouvoir de tous les souverains antérieurs, qu’ils soient rois de France ou empereurs romains41. Les participants à la fête, par leur seule présence, rendent hommage à la munificence de leur souverain. Ils reconnaissnt sa prééminence. D’ailleurs, le roi ne fait pas habituellement de don aux autres rois. L’Encyclopédie distingue dans ce cas « don » de « présent » : « les princes se font des présents les uns les autres par des ambassadeurs »42. Le « présent » sous-entend une égalité entre les parties en présence. Les simples particuliers se font des présents entre eux pour fêter un heureux événement. Le « présent » indique une idée d’échange de bons procédés, de relations amicales, tandis que le don implique une idée de pouvoir.

  • 43 A. GUERY, « Le roi dépensier. Le don, la contrainte et l’origine du système financier de la monarc (...)
  • 44 D’ALEMBERT et DIDEROT, Encyclopédie, op. cit., article « Don gratuit du clergé ».

19Les sujets ne font pas de dons au roi. Ils sont assujettis à certaines charges, notamment les impôts. Là, leur monarque n’attend pas consentement mais obéissance. En des temps antérieurs à la monarchie absolue existerait l’idée que le peuple consentait l’impôt43. Avec le développement de l’Absolutisme, le peuple ne « donne » rien à son roi, il obéit. Dans le royaume de France, les seuls qui font des « dons » au prince au XVIIIe siècle sont des corps privilégiés : le clergé, les pays d’États… Leur contribution financière n’est pas un impôt mais un « don gratuit ». L’Encyclopédie, évoquant celui du clergé, rappelle que « l’idée que l’on attache communément aux termes de ce don gratuit est que c’est une subvention offerte volontairement par le clergé et non pas une imposition faite par le roi »44. Même si, dans les faits, le clergé est obligé de fournir de l’argent, il en tire une contrepartie. Le monarque lui reconnaît, en théorie, une autonomie, une part de souveraineté. Il ne peut agir avec lui comme avec un inférieur que l’on n’a pas à ménager. Le don porte sur un des fondements les plus sensibles du pouvoir, l’argent. La question est posée avec acuité au XVIIe siècle en Angleterre. Qui détient la souveraineté : le roi ou le parlement qui prétend représenter le peuple ? L’impôt doit-il être décidé unilatéralement par le prince ou doit-il être consenti par la population ? Le sujet revient au premier plan en France, à la fin du XVIIIe siècle, avec la convocation des États Généraux et ce qui en suivit… À partir du moment où la population, par ses représentants « retrouve » sa capacité de consentement, le roi perd sa prééminence. Le peuple devient souverain. Lorsque des citoyens font des dons pour « la défense de la patrie », qu’ils soient membres ou non d’une société politique, ils font partie intégrante de la « Nation en armes ». Le citoyen misérable qui fait une offrande, aussi minime soit-elle, agit en tant que membre souverain de la communauté nationale. Exempter un individu de la participation aux charges de la nation, lui refuser de participer à la défense de la patrie et de la sécurité publique, c’est l’exclure du politique. La Constitution de 1793 est attentive à cet aspect, car l’article consacré aux « contributions publiques », refuse toute exclusion des citoyens de l’impôt :

  • 45 J. GODECHOT, Les constitutions…, op. cit. Article 101.

« Nul citoyen n’est dispensé de l’honorable obligation de contribuer aux charges publiques. »45

20Accepter le don du pauvre, même symbolique, est reconnaître sa part de souveraineté. Les individus ne sont plus désormais des sujets qui subissent, mais des citoyens. Ils doivent se montrer dignes de cet événement, en agissant. La passivité est inacceptable, car elle ne peut être le fait que de sujets qui subissent le « joug du despotisme » sans essayer de le secouer. Être citoyen est synonyme d’implication dans le politique. Le citoyen n’a pas d’autre alternative s’il veut exister en tant que tel. La notion de sacrifice est au cœur de cette citoyenneté en lutte. La refuser, c’est courber la tête, accepter de retomber sous le « joug des despotes ». Le don est l’aboutissement d’une souveraineté. Il permet d’affirmer la pleine conscience de l’engagement politique, la liberté de l’individu qui s’affranchit des règles communes.

  • 46 ADH, L 5503. Séance de la société populaire de Montpellier, 11 ventôse an II.

21Ces idées sont, en effet, en contradiction avec des théories propagées par le siècle à propos de la notion de propriété, de famille, d’individualisme. La guerre, la mobilisation qu’elle entraîne, les circonstances nouvelles dans lesquelles se trouve la France, brouillent les clivages sociaux. Des comportements qui auraient été dénoncés comme un scandale, un sujet de dérision, sont désormais approuvés. Ainsi une « citoyenne » est honorée par la société populaire de Montpellier, parce qu’elle a « servy en qualité de volontaire depuis le 28 octobre jusqu’au 4 ventôse [an II] »46. Une collecte est organisée en sa faveur. La pratique du don n’est pas le monopole d’une catégorie particulière de la population, telles les femmes, comme il est dit parfois. Par la prééminence des sociétés populaires pour les offrandes, on voit, au contraire, dans les discours comme dans les actes, que ce sont des hommes, en majorité, qui font des dons, ce qui est logique, car c’est un geste éminemment politique. S’il n’était que l’apanage des femmes, sa signification serait édulcorée, puisqu’il ne concernerait que des individus en marge de la vie publique. Or l’offrande patriotique est au centre de l’idéologie démocratique de l’an II. Elle rejoint une conception particulière de la citoyenneté qui met en avant l’union des citoyens. Les dons pour la défense de la patrie et pour les pauvres s’alimentent aux mêmes sources idéologiques. Les collectes en faveur des démunis, à l’occasion de victoires, par exemple lors de la reprise de Toulon, montrent les liens indéfectibles entre fraternité et patriotisme.

22L’aide aux indigents, en l’an II, est parallèle à l’effort de guerre. Certes, la politique sociale est fortement compromise par les ponctions énormes du conflit sur le budget de l’État. Mais, pour les sociétés populaires, le soutien aux soldats est presque toujours associé aux secours en faveur des démunis. Après la collecte, la redistribution se fait au profit des hôpitaux militaires, les pauvres et enfin les soldats citoyens. Si des effets, vu leur spécificité ou la pénurie que connaît l’armée, sont strictement réservés aux hommes d’armes (guêtres, souliers), les indigents reçoivent une partie des vêtements recueillis. L’idéologie dominante, en l’an II, associe étroitement la fraternité et le patriotisme. La solidarité avec les humbles est indissociable de la défense de la patrie. Au combat de tous les patriotes, contre la menace extérieure, répond la lutte contre la misère, à l’intérieur. Dénuement et despotisme sont les ennemis qu’il faut anéantir. Les hiérarchies dues à la richesse et au savoir doivent disparaître. Les révolutionnaires de l’an II rejettent violemment les gestes de la charité ancienne. Un adhérent de la société populaire de Montpellier exprime nettement un état d’esprit emblématique de l’an II :

  • 47 ADH, L 5556. Feuillet anonyme trouvé parmi des lettres adressées à la société populaire de Montpel (...)

« depuis et trop longtemps je vois une classe de nos frères qui ne conoissent pas encore la Liberté legalité. Je vois avec regret mes frères indigens humiliés dans les rues et sur les places publiques pour un morceau de pain que des bras trop feble lui refusent. Tous les hommes à son égar sont des tirans semblables aux grans d’autrefois que pour en obtenir quelque chose il faloit s’humilier que disje se prosterner à ses pieds et trop heureux encorre d’en obtenir quelque chose. Nos frères dont je prand la cause en grande considèration sont encore dans la même attitude. Trop heureux encore en s’umiliant devant son frère d’en obtenir quelque piastre. Que peut etre et qu’il est que trop souvent vray que celuy qui la lui refusse lui en a usurpé le centuple. Je me résume fraire et amis. Je demande qu’a l’avenir les indigens ne soit plus obliger a demander a ses freres comme des esclaves. Je voudrois que l’on sache les vrais besoins et que l’on donne a chacun leur necessaire et nous ferons voir à l’Europpe et à tous nos ennemis que pour etre humains nous n’avons pas besoin de pretres. »47

23La mendicité est dénoncée car elle entraîne, pense-t-on, la sujétion et la bassesse. Elle doit être bannie à jamais car, dans la France régénérée, tous les Français sont citoyens, et pour qu’ils le soient pleinement, la dignité doit prévaloir. Les sociétés populaires adoptent une ligne de conduite ferme face à la mendicité :

  • 48 AMB, II J. Société populaire de Béziers, séance du 12 ventôse an II.

« Un membre a vu avec peine qu’un espagnol prisonnier et certains volontaires couroient les rues de cette cité en demandant l’aumône, sur sa motion il a été délibéré d’inviter la commune de faire arrête le prisonnier dénoncé et empêcher les volontaires de commettre un acte pareil et indigne d’homme libre. »48

24Cette position va au-delà de la question de la citoyenneté. Le comportement du prisonnier est lui aussi inacceptable. Même captif, même ennemi, l’homme doit conserver sa dignité, ce qui fait de lui un individu égal aux autres. La pratique du don patriotique est à l’antipode de la mendicité. Tous s’entraident pour que chacun puisse vivre dignement. Le don marque la volonté de faire éclater les clivages sociaux, le refus d’accepter la prééminence des riches sur les pauvres :

  • 49 ADH, L 5555. Adresse de la société populaire de Montpellier « à ses concitoyens ».

« L’homme libre ne s’abaisse point à mendier des secours de ses frères, il les attend, et ici c’est une dette que nous vous avertissons de venir payer. »49

  • 50 C. DUPRAT, « Pour l’amour de l’humanité »…, op. cit., p. 410.
  • 51 Joseph Le Bon, à Cambrai, ordonne à la municipalité de « réprimer la mendicité pour enlever l’infl (...)

25Des citoyens de même niveau social se font des dons les uns aux autres. Ils associent ainsi deux principes fondamentaux de l’an II, l’égalité et la fraternité. Le don permet que les liens, qui se limitent d’habitude aux proches, s’étendent à l’ensemble des citoyens. Cette conception du don est aux antipodes de la pratique de la charité traditionnelle, tant laïque que religieuse. Elle s’oppose aux fondations philanthropiques qui se sont épanouies à la fin de la monarchie absolue, avec les Lumières. Cela explique les réserves émises à l’égard de ces sociétés de bienfaisance en l’an II. C. Duprat mentionne le rapport de R. Ducos pour le comité des secours publics de la Convention (29 prairial an II)50, plutôt hostile à une aide de l’État pour ces associations. Le futur consul s’en prend à l’esprit des fondations qui entretiendraient l’indigence et donc la subordination du pauvre par rapport au riche. Même si les sociétés philanthropiques sont appréciées comme un apport intéressant, dans une conjoncture difficile, l’argumentation de Ducos s’inscrit dans un état d’esprit révélateur. L’an II conçoit le don comme une communion de tous dans l’offrande, pauvres et riches mêlés. Le don à sens unique, du riche vers le pauvre, apparaît incompatible avec la démocratie égalitaire, puisqu’il est assimilé à une mainmise du riche sur le corps social51. L’offrande patriotique, au contraire, devient une affirmation de la participation politique de tous.

26Mais cette volonté de dépasser les divisions sociales confine à l’utopie. Le don lui-même avive les conflits entre citoyens aisés et citoyens modestes. Ces derniers s’insurgent de la supériorité des premiers assurée par l’argent qui leur procure prestige et pouvoir. Les listes des donateurs, affichées dans la salle des séances des sociétés populaires, donnent le beau rôle à ceux qui offrent le plus, qui apparaissent, par voie de conséquence, comme les plus patriotes. Des citoyens moins aisés veulent occuper une plus grande place dans la vie politique en amenuisant la position des « riches » qui domineraient les sociétés populaires. À Gignac, en floréal an II, un adhérent de la société politique est dénoncé, car il affirme que :

  • 52 ADH, L 8808. Séance du 20 floréal an II.

« la nation n’a pas besoin qu’on luy fasse des dons patriotiques, qu’elle étois assez riche sans cela et que ceux qui font des dons considérables à la patrie sont des aristocrates. »52

27Cet incident n’est pas isolé. Le rejet de la pratique du don se retrouve ailleurs, sous des argumentations diverses qui révèlent un clivage social, ainsi à Paulhan :

  • 53 Journal du club des sans-culottes de Paulhan, op. cit. Séance du 21 floréal an II.

« Le président a invité les membres qui avaient souscrit pour le don concernant le vaisseau (…), sur son invitation, s’est présenté Léon Bally père, qui avec un air chagrain s’adressant au président lui a dit que les pères qui avaient des enfants aux frontières ne devaient point faire don à la république, le président lui a répondu que personne n’y était forcé, que chacun seulement y était invité et que chacun aussi était libre de faire là dessus ce qu’il jugerait de faire à propos, ce qu’ayant entendu le citoyen Bally a répondu que puisqu’il étoit libre il allait se retirer (…) cependant Léon Bally ne se sentait pas satisfait a dit qu’il y avait dans l’assemblée des membres dont les dons n’égalaient pas les fortunes et que lui-même président il devait donner dix louis et, se tournant vers le secrétaire, et vous a-t-il dit cent. »53

  • 54 ADH, L 8808. Séance du 20 floréal an II.
  • 55 Ibid., L 8808. Séance du 20 floréal an II.

28Le climat, en ces circonstances, est lourd. Différentes conceptions s’affrontent pour savoir qui doit concourir le plus aux charges de l’État. Le contexte révolutionnaire se prête mal à un paiement rapide des impôts, les administrations peuvent en témoigner, vu les réticences qu’elles rencontrent dans la population. La Révolution accentue des comportements de refus de la part des Français, surtout des paysans, pour payer les puissants qu’ils soient seigneurs, clercs, hommes du roi, hommes de l’État. Les efforts demandés pour la conduite de la guerre, si importants, n’améliorent pas les choses. Pour de nombreuses personnes modestes, les « riches » doivent payer le maximum de charges, y compris par le don. La prééminence sociale des « plus aisés » est rejetée violemment. Cela explique que d’autres refusent la pratique du don qui donnerait le beau rôle aux « riches » qui verraient ainsi leur suprématie sociale renforcée. Apparemment, ceux qui partagent ces idées ne sont pas des isolés. L’attitude des sociétés populaires à l’égard des citoyens qui commettent un esclandre, en dévoilant l’opposition pauvres/riches au sein même des patriotes, indique que le terrain est délicat. Les sociétés cherchent à circonscrire l’incident pour éviter qu’il ne se renouvelle. Celle de Gignac décide d’exclure les citoyens qui se permettraient de tenir à nouveau de pareils propos, qui suivent des « principes mauvais »54. L’expression est significative. La société populaire de Gignac veut lutter contre des remises en cause radicales de la hiérarchie sociale. Quant à celle de Paulhan, elle décide de mettre le cas du contestataire entre les mains de son comité de surveillance. La riposte est rapide. Elle se veut ferme. Mais les sociétés populaires cherchent à minimiser ce type d’incident, en lui donnant le moins de suite possible. La société de Paulhan décide d’oublier l’affaire après que le citoyen en question a demandé que « sa faute fut pardonné vu qu’il n’était pas dans son assiette naturelle ». Celle de Gignac décide l’exclusion, mais avec un « amendement » : « l’arrêté n’aura d’effet que pour l’avenir et non pour le propos attendu qu’il n’a pas été méchamment »55. La volonté qu’on ne revienne plus sur de tels propos souligne l’ampleur des tensions, et le désir de ne pas les envenimer. Deux conceptions s’opposent. La pratique du don qui s’exerce dans les sociétés populaires affirme la souveraineté du peuple tout entier, riches et pauvres confondus, unis pour la défense de la patrie et des valeurs de liberté, de fraternité, en excluant seulement les « aristocrates ». Des patriotes remettent en cause cette vision des choses, en dénonçant la place trop importante des riches dans la pratique démocratique. Ils voudraient voir leur rôle politique, économique, amoindri au profit des moins aisés. Deux conceptions s’affrontent au sein même des sociétés populaires, mais elles ont toutes deux pour point commun de donner une place aux pauvres. Par le don réapparaît le débat crucial qui déchire les patriotes. Il répète sotto voce le drame qui se joue en l’an II au plan national, l’affrontement entre Enragés ou Hébertistes et Montagnards.

  • 56 F. -A. AULARD, « La législation des clubs sous la Révolution », p. 255-267, La Révolution français (...)
  • 57 ADH, L 5505. Séance de la société populaire de Montpellier du 24 frimaire an III.
  • 58 Ibid., L 8813. Séances de nivôse et pluviôse an III de la société populaire de Lodève.

29Mais, après Thermidor, les deux courants d’idées sont balayés du champ politique officiel. Le gouvernement des « meilleurs » prôné par Boissy d’Anglas, et d’autres avec lui, est celui d’une société dominée par les plus riches. Les sociétés populaires, rouages d’une Terreur abhorrée, sont vouées à disparaître, en même temps que les principes politiques, économiques, sociaux qu’elles représentent. Leur élimination progressive par la réaction thermidorienne est résumée par quelques décisions : 25 vendémiaire an III, interdiction des affiliations, des correspondances entre sociétés populaires ; 21 brumaire an III, fermeture des jacobins de Paris ; 6 fructidor an III, dissolution de toutes les sociétés populaires56, auxquelles il convient d’ajouter les épurations des représentants en mission. Mais d’autres mesures pèsent lourdement dans l’étouffement progressif des sociétés populaires. Celles de frimaire an III portent un coup fatal à leur fonctionnement. Il est désormais interdit aux sociétés populaires de faire des « souscriptions extraordinaires ». Les seules ressources financières qui leur restent sont les modestes « cotises » de leurs adhérents57. Disparaissent les comités de secours chargés d’aider les indigents, les familles des défenseurs de la patrie. Sans souscriptions, les projets des sociétés populaires s’effondrent ainsi que leur rôle social. Leurs fonctions de surveillance s’étant évanouies, les sociétés politiques ne sont plus que des lieux de parole et non plus d’action. Elles doivent se résoudre à répondre négativement aux demandes de secours d’adhérents dans le besoin, les renvoyant à la municipalité58. Le gouvernement refuse de reconnaître qu’elles ont « bien mérité de la Patrie ». Le décret du 13 frimaire an III arrête que « les taxes, contributions, emprunts, saisies, dépôts, confiscations, condamnations, souscriptions, dons volontaires ou forcés, collectes, offrandes, cautionnement, dépouilles des églises » (c’est-à-dire toutes les « recettes extraordinaires ») doivent être comptabilisées. La Convention désire voir clair dans la confusion des levées extraordinaires faites sous le gouvernement révolutionnaire. Elle demande un relevé exact des sommes donnés. Les souscriptions entrent, par décision de la Convention, dans « la comptabilité générale des recettes et des dépenses de la république ». Elles sont considérées comme une recette parmi d’autres, voire un impôt. La spécificité de ce geste est niée. Les états des sommes versées font figurer le nom des donateurs, avec pour chacun, la somme précise. Mais ces détails ne concernent que ceux qui ont offert des « sommes supérieures à 50 livres ». Le reste, c’est-à-dire l’ensemble des dons inférieurs à 50 livres, sont « portés en masse » sur les états. Certes, avec l’inflation, beaucoup de ces sommes n’ont plus aucune valeur. Mais cette disposition nie la dimension patriotique pour n’en voir que le quantitatif. Les dons qui sont pris en considération dans les bilans, pour les intégrer dans le système fiscal, sont les plus élevés, ceux qui concernent a priori les citoyens les plus aisés. L’offrande des humbles n’est plus prise en compte et, de fait, effacé. Le don est apparenté à une imposition et non plus à un geste volontaire, l’acte d’un citoyen. Avec Thermidor, l’égalité civique n’a plus court. Les revendications sociales et politiques des citoyens les moins aisés ne sont plus à l’ordre du jour. La sollicitude à l’égard du citoyen-soldat s’efface, comme la mobilisation de la population, chose difficile à contrôler. La souveraineté appartient toujours au peuple, mais ce peuple-là se limite aux « meilleurs » des Français.

30Le don patriotique, tel qu’il est vécu en 1793 et en l’an II, sombre avec les sociétés populaires qui avaient trouvé en lui une de leurs forces et de leurs raisons d’être. Il est évacué des affaires politiques, car l’offrande entre « égaux », réels ou supposés, apporte une notion de participation directe de tous à la société. Ignorer le don permet de nier l’existence d’un même corps de citoyens au profit d’une sanior pars « apte », riche, dominante. La société nouvelle ne s’organiserait pas suivant les liens qui uniraient leurs membres, mais suivant les biens. C’est ainsi que l’on passe d’une démocratie rêvée à une république oligarchique. L’acte de donner conserve quelque temps un aspect patriotique, tandis que la charité traditionnelle réapparaît au premier plan, afin d’aider les malheureux qui, humblement, pour obtenir des secours, tendent la main…

Notes

1 C. DUPRAT, « Don et citoyenneté en l’an II. Les vertus du peuple français », Révolution et République. L’exception française. Colloque de Paris I, 21-26 septembre 1992, Paris, 1994, p. 263-281. M. VOVELLE, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution Française, Paris, 1992, p. 254-256.

2 ADH, L 4653. Conseil de district de Lodève, séance du 15 ventôse an II.

3 Ibid. 29 floréal et 29 germinal an II.

4 Ibid. L 8812. Séance de la société populaire de Lodève du 3 pluviôse an II.

5 Ibid., L 5500. Séance du 29 septembre de la société populaire de Montpellier.

6 Ibid., L 8812. Société populaire de Lodève, 9 nivôse an II.

7 Ibid., L 5502. Société populaire de Montpellier, 26 brumaire an II.

8 Ibid., L 5528. Lettre de février 1792 de la présidente la commission des dames patriotes au président de la société des Amis de la Constitution et de l’Égalité de Montpellier.

9 « Discours patriotique » du curé de Villeneuve les Avignon, Leydier, dans Le courrier de Villeneuve les Avignon, n° VIII, 13 décembre 1791.

10 C. BÉRAUD. ; J. -F. HELM ; P. HELM, Les salons de peinture de la Révolution française (1789-1799), Paris, 1989.

11 ADH, L 5518. Registre des dépenses et recettes de la société populaire de Montpellier.

12 Ibid., L 5493. Séance du 3 mars 1793.

13 Ibid., L 5602. Séance du 7 ventôse an II de la société populaire de Montpellier.

14 AMB, II J. Séance du 23 brumaire et du 3 ventôse an II.

15 ADH, L 5566. Compte rendu des travaux, 27 messidor an II.

16 Ibid., L 5604. Société populaire de Sète, 26 brumaire an III.

17 E.-G. LÉONARD, L’armée et ses problèmes au XVIIIe siècle, Paris, 1958, p. 157.

18 ADH, L 5501. Séance de la société populaire de Montpellier du 10 octobre 1793.

19 Ibid., L 5502. Séance de la société populaire de Montpellier du 19 frimaire an II.

20 Ibid., L 1510. Extrait du registre de délibération de la commune de Lunel.

21 Ibid., L 5502. Séance de la société populaire de Montpellier du 19 frimaire an II.

22 Ibid., L 5504.

23 Ibid., L 5555. Adresse de « la société populaire de Montpellier à ses concitoyens exempts de la Loi sur le recrutement de l’armée ».

24 Ibid., L 5502. Séance de la société populaire de Montpellier du 19 frimaire an II.

25 Ibid., L 5500. Séance de la société populaire de Montpellier du 17 octobre 1793.

26 Ibid., L 5556. Demande d’une veuve à la société populaire de Montpellier.

27 Ibid., L 8812. Séance du « 7e du 2e mois an II ».

28 Ibid., L 8812. Séance du 9 brumaire an II.

29 Ibid., L 8812. Séance du 29 ventôse an II.

30 Ibid., L 8812. Séance de la société populaire de Lodève du 13 germinal an II. Bellegarde, dernière place des Pyrénées-Orientales tenue par les Espagnols, est reprise le 2e jour complémentaire an II.

31 ADH, L 5502. Société populaire de Montpellier, séance du 1 nivôse an II.

32 A. CORVISIER, Histoire militaire de la France, op. cit., t. II, p. 177.

33 ADH, C 7530, folio 160 et 161. Discours de l’archevêque du 26 novembre 1761.

34 M. ACERRA, J. MEYER, Histoire de la marine française, Paris, 1994, p. 113.

35 N. HAMPSON, La marine en l’an II, Paris, 1960.

36 ADH, L 4342. Contribution foncière de Marseillan (1792) et ADH, L 4328. Liste des dons versés pour le vaisseau.

37 A. CORBIN, Les cloches de la terre. Langage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, 1994.

38 ADH, L 8812. Séance du 3 prairial an II, société populaire de Lodève.

39 M. MAUSS, Sociologie et anthropologie, Paris, 7e éd., 1997 (2e partie : « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », p. 269-270).

40 J. STAROBINSKI, Largesse, Paris, 1994, p. 17.

41 J. STAROBINSKI, Largesse, op. cit., p. 20.

42 D’ALEMBERT et DIDEROT, Encyclopédie, op. cit., article « Don ».

43 A. GUERY, « Le roi dépensier. Le don, la contrainte et l’origine du système financier de la monarchie française d’Ancien Régime ». Annales ESC 1984, n° 6, p. 1241-1269.

44 D’ALEMBERT et DIDEROT, Encyclopédie, op. cit., article « Don gratuit du clergé ».

45 J. GODECHOT, Les constitutions…, op. cit. Article 101.

46 ADH, L 5503. Séance de la société populaire de Montpellier, 11 ventôse an II.

47 ADH, L 5556. Feuillet anonyme trouvé parmi des lettres adressées à la société populaire de Montpellier, an II.

48 AMB, II J. Société populaire de Béziers, séance du 12 ventôse an II.

49 ADH, L 5555. Adresse de la société populaire de Montpellier « à ses concitoyens ».

50 C. DUPRAT, « Pour l’amour de l’humanité »…, op. cit., p. 410.

51 Joseph Le Bon, à Cambrai, ordonne à la municipalité de « réprimer la mendicité pour enlever l’influence des riches », in Gross J. -P., Saint-Just, sa politique, ses missions, Paris, 1976, p. 536.

52 ADH, L 8808. Séance du 20 floréal an II.

53 Journal du club des sans-culottes de Paulhan, op. cit. Séance du 21 floréal an II.

54 ADH, L 8808. Séance du 20 floréal an II.

55 Ibid., L 8808. Séance du 20 floréal an II.

56 F. -A. AULARD, « La législation des clubs sous la Révolution », p. 255-267, La Révolution française, 1889, XVII.

57 ADH, L 5505. Séance de la société populaire de Montpellier du 24 frimaire an III.

58 Ibid., L 8813. Séances de nivôse et pluviôse an III de la société populaire de Lodève.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540