Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Chapitre I. La guerre avant la guerre (1790-1791)

Texte intégral

L’espace géographique

1Sous la Révolution, l’Hérault est décrit comme un ensemble fortement contrasté :

  • 1 L’Orb, qui alimente Béziers, l’Hérault au centre du département, le Vidourle, qui marque la limite (...)
  • 2 ADH, 6 M 1581. Lettre du directeur de l’école de médecine en réponse à une demande d’enquête du pr (...)

« Le département de l’Hérault est coupé en quatre parties inégales par quatre vallées principales, dans lesquelles coulent 4 petits fleuves1 (…) La partie septentrionale est garnie d’assez hautes montagnes qui appartiennent à la chaîne des Cévennes, et la méridionale est bornée par la mer dont les côtes sont garnies d’étangs salés et de marécages. »2

  • 3 ADH, L 1230. « État du nombre et de la qualité de terres ensemencées en bleds, légumes, fourrages (...)
  • 4 B. GILLE, Les sources statistiques de l’histoire de France, des enquêtes du XVIIesiècle à 1870, ré (...)

2Découpé en 52 cantons, l’ensemble ne s’impose pas par une cohérence interne. Département méditerranéen, voisin du Gard à l’est, de l’Aveyron au nord, de l’Aude et du Tarn à l’ouest, il se partage entre montagnes et plaines. Les reliefs dépassent les 600 mètres (Minervois), parfois les 1 000 mètres (Montagne Noire) au nord-ouest. Ils atteignent également des altitudes significatives à l’est, avec le Causse du Larzac. La plaine littorale est assez étroite, séparée souvent des montagnes par la garrigue. Aucune limite naturelle ne s’impose avec les départements voisins. Même la frontière maritime est incertaine, tant la présence des étangs (Thau…) brouille la perception. Les cultures épousent, au XVIIIe siècle, les pesanteurs de l’espace géographique3, telles qu’elles apparaissent dans les nombreuses études statistiques engendrées par la Révolution4. Les céréales, certes, constituent la culture dominante (plus de 50 % des terres héraultaises en moyenne), à une époque où la nourriture est une préoccupation quotidienne. Le froment est cultivé partout où cela est possible. Seules les zones vraiment montagneuses ne le produisent guère. Là, le seigle est la céréale reine. La deuxième grande ressource de l’Hérault est la viticulture, qui atteint 30 à 40 % des terres, mis à part le district de Saint-Pons. Sa présence est certes beaucoup moins prononcée qu’au XIXe siècle, mais elle donne déjà une physionomie particulière aux plaines, de Béziers à Frontignan, Restinclières. Au nord, elle est rare, mis à part quelques isolats, telle Lodève, où sa présence s’explique par le statut de cité épiscopale de la ville sous l’Ancien Régime. Les autres productions sont nettement plus en retrait. La bordure nord du département est un pays de châtaignes, qui dispose de prairies naturelles permettant l’élevage.

  • 5 N. BROC, La géographie des philosophes. Géographes et voyageurs français au XVIIIesiècle, Paris, 1 (...)
  • 6 M. -V. OZOUF-MARIGNIER, La formation des départements : la représentation du territoire français à (...)
  • 7 P. BARRAL, « Dauphiné, Languedoc, Lorraine, trois applications du modèle départemental », Le Dépar (...)

3Malgré ces disparités, la nouvelle entité administrative s’impose assez vite dans les esprits car les contemporains confèrent aux limites départementales une cohérence géographique. Les descriptions interprètent le nouveau maillage territorial à la lumière des écrits de P. Buache sur les bassins fluviaux. Le regroupement en vallées est typique de la géographie du XVIIIe siècle dominée par la théorie du grand géographe5. La Révolution joue un grand rôle dans la personnification du département. L’effort de guerre s’inscrit dans cet espace, ce qui a des conséquences au quotidien, dans la façon dont est perçu le maillage administratif de la Révolution. La cohérence, plus que géographique, est historique et culturelle. Le découpage départemental de 1790 est issu, on le sait, de travaux qui prennent en compte les économies, les populations, les voies de communication, les cultures6. L’Hérault, d’ailleurs, ne prend sa physionomie définitive qu’avec la loi du 28 pluviôse an V, où il cède au Tarn le canton d’Angles en échange de celui de Saint-Gervais-sur-Mare. La nouvelle trame administrative s’inspire des vieilles limites de l’Ancien Régime. Cela est net en Languedoc, et à un niveau moindre, pour d’autres régions, comme le Dauphiné7. Ainsi, l’Hérault est formé de districts qui reprennent en partie les tracés des diocèses ou des sénéchaussées.

4Il est issu d’une province au riche passé, le Languedoc, considérée sous l’Ancien Régime comme une des plus prospères et des plus belles de France. Son dernier intendant, le baron de Ballainvilliers, la présente sous des traits élogieux :

  • 8 Ballainvilliers, C. B., Mémoires sur le Languedoc et Traité sur le commerce (1788), présentation d (...)

« Aucune province ne réunit plus d’avantages que le Languedoc, ses productions variées comme son climat suffisent presqu’à tous les besoins de ses habitants et l’exportation d’une partie de ses denrées montre sa richesse. »8

  • 9 DIDEROT, et dALEMBERT, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, arts et des métiers, P (...)
  • 10 PIGANIOL DE LA FORCE Nouvelle description de la France…, tome sixième concernant le Languedoc, Par (...)
  • 11 EXPILLY (Abbé d’) Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France…, (...)
  • 12 DIDEROT, et d’ALEMBERT, Encyclopédie …, op. cit.
  • 13 (R. de) HESSELIN, Dictionnaire universel de la France…, sl., 1771, t. IV, article « Montpellier ».
  • 14 ADH, L 1259. Mémoire détaillé sur le département de l’Hérault.

5Les États de Languedoc, l’antiquité de certains consulats, le pouvoir et le prestige attribué à son intendant, depuis Basville, font forte impression. Savants, érudits, voyageurs, s’accordent tous, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, sur l’importance de ce pays « fertile en grains, en fruits et en excellents vins », qui connaît, grâce à ses manufactures, « un commerce considérable »9. Cette image positive fait figure de cliché, tant les éloges ne varient guère d’un dictionnaire à un autre10. Tous célèbrent l’activité culturelle d’une province aux prestigieuses traditions universitaires, où se développent les académies, donne à la France savants et hommes d’État, tel le cardinal Fleury, lodèvois. Le territoire qui constitue le département de l’Hérault est englobé dans la même louange. On ne tarit pas d’éloges sur le diocèse de Béziers, et sur celui de Montpellier. Quant au diocèse d’Agde, c’est « l’un des plus riches du royaume »11. Rares sont les zones pauvres. Le diocèse de Saint-Pons constitue une exception, car même là où « le pays est sec et stérile » comme celui de Lodève, « les manufactures [le] font fleurir »12. Montpellier, futur chef-lieu de département, pour l’heure siège d’une intendance, d’une Cour des Aides, est admirée. Elle est « l’une des plus considérables villes du Languedoc »13. L’Hérault hérite de l’image flatteuse de l’ancienne province. Les premières descriptions du nouveau département reprennent les appréciations traditionnelles sur le Languedoc : richesse agricole (grains, fourrages, vins, huiles, plantes tinctoriales ou textiles…), industrielle (draps, laines, verrerie, soie, ganterie, tanneries…), commerciales (foire de Pézenas, Montagnac, proximité avec Beaucaire, présence du Canal du Midi, de la mer…), minérales (eaux, charbon, fer, soude…), bref des éléments qui permettent des échanges internationaux importants, notamment avec le Levant14. L’évocation de Montpellier ne manque pas de mentionner sa faculté de médecine, sa société royale des sciences.

  • 15 A. TOUCHY, Mémoire sur le département de l’Hérault relativement à l’agriculture, au commerce et au (...)

6Mais d’autres mettent en lumière les faiblesses du nouveau département, révélant les angoisses du moment. Ils s’inquiètent de la modicité des rendements en grains (« les terrains cultivés du département de l’Hérault ne font pas la moitié de son étendue totale »15). La population (270 000 habitants) apparaît importante par rapport aux ressources. Des descriptions pointent les points faibles du nouvel ensemble : trop de montagnes à l’intérieur, trop d’étangs insalubres sur le littoral, des étendues de garrigues peu exploitables. Ces inquiétudes sont partagées par les dirigeants des nouvelles administrations, celle du département et des districts.

Les nouvelles administrations et leurs ambitions

  • 16 G. DARCY, « Unité et rationalité de la constitution révolutionnaire », Révolution et décentralisat (...)
  • 17 Décret du 22 mai 1790.
  • 18 « Les liens du sang et les intérêts respectifs de la France et de l’Espagne promettent une longue (...)

7À l’été 1790, des administrations nouvelles s’organisent selon les récents découpages territoriaux de la France. Elles ont un double caractère : organes purement administratifs dépendants du pouvoir exécutif, elles sont des assemblées élues. Elles se composent de deux éléments, dans chaque administration départementale et de district : un directoire chargé de la gestion des affaires, durant toute l’année, un conseil dont la session annuelle examine la reddition des comptes du premier. Le pouvoir exécutif a le droit de les suspendre et de les poursuivre en justice. L’Hérault comporte quatre districts (Montpellier, Béziers, Lodève, Saint-Pons). « Le caractère hybride »16 de ces structures administratives peut provoquer dans un sens comme dans un autre des infléchissements – vers une plus grande capacité d’initiative ou au contraire une augmentation de la surveillance gouvernementale. L’évolution très rapide de la situation politique peut mettre également des administrateurs dans une position ambiguë, entre leurs convictions personnelles et les lois nouvelles. Bien avant l’éclatement du conflit avec l’étranger, elles sont confrontées à la question de la sécurité du territoire. Certes, les années 1789-1790 sont souvent présentées comme une époque où la guerre n’apparaît pas. Le décret de la Constituante, déclarant « la paix au monde »17, les ouvrages contemporains18, confortent les opinions selon lesquelles la guerre n’est pas une préoccupation majeure pour une France focalisée sur les bouleversements intérieurs. Mais ces faits ne sauraient masquer la montée des tensions internationales, perceptibles dans tout le pays.

  • 19 ADH, L 190-201. Procès-verbaux de délibération du directoire de département (26 juillet 1790-11 ni (...)

8Dans l’Hérault, la composition de l’administration départementale est similaire à celle de ses homologues19. En 1790, les « hommes de loi » dominent largement (au moins 21 sur 36 administrateurs), suivis par les « négociants » (7) et « bourgeois », propriétaires fonciers. Les élections de l’année suivante, qui renouvellent par moitié les membres, confirment le phénomène. Le choix des électeurs se porte sur des individus qui se sont distingués dans les nombreuses assemblées qui ont eu lieu depuis 1789 : élections aux États Généraux, rédaction des cahiers de doléances, mise en place des Gardes Nationales, des municipalités. Les élus sont expérimentés car ils ont souvent géré les affaires publiques sous l’Ancien Régime. Les plus influents d’entre eux étaient liés à la Cour des Aides et à l’intendance du Languedoc. La Révolution a fait d’eux des officiers municipaux, des maires, après avoir été des consuls. Elle a accru leurs réseaux de relations, leur notoriété. Leurs nouvelles fonctions servent de tremplin pour atteindre parfois un destin national (Cambacérès, Bonnier d’Alco…).

  • 20 G. SAUTEL J. -L. et HAROUEL, Histoire des institutions publiques depuis la Révolution française, P (...)
  • 21 ADH, L 190-208. Procès-verbaux de l’administration départementale….
  • 22 R. J. DUCK, National politics and the development of local administration structures during the Fr (...)

9Au niveau départemental, le poste-clef est détenu par le procureur général syndic, élu, mais représentant du pouvoir exécutif. Le choix des Héraultais se porte, en 1790, sur un ancien secrétaire des domaines de l’intendance, qui s’est distingué sous l’Ancien Régime par la rédaction d’un ouvrage de droit : Charles Dupin. Son élection illustre la tendance à choisir à un tel poste des « techniciens de l’administration »20. Mais Dupin n’est pas seulement un administrateur rompu à la gestion locale. Il est sans doute un de ceux qui ont le plus d’intelligence politique. Il reste à la tête de l’administration départementale, soit comme procureur général syndic, soit comme agent national, soit comme président, jusqu’à l’an IV, date où il préfère se retirer pour devenir président du tribunal de cassation21. Il traverse le passage de la monarchie à la république, la crise fédéraliste, la Terreur, l’après-Thermidor, sans être remis en question. Il incarne, de 1790 à l’an IV, la permanence administrative dans le département, quel que soit le régime. La continuité est également assurée par le personnel administratif qui est issu, comme Dupin, des bureaux de l’intendance22.

  • 23 ADH, L 4713.
  • 24 C. MARQUIE, L’industrie carcassonnaise au XVIIIesiècle. Étude d’un groupe social : les marchands f (...)

10Dans l’administration de département, comme dans celle des districts, ce sont donc des hommes de loi, ayant l’habitude des affaires publiques, qui dominent. Seul le district de Lodève se singularise quelque peu par la forte présence de fabricants-négociants, figures de proue d’une contrée où la draperie est l’activité qui compte. Le procureur syndic de district, Jean de Salasc, est emblématique, au plus haut niveau, de la réussite et domination sociale des manufacturiers de la région23. Son père est baron de Lauzière, propriétaire du château d’Octon. Sa famille est typique des marchands fabricants de Clermont-l’Hérault, qui, une fois fortune faite, s’anoblissent, quittent la manufacture pour vivre de leurs rentes. Cette évolution n’est pas sans rappeler le cas carcassonnais étudié par C. Marquié24. Les Lodèvois placent des membres éminents de leur communauté au district, tel Jean Benoît cadet, « fabricant de draps et négociant », grand propriétaire foncier, un des contribuables les plus aisés de la circonscription. Les « hommes de loi », surtout des notaires, font pâle figure face à ces entrepreneurs. La prééminence sociale des fabricants ne se dément pas au fil des élections.

  • 25 Procès-verbaux des séances de l’Assemblée administrative du département de l’Hérault pendant la Ré (...)

11Mais les élus lodèvois ou montpelliérains, hommes de loi ou négociants, partagent la même vision de leur mission. Les discours de la session du conseil de département, de novembre 1790, dévoilent les rêves d’une Révolution courte et limitée25. Pour les administrateurs locaux, tous les Français, des simples citoyens à leur roi, sont unis par « une administration paternelle ». La France est « régénérée » car le temps des « abus », du « régime féodal » a disparu. La Révolution s’est dissipée comme « un orage ». Les administrateurs n’ont plus qu’à gérer le pays sous un ciel serein. Nulle menace de guerre ne semble troubler ce tableau idyllique. Les relations avec les pays étrangers ne sauraient, dit-on, poser de problème. L’Ancien Régime s’est effondré de lui-même, les régimes voisins feront de même :

  • 26 Procès-verbaux… op. cit., t. 1, discours de la séance de clôture de la session de 1790 par le prés (...)

« Vainement les despotes s’agiteront pour conserver un pouvoir que leur refusa la nature ; le sceptre échappera de leurs mains et toute leur politique viendra se briser devant le boulevard de la raison universelle. Encore un peu de temps et la face du monde sera changé. Qu’il est beau d’avoir donné de grand exemple aux hommes ! »26

  • 27 ADH, L 4651. Rapport du bureau d’agriculture et de commerce du district de Lodève devant son Conse (...)

12Révolution terminée, sécurité intérieure et extérieure assurée : les autorités locales pensent ainsi se consacrer à leur grande ambition, par une saine gestion, « l’amélioration du commerce et de l’agriculture », « branche de l’administration » la plus importante27.

13Les souhaits des membres du district de Lodève reflètent ce qu’ils sont. Pour eux, le libre-échange est indispensable. Mais ils estiment que l’intervention de l’État est également nécessaire. La fabrique de draps est leur préoccupation majeure. Selon eux, le district doit produire lui-même ses laines. Il faut que la qualité augmente grâce à des mesures incitatrices : une prime d’encouragement et la revente, à un prix avantageux, aux agriculteurs de béliers de « belle race », achetés en Espagne afin d’améliorer le cheptel. Les administrateurs pensent aux propriétaires fonciers les plus aisés, ceux qui sont susceptibles de développer leur exploitation dans une agriculture intégrée à des circuits commerciaux internationaux. Ils s’insurgent contre les défrichements « abusifs » sur les reliefs qui détérioreraient les sols et feraient diminuer les terrains de pâture des ovins. Les zones montagneuses devraient être laissées aux bêtes à laine, car la qualité des terres du district exclut toute autosuffisance. La culture des céréales devrait être abandonnée. Il faut miser, d’après cette analyse, sur une agriculture spéculative et spécialisée. En plaine, la viticulture est présentée comme la production de l’avenir. Les fabriques de cuirs doivent être développées, notamment à Aniane. Le district désire améliorer les voies fluviales et terrestres afin d’avoir une liaison efficace avec le port de Sète. Le développement économique prôné porte sur des points très précis. La multiplication de chemins vicinaux, demandée par des petites communes, n’est pas intégrée dans les projets des administrateurs. Il ne s’agit pas seulement d’une antinomie entre les projets ambitieux, à long terme, et les impératifs de gestion au quotidien. L’administration du district privilégie nettement des secteurs d’activité. Elle partage les théories du siècle sur les évolutions à venir pour l’agriculture et l’industrie. Le droit de propriété et le libre-échange sont les fondements de sa pensée. La question des biens communaux soulève des interrogations. Il n’est pas question, dans cette vision économique, de les distribuer ou de les laisser aux paysans non-propriétaires. Le district hésite, entre leur disparition pure et simple pour accroître le volume des terres à la disposition des propriétaires fonciers ou les laisser telles quelles, afin de protéger la « dépaissance des troupeaux ». Les campagnes seraient donc dominées par les agriculteurs aisés, ce qui permettrait une hausse de la production, tandis que les manouvriers non occupés aux travaux agricoles iraient grossir la masse des ouvriers des manufactures. L’État a un rôle à jouer pour favoriser cette évolution, en assurant la liberté du commerce, y compris celui des « bleds », la sûreté des propriétés, l’essor de la production de charbon. Les administrateurs locaux pensent ainsi se consacrer à une gestion apaisée du pays, en suivant des principes qui lui assurerait la prospérité. Leur souci d’assurer la liberté du commerce se lit dans la présence modeste des questions économiques dans leur travail. Les administrateurs souhaitent une évolution de l’économie française « à l’anglaise », mais cela heurte les aspirations d’une partie de la petite paysannerie et des consommateurs.

14Les questions financières et administratives dominent les séances de l’administration départementale en 1790, tout comme celles du district de Lodève. D’autres domaines prennent une place plus réduite. Justice, santé et bienfaisance, instruction publique, n’apparaissent, chacun, que dans 5 % des séances. Les prérogatives des administrations locales sont réduites dans ces secteurs. Mais ces domaines, quoique secondaires pour les administrations locales, sont l’occasion de montrer leurs principes. Les autorités affirment la rupture avec un Ancien Régime vilipendé. Elles insistent sur la nécessaire éducation des citoyens, s’apitoient sur le sort des filles-mères, montrent leur sollicitude pour les orphelins. Elles suivent les idées philanthropiques du siècle, ainsi que ses soucis prophylactiques, par l’attention portée sur la salubrité des hôpitaux.

  • 28 A. Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie 1789-1794, Paris, 1996, pour la traduct (...)
  • 29 ADH, L 556. Correspondance entre le procureur syndic de district de Béziers et celui du départemen (...)

15En 1791, les questions traitées par l’administration départementale et par le district de Lodève sont comparables à celles de 1790. L’organisation des nouvelles structures et les questions fiscales occupent beaucoup les administrateurs. Les affaires monétaires sont également présentes, ainsi les problèmes pour trouver de la « petite monnaie » ou des « petites coupures », indispensables aux manufacturiers pour payer les ouvriers. Ceci provoque des heurts entre le département et les municipalités, qui, sous la pression de leurs administrés, entendent battre de la monnaie de cuivre pour réduire la pénurie. La question des droits féodaux, bien que marginale dans le total des séances (elle n’apparaît en 1791 que dans 10 séances sur les 243 du directoire de Lodève), provoque également des tensions entre administrations supérieures et communes. Des municipalités s’insurgent contre la perception ou le rachat des droits féodaux, sous la pression des paysans qui ne veulent plus en entendre parler. À Arboras et à Montpeyroux, en juin 1791, des attaques de châteaux illustrent l’ampleur des conflits concernant le « complexum feodale ». L’Hérault participe ainsi à la « troisième jacquerie » de la Révolution, évoquée par A. Ado28. Cependant, la présence des questions concernant l’ordre public reste limitée. Les litiges entre municipalités et gardes nationales, quelques effervescences à l’occasion d’élections, apparaissent sporadiquement. La constitution civile du clergé alimente d’autres troubles. L’unanimité proclamée au sein des administrations éclate alors. Les relations entre administrateurs deviennent aigres, à mesure que le nouveau régime ne correspond plus à l’image qu’en avaient certains. La constitution civile du clergé n’est pas la seule pierre d’achoppement. L’influence des « clubs », notamment celui de Montpellier, des municipalités, sur l’administration départementale, est violemment dénoncée par des administrateurs qui y voient une atteinte à l’indépendance des autorités locales supérieures29. Les années 1790-1791, loin d’être l’aboutissement de la Révolution de 1789, tel que l’escomptaient les nouvelles administrations, connaissent une augmentation constante des conflits internes, face aux problèmes politiques et religieux. L’atmosphère est d’autant plus lourde que les autorités locales sont rongées par de sourdes inquiétudes concernant la sécurité du pays.

Rumeurs et menaces de guerre

  • 30 Ibid., L 5602. Séance de la société populaire de Sète, 4 ventôse an II.

16L’Hérault fait partie de ces départements maritimes où la mer tient relativement peu de place dans l’économie et la culture. La nature du terrain explique cette situation. Les deux tiers de la côte, à l’est, sont séparés de l’intérieur par des étangs. Le littoral est un mince cordon de sable, coupé par des graus, où l’installation de bases maritimes est difficile. La présence des étangs engendre des « fièvres putrides » qui, en été, multiplient les décès, parmi les jeunes enfants. L’insalubrité des côtes pose des problèmes lorsqu’il s’agit de prévenir les menaces extérieures en y laissant des troupes. Des réticences surgissent pour laisser des hommes stationner en de tels lieux. En pleine mobilisation guerrière, en l’an II, des membres de la société populaire de Sète s’inquiètent pour des soldats cantonnés à Frontignan30. À ceci s’ajoute l’insécurité chronique des littoraux, soumise au XVIIIe siècle à la piraterie des Barbaresques, qui s’attaquent, malgré les précautions prises, aux bateaux de pêche et au commerce de cabotage.

  • 31 Procès-verbaux de l’assemblée administrative…, op. cit., t. 1, 12 décembre 1791.
  • 32 D. BILOGHI, De l’étape royale à l’étape languedocienne ; logistique et Ancien Régime. Thèse de 3e (...)

17Ces éléments expliquent la part minime de la mer parmi les affaires traitées par l’administration départementale. Sète et Agde concentrent toutes les activités maritimes d’envergure. Les exportations de Sète ont un impact indéniable sur les productions locales : la viticulture, les distilleries d’eau-de-vie. Avec la pêche et les activités commerciales, la construction navale est présente dans les deux villes. Mais elle reste modeste. Le développement des ports héraultais connaît des freins sérieux. Sète est soumise à un ensablement chronique qui fait dépenser des fortunes pour des travaux de « recreusement »31. Elle souffre aussi d’un manque de capitaux. Les Montpelliérains lui font défaut car ils se sont liés très tôt aux Marseillais. Ils préfèrent, d’ailleurs, s’investir dans le foncier ou dans des marchés pour l’État, comme les fournitures militaires32. Le privilège de Marseille pour le Levant n’arrange pas les choses.

  • 33 A. CORBIN, Le territoire du vide. L’occident et le désir de rivage, Paris, 1993, 2e édition, p. 25 (...)
  • 34 ADH, C 793. « État des redoutes et des signaux établis sur la côte… », 1779.
  • 35 D. BILOGHI, De l’étape royale à l’étape languedocienne…, op. cit., p. 285-286.
  • 36 Atlas de la Révolution française, L’armée et la guerre, sous la dir. de J.-P. BERTAUD, Paris, 1989

18L’Hérault ne s’intéresse pas à la mer, ne voyant dans le port qu’un débouché commode pour ses produits, au même titre que la foire de Beaucaire ou le canal du Midi. La majorité des habitants ignore tout des activités maritimes : la mer est ce « limes indécis », pour reprendre A. Corbin33, qui sépare d’un ailleurs plus menaçant que porteur de richesses. L’Héraultais est un terrien. Pour lui, l’espace maritime ne va pas au-delà des étangs et des canaux… Le principal contact avec la mer est contraignant, avec les charges occasionnées par la milice garde-côtes, sous l’Ancien Régime. D’ailleurs, ce sont des ouvrages militaires qui sont souvent les seuls signes de l’emprise humaine sur la côte34. Le littoral est un point sensible car les autorités estiment, qu’en cas de guerre, les risques d’invasion sont réels. Comme le rappelle D. Biloghi, les militaires et les ministres du XVIIIe siècle se montrent attentifs à la situation de la côte languedocienne35. La contrée est riche, populeuse, proche de points névralgiques pour l’économie et la sécurité du pays, comme la vallée du Rhône, le canal des Deux-Mers, la route du Roussillon… Ses structures militaires sont faibles, tout comme ses traditions guerrières. Les Languedociens s’engagent peu dans l’armée par rapport aux habitants du nord et de l’est de la France36. Les constructions militaires les plus importantes ne sont pas situées sur le littoral, mais à l’intérieur, pour tenir la province et la surveiller. Le pouvoir central se méfie des Languedociens. La guerre des Camisards a laissé des traces profondes. La peur d’être pris à revers par les Huguenots, pendant que l’ennemi débarquerait sur les côtes, traverse le siècle. L’alerte de juillet-août 1710 n’est pas oubliée. La tentative d’un débarquement anglais, à Sète, a certes échoué, mais son souvenir reste cuisant, à un moment où l’inquiétude grandit.

19Les rumeurs de guerre apparaissent dès les débuts de la Révolution. La Grande Peur en constitue le paroxysme, même si elle a peu touché le futur département de l’Hérault. Elle se diffuse dans les régions montagneuses au réseau urbain lâche. Elle gagne Ganges et poursuit sa route jusqu’à Lodève, Montpeyroux. Ailleurs, la situation est calme, sauf à Sète. Là, au printemps, et durant tout l’été, des bruits courent sur une invasion prochaine. Les villes réagissent. À Montpellier, le 18 avril 1789, une « milice bourgeoise » voit le jour, afin de protéger les biens et les personnes dans un climat social tendu par la crise des subsistances. Désormais, de nombreux civils ont des activités quasi militaires : garde de bâtiments publics, opérations de maintien de l’ordre, défilés en coordination avec la troupe de ligne. L’uniforme n’est plus l’apanage d’un pauvre hère méprisé, craint parfois, mais il est porté par le père, le frère, qui l’arborent fièrement. Les relations entre gardes nationales et administrations sont étroites, renforcées par des liens familiaux et sociaux. Le colonel de la « milice patriotique » de Montpellier n’est autre que le beau-frère du maire Durand.

  • 37 AN, DXXIX bis carton 10, dossier 110. Lettre de Pézenas à l’assemblée, juillet 1790.

20Malgré cet armement, les années 1790-1791 se caractérisent par une montée des anxiétés face aux menaces de guerre avec l’étranger. Les antagonismes entre protestants et catholiques, qui ont tant déchiré le Languedoc, rejaillissent brutalement. 1790 est dramatique. Aux troubles encore bénins de Nîmes, en avril, succède le 10 mai l’émeute de Montauban (5 morts). La « bagarre de Nîmes », en juin, avec environ 300 morts, suscite un émoi considérable, car, dans le même temps, des rumeurs d’invasion se diffusent. Sète s’inquiète. Une attaque conjointe de la France par l’Espagne, la Sardaigne, l’Autriche et la Prusse serait imminente. 90 000 hommes seraient prêts à fondre sur le sud du pays, commandés par un prince émigré37. Le bruit d’un massacre programmé des protestants et des patriotes se répand. La concordance entre le passé et le présent, les rumeurs d’invasion et les actions des contrerévolutionnaires locaux, s’établit. Le vieux thème selon lequel la contrée est doublement menacée par un débarquement ennemi sur le littoral, combiné par un soulèvement intérieur est réactivé, mais en étant en quelque sorte inversé. La menace huguenote est remplacée par la crainte d’une subversion catholique. Pour la majorité des révolutionnaires, les « fanatiques » de l’arrière-pays, dans les zones montagneuses du Tarn, de l’Aveyron, de la Lozère, de l’Ardèche, du Gard, de l’Hérault, préparent une insurrection. Des lieux marqués par les conflits antérieurs seraient visés en priorité : Nîmes, Sète…

  • 38 ADH, L 1719. Lettre du procureur général syndic du Nord au procureur général syndic de l’Hérault.

21Cette croyance des patriotes locaux est partagée par leurs adversaires. Tous finissent par penser, dès 1790, que dans le conflit futur l’action de la contre-révolution sera décisive. Un flot incessant de nouvelles, venant de toutes parts, alimente une véritable psychose de l’invasion. Ainsi, en septembre 1791, de Lille, une rumeur fait état d’un débarquement imminent sur les côtes méditerranéennes38. Les administrateurs réagissent comme les simples citoyens. Ils répercutent les bruits alarmants dans les autres départements. Les relations entre Paris et le sud de la France en sont affectés. Vu de la capitale, le « Midi » apparaît comme une région singulière, où, de l’histoire, jaillit l’archaïsme de passions religieuses que le XVIIIe siècle semblait estomper. Cela est source d’incompréhensions entre la capitale et les « départements méridionaux ».

22Les autorités locales prennent l’habitude de se passer de l’aval de leurs supérieurs hiérarchiques, les ministres, pour prendre certaines décisions jugées urgentes. Les départements méditerranéens créent entre eux des réseaux de correspondances axés sur la sécurité du territoire. Chacun procure des informations en fonction de sa position géographique. Le Var indique tout mouvement suspect provenant du Piémont. La Drôme est sollicitée pour informer de la situation du Comtat. Des Pyrénées-Orientales sont attendus des rapports précis sur la frontière espagnole. Le sentiment d’encerclement et la répétition lancinante des alarmes sont essentiels car ils apparaissent dès la formation des administrations de département et de district. Ils poussent ces institutions à sortir du cadre juridique strict qui délimitait leurs fonctions. De la recherche d’informations, les administrations départementales passent à des concertations pour connaître leurs besoins respectifs en troupe, pour coordonner, si besoin est, leurs demandes à Paris. Elles bafouent ainsi ouvertement le droit, car les départements n’ont pas le droit de correspondre entre eux, en oubliant, qui plus est, d’en référer à leurs supérieurs. La crise de Varennes amplifie le phénomène :

  • 39 Ibid., L 534. Lettre du département de l’Aude à celui de l’Hérault, 25 juin 1791.

« C’est dans ces circonstances difficiles que les administrations doivent s’aider mutuellement et de leurs lumières et des forces qui sont à leur disposition. Dites un mot et nous volerons à votre secours. »39

  • 40 F. MALACHANE, Le pouvoir municipal sétois dans le contexte révolutionnaire 1788-1791. Mémoire de m (...)
  • 41 ADH, L 194. Séance du directoire de département du 13 septembre 1791.
  • 42 J. -P. BERTAUD, La Révolution armée : les soldats-citoyens et la Révolution française, p. 46-54, P (...)

23Cette évolution est accentuée par la méfiance croissante à l’égard d’autres autorités. Le pouvoir militaire est discrédité. L’émigration massive d’officiers développe la suspicion à l’égard de ceux qui sont restés. Le climat est oppressant dans les villes qui accueillent une forte proportion de soldats. À Sète, les officiers sont accusés de fabriquer clandestinement des cartouches. La municipalité en profite pour s’assurer le contrôle des magasins de poudre40. L’administration départementale ébranle, elle aussi, l’institution militaire. Elle n’hésite pas à accueillir avec empressement, dans une de ses séances, quatre soldats qui ont quitté l’armée de ligne parce qu’ils étaient en délicatesse avec leur hiérarchie, pour « cause de patriotisme », disent-ils41. Loin d’adopter une attitude neutre dans des problèmes disciplinaires qui concernent l’état-major, l’administration civile prend finalement partie contre la hiérarchie militaire. Le politique l’emporte sur l’administratif. Le département s’implique dans « l’amplification des luttes dans l’armée, qui se fait vivement ressentir dans les années 1790 et 1791 »42. L’administration centrale, qui se méfie des actions populaires et s’insurge contre toute violation de la loi, n’hésite pas à prendre nettement la défense d’hommes qui, légalement, peuvent être considérés comme des séditieux. Les rapports entre elle et l’organisation militaire connaissent une nette détérioration.

24Cela va de pair avec des relations tendues avec le pouvoir exécutif. La fuite du roi, autrement dit l’épisode de Varennes, rend sensible ce phénomène. L’administration départementale n’est pas gênée par l’attitude radicale de la société des Amis de la Constitution de Montpellier, qui demande, dans sa célèbre pétition du 28 juin 1791, la déchéance du roi et l’avènement de la République. Le district de Montpellier suit, en réclamant de concert avec la municipalité, la déposition du souverain. Loin de s’indigner d’une telle attitude, comme une atteinte à la neutralité institutionnelle, le département fait de même. Le chef du pouvoir exécutif, Louis XVI, est considéré par ces partisans de l’ordre public, ces administrations locales, comme un fauteur de troubles, pire, un traître. Le district de Lodève a des mots très durs à l’égard du souverain, très loin des circonvolutions de l’assemblée constituante :

  • 43 ADH, L 4645. Séance du directoire de district de Lodève, réuni avec la municipalité de Lodève, 26 (...)

« La désertion du roi, de sa femme, de ses enfants, est le signal d’une guerre combinée entre tous les ennemis de la liberté des nations. »43

25Louis XVI est dénoncé au nom de la défense de la paix. Autrement dit, dès juin 1791, les autorités héraultaises décrivent leur souverain comme un allié de l’ennemi futur. Ces discours accompagnent des actes concrets. Les autorités s’assemblent « extraordinairement ». Elles prennent des initiatives communes pour mettre en défense leur circonscription. Les districts font des dépenses considérables pour l’armement de leurs gardes nationales. Des suspects sont arrêtés, les correspondances sont surveillées. Les administrateurs modérés, si timides sur le plan social, s’allient aux patriotes les plus avancés. Le discours de leurs adversaires se radicalise lui aussi. Des royalistes en appellent ouvertement à l’étranger, notamment à l’empereur d’Autriche. Certains ont des postes officiels, source d’influence sur les populations. À Lunel, en août 1791, un officier municipal, hostile au « café patriotique » de sa ville, déclare :

  • 44 DONK « A propos des jacobins de Lunel », p 3-23. CRHRF (LR) n° 12, 1992.

« [Il] n’y a ici que des scélérats, des lâches qui puissent recevoir Carra, mais le brave Léopold viendra bientôt venger les insultes qu’on fait au roi. »44

Premières mobilisations

  • 45 ADH, L 194. Séance du directoire de département du 13 septembre 1791.
  • 46 P. FOURNIER, Le premier bataillon de volontaires de l’Hérault (1791-1793). Université Paul Valéry. (...)
  • 47 C. PETITFRÈRE, Les bleus d’Anjou, Paris, 1985.
  • 48 ADH, L 194. Séance du directoire de département du 27 septembre 1791.
  • 49 Le ministère de la guerre estime l’équipement d’un volontaire (armes comprises) à 217 livres, ce q (...)
  • 50 Un fonds de 20 000 livres est consacré à cet usage. ADH, L 194. Séance du directoire de départemen (...)
  • 51 ADH, L 195. Séance du directoire de département du 20 janvier 1792.
  • 52 Ibid., L 194. Séance du directoire de département du 9 décembre 1791.
  • 53 Ibid., L 4645. Séance du directoire de district de Lodève, 31 octobre 1791.
  • 54 Ibid., L 194. Séance du directoire de département de l’Hérault des 1er et 2 octobre 1791.
  • 55 Ibid., L 194. Séance du directoire de département, 9 décembre 1791
  • 56 P. FOURNIER, Le premier bataillon …, op. cit., p. 68.

26Personne ne croit plus à la paix. Le temps de la levée et de l’équipement des troupes commence. À l’été 1791, les affaires militaires et de sécurité augmentent. La décision de l’assemblée constituante de faire dans chaque département une « conscription libre de gardes nationaux de bonne volonté », prise peu avant Varennes, puis par divers décrets, est organisée définitivement par la loi du 12 août 1791. Elle place le pays et les administrations locales devant de nouvelles missions. L’idée de lever des volontaires nationaux, pour renforcer une armée de ligne désorganisée, avait été émise très tôt, dans le département, mais les premières tentatives n’avaient pas eu de suite. La fuite du roi réactive les initiatives passées. Les volontaires de l’Hérault, réunis dans un bataillon de neuf compagnies45, possèdent les caractéristiques des volontaires nationaux des autres départements, comme un « recrutement essentiellement urbain »46, ce qui n’est pas sans rappeler le cas des « bleus d’Anjou »47. Il est difficile de connaître en détail les conditions dans lesquelles s’effectuent les commandes d’équipement militaires pour les premières levées d’hommes de la Révolution. Si l’on arrive à savoir quels sont les fabricants impliqués48, on ne peut aller bien loin, car rien n’est resté pour discerner le fonctionnement de leur entreprise. L’équipement d’un bataillon est un marché intéressant, voire inespéré. Il porte sur 574 hommes, ce qui est conséquent dans une période de récession49. En théorie, les volontaires de 1791, comme les gardes nationaux, doivent s’équiper eux-mêmes. Vu le prix de l’équipement, cela est impossible. Les directoires de département, par le décret du 4 septembre 1791, sont chargés de l’habillement des hommes « qui n’auroient pas le moyen de se le procurer »50. Le paiement est toujours aux frais des volontaires. L’État fait une avance, qui est remboursée par une retenue sur la solde. Les directoires de département héritent d’une tâche nouvelle et originale, puisqu’ils surveillent des commandes quasi militaires. Les draps, élément essentiel de l’habillement, ne sont pas soumis à l’adjudication. Le procureur général syndic du département est chargé de les trouver au prix le plus bas possible. Les achats sont effectués auprès des fabricants de Lodève51. Les soumissions, pour les autres effets, sont faites assez rapidement. Des affiches sont apposées, dans les villes. Vingt-cinq entrepreneurs se présentent pour les différentes adjudications, treize remportent des marchés. Vu l’ampleur des commandes, ils s’associent à d’autres52. L’équipement du volontaire est placé sous la responsabilité directe de l’administration départementale qui gère les fonds avancés par l’État. Le département travaille avec le conseil d’administration du bataillon, qui, de son côté, se charge d’une partie des achats. L’habillement de ce bataillon révèle des phénomènes qui sont des constantes dans la fourniture des troupes. La volonté de faire des économies, avec le choix de l’enchérissement le plus bas, engendre des déconvenues. Le conseil d’administration du bataillon a du mal à trouver des fournitures à un prix jugé raisonnable. L’équipement des hommes en est retardé. Le département prospecte pour trouver des marchandises au prix le plus intéressant possible. À cette occasion, les administrateurs locaux multiplient les contacts avec les milieux du négoce. Les relations nouées dépassent le cadre départemental. Des districts sont plus sollicités que d’autres, comme celui de Lodève connu pour ses manufactures de drap53. Avec les retards, se pose un deuxième problème, celui de la qualité des fournitures. Les fabricants qui ont proposé les prix les plus bas ont remporté les enchères. Leur marge bénéficiaire est étroite. La tentation est grande, par nécessité ou par calcul, de l’augmenter en livrant des produits de qualité médiocre. En théorie, le département doit se montrer intransigeant sur les normes de fabrication. Mais ce garde-fou est insuffisant. Des objets défectueux sont livrés aux volontaires. La fourniture de souliers est adjugée à deux cordonniers associés, Gagnon et Lefevre de Montpellier. La livraison est assez rapide. La soumission est acceptée le 7 octobre. Début décembre 1791, 451 paires sont fournies. Mais l’expertise n’a pas eu lieu, « les volontaires étant pressés de recevoir leurs souliers », affirme le directoire de département. Ce prétexte semble justifié car le bataillon est officiellement formé depuis plus d’un mois54. Le procès-verbal de la séance du directoire qui évoque l’annulation de l’expertise n’est cependant pas très clair sur le sujet55. Une dizaine de jours plus tard, les volontaires se plaignent car leurs souliers neufs sont déjà en piteux état. Ils constatent que les semelles sont constituées « d’une feuille de carton entre deux semelles fort minces »56, une pratique courante chez les entrepreneurs peu scrupuleux, voulant tirer le maximum de bénéfices. Le directoire décide de poursuivre les cordonniers, mais ceux-ci ont déjà été payés en partie, ce qui suscite des interrogations. Les délais de paiement sont assez longs habituellement. L’épisode pose des questions sur les liens existants entre les entrepreneurs et certains membres des administrations locales.

  • 57 ADH, L 194. Séance du directoire de département du 1er et du 2 octobre 1791.
  • 58 Ibid., L 194. Séance du 1er octobre 1791.

27Malgré ces péripéties, le bataillon de l’Hérault est formé officiellement, à Montpellier, le 2 octobre 1791, à l’issue d’une cérémonie hautement symbolique57. La solennité a trois objectifs : la formation officielle du bataillon, la proclamation de la nouvelle constitution, et l’inauguration d’un monument, une colonne de la Liberté de plus de vingt mètres de haut, érigée grâce à une souscription organisée par la société politique de la ville. Cette journée est importante car elle marque en théorie l’aboutissement de la Révolution, « jour de triomphe » selon les administrateurs départementaux, « terme des divisions funestes qui ont divisé la France »58.

28Les administrations montrent au peuple un pays stable, uni, qui peut compter sur deux remparts pour repousser les dangers qui le menaceraient : la constitution, les volontaires nationaux. Mais ces discours officiels font abstraction des soucis quotidiens. Ils se déroulent sous un soleil trompeur. Les administrateurs locaux veulent offrir une image d’union et de stabilité qui n’a jamais correspondu à la réalité, et dont ils doutent de plus en plus eux-mêmes.

Notes

1 L’Orb, qui alimente Béziers, l’Hérault au centre du département, le Vidourle, qui marque la limite Est, le Lez près de Montpellier.

2 ADH, 6 M 1581. Lettre du directeur de l’école de médecine en réponse à une demande d’enquête du préfet Nogaret. 2e jour complémentaire de l’an VIII.

3 ADH, L 1230. « État du nombre et de la qualité de terres ensemencées en bleds, légumes, fourrages et autres,… », d’après le décret du 24 floréal an III.

4 B. GILLE, Les sources statistiques de l’histoire de France, des enquêtes du XVIIe siècle à 1870, réed, Genève, 1980.

5 N. BROC, La géographie des philosophes. Géographes et voyageurs français au XVIIIe siècle, Paris, 1975.

6 M. -V. OZOUF-MARIGNIER, La formation des départements : la représentation du territoire français à la fin du XVIIIe siècle, Paris, 1989. D. NORDMAN, M. -V. OZOUF-MARIGNIER, R. GIMENO, R. et A. LACLAU, Atlas de la Révolution Française. t. 4 et 5 : Le territoire. (1) Réalités et représentations et Le territoire. (2) Les limites administratives.

7 P. BARRAL, « Dauphiné, Languedoc, Lorraine, trois applications du modèle départemental », Le Département : hier, aujourd’hui, demain. De la Province à la région, de la centralisation à la décentralisation, p. 63-70. Colloque des 24-26 septembre 1991, organisé par le musée de la Révolution française et l’Université Pierre Mendès France, Grenoble, 1994.

8 Ballainvilliers, C. B., Mémoires sur le Languedoc et Traité sur le commerce (1788), présentation de M. PERONNET, Montpellier, 1989, p. 329.

9 DIDEROT, et dALEMBERT, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, arts et des métiers, Paris, 1751-1780, 35 vol., article « Languedoc ».

10 PIGANIOL DE LA FORCE Nouvelle description de la France…, tome sixième concernant le Languedoc, Paris, 1753, 3e édition.

11 EXPILLY (Abbé d’) Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France…, Amsterdam, 1766. t. IV, article « Languedoc », p. 27.

12 DIDEROT, et d’ALEMBERT, Encyclopédie …, op. cit.

13 (R. de) HESSELIN, Dictionnaire universel de la France…, sl., 1771, t. IV, article « Montpellier ».

14 ADH, L 1259. Mémoire détaillé sur le département de l’Hérault.

15 A. TOUCHY, Mémoire sur le département de l’Hérault relativement à l’agriculture, au commerce et aux arts (décembre 1791), BMM, Ms 101.

16 G. DARCY, « Unité et rationalité de la constitution révolutionnaire », Révolution et décentralisation. Le système administratif français et les principes révolutionnaires de 1789. (Actes du colloque de Besançon 14-15 déc. 1989), p. 47-80, Paris, 1992.

17 Décret du 22 mai 1790.

18 « Les liens du sang et les intérêts respectifs de la France et de l’Espagne promettent une longue paix entre ces deux puissances ». Sauviac (de), Observations militaires et politiques sur les frontières de la France, Caen, 1791, p. 33.

19 ADH, L 190-201. Procès-verbaux de délibération du directoire de département (26 juillet 1790-11 nivôse an II). L 201-230. Procès-verbaux des délibérations de l’administration centrale (12 ventôse an II-4 germinal an VIII), puis conseil de préfecture (1er floréal an VIII-5 prairial an XII).

20 G. SAUTEL J. -L. et HAROUEL, Histoire des institutions publiques depuis la Révolution française, Paris, 8e édition, 1997, p. 99.

21 ADH, L 190-208. Procès-verbaux de l’administration départementale….

22 R. J. DUCK, National politics and the development of local administration structures during the French Revolution, the example of the Hérault (1789-1801), Canterbury, Master of arts in European studies, 1993.

23 ADH, L 4713.

24 C. MARQUIE, L’industrie carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchands fabricants, Carcassonne, 1993.

25 Procès-verbaux des séances de l’Assemblée administrative du département de l’Hérault pendant la Révolution, édités par L. De La Pijardière, Montpellier, 1889-1898. 4 vol. Discours de Dupin du 3 novembre 1790, t. 1, p. 25-26.

26 Procès-verbaux… op. cit., t. 1, discours de la séance de clôture de la session de 1790 par le président, 14 décembre, p. 203.

27 ADH, L 4651. Rapport du bureau d’agriculture et de commerce du district de Lodève devant son Conseil, séance du 29 août 1791.

28 A. Ado, Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie 1789-1794, Paris, 1996, pour la traduction française, p. 249)

29 ADH, L 556. Correspondance entre le procureur syndic de district de Béziers et celui du département.

30 Ibid., L 5602. Séance de la société populaire de Sète, 4 ventôse an II.

31 Procès-verbaux de l’assemblée administrative…, op. cit., t. 1, 12 décembre 1791.

32 D. BILOGHI, De l’étape royale à l’étape languedocienne ; logistique et Ancien Régime. Thèse de 3e cycle, Université Paul Valéry, Montpellier, 1994, 3 vol. dact.

33 A. CORBIN, Le territoire du vide. L’occident et le désir de rivage, Paris, 1993, 2e édition, p. 250.

34 ADH, C 793. « État des redoutes et des signaux établis sur la côte… », 1779.

35 D. BILOGHI, De l’étape royale à l’étape languedocienne…, op. cit., p. 285-286.

36 Atlas de la Révolution française, L’armée et la guerre, sous la dir. de J.-P. BERTAUD, Paris, 1989.

37 AN, DXXIX bis carton 10, dossier 110. Lettre de Pézenas à l’assemblée, juillet 1790.

38 ADH, L 1719. Lettre du procureur général syndic du Nord au procureur général syndic de l’Hérault.

39 Ibid., L 534. Lettre du département de l’Aude à celui de l’Hérault, 25 juin 1791.

40 F. MALACHANE, Le pouvoir municipal sétois dans le contexte révolutionnaire 1788-1791. Mémoire de maîtrise sous la direction de M. Peronnet. Université Paul Valéry, 1996, p. 82.

41 ADH, L 194. Séance du directoire de département du 13 septembre 1791.

42 J. -P. BERTAUD, La Révolution armée : les soldats-citoyens et la Révolution française, p. 46-54, Paris, 1979

43 ADH, L 4645. Séance du directoire de district de Lodève, réuni avec la municipalité de Lodève, 26 juin 1791.

44 DONK « A propos des jacobins de Lunel », p 3-23. CRHRF (LR) n° 12, 1992.

45 ADH, L 194. Séance du directoire de département du 13 septembre 1791.

46 P. FOURNIER, Le premier bataillon de volontaires de l’Hérault (1791-1793). Université Paul Valéry. Mémoire de maîtrise sous la direction de M. Peronnet, p. 35, Montpellier, 1992

47 C. PETITFRÈRE, Les bleus d’Anjou, Paris, 1985.

48 ADH, L 194. Séance du directoire de département du 27 septembre 1791.

49 Le ministère de la guerre estime l’équipement d’un volontaire (armes comprises) à 217 livres, ce qui correspond à 160 000 livres pour un bataillon.

50 Un fonds de 20 000 livres est consacré à cet usage. ADH, L 194. Séance du directoire de département du 27 septembre 1791.

51 ADH, L 195. Séance du directoire de département du 20 janvier 1792.

52 Ibid., L 194. Séance du directoire de département du 9 décembre 1791.

53 Ibid., L 4645. Séance du directoire de district de Lodève, 31 octobre 1791.

54 Ibid., L 194. Séance du directoire de département de l’Hérault des 1er et 2 octobre 1791.

55 Ibid., L 194. Séance du directoire de département, 9 décembre 1791

56 P. FOURNIER, Le premier bataillon …, op. cit., p. 68.

57 ADH, L 194. Séance du directoire de département du 1er et du 2 octobre 1791.

58 Ibid., L 194. Séance du 1er octobre 1791.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540