Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Chapitre V. Les sociétés politiques et l’effort de guerre

Texte intégral

  • 1 J.-F. DUBOST, « Le réseau des sociétés politiques dans le département de l’Hérault pendant la Révo (...)
  • 2 J. BOUTIER, P. BOUTRY, Les sociétés politiques, Atlas de la Révolution Française, tome VI, Paris, (...)

1L’Hérault connaîtrait, à l’été 1794, 91 sociétés politiques, soit son maximum pendant la Révolution1. Il fait partie de ces zones, notamment méditerranéennes, caractérisées par une forte implantation2, surtout dans les plaines, les lieux de passage. Les sociétés se présentent comme l’incarnation du patriotisme, fer de lance de l’effort de guerre, soutien du citoyen-soldat.

Les sociétés politiques et les militaires

  • 3 F.-A. Aulard, « La législation des clubs sous la Révolution », La Révolution française, 1889, XVII (...)
  • 4 D. BUC, Le club des jacobins de Sète, 1790-1795. Montpellier, mémoire de maîtrise sous la directio (...)
  • 5 L. CARDENAL (de), La province pendant la Révolution. Histoire des clubs jacobins (1789-1795), Pari (...)
  • 6 ADH, L 5498. Séance du 12 septembre 1791 de la société des Amis de la Constitution de Montpellier.

2La position clef des sociétés populaires dans la mobilisation patriotique est l’aboutissement de cheminements difficiles. La Constituante a tenté de freiner leur développement. La décision du 10 mai 1790 d’interdire les pétitions faites en leur nom collectif est une des initiatives les plus célèbres mais elle est accompagnée, dans les années 1790-1791, de nombreux règlements qui vont dans le même sens, c’est-à-dire une limitation de l’audience des sociétés3. Face à cela, ces dernières cherchent à attirer les soldats de ligne. Le club de Sète est abonné au Journal militaire, « depuis que les officiers et les soldats en garnison à Sète étaient invités comme membres honoraires »4. Les sociétés politiques de l’Hérault sont à l’unisson de leurs homologues du reste de la France, dont l’action a été décrite comme un « travail d’emprise des clubs sur l’armée »5. L’enjeu, considérable, est connu : s’assurer la fidélité des soldats afin d’éviter des tentatives de coup de force d’officiers nostalgiques de l’Ancien Régime. Comme les administrations locales, les sociétés politiques n’échappent pas, en 1790 et 1791, à un sentiment d’encerclement. Leur rôle de surveillance s’exerce avant même l’entrée en guerre, sous le poids de menaces intérieures et extérieures. À l’automne 1791, la société de Montpellier entretient une correspondance suivie avec son homologue perpignanaise6. Les inquiétudes sur l’état idéologique des troupes de ligne suscitent un activisme politique important en leur direction.

  • 7 Ibid., Séances des 29 avril, 11 mai, 6 juin pour le régiment des Vosges, etc.
  • 8 Ibid., L 5528. Lettre de Montesquiou, général en chef de la neuvième division militaire, au préside (...)
  • 9 Ibid., L 5500. Séance du 15 septembre 1792 de la société des Amis de la Constitution de Montpellier
  • 10 Ibid., L 5499. Procès-verbal de la séance du 1er novembre 1791.
  • 11 Ibid., L 5603. Séance de la société populaire de Sète, du 29 messidor an II.
  • 12 Ibid., L 8806. Procès-verbal de délibération de la séance du 30 juillet 1792.

3Des cérémonies officielles tentent d’associer troupes de ligne et garde nationale. Aux solennités s’ajoutent des actes quotidiens qui rénovent les liens entre civils et militaires. Le serment civique prononcé par les soldats, lors des séances des sociétés politiques, a pour objectif d’unir tous les citoyens en un même corps de patriotes7. L’engagement des sociétés provoque des litiges avec les autorités militaires, même celles qui sont bien disposées à leur égard. Les officiers se plaignent de rencontrer leurs troupes, dans les séances des sociétés, à des heures indues8. Face à de tels incidents, les sociétés politiques sont embarrassées, car tout en dénonçant les officiers émigrés, elles tentent de s’attacher ceux qui leur semblent patriotes. Leur discours évolue avec le temps. Au départ, en 1790-1791, tout est simple. Au citoyen-soldat s’oppose l’officier d’Ancien Régime, noble, prêt à tout pour revenir à un état des choses antérieur à la Révolution. Les sociétés des Amis de la Constitution propagent des discours opposant les puissants aux humbles, l’officier au soldat, argumentations qui sont amplifiées en l’an II : les grands contre les petits, les « riches égoïstes » contre « les patriotes ». Mais, assez vite, elles changent de tactique. Elles se rendent compte des dangers que cela représente pour le maintien de la discipline dans l’armée et des hiérarchies existantes dans le pays. Une fois que la majorité des nobles « félons » a quitté la troupe, elles mettent l’accent sur l’attachement nécessaire au nouveau régime, inséparable d’une discipline « indispensable » et du retour à la confiance à l’égard des officiers9. Une constante demeure, la sympathie à l’égard du citoyen-soldat qui sait se muer en indulgence. Ainsi, en décembre 1791, des « dames patriotes », soutenues par la société des Amis de la Constitution et de l’Égalité de Montpellier, font une souscription pour l’élargissement d’un grenadier détenu pour dettes10. Ce geste est à situer dans la continuité de l’action charitable de l’Ancien Régime ; le fait qu’il soit placé sous la direction de femmes, ces « dames patriotes », épouses, sœurs ou mères des sociétaires, le prouve. Mais, en pleine Terreur, décrite comme temps d’intransigeance, apparaissent des phénomènes analogues. La société populaire de Sète, mue par « une tendre sollicitude », obtient la libération de cinq canonniers détenus pour raisons disciplinaires. Le prétexte évoqué est la communion nécessaire de tous les patriotes, à l’heure de la prise d’Ostende et de Tournay11. Si la faute ne vient pas d’un manque de patriotisme, elle est vénielle. La démarche des sociétés populaires s’inscrit dans des antécédents. En temps de réjouissances publiques, la libération de quelques prisonniers est de mise. Le patriote doit être irréprochable, mais les sociétés politiques ne sont pas des appareils de dénonciation sourds à tout sentiment d’humanité. Si elles souhaitent un châtiment vigoureux pour les lâches qui fuient leur devoir de défense de la patrie, elles pardonnent à ceux qui reviennent à de meilleurs sentiments. La société politique de Clermont, après avoir décidé la radiation de trois citoyens volontaires revenus chez eux, interdit impérativement à tous ses membres de les fréquenter…12 et envisage dès le surlendemain de les réintégrer, « vu que pour réparer leur faute, ils ont offert aujourd’hui de repartir pour aller à la défense de la patrie ».

  • 13 Ibid., L 5498. Séance du 18 mars 1791.
  • 14 Ibid., L 8806. Séance de la société populaire de Clermont du 28 brumaire an II.
  • 15 Ibid., L 5502. Société populaire de Montpellier, séance du 21 brumaire an II.
  • 16 Ibid., L 5498. Séance du 28 octobre 1791 de la société politique de Montpellier.

4La séance de la société politique est le lieu où peut se faire entendre la parole du soldat. Les administrations nouvelles, même si elles se veulent proches de leurs administrés, ne peuvent remplir qu’imparfaitement un rôle d’écoute et d’assistance. Désarmé devant des administrations intimidantes, le soldat citoyen se tourne vers la société politique, pour trouver un soutien, par exemple dans la demande d’une pension13. L’aide fournie est précieuse pour de nombreux militaires qui ne disposent pas de la culture, de la langue (le français) ou des relations personnelles dont ils auraient besoin. Les sociétés deviennent de véritables organismes de défense du soldat, avec un soin particulier pour ceux qui, isolés, loin de leur « pays », peinent pour trouver des soutiens. L’équipement, l’argent, sont donnés sans hésitation, ainsi pour deux volontaires liégeois en route pour l’armée des Pyrénées-Orientales, qui arrivent à Clermont avec pour seul capital un certificat de la société de Lille14. Les aides renforcent la solidarité des sociétés politiques, de la même manière que la correspondance portant sur des menaces contrerévolutionnaires. Les sociétés prennent ainsi conscience de leur force et d’une appartenance commune. Leurs membres, lorsqu’ils reviennent de l’armée, se font un devoir de visiter les familles de leurs compagnons d’armes pour leur donner des nouvelles. Les liens avec les proches sont jugés indispensables au moral. L’exactitude du courrier est une réclamation récurrente15. Les sociétés populaires aident les familles à écrire leurs lettres, car beaucoup n’ont pas l’instruction suffisante pour rédiger une missive16. Plus les levées d’hommes se multiplient, plus ce problème se pose car les différences sociales sont nettes entre les premiers volontaires, ceux de 1791, relativement aisés, et les levées suivantes, comptant de plus en plus d’humbles.

  • 17 Ibid., L 5505. Société populaire de Montpellier, 24 brumaire an III.

5Aux raisons d’humanité s’ajoutent des objectifs idéologiques, car la société, par ces courriers, cherche à renforcer le patriotisme des volontaires. Cette action est réciproque. Il est difficile d’obtenir des nouvelles précises des frontières. Les membres des sociétés populaires se pressent pour connaître les derniers événements lorsque, en période délicate pour les troupes françaises, arrivent des informations récentes. La marche des armées est suivie de très près17. Les missives des soldats donnent des renseignements importants, à savoir l’état des bataillons locaux : comment les hommes se portent-ils, y a-t-il des blessés, des malades, des morts ? Leur lecture incite les civils à soutenir vigoureusement l’armée. La répartition des devoirs entre patriotes est réaffirmée, entre ceux qui versent leur sang et ceux qui, par leur labeur, les nourrissent, les équipent. Cela renforce la cohésion de la société populaire, de la société tout court. Combien de membres n’ont-ils pas été fiers d’entendre, devant l’assemblée, l’exploit du fils, du frère, voire du père, qui rejaillit sur toute la famille ? Chaque soldat peut acquérir, par la lecture d’un de ses écrits ou celui d’un de ses camarades plus lettré, la stature d’un héros. Les marques d’honneurs, telle la « mention honorable » confortent le statut social de la famille du volontaire. À une époque où il est de bon ton de montrer « les élans du cœur », les lettres sont accueillies avec une émotion intense. Tous peuvent y projeter leurs sentiments à l’égard d’un être cher qui se trouve au loin. Cette communion des sociétaires dans l’émotion est une de leurs forces. La société politique y puise vigueur et raison d’être.

  • 18 Ibid., L 5504. Séance de la société populaire de Montpellier du 3 fructidor an II.
  • 19 Ibid., L 8812. Société de Lodève, 25 brumaire an II.
  • 20 Ibid., L 5504. Séance de la société populaire de Montpellier du 16 prairial an II.
  • 21 Ibid., L 5601. Séance du 9 juin 1791.
  • 22 C. DUPRAT, « Pour l’amour de l’humanité ». Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne (...)

6Les soldats font confiance à leur société populaire. Ils lui confient leurs intérêts, comme ce capitaine, en garnison à Nice, qui demande à sa société, en l’occurrence celle de Montpellier, de réclamer une créance en son nom18. Les sociétés populaires se sentent investies d’une mission : veiller sur le patrimoine et les êtres chers des volontaires. Des membres adoptent les enfants de ceux qui sont tombés au champ d’honneur. Elles vont très loin dans leurs interventions, pénétrant le secret des familles. Celle de Montpellier s’occupe des biens d’un citoyen-soldat dont la femme, profitant de son absence, mène joyeuse vie et dilapide le patrimoine familial. La société décide de prendre sous sa protection les enfants du couple, négligés par la marâtre. Les affaires les plus dramatiques concernent les militaires disparus ou prisonniers. Aux sociétés, on confie ses inquiétudes. On les considère comme les rares intercesseurs capables d’obtenir des autorités une action efficace pour faire libérer « son » soldat19 ou au moins savoir où il est tombé20. Ces demandes apparaissent tôt. Dès juin 1791, la société des Amis de la Constitution et de l’Égalité de Sète se penche sur le sort d’un « infortuné concitoyen détenu esclave à Alger »21. Dans ces actions où la philanthropie rejoint le patriotisme, les sociétés politiques assument le rôle assuré jusqu’ici par l’Église, et s’immiscent dans des affaires dévolues aux autorités militaires ou civiles. Elles parachèvent, en quelque sorte, le grand mouvement de la « charité laïque » qui s’est épanoui pendant le siècle des Lumières22. Oubliant les intérêts divergents, les conflits, les membres des sociétés populaires communient aux annonces des victoires, notamment de floréal à thermidor an II. Ceci n’est pas exempt d’arrière-pensées politiques. La bonne nouvelle devient parfois l’unique intérêt des séances. Son accueil aboutit à un rituel où tous communient dans une joie qui s’exprime dans les mêmes termes. La société populaire se doit d’être l’espace où la victoire est annoncée, manière de figurer qu’elle est l’organisation patriotique par excellence. Mais la sincérité est présente car un immense soulagement s’exprime, celui de patriotes héraultais qui, à l’été 1793, s’attendaient à une invasion espagnole prête à submerger les « départements méridionaux ». La sécurité et la paix semblent arriver enfin, après des mois d’angoisse. Les scènes à la Greuze, dans l’esprit du temps, témoignent de l’intensité des sentiments devant la victoire à laquelle on a tant sacrifié, et à laquelle on s’accroche comme à un viatique, en espérant que l’unanimité présente se pérennisera :

  • 23 ADH, L 5603. Séance du 29 messidor an II de la société populaire de Sète.

« L’assemblée applaudit avec transport à cette grande victoire (…) Un membre au milieu des transports de son allégresse, fait la motion que le président embrasse le doyen d’âge de l’assemblée et que tous les citoyens s’embrassent fraternellement. (…) Le président donne l’accolade au respectable vieillard, tous les membres se lèvent spontanément et se livrent aux plus tendres embrassements aux cris de mille fois répétés de vive la république, de vive la montagne, qui sont couverts d’applaudissements. »23

  • 24 Ibid., L 8812. Séance de la société populaire de Lodève, 14 floréal an II.

7Des fêtes spontanées ponctuent les annonces de victoires. Elles éclatent comme une libération. À ces occasions, le cercle plutôt restreint de la société populaire s’élargit à une bonne partie de la population qui se joint aux réjouissances24. Ces cérémonies minimales (quelques chants et danses) sont habitées par le rêve d’une paix proche, victorieuse, qui permettrait le retour des enfants du pays.

Comités militaires et commissaires des sociétés populaires

  • 25 Ibid., L 5603. Société populaire de Sète, à propos d’élèves à désigner pour l’école de Mars (séance (...)
  • 26 Ibid., L 5602. Séance de la société populaire de Montpellier, 25 ventôse an II.
  • 27 Ibid., L 5581 Registre du comité militaire de la société populaire de Montpellier.

8Le gouvernement attend des sociétés populaires un rôle d’exemple pour la population, une action pédagogique. Pour élargir leur audience, les sociétés utilisent l’occitan beaucoup plus que les administrations. Elles s’adressent au peuple avec « l’idiome », pour le convaincre sur des sujets délicats, ceux qui risquent de le pousser dans les bras de la contrerévolution : levées d’hommes, constitution civile du clergé. Les représentants du peuple comptent sur elles pour vaincre les réticences. Elles sont chargées de choisir des citoyens, des élèves, à envoyer dans diverses écoles ou pour suivre des cours sur la fabrication du salpêtre, etc.25. Elles désignent ceux qui devraient former la future élite de la nation ou les éléments les plus actifs de l’effort de guerre. Les domaines d’action des sociétés populaires sont nombreux. Avec les comités de surveillance (et parfois en concurrence avec ceux-ci…), elles exercent leur vigilance sur les possibles mouvements contre-révolutionnaires, contrôlent si les volontaires ne restent pas chez eux, sous prétexte de maladies fictives. Les représentants du peuple en mission ont un grand besoin d’elles pour la levée des réquisitions, car ils méconnaissent souvent les réalités locales. À chaque prélèvement important, les sociétés désignent des commissaires pour assister les autorités26. L’effort de guerre nécessite un nombre incalculable de commissaires que ce soit pour les réquisitions, la surveillance des ateliers de fabrication, l’organisation de levées d’hommes, accompagner des émissaires étrangers à la région pour procéder à des achats de draps, de chanvre, etc. La multiplication de commissaires en tout genre est un fait majeur en l’an II. Les pouvoirs de ces auxiliaires des administrateurs sont très divers. La délégation de tâches de surveillance aux sociétés populaires n’est pas seulement un objectif politique. Elle est une nécessité, car la quantité d’administrateurs est limitée. Un nombre significatif d’adhérents exerce des fonctions officielles, même si c’est pour un laps de temps restreint, pour une réquisition par exemple. Ils sont issus des différents comités des sociétés populaires, notamment militaires. Celui de Montpellier surveille les divers ateliers travaillant pour la guerre, établis dans la ville27. Il résout les problèmes qui, grands ou petits, se posent. Il ne veut pas agir seul. Il s’associe à la municipalité et au district pour traiter des points particuliers, tels l’approvisionnement des ateliers en matières premières, notamment en « charbon d’Alais ». Il se penche sur le confort des ouvriers, pour qu’ils puissent travailler le mieux possible. La plupart des membres du comité militaire de Montpellier exercent des activités manuelles ou mécaniques : horloger, coutelier, maçon, graveur. Le comité n’a nul besoin de spécialiste du fait militaire, mais d’individus qui ont un savoir-faire et une expérience. Le maçon est chargé de voir les aménagements des bâtiments, le coutelier surveille le travail des ouvriers de l’atelier de baïonnettes…

  • 28 Ibid., L 5569. Registre des délibérations du comité des subsistances de la société populaire de Mon (...)
  • 29 Ibid, L 569. Séance du 15 frimaire an II.
  • 30 Ibid., L 5518. État des dépenses de la société populaire de Montpellier
  • 31 Ibid., L 5602. Séance du 24 pluviôse an II de la société populaire de Sète.
  • 32 Cf. par exemple la société populaire de Bessan, qui nomme quatre commissaires pour « surveiller [l (...)

9Les comités militaires des sociétés importantes ne sont pas les seuls à s’occuper de l’effort de guerre. Le comité des secours de Montpellier distribue l’aide aux indigents et aux familles de soldats. Celui des subsistances œuvre pour donner un approvisionnement en céréales et en viande aux pauvres28. Ses prérogatives s’étendent. Il surveille l’application du Maximum. Il se transforme en « comité des subsistances et des fourrages », acteur essentiel des réquisitions. Il contrôle le stockage des foins. Il vérifie la gestion des fourrages par les préposés militaires ainsi que les charrois. Il échange avec les autorités militaires et les municipalités une intense correspondance. Devant l’ampleur de la tâche, le nombre des individus qui le compose augmente. Au départ, comme les autres comités de la société populaire de Montpellier, il est constitué de 15 personnes. En frimaire an II, onze nouveaux membres les rejoignent29. Le comité comporte de nombreux négociants. On y trouve des hommes d’envergure, tel Chaptal. Une part significative des membres des comités occupe des fonctions quasi officielles sur des périodes assez longues. La pratique des responsabilités, l’autorité qui leur est concédée, dépassent de beaucoup l’expérience politique des autres citoyens. Les sociétés populaires sont des lieux de l’action concrète. Cela influe sur la démocratisation de l’exercice du pouvoir, qui se trouve en de multiples mains, très au-delà des cercles restreints des autorités locales. Avant d’aller plus loin, il convient d’effacer les caricatures grossières qui brouillent notre compréhension de la tâche des commissaires. Ils sont souvent décrits comme des gens de peu, brusquement imbus de leur – modeste – ascension ou de la part de pouvoir, terrorisant un village, un quartier entier, pour faire des prélèvements abusifs. En fait, leur travail est clairement circonscrit, tel qu’il apparaît dans les registres des comités. À partir de dénombrements déjà effectués, sur des critères précis (de quantité, de volume, en fonction des capacités de chacun), une répartition des efforts, équitable, est à organiser, avec la délivrance de bons de paiement, l’examen minutieux de la qualité des fourrages, draps, chevaux…, livrés à l’armée. Rien d’exaltant dans ce travail, et peu d’arbitraire, à moins de considérer que les sacrifices demandés par l’État pour la défense de la patrie sont illégitimes. D’ailleurs, si les commissaires des sociétés populaires surveillent les écarts de conduite éventuels des agents de l’administration civile ou militaire, ceux-ci n’hésitent pas non plus à s’en prendre à eux en cas de désaccord. Les commissions portent sur des domaines très précis, difficiles à assumer pour le profane, même à l’époque considérée. L’examen des qualités, des procédés de fabrication, réclame la désignation de commissaires issus des métiers concernés : drapiers pour les ateliers de fabrication d’uniformes, armuriers pour les fusils, etc. À tel point que les sociétés populaires, comme les administrations locales, adjoignent à leurs commissaires des « experts » c’est-à-dire des gens de métier, qui en tirent avantage, car ils sont rémunérés. Il faut des individus ayant de réelles notions de comptabilité, au moins par leur pratique quotidienne, tant la complexité des poids et mesures impose une vérification minutieuse. Ils sont d’origines fort diverses suivant leur mission. Le citoyen instruit, exerçant des fonctions officielles, côtoie le simple artisan auquel on reconnaît des compétences professionnelles indispensables pour la tâche à accomplir. On est loin d’énergumènes cupides et ignares. La part d’initiative est restreinte car les textes officiels délimitent précisément leur action. Des commissaires sont dépêchés pour des missions hors du département. Perpignan, pièce essentielle de l’armée des Pyrénées-Orientales, est une des destinations les plus fréquentes pour les députations loin du district. En l’an II, l’état des dépenses du club de Montpellier signale seize envois de commissaires pour une longue distance : cinq concernent le chef-lieu des Pyrénées-Orientales, ce qui indique l’ampleur des inquiétudes soulevées par la guerre contre l’Espagne30. Les autres destinations, Nîmes, Agde, Toulouse, correspondent à des lieux avec lesquels la société populaire entretient des relations privilégiées. Il peut s’agir de rencontrer un représentant du peuple pour lui demander diverses autorisations ou s’entretenir avec lui de la situation militaire. Les autres voyages de commissaires prennent un aspect plus nettement politique, ainsi les trois délégations envoyées à Paris. L’effort de guerre est la justification essentielle de ces commissions, avec la distribution d’effets pour les volontaires, à un moment où l’aide matérielle prend de l’ampleur. Le fait marquant est la dépossession progressive des municipalités de questions qui leur étaient dévolues au profit des sociétés. La « haute-paye » est, à l’origine, organisée par les équipes municipales, beaucoup plus que par les clubs. Mais ces derniers finissent par prendre le relais, vu les difficultés des communes pour assumer cette charge31. Cela rejoint la dimension sociale de plus en plus intense des sociétés politiques, d’abord en direction de leurs membres. Il convient d’insister sur cet aspect qui révèle ce qu’est une société populaire : un espace politique mais aussi d’entraide32.

Une militante révolutionnaire face à la guerre

  • 33 C. PEYRARD, Les jacobins de l’Ouest. Sociabilité révolutionnaire et formes de politisation dans le (...)
  • 34 ADH, L 5501. Séance du 12 octobre 1793.
  • 35 M. LAPIED, « La place des femmes dans la sociabilité et la vie politique locale en Provence et dan (...)
  • 36 ADH, L 5502. Séance du 15 brumaire an II de la société populaire de Montpellier.
  • 37 Ibid., L 5528. Correspondance concernant les « dames patriotes ».
  • 38 Ibid., L 5556. Lettre de la citoyenne Aberlenc, femme Bondurand, an II, à la société populaire de M (...)
  • 39 Ibid., L 5533. Pétition adressée au président de la société populaire de Montpellier.

10Parmi les commissaires, des femmes sont parfois nommées. Apparemment, il n’existe pas de sociétés politiques mixtes dans l’Hérault, comme on en trouve en d’autres contrées, en nombre limité, il est vrai33. La place des femmes a fait l’objet de nombreuses discussions au sein des sociétés politiques dont la plupart ne les acceptent que comme spectatrices, dans les tribunes. Mais, en pratique, le rôle de certaines citoyennes est important au sein des sociétés populaires. Par voie de conséquence, la place de la gent féminine est ambiguë, entre des discours d’exclusions et une intégration de fait dans le fonctionnement de sociétés. Quelques-unes acquièrent des tâches de responsabilité que bien des hommes, même sociétaires, n’occupent jamais. Il s’agit d’opérations que l’on ne pourrait pas confier à des hommes. Les sociétés populaires délèguent à des citoyennes des pouvoirs pour une mission précise, comme la visite d’hôpitaux ou de maisons de réclusion consacrées aux femmes34. Rien ne distingue dans sa forme ce type de commission des autres, qui s’achève par le compte rendu d’usage, devant tous les membres réunis. L’action de ces individus est, généralement, comme M. Lapied le constate en Provence, dans « la tradition de l’action charitable féminine »35. Mais des tâches importantes y figurent aussi. Des femmes sont chargées de nommer les ouvrières travaillant dans des ateliers de fabrication pour l’armée. Comme leurs maris ou leurs frères, les femmes désignées sont impliquées dans l’action patriotique depuis longtemps. Dans les séances des sociétés politiques, on retrouve les mêmes noms de citoyennes, comme à Montpellier la « citoyenne Bondurand », chargée de nommer ou trouver différentes « femmes patriotes » pour organiser des dons, des envois divers aux soldats, pour travailler à la confection d’effets militaires… etc.36 Cette femme figurait d’ailleurs au début de la Révolution parmi les « Dames patriotes »37. Ce type de militantes révolutionnaires, même si elles ne font pas partie explicitement de la société populaire qui n’accueille que des hommes, y sont englobées de façon officieuse. La citoyenne Bondurand, comme un membre à part entière, compte sur le soutien de « sa » société pour l’aider, auprès des administrations, pour une affaire privée38. D’ailleurs, les femmes veulent assister aux séances des sociétés populaires car elles adhèrent, comme les hommes, à l’idée qu’il s’agit d’une « école du patriotisme », indispensable à la formation des Français, quel que soit leur sexe39. Ces femmes ne sont pas nécessairement les plus instruites ou les plus riches. Des pétitions attestent du militantisme de femmes illettrées d’artisans ou d’agriculteurs. D’ailleurs, les cérémonies civiques de quelque éclat font toujours appel à une présence féminine.

  • 40 ADH, L 5534. Lettre au président de la société de Montpellier (21 frimaire an II).
  • 41 Ibid., L 5534. Lettre du 21 frimaire an II au président de la société de Montpellier.
  • 42 Ibid., L 5534. Lettre du 21 frimaire an II au président de la société de Montpellier.

11Avec la citoyenne Bondurand, une des femmes les plus impliquées dans la société populaire de Montpellier, est une institutrice, la citoyenne Borain. Son père et ses deux frères, dont le plus jeune n’a pas 16 ans en l’an II, sont à l’armée, dans le troisième bataillon des Pyrénées-Orientales40. La citoyenne a une écriture et un français soigné, ce qui n’est pas le cas de l’ensemble des institutrices de l’époque. Elle se présente comme une patriote dévouée à la cause révolutionnaire, en affirmant que « ses sentiments républicains animent et ne cesseront d’animer » ses actions. Son grand homme est Marat, dont les « vrais principes » doivent guider les « sans-culottes »41. Ses préoccupations rejoignent celles des sociétés politiques. Au nom de son jeune frère, elle réclame à celle de Montpellier son intervention pour que les soldats aient une distribution régulière des lettres de leur famille et de journaux qui puissent les distraire et renforcer leur patriotisme. Comme la société populaire, la citoyenne Borain s’insurge contre ceux qui, selon elle, empêchent les citoyens-soldats de connaître les nouvelles, en interceptant leur diffusion ou en la ralentissant. Elle propose des mesures concrètes pour contrecarrer ces projets : multiplier les impressions de feuilles patriotiques, surveiller les maîtres de poste….42 Elle veut éviter l’isolement du soldat, situation qui pourrait le démoraliser et le couper de ses proches et des patriotes. Ses sentiments filiaux et fraternels renforcent son patriotisme dans son attachement au citoyen-soldat dont la vaillance est magnifiée. Si elle s’en prend violemment aux ennemis, notamment aux « monstres cachés », c’est-à-dire aux contre-révolutionnaires de l’intérieur, sa vision de la guerre patriotique n’est pas une vision désincarnée et idyllique du combat des justes contre les méchants. Par la voix de ses frères, elle décrit le froid, la faim, la saleté, parfois le découragement, qui saisissent le soldat :

  • 43 ADH, L 5534. Lettre du 21 frimaire an II, reprenant une lettre de son jeune frère.

« Nous sommes sur la défensive, notre ennemi la même chose ; toujours écrasé par le mauvais temps, couchés sur la dure, le corps flagellé de vermine. »43

  • 44 Cf. la réponse laconique du canton rural de Montpellier à une enquête de l’an IV sur sa population (...)

12Et, par sa propre voix, elle fait entendre les inquiétudes de la fille, de la sœur, qui n’obtient pas toujours les nouvelles qu’elle attend des siens. La majeure partie de la population ressent ces inquiétudes. Les nouvelles que l’on s’arrache à la société populaire ou en allant chez le concitoyen qui a reçu une lettre, chez le camarade qui est de retour pour une convalescence, prennent une place qui dévoile l’importance de cette angoisse. On est avide d’informations car elles sont rares ou imprécises. Les lettres sont d’autant plus attendues que la situation des armées françaises est peu brillante pendant une bonne partie de l’an II. Pendant des mois, il est impossible de savoir où et comment se porte le ou les soldats de la famille. Les incertitudes sur le sort des êtres chers pèsent d’un poids énorme dans la vie quotidienne44. Pour beaucoup, l’intérêt des sociétés populaires réside dans l’annonce des nouvelles. Les séances prennent une dimension où la politique ne constitue souvent qu’un élément accessoire, ainsi dans celle-ci, en nivôse an II :

  • 45 ADH, L 5502. Séance de la société populaire de Montpellier du 5 nivôse an II.

« La citoyenne Borain a fait part d’une lettre que son frère lui a écrit de Perpignan dans laquelle il luy fait les détails des malheurs que nos armées ont éprouvé par la trahison et par la lacheté et luy annonce en même temps la perte de son frère mort en combattant pour la défense de la patrie. Le président luy annonçant qu’il a perdu son frère et que tous ceux qu’elle voit dans l’enceinte de la société sont prêts à venger la mort d’un de ses défenseurs. »45

13L’engagement patriotique du civil accompagne celui du militaire. Pour la citoyenne Borain, comme beaucoup de patriotes, cela ne fait aucun doute :

  • 46 Ibid., L 5584. Lettre au président de la société de Montpellier, 18 pluviôse an II.

« tandis que nos valheureux guerriers volent aux frontières et brûlent du désir de repousser du sol de la Liberté les vils esclaves du bigot espagnol chacun de nous doit s’empresser à seconder leur courage selon ses faculttés. »46

  • 47 Ibid., L 5528. Lettre au président de la société de Montpellier, 6 vendémiaire an III.
  • 48 Ibid., L 5528. Lettre au président de la société de Montpellier, 6 vendémiaire an III.
  • 49 Ibid., L 2474. Lettre du 10 (ou du 20) frimaire an II aux administrateurs du département.

14Elle met en pratique ses principes, car elle présente son métier d’institutrice comme un véritable sacerdoce47. Elle estime que sa fonction est essentielle pour l’avenir du pays. Elle désire former ses élèves à « l’amour de la liberté et des mœurs républicaines » afin qu’ils soient « dignes de remplir l’attente du peuple français et dignes de former elles-mêmes les cœurs des soutiens de la liberté »48. Elle pense qu’elle a un devoir majeur, celui d’éduquer les femmes de l’avenir. Elle veut, en tant qu’institutrice, s’engager totalement dans l’éducation civique et patriotique des jeunes citoyennes49.

  • 50 ADH, L 5584. Lettre du 18 pluviôse an II au président de la société populaire de Montpellier. ADH, (...)

15Mais elle n’entend pas se limiter à cette mission. Elle désire aider concrètement sa patrie. C’est elle qui propose à la société populaire de Montpellier de s’organiser plus méthodiquement pour procurer de la charpie aux hôpitaux militaires, en la faisant faire à ses élèves et en proposant d’étendre cette mesure « aux autres institutrices patriotes »50. Cette initiative lui permet d’atteindre deux objectifs : développer le sens civique de ses élèves et agir pour le bien-être du citoyen soldat. Mais son patriotisme se sent freiné par sa position marginale sur le plan politique :

  • 51 Ibid., L 5584. Lettre du 18 pluviôse an II.

« J’ai souvent gémi du peu d’utilité que sont les femmes dans la sublime révolution qui rend libre le peuple français, c’est pourquoi je ne négligerai en aucune circonstance de témoigner l’intérêt que je prends au bien public. »51

  • 52 Ibid., L 5502.

16Elle regrette sa situation de femme qui l’empêche pleinement de jouer un rôle, notamment au sein de la société populaire. Est-ce elle ou une autre de ces militantes, assidues aux séances, qui intervient, dans la séance du 9 brumaire an II de la société populaire de Montpellier, pour se féliciter de l’initiative de cette société d’encourager, sous l’impulsion de deux jacobins venus de Paris, l’organisation d’une « société républicaine et révolutionnaire des femmes » en déclarant qu’elle allait y participer activement, ayant déjà été « secrétaire d’une société d’hommes52 »?

  • 53 Ibid., L 5502. Séance du 6 vendémiaire an III.

17Elle obtient dans le domaine qui l’intéresse le plus, l’instruction publique, une oreille attentive, comme si elle était un membre actif de la société politique53. Mais elle n’entend pas se limiter à l’éducation ou à la collecte de charpie, bref à se cantonner dans un rôle traditionnel. Avant d’être femme, elle se veut patriote. Elle aurait voulu aller à l’armée. Elle regrette de ne pas pouvoir le faire, car comme les siens, elle souhaitait s’engager totalement au service de la France :

  • 54 ADH, L 2474. Lettre du 10 frimaire an II de la citoyenne Borain aux administrateurs du département (...)

« L’amour de la Patrie et celui de la Liberté qui animent ma famille ont fait prendre les armes à mon père et à mes deux frères, tous trois servent la République (…) comme les femmes ne pouvaient les suivre d’après un décret de la Convention, je suis venue ici. »54

  • 55 9 brumaire an II et 6 pluviôse an II.
  • 56 ADH, L 5502. Séance du 27 germinal an II.

18Dans cette famille de patriotes, la défense de la patrie est un acte qui va de soi, auquel on doit tout sacrifier. La venue de Borain à Montpellier est dictée par sa volonté d’être au plus près des siens et du théâtre des opérations. Les interdictions des clubs de femmes, puis de jeunes, au plan national55, ne l’empêchent pas de donner aux réunions qui regroupent ses élèves une apparence de société politique. Lors de la souscription lancée par la société populaire de Montpellier pour ériger un monument en hommage au représentant du peuple Beauvais, la citoyenne Borain réunit avec solennité ses écolières afin de collecter des fonds parmi elles. La société populaire de Montpellier reçoit avec la marque d’attention qui lui est dû ce don en décernant une « Mention Honorable » à l’institutrice et à ses élèves56. Le procès-verbal joint à l’offrande, conservé dans les archives de la société populaire de Montpellier, donne le compte rendu de la réunion des élèves qui a décidé ce geste patriotique :

  • 57 Ibid., L 5528.

« Égalité Liberté. Séance extraordinaire de la société républicaine des jeunes élèves de la citoyenne Borain, institutrice pour la raison. Séance du 27 germinal l’an 2 de la République française, une et indivisible. La séance à été ouverte par les cris de vive la République, la montagne, les sans culottes et les défenseurs de la patrie et on a chanté des hymnes patriotiques. Une des élèves fit part ensuite à ses compagnes que la société populaire des sans culottes de Montpellier avait délibéré d’élever un monument pour honorer les vertus républicaines du Représentant Beauvais qui a emporté les regrets de tous les amis de la Révolution, elle demande qu’il fut fait aussi une collecte à cet effet. Il fut délibéré à l’unanimité que la collecte serait faite, il fut nommé de suite 14 [?] commissaires chargés de déposer dans les mains du président de la société populaire le montant de la collecte, le relevé fait il y eut la somme de 17 livres 9 sols. La citoyenne Victorine Borain est chargée de porter la parole au président. Il fut aussi délibéré de joindre à la collecte l’extrait du procès-verbal. La séance a été levée. »57

  • 58 ADH, L 5528.

19Cette réunion a toutes les apparences d’une séance d’une société populaire. Rien n’y manque : le bureau, l’ouverture d’usage par les acclamations et les chants patriotiques, les commissaires désignés pour effectuer la levée du don, la liste des donateurs… L’institutrice fait l’éducation patriotique et politique de ses élèves, des filles, par une pratique à la limite de la légalité, ce qui n’offusque pas la société populaire de Montpellier. La citoyenne Borain, telle qu’elle apparaît dans les documents laissés par la société populaire, fait partie de ces patriotes qui se caractérisent par une forte implication dans la vie politique de l’an II. Comme pour eux, l’après thermidor s’annonce difficile58. Autour des sociétés politiques, gravitent donc des citoyens ou citoyennes qui, en marge des structures révolutionnaires, mais au cœur du militantisme, assument des tâches qui concourent à l’effort de guerre, telle l’aide aux blessés.

La surveillance des hôpitaux

  • 59 ADH, L 5603. Séance de la société populaire de Sète, 8 fructidor an II.
  • 60 Ibid., L 8812. Séances du 29 et 30 ventôse an II, 4 germinal an II, etc.
  • 61 Ibid., L 8808. Séances des 3 et 6 floréal an II de la société populaire de Gignac.
  • 62 Ibid., L 8808. Séance de la société populaire de Gignac, 28 prairial an II.
  • 63 Ibid., L 5502. Séance de la société populaire de Montpellier, 25 brumaire an II.
  • 64 Ibid., L 5502. Société populaire de Montpellier, 4 frimaire an II.
  • 65 AMB, II J. Séance de la société populaire de Béziers du 26 prairial an II.

20Les sociétés populaires interviennent dans les hôpitaux militaires. Elles agissent sous la pression des soldats, qui se plaignent des leurs conditions de vie. Leurs commissaires interrogent les hospitalisés, examinent l’hygiène, des salles aux lieux de commodité jusqu’aux cuisines, au besoin en goûtant la nourriture. Elles nomment « journellement » deux commissaires pour examiner le fonctionnement de l’hôpital et faire chaque soir un rapport dans la séance59. Lorsqu’elles sont mécontentes du sort des soldats hospitalisés, elles dénoncent aux autorités supérieures les directeurs des hôpitaux militaires. Ainsi, celle de Lodève s’inquiète de la qualité du pain, fait avec de mauvaises farines60. Tous les rapports ne sont pas négatifs, les commissaires reconnaissent une bonne gestion là où elle existe61. Les préoccupations sociales et patriotiques se rejoignent. Les sociétés populaires font parvenir aux soldats hospitalisés des journaux, pour affermir leur patriotisme, et pour les distraire62. Les échanges sont fondés sur la réciprocité. Les lettres des militaires blessés, lues dans les séances, confortent les sociétaires dans leur action. Comme les administrations, les sociétés s’émeuvent des activités illicites, tel le jeu, qui pourraient nuire aux soldats dans les hôpitaux. Elles sont très attentives aux ventes illégales de denrées de mauvaise qualité qui ont tendance à les faire rechuter ou à leur faire dilapider leur pécule63. Mais elles ne sont pas opposées à tout plaisir pour les hospitalisés, au contraire. Des membres, à l’occasion de fêtes patriotiques, offrent du vin, afin que les militaires souffrants soient associés aux réjouissances, malgré les réserves de quelques sociétaires qui affirment que les officiers de santé doivent se prononcer sur le bien-fondé de la distribution en grande quantité de ce produit naturel aux malades…64 La surveillance des hôpitaux répond à des préoccupations hygiénistes qui sont celles du siècle. Les sociétés populaires se penchent sur de petits détails jugés essentiels pour éviter la propagation des épidémies. La société de Béziers réclame des mesures immédiates pour mettre « des couverts aux bidons pour que les mouches ne s’y portent pas »65. Les soucis philanthropiques et patriotiques sont liés.

  • 66 ADH, L 5502. Séance de la société de Montpellier du 24 frimaire an II.
  • 67 C. ALBERGE, « Vie et mort des soldats de l’an II à l’hôpital de l’Égalité de Pézenas », Études sur (...)
  • 68 ADH, L 202. Séance de l’administration du département du 19 ventôse an II.
  • 69 B. PESCHOT, Recherches sur les Héraultais morts aux armées (1792-1802). Mémoire de maîtrise. Unive (...)
  • 70 AMB, II J. Séance de la société populaire de Béziers du 5 ventôse an II.
  • 71 ADH, L 5502. Société populaire de Montpellier, séance du 19 brumaire an II.
  • 72 AMB, II J. Société populaire de Béziers, séance du 24 nivôse an II.

21Les sociétés veulent éviter la diffusion des maladies qui menacent d’achever une part considérable des militaires hospitalisés et de se propager ensuite dans leur cité. Les « épidémies d’hôpitaux » sont inadmissibles car elles seraient le fruit de « négligences coupables ». À l’heure où la situation militaire est difficile, les sociétés politiques estiment que le pays ne peut perdre des hommes de cette manière66. L’entassement des malades et le problème des subsistances aboutissent à des situations catastrophiques, accentuées par les défaites face aux Espagnols au printemps, à l’été 1793. L’Hérault, base arrière du front pyrénéen, doit accueillir dans l’urgence des soldats en piètre état, dans des hôpitaux de fortune installés dans des lieux que rien ne prédisposait à un tel usage, si ce n’est leur taille, couvents ou églises. Dix villes accueillent des hôpitaux militaires en l’an II : leur capacité en lits peut être chiffrée, avec Montpellier (1 286 lits), Pézenas (1 150), Béziers (739), Sète (250), Lodève (200), Clermont (180), Gignac (140), Mèze (50) et de taille sans doute similaire, Agde67. Mais les possibilités d’accueil sont largement dépassées par un flot continu d’évacués de l’armée des Pyrénées-Orientales. Les malades s’entassent dans les salles, couloirs, paliers en juillet-août 1793. Des mois après le départ des malades, les administrateurs évoquent « l’odeur infecte » qui est demeurée dans les locaux68. Si la situation semble s’améliorer ensuite, c’est modestement. Heureux sont les soldats qui peuvent s’entasser à plusieurs dans des salles, dans des lits, car certains doivent se contenter de paille. La situation sanitaire explique l’importance des pertes69. La société populaire de Béziers s’émeut de l’état de l’hôpital militaire de la ville, « rempli d’ordures jusques même dans les chambres »70. Elle somme le commissaire des guerres de venir s’expliquer, dans les plus brefs délais. Les sociétés politiques poussent les autorités à répartir les malades dans les hôpitaux suivant leurs blessures ou infections. Les galeux, vénériens, sont séparés de ceux qui souffrent de « fièvres malignes » afin de réduire le taux de mortalité. La contagion, le manque d’hygiène inquiète, mais les sociétés politiques sont également soucieuses du moral des soldats. Elles veulent éviter la désespérance des militaires les moins atteints lorsque, mélangés aux cas les plus graves, les gangrenés, ils voient, heure après heure, leur souffrance et leur fin71. Elles s’emploient également à éclaircir la situation du personnel en demandant des gens compétents ou du moins « bien intentionnés ». Elles désirent chasser ceux qui prennent ces postes pour éviter le départ au front. Elles tentent d’attirer les candidats potentiels aux postes d’infirmiers en les rassurant sur la situation épidémiologique. Ce n’est pas facile car les infirmiers s’estiment mal payés ; leur salaire passe, devant leurs plaintes, à Béziers, de 27 à 40 livres par mois, ce qui ne résout pas les problèmes de recrutement72. La surveillance des hôpitaux valorise les sociétés populaires qui se rapprochent ainsi du citoyen-soldat. Mais une nette crispation des directeurs d’hôpitaux est perceptible. La situation de beaucoup d’entre eux est difficile. Ils sont submergés par le nombre de militaires qu’ils doivent entasser dans des locaux exigus et inadaptés. Il faut qu’ils se débrouillent avec des soins sommaires, des denrées insuffisantes, de mauvaise qualité. L’orgueil est blessé par la seule présence des commissaires des sociétés qui empiètent sur un domaine qu’ils pensent leur être réservés. Les sociétés populaires peuvent être considérées comme un aiguillon, mais aussi comme une gêne insupportable, voire un remords, devant une situation que l’on maîtrise mal. Ces relations ambivalentes, entre les responsables des hôpitaux et les commissaires des sociétés politiques, portent en germe des affrontements inévitables, prêts à rejaillir dès que les sociétés s’affaiblissent, après Thermidor. Les sociétés populaires ont permis indubitablement d’améliorer le sort des soldats hospitalisés, malgré la persistance de difficultés. Omniprésentes, elles ont accordé aux malades un soutien constant, et ont évité un sentiment d’abandon qui se fait beaucoup sentir ensuite, en l’an III et en l’an IV.

22Un des éléments qui explique le dramatique éloignement entre civils et militaires qui aboutit au 18 brumaire, est l’élimination des sociétés populaires. Leur chute, même si elles avaient engendré des haines tenaces, dans nombre de communautés, produit un vide. Rien ne vient les remplacer. Au plan local, cette rupture décisive est accentuée, pour les civils, par le remplacement des municipalités villageoises par les administrations cantonales. Les paroles, les initiatives, les refus, tant du soldat que du simple citoyen, pour les efforts de défense de la Patrie, ne sont plus communiqués aussi facilement qu’auparavant. Il ne s’agit pas d’idéaliser les sociétés politiques, mais devant l’effacement des institutions de l’Ancien Régime, elles ont pris une place singulière pour répondre aux nombreux besoins de la population et des soldats-citoyens en particulier.

Notes

1 J.-F. DUBOST, « Le réseau des sociétés politiques dans le département de l’Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », AHRF, 1989, p. 347-416.

2 J. BOUTIER, P. BOUTRY, Les sociétés politiques, Atlas de la Révolution Française, tome VI, Paris, 1992.

3 F.-A. Aulard, « La législation des clubs sous la Révolution », La Révolution française, 1889, XVII, p. 255-267.

4 D. BUC, Le club des jacobins de Sète, 1790-1795. Montpellier, mémoire de maîtrise sous la direction de R. LAURENT. Université Paul Valéry, 1971, p. 10.

5 L. CARDENAL (de), La province pendant la Révolution. Histoire des clubs jacobins (1789-1795), Paris, 1929, p. 340.

6 ADH, L 5498. Séance du 12 septembre 1791 de la société des Amis de la Constitution de Montpellier.

7 Ibid., Séances des 29 avril, 11 mai, 6 juin pour le régiment des Vosges, etc.

8 Ibid., L 5528. Lettre de Montesquiou, général en chef de la neuvième division militaire, au président de la société des Amis de la Constitution de Montpellier, 9 novembre 1791.

9 Ibid., L 5500. Séance du 15 septembre 1792 de la société des Amis de la Constitution de Montpellier.

10 Ibid., L 5499. Procès-verbal de la séance du 1er novembre 1791.

11 Ibid., L 5603. Séance de la société populaire de Sète, du 29 messidor an II.

12 Ibid., L 8806. Procès-verbal de délibération de la séance du 30 juillet 1792.

13 Ibid., L 5498. Séance du 18 mars 1791.

14 Ibid., L 8806. Séance de la société populaire de Clermont du 28 brumaire an II.

15 Ibid., L 5502. Société populaire de Montpellier, séance du 21 brumaire an II.

16 Ibid., L 5498. Séance du 28 octobre 1791 de la société politique de Montpellier.

17 Ibid., L 5505. Société populaire de Montpellier, 24 brumaire an III.

18 Ibid., L 5504. Séance de la société populaire de Montpellier du 3 fructidor an II.

19 Ibid., L 8812. Société de Lodève, 25 brumaire an II.

20 Ibid., L 5504. Séance de la société populaire de Montpellier du 16 prairial an II.

21 Ibid., L 5601. Séance du 9 juin 1791.

22 C. DUPRAT, « Pour l’amour de l’humanité ». Le temps des philanthropes. La philanthropie parisienne des lumières à la monarchie de juillet, t. I. Paris, 1993.

23 ADH, L 5603. Séance du 29 messidor an II de la société populaire de Sète.

24 Ibid., L 8812. Séance de la société populaire de Lodève, 14 floréal an II.

25 Ibid., L 5603. Société populaire de Sète, à propos d’élèves à désigner pour l’école de Mars (séances des 21 et 25 prairial an II).

26 Ibid., L 5602. Séance de la société populaire de Montpellier, 25 ventôse an II.

27 Ibid., L 5581 Registre du comité militaire de la société populaire de Montpellier.

28 Ibid., L 5569. Registre des délibérations du comité des subsistances de la société populaire de Montpellier, 8 frimaire an II- 23 nivôse an III.

29 Ibid, L 569. Séance du 15 frimaire an II.

30 Ibid., L 5518. État des dépenses de la société populaire de Montpellier

31 Ibid., L 5602. Séance du 24 pluviôse an II de la société populaire de Sète.

32 Cf. par exemple la société populaire de Bessan, qui nomme quatre commissaires pour « surveiller [les] individus de la société qui pourraient être malades voir s’ils ont besoin de quelque chose ainsi que leurs femmes. » (ADH, 21 EDT 2 D 1. 7 floréal an II).

33 C. PEYRARD, Les jacobins de l’Ouest. Sociabilité révolutionnaire et formes de politisation dans le Maine et la Basse-Normandie (1789-1799), Paris, 1996, p. 231-232.

34 ADH, L 5501. Séance du 12 octobre 1793.

35 M. LAPIED, « La place des femmes dans la sociabilité et la vie politique locale en Provence et dans le Comtat Venaissin pendant la Révolution » Provence Historique, fasc. 186, 1996, n° spécial « Femmes et politique en Provence (XVIIIe-XXesiècles) », p. 457-469.

36 ADH, L 5502. Séance du 15 brumaire an II de la société populaire de Montpellier.

37 Ibid., L 5528. Correspondance concernant les « dames patriotes ».

38 Ibid., L 5556. Lettre de la citoyenne Aberlenc, femme Bondurand, an II, à la société populaire de Montpellier.

39 Ibid., L 5533. Pétition adressée au président de la société populaire de Montpellier.

40 ADH, L 5534. Lettre au président de la société de Montpellier (21 frimaire an II).

41 Ibid., L 5534. Lettre du 21 frimaire an II au président de la société de Montpellier.

42 Ibid., L 5534. Lettre du 21 frimaire an II au président de la société de Montpellier.

43 ADH, L 5534. Lettre du 21 frimaire an II, reprenant une lettre de son jeune frère.

44 Cf. la réponse laconique du canton rural de Montpellier à une enquête de l’an IV sur sa population : « Les défenseurs que le canton a donné à la patrie étant dispersés dans les différents corps éloignés, il n’est pas possible de faire connaître s’ils sont vivants ». ADH, L 5439. Procès-verbaux de la municipalité, 29 frimaire an IV.

45 ADH, L 5502. Séance de la société populaire de Montpellier du 5 nivôse an II.

46 Ibid., L 5584. Lettre au président de la société de Montpellier, 18 pluviôse an II.

47 Ibid., L 5528. Lettre au président de la société de Montpellier, 6 vendémiaire an III.

48 Ibid., L 5528. Lettre au président de la société de Montpellier, 6 vendémiaire an III.

49 Ibid., L 2474. Lettre du 10 (ou du 20) frimaire an II aux administrateurs du département.

50 ADH, L 5584. Lettre du 18 pluviôse an II au président de la société populaire de Montpellier. ADH, L 5502. Séance du 16 pluviôse an II de la société populaire.

51 Ibid., L 5584. Lettre du 18 pluviôse an II.

52 Ibid., L 5502.

53 Ibid., L 5502. Séance du 6 vendémiaire an III.

54 ADH, L 2474. Lettre du 10 frimaire an II de la citoyenne Borain aux administrateurs du département de l’Hérault.

55 9 brumaire an II et 6 pluviôse an II.

56 ADH, L 5502. Séance du 27 germinal an II.

57 Ibid., L 5528.

58 ADH, L 5528.

59 ADH, L 5603. Séance de la société populaire de Sète, 8 fructidor an II.

60 Ibid., L 8812. Séances du 29 et 30 ventôse an II, 4 germinal an II, etc.

61 Ibid., L 8808. Séances des 3 et 6 floréal an II de la société populaire de Gignac.

62 Ibid., L 8808. Séance de la société populaire de Gignac, 28 prairial an II.

63 Ibid., L 5502. Séance de la société populaire de Montpellier, 25 brumaire an II.

64 Ibid., L 5502. Société populaire de Montpellier, 4 frimaire an II.

65 AMB, II J. Séance de la société populaire de Béziers du 26 prairial an II.

66 ADH, L 5502. Séance de la société de Montpellier du 24 frimaire an II.

67 C. ALBERGE, « Vie et mort des soldats de l’an II à l’hôpital de l’Égalité de Pézenas », Études sur Pézenas et sa région. Vol. II, n° 2, 1971, p. 9-27.

68 ADH, L 202. Séance de l’administration du département du 19 ventôse an II.

69 B. PESCHOT, Recherches sur les Héraultais morts aux armées (1792-1802). Mémoire de maîtrise. Université Paul Valéry, direction A. MARTEL. Montpellier, 1971.

70 AMB, II J. Séance de la société populaire de Béziers du 5 ventôse an II.

71 ADH, L 5502. Société populaire de Montpellier, séance du 19 brumaire an II.

72 AMB, II J. Société populaire de Béziers, séance du 24 nivôse an II.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540