Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté ou la mort

 | 
Nathalie Alzas

Introduction

Texte intégral

1L’objet de cette étude est une interrogation sur l’impact de la guerre L sur la France en Révolution, sur le plan administratif, politique, économique et culturel. Ce travail s’inscrit dans un contexte où les rapports entre la guerre et la Révolution suscitent de nouvelles analyses.

  • 1 Pour une approche bibliographique, voir Atlas de la Révolution Française, t. 3 : L’armée et la gue (...)
  • 2 A. H. JOMINI, (de) Histoire critique et militaire des guerres de la Révolution, Paris, 1820-1824, (...)
  • 3 N. FERVEL, Campagnes de la Révolution française dans les Pyrénées-Orientales, 1793-1794-1795, Pari (...)
  • 4 Par exemple, Cahiers du capitaine Coignet, Paris, 2001 pour la dernière réédition.
  • 5 A. CHUQUET, Les guerres de la Révolution, Paris, 1886-1896, 9 vol.
  • 6 T. IUNG, L’armée et la Révolution : Dubois-Crancé, 1747-1814, Paris, 1884, 2 vol.
  • 7 E. DEPREZ, Les volontaires nationaux (1791-1793). Étude sur la formation et l’organisation des bat (...)
  • 8 P. CARON, La défense nationale de 1792-1795, Paris, 1912.

2Certes, le sujet a fait l’objet de nombreuses recherches depuis deux siècles. Le XIXe siècle a multiplié les études sur l’armée révolutionnaire, fasciné par son épopée1. La stratégie, la diplomatie, les batailles ont bénéficié de nombreux travaux. On peut, par exemple, citer l’Histoire critique et militaire des guerres de la Révolution de A. H. de Jomini2. Les corps d’armée ont eu droit à leur histoire particulière, telle l’armée des Pyrénées-Orientales3. À une époque où disparaissaient les derniers témoins, directs ou indirects de l’aventure révolutionnaire puis impériale, la publication des mémoires, des généraux célèbres aux simples soldats, connaissait une fortune singulière4. L’étude de l’armée obéissait à des motivations ambivalentes. À la curiosité historique s’ajoutait le souhait de réhabiliter la Révolution chez certains historiens. D’autres auteurs opposaient la vaillance des citoyens-soldats, aux qualités irréprochables, à une France de l’intérieur qui serait tombée alors dans « l’anarchie ». La défaite de 1870, avec la mise en place de la IIIe République, suscita une floraison d’ouvrages sur le fait militaire. L’étude des guerres révolutionnaires en bénéficia5. Le pays, orphelin de victoires, considérait avec fierté les soldats de Valmy. La biographie, genre fort prisé, ne manqua pas d’évoquer, parmi les grands hommes de la Révolution, les militaires ou les responsables politiques qui jouèrent un rôle majeur dans la conduite de la guerre6. Comme pour d’autres thèmes, à cette époque prolixe en éditions de documents, des recueils parurent sur les levées d’hommes7 ou la mobilisation pour la guerre en général8. Mais des pans entiers de l’effort de guerre restaient négligés, tels les effets matériels du conflit sur l’arrière, tant sur le plan économique, politique, qu’idéologique. Les études d’ensemble sur la Révolution se contentaient d’une rapide évocation, en quelques pages, comme d’un élément accessoire, un passage obligé de tout récit. Les monographies locales s’y penchaient davantage, mais souvent de façon négative, en se contentant de dresser la liste des réquisitions, tant en hommes qu’en matériel, comme une sombre litanie de maux qui s’abattaient sur le pays avec la Révolution. Les parties consacrées à l’effort de guerre matériel étaient souvent dans des chapitres à part, déconnectées, en quelque sorte, des autres réalités de la décennie 1789-1799.

  • 9 A. MATHIEZ, La Victoire en l’an II. Esquisses historiques sur la défense nationale, Paris, 1916.
  • 10 C. RICHARD, Le Comité de Salut Public et les fabrications de guerre sous la Terreur, Paris, 1921.
  • 11 C. POISSON, Les fournisseurs aux armées sous la Révolution française. Le Directoire des Achats (17 (...)
  • 12 J. GODECHOT, Les commissaires aux armées sous le Directoire, Paris, 1937, 2 vol.
  • 13 J. GODECHOT, La Grande Nation, Paris, 1956.
  • 14 A. SOBOUL, Les soldats de l’an II, Paris, 1959.

3La guerre de 1914-1918 engendra de nouvelles analyses historiques, le parallèle avec l’an II paraissant s’imposer pour Albert Mathiez9. La mobilisation sans précédent de la Première Guerre Mondiale mit au premier plan l’organisation matérielle du conflit. Des études de références parurent sur la politique de défense nationale du Comité de Salut Public10 et sur les fournisseurs aux armées11. Les travaux de Jacques Godechot étudièrent les commissaires auprès des armées à l’époque du Directoire12, puis l’expansion de la « Grande Nation » en Europe13. Les recherches d’A. Soboul, sur la sans-culotterie parisienne, le conduisirent à s’intéresser à l’engagement patriotique, notamment celui des soldats de l’an II14.

  • 15 Avec de nombreux ouvrages dont sa thèse : A. CORVISIER, L’armée française de la fin du XVIIesiècle (...)
  • 16 M. REINHARD, Le Grand Carnot, Paris, 1952, 2 vol.
  • 17 R. WERNER, L’approvisionnement en pain de la population du Bas-Rhin et de l’armée du Rhin, 1789-17 (...)
  • 18 M. REBOUILLAT, « Les réquisitions pour la subsistance des armées et des villes à Sercy (district d (...)

4Mais la deuxième moitié du XXe siècle connut un ralentissement des travaux portant sur la guerre et la Révolution. Il est révélateur que la quasi-totalité des analyses sur le déroulement des actions militaires date du XIXe siècle ou du début du XXe siècle. Une histoire qui s’attache aux faits de longue durée laissa de côté des événements considérés comme des épiphénomènes qui ne sauraient secouer la masse du temps long. Les questions militaires concernant la Révolution, période courte, en subirent davantage le contrecoup que celles portant sur l’Ancien Régime, plus attractif par sa durée, bénéficiant, il est vrai, de l’œuvre de longue haleine d’André Corvisier15. Les analyses sur le fait militaire en Révolution subirent une certaine éclipse. Les biographies, consacrées à des militaires ou des organisateurs de la guerre, se raréfièrent, malgré leur qualité16. Trop souvent, les chapitres ou passages consacrés à la guerre dans les histoires de la Révolution en faisaient un domaine à part, pour ne pas dire en marge, exclu de l’économique, du social, du culturel. La guerre était curieusement absente d’ouvrages voulant montrer l’impact de la Révolution sur les communautés rurales. La volonté de montrer les conflits entre « classes », au sein même de la paysannerie, a fait oublier que les évolutions sociales sont rendues plus complexes par la présence d’un convive de poids, l’armée. La plupart du temps, les seules réquisitions évoquées ne concernaient que le ravitaillement des villes, ce qui est problématique lorsqu’on songe au poids traditionnellement lourd des prélèvements de l’armée sur un pays en guerre. Les ouvrages sur l’approvisionnement des troupes étaient assez isolés17, ainsi que les articles sur le sujet18. La volonté de faire de la Terreur une conséquence inévitable de la Révolution a conduit certains à minimiser l’impact de la guerre. Cela a renforcé l’indifférence, pour ne pas dire le mépris, face à l’événement, « les circonstances ».

  • 19 Avec sa thèse, éditée dans une version abrégée : J. -P. BERTAUD, La Révolution armée : les soldats (...)
  • 20 C. PETITFRÈRE, Les bleus d’Anjou 1789-1792, Paris, 1985.
  • 21 A. BLANCHARD, Les « ingénieurs du roy » de Louis XIV à Louis XVI. Étude du corps des fortification (...)
  • 22 Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution française. Colloque Albert Mathiez – Georges Lefeb (...)
  • 23 S. -F. SCOTT, The response of the royal army to the French Revolution. The role and development of (...)
  • 24 M. MARTIN, Les origines de la presse militaire en France à la fin de l’Ancien Régime et sous la Ré (...)
  • 25 M. VOVELLE, Les colloques du Bicentenaire. Répertoires des rencontres scientifiques nationales et (...)

5Mais l’analyse de l’effort de guerre rebondit par l’étude des levées d’hommes. Les méthodes quantitatives, alors en plein développement, renforcèrent son dynamisme. Grâce à J.-P. Bertaud19, mais aussi d’autres chercheurs20, l’armée de la Révolution bénéficia de synthèses de valeur. Le profil des acteurs du fait militaire est mieux connu avec la prosopographie21. Une partie des questions posées par J.-P. Bertaud, en 1974, dans Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution22, a été approfondie. Les Anglo-saxons, notamment, se sont penchés sur le passage de l’Ancien Régime à la Révolution pour l’armée23. Des questions complexes comme les réactions des troupes face à la Révolution, les levées de volontaires, les débuts de la conscription, l’amalgame… furent mieux appréhendés. L’essor des études sur les journaux mit en lumière la naissance de la presse militaire24. Ce dynamisme ne doit pas occulter que ces questions militaires faisaient encore figure de parents pauvres de certaines études historiques, en attirant davantage des militaires que des historiens de métier. Le Bicentenaire n’infléchit guère cet état de fait. Ses nombreux colloques évoquèrent peu l’effort de guerre25. La commémoration, centrée sur 1789, oublia presque la naissance de la République. L’analyse du conflit, commencé à la même date, 1792, en subit le contrecoup.

  • 26 J. -P. BERTAUD, La Révolution armée : les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, 1979
  • 27 T. VISSOL, « Pauvreté et lois sociales sous la Révolution Française. 1789-1794. Analyse d’un échec (...)
  • 28 L. TRENARD, « Le renouveau de l’histoire militaire », L’information historique, n° 3, 1993, p. 98- (...)
  • 29 A. CORVISIER (dir.) Histoire militaire de la France. 4 vol, dont le t. 2 pour la période qui nous (...)
  • 30 F. CARDINI, La culture de la guerre : Xe-XVIIIesiècles, Paris, 1992, pour la traduction française.
  • 31 G. PARKER, La Révolution militaire : la guerre et l’essor de l’Occident, Paris, 1993, pour la trad (...)
  • 32 L. HENNINGER (dir.) Histoire militaire et sciences sociales (journée d’étude du CEHD, 1998). Bruxe (...)
  • 33 B. CIOTTI, Du volontaire au conscrit. Les levées d’hommes dans le Puy-de-Dôme pendant la Révolutio (...)
  • 34 A. CREPIN, Levées d’hommes et esprit public en Seine-et-Marne de la Révolution à la fin de l’Empir (...)
  • 35 L. BERGES, Résister à la conscription 1798-1814. Le cas des départements aquitains, Paris, 2002.
  • 36 P. BRET, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), (...)
  • 37 C. VALIN, Recherches sur La Rochelle, ville frontière au cours de la crise révolutionnaire (1790-a (...)

6Pourtant, comme l’a rappelé J.-P. Bertaud, « la Révolution fut la guerre »26. En effet, le conflit européen n’a pas seulement pesé par ses conséquences démographiques, par le nombre des recrues. Rappelons que l’effort de guerre, vers l’an II, représenterait une ponction de 400 millions par mois pour le budget de l’État, pour un PNB estimé à 3 800 millions27. Pendant des années, la majeure partie de la production nationale a été destinée à la guerre. Cette dernière, loin d’être un épiphénomène qui secouerait temporairement les structures sociales, est l’activité caractéristique de l’espèce humaine, même si celle-ci n’aime guère l’admettre. Mais les questions militaires connaissent un regain d’intérêt aujourd’hui, lié, avec la disparition de la guerre froide, à la fin d’une situation figée, à tel point que l’on parle du « renouveau de l’histoire militaire »28. La dernière décennie du XXe siècle et les débuts du XXIe siècle apparaissent comme un retour à l’événement qui permet la réhabilitation de la guerre comme le fait majeur de l’histoire humaine. La parution, à des dates rapprochées, de deux histoires militaires de la France est un indicateur significatif29. Dans le même temps, la mode de la commémoration remet au premier plan l’armée napoléonienne, et donc les troupes dont cette dernière est issue, celles de la Révolution. La guerre, loin d’être un événement limité, est analysée désormais comme un phénomène culturel total30, qui expliquerait que la domination de l’Occident sur le reste du monde s’enracine dans une « révolution militaire »31. Les spécialistes des conflits, las d’une dévalorisation de leur discipline réduite trop souvent encore à l’histoire-bataille, souhaitent son décloisonnement pour la replacer à sa juste place dans les analyses, comme un phénomène essentiel des sociétés humaines, et non plus comme une succession d’accidents de l’histoire sans grande valeur. Un dialogue entre l’histoire militaire et les autres sciences humaines s’amorce, afin de « réconcilier l’événement et la longue durée »32. Parallèlement, les levées d’hommes continuent d’attirer les historiens33. Des thèses importantes s’attachent à les situer dans le contexte révolutionnaire, en évoquant « l’esprit public »34. Les travaux sur la conscription et les résistances qu’elle engendra se poursuivent35. L’implication des scientifiques dans l’effort de guerre révolutionnaire, déjà évoqué pendant la Première Guerre mondiale, connaît une réévaluation36. Des études évoquent les multiples interactions de l’effort de guerre, tant civile qu’étrangère, sur les activités du pays37.

  • 38 A. CREPIN, La conscription en débat ou le triple apprentissage de la nation, de la citoyenneté, de (...)
  • 39 L’Année sociologique, 1996, numéro 46 : « Nation, nationalisme, citoyenneté », notamment l’article (...)
  • 40 Hérodote « Périls géopolitiques en France », numéro de janvier-mars 1996. Cf. l’éditorial de Y. LAC (...)

7Ce regain d’intérêt pour la guerre est largement tributaire des changements géopolitiques profonds que connaît la planète depuis les années 1990. Des questions concernant les effets des conflits prennent une acuité singulière. La Révolution est une période de mutations décisives du fait militaire sur le plan stratégique, comme dans la manière de mobiliser les populations. Or notre époque ressent des transformations aussi intenses. La guerre « classique » entre États, dominante du XVIIe au XXe siècle, devient un concept dépassé pour beaucoup, devant la généralisation des guerres asymétriques. La dissémination des armes nucléaires à l’uranium plus ou moins « appauvri », parallèlement à la multiplication de massacres utilisant des armes archaïques, renforce les interrogations sur les méthodes de propagande pour disqualifier l’adversaire et faire accepter son élimination. Les remises en cause de l’État-nation suscitent des questionnements similaires sur les mutations en cours. L’abrogation du service national, avec la professionnalisation des armées, a engendré de nombreux travaux38 et débats, plus ou moins polémiques39. La controverse récurrente sur la fin des départements, au profit d’une plus grande autonomie des régions, l’intégration à l’Union Européenne et la globalisation économique, questionnent les sentiments d’appartenance à une entité géographique et culturelle commune40.

8En de telles circonstances, il est intéressant de revenir sur les problèmes posés par les rapports entre Révolution et guerre, pour percevoir comment s’affirme une cohésion nationale dans les déchirements d’une rupture avec le passé. Pendant la Révolution, les provinces anciennes disparaissent, remplacés par de nouveaux cadres politiques et géographiques, les départements. Les populations doivent brusquement se penser dans un espace différent, en rupture avec l’Ancien Régime, tandis que des administrations, désormais élues, se mettent en place. Tout semble devoir être créé, pendant que la Révolution se poursuit, avec une guerre à mener. Cette dernière, parce qu’elle n’est pas un accident, mais est une des occupations essentielles des sociétés humaines, ne peut jouer le rôle d’un comparse. Comment les autorités nouvelles ont-elles imaginé, vécu, géré le conflit, au moment délicat où le poids de la vie ordinaire, bouleversée par les événements politiques, fait apparaître l’administration du pays comme une gageure ?

  • 41 Pour l’Hérault, cf. les mémoires de maîtrise citées infra, et F. ROUSSEAU, La désobéissance milita (...)
  • 42 D. BILOGUI, De l’étape royale à l’étape languedocienne ; logistique et Ancien Régime. Thèse de 3e (...)

9La question est de savoir si la guerre n’a été qu’un facteur de crise supplémentaire ou un acteur fondamental à la compréhension du fait révolutionnaire. Quel rôle le conflit joue-t-il dans les pratiques politiques, la vie quotidienne, l’adhésion ou le rejet du nouveau régime ? Loin du théâtre parisien, quels sont ses effets sur la dynamique révolutionnaire ? Ce travail a décidé de privilégier l’impact de la guerre sur les populations, non pas à partir des levées d’hommes, bien analysées désormais41, mais en se penchant sur les aspects matériels et idéologiques. L’effort de guerre observé ici sera davantage celui des civils que des militaires. Il naît d’une situation de crise majeure : le conflit est de niveau européen. Ce sont des guerres antérieures au XXe siècle, et, pourtant, au prix d’un anachronisme, on pourrait les qualifier de « mondiales » avant l’heure. Les séances des administrations locales évoquent aussi bien les armées du nord de la France que des événements de la mer des Caraïbes. C’est cet aspect de crise majeure qui est avant tout abordé. Cela explique que les structures permanentes, des temps de paix comme des temps de guerre, n’ont pas été privilégiées. Je pense ici au système des étapes, qui a d’ailleurs bénéficié des travaux remarquables de D. Biloghi42. Il s’agit de s’intéresser aux conditions crées par les guerres de la Révolution, apportant des situations, des solutions, peut-être inédites – « extraordinaires » disait-on, à l’époque. Trop souvent, la description de l’impact du conflit se limite encore à une énumération des charges pesant sur le peuple, sans aller plus loin. Elle donne aux campagnes un aspect misérable, pour ne pas dire misérabiliste, le fardeau de la guerre étant décrit, dans maints travaux, comme une exaction de la Révolution. Les travaux d’histoire régionale, qui se sont développés à la suite du Bicentenaire, qui ont souvent décrit avec bonheur certains phénomènes, n’ont guère été au-delà des descriptions du XIXe ou du début du XXe siècle lorsqu’il s’agit de l’effort de guerre, même dans des études de qualité. Il n’est pas anodin de constater que le mot « confiscation » remplace parfois le terme « réquisition », comme s’ils étaient interchangeables. Pourtant l’effort de guerre est inséré dans une évolution sociale complexe. Son impact sur l’économie ne saurait se limiter à une activité prédatrice. Peut-on parler, au moins pour l’an II, d’économie de guerre ? Les exigences de l’armée mettent à jour les réseaux d’influence, les enjeux de pouvoir, entre les différentes administrations comme à l’intérieur des villages. Elles nous placent au cœur des relations entre l’État et les individus, et plus encore, entre les communautés. La paysannerie est la première concernée par les réquisitions. La guerre a-t-elle accentué les effets de la Révolution au village ? Il serait souhaitable de voir si le conflit a concouru à l’affirmation d’une vie politique locale en divergence avec le gouvernement ou si, au contraire, elle a accentué la centralisation.

10La mobilisation patriotique en elle-même mérite d’être davantage abordée, en discernant par exemple la part des pratiques ou idées anciennes, et celles qui datent de la Révolution. Le contenu des textes patriotiques contient-il en majorité des éléments, des objectifs locaux ou imite-t-il simplement les journaux ou papiers officiels venant de la capitale ? Les opinions sur la guerre, loin d’être liées à des phénomènes conjoncturels, reflètent les structures d’une société, en même temps que les conceptions culturelles et politiques des personnes qui les énoncent.

11L’attrait du sujet tient beaucoup au fait qu’il permet d’aborder de multiples domaines. Certes, le risque est de voir l’effort de guerre partout, comme M. Jourdain finissait par n’entendre plus que de la prose… Mais le conflit a tellement touché des aspects de la vie quotidienne des Français de cette époque, implication totale (comme la devise « la liberté ou la mort » le fait sentir), qu’il aborde de multiples facettes de la Révolution. Si le lieu évoqué est restreint (un seul département), les questions abordées permettent d’embrasser de larges pans de l’histoire qui sont séparés, de plus en plus : histoire économique, sociale, administrative et politique, culturelle…

  • 43 H. C. JOHNSON, The Midi in Revolution. A study of regional political diversity. 1789-1793, Princet (...)

12Le choix d’un département comme cadre d’étude s’est imposé pour des raisons archivistiques, mais aussi et surtout par une interrogation initiale sur ce qui crée l’appartenance d’un individu à une entité particulière, que ce soit une nation ou un ensemble moins vaste. Les hasards d’un parcours personnel n’ont pas déterminé à eux seuls le choix du département de l’Hérault comme terrain d’analyse. L’Hérault fait partie d’un Midi agité. Les caractéristiques religieuses, politiques, culturelles, des « départements méridionaux » font d’eux, vu de Paris, un mélange explosif. L’Hérault connaît les conflits intérieurs d’un Midi tourmenté43, sans pour autant appartenir à des zones extrêmes de terreur, blanche ou jacobine. Son attitude, qu’on pourrait qualifier de médiane, fait de lui un champ d’étude intéressant. Deux lieux ont été sciemment privilégiés : Montpellier et Lodève. La première ville, commerçante, siège de l’administration départementale, possède des fonctions de commandement anciennes, et domine un district de plaine, près du littoral. Comme point de comparaison, Lodève a été choisie. Elle est un peu l’antithèse de Montpellier : ville préoccupée par les affaires militaires à cause de son industrie, elle est située dans une zone montagneuse, à l’intérieur du département.

13Ce travail, fondé sur une interrogation initiale sur les rapports entre guerre et Révolution, est centré sur l’action des administrations révolutionnaires locales. Cela explique que les années 1790-1799 sont le socle de la réflexion menée ici. L’année 1789, où subsistent les institutions de la monarchie absolue, n’est citée que ponctuellement. Les papiers de l’administration départementale de l’Hérault et du district de Lodève ont constitué une source privilégiée, pour être au plus prêt des acteurs de l’effort de guerre au niveau local. La nécessité de se pencher sur les principaux interlocuteurs des administrations supérieures, ceux qui, concrètement, participaient à l’effort de guerre, est apparu très vite. Cela explique que les documents laissés par les sociétés populaires ont fait l’objet d’une lecture assez importante, ainsi que ceux de la municipalité de Lodève, la ville-clef de l’effort de guerre dans l’Hérault, grâce aux fournitures de draps.

14Dans un premier temps, cette étude se propose d’évoquer l’entrée du département dans le conflit, des rumeurs d’invasion des années 1789-1790 à la plongée totale dans la lutte, au moment où l’armée espagnole semble prête a déferler sur le Midi, à l’été 1793. L’an II, paroxysme de l’effort de guerre, forme, ensuite, l’essentiel de notre propos, vu la mobilisation sans précédent qu’il engendre. Enfin, l’Hérault post-thermidorien, avec la paix avec l’Espagne, ressent moins le poids du conflit même si les conséquences de ce dernier restent importantes.

15NB : Dans cet ouvrage, l'orthographe et les tournures d'époque ont été conservées pour toutes les citations, afin de percevoir les différents niveaux de langage des protagonistes : le secrétaire d'une petite commune ne s'exprime pas comme celui d'une grande ville. Les orthographes multiples sont ainsi source d'enseignement sur le plan social et culturel.

Notes

1 Pour une approche bibliographique, voir Atlas de la Révolution Française, t. 3 : L’armée et la guerre, Paris, 1989 (J. -P. BERTAUD ; D. REICHEL ; J. BERTRAND).

2 A. H. JOMINI, (de) Histoire critique et militaire des guerres de la Révolution, Paris, 1820-1824, 15 vol..

3 N. FERVEL, Campagnes de la Révolution française dans les Pyrénées-Orientales, 1793-1794-1795, Paris, 1851-1853, 2 tomes.

4 Par exemple, Cahiers du capitaine Coignet, Paris, 2001 pour la dernière réédition.

5 A. CHUQUET, Les guerres de la Révolution, Paris, 1886-1896, 9 vol.

6 T. IUNG, L’armée et la Révolution : Dubois-Crancé, 1747-1814, Paris, 1884, 2 vol.

7 E. DEPREZ, Les volontaires nationaux (1791-1793). Étude sur la formation et l’organisation des bataillons d’après les archives communales et départementales, Paris, 1908.

8 P. CARON, La défense nationale de 1792-1795, Paris, 1912.

9 A. MATHIEZ, La Victoire en l’an II. Esquisses historiques sur la défense nationale, Paris, 1916.

10 C. RICHARD, Le Comité de Salut Public et les fabrications de guerre sous la Terreur, Paris, 1921.

11 C. POISSON, Les fournisseurs aux armées sous la Révolution française. Le Directoire des Achats (1792-1793), Paris, 1932.

12 J. GODECHOT, Les commissaires aux armées sous le Directoire, Paris, 1937, 2 vol.

13 J. GODECHOT, La Grande Nation, Paris, 1956.

14 A. SOBOUL, Les soldats de l’an II, Paris, 1959.

15 Avec de nombreux ouvrages dont sa thèse : A. CORVISIER, L’armée française de la fin du XVIIesiècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Paris, 1964, 2 tomes.

16 M. REINHARD, Le Grand Carnot, Paris, 1952, 2 vol.

17 R. WERNER, L’approvisionnement en pain de la population du Bas-Rhin et de l’armée du Rhin, 1789-1797. Strasbourg, 1952.

18 M. REBOUILLAT, « Les réquisitions pour la subsistance des armées et des villes à Sercy (district de Chalon-sur-Saône) pendant la Révolution », p. 391-400, 93eCongrès national des sociétés savantes, Tours, 1968, Histoire moderne, t. I, Paris, 1969.

19 Avec sa thèse, éditée dans une version abrégée : J. -P. BERTAUD, La Révolution armée : les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, 1979), suivie d’autres ouvrages tels La vie quotidienne des soldats de la Révolution 1789-1799, Paris, 1985. Guerre et société en France de Louis XIV à Napoléon 1er, Paris, 1998.

20 C. PETITFRÈRE, Les bleus d’Anjou 1789-1792, Paris, 1985.

21 A. BLANCHARD, Les « ingénieurs du roy » de Louis XIV à Louis XVI. Étude du corps des fortifications, Montpellier, 1979.

22 Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution française. Colloque Albert Mathiez – Georges Lefebvre (30 novembre-1erdécembre 1974), Paris, 1978. J. -P. BERTAUD, « Voies nouvelles pour l’histoire militaire de la Révolution », p. 184 et suivantes.

23 S. -F. SCOTT, The response of the royal army to the French Revolution. The role and development of the Line Army (1787-1793). Oxford, 1978. A. J. LINN, The bayonets of the Republic : Motivation and tactics in the army of Revolutionary France, 1791-1794, Université de l’Illinois, 1984.

24 M. MARTIN, Les origines de la presse militaire en France à la fin de l’Ancien Régime et sous la Révolution (1770-1799). Thèse, Paris II, 1975.

25 M. VOVELLE, Les colloques du Bicentenaire. Répertoires des rencontres scientifiques nationales et internationales, Paris, 1991.

26 J. -P. BERTAUD, La Révolution armée : les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, 1979.

27 T. VISSOL, « Pauvreté et lois sociales sous la Révolution Française. 1789-1794. Analyse d’un échec », in Idées économiques sous la Révolution, (études coordonnées par J. -M. SERVET), Lyon, 1988, p. 257-305.

28 L. TRENARD, « Le renouveau de l’histoire militaire », L’information historique, n° 3, 1993, p. 98-102.

29 A. CORVISIER (dir.) Histoire militaire de la France. 4 vol, dont le t. 2 pour la période qui nous intéresse ici : De 1715 à 1871 (J. DELMAS, A. BLANCHARD, P. MASSON, J. MEYER), Paris, 1992. J. -P. BERTAUD et W. SERNAN, Nouvelle histoire militaire de la France, t. I : 1789-1919, Paris, 1998.

30 F. CARDINI, La culture de la guerre : Xe-XVIIIesiècles, Paris, 1992, pour la traduction française.

31 G. PARKER, La Révolution militaire : la guerre et l’essor de l’Occident, Paris, 1993, pour la traduction française.

32 L. HENNINGER (dir.) Histoire militaire et sciences sociales (journée d’étude du CEHD, 1998). Bruxelles, 1999. Cf. notamment L. HENNINGER, « Un dialogue est-il possible entre l’histoire militaire et les sciences humaines ? », p. 13-15.

33 B. CIOTTI, Du volontaire au conscrit. Les levées d’hommes dans le Puy-de-Dôme pendant la Révolution française. Clermont-Ferrand, 2001, 2 tomes. (Édition d’une thèse de doctorat présentée en 1997).

34 A. CREPIN, Levées d’hommes et esprit public en Seine-et-Marne de la Révolution à la fin de l’Empire (1791-1815). Thèse de doctorat, sous la direction de M. VOVELLE, Université de Paris I, 1990, 2 tomes.

35 L. BERGES, Résister à la conscription 1798-1814. Le cas des départements aquitains, Paris, 2002.

36 P. BRET, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Rennes, 2002.

37 C. VALIN, Recherches sur La Rochelle, ville frontière au cours de la crise révolutionnaire (1790-an III), Nouveau doctorat, sous la direction de C. MAZAURIC, Rouen, 1994.

38 A. CREPIN, La conscription en débat ou le triple apprentissage de la nation, de la citoyenneté, de la république (1798-1889). Arras, 1998. M. VAISSE, (dir.) Aux armes citoyens ! Conscription et armée de métier des Grecs à nos jours, Paris, 1998.

39 L’Année sociologique, 1996, numéro 46 : « Nation, nationalisme, citoyenneté », notamment l’article de F. GRESLE, « Le citoyen-soldat garant du pacte républicain : à propos des origines et la persistance d’une idée reçue », p. 105-125.

40 Hérodote « Périls géopolitiques en France », numéro de janvier-mars 1996. Cf. l’éditorial de Y. LACOSTE. LiMes. Revue française de géopolitique. n° 1, 1996 : « La France en question ». Plus récent, E. LE ROY LADURIE, Histoire de France des régions. La périphérie française, des origines à nos jours, Paris, 2001.

41 Pour l’Hérault, cf. les mémoires de maîtrise citées infra, et F. ROUSSEAU, La désobéissance militaire au XIXesiècle. Déserteurs et insoumis héraultais. Thèse, Université Paul Valéry, Montpellier, 1985.

42 D. BILOGUI, De l’étape royale à l’étape languedocienne ; logistique et Ancien Régime. Thèse de 3e cycle, Université Paul Valéry, Montpellier, 1994, 3 vol. dact.

43 H. C. JOHNSON, The Midi in Revolution. A study of regional political diversity. 1789-1793, Princeton, 1986.

© Presses universitaires de Provence, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540