Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Chapitre II. Du débat sur la guerre à la « Patrie en danger » (automne 1791-été 1792)

Texte intégral

1En quelques mois, de l’automne 1791 à l’été 1792, la Révolution adopte un nouveau cours. Le débat sur la guerre, puis le déclenchement du conflit, la proclamation de la « Patrie en danger », plongent progressivement les autorités locales dans une mobilisation susceptible de remettre en question des certitudes sur les résultats de 1789.

Une radicalisation des administrations locales ?

  • 1 ADH, L 195. Séance du directoire de département du 16 janvier 1792.
  • 2 Ibid., L 195. Séance du directoire de département du 20 janvier 1792.

2Jusqu’aux premiers mois de 1792, l’activité des administrateurs est similaire aux années 1790-1791. Les affaires fiscales et administratives occupent l’essentiel des séances. Mais les questions concernant les transferts de troupes surgissent davantage. L’administration départementale soutient des municipalités qui s’inquiètent des projets de réduction du nombre de villes de garnison, pour raisons financières1. Elle veut maintenir les acquis du XVIIIe siècle, afin d’éviter la plaie du logement chez l’habitant. La préparation de la guerre multiplie les redéploiements de corps d’armées. L’administration du département désamorce des conflits qui naissent à cette occasion entre militaires et communes. Elle reproche à certaines municipalités d’employer de manière intempestive la loi du 10 juillet 1791 qui permet aux « officiers civils » de disposer des soldats pour maintenir l’ordre. Ainsi, celle de Mèze est tancée car elle l’a utilisé pour résoudre à son avantage un contentieux qui l’a opposé aux volontaires stationnés sur son sol2. Mais l’administration départementale recourt elle-même aux méthodes qu’elle dénonce. Elle requiert de son propre chef des troupes pour les empêcher de quitter l’Hérault. Elle n’accepte pas que le gouvernement transfère hors de sa circonscription des soldats pour les redéployer ailleurs. Elle s’oppose, en février et mars 1792, au départ de plusieurs compagnies. Les appréhensions des responsables locaux sont si fortes qu’ils font fi des susceptibilités militaires, des options stratégiques nationales et du maintien de l’ordre dans d’autres contrées.

  • 3 AN, F1c III Hérault 6. « Mémoire relatif à la situation intérieure du département de l’Hérault » pa (...)
  • 4 ADH, L 2676. Rapport sur les événements de Bédarieux.
  • 5 Ibid., L 4646. Séance du 16 février du directoire de district de Lodève.

3La peur d’une subversion liée à une invasion étrangère prend une nouvelle ampleur avec le débat sur la guerre. Chaque ville réputée royaliste est présentée comme « un des anneaux de la chaîne » du « complot » qui prépare l’arrivée de l’ennemi3. Les troubles contrerévolutionnaires font l’objet d’une attention inquiète, tels ceux qui éclatent à Bédarieux au moment du carnaval. Les manifestants qui crient dans les rues « vive Louis 14 », louant ce souverain pour ses persécutions des protestants, assimilés aux patriotes, semblent annoncer des massacres futurs4. Le deuxième camp de Jalès, en avril 1792, avive les inquiétudes. Mais les administrateurs ne sont pas plus rassurés par les fermentations révolutionnaires qui secouent la région, telle cette émotion qui taxe le blé à Lodève, toujours au moment du carnaval5. Les autorités se sentent pris en tenaille entre des mouvements opposés qu’elles rejettent, au nom de la défense de la propriété et de l’ordre public. Dans ce contexte, le désir de conserver le maximum de troupes est obsessionnel. Il aggrave les tensions entre les administrations locales et les ministres. L’état des frontières suscite d’âpres polémiques. Les municipalités des ports (Agde et Sète), les électeurs du département dressent un constat accablant :

  • 6 Procès-verbaux de l’assemblée…, op. cit., t. 1, assemblée électorale du département, 18 septembre 1 (...)

« Nos frontières, dit-on, sont mal gardées, nos magasins faibles, nos légions incomplètes, nos places démantelées. »6

4Les demandes réitérées de moyens adressées aux ministres de la Guerre, de la Marine, rencontrent peu d’écho. Le sud du pays est considéré comme un théâtre d’opérations de peu d’intérêt, vu de Paris. La frontière nord-est focalise l’attention, chose que n’acceptent pas les départements du Midi persuadés de l’imminence d’une invasion.

  • 7 Archives municipales de Béziers (AMB) II J. Séance de la société des Amis de la Constitution de Béz (...)
  • 8 ADH, L 5499. Séance de la société des Amis de la Constitution de Montpellier, 16 mars 1792.

5L’inquiétude nourrit les soupçons. Les sociétés politiques n’apprécient pas les tentatives de certains ministres de la Guerre de restreindre leur influence sur les soldats. Leur méfiance à l’égard des officiers explique leur vif soutien au projet d’amalgame entre volontaires et armée de ligne7. Le ton monte au fil des mois. Les ministres sont accusés de soutenir les officiers « félons », les émigrés, et pire, de préparer une attaque ennemie en laissant délibérément le pays sans défense8. Les dénonciations deviennent virulentes à la veille de la déclaration de guerre. Le roi est attaqué aussi violemment que les ministres. Depuis Varennes, la majorité des sociétés héraultaises, y compris celles des communes modestes, font de lui le traître par excellence :

  • 9 Ibid., L 1081. Adresse de la société de Perols, du 14 mars 1792, citée par le Journal hebdomadaire (...)

« La patrie est en danger. Est-ce que cela peut-être autrement ? Tant qu’on s’obstinera à confier à ses plus cruels ennemis ses intérêts les plus chers, c’est inutilement que nous volerons à son secours. Qu’on se hâte de couper le mal à sa racine et dès lors notre sang et notre or ne seront plus indignement profanés. Qu’on porte sur l’échafaud les têtes des ministres qui nous trompent, qui nous trahissent indignement, que celle de Louis le déserteur ne soit pas épargné : sans de pareilles victimes, Français ! nous sommes perdus. »9

6L’idée de la nécessité d’une guerre se nourrit du discrédit du roi. En novembre 1791, le veto du roi, sur les décrets de la Législative qui obligeraient les émigrés à rentrer sous peine d’être déclarés suspects, enflamme les esprits. Les sociétés des amis de la Constitution et de l’Égalité envoient au monarque des adresses peu amènes, qui expriment le discrédit dans lequel est tombé Louis XVI. La guerre devient une arme contre lui :

  • 10 AN, F 1C III Hérault 10. Adresse de « citoyens de Florensac » signée par 133 personnes.

« La guerre ? Comme s’y nous pouvions la craindre. Il n’est que le français lâche et déserteur des drapeaux de la patrie qui puisse aimer en a parler mais qui la redoute. Eh bien, roi des français, loin de vouloir de traité de paix, nous vous la demandons mais ce sera jusqu’à la mort. Jusqu’à ce qu’il ne reste plus dans nos corps un seul souffle de vie. Trop longtemps nous avons semblé ménager des traîtres infâmes, nous n’offrirons désormais d’autre condition que les armes à la main et qu’en faisant subir aux transfuges les peines qu’ils méritent. »10

  • 11 ADH, L 195. Séance du directoire de département du 15 mars 1792.
  • 12 M. BELISSA, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795), Paris, 1998, p. 286.
  • 13 ADH, L 196. Séance du 16 juin 1792.
  • 14 Ibid., L 4646. Séance du 22 décembre 1791 du directoire de district de Lodève.
  • 15 Ibid. L 1081. Journal hebdomadaire du département de l’Hérault, 28 janvier 1792.
  • 16 AMB, II J, Séance du 3 février 1792.
  • 17 ADH, L 1081. Journal hebdomadaire du département de l’Hérault, 4 février 1792.
  • 18 M. Belissa, Fraternité universelle et intérêt national…, op. cit., p. 273.

7Le conflit devient l’ultime solution d’une situation de crise. Les autorités locales ne s’alarment pas des remises en cause du roi par leurs administrés lorsqu’ils débattent de la nécessité de la guerre. L’argumentation de l’administration départementale donne d’ailleurs un double visage au conflit futur, une guerre étrangère et une guerre civile. Une véritable répartition des tâches est présentée : tandis que les autorités locales combattront les contre-révolutionnaires à l’intérieur du pays, les citoyens-soldats lutteront contre les « despotes couronnés »11. Les deux formes de conflit sont inséparables, l’un impliquant automatiquement l’autre. Certes, l’administration départementale évite de s’en prendre au roi, mais elle prend position dans le débat sur la guerre, en adoptant des arguments des opposants les plus violents à Louis XVI. Comme les sociétés politiques, elle hésite, de l’automne 1791 au printemps 1792, entre l’idée d’une guerre défensive et celle d’une guerre offensive, avant de se résoudre à la seconde. On passe de ce que M. Belissa appelle une « guerre réflexe à une guerre réfléchie », puis à une initiative de guerre venant de la France elle-même12. Il existe cependant une oscillation permanente, parfois chez les mêmes individus, entre un réflexe purement défensif – si on est attaqué, on prend les armes – et une démarche plus volontaire, celle de prendre les devants. Le directoire de département de l’Hérault, en juin 1792, affirme encore que « la France a été forcée de déclarer la guerre aux ennemis irréconciliables de sa liberté »13. Le débat sur la guerre est prolongé par un journal crée en octobre 1791 par un avocat, Vendryès, lié à la société politique de Montpellier : Le Journal hebdomadaire du département de l’Hérault. La feuille multiplie les attaques à l’égard du pouvoir exécutif, accusé de laisser les frontières, les ports – en particulier Toulon – dans un état de faiblesse inquiétant. Son action est d’autant plus remarquable que ce journal a la faveur des autorités locales14. Les districts et les municipalités se le recommandent mutuellement, car ils apprécient ses informations sur la vie administrative et politique du département. Ils ne s’émeuvent guère d’y lire la totale remise en cause des plus hautes autorités de l’État, preuve de leur autonomie grandissante à l’égard du pouvoir central. Le journal Hebdomadaire du département de l’Hérault appuie les dénonciations des sociétés politiques à l’encontre des ministres, particulièrement celui de la Marine, Bertrand de Molleville15. La société politique de Béziers l’accuse d’encourager l’émigration des officiers16. Elle rejoint le député Rouyer, ex-maire de la ville, officier de marine, qui, à partir de janvier, s’exprime à la tribune de la Législative dans les mêmes termes. Les critiques venues des départements sont ainsi relayées à l’assemblée nationale. Le journal Hebdomadaire du département de l’Hérault oppose aux ministres félons les généraux intègres, le « brave Luckner » et le « brave Rochambeau »17. L’éloge de ces deux militaires range la feuille dans la campagne menée par les bellicistes pour rendre populaire les généraux en chef18, rallier l’opinion à un conflit qui ne saurait être que victorieux, avec de tels hommes à la tête de l’armée.

  • 19 ADH, L 196. Séances du directoire de département de mars-avril 1792.
  • 20 Ibid., L 196. Séance du 23 avril 1792.
  • 21 Ibid., L 4646. Séance du directoire de district de Lodève du 26 mai 1792.
  • 22 Ibid., L 196. Séance du directoire de département, 25 juin 1792, justification d’Agde.
  • 23 Ibid., 25 mai 1792.

8L’administration départementale n’hésite pas à envoyer des commissaires pour s’enquérir de la situation pyrénéenne, pour se concerter avec les autres départements sur des actions concrètes de maintien de l’ordre et de défense du territoire. Elle s’engage résolument dans des initiatives dénoncées par les ministres, telle celle des Marseillais en Provence, notamment à Arles, voire dans le Comtat Venaissin19. Elle collabore, pour ce faire, avec la société des Amis de la Constitution de Montpellier, dont on sait, depuis Varennes, les sentiments à l’égard de Louis XVI. Lorsque le ministre de l’Intérieur, Roland, lui reproche son implication auprès des Marseillais, il reçoit une réponse toute politique. L’administration départementale affirme qu’elle a réagi ainsi car elle se méfiait du prédécesseur de Roland, mais le changement de ministre l’a rassuré20. Autrement dit, cette administration, qui se veut le garant de l’ordre établi, reconnaît que son appréciation personnelle des ministres dicte sa conduite. Cette indépendance augmente avec la déclaration de guerre, en avril 1792. Les mesures de « police générale », prises par les autorités locales, s’étendent, avec une surveillance systématique des « étrangers » à la contrée. Il faut, dit-on, « aller au-devant des complots »21. Or l’Hérault est dans la situation paradoxale d’une guerre quasiment invisible dans le sens où les combats sont éloignés. Faute d’événements proches, administrateurs et populations sont encore plus réceptifs aux moindres nouvelles, vraies ou fausses. Le climat est lourd. Le problème des subsistances est particulièrement aigu. Les municipalités, aux abois, lasses d’attendre d’hypothétiques cargaisons de blé acheminées par les Génois, puisent, au mépris de la loi, dans les magasins militaires. Elles le font au nom du maintien de l’ordre, affirment-elles : pour éviter que le peuple se serve lui-même, elles le devancent…22 Les menaces de sanction de l’administration départementale sont de peu d’effet, car celle-ci n’est pas exempte des pratiques qu’elle dénonce par ailleurs. En mai 1792, elle saisit illégalement des grains à Sète pour cause de pénurie23.

  • 24 Ibid., L 1707. Correspondance de Dupin avec les autorités militaires, septembre 1792.
  • 25 Ibid., L 196, séances du directoire de département de juin 1792.

9Les mesures extraordinaires deviennent relativement courantes. Le gouvernement ne croit pas à un débarquement ennemi sur le littoral languedocien. La présence d’étangs, de courants marins contraires, un faible tirant d’eau, paraissent rédhibitoires24. Les réclamations de moyens supplémentaires en artillerie pour les forts, tel celui de Brescou, sont rejetées par les autorités militaires qui trouvent les demandes des civils disproportionnées par rapport au danger. La polémique enfle, entre des officiers qui considèrent avec un certain mépris les craintes des municipalités, et des civils qui assimilent les refus qu’ils essuient à des actes de trahison. Les autorités héraultaises, notamment sétoises et agathoises, décident de prendre leur défense en main. Elles mettent sur le pied de guerre leurs gardes nationales. Des corps spécifiques sont constitués pour la sécurité des côtes. L’administration départementale fournit en sarments les redoutes et postes de guet pour les signaux de nuit. Elle transfère des munitions de Montpellier à Sète afin que le port dispose de boulets et de cartouches25.

  • 26 M. LYONS, Révolution et terreur à Toulouse, Toulouse, 1980 pour la traduction française, chapitre 3 (...)
  • 27 Ibid., L 197. Arrêtés des dits jours.
  • 28 Procès-verbaux de l’assemblée administrative …, op. cit., t. 2, séances de juillet.
  • 29 Ibid., séance du 28 juillet 1792. La mesure n’est prise au niveau national que le 26 août.

10Les administrations locales sortent du cadre institutionnel qui les a organisés. Les règles constitutionnelles sont bafouées par ceux qui sont chargés de les faire respecter, ceux qui s’affirment comme leurs plus fermes soutiens : des administrateurs qui refusent une révolution en expansion qui ferait sauter à nouveau des barrières politiques et sociales. Dans ses travaux sur Toulouse, M. Lyons caractérise le printemps par « une offensive lancée par les jacobins », qui réclament des « mesures plus extrêmes »26, vu « l’urgence de la situation militaire ». Mais les modérés adoptent ces mesures extraordinaires. Les peurs provoquées par la guerre rapprochent ces révolutionnaires modérés des plus avancés. Depuis janvier 1792, ces derniers réclament la formation d’un deuxième bataillon de volontaires. La « levée de 20 000 hommes », en juin, les satisfait. Sous leur pression, le directoire de département décide, dès la fin du mois, d’envoyer à Paris les premiers fédérés. On lui demande aussi la convocation extraordinaire du conseil de département, c’est-à-dire la mise en permanence des administrations. Le rassemblement d’un troisième camp à Jalès (juillet 1792), les rumeurs alarmantes venant de la capitale, poussent les autorités à franchir le pas. Avant que la décision de l’assemblée de déclarer la « Patrie en danger » soit connue dans l’Hérault, le directoire décide, non sans déchirements internes, de la proclamer à son niveau, les 12 et 13 juillet 179227. Déclarer « la Patrie en danger » n’est pas l’expression d’un discours propitiatoire destiné à apaiser des inquiétudes plus ou moins justifiées de la population. Pour les administrateurs locaux, la mise en œuvre d’actes exceptionnels répond à une crise dramatique : mobilisation et réorganisation de la garde nationale, surveillance des individus suspects, saisie des canons de la citadelle de Montpellier pour éviter tout coup de force contre la ville… L’administration de département fait « retenir dans les bureaux de poste » 39 « feuilles suspectes ». Bien avant la chute du roi, les journaux royalistes disparaissent. Mais ces suspensions touchent des journaux patriotes, désignés comme « inciviques ». L’Ami du peuple de Marat figure dans la liste des journaux arrêtés28. Les conceptions politiques des administrateurs du département se manifestent dans cette censure qui n’ose dire son nom. L’attitude se durcit également à l’encontre des prêtres réfractaires, considérés comme des « citoyens dangereux ». L’Hérault anticipe les décisions de la Législative les concernant, en décidant qu’ils doivent quitter le royaume29.

Les visages de l’ennemi à l’été 1792

  • 30 Ibid., séances de juillet et août 1792.
  • 31 S. BIANCHI, « Fanatique(s)/fanatisme (1789-1795) », p. 71-78, Dictionnaire des usages sociopolitiqu (...)
  • 32 Procès-verbaux de l’assemblée administrative…, op. cit., t. 2, p. 1-88.

11L’ennemi devient une figure récurrente dans les discours de l’administration départementale. Si on relève les mots employés pour le désigner, de la proclamation de la Patrie en danger à l’annonce du 10 août, 80 termes apparaissent, en un mois, au fil des proclamations et délibérations du conseil du département30. À partir de ce corpus, une image surgit nettement. L’ennemi a un double visage, car il est « intérieur » et « extérieur ». Le premier aspect est beaucoup plus présent que le second. L’adversaire étranger n’est cité qu’une quinzaine de fois. Pour le désigner, le mot, presque neutre, « ennemi » domine (au moins un tiers des appellations). Suivent ensuite les termes « tyrans », « despotes ». Le conseil dépeint une France obligée d’entrer en guerre pour se défendre, face à des envahisseurs. L’ennemi est rarement caractérisé comme « l’étranger » (une seule dénomination sur quinze). Les termes employés font appel au patriotisme et non pas au nationalisme. Les expressions péjoratives s’appuient sur un vocabulaire politique et non pas xénophobe. L’adversaire est désigné par son hostilité à la Révolution, et non par l’appartenance à une nation différente. Avant d’être un étranger, il est le « despote », suppôt de l’Ancien Régime. Les autorités agitent le spectre du retour du « génie dévorant de la féodalité » Les administrateurs savent que, pour de nombreux citoyens, la principale conquête de la Révolution est l’abolition du complexum feodale. Pour mobiliser la paysannerie, les acquis révolutionnaires sont présentés comme la cible privilégiée de l’ennemi extérieur. Mais ce faisant, le conseil de département conforte les paysans dans leur rejet total de la « féodalité », y compris des éléments que les administrateurs, arc-boutés sur leur « respect de la propriété » auraient voulu conserver. Il concourt ainsi à une radicalisation de revendications politiques. Paradoxalement, il accentue ainsi ses propres craintes de bouleversement social. Si on met à part les termes de « la patrie en danger » qui est le leitmotiv des semaines de l’été 1792, 26 mots apparaissent pour désigner ce qui menace la France. Le terme « invasion » est absent, ce qui est significatif. Par contre « guerre civile » apparaît quatre fois, renforcé par des expressions similaires : « divisions intestines », « diversité d’opinion », « divisions intérieures » et « désorganisation intérieure », « désordres abominables ». Dans un pays menacé sur ses frontières, les craintes de guerre civile submergent les peurs d’invasion. Toutes les appréhensions des mois précédents s’amplifient, autour de la menace considérée comme essentielle : le « complot », terme qui est utilisé cinq fois. Les termes employés reflètent le désarroi d’administrateurs qui se sentent désarmés devant les événements. L’utilisation d’expressions indiquant des catastrophes naturelles dévoile un sentiment d’impuissance. Le mot « incendie » revient deux fois, associé à « ravages » à « orage », à « volcan ». Les événements en cours sont décrits comme « un torrent destructeur ». Le pays risque de plonger dans « les ténèbres ». Pour réunir une population, un discours plus mobilisateur peut être employé. Le conseil ne peut guère calmer les esprits avec un tel vocabulaire. C’est pourtant son objectif avoué, afin d’éviter des « excès » incontrôlables, c’est dire ses difficultés. Le problème le plus grave, pour lui, n’est pas la situation militaire. Sur 80 mots qui désignent l’ennemi, 65 désignent l’adversaire intérieur, ce qui est considérable. Vu les événements de début juillet, seize termes ou expressions concernent Jalès. L’événement est la preuve de « complots » contre la France, dit-on. La hantise d’un mouvement contre-révolutionnaire s’étendant dans le pays est omniprésente, parmi les administrateurs, qui se réjouissent de la punition des « villages coupables ». Une fois le camp de Jalès réprimé, les appellations des adversaires intérieurs se font moins précises, au moins sur le plan géographique : « les ennemis de notre constitution », « cruels ennemis », « des esclaves qui ne sont pas faits pour la liberté ». Le mot « esclave » désigne aussi bien les soldats des armées ennemies que les contre-révolutionnaires. La lutte menée est montrée sous les traits classiques du combat du bien et du mal : au patriote s’opposent « les méchants ». L’ennemi n’est pas un étranger, mais un être difforme moralement, qui tourne le dos à l’humanité (« monstres payés par Coblence pour nous désunir »). Les adversaires intérieurs sont désignés beaucoup plus précisément que l’ennemi extérieur. Le conseil du département en dresse une énumération. Ces « êtres malfaisants » sont les « chevaliers de haut et de bas parage, juges de l’ancienne robe, nobles, anoblis, financiers (…) et leurs suppôts, leurs valets. » Le conseil nomme les hommes, les fonctions emblématiques de l’Ancien Régime. La liste résume toutes les haines à l’égard de la monarchie absolue. Mais un personnage tient une place à part dans ce défilé d’ennemis : le prêtre réfractaire. Sur 65 termes liés à l’adversaire intérieur, une trentaine concerne des ecclésiastiques ou le « fanatisme » en général. Dix fois environ, « prêtre » apparaît, associé à des adjectifs péjoratifs : « complices », « factieux », « séditieux », « insermentés », « atroces », « suspects et très dangereux »… Cette haine se nourrit de l’accusation de « fanatisme ». Ses dérivés sont nombreux : « les fanatiques », « la caste fanatique », « les torches du fanatisme ». Le « fanatisme » est couramment employé, à partir de 1790, pour désigner les réfractaires. Ce terme est surtout utilisé par les prêtres assermentés et leurs partisans31. L’année 1792 marque une nette évolution dans son usage. Le « fanatique » devient l’archétype du contre-révolutionnaire. Nul doute que les conflits des années précédentes entre administrateurs locaux et réfractaires ont créé un phénomène de rejet particulièrement virulent. On accuse les prêtres d’être les auteurs directs de « l’incendie » qui ravage la France, par « leurs sourdes menées »32. L’anticléricalisme est très présent dans un grand nombre de textes de l’administration du département depuis 1790. Mais à l’été 1792, il prend une ampleur inédite. Le troisième camp de Jalès est à l’origine, en partie, de cette évolution. Le conseil de département a immédiatement associé l’événement aux manœuvres des prêtres réfractaires. Les rapports qu’il reçoit lui indiquent la présence de « plusieurs prêtres du département » sur les lieux du soulèvement. Les récits qui font allusion à Jalès reprennent l’information et la développent. Le prêtre réfractaire est devenu l’ennemi par excellence, devant « le despote coalisé ». Pendant le mois de juillet 1792, s’achèvent des évolutions décisives : le discrédit du pouvoir exécutif convaincu de trahison, et la conviction que les réfractaires sont l’âme de la contre-révolution. La radicalisation des discours accompagne des mesures « extraordinaires ».

La « Patrie en danger »

  • 33 ADH, L 4651.
  • 34 Procès-verbaux de l’Assemblée administrative…, op. cit., t. 2, séance du conseil de département des (...)

12La déclaration de la « Patrie en danger » marque la véritable entrée en guerre de l’Hérault, qui s’engage dans une mobilisation intense. Le conseil de département, réuni désormais de façon permanente, s’y consacre à partir de la mi-juillet. Les affaires concernant l’armée et la guerre passent de 3,7 % pour la session de novembre-décembre 1791 à plus de 30 % pour juillet-décembre 1792, tandis que les questions d’ordre public apparaissent dans 17 % des séances en 1792 au lieu de 4 % environ en 1791, pour le conseil du département. Un phénomène similaire s’opère pour le conseil de district de Lodève, qui se réunit à partir du 21 juillet 179233. Les affaires « militaires » passent de moins de 1 % à plus de 30 %, l’ordre public de 4 % environ à 10 %. À partir de l’été 1792, une nouvelle répartition des tâches apparaît entre les conseils et les directoires : aux premiers les affaires portant sur la sûreté du pays, aux seconds les affaires courantes. Tandis que plus de 30 % des séances du conseil de district de Lodève abordent le secteur « guerre », seulement 5 % des séances de son directoire s’en occupent. Pour le département, on aboutit à une dichotomie analogue : 30 % pour le conseil, 13 % environ pour le directoire. Les levées d’hommes occupent l’essentiel des affaires consacrées à l’armée. Elles suscitent des difficultés majeures pendant l’été. Pour éviter des refus trop importants, le département met en place une réglementation précise concernant la « haute-paye » et les remplacements militaires. Les communes sont à l’origine de ce type de décisions. À Béziers, le district et la municipalité décident d’octroyer des « hautes payes » conséquentes aux citoyens volontaires (100 livres) et même à ceux qui tombent au tirage au sort (50 livres). Pour trouver les fonds suffisants, il est décidé de lever une taxe sur tous les citoyens au prorata de leurs capacités financières. Le département généralise l’initiative34. L’institutionnalisation de la « haute-paye » est un fait majeur qui dévoile l’évolution politique des décideurs. Jusqu’à l’année précédente, elle suscitait de fortes réticences, parmi les administrations comme dans les sociétés politiques :

  • 35 ADH, L 5498. Séance de la société politique de Montpellier du 26 septembre 1791.

« [La proposition] pour une haute paye a été rejetée, il nous faut, a dit un membre, des soldats d’annibal capable de gravir des montagnes et non des soldats amollis par les délices de Capoue. »35

  • 36 Ibid., L 197. Séance du directoire de département du 10 septembre 1792.

13En quelques semaines, les choses changent. L’origine sociale des volontaires, plus modeste, leur nombre, plus conséquent, font de la « haute-paye » une nécessité. Ces éléments poussent les autorités, conservatrices sur le plan social, à une politique d’assistance de plus en plus poussée. L’administration départementale insiste sur les autorisations à donner sur les remplacements. Pour elle, ces derniers s’inscrivent dans la logique déjà à l’œuvre dans l’organisation d’une « haute-paye » : éviter des conflits majeurs. Les citoyens les plus aisés sont les premiers intéressés. Mais les remplacements concernent également les indigents. Le conseil de département autorise les municipalités à faire remplacer les « citoyens pauvres » tirés au sort et chargés de famille. Mesure de principe, pourrait-on dire. En fait, elle est appliquée, même si on ne sait pas précisément dans quelles proportions. Le directoire de département répond affirmativement aux réclamations des démunis chargés de famille qui demandent une exemption36. Cela coûte cher. Le directoire est obligé de louvoyer sans cesse entre l’impératif du maintien de l’ordre et celui de la défense de la patrie. Les affaires de désertion et d’insoumission deviennent, à partir de la fin 1792, un thème récurrent.

14Dans le même temps, les questions économiques connaissent une forte augmentation. Présentes dans moins de 1 % des séances du directoire de département en 1791, elles dépassent désormais les 10 % en 1792. La guerre et la crise des subsistances engendrent une intervention accrue des autorités locales. Elles brisent aussi les grands projets de développement économique. Le manque de fonds compromet l’entretien au quotidien des infrastructures et les investissements lourds, tel le « recreusement » du port de Sète. Les impôts rentrent mal. Le mauvais vouloir domine, y compris dans les administrations de district. Celle de Lodève, par la voix de son conseil, conteste la fixation des contributions. Le phénomène n’est pas nouveau. Mais les arguments utilisés sont maintenant sociaux :

  • 37 Ibid., L 4651. Séance du conseil de district de Lodève, 9 août 1792.

« Il serait très impolitique dans les circonstances actuelles d’aggraver l’énorme fardeau des contributions foncières et mobilières. »37

15Les administrateurs craignent un détachement de la paysannerie, à cause des charges qui s’abattent sur elle, l’impôt et la guerre :

  • 38 Ibid., L 4651. Séance du conseil de district de Lodève, 9 août 1792.

« Ce n’est pas dans ce moment où le bled est à un prix excessif où le cultivateur voit toutes ses récoltes à peine pour payer le résidu de ses impositions de l’année dernière, que ce n’est pas dans un moment où le danger de la patrie exige journellement des levées d’hommes et tous les genres de sacrifices, qu’il faille appesantir la verge fiscale sur un peuple que le seul enthousiasme de la liberté et l’espoir d’un avenir plus heureux ont pu retenir dans les bornes de la soumission aux lois. »38

  • 39 Ibid., L 1989. Lettre du 2 juin 1792 de Dupin.

16Le district évoque la menace « d’un soulèvement général » si les prélèvements augmentent. Sa position intermédiaire, entre le peuple et les administrations supérieures, apparaît clairement. Si la conjoncture économique subit les incertitudes de la guerre, elle a inversement une influence sur les initiatives de défense. Lorsque le procureur général syndic décide d’envoyer des munitions à Sète, en juin 1792, il veut « rassurer la tranquillité publique », c’est-à-dire « les citoyens et négociants » du port et de Montpellier39. Certaines mesures ont un objectif purement économique : rasséréner les commerçants et investisseurs afin qu’ils poursuivent leurs activités. Mais la guerre n’est pas toujours synonyme d’angoisse pour les décideurs.

Les entreprises dans la guerre

  • 40 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 3. Séance du 6 mai 1792 de la municipalité de Lodève.
  • 41 Ibid., L 623. Lettre de F. Fabreguettes à Dupin, 27 mai 1792.
  • 42 Ibid., 93 EDT Lodève 2 F 3. Lettre à la municipalité de Lodève, 19 décembre 1791, pour équiper « le (...)
  • 43 Ibid., 6 M 1605. « État général de diverses fabriques de l’arrondissement de Lodève, fait par la mu (...)
  • 44 E. APPOLIS, Un pays languedocien au milieu du XVIIIe siècle. Le diocèse civil de Lodève, étude admi (...)
  • 45 P. MINARD, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières. Paris, 1998.
  • 46 A. CORVISIER (dir.), Histoire militaire de la France t. 2, p. 235-258, Paris, 1992.

17La joie affichée à Lodève, lors de la proclamation officielle de la guerre, est sans doute profonde40. Le conflit est synonyme de prospérité, pour une ville dont l’activité est déterminée par l’état de guerre. Grâce à un enfant du pays, le cardinal Fleury, Lodève est devenue, au XVIIIe siècle, une place privilégiée pour la fourniture des troupes. À la fin de l’Ancien Régime, cependant, la ville est dans une situation difficile. Les commandes de l’État se font rares, le gouvernement n’a pas encore payé ses achats de la guerre d’Amérique, le prix des matières premières augmente. Les 10 000 personnes employées par les manufactures sont dans une situation précaire. La municipalité, proche des milieux drapiers, appuyée par le district et le département, alerte en vain le ministre de la Guerre en 1790. Les levées de volontaires nationaux, l’année suivante, sont une bénédiction pour les fabricants. De nombreuses administrations départementales, connaissant la réputation de Lodève, contactent ses entrepreneurs, telle la Haute-Saône qui entre en pourparlers avec l’une des principales manufactures de la ville, celle des frères Fabreguettes41. L’armée de ligne, en outre, continue ses recrutements, et renouvelle ses uniformes. Naturellement, elle fait appel, via la municipalité, à « messieurs les fabricants de Lodève »42. Les levées d’hommes de 1792 entraînent une explosion de l’activité. Il est difficile de la chiffrer exactement. Des statistiques d’époque napoléonienne affirment que, de 1789 à 1792, la production serait passée de 12 000 à 40 000 pièces par an pour Lodève43. Si l’on suit E. Appolis, selon lequel « une pièce de drap de Lodève suffit à habiller huit hommes »44, les fabriques de Lodève auraient fournir de quoi habiller 320 000 hommes environ en 1792. Il faut rester prudent avec les chiffres donnés par les contemporains. Le nombre de 40 000 pièces est donné par une municipalité de Lodève qui, une vingtaine d’années plus tard, se fait le porte-parole des fabricants, pour réclamer des commandes supplémentaires de l’État. Gonfler des performances passées permet de valoriser des capacités de production ou de souligner des problèmes économiques présents. On ne saurait être trop prudent dans des chiffres obtenus selon des estimations différentes, à des dates diverses, avec des objectifs divergents, une méthode qui n’est pas précisée. Lorsqu’on fait des comparaisons à partir de chiffres du XVIIIe siècle, comme le souligne P. Minard45, on n’est jamais véritablement sûr qu’elles portent sur des choses… comparables. Ce nombre de 40 000 pièces produites par les Lodèvois est cependant un bon indicateur, car il souligne la croissance exceptionnelle des fabrications de guerre, vu l’explosion de la demande en 1792. L’armée française compte environ 150 000 hommes en 1791, pour atteindre, lors de la proclamation de la Patrie en danger 300 000 hommes ; l’effectif théorique, lui, dépasse les 500 000 soldats46. D’ailleurs, à partir de la fin 1791, les plaintes lodèvoises, concernant le manque d’activité, disparaissent complètement. Les seules réclamations portent sur le paiement des fournitures militaires, ce qui signifie que toutes les fabriques sont au maximum de leur capacité de production. Les administrateurs pressent leurs commissaires de faire les achats nécessaires pour leurs bataillons de volontaires, avant les autres départements, par peur d’une rupture de stock.

  • 47 ADH, 93 EDT Lodève 1 D 3. Délibération de la municipalité, séance du 10 juin 1792.

18La municipalité de Lodève s’emploie à faciliter l’activité des marchands-fabricants. Elle demande la suppression de la fête du Sacré-Cœur, vu « le besoin pressant de travail pour la fourniture des draps »47. L’utilité sociale, le souci de donner du travail aux « malheureux », la volonté d’une pratique religieuse sobre et dépouillée, dans un diocèse influencé longtemps par un évêque janséniste, se conjuguent avec le patriotisme et la volonté de remplir les commandes dans les délais. Les entrepreneurs n’ont pas un jour à perdre, d’autant plus que des fêtes nouvelles, nées de la Révolution, s’ajoutent aux anciennes. Devant les besoins grandissants des soldats-citoyens, la place des cérémonies religieuses est remise en question par un nombre croissant d’autorités locales. Les impératifs de la guerre finissent par éroder le fait religieux, notamment le repos dominical, aussi sûrement que les sentiments anticléricaux suscités par la lutte contre les réfractaires.

  • 48 Ibid., L 1271. Correspondance de Dupin avec les fabricants, la Marine.
  • 49 Ibid., L 531. Pétition de négociants de Montpellier, à l’Assemblée nationale, 1791 (?).
  • 50 Ibid., L 2013. Lettre du général Montesquiou à Dupin.
  • 51 Ibid., Expertise du 23 novembre 1792 et arrêtés des commissaires.
  • 52 Chaptal (sous la dir. de M. Peronnet), chapitre sur « le coton à Montpellier : Chaptal et sa belle- (...)
  • 53 ADH, L 2040. Lettre de Chaptal à l’administration de département de l’Hérault, 26 novembre 1792.
  • 54 A. MATHIEZ, « Robespierre et Aigoin » Annales Révolutionnaires, janvier-février 1920.
  • 55 Ibid. Lettre de Aigoin à Robespierre, 1er décembre 1792.
  • 56 AN, F7 4577. Dossier Victor Aigoin. Pétition du 6 floréal an III en faveur d’Aigoin.

19Le conflit est vécu comme une chance inespérée qu’il ne faut pas rater. De nombreuses manufactures qui débauchaient leurs ouvriers, faute de commandes, à la fin des années 1789, refusent désormais des marchés, même militaires, tant elles produisent au maximum de leurs possibilités. Les onze fabriques de couvertures de laine de Montpellier, qui occupent 4 000 personnes, sont dans ce cas lorsqu’elles déclinent une proposition de la Marine48. L’inflation, si dénoncée par la suite, est profitable aux affaires, car elle a permis, dans un premier temps, selon les entrepreneurs eux-mêmes, d’employer « une foule de bras »49. Les gains des fabricants, négociants, intermédiaires divers, sont considérables. Certains sont accrus par des malversations. En juin 1792, le général en chef de l’armée des Alpes, Montesquiou, pour éviter, affirme-t-il, la corruption et l’inertie des bureaux du ministère de la Guerre, propose de faire effectuer, sous son égide, l’équipement de 24 000 volontaires par les troupes elles-mêmes. Le ministre de la Guerre du moment, Lajard, accepte. Le concours des administrateurs du département de l’Hérault est sollicité, vu l’importance des manufactures drapières de la contrée50. Très vite, les autorités locales s’émeuvent des conditions dans lesquelles ont lieu les fournitures organisées par des intermédiaires jugés peu scrupuleux, nommés par Montesquiou. En novembre 1792, trois commissaires de la Convention, envoyés à Lyon, Vitet, Boissy d’Anglas et Alquier constatent la désorganisation de l’armée des Alpes qui manque de tout. La fabrication des habits est défectueuse, avec des tailles trop petites, des étoffes, achetées à Bédarieux à bas prix, de piètre qualité51. Des agents sont destitués et emprisonnés à Lyon. D’autres s’en tirent sans grands dommages à Montpellier. Montesquiou sert de bouc émissaire commode par son émigration du 13 novembre 1792, tout comme l’éphémère ministre Lajard qui est décrété d’arrestation sous de multiples chefs d’accusation. Mais la mise en cause de ce dernier inquiète les milieux lyonnais et montpelliérains qui lui étaient liés. Son cousin, Jean-Baptiste Lajard fils, en affaires dans les deux villes, figure parmi les fabricants les plus compromis. Il a fait avec son associé, Brun, une fourniture de chaussures qui est un modèle du genre, tant elle a fait davantage appel aux papetiers qu’aux tanneurs pour les matières premières… Or Jean-Baptiste Barthélèmy Lajard nous plonge dans un réseau, non pas de fournisseurs véreux et marginaux, mais dans le puissant milieu économique montpelliérain, qui mêle fournitures de guerre, banque, négoce, et manufactures. La famille Lajard est associée aux fabriques les plus dynamiques du lieu. Les associés du père ont implanté la production de coton à Montpellier. Ils emploient plusieurs milliers de personnes. Le fils est lié avec tout ce qui compte dans la ville, les notabilités en pleine ascension politique et économique en ce début de révolution52. Une fille Lajard a épousé Chaptal, futur ministre de l’intérieur de Napoléon Bonaparte. Tous sont liés aux fils d’un ancien maire de Montpellier, les Cambacérès. Lorsque Jean-Baptiste Lajard est arrêté, ses relations s’emploient à l’innocenter. Outre Chaptal, qui se dépense sans compter auprès des administrations locales pour défendre son beau-frère « injustement accusé »53, Lajard bénéficie d’un soutien de poids en la personne du banquier Aigoin. Ce dernier, jacobin convaincu, est un des hommes les plus opposés au maire Durand et à la mouvance « girondine » qui contrôle Montpellier à cette époque. Il est un correspondant régulier de Robespierre auquel il donne régulièrement des informations sur la situation politique du Midi. Il est fier d’avoir obtenu la confiance de l’Incorruptible, devenu le parrain de son fils54. Il compromet sa position sociale pour défendre ses idéaux politiques face à des adversaires « girondins » qui parviennent à le chasser de la société populaire de Montpellier, à l’hiver 1792-1793. Or Aigoin s’implique pour aider le clan Chaptal-Lajard-Brun. Il introduit Chaptal et défend Lajard auprès de Robespierre55. Ce chaleureux plaidoyer fait partie des soutiens qui permettent à Lajard d’échapper au pire et de poursuivre ses activités sans problèmes majeurs. Le négociant n’est poursuivi que civilement. Il passe la période de la Terreur sans problème, semble-t-il, ce qui, vu superficiellement, pourrait apparaître comme un exploit, pour un négociant considéré comme prévaricateur, en activité à Lyon en 1793. Le réseau montpelliérain dont il est issu fait front pour soutenir ses membres. Aigoin, après Thermidor, connaît de sérieux ennuis à cause de ses activités en l’an II à Paris, (pressenti comme juré du Tribunal révolutionnaire, il était commissaire national de la Trésorerie auprès de son compatriote Cambon). Le soutien de ses amis ne lui fait pas défaut. En l’an III, de nombreux négociants montpelliérains signent une pétition en sa faveur, plus d’une vingtaine dont, apparemment, des modérés, compromis dans l’épisode fédéraliste56. Aigoin bénéficie de l’aide de Chaptal pour échapper au pire, lorsque les proches de Durand se déchaînent contre l’ancien banquier, jugé responsable de la condamnation à mort, pour fédéralisme, de l’ancien maire devant le Tribunal révolutionnaire en l’an II. Ces soutiens permettent de percevoir un tissu de relations solides qui, quels que soient les clivages politiques entre ses membres, résiste aux divers épisodes de la Révolution.

  • 57 ADH, 93 EDT Lodève 2 F 3. Lettre du colonel du 77e régiment au maire de Lodève du 3 mai 1792 : « Je (...)

20« L’affaire Montesquiou » illustre les difficultés d’équipement des troupes. Pendant toute l’année 1792, l’armée, troupe de ligne comprise, ne cesse de se plaindre des délais de livraison. La suspicion à l’égard du pouvoir exécutif aggrave les tensions. Le fonctionnement des fournitures en est affecté. Les officiers comptent davantage sur les autorités locales que nationales pour obtenir des mesures efficaces pour l’équipement de leurs hommes. Les correspondances éclairent d’un jour particulier l’action de militaires qui se sentent livrés à eux-mêmes. Les soldats tentent, comme ils le peuvent, d’accélérer les fournitures, par leurs initiatives personnelles. Le recours aux municipalités, le contact avec les fabricants est privilégié, car ils sont jugés plus efficaces que des réclamations au ministère de la Guerre. Des officiers se lancent dans de véritables enquêtes pour déterminer où sont passées les fournitures promises. Ils adressent des demandes pressantes à la municipalité de Lodève, qui fait office d’intermédiaire entre les manufacturiers et leurs acheteurs57.

  • 58 Ibid., L 2046. Lettre du 3e bataillon de volontaires de l’Hérault, 8 septembre 1792.
  • 59 Ibid., L 2013. Rapport de Rey et de Brun nommés par le département de l’Hérault sous la réquisition (...)

21Les militaires sont les premiers lésés. La durée de vie des habillements apparaît très limitée58. L’approvisionnement des troupes souffre de maux identiques. Des rapports de commissaires du département sur des livraisons de fourrages sont accablants. Les fournisseurs et les propriétaires, avec un « quintal de bon foin » arrivent à en faire « trois quintaux de mauvais » car « mélangé de joncs et d’autres mauvaises herbes »59. Les gardes-magasins sont dénoncés, comme complices. De graves fraudes seraient faites sur les quantités vendues. Les convois transporteraient à peine la moitié des marchandises qui devraient être fournies à l’État.

22Il serait hasardeux de généraliser de tels phénomènes. Les approvisionnements qui ne posent pas de problèmes ne font pas l’objet de rapports spécifiques. Mais les plaintes sont suffisamment nombreuses pour entretenir un climat de défiance. Tout laisse penser que le conflit fait naître une spéculation intense qui contribue à l’augmentation des prix. Ces scandales choquent une opinion inquiète sur les subsistances. Ils renforcent le climat de suspicion ambiant. Ils radicalisent les patriotes qui réclament des mesures coercitives contre la spéculation, qu’elle porte sur la nourriture de la population ou l’approvisionnement des troupes.

  • 60 C.-A. CARDOT, « Le département de 1789, expression d’une volonté centralisatrice », Le Département  (...)

23La guerre pèse déjà d’un poids considérable sur tous les secteurs de la société. Les tensions qu’elle crée conduisent les administrateurs du département, modérés socialement, à suivre la même voie que les révolutionnaires les plus prononcés. Les historiens se sont interrogés sur la volonté centralisatrice ou décentralisatrice de l’Assemblée Nationale lors de la formation des départements60. Or l’administration départementale a évolué, de 1790 à 1792, vers une autonomie croissante. Les inquiétudes nées de la guerre ont joué un rôle essentiel dans l’affirmation des autorités héraultaises. Elles se font sentir au niveau local comme au niveau national, s’influençant réciproquement avant de converger sur un même symbole à abattre : le roi. À l’été 1792, les volontaires héraultais « montent » à Paris. En route, ils rencontrent les fédérés marseillais et leur apprennent un nouvel hymne, « le chant de guerre de l’armée du Rhin »…

Notes

1 ADH, L 195. Séance du directoire de département du 16 janvier 1792.

2 Ibid., L 195. Séance du directoire de département du 20 janvier 1792.

3 AN, F1c III Hérault 6. « Mémoire relatif à la situation intérieure du département de l’Hérault » par Dupin.

4 ADH, L 2676. Rapport sur les événements de Bédarieux.

5 Ibid., L 4646. Séance du 16 février du directoire de district de Lodève.

6 Procès-verbaux de l’assemblée…, op. cit., t. 1, assemblée électorale du département, 18 septembre 1791.

7 Archives municipales de Béziers (AMB) II J. Séance de la société des Amis de la Constitution de Béziers, 9 février 1792.

8 ADH, L 5499. Séance de la société des Amis de la Constitution de Montpellier, 16 mars 1792.

9 Ibid., L 1081. Adresse de la société de Perols, du 14 mars 1792, citée par le Journal hebdomadaire du département de l’Hérault, 17 mars 1792 (n° XX).

10 AN, F 1C III Hérault 10. Adresse de « citoyens de Florensac » signée par 133 personnes.

11 ADH, L 195. Séance du directoire de département du 15 mars 1792.

12 M. BELISSA, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795), Paris, 1998, p. 286.

13 ADH, L 196. Séance du 16 juin 1792.

14 Ibid., L 4646. Séance du 22 décembre 1791 du directoire de district de Lodève.

15 Ibid. L 1081. Journal hebdomadaire du département de l’Hérault, 28 janvier 1792.

16 AMB, II J, Séance du 3 février 1792.

17 ADH, L 1081. Journal hebdomadaire du département de l’Hérault, 4 février 1792.

18 M. Belissa, Fraternité universelle et intérêt national…, op. cit., p. 273.

19 ADH, L 196. Séances du directoire de département de mars-avril 1792.

20 Ibid., L 196. Séance du 23 avril 1792.

21 Ibid., L 4646. Séance du directoire de district de Lodève du 26 mai 1792.

22 Ibid., L 196. Séance du directoire de département, 25 juin 1792, justification d’Agde.

23 Ibid., 25 mai 1792.

24 Ibid., L 1707. Correspondance de Dupin avec les autorités militaires, septembre 1792.

25 Ibid., L 196, séances du directoire de département de juin 1792.

26 M. LYONS, Révolution et terreur à Toulouse, Toulouse, 1980 pour la traduction française, chapitre 3 « la révolte fédéraliste » p. 57-73 et 59-60.

27 Ibid., L 197. Arrêtés des dits jours.

28 Procès-verbaux de l’assemblée administrative …, op. cit., t. 2, séances de juillet.

29 Ibid., séance du 28 juillet 1792. La mesure n’est prise au niveau national que le 26 août.

30 Ibid., séances de juillet et août 1792.

31 S. BIANCHI, « Fanatique(s)/fanatisme (1789-1795) », p. 71-78, Dictionnaire des usages sociopolitiques (1770-1815), fasc. 1, Désignants sociopolitiques, Paris, 1985.

32 Procès-verbaux de l’assemblée administrative…, op. cit., t. 2, p. 1-88.

33 ADH, L 4651.

34 Procès-verbaux de l’Assemblée administrative…, op. cit., t. 2, séance du conseil de département des 18 et 22 août 1792.

35 ADH, L 5498. Séance de la société politique de Montpellier du 26 septembre 1791.

36 Ibid., L 197. Séance du directoire de département du 10 septembre 1792.

37 Ibid., L 4651. Séance du conseil de district de Lodève, 9 août 1792.

38 Ibid., L 4651. Séance du conseil de district de Lodève, 9 août 1792.

39 Ibid., L 1989. Lettre du 2 juin 1792 de Dupin.

40 Ibid., 93 EDT Lodève 1 D 3. Séance du 6 mai 1792 de la municipalité de Lodève.

41 Ibid., L 623. Lettre de F. Fabreguettes à Dupin, 27 mai 1792.

42 Ibid., 93 EDT Lodève 2 F 3. Lettre à la municipalité de Lodève, 19 décembre 1791, pour équiper « les divisions des troupes de la marine du département de Brest ».

43 Ibid., 6 M 1605. « État général de diverses fabriques de l’arrondissement de Lodève, fait par la municipalité de Lodève », 1806.

44 E. APPOLIS, Un pays languedocien au milieu du XVIIIe siècle. Le diocèse civil de Lodève, étude administrative et économique, Albi, 1951.

45 P. MINARD, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières. Paris, 1998.

46 A. CORVISIER (dir.), Histoire militaire de la France t. 2, p. 235-258, Paris, 1992.

47 ADH, 93 EDT Lodève 1 D 3. Délibération de la municipalité, séance du 10 juin 1792.

48 Ibid., L 1271. Correspondance de Dupin avec les fabricants, la Marine.

49 Ibid., L 531. Pétition de négociants de Montpellier, à l’Assemblée nationale, 1791 (?).

50 Ibid., L 2013. Lettre du général Montesquiou à Dupin.

51 Ibid., Expertise du 23 novembre 1792 et arrêtés des commissaires.

52 Chaptal (sous la dir. de M. Peronnet), chapitre sur « le coton à Montpellier : Chaptal et sa belle-famille », par A. CHANTE, p. 75-80.

53 ADH, L 2040. Lettre de Chaptal à l’administration de département de l’Hérault, 26 novembre 1792.

54 A. MATHIEZ, « Robespierre et Aigoin » Annales Révolutionnaires, janvier-février 1920.

55 Ibid. Lettre de Aigoin à Robespierre, 1er décembre 1792.

56 AN, F7 4577. Dossier Victor Aigoin. Pétition du 6 floréal an III en faveur d’Aigoin.

57 ADH, 93 EDT Lodève 2 F 3. Lettre du colonel du 77e régiment au maire de Lodève du 3 mai 1792 : « Je prends la liberté de vous prier de vouloir bien faire prendre chez les divers manufacturiers des fournitures d’habillement (…) les renseignements suivants de la plus grande utilité pour le 77e régiment 1- s’ils ont des ordres de fournitures pour le 77e régiment 2- si les fournitures sont expédiées 3- où ils les ont adressés. Le 77e régiment a le plus grand besoin de ces fournitures, elles lui sont annoncées par le ministre depuis le 21 mars et rien n’est encore arrivé (…) »

58 Ibid., L 2046. Lettre du 3e bataillon de volontaires de l’Hérault, 8 septembre 1792.

59 Ibid., L 2013. Rapport de Rey et de Brun nommés par le département de l’Hérault sous la réquisition des citoyens Vitet, Boissy d’Anglas et Alquier.

60 C.-A. CARDOT, « Le département de 1789, expression d’une volonté centralisatrice », Le Département : hier, aujourd’hui, demain. De la Province à la région, de la centralisation à la décentralisation, p. 45-59. Colloque des 24-26 septembre 1991, organisé par le musée de la Révolution française et l’Université Pierre Mendès France, Grenoble, 1994.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540