Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Chapitre IV. « Utile à la Patrie, funeste aux tyrans »

Texte intégral

  • 1 ADH, 4 T 15 « Plan d’une machine pour servir à la confection de toutes sortes d’armes, Rimbault, 1 (...)

1« Utile à la Patrie, funeste aux tyrans », proclame fièrement le plan d’une « machine » destinée à un projet de fabrique d’armes à Montpellier1. Maintes administrations pourraient reprendre l’expression comme devise, tant l’effort de guerre marque leurs activités en l’an II. Mais cette mobilisation s’intensifie-t-elle ou change-t-elle de nature ?

La mobilisation des administrations locales en l’an II

2La composition des administrations de district et de département n’est pas bouleversée par les différentes épurations de l’an II. Certes, le représentant du peuple Boisset écarte les éléments les plus compromis dans l’épisode fédéraliste. Les administrateurs sont désormais nommés et non plus élus. Malgré cela, en octobre 1793, onze membres du conseil de département sur 36 sont en poste depuis les années 1790-1791. Après les transformations institutionnelles de frimaire an II, encore trois sur huit dans l’administration centrale. La personnalité des « anciens » renforce la continuité. Dupin, procureur général syndic, devenu président, côtoie l’influent Cambon père. À Lodève aussi, la « régénération » des administrations ne marque pas de rupture. Cinq membres du conseil de district sur quatorze, quatre administrateurs du directoire sur six sont des élus des années précédentes. Même continuité sur le plan social : trois « fabricants de draps », quatre hommes de loi, quatre propriétaires fonciers… En désignant en majorité des anciens élus, le représentant du peuple donne une légitimité supplémentaire aux administrations « régénérées ». La nouvelle administration de district de Lodève ressemble beaucoup à la précédente. Souvent riches, acheteurs de biens nationaux, les administrateurs sont issus de la même élite économique et culturelle. La seule différence est leur âge moyen, sensiblement plus bas que celui de leurs prédécesseurs. La majorité des administrateurs du Lodèvois, en l’an II, est entrée dans la vie active et la vie publique dans les derniers instants de l’Ancien Régime et au début de la Révolution, ce qui a dû jouer un rôle important dans leur formation et leurs convictions politiques. Les autorités du département et de district sont toujours composées de citoyens expérimentés. Leur engagement s’accompagne d’une expérience concrète des affaires publiques, de la gestion d’un patrimoine foncier ou manufacturier.

  • 2 Ainsi pour le village de Lieuran en 1793, ces affaires militaires, en l’occurrence les réquisition (...)
  • 3 J. PERRET, « Le village face à la Terreur : l’exemple du département de la Vienne », Pouvoir local (...)
  • 4 ADH, L 6980. Lettres de menace contre Regulus Pradel et Antoine Pons.
  • 5 Ibid., L 4654. Séance du conseil de district de Lodève du 11 messidor an II.
  • 6 Ibid., L 4648. Séance du 14 thermidor an II du directoire de district de Lodève.
  • 7 Ibid., L 5502. Séance du 19 frimaire an II.

3Les questions concernant l’armée et la guerre connaissent une hausse considérable. Plus du tiers des séances du directoire de district de Lodève, plus de 40 % de celles du conseil les évoquent. Le poids des réquisitions se fait lourdement sentir. Les questions économiques augmentent : subsistances et guerre, voilà les deux grandes préoccupations de l’an II. La part des affaires militaires dans les séances des municipalités prend également une extension considérable dans l’Hérault, et dans d’autres départements, comme l’a montré G. Fournier2. Les municipalités suivent en cela les mêmes évolutions que les autres administrations locales, en premier lieu leur supérieur hiérarchique direct, le district. Cette omniprésence de la guerre atteint une telle ampleur, que la période de la Terreur, « se manifeste concrètement surtout par les levées d’hommes et la cascade des réquisitions »3. Les districts doivent assumer une grande partie des prérogatives perdues par le département, en raison de son engagement fédéraliste. Les membres des administrations subissent de fortes pressions qui n’émanent pas toutes des autorités révolutionnaires. Des administrés tentent d’influencer leurs décisions aussi bien avec des menaces de mort4 que des tentatives de corruption5. Les rapports sont difficiles avec les communes. Confrontés aux problèmes du quotidien, les officiers municipaux ont des conceptions de l’intérêt général qui heurtent leurs supérieurs. La municipalité de Brignac, ulcérée de la levée d’une nouvelle taxe pour l’effort de guerre, engage les commissaires qui en sont chargés de prendre en compte avant tout l’intérêt de « leur patrie », c’est-à-dire de leur village. Une telle utilisation du terme « patrie » provoque la colère du district. Ce dernier rappelle avec véhémence la seule définition du mot qui doit être adopté par toutes les administrations : « la Patrie des Français est la République entière une et indivisible et non pas une commune »6. La patrie, pour beaucoup de citoyens, malgré les progrès de l’idée nationale, reste avant tout le lieu de naissance, celui de la vie quotidienne. Le sens premier du terme « patrie », associé au village natal, est prépondérant dans les esprits, comme pour ces soldats malades qui envoient une pétition à la société populaire de Montpellier afin « d’obtenir la permission d’aller dans leur patrie et parvenir à une parfaite guérison »7. Les sentiments d’appartenance sociale et géographique, culturelle, sont essentiels dans la mise en pratique du patriotisme pendant la période révolutionnaire. Il subsiste des manières d’être, séculaires, qui côtoient, jusqu’à tard dans la Révolution, les nouvelles formes de patriotisme. Il s’agit d’attitudes héritées d’un passé très ancien dont on pourrait penser que leur disparition est totale dès les premiers mois de la Révolution. Cela est loin d’être le cas, si l’on croit certaines séances des sociétés politiques, comme celle-ci, à la fin de septembre 1792 :

  • 8 Ibid., L 5500. Séance de la société politique de Montpellier du 29 septembre 1792.

« Le citoyen président rappelle ensuite à l’assemblée que le citoyen Duvidal a envoyé à la société un assignat de 200 livres pour que cette somme serve à une haute paye des volontaires nationaux, (…) le désir de ce citoyen serait que cette somme fut donnée de préférence aux volontaires nationaux du lieu de Montferrier, dont il a été le cydevant seigneur. »8

  • 9 Ibid., L 5603. Séance de la société populaire de Sète du 21 prairial an II.

4Les formes de solidarité (ou de domination) anciennes s’amalgament ainsi aux nouvelles, mais avec toujours le souci d’aider « ses » soldats en priorité. Les nouveaux symboles de la France connaissent un enracinement progressif. Le drapeau tricolore s’implante mais avec des avatars, comme le laisse entendre cette séance de la société populaire de Sète, où l’on s’émeut de voir les Montpelliérains confondre drapeau français et hollandais, en ne sachant dans quel sens mettre la bannière tricolore9. Les valeurs révolutionnaires s’établissent là où il y a possibilité de fusion avec des traditions anciennes, sans qu’elles heurtent de plein fouet les intérêts des communautés. La controverse lexicale sur le mot « patrie » révèle la profondeur des conflits. Des conceptions opposées des liens sociaux et politiques s’affrontent. La montée des tensions au village expose particulièrement les équipes municipales. Des dénonciations d’incivisme contre d’anciens maires ou des agents nationaux en fonction sont l’expression de vengeances, suites de réquisitions mal acceptées. Cela explique la prudence du Tribunal Criminel du département, qui, loin de frapper, sans réfléchir, les fonctionnaires incriminés, s’interroge sur les motivations des dénonciateurs

  • 10 C. Guiraudon-Fediere, « Une aide à la généalogie montagnacoise : la justice de paix en l’an II », (...)

5Devant les résistances, le district est ferme. Il réaffirme que la priorité est la défense du pays : « tout français est soldat ». Ceux qui ne combattent pas doivent montrer une abnégation encore plus grande que celle des volontaires, « un dévouement le plus absolu à la chose publique ». Afin d’éviter une multiplication des refus, tels qu’ils s’étaient manifestés à l’été 1793, les autorités prennent des mesures répressives à l’égard des récalcitrants aux réquisitions. Mais la reprise en main, du début de l’an II, a convaincu les plus rétifs qu’ils avaient intérêt à s’exécuter, pour éviter des amendes et le risque de figurer parmi les suspects. Dans la plupart des cas, les poursuites ne sont engagées qu’en cas d’incident grave, telle des injures ou des voies de fait sur des fonctionnaires publics. Les peines prononcées ne le sont pas en fonction d’une législation particulière à la Terreur. Ce sont les lois, toujours en vigueur, de la monarchie constitutionnelle qui règlent ce type d’affaire. À Montagnac, une femme qui a refusé une réquisition sur ses mules, et qui a malmené un agent national, est condamnée à deux mois de prison suivant « la loi du 22 juillet 1791 »10. Là comme en d’autres domaines, les autorités agissent avec pragmatisme. Elles limitent autant qu’elles le peuvent l’épreuve de force qui compromettrait des réquisitions efficaces. Le directoire de district joue un rôle de recours auprès des populations, par sa position intermédiaire entre les municipalités et les administrations supérieures. L’attention aux réclamations des citoyens permet d’ajuster, dans une conjoncture difficile, les décisions gouvernementales aux impératifs de la vie quotidienne.

  • 11 ADH, L 4648. Séance du 6 messidor an II.
  • 12 ADH, L 4648. Séance du directoire de district de Lodève, 25 prairial an II.

6La crise économique, conjuguée aux besoins pressants des troupes, rend ardue la tâche des administrateurs. La concurrence entre l’armée et la population, pour les achats de grains, aggrave la situation. Cela conduit le district à intervenir dans le jeu des échanges. Certes, le directoire de Lodève se refuse à toute immixtion dans les affaires commerciales privées, car les « marchés de particulier à particulier ne regardent pas l’administration »11. La libre circulation des marchandises est proclamée comme une nécessité pour le bon fonctionnement de la société. Mais le district viole lui-même les principes qu’il défend, sous la pression de ses administrés. Vu l’impossibilité de certaines familles démunies d’obtenir des subsistances au prix du Maximum, il oblige les détenteurs de blé à la vente. Il parvient ainsi à nourrir l’ensemble du peuple. Mais ses interventions sur le marché économique se font surtout à la demande des entrepreneurs. Les artisans et fabricants soumissionnaires de l’armée s’adressent régulièrement à lui pour obtenir des matières premières qui leur font défaut. Souvent détracteurs du Maximun, lorsqu’il s’agit de vendre leurs marchandises, ils dénoncent volontiers leurs fournisseurs quand ces derniers refusent de s’en tenir au « Tarif ». Par la force des choses, l’administration est obligée d’intervenir dans des ventes qui ne concernent que des particuliers. Elle opère une véritable redistribution des matières premières. Tout est mis en œuvre pour que les industriels ou artisans travaillant pour l’armée puissent continuer leurs activités. Des métiers ne fonctionnent pratiquement plus que grâce aux réquisitions. Cela conduit à la mainmise de la défense nationale sur des pans entiers de l’économie. Aux réquisitions officielles pour les troupes, s’ajoutent donc des prélèvements pour les fabricants soumissionnaires (sans parler de l’approvisionnement des marchés). Cette situation provoque un véritable imbroglio, avec des citoyens qui ne savent plus ce qui est réquisitionné pour l’armée et ce qui ne l’est pas, ce qui est soumis à délivrance spéciale. Le district de Lodève est assailli de demandes d’autorisation de vente ou d’achat parfaitement inutiles. Il a beau réaffirmer la liberté du commerce, il est confronté à une masse de pétitions qui lui demandent sa médiation. Bien des artisans ou des marchands ne prennent même plus la peine de chercher par eux-mêmes des marchandises, ils s’adressent directement à l’administration en pensant qu’elle leur trouvera ce dont ils ont besoin. La majorité des interventions du district dans le domaine économique ne sont pas de son initiative, mais à la demande des citoyens. Les administrateurs essayent de concilier, non sans mal, les nécessités de la défense de la Patrie et les besoins des humbles, l’intérêt général et l’intérêt particulier, le droit à l’existence et le droit de propriété. Les besoins de l’armée, si impérieux soient-ils, ne sauraient mettre en péril la production agricole. Les paysans doivent être soutenus dans leur travail : « Qui sème récolte »12. L’administration reprend à son compte un vieil adage paysan qui acquiert un relief particulier dans une période qui voit l’abolition totale des droits féodaux. La France idéale des administrateurs est une société où tous les citoyens possèdent un minimum de ressources, sans qu’une minorité accapare l’essentiel des richesses. Le district de Lodève se montre sévère à l’égard de citoyens très aisés qui viennent se plaindre auprès de lui, ce qui forme un contraste saisissant par rapport à son écoute des démunis. Ainsi, un individu qui demande la permission de quitter le territoire français afin d’aller s’occuper de son patrimoine dans « l’isle de la Grenade » reçoit une fin de non-recevoir plutôt sèche : il est impossible de laisser un citoyen français se rendre sur un territoire aux mains de l’ennemi, à savoir l’Anglais. Mais le district motive également sa décision sur des principes sociaux :

  • 13 Ibid., L 4648. Séance du directoire de district de Lodève, 26 germinal an II.

« les autres biens que le citoyen possède sur le territoire français sont suffisants pour entretenir sa famille et que les républicains doivent dédaigner l’opulence et se contenter de la médiocrité. »13

  • 14 ADH, L 531. Adresse du conseil du département de l’Hérault sur Saint-Domingue, 29 novembre 1791.

7Dans cette perspective, la conquête et l’exploitation de territoires étrangers sont refusés car cela va à l’encontre des Droits de l’Homme. La rupture est complète avec les principes des administrateurs précédents, si sourcilleux des intérêts des colons14. L’attitude des administrateurs ne provient pas d’une méconnaissance du fait colonial, dans un ci-devant Languedoc aux liaisons commerciales étroites avec les « isles ». D’ailleurs, dans le directoire de Lodève, figure un membre qui a vécu une douzaine d’années à Saint-Domingue. Mais les principes de défense des intérêts de la paysannerie parviennent-ils à être appliqués, à un moment où s’accroissent les difficultés ?

Les ponctions de la guerre sur la main-d’œuvre agricole

  • 15 Ibid., L 1227. Correspondance avec les municipalités.
  • 16 Ibid., L 1227. Lettre de l’agent national du district de Saint-Pons, 19 nivôse an II.
  • 17 G. SAUMADE, Armée des Pyrénées-Orientales. An II (1794). Le camp d’instruction de Launac « sous Mo (...)
  • 18 ADH, 88 EDT 1 D1. Municipalité de Saint-Georges d’Orques, 3 nivôse an II.

8Le départ des jeunes gens pour l’armée réduit de façon drastique les bras disponibles pour l’agriculture. La raréfaction de la main-d’œuvre avive les tensions sociales. Les propriétaires fonciers se plaignent des revendications des saisonniers qui désirent profiter de la situation pour obtenir une augmentation des salaires. La « glanaison » est assimilée à un véritable pillage. Les administrateurs de la bordure sud du Massif Central se dépensent pour envoyer les travailleurs réclamés par leurs homologues héraultais. Mais les saisonniers refusent de descendre vers les plaines céréalières, jugeant trop bas les salaires fixés par le Maximum. Les autorités réagissent en faisant appel à l’armée. Elles envoient par bataillons entiers des soldats pour moissonner. Elles demandent aux municipalités de chiffrer précisément leurs besoins pour les semailles, ce qui donne a posteriori des indications pour savoir si les campagnes souffrent du manque de bras. Contrairement à ce que l’on aurait pu penser de prime abord, une majorité de communes déclarent ne pas avoir besoin de main-d’œuvre. Pourtant, les propriétaires fonciers auraient pu facilement inciter les officiers municipaux à réclamer le retour de leurs fils ou de leurs manouvriers. Dans le district de Montpellier, seules 35 municipalités sur 79 demandent le retour temporaire de jeunes gens de leur ressort15. Comme en d’autres temps, la solidarité villageoise joue pour que toutes les terres soient travaillées. Mais une autre raison explique le nombre plutôt limité des demandes : la présence importante, dans certains cantons, de déserteurs. L’agent national du district de Saint-Pons constate amèrement que les communes, qui avaient réclamé de retour temporaire de leurs enfants, n’ont pas donné suite à leurs demandes, car elles disposent d’une bonne partie d’entre eux grâce aux désertions16. Ces dernières sont nombreuses depuis 1793. Certes, « le tour de vis » du gouvernement révolutionnaire, notamment l’action des représentants du peuple auprès de l’armée des Pyrénées-Orientales, a permis de réduire le flot des désertions. Mais dans le département même, la présence d’un camp d’instruction des jeunes de la levée en masse est un vivier permanent de déserteurs, qui ont peu de kilomètres à faire pour revenir à la maison familiale17. Enfin, les travaux agricoles bénéficient de l’apport d’ouvriers qui quittent les manufactures pour se consacrer aux moissons, plus rémunératrices. La crise des industries textiles pour le Levant libère des bras. Le nombre de champs ensemencés en « bleds » augmente. Les autorités incitent les paysans à consacrer le maximum de terres à la culture jugée vitale. Mais toutes les productions ne connaissent pas cette situation relativement favorable. La viticulture souffre du manque de main-d’œuvre. Les représentants du peuple ne se soucient pas de libérer des hommes pour la taille ou la vendange. Pire, la vigne est perçue comme une culture néfaste et spéculative, qui devrait reculer au profit des céréales. Les municipalités « viticoles » demandent en vain le retour temporaire des enfants du pays18. Leurs préoccupations sont jugées secondaires. Des priorités sont nettement énoncées dans l’agriculture comme dans l’industrie.

Armement et salpêtre

  • 19 Procès-verbaux…, op cit., t. 4, séance du 6 frimaire an II. ADH, L 5593. Rapport du citoyen Vignat (...)
  • 20 ADH, L 5603. Séance de la société populaire de Sète du 7 prairial an II.
  • 21 P. BRET, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), (...)
  • 22 ADH, L 2063. Correspondance avec l’administration départementale.

9La situation catastrophique dans laquelle est plongée la France, à l’été 1793, conduit les révolutionnaires à des mesures d’envergure. Dans l’Hérault, la rupture des communications avec Saint-Étienne et le dénuement dans lequel se trouvent les troupes incitent les autorités locales à monter des projets qui permettraient un armement satisfaisant sans trop compter sur le gouvernement, toujours peu préoccupé par la situation pyrénéenne. Les plans d’une manufacture d’armes, la construction d’un canal et d’un port pour Montpellier, sont élaborés19. Les problèmes économiques, le rétablissement des relations avec Saint-Étienne, la présence plus importante de l’État avec le volontarisme des représentants du peuple Milhaud et Soubrany, éclipsent ces grands desseins. Mais ces projets, même esquissés, augmentent les contacts entre « les artistes ou autres personnes des arts », ce qui favorise les entreprises privées par la suite20. « La mobilisation des savants » pour la défense de la Patrie connaît une impulsion décisive en l’an II au plan national comme au niveau local21. Les inventions sont encouragées par les sociétés populaires. Diverses fabriques (baïonnettes, balles…) voient le jour à Montpellier, Béziers, Lodève… Des entrepreneurs s’engouffrent dans ces marchés prometteurs. Ils sont si sûrs d’obtenir les commandes de l’État, que certains se lancent dans l’entreprise sans encore avoir passé de marché, tels ces trois associés qui mettent en œuvre un atelier de fabrication de poignées de sabre, avec 24 ouvriers22. Les autorités locales aident les investisseurs, en mettant à leur disposition des locaux, en l’occurrence des biens nationaux. Le système des réquisitions, tant des hommes que des matières premières, associé au Maximum, joue un rôle essentiel pour la croissance de ces industries de guerre. Lorsque les entrepreneurs se plaignent du manque de main-d’œuvre, ils savent que les administrations sont prêtes à laisser à leur disposition des jeunes gens soumis à la levée en masse. Les promoteurs de ces projets sont des négociants importants mais aussi de simples artisans qui s’associent dans un atelier modeste. À Lodève, une fabrication de baïonnettes est organisée par sept ouvriers. Les livraisons pour l’armée maintiennent des relations importantes dans les différents corps de métiers. Pour former les ateliers, les serruriers, couteliers, orfèvres, fondeurs, s’associent, au point que tous les membres d’une même profession travaillent ensemble. Ceci sauvegarde des liens qui auraient pu être fortement compromis avec la disparition des corporations. Mais la production est soumise aux retournements de la conjoncture. L’an III sonne le glas de ces fabriques, vu le démantèlement des structures qui les soutenaient et la hausse des prix des matières premières. Malgré le caractère artisanal de la plupart des ateliers, en l’an II, le bilan est satisfaisant pour les autorités. L’équipement de l’armée est amélioré. Mais, pour l’armement, l’essentiel de l’effort de guerre local porte sur le salpêtre.

  • 23 M. PERONNET (dir.), Chaptal, Toulouse, 1988.
  • 24 Procès-verbaux…, op. cit., t. 4, 12 frimaire an II.

10À partir d’août 1793, les mesures prises pour accroître la production de salpêtre cristallisent une mobilisation analogue à celle de la levée en masse. La loi du 28 août met à la disposition de la Nation toutes les terres salpêtrées. Celle du 14 frimaire an II organise « l’exploitation révolutionnaire des salpêtres ». Dans l’Hérault, l’impulsion décisive est donnée par Chaptal23. Le chimiste, combinant connaissances théoriques et savoir-faire technique, est l’homme tout indiqué pour s’occuper d’une production devenue vitale pour la République. Il propose au district de Montpellier l’établissement d’un atelier24. Son action permet de faire oublier son engagement fédéraliste. Il bénéficie de l’amitié de scientifiques qui tiennent une place essentielle dans la fabrication d’armes et de poudres en l’an II, tel Berthollet. À la suite de l’arrêté du 4 nivôse an II, qui crée huit arrondissements pour l’intensification de la production de salpêtre, le Comité de Salut Public le nomme inspecteur pour le Midi, soit en Languedoc et en Provence. Déjà attelé à la tâche dans l’Hérault, s’appuyant sur l’administration départementale, le district et la municipalité de Montpellier, Chaptal engage les autres communes à se mettre au travail. Très tôt, il organise des cours à Montpellier pour former des techniciens capables d’ouvrir des ateliers. Des « élèves » viennent des départements voisins, comme l’Aude. L’Hérault entre dans une dynamique de production, qui se poursuit après la nomination, à Paris, de Chaptal comme directeur de l’agence révolutionnaire des Poudres. En ventôse an II, trois ateliers de salpêtre existent à Montpellier, l’un géré par la Régie, et deux autres par la municipalité et la société populaire. Dépassant, au total, les 70 ouvriers, ces entreprises sont plus importantes que celles des chefs-lieux des départements voisins.

  • 25 AMM, D1 8. Municipalité de Montpellier, séance du 5 thermidor an II.
  • 26 ADH, L 8808. Société populaire de Gignac, 20 thermidor, 20 fructidor an II.
  • 27 Ibid., L 5455. Lettre du 16 pluviôse an IV de Dufau, commissaire national des Poudres et Salpêtre.

11Une division du travail s’opère. Les municipalités des petites communes montent un atelier qui est, en fait, un lieu de stockage du matériel et du salpêtre collecté. La récolte, traitée dans « l’atelier de lessivage », est portée à « l’atelier de fabrication du salpêtre » des villes les plus importantes, suffisamment riches pour posséder des locaux assez vastes pour accueillir les chaudières, et un personnel qualifié. Les municipalités sont responsables financièrement de l’entreprise. Elles payent les ouvriers, le matériel. Elles rentrent normalement dans leurs frais par la vente, au prix fixé, du salpêtre fabriqué. Les locaux sont des biens nationaux. Le matériel est fourni par voie de réquisition. Les districts avancent les fonds nécessaires aux communes, à charge pour elles de les rembourser lorsqu’elles auront vendu leur production25. Les ateliers de fabrication de salpêtre proprement dit sont en nombre limité : quatre à cinq par district environ. La main-d’œuvre permanente est modeste. À Gignac, les ouvriers sont quatre pour un atelier qui produit cinq à huit quintaux par décade26. Les ateliers sont progressivement mis en place au début du printemps. Le département dispose de deux « moulins à poudre »27, notamment à Lattes, où un moulin classique est aménagé pour une utilisation militaire. Il est situé sur un axe de circulation majeur, permettant une communication vers le canal des Deux-Mers ou le Rhône. Plusieurs accidents ont eu lieu pendant la Révolution, de la simple fracture d’un ouvrier à des explosions plus ou moins fortes. Comme en d’autres sites (on peut penser à la poudrerie de Grenelle), la fabrication de poudre est une opération dangereuse. La collecte massive de salpêtre multiplie les quantités à traiter et donc les accidents. Avoir une main-d’œuvre compétente est une gageure, à tel point que le commissaire national des Poudres et Salpêtre à Montpellier ferme les yeux sur la provenance d’un ouvrier, soldat déserteur, parce qu’il est le seul à surmonter sa peur.

  • 28 ADH, L 3750. Lettre du district de Montpellier à la Commission des Armes et Poudres de la Républiq (...)
  • 29 Ibid., L 5603. Séance du 12 vendémiaire an III de la société populaire de Sète.

12L’implantation des ateliers de salpêtre à une large échelle est une réussite. Après une phase de démarrage dans l’ensemble du département, de la mi-germinal à la mi-floréal an II, la production s’élève lentement, pour atteindre, de prairial an II à vendémiaire an III, un maximum. Le retour au pays de citoyens envoyés à Paris pour apprendre la fabrication du salpêtre a donné un nouvel essor. Le fléchissement est net ensuite. Il intervient très tôt pour les ateliers les plus petits, dès fructidor. Une césure entre l’an II et l’an III apparaît, marquant une rupture dans l’effort de guerre. La décroissance de la production, pour le salpêtre comme d’autres fabrications, s’explique par plusieurs éléments. Les difficultés économiques, avec la hausse des matières premières (bois, charbon) et des salaires, sont décisives. L’épuisement des terres salpêtrées amène le déclin de la production. De nouvelles ressources sont recherchées. L’idée d’utiliser le marc de raisin se propage, encouragée par le Comité de Salut Public. Les districts producteurs de vin sont intéressés par cette idée qui pourrait procurer de nouveaux débouchés28. Mais cela ne rencontre plus guère d’écho à la fin de l’an II, au moment où la mobilisation s’effondre. La perte d’influence des sociétés populaires porte un coup rude à la fabrication. Un relâchement apparaît chez les particuliers, notamment du côté des femmes pour livrer des cendres29.

  • 30 Ibid., L 4929. États de production de « chaque commune évaporatoire ».
  • 31 Ibid., L 5257. États de versements de salpêtre des différents ateliers évaporatoires du district d (...)
  • 32 Ibid., L 4482.

13Malgré ce rapide déclin, la fabrication de salpêtre est un succès en l’an II. Selon les districts, la production oscille de 20 000 à 60 000 livres. Celle des ateliers évaporatoires du district de Lodève atteint 38 535 livres30, loin devant celle du district de Saint-Pons (14 109 livres31). Dans le district de Montpellier, aux ateliers plus grands et de formation précoce, les résultats sont conséquents : 62 757 livres32. La création d’unités de transformation locales a permis la croissance de la production nationale, qui passe de 1 030 tonnes de salpêtre en 1792 à 1606 en l’an II.

  • 33 AMM, II H 212. Comptes de l’atelier de salpêtre communal de Montpellier.
  • 34 ADH, 93 EDT Lodève 2 H 30. Comptes de l’atelier de Lodève. Pluviôse an III.

14Mais leur impact économique pose des questions, que ce soit sur la main-d’œuvre mobilisée ou le gain financier obtenu par les communes. Les bilans effectués, lors de la cessation d’activité des principaux ateliers en l’an III, à la suite du décret du 17 germinal, permettent de tirer quelques conclusions. À première vue, la production n’a pas été vraiment rentable pour ses principaux organisateurs, les communes. Selon les évaluations de l’an III, la quasi-totalité des ateliers accuse un net déficit. « L’atelier communal de Montpellier », du 2 germinal an II au 30 frimaire an III, a dépensé 23 997 livres pour 21 751 livres de recettes33. À Lodève, les comptes sont apparemment en équilibre, mais ne dégageraient, comme gain, que 9 sols 3 deniers sur une recette totale de 26 000 livres environ…34 Les ateliers n’auraient donc procuré aucun bénéfice ou du moins des recettes très faibles au regard de l’investissement effectué.

  • 35 Archives de La Salvetat déposées aux ADH, EE1, compte-rendu des dépenses et recettes de l’atelier.

15Les frais occasionnés doivent, en théorie, être épongés par les communes au titre des charges locales. Les avances, faites par les districts, ne sont peut-être pas réellement remboursées, vu les réticences des municipalités. La disparition, en l’an IV, des dits districts a apparemment fait oublier le paiement d’une partie de ces dettes, ce qui n’a pu que satisfaire les municipalités. Mais la production de salpêtre n’a pas que des effets négatifs sur le plan financier. Elle fournit du travail à une main-d’œuvre peu qualifiée. À La Salvetat, le salpêtrier responsable de l’atelier emploie épisodiquement une vingtaine de personnes. En un mois, du 19 vendémiaire au 19 brumaire an III, il paye 164 journées de travail, sans compter celles des conducteurs de charrettes35.

  • 36 ADH, L 8808. Société populaire de Gignac, séance du 26 fructidor an II.
  • 37 Ibid., L 8769. Lettre de l’agent national de Béziers à celui de Cazouls, 5 germinal an II.
  • 38 Ibid., L 5256. Séance du 24 germinal du conseil de district de Montpellier, intervention de l’agen (...)
  • 39 Ibid., L 4653. Séance du conseil de district de Lodève du 29 pluviôse an II.
  • 40 Ibid., L 4654. Séance du conseil de district de Lodève du 4 messidor an II.

16Ce n’est pas à l’aune de la rentabilité financière qu’est jugée l’activité des ateliers de fabrication de salpêtre. Pour le Comité de Salut Public, il faut accroître à tout prix la production pour répondre aux besoins de l’armée. L’objectif est également idéologique. Le salpêtre est la seule fabrication de guerre qui réunit tous les citoyens sans distinction. Il permet l’unité prônée et rêvée par le gouvernement révolutionnaire entre les soldats et les civils. En s’impliquant dans cette production, les Français peuvent avoir le sentiment profond de concourir, même s’ils sont âgés, même si ce sont des femmes, des enfants, à la défense de leur patrie. Ils voient immédiatement le résultat de leurs efforts, car les quantités récoltées sont élevées et quantifiables. Le caractère mobilisateur du salpêtre fait de lui le propagateur des valeurs républicaines : fraternité, égalité, défense du pays… Il est placé au cœur des combats patriotiques, avec des ateliers qui sont les fers de lance du respect du calendrier révolutionnaire36. Dans les communes de quelque importance, chaque décade, les chiffres de la production sont annoncés par la société populaire au même titre que les victoires sur les armées ennemies. Ils sont une source de fierté locale, d’émulation entre les communes37. Les fabrications pour la guerre, comme l’action du citoyen-soldat, sont placées sous le signe du combat. Elles font l’objet d’une narration quasiment héroïque. Les administrateurs évoquent les obstacles techniques et matériels des débuts de l’an II. Les mesures contraignantes prises par les districts pour obliger les municipalités à faire davantage d’efforts sont la suite logique d’un récit qui met en avant l’ampleur des difficultés rencontrées38. Tout le monde est mis à contribution, même si, comme sous l’Ancien Régime, les réticences, face à la fouille des caves, sont importantes. Après cette série d’épreuves, les patriotes parviennent à la « victoire », c’est-à-dire à l’établissement d’ateliers efficaces. Le salpêtre, symbole de la mobilisation des révolutionnaires contre leurs ennemis, exaltation des valeurs républicaines, est l’instrument par excellence de la « régénération nationale ». Il devient un mode d’expression privilégié du patriotisme par le don, les offres de travail bénévole39. Mais cette volonté de produire le maximum de salpêtre n’entraîne pas les autorités dans un univers détaché des réalités économiques. Les administrateurs cherchent à rationaliser la production et à éviter les gaspillages. Ils sont des gestionnaires qui savent que les ressources dont ils disposent sont limitées. Ils regroupent des ateliers pour réduire les dépenses40. Le gouvernement et ses agents ont finalement produit en toute connaissance de cause une marchandise au coût de plus en plus élevé au fur et à mesure que les ressources en salpêtre diminuaient. Il s’agit d’une activité typique d’une économie de guerre menée par l’État.

  • 41 Ibid., L 3750. « État des mines… existant dans le district de Montpellier… »
  • 42 Ibid., L 5581. Séance du dit comité, 26 germinal an II.
  • 43 Ibid., L 2056. « État des mines existant dans le district de Saint-Pons ».

17Le désir de trouver de nouvelles ressources pour l’armée donne un élan nouveau à la recherche de « charbon de terre ». Les enquêtes lancées par le Comité de Salut Public suscitent l’intérêt des autorités locales. Des inventaires systématiques sont établis, quitte à faire la distinction entre les gisements rentables et les autres dans un second temps, lorsque les besoins seront moins urgents41. Faute de réserves importantes dans l’Hérault, les administrateurs considèrent un espace beaucoup plus vaste, comprenant les départements voisins. Les Cévennes apparaissent comme une zone inépuisable. Les autorités montpelliéraines insistent sur la nécessité de leur exploitation rapide, à Alès et à la Grand Combe. Les usages militaires renforcent la demande. Les industries prennent l’habitude d’utiliser le charbon. L’atelier de baïonnettes de Montpellier fonctionne avec les « charbons d’Alais », sous l’œil attentif du comité militaire de la société populaire qui surveille son approvisionnement42. Les petites mines héraultaises trouvent des débouchés dans des lieux relativement éloignés. Celles de Cessenon, de La Caunette, fournissent « à l’armée de Perpignan »43, en même temps qu’à des fabriques d’eau-de-vie à Toulouse, voire à Bordeaux. Les autorités de l’an II poursuivent des initiatives lancées par leurs devancières, mais en les accentuant sous la pression de la guerre, dans de nombreux secteurs de production. Elles sont préoccupées par la fourniture de souliers. La production de cuir est considérée comme une activité vitale.

Tanneurs et cordonniers en l’an II

  • 44 Ibid., L 2046. Lettre au département, 8 septembre 1792.
  • 45 Ibid., L 5577. Lettre de la municipalité de Montpellier du 28 fructidor an II.
  • 46 Procès-verbaux …, op. cit., séance du conseil de département du 27 octobre 1793.

18Les soldats ne se déplacent qu’à pied, cavalerie mise à part. La durée de vie des chaussures pour la troupe, mêmes lorsqu’elles sont de bonne qualité, est limitée. L’usure est aggravée par les malfaçons. Ainsi, le troisième bataillon de volontaires de l’Hérault se plaint que ses souliers se sont usés « de moitié » sur le trajet de Lunel à Uzès44, soit une distance d’une soixantaine de kilomètres, deux étapes seulement. Pour répondre aux besoins, les cordonniers, de 1793 à l’an III, ne travaillent pratiquement plus que pour l’armée. Les « ateliers révolutionnaires » regroupent, en l’an II, un nombre considérable d’artisans, à tel point que certains rassemblent presque tous les cordonniers d’une ville et de ses environs. À Montpellier, l’atelier de fabrication des souliers comprend 120 ouvriers45. Les représentants du peuple réitèrent l’exemption militaire pour les jeunes gens qui y sont employés. Dans ces vastes ateliers, aménagés dans des biens nationaux, les coûts sont réduits au minimum. Tandis que des cordonniers travaillant dans leur propre boutique se plaignent du Maximum qui fixe à 7 livres dix sols la paire de souliers, prix trop bas selon eux, les responsables des principaux ateliers se targuent, par une rationalisation de la production, d’arriver à des coûts inférieurs. En fructidor an II, la paire réalisée dans l’atelier de Montpellier ne coûte que 5 livres 15 sols et chaque ouvrier en fabrique une et demie par jour. La municipalité constate avec satisfaction, que 3 600 paires sont confectionnées par mois. Les cordonniers travaillant dans leurs boutiques sont eux aussi sollicités. En septembre 1793, les représentants du peuple auprès de l’armée des Pyrénées-Orientales les réquisitionnent tous46. Le décret du 14 brumaire an II donne un caractère national à des mesures jusqu’alors essentiellement locales. Chaque cordonnier doit remettre à sa municipalité cinq paires de souliers par décade, et pareille quantité par garçon qu’il occupe, jusqu’à pluviôse. D’autres mesures de même nature les complètent jusqu’à l’an III. Ce système fonctionne-t-il ? En l’an II, les cordonniers livrent régulièrement les fournitures exigées, ce qui permet de rééquiper les troupes. À Lodève, les 26 cordonniers de la cité sont astreints à fabriquer 94 paires par décade. Malgré leurs plaintes sur la pénurie de matières premières, leurs livraisons, à partir de prairial, sont proches des seuils demandés (de 60 à 80 paires par décade). À la fin de thermidor, un fléchissement est indubitable, à peine enrayé par une légère reprise le mois suivant et en vendémiaire (40 à 50 paires). À partir de brumaire, les fournitures s’effondrent, pour aboutir à des résultats dérisoires. La faillite de l’assignat, puis des mandats territoriaux, plongent dans la détresse les cordonniers dont la production est achetée par l’État selon des tarifs quasi inchangés. La disparition du gouvernement de la Terreur, la retombée du souffle patriotique, expliquent également la chute des livraisons. Les cordonniers veulent renouer avec leurs clients traditionnels, les personnes privées qui manquent de souliers. En effet, en l’an II, une situation de pénurie est créée pour les civils puisque l’essentiel des ressources disponibles est consacré aux soldats. Des produits de substitution sont utilisés. Faute de cuirs, les semelles sont confectionnées en carton et en bois. Le recours à l’ersatz est typique d’une société bouleversée par l’économie de guerre. Des prélèvements directs portent sur les particuliers. Les discours officiels, bien avant 1793, glorifient les dons spontanés de citoyens, qui offrent leurs propres chaussures.

  • 47 ADH, L 4474. Arrêté du 14 ventôse an II.
  • 48 J.-P. GROSS, Saint-Just, sa politique, ses missions. Paris, 1976. (p. 205).
  • 49 ADH, L 5586. Lettre à la société populaire de Montpellier, du représentant du peuple Vidal, 25 bru (...)

19En l’an II, les offrandes sont complétées par des réquisitions. Les représentants Milhaud et Soubrany demandent à tous la remise de leurs souliers47. Ils en appellent au sens du sacrifice des citoyens, en décrivant le dénuement des volontaires, pratiquement nu-pieds dans « les neiges des Pyrénées ». Leurs discours rejoignent l’idéologie des sans-culottes qui oppose l’égoïsme du riche au dévouement du pauvre. Le bon citoyen est celui qui marche en sabots ou en « espadrilles ». Les décisions et proclamations des deux représentants du peuple sont révélatrices de la politique des représentants en mission les plus énergiques à cette époque, tel Saint-Just48. Les objectifs matériels renforcent la mise en action de la morale républicaine. Après Thermidor, étant donné la difficulté de faire travailler les cordonniers, les autorités se tournent encore vers les particuliers, même si c’est plus timidement. Des visites domiciliaires prélèvent les paires possédées en double, ce qui ne donne guère de résultats, la pénurie s’ajoutant au « mauvais vouloir »49. Il ne faut pas cependant imaginer une population entièrement dépourvue de chaussures. Les visites domiciliaires montrent des citoyens aisés qui possèdent deux paires de souliers. Mais en règle générale, beaucoup de citoyens n’ont plus que des paires usagées. Un marché important s’ouvre aux cordonniers lorsque l’effort de guerre relâche sa pression. À plus long terme, ils peuvent espérer un élargissement de leurs débouchés avec toute une génération de jeunes qui, ayant pris l’habitude de marcher avec des chaussures à l’armée, peut les considérer comme un élément indispensable de la vie quotidienne.

  • 50 Ibid., L 2042, L 1473, L 4265, L 1246, L 4748. États de nivôse an II, frimaire an III.
  • 51 J. -P. DONNADIEU, États généraux…, op. cit., p. 136. Cahier de doléances des maîtres-tanneurs de P (...)
  • 52 ADH, 52 Clermont l’Hérault EDT 2 F 5. Lettre de Duverney au maire de Clermont, 12 septembre 1791.
  • 53 P. MINARD, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, 1998, (...)
  • 54 S. CHATAL, « Les tanneurs à Aniane de 1700 à 1789 ». Études sur l’Hérault, NS 7-8, 1991-1992, p. 1 (...)
  • 55 ADH, L 4653. Conseil de district de Lodève, 13 pluviôse an II.
  • 56 Ibid., L 4647. Séance du directoire de district de Lodève du 12 germinal an II.
  • 57 Ibid., L 4654. Conseil de district de Lodève, 19 thermidor an II.

20L’activité des cordonniers est également déterminée par leurs rapports avec leurs principaux fournisseurs, les tanneurs, dans une position sociale nettement plus élevée. Le travail du cuir, par la complexité de ses opérations, les investissements qu’il demande, s’apparente à la draperie. Il s’inscrit, comme elle, dans un espace urbain particulier, situé en marge par ses nuisances, ses besoins en eau, et en locaux. Sa production est indispensable aux activités urbaines et rurales. Son poids économique et social est particulièrement sensible dans certaines bourgades. À Pézenas, on compte 26 tanneries, à Clermont-l’Hérault 20, et au moins 30 à Aniane…50 Dans ces villes, les tanneurs occupent une place de choix dans la hiérarchie sociale. Sous l’Ancien Régime, la production connaît des freins à cause de la concurrence étrangère et du poids des taxes. Les cahiers de doléances dénoncent les taux du droit sur les cuirs51. Les plaintes les plus vives concernent les visites faites chez les fabricants par les commis de la ferme des recettes, avides, d’après leurs dénonciateurs, à prononcer des amendes et des confiscations. La Révolution satisfait les tanneurs. La désorganisation des structures anciennes entraîne la disparition de facto du droit de marque et de la marque elle-même. Le contrôleur du bureau de la Régie chargé de Clermont-l’Hérault ne peut que constater l’obstruction systématique des tanneurs qui refusent de payer désormais quoi que ce soit52. Les menaces n’y changent rien. Les tanneurs n’ont pas attendu la suppression des droits sur les cuirs pour ne plus rien verser. Leur attitude n’est pas isolée, les marchands-fabricants de draps adoptent la même ligne de conduite en refusant de payer le droit de marque53. La Révolution permet aux tanneurs de dépasser leur objectif, en obtenant ce qu’ils n’espéraient guère, la suppression totale du droit, au lieu de sa modification, demandé par la majorité d’entre eux. Cette disparition fait croître les bénéfices. La Révolution amène l’abrogation d’autres charges, tel ce « droit de leude » sur toutes les peaux qui entrent et qui sortent de Béziers. La production connaît une croissance exceptionnelle à partir de 1791. La guerre ouvre un marché considérable. Les plaintes des soldats sur l’état de leurs souliers en 1792 et 1793 laissent penser que la marge bénéficiaire des tanneurs a connu une nette croissance… Pour répondre à l’afflux des demandes des cordonniers ou entreprises travaillant pour l’armée, la tentation est grande de jouer sur le temps du traitement des cuirs, quitte à abaisser la qualité de la marchandise. Cette pratique n’est pas une nouveauté, si l’on en croit les accusations portées à l’encontre de certains tanneurs, et la législation de l’Ancien Régime sur la vérification de la qualité des cuirs54. La situation d’urgence demande des livraisons rapides, qui nuisent aux expertises. Les sommes en jeu aiguisent les appétits. Le Maximum irrite les tanneurs. Ces derniers rechignent à vendre aux cordonniers leur fabrication à un prix jugé trop bas, à un moment où la demande laissait espérer une envolée des prix. Le comportement des tanneurs risque d’enrayer l’effort de guerre, en empêchant les cordonniers de fournir l’armée. Les autorités locales décident de prendre les grands moyens. Elles envoient des commissaires examiner les fosses des tanneurs, voir si elles sont pleines, et « s’assurer si les fabricants ne laissent pas trop longtemps les cuirs dans les fosses », afin d’éluder la vente aux cordonniers55. Mais la demande est telle que des fabricants se retrouvent sans marchandise disponible, quoi qu’en pensent les autorités. Les commissaires nommés par les administrations ont cependant fort à faire. Des tanneurs, pour renforcer leur bénéfice, apprêtent des qualités de peaux inférieures. La tâche des commissaires, il est vrai, est facilitée par les dénonciations des concurrents…56 Les autorités surveillent donc avec attention la production. Mais le pragmatisme domine, avec la volonté de concilier les intérêts du pays avec ceux des simples citoyens. Aux mesures de coercition s’ajoutent des gestes en faveur des tanneries. Le taux du Maximum sur les cuirs est relevé en maints endroits. Les districts aident les tanneurs à trouver des matières premières. Mais cet appui désorganise les circuits commerciaux traditionnels, car chaque partenaire prélève des marchandises, animaux, qui font défaut à ceux à qui ils étaient destinés, afin de privilégier ses propres administrés. Les autorités, lorsqu’elles manquent d’une denrée, prônent la libre-circulation des marchandises, dans le cas contraire, elles proclament la nécessité de protéger la subsistance de leurs habitants et le fonctionnement de leurs fabriques, en empêchant la sortie de leur circonscription. Guerre civile et guerre étrangère se joignent pour mettre en péril l’acheminement des matières indispensables à une chaîne de fabrication complexe. Les tanneries ont un impératif besoin d’huile de poisson pour traiter leurs peaux. Traditionnellement, Marseille est leur fournisseur. Mais la crise fédéraliste, les difficultés de commerce en Méditerranée désorganisent ce flux. Les différents besoins pour la guerre entrent en concurrence. Le chanvre se fait rare, tant les réquisitions de la Marine sont importantes57. Les relations s’aigrissent entre les différents responsables, chacun voulant réserver les matières premières pour l’usage qu’ils estiment prioritaire. À Jeanbon Saint André qui se consacre à sa grande œuvre, faire de la France une puissance navale majeure, seule condition pour tenir tête à l’Angleterre, s’opposent des districts qui souhaitent que l’armée des Pyrénées-Orientales, (en premier lieu « leurs » volontaires), ait, le plus rapidement possible, des souliers. Ces oppositions dévoilent des fractures toujours ouvertes entre les méridionaux et le gouvernement central. L’argumentation d’un Jeanbon Saint-André, ulcéré des refus des autorités locales d’obéir à ses réquisitions pour la Marine, renforce les archétypes sur un Nord de la France révolutionnaire par rapport à un Sud bien suspect :

  • 58 ADH, L 4694. Lettre de Jeanbon Saint-André, à l’agent national du district de Lodève, 15 thermidor (...)

« Ces administrateurs sont-ils patriotes ? Veulent-ils la gloire de la république ou bien sont-ils d’intelligence avec ses ennemis pour combattre contre elle ? Eh quoi, tandis qu’au nord les intrépides défenseurs de la patrie font palir les tirans coalisés, au midi où l’on a tant de fautes à réparer et des forfaits politiques à expier, on favoriserait à ce point les projets de Pitt. »58

  • 59 Ibid., 6 M 1605. Mémoire général sur le commerce, an XII.
  • 60 Procès-verbaux…, op. cit., séance du 16 frimaire an II.
  • 61 ADH, L 8769. Séance du conseil de district de Béziers, 7 frimaire an II.
  • 62 Ibid., L 4652. Conseil du district de Lodève, séance du 21 brumaire an III.
  • 63 Ibid., L 5826. Rapport des deux commissaires des 22 et 27 frimaire an III.
  • 64 Ibid., 52 EDT Clermont l’Hérault 3 H 8.
  • 65 M. BRUNET, Le Roussillon. Une société contre l’État, Perpignan, 1990, p. 80-81, 97.

21Ces problèmes restent cependant limités. Si la guerre compromet des approvisionnements, elle en crée d’autres. Ainsi, la consommation de viande de l’armée des Pyrénées-Orientales permet aux tanneurs de disposer de beaucoup de peaux59. De nombreux propriétaires fonciers peuvent envier l’exemption des charrettes et mulets appartenant aux fabricants de cuir. Ils jalousent le fils du tanneur qui travaille à l’enrichissement de l’affaire familiale, tandis que leurs propres enfants sont sur le front. Les autorités locales attendent en échange une collaboration pour l’effort de guerre, mais ne se font guère d’illusions. Rares sont les occasions où les autorités présentent en termes flatteurs les tanneurs. Si leur activité est présentée comme indispensable, les fabricants de cuir sont vus comme des personnes animées par l’appât du gain, peu patriotes, irrespectueux de leurs partenaires commerciaux, en premier lieu des cordonniers. Des termes très péjoratifs sont employés pour les définir. Le conseil de département évoque leurs « mauvaises intentions »60, tandis que le district de Béziers parle de leur « malveillance » et de leur « cupidité »61. En l’an II, cependant, l’approvisionnement de l’armée fonctionne efficacement. La chute du gouvernement révolutionnaire le compromet, avec la perte de légitimité d’organisations essentielles comme les comités de surveillance et les sociétés populaires. Les administrateurs locaux subissent la pression des représentants du peuple et de l’intendance militaire qui se plaignent de l’érosion des fournitures. Leur exaspération s’accroît car ces patriotes sont préoccupés du sort des soldats et ulcérés de l’incivisme qui s’affiche de plus en plus ouvertement depuis Thermidor. De grands moyens sont décidés pour y remédier. Le district de Lodève envoie des commissaires escortés de la garde nationale pour faire des visites domiciliaires dans « les maisons, ateliers, magasins et caches » des tanneurs afin de saisir les cuirs dissimulés62. Ces mesures sont de peu de portée, car l’affaiblissement de l’autorité est grand. Témoin les déboires de deux commissaires envoyés par le district de Montpellier pour la préemption des cuirs. Ils se font molester par des fabricants irascibles63. Un véritable marché parallèle s’organise. Il échappe au regard de l’État64. La cessation des échanges avec l’Espagne, pour cause de guerre, n’a pas découragé les réseaux de contrebandiers. Même si le commerce illégal des cuirs n’est pas l’activité illicite la plus lucrative, il figure en bonne place parmi les saisies faites par les douaniers65. Des « ventes secrètes » sont destinées à des cordonniers qui fabriquent des souliers pour des particuliers et non pas pour l’armée, en les vendant au-dessus du Maximum. Les tanneurs poursuivent donc un vieux contentieux avec l’État, accusé de mettre des entraves dans leur activité, tout en lui réclamant de l’aide et une surveillance des fournisseurs. Mais le secteur connaît une expansion générale grâce à la guerre, qui représente toujours une période faste pour la tannerie comme pour la draperie.

Le secteur textile

  • 66 ADH, L 636. Lettre de la municipalité à son district, 3 février 1793.
  • 67 AN F12 1392. État du 29 thermidor an II sur le district concernant Clermont-l’Hérault.
  • 68 ADH, 93 EDT Lodève 1D6.
  • 69 Ibid., 93 EDT 2 F 4. Lettre de fabricants.

22La production textile atteint des sommets car les grandes villes drapières de la région se consacrent au marché militaire. Dès 1793, Saint-Chinian, spécialisée dans la fabrication de « londrins seconds » pour le Levant, durement frappée par la chute de ses débouchés traditionnels, fournit l’armée d’Italie66. En thermidor an II, à Clermont-l’Hérault, pas moins de cinquante-neuf fabricants promettent plus de 10 000 demi-pièces de draps pour les troupes67. Ces cités utilisent la destination de leurs draps pour appuyer leurs demandes d’approvisionnement en grains auprès du gouvernement. Elles se placent dans le sillage de Lodève, où plus que jamais, toute la ville travaille pour le secteur militaire. En floréal an II, la municipalité de Lodève dénombre 160 fabricants soumissionnaires pour des marchés passés en 1793 : la moitié d’entre eux a livré, à eux seuls, plus de 30 000 pièces de draps68. La sphère d’activité des manufacturiers est vaste. Fournisseurs majeurs de l’armée d’Italie, de l’armée des Pyrénées-Orientales, les Lodèvois ont des clients dans de nombreuses régions (Massif Central, Bordeaux…). Grâce au dynamisme de la demande et la suppression des corporations, une quarantaine de fabricants est apparue depuis les années 1791-179269. Les « vieilles maisons » ne sont pas hostiles à ces entreprises car les commandes sont si importantes que tout ce qui est produit à Lodève trouve un débouché immédiat. Les manufacturiers ont su traverser la crise fédéraliste, louvoyer entre les nouveaux règlements et l’évolution des prix. Avec l’aval des représentants du peuple auprès de l’armée des Pyrénées-Orientales, ils parviennent à conserver une fixation des prix concertée avec la municipalité avec un paiement fixe des livraisons. À l’automne, ils accueillent plutôt fraîchement le Maximum. Ils estiment que le « Tarif », établi dans un premier temps, dans le district, est trop bas par rapport à celui des autres. Ils diffèrent autant que possible leurs livraisons afin d’attendre la publication du tarif général élaboré par la Commission des Subsistances. Leurs représentants envoyés à Paris sont persuasifs. Ils parviennent à faire entendre leurs intérêts auprès du gouvernement révolutionnaire. Ils obtiennent ainsi une indemnité pour compenser les premières semaines d’application du Maximum. Leurs plaintes face au « Tarif » se font plus discrètes ensuite car ils savent s’y adapter. Les réquisitions facilitent leur approvisionnement en matières premières. Comme les tanneurs, les manufacturiers sont très sourcilleux sur le respect du Maximum lorsqu’il concerne leurs fournisseurs. Ils soutiennent ici un système qu’ils dénigrent par ailleurs.

  • 70 Ibid., 93 EDT 2 F 6 Lodève. « État des besoins relatifs aux ateliers de teinture… »

23La draperie dynamise d’autres activités. Les teintureries lodèvoises d’importance sont aux mains des grandes familles drapières, comme les Fabreguette, Martin, Rouaud, ou d’entrepreneurs de moindre envergure qui s’associent pour teindre leurs produits70. Mais les réseaux d’échange sont mis à mal par la guerre. Le tartre blanc en tablettes, venant d’Espagne, l’étain acheté en Angleterre, deviennent difficiles à trouver. Le charbon est réquisitionné par les ateliers de salpêtre. Les Lodèvois sont obligés de recourir à d’autres fournisseurs. La garance, autrefois fournie par la Hollande, provient désormais d’Avignon. Les aléas de la guerre sont une bénédiction pour certains producteurs, comme les producteurs albigeois de pastel, concurrencés par l’indigo de Saint-Domingue. Le conflit a des effets contradictoires sur l’économie, permettant à des productions de s’épanouir grâce à l’effacement de concurrences étrangères, tout en suscitant des difficultés, en cassant les réseaux d’échanges habituels. Mais le problème le plus préoccupant, en l’an II, concerne la main-d’œuvre. Les fabricants se plaignent d’une pénurie d’ouvriers.

  • 71 ADH, 93 EDT Lodève 1 D 5. Déclaration des fabricants à la municipalité de Lodève, 28 nivôse an II.
  • 72 Ibid., 93 EDT 7 F 1. Lettre du comité de surveillance, 1er pluviôse an II.

24Les levées d’hommes successives ont ponctionné lourdement le bassin de recrutement de la fabrique lodèvoise. La pénurie a été amortie quelques temps par l’apport des villes voisines, qui débauchaient leur main-d’œuvre vu la crise du marché au Levant. Mais la reconversion des fabriques, spécialisées dans l’exportation, dans la fourniture militaire, réduit le nombre d’ouvriers disponibles. La municipalité de Lodève, poussée par les fabricants, et par la population, réclame en vain le retour des jeunes requis par la levée en masse71. Quant au personnel qui reste à son travail, il est déçu par l’évolution des salaires. La diminution du nombre d’ouvriers aurait dû revaloriser leur position. Avec le Maximum, cela est impossible. La désertion des marchés, par les paysans ou les marchands de grains, rend difficile l’approvisionnement de salariés qui n’ont pas les moyens d’acheter au marché noir. Les ouvriers réclament, par voie de conséquence, une hausse de leur rémunération. Face à ces revendications, l’attitude des autorités locales est ambivalente. La municipalité utilise les plaintes des salariés pour demander une hausse du prix des draps, mais elle agit davantage dans l’intérêt des fabricants que de leurs employés. Elle ne s’engage que par des déclarations d’intention auprès des tisserands. Le contraste est grand entre des fabricants qui sont accueillis largement dans les séances de la municipalité, et les ouvriers textiles qui se réunissent dans un cabaret, sous l’œil sévère d’un comité de surveillance soucieux devant cette « coalition »72. Les autorités municipales suivent la volonté répressive des fabricants :

  • 73 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 6. Séance de la municipalité du 26 floréal an II.

« Plusieurs citoyens propriétaires et fabricants se plaignent que depuis la publication du maximum, leurs ouvriers ont déserté leurs ateliers, ce qui met les premiers dans l’impossibilité de cultiver leurs terres, et les autres de continuer leur fabrication de draps pour la troupe de la République (…). Le Conseil (…) délibère que les travailleurs de terre et tous les ouvriers seront requis de retourner dans les 24 heures dans leurs chantiers ou ateliers ordinaires. Que ceux qui n’obéiront pas à la présente réquisition seront déclarés suspects et traités comme tels que les propriétaires et chefs d’ateliers qui auront été abandonnés seront invités à venir dénoncer ces ouvriers. »73

  • 74 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 6. Séance de la municipalité du 15 prairial an II.

25La municipalité de Lodève suit à la lettre la loi sur la violation du Maximum, mais elle est assez partiale. Elle soutient d’un côté les critiques contre lui lorsqu’elles émanent des fabricants, et se montre prête à réprimer un comportement analogue dès qu’il émane des ouvriers. Une partie de son argumentation s’appuie sur les nécessités de la défense de la patrie, qui doit commander des sacrifices. Mais, dans ses prises de position, transparaissent des discours anciens à propos de « ces hommes oisifs qui inondent les places publiques », de ces « êtres parasites », de ces « fainéants »74. La municipalité s’attaque aux catégories les moins aisées de la population soupçonnées de ne pas vouloir travailler et de vivre de profits illicites ou de la charité publique. Les mesures prises sont celles préconisées par les fabricants :

  • 75 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 6. Arrêté de la municipalité du 15 prairial an II.

« Tous les citoyens propres au travail sont requis de continuer sans relâche l’exercice de leur profession… les hommes qui voudront demeurer sans rien faire sont tenus de déclarer sous huitaine à la municipalité leurs moyens de subsistance. S’ils n’en ont pas ils seront notés sans aveu et comme tels surveillés. Ceux qui n’auront pas fait leur déclaration seront déclarés suspects et traités comme tels. »75

  • 76 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 6. Séance de la municipalité du 15 prairial an II.
  • 77 Ibid., L 4652. Séances du conseil de district des 16, 26 et 28 frimaire an II.

26Le spectre du pauvre désœuvré, fauteur de troubles, est agité. L’utilitarisme domine, dans une conception figée de la société, où chacun doit œuvrer dans son domaine et ne saurait quitter ni sa condition sociale, ni son travail : « que le laboureur soit attaché à la charrue, comme l’artisan à son atelier »76. Ces oppositions sociales perpétuent des antagonismes présents sous l’Ancien Régime. Les manufacturiers qui décriaient tant le « tarif » lors de son instauration, tentent de l’utiliser à leur profit pour étouffer les revendications de leurs ouvriers. Mais il ne faut pas exagérer les difficultés des fabricants. La manufacture de Lodève est submergée de commandes, moteur de substantiels bénéfices. Ainsi, en vendémiaire an II, deux commissaires, chargés d’achats pour l’armée d’Italie, arrivent à Lodève, mais tous les textiles fabriqués sur la place sont déjà réquisitionnés pour l’armée des Pyrénées-Orientales. Les deux hommes sont pressés et peu regardants sur les moyens. Des fabricants leur vendent des textiles achetés aux villes voisines de qualité inférieure, et des draps refusés par l’administration pour défaut de fabrication. Le conseil de district a vent de l’affaire. Il constate plusieurs effractions (aux réquisitions, au Maximum, aux normes de qualité). Mais il ne poursuit pas avec acharnement l’enquête. L’un des fabricants impliqués figure parmi ses membres… Il est un des « amis particuliers » du responsable des achats pour l’armée des Pyrénées-Orientales, qui se porte garant de son intégrité…77 De tels épisodes apparaissent au hasard des documents. Dans la majorité des cas, les poursuites judiciaires sont limitées. À Lodève, personne n’a intérêt, parmi les fabricants, à dénoncer des pratiques qui les enrichissent.

  • 78 Ibid., L 639. Arrêté de Fabre et Gaston, 25 brumaire an II.
  • 79 Ibid., L 639. Arrêté de Fabre, Gaston et Cassanyés, 18 brumaire an II.
  • 80 Ibid., L 520. Lettre du 14 frimaire an II au comité de surveillance des subsistances militaires, d (...)
  • 81 Ibid., L 3739. Procès-verbal de Granier et Guimard, 27 floréal an III.

27À l’aval, les activités de confection de vêtements connaissent le même développement spectaculaire, sur l’initiative des représentants du peuple auprès de l’armée des Pyrénées-Orientales. En brumaire an II, des « ateliers économiques » sont organisés à Lodève, Béziers et Pézenas. Un fonds de 100 000 livres est débloqué pour les former. Chaque atelier est placé sous la direction de deux commis « choisis parmi les pères de famille ayant des enfants aux frontières »78. En attendant le fonctionnement optimum des ateliers, les représentants du peuple parent au plus pressé. Ils décrètent des levées exceptionnelles, la remise obligatoire par tout citoyen, dont « l’imposition mobiliaire » excède 20 livres, d’une chemise neuve79. La mesure est efficace, car, à Montpellier, en moins d’un mois, la municipalité parvient à recueillir près de 5 000 chemises, dont une partie est fabriquée sous sa direction. Les sociétés populaires intensifient leurs collectes de vêtements. Elles sont en outre chargées de surveiller les « ateliers économiques ». Mais le maître d’œuvre essentiel, dans un premier temps, est le comité militaire issu du conseil de département. Il met en place les ateliers, en crée deux non prévus initialement par les représentants du peuple, à Saint-Chinian et à Saint-Pons. Les matières premières proviennent du département, à part les boutons, voire les fils, achetés à Lyon. Le comité expédie les effets confectionnés à l’armée des Pyrénées-Orientales. Il distribue les fonds nécessaires au fonctionnement des ateliers. Il disparaît en même temps que le conseil de département, suite à la loi du 14 frimaire an II. Les ateliers sont « en pleine activité » à cette date80. Le plus important est celui de Montpellier. Il fonctionne depuis avril 1793. Jusqu’à ventôse an II, soit neuf mois environ, il produit presque 30 000 unités de chaque effet d’habillement (habits, vestes, culottes, bonnets). Il poursuit sur cette lancée jusqu’à Thermidor. Mais il est l’objet d’une lutte sourde entre deux groupements de tailleurs concurrents, de 1793 à l’an III. Chacun tente d’évincer l’autre pour s’emparer du marché. D’avril 1793 à ventôse an II, un premier groupe contrôle l’atelier, avant d’être évincé par ses rivaux. Il contre-attaque après Thermidor. Le combat est féroce. Des dénonciations réciproques sont adressées aux autorités. Les concurrents s’accusent mutuellement de malversations. Chacun utilise ses appuis potentiels à la municipalité, la société populaire, au comité de surveillance, au district de Montpellier. Tous les coups sont permis, allant jusqu’à l’arrestation de l’adversaire. L’affrontement économique prend des aspects politiques, l’un étant accusé d’être « fédéraliste », l’autre « anarchiste ». Les experts mandatés, en l’an III, pour débrouiller la question, n’arrivent guère à démêler l’écheveau des comptes des deux ateliers successifs, tant la variété de la coupe des tissus, la taille des effets, l’évolution des prix, compliquent la comptabilité81. Toute vérification s’avère impossible, car les vêtements sont distribués depuis longtemps aux troupes. Seule certitude, les bénéfices engrangés par les entrepreneurs de tels ateliers sont importants, vu leur acharnement pour remporter l’affaire. Si l’esprit d’entreprise est caractérisé par la volonté de vendre toujours plus et de s’assurer les marchés des concurrents, on peut dire qu’il fait de grands progrès sous la Révolution.

  • 82 Ibid., L 520. Lettre du comité militaire de l’administration départementale au commissaire ordonna (...)

28La guerre est désormais le moteur essentiel de l’économie. Les effectifs travaillant pour l’armée sont considérables, même si un bilan global est difficile à établir. Le seul atelier de confection des tentes, pour l’armée des Pyrénées-Orientales, occupe, à Montpellier, « plus de 200 ouvriers » au début de l’an II82. Devant l’importance des enjeux, l’économique se mêle intimement au politique. L’impact de la guerre est idéologique, car des entrepreneurs rompent avec des pratiques ou visions de l’ancien régime. La mobilisation n’est pas le seul fait des administrations locales ou des manufacturiers. Autant qu’eux, les sociétés populaires agissent au nom de la défense de la Patrie en danger.

Notes

1 ADH, 4 T 15 « Plan d’une machine pour servir à la confection de toutes sortes d’armes, Rimbault, 10 floréal an II ».

2 Ainsi pour le village de Lieuran en 1793, ces affaires militaires, en l’occurrence les réquisitions, constituent 20,4 % des thèmes des délibérations de la municipalité et 35,4 % en 1794 pour seulement 2,1 % en 1792 A Carcassonne, en 1794, 23,5 % (G. FOURNIER, Démocratie et vie municipale en Languedoc, du milieu du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle, Toulouse, s. d., 2 vol., annexes 26 et 32).

3 J. PERRET, « Le village face à la Terreur : l’exemple du département de la Vienne », Pouvoir local et Révolution 1750-1850. La frontière intérieure, sous la direction de R. DUPUY, colloque de Rennes, 1793, p. 278-293, notamment p. 291, Rennes, 1995.

4 ADH, L 6980. Lettres de menace contre Regulus Pradel et Antoine Pons.

5 Ibid., L 4654. Séance du conseil de district de Lodève du 11 messidor an II.

6 Ibid., L 4648. Séance du 14 thermidor an II du directoire de district de Lodève.

7 Ibid., L 5502. Séance du 19 frimaire an II.

8 Ibid., L 5500. Séance de la société politique de Montpellier du 29 septembre 1792.

9 Ibid., L 5603. Séance de la société populaire de Sète du 21 prairial an II.

10 C. Guiraudon-Fediere, « Une aide à la généalogie montagnacoise : la justice de paix en l’an II », Bulletin des amis de Montagnac, n° 32, octobre 1994.

11 ADH, L 4648. Séance du 6 messidor an II.

12 ADH, L 4648. Séance du directoire de district de Lodève, 25 prairial an II.

13 Ibid., L 4648. Séance du directoire de district de Lodève, 26 germinal an II.

14 ADH, L 531. Adresse du conseil du département de l’Hérault sur Saint-Domingue, 29 novembre 1791.

15 Ibid., L 1227. Correspondance avec les municipalités.

16 Ibid., L 1227. Lettre de l’agent national du district de Saint-Pons, 19 nivôse an II.

17 G. SAUMADE, Armée des Pyrénées-Orientales. An II (1794). Le camp d’instruction de Launac « sous Montpellier » et l’état de l’armée, Montpellier, 1929.

18 ADH, 88 EDT 1 D1. Municipalité de Saint-Georges d’Orques, 3 nivôse an II.

19 Procès-verbaux…, op cit., t. 4, séance du 6 frimaire an II. ADH, L 5593. Rapport du citoyen Vignat…

20 ADH, L 5603. Séance de la société populaire de Sète du 7 prairial an II.

21 P. BRET, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Paris, PUR, 2002.

22 ADH, L 2063. Correspondance avec l’administration départementale.

23 M. PERONNET (dir.), Chaptal, Toulouse, 1988.

24 Procès-verbaux…, op. cit., t. 4, 12 frimaire an II.

25 AMM, D1 8. Municipalité de Montpellier, séance du 5 thermidor an II.

26 ADH, L 8808. Société populaire de Gignac, 20 thermidor, 20 fructidor an II.

27 Ibid., L 5455. Lettre du 16 pluviôse an IV de Dufau, commissaire national des Poudres et Salpêtre.

28 ADH, L 3750. Lettre du district de Montpellier à la Commission des Armes et Poudres de la République

29 Ibid., L 5603. Séance du 12 vendémiaire an III de la société populaire de Sète.

30 Ibid., L 4929. États de production de « chaque commune évaporatoire ».

31 Ibid., L 5257. États de versements de salpêtre des différents ateliers évaporatoires du district de Saint-Pons.

32 Ibid., L 4482.

33 AMM, II H 212. Comptes de l’atelier de salpêtre communal de Montpellier.

34 ADH, 93 EDT Lodève 2 H 30. Comptes de l’atelier de Lodève. Pluviôse an III.

35 Archives de La Salvetat déposées aux ADH, EE1, compte-rendu des dépenses et recettes de l’atelier.

36 ADH, L 8808. Société populaire de Gignac, séance du 26 fructidor an II.

37 Ibid., L 8769. Lettre de l’agent national de Béziers à celui de Cazouls, 5 germinal an II.

38 Ibid., L 5256. Séance du 24 germinal du conseil de district de Montpellier, intervention de l’agent national.

39 Ibid., L 4653. Séance du conseil de district de Lodève du 29 pluviôse an II.

40 Ibid., L 4654. Séance du conseil de district de Lodève du 4 messidor an II.

41 Ibid., L 3750. « État des mines… existant dans le district de Montpellier… »

42 Ibid., L 5581. Séance du dit comité, 26 germinal an II.

43 Ibid., L 2056. « État des mines existant dans le district de Saint-Pons ».

44 Ibid., L 2046. Lettre au département, 8 septembre 1792.

45 Ibid., L 5577. Lettre de la municipalité de Montpellier du 28 fructidor an II.

46 Procès-verbaux …, op. cit., séance du conseil de département du 27 octobre 1793.

47 ADH, L 4474. Arrêté du 14 ventôse an II.

48 J.-P. GROSS, Saint-Just, sa politique, ses missions. Paris, 1976. (p. 205).

49 ADH, L 5586. Lettre à la société populaire de Montpellier, du représentant du peuple Vidal, 25 brumaire an III.

50 Ibid., L 2042, L 1473, L 4265, L 1246, L 4748. États de nivôse an II, frimaire an III.

51 J. -P. DONNADIEU, États généraux…, op. cit., p. 136. Cahier de doléances des maîtres-tanneurs de Pézenas.

52 ADH, 52 Clermont l’Hérault EDT 2 F 5. Lettre de Duverney au maire de Clermont, 12 septembre 1791.

53 P. MINARD, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, 1998, p. 350-351.

54 S. CHATAL, « Les tanneurs à Aniane de 1700 à 1789 ». Études sur l’Hérault, NS 7-8, 1991-1992, p. 117-124.

55 ADH, L 4653. Conseil de district de Lodève, 13 pluviôse an II.

56 Ibid., L 4647. Séance du directoire de district de Lodève du 12 germinal an II.

57 Ibid., L 4654. Conseil de district de Lodève, 19 thermidor an II.

58 ADH, L 4694. Lettre de Jeanbon Saint-André, à l’agent national du district de Lodève, 15 thermidor an II.

59 Ibid., 6 M 1605. Mémoire général sur le commerce, an XII.

60 Procès-verbaux…, op. cit., séance du 16 frimaire an II.

61 ADH, L 8769. Séance du conseil de district de Béziers, 7 frimaire an II.

62 Ibid., L 4652. Conseil du district de Lodève, séance du 21 brumaire an III.

63 Ibid., L 5826. Rapport des deux commissaires des 22 et 27 frimaire an III.

64 Ibid., 52 EDT Clermont l’Hérault 3 H 8.

65 M. BRUNET, Le Roussillon. Une société contre l’État, Perpignan, 1990, p. 80-81, 97.

66 ADH, L 636. Lettre de la municipalité à son district, 3 février 1793.

67 AN F12 1392. État du 29 thermidor an II sur le district concernant Clermont-l’Hérault.

68 ADH, 93 EDT Lodève 1D6.

69 Ibid., 93 EDT 2 F 4. Lettre de fabricants.

70 Ibid., 93 EDT 2 F 6 Lodève. « État des besoins relatifs aux ateliers de teinture… »

71 ADH, 93 EDT Lodève 1 D 5. Déclaration des fabricants à la municipalité de Lodève, 28 nivôse an II.

72 Ibid., 93 EDT 7 F 1. Lettre du comité de surveillance, 1er pluviôse an II.

73 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 6. Séance de la municipalité du 26 floréal an II.

74 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 6. Séance de la municipalité du 15 prairial an II.

75 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 6. Arrêté de la municipalité du 15 prairial an II.

76 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 6. Séance de la municipalité du 15 prairial an II.

77 Ibid., L 4652. Séances du conseil de district des 16, 26 et 28 frimaire an II.

78 Ibid., L 639. Arrêté de Fabre et Gaston, 25 brumaire an II.

79 Ibid., L 639. Arrêté de Fabre, Gaston et Cassanyés, 18 brumaire an II.

80 Ibid., L 520. Lettre du 14 frimaire an II au comité de surveillance des subsistances militaires, d’habillement et charroi de l’armée.

81 Ibid., L 3739. Procès-verbal de Granier et Guimard, 27 floréal an III.

82 Ibid., L 520. Lettre du comité militaire de l’administration départementale au commissaire ordonnateur en chef de l’armée des Pyrénées-Orientales.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540